F Nous contacter

0

Documents  Pollution lumineuse | enregistrements trouvés : 20

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 238 - p.49 à p.49

Trois villes suisses - La chaux-de-Fonds, le Locle et Neuchâtel - ont vu leur éclairage nocturne public et "résiduel" analysé de près afin d'y repérer les gaspillages et les effets polluants.

Éclairage ; Éclairage public ; Suisse ; Pollution lumineuse

... Lire [+]

V

- n° 306 - p.51

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Une étude sur la pollution lumineuse sur l'île de Porquerolles (Var) va lui permettre d'améliorer son éclairage public. Ce type d'étude menée en milieu insulaire et protégé est une première. Elle est riche d'enseignements, notamment pour les zones littorales.

Éclairage public ; Étude ; Collectivité locale ; Ile ; Pollution lumineuse

... Lire [+]

y

- n° 312 - p.32 à p.34

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
En plus d'économie d'énergie et d'efficacité lumineuse, il fait désormais penser faune et flore, en matière d'éclairage public. Pour aller plus loin que la simple réduction de nuisances et se donner les moyens de protéger la biodiversité, certaines collectivités expérimentent le traçage d'une trame noire, corridor écologique nocturne.
ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
En plus d'économie d'énergie et d'efficacité lumineuse, il fait désormais penser faune et flore, en matière d'éclairage public. Pour aller plus loin que la simple réduction de nuisances et se donner les moyens de protéger la biodiversité, certaines collectivités expérimentent le traçage d'une trame noire, corridor écologique nocturne.

Collectivité locale ; Pollution lumineuse ; Biodiversité

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
France Nature Environnement et la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) viennent de déposer un recours auprès du Conseil d'Etat pour que la loi sur la pollution lumineuse soit enfin appliquée... 7 ans après son adoption.

Pollution lumineuse ; Éclairage ; Éclairage public ; Réglementation ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Biodiversité ; Politique énergétique

... Lire [+]

y

- n° 250 - p.12 à p.13

L'éclairage public fait partie de la vie nocturne de nos villes, mais depuis quelques années, économies d'énergie et réduction des nuisances lumineuses obligent, les municipalités hésitent. Faut-il éteindre aux heures creuses de la nuit ? Doit-on se fier aux nouvelles technologies ? A quels coûts ?

Éclairage public ; Collectivité locale ; Économie d'énergie ; Pollution lumineuse ; Coût d'investissement ; Efficacité énergétique ; Ampoule

... Lire [+]

2 y

- p.02 à p.02
ISBN 1765-1212

L'arrêté du 25 janvier 2013 est une nouvelle mesure qui prévoit des dispositions visant à limiter l'éclairage de nuit inutile.

Éclairage ; Éclairage public ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Pollution lumineuse ; Économie d'électricité ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES

... Lire [+]

y

- n° 35 - p.32 à p.32

organisé par l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne, le concours "Ville et Villages Étoilés" ouvert à toutes les commmmunes de France, vise à promouvoir la qualité de la nuit pour les humains comme pour la biodiversité nocturne, à réduire la pollution lumineue et à éviter les budgétaires et consommations d'énergie inutiles.
organisé par l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne, le concours "Ville et Villages Étoilés" ouvert à toutes les commmmunes de France, vise à promouvoir la qualité de la nuit pour les humains comme pour la biodiversité nocturne, à réduire la pollution lumineue et à éviter les budgétaires et consommations d'énergie inutiles.

Éclairage ; Éclairage public ; Commune / Ville ; Pollution lumineuse ; Consommation d'énergie ; Concours / Trophée ; Événement / Manifestation ; France

... Lire [+]

V

- n° 16
ISBN 1951-1418

Question de lumières ! Soyons clairs et lumineux ! : Éclaircissements sur les ampoules, éco-gestes lumineux, les enjeux de l'éclairage public, la pollution lumineuse, savoir s'éclairer, le puits de lumière.

Ampoule ; Aspect financier ; Bibliographie ; Coût d'exploitation ; Coût d'investissement ; Éclairage ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Expertise ; Lampe basse consommation ; LED / Diode ; Pollution lumineuse ; Puits de lumière ; Recyclage

... Lire [+]

V

- n° 100909

"En France, 9 millions de lampes serviraient à éclairer villes et campagnes, ce qui représente 1 260 MW, soit l'équivalent d'un réacteur nucléaire, selon Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). L'éclairage nocturne participe à la pointe de consommation d'énergie étant donné qu'il n'est pas permanent. Il nécessite donc l'utilisation de centrales thermiques. Si en 1990, l'éclairage public était estimé à une consommation de 70 kWh par an et par habitant, dix ans plus tard ce chiffre atteignait 91 kWh/an/hbt, soit plus du double de l'Allemagne (43 kWh/an/hbt en 2000). Les différents impacts du sur-éclairage : Globalement, la facture énergétique est estimée entre 400 à 500 millions d'euros par an. L'éclairage public constitue pour les communes, 23 % de la facture globale d'énergie et 38 % de la facture d'électricité. Cela représente un coût annuel au point lumineux de 40 à 70 euros, a expliqué Frédéric Delord, directeur de Développement chez ETDE, filiale de Bouygues, spécialiste en France dans le domaine de la gestion globale de l'éclairage public. Les dépenses liées à l'éclairage public en France représentent 1,2 milliard € hors énergie : 800 millions d'euros sont dédiés aux frais de maintenance et 400 millions liés aux investissements des points lumineux, a-t-il précisé, à l'occasion de la table ronde ''Gestion et enjeux de l'éclairage public dans les communes'', organisée par la Cofhuat (Confédération française pour l'habitat, l'urbanisme, l'aménagement du territoire et l'environnement) qui s'est tenue le 3 juin à Paris. L'éclairage public et les enseignes publicitaires représenteraient ainsi 1 à 2% de la consommation électrique en France soit 4% des émissions de gaz à effet de serre. Si le projet de loi Grenelle 1 vise à réglementer l'excès d'éclairage artificiel la nuit par la mise en oeuvre de mesures de prévention, de suppression ou de limitation, le projet de loi Grenelle 2, en matière de risques et santé, prévoit d'intégrer les publicités et les enseignes lumineuses au dispositif législatif encadrant les ''pollutions lumineuses''. Cette pollution est le résultat d'un facteur naturel conjugué à un phénomène artificiel : la lumière émise par l'éclairage artificiel est réfléchie par le sol et les bâtiments et diffusée par les gouttes d'eau, les particules de poussières et les aérosols en suspension dans l'atmosphère. Si l'augmentation des éclairages nocturnes a un coût énergétique certain, elle a également un impact sur les populations animales, végétales et humaines, avec des effets sur le dérèglement nerveux et hormonal. Certaines études évoquent même un impact sur le développement de cancers. La consommation d'énergie par point lumineux est directement liée au temps d'éclairement et à la vétusté du matériel, explique Frédéric Delord, directeur de Développement chez ETDE. Selon M. Delord, si 1/3 des installations d'éclairage public ont plus de 20 ans, 20% des installations dans les rues sont aux normes. La plupart des systèmes d'éclairage actuels envoient une partie de leur lumière vers le ciel au lieu d'être orientés vers le sol. Une surpuissance des installations et une utilisation mal adaptée sont également en cause. ''Eclairer juste, c'est aussi consommer moins'' : Si l'on ne peut pas dans l'absolu, supprimer toutes les sources d'éclairage artificiel, opter pour des équipements mieux adaptés permettrait de réduire la pollution lumineuse. Il ne s'agit pas de s'opposer à tout éclairage artificiel mais de promouvoir des modes d'éclairage doux et raisonnés dans le respect de l'environnement, soulignent les associations Frapna et Agir pour l'environnement. Car éclairer juste c'est aussi consommer moins, affirme l'Ademe. En France, de plus en plus de municipalités optent pour une rénovation de leur éclairage public pour lutter contre la pollution lumineuse et réaliser des économies d'énergies, tout en ''éclairant mieux'' et assurant la sécurité des habitants. L'économie énergétique passe par la suppression des sur-éclairements (> 30 lux), la suppression des boules énergivores, l'utilisation de luminaires haute performance et de lampes basse consommation (relamping) mais aussi des réducteurs de puissance ou des ballasts électroniques, souligne la société ETDE. Selon la filiale de Bouygues, le remplacement des sources lumineuses, l'abaissement des hauteurs de feux, le rabattement des flux lumineux vers le sol limitent les déperditions et diminuent les puissances installées. Par exemple, à Lille (59), dans le cadre de contrat de gestion globale d'éclairage public avec la société ETDE incluant les communes Hellemmes et Lomme, la suppression des 1.740 ''lampes boules'' a permis d'économiser à la collectivité plus de 1,3 millions d'euros par an, depuis 2004. En 4 ans, ce contrat a déjà permis à la ville de réduire sa consommation d'énergie de 34,5 % sur un objectif de 42 % d'ici 2012, a expliqué le 16 décembre dernier Danielle Poliautre, adjointe au Maire de Lille en charge du Développement Durable. De 2004 à 2008, ETDE a ainsi mis en place dans la ville des réducteurs de puissance sur les 150W, installé des ballasts électroniques en 250 W et des lampes de nouvelle génération. La société a également mené des essais de luminaires à LEDs pour éclairer ''la surface utile'', pouvant atteindre un rendement énergétique de 90lm/W (lumens par watt) contre 120lm/W pour les lampes à décharges. Pour parvenir à un éclairage optimisé, ETDE recommande la modernisation des installations et la baisse du niveau d'éclairement. Aujourd'hui il ne s'agit plus de multiplier les points lumineux, mais de les équilibrer de façon pertinente. Candélabre autonome Windela : A Issy-les-Moulineaux 92), ETDE a également installé en décembre 2007 un candelabre ''Windela'', fabriqué par la société française Expansion et Développement, relié à un panneau photovoltaïque placé sur le luminaire et à une éolienne en haut du mât. Pour produire la lumière, le lampadaire a recours à 42 LEDS, orientées individuellement. Elles assurent un éclairage de 3 500 Lumens à 5,5 m de hauteur et bénéficient d'une durée de vie 5 fois supérieure à des lampes classiques. En mai 2008, c'était au tour de la ville de Grenoble (38) d'accueillir ce lampadaire éolien-solaire, fabriqué par la société Expansion et Développement. Une étude de candélabre Windela est actuellement menée pour alimenter le cimetière de Lille Sud. D'autres lampadaires solaires sont par ailleurs proposés par la société Surtec. Ces lampadaires s'allument automatiquement, grâce à un régulateur crépusculaire, une horloge programmée ou un détecteur de présence infra-rouge. Les mâts d'éclairage en bois moins impactants ? : Pour Aubrilam, spécialiste européen des mâts d'éclairage en bois, la lanterne n'est pas la seule source de consommation énergétique à améliorer. Un candélabre, c'est une lanterne ET un mât ; et le choix du mât est aussi important que celui de la lanterne, souligne-t-il. Aubrilam a publié début juillet une étude qui évalue l'empreinte environnementale de ses mâts avec le soutien technique de CODDE, une société du groupe Bureau Veritas. Selon l'étude, l'utilisation de mâts bois à la place des traditionnels mâts métalliques permettrait de compenser, dès l'installation, des milliers de tonnes de CO2, et d'économiser des millions de kWh. Les mâts en bois auraient une empreinte environnementale plusieurs fois inférieure à ceux en métal, estime l'étude dont les résultats sont complétés par un éco-comparateur permettant de visualiser le potentiel écologique d'un projet d'éclairage public. Sur un projet ''classique'' de 63 mâts de 5 mètres, en optant pour le mât bois plutôt que le mât métallique, on constate : 14 600 kWh économisés, 335 kg de déchets dangereux en moins, près de 7 tonnes de CO2 compensées, a précisé Aubrilam."
"En France, 9 millions de lampes serviraient à éclairer villes et campagnes, ce qui représente 1 260 MW, soit l'équivalent d'un réacteur nucléaire, selon Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). L'éclairage nocturne participe à la pointe de consommation d'énergie étant donné qu'il n'est pas permanent. Il nécessite donc l'utilisation de centrales thermiques. Si en ...

CO2 evité ; Collectivité locale ; Consommation d'énergie ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Ossature Bois ; Facture énergétique ; France ; Ile de France ; Impact environnemental ; Lampe solaire ; Maintenance / Entretien ; Nord Pas de Calais ; Pollution lumineuse ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Petit éolien

... Lire [+]

V

- n° 170909

Après plusieurs semaines de pause estivale, le Sénat fait sa rentrée avec le « projet de loi portant engagement national pour l'environnement » dit Grenelle 2. Ce « pavé » de 120 articles répartis en sept titres constitue la boîte à outils juridique du Grenelle de l'Environnement. Il traite de sujets aussi divers que la performance énergétique des bâtiments, l'urbanisme, les transports, l'énergie et le climat, la biodiversité, les risques pour la santé, les déchets et la gouvernance en matière de protection de l'environnement. Concrètement, le projet de loi Grenelle 2 est constitué d'une liste détaillée d'amendements et de rectifications à des textes existants que l'on trouve aussi bien dans le Code de la construction que dans le Code des collectivités territoriales ou encore celui des ports maritimes. Il est par ailleurs l'un des premiers textes de loi à « expérimenter » la réforme constitutionnelle adoptée le 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République. Cela signifie que le projet de loi proposé par le gouvernement en janvier 2009 a été examiné par la Commission de l'Economie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire qui l'a amendé avant sa présentation en séance plénière ce mardi 15 septembre. Sur les 1.089 amendements proposés, la Commission en a retenu près de 300. Autrement dit plus de 300 modifications ont déjà été apportées au texte du gouvernement. C'est sur la base d'un texte considérablement renforcé et amélioré par vos Commissions, sur la base d'un texte extrêmement dense que nous allons poursuivre la mutation écologique de notre pays, a commenté le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement Durable et de la Mer Jean-Louis Borloo à l'occasion de la présentation du texte au Sénat mardi après-midi. Derrière ce qui peut sembler au premier abord, comme quelque chose d'un peu technique, on a finalement un grand texte qui, après le Grenelle 1, après le projet de loi de finances, achève le verdissement de la société française dans son ensemble, a-t-il ajouté. Plus de 300 modifications déjà apportées : En matière d'urbanisme, la commission a par exemple rendu obligatoire l'affichage des performances énergétiques dans les annonces immobilières et a souhaité renforcer le rôle des schémas de cohérence territoriale (SCOT) surtout pour mettre en cohérence les politiques publiques locales d'urbanisme, d'habitat et de transport. La commission a également voté la création d'une taxe sur les plus-values immobilières effectives liées à la réalisation d'une infrastructure de transport collectif afin de financer en partie les nombreux projets de transport inscrits dans le Grenelle. Côté énergie, les sénateurs ont rendu obligatoire la synthèse des actions envisagées pour réduire les émissions de gaz que les entreprises de plus de 500 personnes et les collectivités de plus de 50.000 habitants devront joindre à leurs bilans de gaz à effet de serre. La commission propose aussi de reporter d'un an l'intégration des éoliennes dans le régime ICPE. En termes de biodiversité et d'agriculture, la commission a précisé la réglementation concernant la vente et l'usage de produits phytopharmaceutiques, l'épandage aérien et les modalités de mise en place de bandes enherbées de cinq mètres le long des cours d'eau. Elle a par ailleurs créé des comités nationaux et régionaux associant l'ensemble des acteurs concernés à l'élaboration et la gestion de la trame verte et bleue et a limité les conditions d'acquisition de zones humides par les agences de l'eau. En outre, les sénateurs ont réduit le dispositif d'incitation à la réduction des fuites d'eau en réseaux aux zones où la ressource en eau est critique. La question du lien entre la santé et l'environnement a également fait l'objet de nombreuses modifications : intégration des publicités et des enseignes lumineuses au dispositif encadrant les « pollutions lumineuses », relève de 12 à 14 ans du seuil d'interdiction de la publicité en matière de téléphonie mobile, interdiction de l'utilisation par un élève du téléphone portable dans les écoles maternelles et élémentaires ainsi que dans les collèges. Enfin en matière de déchets et de gouvernance, la commission a mis en place une Responsabilité Elargie du Producteur (REP) pour la filière d'ameublement des ménages et a rendu systématique l'utilisation de critères environnementaux dans le choix des investissements proposés par les gestionnaires de portefeuilles. Les filiales françaises ont par ailleurs été intégrées dans l'obligation de reporting environnemental. De nombreux débats en perspective : Concernant la politique maritime de la France, les conclusions et les engagements du Grenelle de la Mer n'ont pas encore été intégrés dans le texte de la Commission. Le Gouvernement a donc déposé plusieurs amendements dans ce sens. Certaines mesures sont par ailleurs au coeur de divergences et n'ont pas été complètement traitées au sein de la Commission. C'est le cas notamment du rôle des Architectes des bâtiments de France (ABF). Les sénateurs ont en effet rétabli l'avis conforme des ABF pour les permis de construire en zone protégée alors que cet avis avait été supprimé dans le cadre des discussions du Grenelle 1. La discussion n'est pas terminée, a prévenu Dominique Braye, rapporteur du texte pour la partie traitant de l'urbanisme. De même pour l'Eco-PTZ. Une disposition prévoit de l'étendre aux collectivités mais pour le rapporteur, cet outil n'a pas été conçu pour cela. Un amendement de suppression a d'ailleurs été déposé. Les associations de protection de l'environnement sont également prêtes à en débattre. La fédération France Nature Environnement prévient que certains articles ne semblent changer que quelques mots d'une loi ancienne mais constituent en fait des petites révolutions juridiques tandis que d'autres semblent très novateurs au premier regard mais se révèlent après une analyse du contexte et de l'existant très décevants par rapport à nos espérances. FNE remarque plus précisément que les dispositions du Grenelle 2 relatives aux déchets manquent d'ambition. L'idée même d'une fiscalité écologique n'est pas encore comprise : bonus/malus, taxe pique-nique..., ajoute l'association. La FNE note également que le dossier sols pollués et risques industriels n'est pas traité et estime qu'on ne parle toujours pas assez de l'eau. FNE espère par conséquent que le Gouvernement fera avancer, par voie d'amendements, le contenu du projet de loi Grenelle 2 pour tenir compte notamment des conclusions de la table ronde sur les risques industriels. Les discussions concrètes sur les premiers articles du projet de loi devraient commencer dans la soirée de mardi et se prolonger jusqu'au 8 octobre prochain. L'Assemblée nationale prendra ensuite le relais. Déclaré d'urgence par le gouvernement, le texte bénéficiera d'une seule lecture dans chacune des assemblées. Le vote final est attendu pour la fin de l'année.
Après plusieurs semaines de pause estivale, le Sénat fait sa rentrée avec le « projet de loi portant engagement national pour l'environnement » dit Grenelle 2. Ce « pavé » de 120 articles répartis en sept titres constitue la boîte à outils juridique du Grenelle de l'Environnement. Il traite de sujets aussi divers que la performance énergétique des bâtiments, l'urbanisme, les transports, l'énergie et le climat, la biodiversité, les risques pour ...

Architecte du bâtiment de france ; Bâtiment ; Bilan carbone ; Biodiversité ; Changement climatique ; Collectivité locale ; Déchet ; Entreprise ; Éolien ; Étiquette énergie ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; ICPE - Installation Classée Protection Environnement ; Impact santé ; Installation classée ; Ordonnance/Obligation ; Performance énergétique ; Permis de construire ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Pollution lumineuse ; protection environnement ; Transport ; Urbanisme

... Lire [+]

V

- n° 170909

gir pour l'environnement et l'Association pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN), en partenariat avec 15 structures1 et le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer organisent, le 24 octobre 2009, la première édition du Jour de la Nuit. L'événement national a été présenté le 10 septembre lors d'une conférence de presse à l'observatoire de Paris. Le choix du 24 octobre n'est pas le fruit du hasard. Il coïncide avec le passage à l'heure d'hiver et les Nuits galiléennes. A l'occasion du 400e anniversaire de l'observation du ciel par Galilée, des observations de Jupiter et de ses satellites seront organisées dans toute la France les 23 et 24 octobre prochains. Les buts à atteindre : L'organisation du Jour de la Nuit poursuit différents objectifs : faire reconnaître la pollution lumineuse et la nécessité de protéger la nuit, sensibiliser le public aux résultats de cette pollution et exprimer la détermination de la France concernant les enjeux climatiques et les économies d'énergie avant le sommet de Copenhague en décembre 2009. A ce jour, les organisateurs recensent 66 manifestations dans toute la France mais les inscriptions restent ouvertes jusqu'au 24 octobre. Ces animations se répartissent en plusieurs catégories : extinction d'une partie de l'éclairage public, sortie nature, observation des étoiles et activité en intérieur. Les initiatives doivent respecter la charte d'engagement du Jour de la Nuit et comporter au moins l'un des aspects suivants : protection et valorisation de l'environnement nocturne, observation du ciel étoilé et économies d'énergie en matière d'éclairage. Une pollution lumineuse croissante : Depuis 1999, le nombre de points lumineux sur le territoire a augmenté de 30 % pour atteindre aujourd'hui un total de 8,7 millions. Agir pour l'environnement souligne que la pollution lumineuse continue à augmenter en moyenne de 5 % par an. Ce phénomène, révélé par les astronomes, se matérialise sous trois formes : le halo lumineux, la lumière éblouissante et la lumière envahissante ou intrusive. La lumière émise par l'éclairage artificiel est ainsi renvoyée par le sol et les bâtiments avant d'être diffusée par les gouttes d'eau, les particules de poussières et les aérosols en suspension dans l'atmosphère. Selon Agir pour l'environnement, l'augmentation de l'éclairage découle notamment d'une perte de l'habitude du noir et d'une crainte de l'obscurité. Philippe Tostain, délégué Energie, Plan solaire et Bâtiments communaux de la ville de Lille, évoque même l'existence d'un mythe du jour éternel. La demande croissante de sécurité de la part des élus et des citoyens, l'effet de mode et l'ignorance des dangers de la pollution lumineuse sont également cités par l'association. De nombreux systèmes d'éclairage seraient aussi inadaptés aux besoins réels : leur rayonnement, orienté vers le ciel, ne diffuserait pas efficacement la lumière sur la zone à éclairer. Les luminaires peuvent également se caractériser par une puissance trop forte et une durée de fonctionnement mal adaptée à la fréquentation des espaces concernés. Les effets de la pollution lumineuse : La pollution lumineuse nuit à la biodiversité nocturne en perturbant faune et flore. L'ANPCEN souligne que l'absence d'alternance entre le jour et la nuit conduit par exemple le coq et le merle à chanter à trois heures du matin. Elle perturbe aussi les voyages des oiseaux migrateurs. Enfin, la pollution lumineuse entraîne un dérèglement de la photosynthèse. Et que dire de ses répercussions économiques ? L'éclairage public, qui génère 4 % des émissions de gaz à effet de serre en France, représente pour les communes 23 % de la facture globale d'énergie et 38 % de la facture d'électricité. Selon l'ADEME et EDF, les communes pourraient économiser 30 à 40 % d'énergie si les les installations étaient de meilleure qualité et avec une puissance plus appropriée. Le projet de loi Grenelle 2 : Le projet de loi Grenelle 2, qui sera débattu la semaine prochaine au Sénat, comprendra des prescriptions sur les flux lumineux et les conditions d'implantation des luminaires. Le texte intégrera notamment l'éclairage commercial. Ces recommandations pourront être adaptées localement par les préfets. Le contrôle de leur application sera confié aux maires, sauf pour l'éclairage municipal qui relèvera de l'Etat. Le site de l'événement : http://www.jourdelanuit.fr/
gir pour l'environnement et l'Association pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN), en partenariat avec 15 structures1 et le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer organisent, le 24 octobre 2009, la première édition du Jour de la Nuit. L'événement national a été présenté le 10 septembre lors d'une conférence de presse à l'observatoire de Paris. Le choix du 24 octobre n'est pas le ...

Changement horraire ; Chiffre clé ; Éclairage ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Événement / Manifestation ; Grenelle de l'environnement ; Pollution lumineuse ; Sensibilisation

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Voilà le gouvernement contraint d'agir contre la pollution lumineuse. Le Conseil d'Etat enjoint en effet Nicolas Hulot de prendre sous six mois les arrêtés prévus par la loi Grenelle 2, sous peine d'une astreinte de 500 euros par jour.

Environnement ; Pollution lumineuse ; Réglementation

... Lire [+]

y

Réalisée par la FRAPNA Isère cette exposition est composée de 6 panneaux de sensibilisation sur la pollution lumineuse.

Outil pédagogique ; Pollution lumineuse ; Éclairage ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Économie d'électricité ; Route / Autoroute ; Urbanisme ; Collectivité locale

... Lire [+]

y

- n° 307 - p.16 à p.18

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Imaginer un véritable développement durable, c'est le souhait de beaucoup d'acteurs . Certes, les collectivités prennent déjà leur part dans cette orientation, mais il faudrait que tous (institutions et entreprises) intègrent cette dimension pour changer de paradigme. Une étude de l'Ademe (voir lien ci-dessous) précise ce nouveau modèle et apporte des perspectives concrètes pour y arriver...
ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Imaginer un véritable développement durable, c'est le souhait de beaucoup d'acteurs . Certes, les collectivités prennent déjà leur part dans cette orientation, mais il faudrait que tous (institutions et entreprises) intègrent cette dimension pour changer de paradigme. Une étude de l'Ademe (voir lien ci-dessous) précise ce nouveau modèle et apporte des perspectives concrètes pour y arriver...

Éclairage public ; Étude ; Collectivité locale ; Ile ; Pollution lumineuse

... Lire [+]

2 y

Ce guide, sous forme de dépliant, informe les élus des communaux sur les enjeux de l'éclairage public durable, les solutions préconisées, les gains attendus, les droits et devoirs des maires.

Équipement urbain ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Pollution lumineuse ; Risque ; Commune / Ville ; Norme ; Rentabilité ; LED / Diode ; Grenelle de l'environnement

... Lire [+]

2 y

Les articles L 583-1 à L 583-5 et R 583-1 à R 583-7 du code de l'environnement ont institué un dispositif de prévention et de limitation des nuisances lumineuses.
L'arrêté du 25 janvier 2013 précise les modalités de fonctionnement des installations d'éclairage des bâtiments non résidentiels, recouvrant à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur de ces bâtiments et l'éclairage des façades de bâtiments, cette dernière catégorie ne concernant pas les réverbères d'éclairage public des collectivités apposés en façades qui sont destinés à éclairer la voirie.
L'arrêté du 25 janvier 2013 entrera en vigueur le 1er juillet 2013.
Les articles L 583-1 à L 583-5 et R 583-1 à R 583-7 du code de l'environnement ont institué un dispositif de prévention et de limitation des nuisances lumineuses.
L'arrêté du 25 janvier 2013 précise les modalités de fonctionnement des installations d'éclairage des bâtiments non résidentiels, recouvrant à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur de ces bâtiments et l'éclairage des façades de bâtiments, cette dernière catégorie ne ...

Éclairage ; Éclairage public ; Pollution lumineuse ; Installation ; Lampe basse consommation ; France

... Lire [+]

2 y

- 9 p.

L'arrêté du 25 janvier 2013 est entré en vigueur le 1er juillet 2013.
Il a pour objet de limiter les durées de fonctionnement de certaines installations d'éclairage la nuit et ceci afin de supprimer les gaspillages énergétiques et de réduire les nuisances lumineuses.
En effet, l'excès d'éclairage, notamment dans les agglomérations, a des conséquences sur les écosystèmes (perturbation des espèces) et sur la santé humaine (sommeil des riverains). C'est aussi une source importante de consommation d'électricité. La réglementation vise donc à limiter l'éclairage nocturne non indispensable sur certaines installations.
A ce jour, environ 20% des services du MEDDE ont transmis leurs grilles d'évaluation.
Celles ci font notamment apparaître que les services appliquaient le plus souvent, avant même l'entrée en vigueur de l'arrêté, des mesures d'extinction de l'éclairage des bureaux dès la fin de leur occupation ou au moyen de dispositifs d'extinction automatique. Les façades des bâtiments des services du MEDDE ne font pas l'objet d'un éclairage nocturne.
Si en 2013, d'importantes actions de sensibilisation des différents acteurs (collectivités locales, entreprises, chambres de commerce et d'industries, etc.) ont été menées au niveau local aux moyens de courriers, de réunions, de mise à disposition d'outils de communication, les informations communiquées par les services font apparaître qu'ils n'ont pas procédé à la
réalisation de contrôles sur le terrain ni par conséquent prononcé de sanctions.
D'après les mêmes sources, au moins une demande de dérogation concernant l'illumination, toute la nuit, d'un immeuble de grande hauteur parisien a été adressée au préfet de police et a fait l'objet d'un refus tacite.
L'arrêté du 25 janvier 2013 est entré en vigueur le 1er juillet 2013.
Il a pour objet de limiter les durées de fonctionnement de certaines installations d'éclairage la nuit et ceci afin de supprimer les gaspillages énergétiques et de réduire les nuisances lumineuses.
En effet, l'excès d'éclairage, notamment dans les agglomérations, a des conséquences sur les écosystèmes (perturbation des espèces) et sur la santé humaine (sommeil des ...

France ; Éclairage public ; Consommation d'électricité ; Bilan ; Pollution lumineuse ; Bâtiment public ; Bâtiment administratif ; Milieu urbain ; Milieu rural

... Lire [+]

y

- 43 p.

Cet ouvrage co-rédigé par la FRAPNA, l'ADEME, GEG, la Métro, l'ANPCEN, l'ALEC, le SEDI et Alpha-JM a pour objectif d'aider les communes à améliorer l'éclairage public en diminuant les coûts et la pollution lumineuse, tout en gardant un confort de vie. La première partie de l'ouvrage donne des conseils techniques sur la gestion de l'éclairage. La deuxième partie est composée de 11 fiches techniques traitant des thèmes suivants :
- Eclairage des routes et trottoirs ;
- Eclairage des pistes cyclables ;
- Eclairage des parcs et jardins ;
- Eclairage des terrains de sport ;
- Eclairage des enseignes et devantures ;
- Eclairage des zones industrielles et commerciales ;
- Eclairage des parkings extérieurs ;
- Eclairage mise en valeur patrimoniale ;
- Eclairage des pistes de ski ;
- Eclairage de lotissements ;
- Eclairages privés résidentiels.
Cet ouvrage co-rédigé par la FRAPNA, l'ADEME, GEG, la Métro, l'ANPCEN, l'ALEC, le SEDI et Alpha-JM a pour objectif d'aider les communes à améliorer l'éclairage public en diminuant les coûts et la pollution lumineuse, tout en gardant un confort de vie. La première partie de l'ouvrage donne des conseils techniques sur la gestion de l'éclairage. La deuxième partie est composée de 11 fiches techniques traitant des thèmes suivants :
- Eclairage des ...

Pollution lumineuse ; Éclairage public ; Éclairage ; Collectivité locale ; Route / Autoroute ; Avis technique ; Consommation d'énergie ; Équipement urbain ; Économie d'énergie

... Lire [+]

y

- 43 p.

L'éclairage artificiel nocturne est de plus en plus présent. Son essor a été particulièrement important au cours des dernières décennies avec des conséquences énergétiques et environnementales. Il est temps de revenir à la raison et d'utiliser le progrès avec sobriété et à bon escient.
Ce guide technique a pour objectif de préciser les grands objectifs de la "charte pour un éclairage raisonné de Grenoble-Alpes-Métropole".
L'éclairage artificiel nocturne est de plus en plus présent. Son essor a été particulièrement important au cours des dernières décennies avec des conséquences énergétiques et environnementales. Il est temps de revenir à la raison et d'utiliser le progrès avec sobriété et à bon escient.
Ce guide technique a pour objectif de préciser les grands objectifs de la "charte pour un éclairage raisonné de Grenoble-Alpes-Métropole".

Éclairage ; Éclairage public ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Certificat d'économie d'énergie ; Recyclage ; ADEME ; Installation ; Efficacité énergétique ; Environnement ; Polluant ; Pollution lumineuse ; Impact environnemental ; Ampoule ; Consommation d'électricité ; LED / Diode ; Économie d'électricité ; Économie d'énergie ; Lampe halogène ; Lampe fluorescente compacte LFC

... Lire [+]

y

Cinq mois après l'entrée en vigueur de l'arrêté sur l'extinction lumineuse, la surface éclairée des bâtiments tertiaires après les heures d'occupation demeure élevée. Reportage dans le quartier d'affaires de la Défense.

Pollution lumineuse ; Consommation d'énergie ; Bâtiment tertiaire ; Secteur tertiaire ; Bureautique ; Éclairage ; Bâtiment industriel

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Pollution lumineuse [20]

Éclairage public [16]

Éclairage [11]

Collectivité locale [8]

Économie d'énergie [8]

France [5]

Consommation d'énergie [4]

Ampoule [3]

Biodiversité [3]

Économie d'électricité [3]

Grenelle de l'environnement [3]

LED / Diode [3]

Maitrise De l'Énergie - MDE [3]

Commune / Ville [2]

Consommation d'électricité [2]

Coût d'investissement [2]

Efficacité énergétique [2]

Environnement [2]

Équipement urbain [2]

Étude [2]

Événement / Manifestation [2]

Ile [2]

Impact environnemental [2]

Installation [2]

Lampe basse consommation [2]

Politique énergétique [2]

Recyclage [2]

Réglementation [2]

Route / Autoroute [2]

Urbanisme [2]

ADEME [1]

Architecte du bâtiment de france [1]

Aspect financier [1]

Avis technique [1]

Bâtiment [1]

Bâtiment administratif [1]

Bâtiment industriel [1]

Bâtiment public [1]

Bâtiment tertiaire [1]

Bibliographie [1]

Bilan [1]

Bilan carbone [1]

Bureautique [1]

Certificat d'économie d'énergie [1]

Changement climatique [1]

Changement horraire [1]

Chiffre clé [1]

CO2 evité [1]

Concours / Trophée [1]

Coût d'exploitation [1]

Déchet [1]

Entreprise [1]

Éolien [1]

Étiquette énergie [1]

Expertise [1]

Facture énergétique [1]

Gaz à Effet de Serre / GES [1]

Généralité énergie [1]

Généralité énergie renouvelable [1]

ICPE - Installation Classée Protection Environnement [1]

Ile de France [1]

Impact santé [1]

Installation classée [1]

Lampe fluorescente compacte LFC [1]

Lampe halogène [1]

Lampe solaire [1]

Maintenance / Entretien [1]

Milieu rural [1]

Milieu urbain [1]

Nord Pas de Calais [1]

Norme [1]

Ordonnance/Obligation [1]

Ossature Bois [1]

Outil pédagogique [1]

Performance énergétique [1]

Permis de construire [1]

Petit éolien [1]

Politique environnementale [1]

Polluant [1]

protection environnement [1]

Puits de lumière [1]

Réalisation [1]

Recensement / Inventaire [1]

Rentabilité [1]

Risque [1]

Secteur tertiaire [1]

Sensibilisation [1]

Suisse [1]

Transport [1]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z