F Nous contacter

0

Documents  Scénario | enregistrements trouvés : 330

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

ARTICLE EN LIGNE
Le Scénario Zero Waste est déjà appliqué à Capannori, à Trévise et à San Francisco où le poids des déchets résiduels a été réduit jusqu'à 80 %. Roubaix est l'une des villes pionnières dans l'hexagone. Faisons le point sur la situation actuelle en France et en Allemagne.


Image : By unangeloblu (Own work (Taken by self)) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)], via Wikimedia Commons
ARTICLE EN LIGNE
Le Scénario Zero Waste est déjà appliqué à Capannori, à Trévise et à San Francisco où le poids des déchets résiduels a été réduit jusqu'à 80 %. Roubaix est l'une des villes pionnières dans l'hexagone. Faisons le point sur la situation actuelle en France et en Allemagne.


Image : By unangeloblu (Own work (Taken by self)) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by...

Déchet ; Scénario ; Économie d'énergie ; Politique environnementale ; Collectivité locale ; Outil pédagogique

... Lire [+]

V

- n° 20

- 2020 : 20% contraignants pour l'UE-27 - Réduire l'effet de serre grâce aux énergies renouvelables - Le secteur renouvelable propose des alternatives aux conclusions de la commission énergie 2030

CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation d'énergie ; Coût d'investissement ; Effet de serre ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; Objectif européen ; Perspective ; Scénario

... Lire [+]

V

- n° 314 - p.22 à p.23

Alors que la décentralisation du modèle énergétique français peine à être engagée, malgré l'essor des énergies renouvelables, des collectifs citoyens élaborent leurs propres scénarios régionaux de sortie du nucléaire et de sobriété énergétique.

Généralité énergie renouvelable ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Nucléaire ; Région ; Schéma régional climat air énergie (SRCAE) ; Collectivité locale ; Scénario ; Transport ; Centrale nucléaire

... Lire [+]

V

- n° 11104

"Dans son dernier rapport sur les ""Perspectives énergétiques mondiales 2004"", l'Agence internationale de l'énergie (AIE) brosse le tableau du secteur de l'énergie dans le monde pour les 30 prochaines années. Selon ce rapport publié fin octobre, la demande mondiale d'énergie devrait s'accroître de près de 60% d'ici 2030. Pour l'Agence, le monde n'est pas encore à court de pétrole et de manière générale les ressources sont ""plus que suffisantes"" pour faire face à la demande future. Mais l'envol des prix du pétrole et du gaz, l'instabilité croissante de l'acheminement de l'offre et l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone, sont le signe ""d'un considérable malaise dans le monde de l'énergie"" L'AIE considère le prix du pétrole comme une ""source importante d'incertitude"". Le scénario d'un prix élevé, c'est-à-dire un baril à 35 dollars en moyenne, aboutirait à une diminution de la demande de 15% à l'horizon 2030, ce qui correspond à la consommation actuelle des Etats-Unis. Notons que le prix actuel du baril de pétrole à New-York est de 56.6 $ environ... Entre maintenant et 2030, les combustibles fossiles, au premier rang desquels le pétrole avec 121 Mbj (millions de baril/jour), représenteront 85% de l'augmentation de la demande mondiale, selon l'AIE. Deux tiers de l'accroissement proviendra de la demande des pays émergents, comme la Chine et l'Inde. La consommation de gaz naturel devrait doubler d'ici 2030, tandis que la part du charbon et de l'énergie nucléaire devrait fléchir. Mais, note encore l'Agence, la demande mondiale pourrait-être inférieure de 10% en cas ""d'action vigoureuse des pouvoirs publics"" en faveur de la protection de l'environnement et de la sécurité énergétique. Dans ce cas, la dépendance des pays consommateurs à l'égard du Moyen-Orient serait réduite et la demande de pétrole diminuerait d'un volume égal à la production actuelle de l'Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et du Nigeria. De même, les émissions de dioxyde seraient inférieures de 16% au scénario de base, soit ce qu'émettent actuellement les Etats-Unis et le Canada. Source : notre-planete.info "
"Dans son dernier rapport sur les ""Perspectives énergétiques mondiales 2004"", l'Agence internationale de l'énergie (AIE) brosse le tableau du secteur de l'énergie dans le monde pour les 30 prochaines années. Selon ce rapport publié fin octobre, la demande mondiale d'énergie devrait s'accroître de près de 60% d'ici 2030. Pour l'Agence, le monde n'est pas encore à court de pétrole et de manière générale les ressources sont ""plus que su...

Demande en énergie ; International ; Perspective ; Prix de l'énergie ; Rapport ; Scénario

... Lire [+]

V

- n° 34 - p.11 à p.11

Dans un scénario européen 100% énergie renouvelable, une récente du Frankfurt Institute of Advanced Studies menée par m. Dominik Heide a calculé la répartition optimale de production solaire et éolienne, ainsi que les capacitéss maximales de stockage à partir des consommations actuelles.

Scénario ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; Éolien ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Stockage de l'énergie ; Étude ; Coût de connexion ; Réseau électrique ; Réseau énergétique ; Consommation d'énergie ; Consommation d'électricité ; Pompage-turbinage

... Lire [+]

y

- n° 119

ARTICLE EN LIGNE
Le Grand Clermont et le Parc naturel régional du Livradois Forez se sont associés pour écrire, avec tous les acteurs locaux, le scénario agricole et alimentaire de leur territoire d'ici 2050. Avec comme mot d'ordre : relocaliser l'alimentation.

Auvergne ; Scénario ; Projet ; Alimentation ; Collectivité locale ; Milieu agricole ; Circuit court

... Lire [+]

V

- n° 332
ISBN 0292-1731

"Dans le scénario "" de référece à caractère tendanciel"" élaboré par la DGEMP pour 2030, la consommation d'énergie primaire et les émissions de CO2 de la France augmentent entre 2000 et 2030 malgré des hypothèses optimistes sur l'intensité énergétique et le développement des énergies renouvelables des energies renouvelables. Notre pays perd 6 points d'indépendance énergétique et n'est plus exportateur d'électricité. De quoi mieux apprécier les enjeux des décissions à prendre."
"Dans le scénario "" de référece à caractère tendanciel"" élaboré par la DGEMP pour 2030, la consommation d'énergie primaire et les émissions de CO2 de la France augmentent entre 2000 et 2030 malgré des hypothèses optimistes sur l'intensité énergétique et le développement des énergies renouvelables des energies renouvelables. Notre pays perd 6 points d'indépendance énergétique et n'est plus exportateur d'électricité. De quoi mieux apprécier les ...

Consommation d'énergie ; Énergie finale ; Énergie primaire ; Scénario

... Lire [+]

y

- n° 494 - p.27 à p.28

Pourrait-on atteindre les objectifs nationaux de production d'électricité à partir d'énergies renouvelables, notamment avec de la biomasse ligneuse, si la demande continue d'augmenter ? Serge Defaye (président du Cibe) éclaire la question de son analyse.

Production d'électricité ; Généralité énergie renouvelable ; Bois énergie ; Biomasse ligno-cellulosique ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Chaleur ; Scénario

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le Gouvernement vient de présenter un projet d'arrêté qualifié de "Premier volet de la programmation annuelle de l'énergie" (PPE). Tel n'est pourtant pas le cas. Ce projet de texte ne correspond pas à la nouvelle procédure PPE créée par la loi de transition énergétique mais à l'ancienne procédure de programmation pluriannuelle des investissements (PPI, antérieure à cette même loi. Explications.
ARTICLE EN LIGNE
Le Gouvernement vient de présenter un projet d'arrêté qualifié de "Premier volet de la programmation annuelle de l'énergie" (PPE). Tel n'est pourtant pas le cas. Ce projet de texte ne correspond pas à la nouvelle procédure PPE créée par la loi de transition énergétique mais à l'ancienne procédure de programmation pluriannuelle des investissements (PPI, antérieure à cette même loi. Explications.

Programmation Pluriannuelle de l'Energie - PPE ; Droit de l'environnement ; Projet ; Urbanisme ; Éolien ; Réglementation ; Transition énergétique ; Production d'électricité ; Production de chaleur ; Étude d'impact ; Besoin énergétique ; Scénario ; Politique énergétique

... Lire [+]

y

Alors que le débat sur la transition énergétique - qui inclut ceux sur le nucléaire et les énergies renouvelables - est fortement médiatisé, trois concepts - négawatt, énergie grise et exergie - sont absents des discussions.

Ils sont pourtant indispensables pour trouver des solutions durables à la crise énergétique actuelle. Je vous les présente donc rapidement pour éclairer votre compréhension des débats publics en cours, et malheureusement prendre conscience que nous ne nous posons pas les bonnes questions.
Alors que le débat sur la transition énergétique - qui inclut ceux sur le nucléaire et les énergies renouvelables - est fortement médiatisé, trois concepts - négawatt, énergie grise et exergie - sont absents des discussions.

Ils sont pourtant indispensables pour trouver des solutions durables à la crise énergétique actuelle. Je vous les présente donc rapidement pour éclairer votre compréhension des débats publics en cours, et malheureusement ...

Transition énergétique ; Politique énergétique ; Scénario ; Consommation d'énergie ; Débat Énergie

... Lire [+]

V

- n° 750 - p.10 à p.12

Le président de NégaWatt détaille la dernière version du scénario produit par l'association pour la période 2011-2050. Ce connaisseur des énergies - de leur production à leur consommation - souligne qu'au cours des dix ans passés, la trajectoire des membres de ce "think tank" n'a pas varié et que ses options sont de plus en plus partagées... Une démarche marginale qui devient de plus en plus centrale.
Le président de NégaWatt détaille la dernière version du scénario produit par l'association pour la période 2011-2050. Ce connaisseur des énergies - de leur production à leur consommation - souligne qu'au cours des dix ans passés, la trajectoire des membres de ce "think tank" n'a pas varié et que ses options sont de plus en plus partagées... Une démarche marginale qui devient de plus en plus centrale.

Négawatt ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Scénario ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Crise énergétique ; Nucléaire ; Pétrole ; Électricité ; Politique énergétique ; Rénovation ; Bâtiment ; Coût des travaux ; Consommation d'énergie ; Production d'énergie ; Logement ; Grenelle de l'environnement ; Amélioration de l'habitat ; Gaz naturel ; Aspect financier

... Lire [+]

V

- n° 130904

http://www.letemps.ch/template/tempsFort.asp?page=3&article=141626 Date de parution: Lundi 13 septembre 2004 Auteur: Pierre Veya Les énergies vertes jouent aujourd'hui un rôle marginal, de l'ordre de 2%, dans la production mondiale. Mais, épuisement des réserves pétrolières aidant, elles décolleront selon différentes projections vers 2025 pour jouer un très grand rôle au milieu du siècle. En fait, leur développement est déjà avancé: sait-on par exemple que le vent pèse autant, aujourd'hui en Allemagne, que trois centrales nucléaires? Il y a une bonne nouvelle: dans les trente à cinquante prochaines années et même au-delà, la planète ne manquera pas d'énergie. Il y a une mauvaise nouvelle: l'adieu aux énergies fossiles (pétrole, gaz) s'il est inscrit dans l'évolution technologique sera lent, chaotique et suscitera encore de nombreux conflits politiques et sans doute militaires. Les nouvelles énergies renouvelables (éolien, biomasse, solaire, géothermie en grande profondeur, hydraulique) seront de plus en plus au coeur du débat énergétique. Si elles jouent aujourd'hui un rôle somme toute marginal dans le bilan de l'énergie de la planète (4% en 2030 contre 2% en 2000), selon les différents scénarios de l'Union européenne (rapport Weto 2003), et des Etats-Unis, leur décollage interviendrait réellement vers 2025 et serait vraiment visible vers 2050. Leur rythme de progression va dépendre de deux facteurs essentiels, de l'introduction de mécanismes économiques visant à diminuer les émissions de CO2, responsables à 70% de l'effet de serre et bien entendu du prix des énergies fossiles. Pour le professeur de physique Andreas Züttel, directeur de l'Institut des énergies renouvelables de l'Université de Fribourg, «les choix à opérer sont à notre portée. Ils ne sont pas démesurés et conduisent vers une économie de l'hydrogène mais qui ne sera durable ou «propre» que si l'hydrogène est d'origine renouvelable. Il n'y aura pas de solution unique mais un ensemble de technologies et d'incitations à mettre en place.» C'est cette quête que nous allons explorer au fil de la semaine. Des projets ambitieux Nous avons choisi de nous concentrer sur les énergies renouvelables qui joueront un rôle décisif et qui connaissent depuis quelques années un développement que l'on peut qualifier de remarquable en termes de progression annuelle. Sait-on que la production éolienne de l'Allemagne équivaut d'ores et déjà à celle de trois centrales nucléaires? Que la filière agricole suisse a l'ambition de produire, dès 2008-2010, 20% de l'essence consommée par le transport automobile. Que les Services industriels de Genève (SIG) planifient dans le même laps de temps de vendre 7 à 8% de leur électricité à partir des énergies renouvelables. Que l'Autriche a réussi à accroître la part de ces mêmes énergies de 25 à 35% en moins d'une décennie. Que les chauffages utilisant des granulés de bois se vendent très bien et sont à l'usage nettement plus avantageux que le mazout dès lors que le prix du baril se maintient à plus de 40 dollars. En termes de bilan énergétique, c'est peu. Mais beaucoup si l'on sait que le marché des énergies renouvelables, qui a pris son essor au lendemain de la première crise pétrolière, suscitait il y a encore peu un intérêt poli, sans plus. Une chance historique Avec la forte hausse du prix du brut, qui semble s'installer durablement autour des 40 dollars, les énergies renouvelables ont une chance historique, en particulier de remplacer les technologies et procédés très sensibles aux prix des énergies fossiles. Discrètement, l'économie privée commence à saisir l'enjeu et prend très au sérieux la menace d'une taxe CO2. Des géants de l'industrie comme General Electric se distancient ouvertement des options du gouvernement Bush (Business Week, Global Warning, Why Business is Taking It So Seriously, août 2004). Et ce n'est pas un hasard si l'Union pétrolière suisse appuie la filière agricole dans sa volonté de s'inscrire dans la dynamique des biocarburants: elle veut clairement éviter une taxe CO2 en finançant en contrepartie la mise en route d'une filière «verte», alors que les pétroliers ont jusqu'ici tenté d'exclure toute forme de concurrence. Les optimistes pourraient en conclure qu'un changement radical est en cours. Le réalisme nous amène à une autre conclusion: aujourd'hui, bien davantage qu'il y a dix ans, les énergies vertes ont mis un pied dans le marché de l'énergie et l'on devine simplement mieux comment elles vont progressivement entrer en concurrence avec le roi pétrole. Et cela au moment où le poids de l'énergie dans la richesse mondiale produite commence à diverger. Dans une économie fondée sur les services, la part du pétrole dans la richesse produite diminue. C'est le moment idéal pour s'y intéresser et agir. Cette série a été réalisée en étroite collaboration avec Jean-Christophe Hadorn, consultant en énergies renouvelables à Genève, expert en énergie solaire auprès de la Confédération et responsable du projet de l'Institut national de l'énergie solaire en France. - - - - - Comment l'offre évoluera ces trente prochaines années Pierre Veya Les scénarios réalisés par les Etats-Unis et l'Union européenne prédisent un déclin de la part du pétrole aux environs de 2025. Les scénarios sur l'évolution de la demande énergétique mondiale pour les trente prochaines années, réalisés par les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Agence internationale de l'énergie (AIE), divergent sur les pourcentages mais pas sur les ordres de grandeur. En tenant compte de l'évolution prévisible des techniques et de la croissance économique mondiale, la demande en énergie devrait augmenter de 1,8% par an entre 2000 et 2030. L'énergie fossile (pétrole, gaz) représentera toujours près de 90% de l'énergie. Résultat, à moins d'un fort infléchissement (même avec l'adoption du Traité de Kyoto) les émissions de CO2 seront pratiquement du double du niveau atteint en 1990, en raison principalement de la forte progression des émissions en provenance d'Asie (Chine et Inde). Selon ces scénarios, la consommation de pétrole continuera d'augmenter, mais moins vite que la consommation de gaz et de charbon qui doublera. La part de l'énergie nucléaire va se réduire à 10%, alors que les énergies renouvelables vont passer de 2 à 4% et cela grâce à la montée en puissance du courant électrique éolien. Ce n'est qu'à partir de 2025 que la part du pétrole va commencer à décliner, largement en raison de la gazéification du charbon et du recours au gaz pour la production d'électricité. Dans le domaine des transports, si la progression du nombre de véhicules par habitant ralentira dans les pays développés, il en ira tout autrement dans les pays en développement. Selon une étude MIT, l'introduction des voitures hybrides, à gaz et finalement à hydrogène, n'aura un véritable impact qu'à partir de 2025, même en tenant compte d'une diminution de la consommation des moteurs, contrebalancée par l'augmentation du poids des véhicules et la gourmandise en énergie des équipements électroniques. Ce tableau, que l'on qualifiera de scénario réaliste, ne tient pas compte d'instruments économiques qui permettraient d'accélérer le virage vers les énergies renouvelables. Ainsi, rapportée à la Suisse, l'introduction d'une taxe sur le CO2, voire du centime climatique, doublée de programmes valorisant les énergies dites vertes par le biais de quotas, de certificats et d'un programme d'utilisation rationnelle de l'énergie (maisons dites Minergie) pourraient changer radicalement les projections. Nous l'avons fait dans les graphiques ci-contre, sur la base des études disponibles. Dans le scénario, «maîtrise de l'énergie», nous tablons sur une baisse de la consommation de pétrole pour le chauffage de 10%, l'utilisation du potentiel total du bois, la couverture de 4 m2 de panneau solaire thermique par personne et le développement systématique de la pompe à chaleur et de la cogénération. Le résultat est intéressant: la part du renouvelable passe de 14% à 38,2% et la part non hydraulique du renouvelable atteint 26,4% contre moins de 1% actuellement (0,89%). A titre d'indications, pour 2010, la Confédération table sur une baisse de la consommation d'énergie fossile de 10%, veut ralentir la consommation d'électricité et augmenter la part des renouvelables (+ 3% pour la chaleur et + 1% pour l'électricité). - - - - - Le vent: gratuit comme le soleil mais meilleur marché à transformer en électricité Willy Boder L'éolien se développe de manière spectaculaire en Europe, sous l'impulsion notable de l'Allemagne. Vingt-trois pour cent! Ce chiffre impressionnant représente la progression de la puissance électrique installée sous forme d'éoliennes en Europe l'an dernier. Il confirme la poursuite de la croissance exponentielle de l'énergie éolienne, fortement perceptible dès 1999, à la suite de l'impulsion de l'Allemagne qui subventionne cette forme d'énergie et la considère comme l'un des principaux moyens de sortir du nucléaire. Les entreprises actives dans le secteur estiment que les perspectives de développement du marché sont excellentes jusqu'en 2012. Les prévisions font état d'une puissance installée, dans huit ans, de quelque 150 000 mégawatts (MW), soit près de quatre fois la force éolienne en service aujourd'hui dans le monde, et l'équivalent de 41% de la production actuelle d'énergie nucléaire. Le succès de l'éolien, qui décolle nettement plus vite que le photovoltaïque, repose sur une technologie d'ores et déjà éprouvée sur terre, et en progression technique sur mer, en dépit des problèmes de maintenance et de corrosion par le sel que ces nouveaux parcs offshore rencontrent encore. Mais l'avenir se situe bel et bien en mer, à une dizaine de kilomètres des côtes où soufflent des vents violents sans que ces installations portent une grave atteinte à l'environnement. Sur terre, l'industrie a d'ores et déjà atteint la limite de ce qu'il est possible de transporter par camion et d'assembler par un système de double grue ou par hélicoptère. L'installation pèse souvent plus de 250 tonnes et dépasse 100 mètres de haut. Une éolienne de ce type, d'une puissance de 2MW, peut, dans de bonnes conditions de vent, fournir en électricité l'équivalent de la consommation annuelle de quelque 1500 ménages. En mer, la puissance, liée à la longueur des pales, pourra encore être augmentée puisque les constructeurs ne sont pas limités par des restrictions d'accès. Les industriels danois estiment que la capacité des installations offshore sera multipliée par 20 entre 2003 et 2008, pour atteindre près de 10 000 MW. Vestas, principal constructeur européen, annonce la mise sur le marché d'éoliennes de 3 MW l'an prochain, et de 4,5 MW disposant de pales mesurant jusqu'à 60 mètres de long, dès 2006. Cette course au gigantisme a pour objectif d'abaisser le coût du kW/heure produit. Aujourd'hui, le prix moyen de production pour une installation bien située se monte à 8,5 centimes, contre un peu plus de 4 centimes pour le courant nucléaire, compte non tenu des coûts indirects liés aux déchets radioactifs. Les experts estiment que le prix de l'éolien descendra ces prochaines années au-dessous de 7 centimes le kW/h. Un coût de production nettement plus compétitif que celui du solaire, trois à quatre fois plus onéreux. Avec 28 000 MW de puissance éolienne installée, l'Europe des quinze concentre 71% de la capacité mondiale de ce type d'énergie. L'Allemagne occupe une position dominante, avec plus de 7000 éoliennes qui représentent 51% de la puissance du parc européen. Dans certains Länder du nord du pays, 25 à 30% des besoins en électricité sont couverts de cette manière. L'Espagne mise également sur ce type d'énergie, et entend tripler sa capacité d'ici à 2010 afin de couvrir 12% de sa consommation électrique grâce à la force du vent. Le Danemark, pays pionnier en la matière, ce qui explique la forte présence danoise dans l'industrie éolienne, se place en troisième position, avec une puissance installée de plus de 3000 MW, couvrant 15 à 20% des besoins du pays en électricité. Plusieurs marchés offrent de belles perspectives de développement, notamment l'Australie, l'Inde, la Chine, voire l'Egypte, comme le prouve la récente installation de 46 éoliennes dans le désert au bord de la mer Rouge. En comparaison, la Suisse fait figure de parent pauvre. Elle occupait, fin 2003, l'avant-dernier rang européen avec 8 éoliennes installées, dont l'une, celle de Gütsch, près d'Andermatt est hors service depuis plus de six mois. Les Forces motrices bernoises (FMB), qui possèdent 60% de la société Juvent SA, mettent en service ces jours deux nouvelles éoliennes au Mont-Soleil, dans le Jura bernois. L'énergie éolienne suisse représente l'équivalent de 0,4% de la production d'une centrale nucléaire comme Mühleberg. Si les projets de l'Office fédéral de l'énergie, visant à décupler le nombre d'éoliennes, aboutissent, la force du vent couvrira en 2010 les besoins de 30 000 ménages. «La demande est forte. Nous fournissons déjà 3000 clients en énergie éolienne garantie, et des centaines d'autres ne peuvent pas être satisfaits», constate Martin Pfisterer, membre de la direction des FMB. Mais sans aide publique directe, comme en Autriche, et freinée par le souci de préserver les paysages, l'éolien a peu d'avenir en Suisse. D'autant plus que la force des vents sur les crêtes du Jura est trois à quatre fois inférieure à celle mesurée sur les côtes danoises ou britanniques. - - - - - Au Danemark, chez le premier constructeur d'éoliennes du monde Willy Boder Vestas détient aujourd'hui 35% du marché mondial. Mais ses résultats, fortement conditionnés par des décisions politiques, sont en dents de scie. «Notre principal défi est de pouvoir produire des pales de plus en plus légères. Actuellement, une pale de 40 à 45 mètres de long pèse encore 6 tonnes.» Ursula Baekkegaard, responsable du marketing de Vestas, fabricant danois d'éoliennes qui détient 35% du marché mondial, contemple, dans un vaste hangar où s'affairent une dizaine d'ouvriers, la dernière invention des ingénieurs: une pale polie comme un miroir dont une partie est hélicoïdale. La technologie éolienne s'est inspirée à l'origine de l'industrie aéronautique mais prend aujourd'hui ses distances afin de trouver un fonctionnement optimum de ce qui devient une véritable petite centrale électrique, avec le récent développement des parcs éoliens en pleine mer conçus pour alimenter jusqu'à 150 000 foyers en énergie renouvelable. Gagner du poids et gagner de l'aérodynamisme adapté à la force du vent ­ une éolienne ne fonctionne que lorsqu'Eole est disposé à souffler entre 15 et 90km/h ­ constituent les principaux défis de Vestas afin de maintenir son avance technologique dans un marché en dents de scie. L'impression qui se dégage de la visite de l'usine de Lem, à 200 kilomètres à l'ouest de Copenhague, est un mélange de précision technologique et d'artisanat. «On se croirait dans une boulangerie.», plaisante Ursula Baekkegaard. Plusieurs ouvriers casqués et vêtus de combinaisons blanches tiennent effectivement une sorte de grand cornet à pâtisserie et déposent rapidement un mélange de colle sur une demi-pale longue de 25 mètres, encastrée dans un moule. Quelques minutes plus tard, une lourde machinerie fait basculer, à grand bruit, la seconde demi-pale sur la première déjà encollée. L'emploi de nouveaux matériaux a permis de réduire le poids et d'augmenter la résistance. Du polyester, on est passé à l'époxy, puis à un mélange constitué de carbone. Difficile d'en savoir davantage. Chez Vestas, qui tient à conserver son premier rang mondial, les secrets de fabrication sont bien gardés, notamment les temps de séchage, le nombre de couches appliquées, et même le rythme de production. Les contrats de vente comprennent également les frais de transport et de maintenance. Ainsi, les Forces motrices bernoises, qui installent en ce moment deux éoliennes danoises au Mont-Soleil (Jura bernois), dotées de pales de 33 mètres, ont déboursé 3,4 millions de francs pièce, dont la moitié seulement constitue le prix de vente de l'engin. La marche des affaires de Vestas est fortement conditionnée par la politique. Les aides financières étatiques directes, jusqu'à 30% en Allemagne, ou l'ambitieux projet gouvernemental danois, en voie de réalisation, de mettre en service un immense parc marin, soit 100 éoliennes à 14km des côtes ouest du pays, ou encore le retard dans la reconduction de rabais fiscaux pour les énergies renouvelables aux Etats-Unis, influencent davantage le parcours économique de Vestas, qui exporte 90% de sa production, que le cours du dollar ou de l'euro face à la couronne danoise. L'entreprise, qui a absorbé au printemps son voisin et concurrent NEG Micon pour constituer un groupe de 9250 employés après la réduction de 475 emplois, a ainsi dû revoir à la baisse ses prévisions économiques 2004 en raison du contexte américain. Les Etats-Unis, deuxième client au premier semestre 2003, ont chuté à la huitième place. Vestas, qui a réalisé un chiffre d'affaires annuel de 1,6 milliard d'euros en 2003 et un bénéfice opérationnel de 74 millions, suivi au premier semestre 2004 d'une perte de 39 millions, s'est vue obligée de repousser son projet d'installer une usine outre-Atlantique, mais a finalisé celui de construire une unité de production en Australie, et envisage de faire de même en Chine. La phase de consolidation économique du secteur n'est pas terminée. Le marché espagnol, très compétitif et en plein développement, attire les convoitises. Vestas a rompu son étroite collaboration avec l'industriel local Gamesa Eolica et entend s'implanter sur ce marché grâce à la forte présence de NEG Micon dans la péninsule Ibérique. L'entreprise allemande Nordex accumule les pertes et cherche activement un partenaire qui pourrait être Gamesa, l'un des principaux acteurs du marché avec l'américain General Electric et l'allemand Enercon. La jeune industrie de l'éolien, qui balbutiait à la fin des années 1970 avec la construction, rapidement abandonnée, de pales souples en forme de rotor fixées autour du mât, a désormais un grand avenir. ______
http://www.letemps.ch/template/tempsFort.asp?page=3&article=141626 Date de parution: Lundi 13 septembre 2004 Auteur: Pierre Veya Les énergies vertes jouent aujourd'hui un rôle marginal, de l'ordre de 2%, dans la production mondiale. Mais, épuisement des réserves pétrolières aidant, elles décolleront selon différentes projections vers 2025 pour jouer un très grand rôle au milieu du siècle. En fait, leur développement est déjà avancé: sait-on par ...

Bilan énergétique ; Chiffre clé ; Éolien ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; International ; Scénario

... Lire [+]

y

- n° 10673 - p.25 à p.35

Le débat sur la transition énergétique a débuté le 14 septembre dernier, par le lancement de la conférence environnementale. Las , le ministre du Redressement productif, Arnaud de Montebourg, a relancé, fin août , en signalant qu'il s'agissait d'une "industrie d'avenir", la polémique sur la filière nucléaire véritable coeur du débat en France...depuis 40 ans ! Reste que le gouvernement a affiché pour objectif de faire passer la part du nucléaire dans l production d'électricité de plus de 75% à 50%. Ce qui ouvre des perspectives à d'autres énergies, notamment le gaz.
Le débat sur la transition énergétique a débuté le 14 septembre dernier, par le lancement de la conférence environnementale. Las , le ministre du Redressement productif, Arnaud de Montebourg, a relancé, fin août , en signalant qu'il s'agissait d'une "industrie d'avenir", la polémique sur la filière nucléaire véritable coeur du débat en France...depuis 40 ans ! Reste que le gouvernement a affiché pour objectif de faire passer la part du nucléaire ...

Nucléaire ; Électricité ; Conférence environnementale ; Production d'électricité ; Approvisionnement ; Scénario ; Négawatt ; Généralité énergie renouvelable ; Gaz de schiste

... Lire [+]

V

- n° 390 - p.33 à p.34

En septembre 1997, la revue Silence avait publié un scénario de sortie de nucléaire en seulement deux ans. Aujourd'hui le débat reste le même : sommes-nous prêts à faire un petit effort dans la maîtrise de notre consommation d'énergie ou acceptons-nous de vivre encore des années avec un risque d'accident toujours possible demain?

Économie d'énergie ; France ; Nucléaire ; Centrale nucléaire ; Scénario ; Réacteur nucléaire ; Généralité énergie renouvelable ; Électricité ; Pétrole ; Europe ; Négawatt ; Grenelle de l'environnement ; Agenda 21 local

... Lire [+]

y


ISBN 580

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Six ans après la publication de son dernier scénario, l'association NégaWatt en présente une version consolidée et actualisée. Fondé sur une triple démarche basée sur la sobriété, l'efficacité et les énergies renouvelables, ce scénario nous montre que la transition énergétique est possible, et même le seul capable de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre.
ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Six ans après la publication de son dernier scénario, l'association NégaWatt en présente une version consolidée et actualisée. Fondé sur une triple démarche basée sur la sobriété, l'efficacité et les énergies renouvelables, ce scénario nous montre que la transition énergétique est possible, et même le seul capable de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre.

Changement climatique ; Efficacité énergétique ; Économie d'énergie ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Généralité énergie renouvelable ; Politique énergétique ; Négawatt ; Scénario

... Lire [+]

V

- n° 21
ISBN 1270-377x

Consommation d'énergie finale en 2050 : différents scénarios

Consommation d'énergie ; Économie d'énergie ; Europe ; France ; Généralité énergie ; International ; Maître d'ouvrage ; Négawatt ; Scénario

... Lire [+]

SENARIO NEGAWATT | SILENCE 1/04/04

Article

XXXXX

V

- n° 309
ISBN 0756-2640

L'association Négawatt s'est mise en place pour réfléchir à la possibilité de penser la question énergétique en terme d'efficcaié et d'économie. REgroupant des experts dans ce domaine, elle a élaboré un scénario que nous présentons ici: - Démarche négawatt - Scénario tendanciel de référence - Principales hypothèse du scenario negawatt - Mobilité, Électrricité, Chaleur - 23 propositions indu-ispensables pour un engagement negawatt de la France
L'association Négawatt s'est mise en place pour réfléchir à la possibilité de penser la question énergétique en terme d'efficcaié et d'économie. REgroupant des experts dans ce domaine, elle a élaboré un scénario que nous présentons ici: - Démarche négawatt - Scénario tendanciel de référence - Principales hypothèse du scenario negawatt - Mobilité, Électrricité, Chaleur - 23 propositions indu-ispensables pour un engagement negawatt de la France

Bilan énergétique ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Déplacement urbain ; Efficacité énergétique ; Chaleur ; France ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Négawatt ; Perspective ; Scénario

... Lire [+]

V

- n° Hors série - p.96 à p.97

La petite ville de Charente-Maritime s'efforce de penser en fonction de la consommation et non de la production. Elle veut entraîner ses habitants et ses entreprises dans ce cercle vertueux.

Poitou Charentes ; Politique énergétique ; Généralité énergie ; Consommation d'énergie ; Production d'énergie ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Scénario ; Éclairage ; Grenelle de l'environnement ; Objectif

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Scénario [330]

Généralité énergie renouvelable [152]

Politique énergétique [137]

France [122]

Consommation d'énergie [108]

Chiffre clé [91]

Généralité énergie [86]

Éolien [75]

Europe [74]

International [70]

Production d'électricité [67]

Solaire photovoltaïque [67]

Transport [67]

Gaz à Effet de Serre / GES [65]

Nucléaire [65]

Prospective / Prévision [62]

CO2 / Dioxyde de carbone [59]

Efficacité énergétique [59]

Biomasse [56]

Changement climatique [54]

Maitrise De l'Énergie - MDE [52]

Energie hydraulique [50]

Potentiel de développement [48]

Emploi [46]

Perspective [46]

Bâtiment [44]

Économie d'énergie [43]

Objectif [40]

Pétrole [40]

Milieu agricole [39]

Négawatt [39]

Production d'énergie [39]

Géothermie [38]

Bilan énergétique [36]

Solaire thermique [36]

Biocarburant [35]

Électricité [35]

Puissance installée [35]

Transition énergétique [35]

Charbon [33]

Collectivité locale [33]

Électricité renouvelable [33]

Gaz naturel [33]

Bois énergie [32]

Étude [32]

Logement [31]

Consommation d'électricité [30]

Effet de serre [30]

Impact environnemental [30]

Secteur résidentiel [30]

Réserve / Ressource energétique [29]

Demande en énergie [28]

Secteur d'activité [28]

Secteur industriel [28]

Energie fossile [27]

Industrie [27]

Biogaz [26]

Donnée économique [26]

Énergie primaire [25]

Coût d'investissement [24]

ADEME [22]

Grenelle de l'environnement [22]

Chauffage [21]

Secteur tertiaire [20]

Approvisionnement [19]

Chaleur [19]

Cogénération [19]

Investissement [19]

Objectif européen [19]

Offre et demande [19]

Prix de l'énergie [19]

Réseau électrique [19]

Allemagne [18]

Aspect historique [18]

Déchet [18]

Programme de développement [18]

Technologie [18]

Chine [17]

Besoin énergétique [16]

Bilan [16]

Centrale thermique [16]

Développement durable [16]

Marché français [16]

Aspect économique [15]

Énergie marine [15]

Énergie solaire [15]

Production de chaleur [15]

Réalisation [15]

Réchauffement climatique [15]

Recherche [15]

Centrale nucléaire [14]

Hydrogène [14]

Offshore [14]

Politique environnementale [14]

Tarif d'achat [14]

Coût de production [13]

Eau chaude sanitaire - ECS [13]

Indépendance énergétique [13]

Marché mondial [13]

Chaleur renouvelable [12]

CO2 evité [12]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z