F Nous contacter

0

Documents  Véhicule alternatif | enregistrements trouvés : 69

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 2981
ISBN 0042-126

La voiture du futur sera verte Les marchés extérieurs à l'Europe, nouveaux terrains de croissance pour l'automobile française 1er bassin d'emplois pour France

Automobile ; Biocarburant ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Hydrogène ; Moteur hybride ; Pile à combustible ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 126
ISBN 1624-7876

"Outre les contraintes de la loi sur l'air, la raréfaction du pétrole, le réchauffement climatique, la dépendance énergétique, la prise de conscience environnementales sont d'autant de raisons qui poussent les collectivités à oeuvrer pour trouver une alternative au "" tout pétrole"". Les élus et responsables techniques se mobilisent pour réduire la pollution liée aux transports. Nombreuses sont les collectivités qui ont déjà expérimenté différentes technologies et de nouveaux services pour favoriser les transports propres et économes. État des lieux des solutions d'aujourd'hui... et de demain: - La Rochelle, ville référence du véhicule électrique; - L'expérience d'Annecy sur les véhicules GPL - Amiens opte pour le diester - Strasbourg : ville pilote du GNV - L'expérimentation de la Marne - La Poste teste Cleanova et mise sur l'électrique "
"Outre les contraintes de la loi sur l'air, la raréfaction du pétrole, le réchauffement climatique, la dépendance énergétique, la prise de conscience environnementales sont d'autant de raisons qui poussent les collectivités à oeuvrer pour trouver une alternative au "" tout pétrole"". Les élus et responsables techniques se mobilisent pour réduire la pollution liée aux transports. Nombreuses sont les collectivités qui ont déjà expérimenté ...

Alsace ; Alternative ; Automobile ; Carburant ; Champagne Ardenne ; Collectivité locale ; Commune / Ville ; Diester ; Entreprise ; GNL / GNV ; GPL ; Hydrogène ; Moteur hybride ; Pétrole ; Picardie ; Poitou Charentes ; Rhône Alpes ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 28
ISBN 1282-5832

"les 6 actions vitrines de l'agenda 21 : - Accompagnement des porteurs de petits projets, des entreprises écologiques et des savoir-faire locaux; - Développement de la filière bois - Création d'un centre de formation, étude et démonstration, spécialisé en construction écologique - Construction d'éco-villages et aménagement d'éco-sites - Mutualisation des ressources financières en Trièves - Constitution d'un guichet unique dédié à la mobilité et aux déplacements alternatifs sur le territoire"
"les 6 actions vitrines de l'agenda 21 : - Accompagnement des porteurs de petits projets, des entreprises écologiques et des savoir-faire locaux; - Développement de la filière bois - Création d'un centre de formation, étude et démonstration, spécialisé en construction écologique - Construction d'éco-villages et aménagement d'éco-sites - Mutualisation des ressources financières en Trièves - Constitution d'un guichet unique dédié à la mobilité et ...

Agenda 21 local ; Aménagement du territoire ; Bois énergie ; Commune / Ville ; Construction écologique ; Déplacement urbain ; Ecoquartier ; Formation ; Guichet unique ; Réalisation ; Rhône Alpes ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

H

- n° 12

Du coûteux platine dans la pile, trois fois moins d'énergie dans le réservoir, 70% de pertes énergétiques dues à l'électrolyse de l'eau, au transport et à la compression de l'hydrogène, une masse 40% supérieure à celle d'un véhicule classique équivalent... Les premières voitures à hydrogène accumulent décidément les tares !

Automobile ; Hydrogène ; Inconvénient ; Pile à combustible ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 4
ISBN 1968-2344

Riches d'une biodiversité exceptionnelle, les Marais du Vigueirat (13) sont un exemple d'espace naturel sensible où tourisme et protection de la nature ne sont pas incompatibles : isolation par l'extérieur des bâtiments, chaudière à bois, chauffe-eau solaire, 92 m2 de panneaux photovoltaïques et bientôt complétés par une petite éolienne.

Bâtiment public ; Biocarburant ; Centre d'accueil ; Chaudière bois ; Chauffe eau solaire ; Construction écologique ; Économie d'énergie ; Huile végétale ; Isolation extérieure ; Matériau sain ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Réalisation ; Recyclage ; Rénovation ; Site classé ; Solaire photovoltaïque ; Véhicule alternatif ; Petit éolien

... Lire [+]

V

- n° 52
ISBN 1634-5460

"La société de livraison à vélo ""La Petite Reine"" vient de mettre sur le banc d'essai un vélo-cargo équipé de panneaux photovoltaïques. Jusqu'ici, son Cargocycle, vélo à assistance électrique capable de transporter jusqu'à 180 kg de colis, se rechargeait sur le secteur. Cet été, la société teste à Rouen (76) une version équipée de panneaux solaires. http://www.lapetitereine.com http://www.renouvelab.fr"
"La société de livraison à vélo ""La Petite Reine"" vient de mettre sur le banc d'essai un vélo-cargo équipé de panneaux photovoltaïques. Jusqu'ici, son Cargocycle, vélo à assistance électrique capable de transporter jusqu'à 180 kg de colis, se rechargeait sur le secteur. Cet été, la société teste à Rouen (76) une version équipée de panneaux solaires. http://www.lapetitereine.com http://www.renouvelab.fr"

Deux roues ; Expérimentation ; Laboratoire ; Société / Compagnie ; Solaire photovoltaïque ; Transport ; Transport de marchandises ; Véhicule alternatif ; Vélo à assistance électrique

... Lire [+]

V

- n° 40609

Doté d'un budget de 400 millions d'euros sur 4 ans, ce fonds permet de réaliser et d'expérimenter des technologies pour les optimiser et valider leur faisabilité et leurs performances. Il concerne trois domaines prioritaires: le transport, l'énergie et l'habitat. Trois appels à manifestations (AMI) ont déjà été lancés, et 14 projets ont été validés par le comité de pilotage du fonds (et 4 sont en cours d'instruction). Au total, ils représentent un budget de R&D de 785 millions € pour une aide potentielle de l'Ademe de 206 millions. L'Ademe financera à hauteur de 57 millions € 11 projets portant sur les véhicules décarbonés, 40 millions iront à 2 projets de biocarburant de seconde génération et 100 millions seront répartis entre 5 projets de captage et stockage du CO2. Philippe Van de Maele a d'ores et déjà annoncé que l'un des prochains AMI porterait sur les piles à hydrogène. (1) Un décret paru au Journal officiel du 30 mai 2009 modifie légèrement l'organisation interne de l'Ademe, notamment le statut du délégué régional qui dépendra dorénavant également du préfet de région.
Doté d'un budget de 400 millions d'euros sur 4 ans, ce fonds permet de réaliser et d'expérimenter des technologies pour les optimiser et valider leur faisabilité et leurs performances. Il concerne trois domaines prioritaires: le transport, l'énergie et l'habitat. Trois appels à manifestations (AMI) ont déjà été lancés, et 14 projets ont été validés par le comité de pilotage du fonds (et 4 sont en cours d'instruction). Au total, ils représentent ...

ADEME ; Appel à projet ; Biocarburant ; Budget ; Expérimentation ; Généralité énergie ; Logement ; Recherche ; Séquestration CO2 ; Technologie ; Transport ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 51103

"L' Agence Americaine pour la Protection de l'Environnement vient de rediger un rapport qui recense les performances mesurees par l'agence en terme de consommation de carburant des vehicules de la saison 2004. En tete de peloton arrivent le Honda Insight et le Toyota Prius 2 avec une consommation en ville respectivement de 60 et 59 Miles Per Gallon * (environ 25 km/l soit 4 l/100 km). En tete pour la categorie des Sport Utility Vehicles le Toyota Rav4 avec 24 mpg (environ 10 km/l), un autre vehicule hybride. * procedure du test non specifiee Sources : Source EPA ____ Israël Une methode israelienne pour eviter le Black-out En aout dernier, il a suffi de 20 secondes pour que la coupure de courant mette toute la cote Est des Etats-Unis dans le noir. Selon Daniel BRANOWER, CEO de l'entreprise israelienne SATEC, le probleme s'explique par l'absence de controle de la distribution electrique : ""pour pouvoir manager de maniere convenable un reseau electrique, il est indispensable de pouvoir prevoir les evenements ; de savoir quel est l'etat de la puissance sur le reseau a n'importe quel moment, afin de deceler la panne avant qu'elle arrive."" Aujourd'hui, la plupart des equipements electriques ne peuvent ""controler"" l'energie qu'ils transportent, et cela de la sous station a l'utilisateur final. La plupart des installations sont aujourd'hui obsoletes. BRANOWER ajoute : ""c'est comme un disjoncteur dans votre maison. Quand les plombs sautent, vous aller redemarrer le disjoncteur mais ne vous connaissez pas toujours l'origine du court-circuit."" SATEC semble proposer une solution interessante pour prevenir des coupures de courant. Un systeme qui utilise une technologie de collecte et de transmission d'informations. Ce systeme, appele ExpertPower, recoupe les informations recuperees et presente un rapport sur un site Internet, consultable par tous. En controlant tous les aspects energetiques (distribution, utilisation...), ExpertPower a la capacite de prevoir une ""crise energetique"". Plus precisement, le systeme mesure et analyse pas moins de 1000 parametres. Il les synchronise tres rapidement, de l'ordre de la milli-seconde, ce qui lui donne la possibilite de reagir a tout moment afin d'eviter une reaction en chaine et ainsi un total black-out. Ce systeme a ete installe dans un certain nombre de sites en Israel et aux Etats-Unis. L'ensemble des tests menes sur ces sites ont donne des resultats tres concluants. SATEC a ete cree en 1987 a Jerusalem par un groupe de jeunes ingenieurs et scientifiques qui avait pour objectif de developper des instruments de mesures de puissance electrique avances et fiables. L'entreprise est aujourd'hui reconnue internationalement comme un des leaders dans le developpement et la fabrication de wattmetres numeriques et d'equipements d'analyse de la puissance electrique. Elle exporte ses produits dans 39 pays a travers le monde et possede d'importants reseaux de distribution en Europe, Amerique et en Asie. Contacts : - Plus d'informations : http://www.satec.co.il Sources : Israel21c, 05/10/2003 "
"L' Agence Americaine pour la Protection de l'Environnement vient de rediger un rapport qui recense les performances mesurees par l'agence en terme de consommation de carburant des vehicules de la saison 2004. En tete de peloton arrivent le Honda Insight et le Toyota Prius 2 avec une consommation en ville respectivement de 60 et 59 Miles Per Gallon * (environ 25 km/l soit 4 l/100 km). En tete pour la categorie des Sport Utility Vehicles le ...

Automobile ; Japon ; Moteur hybride ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 160304

"Un essai sur route va etre entrepris par des ingenieurs britanniques pour tester un nouveau type d'accumulateur au plomb concu pour vehicules hybrides electriques. Rappelons que les vehicules hybrides combinent un moteur thermique a essence et un moteur electrique. Ces vehicules consomment moins d'essence, produisent des emissions plus propres que les vehicules classiques et offrent un rendement pres de deux fois superieur a celui des vehicules traditionnels. Dans les prochaines semaines une automobile Honda Insight hybride sera mise a l'epreuve dans le centre d'essai de Millbrook dans le Bedfordshire. Le test sur route de 50.000 miles (80.467 km) est la concretisation de 3 annees d'etude sur le projet "" Reliable, Highly Optimised Lead-Acid Battery "" (Rholab) pour adapter les batteries au plomb traditionnelles sur des moteurs hybrides. Rholab veut demontrer que les batteries au plomb-acide a regulation par soupapes peuvent etre une alternative viable aux accumulateurs Nickel-Metal Hybride (NiMH) utilises pour la premiere generation de vehicules hybrides. Les accumulateurs testes sont equipes d'un systeme de collecte de courant et de matieres actives specialement adaptes aux vehicules hybrides. Une interface avancee permet a la batterie d'interagir avec le systeme electronique complexe qui gere le vehicule hybride. Allan Cooper, membre du "" European Advanced Lead Acid Battery Consortium "" et coordinateur du projet Rholab, a declare etre confiant quant a l'operabilite du prototype teste, la seule incertitude reside dans la distance que parcourra la Toyota Insight. Le test des 50.000 miles represente cinq annees de conduite standarde, ainsi si le test est reussi l'avenir de ces nouveaux accumulateurs pourraient etre assures puisque ils sont jusqu'a six fois moins chers que les batteries NiMH. Ce pourrait etre un pas en avant significatif pour le developpement commercial des vehicules hybrides electriques. Cependant, selon Allan Cooper la reussite du test ne sera pas suffisante pour convaincre les industries automobiles de developper et commercialiser des vehicules hybrides muni de batteries a plomb. En effet, un autre projet "" Installation and Safety Optimised Lead Acid Battery "" (Isolab) va demarrer pour continuer le travail genere par le projet Rholab. Un des enjeux majeurs de la reussite des batteries au plomb pour vehicules hybrides reside dans le poids des accumulateurs. En effet, ce parametre fait parti des preoccupations majeures de l'industrie automobile contemporaine. Une batterie Rholab sur une Toyota Insight a la meme dimension qu'une batterie au Nickel-Metal mais ajoute 4,4% au poids total du vehicule. Il faut garder a l'esprit que la batterie testee est un prototype et que des ameliorations pourront etre entreprises ulterieurement en particulier le poids de ce dispositif pourra etre allege. Cependant il ne pourra probablement pas egaler celui des batteries NiMH. Sources : e4, "" Acid Test "", press release http://www.e4engineering.com 09/02/04 "
"Un essai sur route va etre entrepris par des ingenieurs britanniques pour tester un nouveau type d'accumulateur au plomb concu pour vehicules hybrides electriques. Rappelons que les vehicules hybrides combinent un moteur thermique a essence et un moteur electrique. Ces vehicules consomment moins d'essence, produisent des emissions plus propres que les vehicules classiques et offrent un rendement pres de deux fois superieur a celui des vehicules ...

Angleterre ; Batterie ; Moteur hybride ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 150304

Gas-electric cars are transforming the auto industry. Toyota's head start has Detroit scrambling to catch up. By Peter Fairley April 2004

Moteur hybride ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 30604

"[jeudi 03 juin 2004 - 15h30 heure de Paris] FRANCFORT (AFP) - La flambée des prix du pétrole donne une nouvelle impulsion aux projets de voitures à propulsion alternative, au gaz ou au colza, mais l'or noir a encore de beaux jours devant lui car les véhicules sont très chers et souvent loin d'être au point. Opel, filiale allemande de l'américain General Motors (GM), a annoncé la semaine dernière la commercialisation d'un véhicule utilisant la pile à combustible entièrement propulsé à l'hydrogène d'ici à 2010. Dernier en date, Volkswagen a lancé mercredi une variante de sa nouvelle Golf à moteur hybride (gaz naturel et essence). ""Au-delà des réflexions sur l'environnement, les constructeurs se sont rendu compte que la flambée du pétrole donnait un nouvel argument à ce type de véhicules qui pollue moins et consomme moins"", explique Henrik Lier, analyste à la banque WestLB. A la pointe en Europe, DaimlerChrysler développe depuis 1994 une série de prototypes propulsés au gaz, à l'hydrogène ou au méthanol. Il a signé en octobre dernier un accord de coopération avec Volkswagen pour produire des carburants synthétiques et des biocarburants, notamment à base de colza. Toutefois, les chiffres de ventes de ces ""voitures propres et économiques"" restent très faibles et des projets parfois très avancés, comme celui de la BMW 318 au gaz naturel, ont dû être abandonnés faute de demande. Avec en moyenne des véhicules 25% plus chers que le modèle essence équivalent, le prix à l'achat constitue un obstacle souvent insurmontable. Même si l'automobiliste économise en moyenne un à deux litres aux cent km avec une voiture à propulsion alternative, il peut difficilement espérer rentrer dans ses frais. ""Celui qui pèse le pour et le contre, prix à l'achat et amortissement de la voiture, se rend vite compte que cet investissement est aujourd'hui totalement injustifié sur le plan économique"", souligne Ferdinand Dudenhoeffer, directeur du Centre de recherches sur l'automobile (CAR) en Allemagne. De plus, les problèmes pratiques ne manquent pas: le conducteur d'une voiture au gaz naturel doit parfois faire des centaines de kilomètres avant de trouver une pompe. En tête de peloton en Europe, l'Allemagne compte ainsi moins de 400 stations-service équipées. Et les véhicules ne sont pas toujours au point, même si leurs performances s'améliorent. La propulsion au méthanol ou à l'hydrogène n'est pas encore véritablement appliquée sur les voitures de série et le gazole au colza, le plus avancé des biocarburants, reste particulièrement corrosif pour les moteurs. Il bouche notamment les filtres et fait fondre certains plastiques, accusent certains spécialistes. Ces obstacles ne suffisent pourtant pas à dissuader les constructeurs, qui croient à long terme au potentiel commercial des ""voitures propres"", d'autant que le prix pétrole est condamné à se renchérir à mesure que ses réserves vont diminuer. Certains ont déjà réussi à décrocher des succès comme le Japonais Toyota avec la Prius. Déclinée en deux modèles depuis dix ans, cette voiture à moteur hybride, qui associe l'électricité ou le gaz à l'essence, a déjà été écoulée à plus de 200.000 exemplaires. Les constructeurs gardent notamment deux marchés en ligne de mire: le Japon, où pour une grande partie des consommateurs la protection de l'environnement a valeur d'argument commercial et surtout les Etats-Unis où l'automobiliste accorde de plus en plus d'importance aux prix à la pompe. ""Un combat se profile déjà sur ce marché à l'horizon de dix ou vingt ans. Les Européens tentent aujourd'hui d'y imposer des véhicules diesel plus économes. Ils vont se heurter frontalement aux Japonais, principalement Toyota et Honda qui essaient d'implanter leurs véhicules hybrides avec les mêmes arguments"", selon Ferdinand Dudenhoeffer. "
"[jeudi 03 juin 2004 - 15h30 heure de Paris] FRANCFORT (AFP) - La flambée des prix du pétrole donne une nouvelle impulsion aux projets de voitures à propulsion alternative, au gaz ou au colza, mais l'or noir a encore de beaux jours devant lui car les véhicules sont très chers et souvent loin d'être au point. Opel, filiale allemande de l'américain General Motors (GM), a annoncé la semaine dernière la commercialisation d'un véhicule utilisant la ...

Biocarburant ; Moteur hybride ; Pile à combustible ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 24094

Qu'elle sera verte ma voiture Le Mondial de l'automobile est marqué par le souci croissant des constructeurs de s'afficher écologiques. Une voiture de 1980 pollue autant que vingt de 2004 Sous la pression des Etats, puis de Bruxelles, les constructeurs ont réduit les émissions toxiques. Tant pis pour les Prius, C3 à gaz naturel et autres innovations vertes. Parce qu'elles sont encore destinées à des écolos zélés ou conçues pour «faire de l'image», ces voitures qui ne visent pas le grand public pèsent bien peu dans la lutte pour la voiture citoyenne. Le combat de l'auto propre passe d'abord par celle de monsieur Tout-le-Monde. Et là les résultats sont réels, initiés par les pouvoirs publics - les Etats hier, l'Europe aujourd'hui - qui régentent de plus en plus les nuisances automobiles. Premier volet de la lutte, la pollution à proprement parler : les émissions toxiques (oxyde d'azote, particules, hydrocarbures ou monoxyde de carbone) ont été réduites d'un facteur de vingt ou trente en dix ans. Même le diesel - qui continue d'émettre trop d'oxyde d'azote - est devenu presque fréquentable grâce aux filtres à particules. Une voiture de 1980 pollue autant que vingt voitures d'aujourd'hui. On considère que 80 % de la pollution incombe à 20 % des véhicules en circulation, les plus vieux. Optimisation. L'autre défi de la voiture verte, c'est le gaz carbonique (CO2), qui n'est pas un polluant mais le grand responsable de l'effet de serre (le seul CO2 lié à la consommation d'essence représente 40 % de l'effet de serre). Loin devant les solutions radicales qui ont fait un flop (la voiture électrique), qui ne se conjuguent qu'au futur (pile à combustible) ou demeurent trop marginales pour réellement peser (voiture hybride), les résultats les plus tangibles passent par l'optimisation des motorisations existantes. Le bon vieux moteur à explosion a fait des progrès. L'injection directe y a beaucoup fait. Et d'importantes améliorations sont encore envisageables sur la pression de l'injection, sur le «pilotage» de la combustion, voire sur la convergence, disent certains, du diesel et de l'essence. Entre 1997 et 2005, PSA aura investi, pour développer ses nouvelles motorisations Diesel, plus de 1,2 milliard d'euros, largement plus que dans les technologies alternatives. Mais, paradoxalement, ces gains de consommation acquis sous le capot sont limités par une autre tendance : les autos ne cessent de prendre du poids et de la puissance. La faute à une inflation d'équipements parfois imposés par les nouvelles normes de sécurité, parfois seulement liés au sacro-saint confort de l'automobiliste. La palme revient à la climatisation. Les trois quarts des véhicules sont équipés aujourd'hui de la clim (neuf sur dix le seront en 2010), qui, non contente de générer une surconsommation, laisse échapper des hydrofluorocarbones. Des gaz 2000 fois plus actifs que le CO2 pour l'effet de serre. Echec commercial. «On joue sur des solutions technologiquement très avancées comme l'hybridation ou la pile à combustible, etc. Mais il y a une véritable schizophrénie, expliquait récemment à Libération Jean Delsey, chercheur à l'Institut national sur les transports et leur sécurité (Inrets). Si la Toyota Prius pesait 300 kg de moins, elle n'aurait pas besoin de moteur électrique pour atteindre son taux de CO2... Mais la limitation de la puissance et de la masse est une piste que ni les constructeurs, ni les clients, ni les pouvoirs publics n'ont envie d'aborder.» Certains constructeurs s'y sont essayés. «Il y a cinq ans, Audi avait lancé l'A2, une citadine en aluminium, avec des équipements spartiates, très légère, qui consommait donc très peu», se rappelle Jean-Luc Bravi, de l'agence de com DDB Paris, chargée du lancement. Résultat catastrophique. «Elle n'a pas du tout marché. Les gens demandaient pourquoi on n'avait pas de motorisation plus sportive.» La combinaison des aspirations contraires devra pourtant déboucher sur des avancées. Bruxelles a fixé aux constructeurs un objectif d'une moyenne de 140 g de CO2 au kilomètre en 2008 et de 120 g en 2012. Par comparaison, la moyenne est de 168 g en Europe (155 en France) et de 225 g aux Etats-Unis. http://www.liberation.fr/page.php?Article=241001 - - - - - Citroën C3 Stop and Start Toyota Prius Lexus RX 400 Dassault Cleanova II Peugeot Quark Nissan X-Trail FCV Des émissions de gaz carbonique en hausse constante. A l'échelle de la planète, ce gaz à effet de serre ne fait l'objet d'aucune mesure sérieuse.
Qu'elle sera verte ma voiture Le Mondial de l'automobile est marqué par le souci croissant des constructeurs de s'afficher écologiques. Une voiture de 1980 pollue autant que vingt de 2004 Sous la pression des Etats, puis de Bruxelles, les constructeurs ont réduit les émissions toxiques. Tant pis pour les Prius, C3 à gaz naturel et autres innovations vertes. Parce qu'elles sont encore destinées à des écolos zélés ou conçues pour «faire de ...

Automobile ; CO2 evité ; Consommation de carburant ; Événement / Manifestation ; Pollution de l'air ; Transport ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 80606

France : La première flotte française de véhicules Flex Fuel a été mise en service dans la Marne http://www.actu-environnement.com/ae/news/1748.php4 Le ministre délégué à l'industrie, François Loos, s'est rendu dans la Marne le 1er juin dernier pour délivrer officiellement l'autorisation d'expérimenter le nouveau carburant E85, composé à 85% d'éthanol et à 15% d'essence SP95. La première flotte française de véhicules Flex Fuel fonctionnant au bioéthanol a donc été mise en service par le Conseil général de la Marne qui expérimentera l'E85 pendant 12 mois sous la surveillance de l'Institut Français de Pétrole (IFP) et de l'ADEME. Le personnel des services du département va être équipé de sept Ford Focus pourvues de la technologie « Flex Fuel » pour leurs déplacements professionnels quotidiens. Des tests seront réalisés par l'IFP sur les véhicules au début de l'expérience, après 6 mois et à l'issue des 12 mois. Ces évaluations techniques porteront sur le niveau des émissions polluantes et la conservation des performances environnementales dans le temps mais également sur le vieillissement des véhicules. Pour cela l'IFP effectuera des prélèvements d'huiles pour mesurer l'impact de l'utilisation de l'E85 sur l'usure du moteur. Sur le plan logistique, les véhicules seront alimentés en bioéthanol grâce à une cuve exclusive équipée d'une pompe importée de Suède où ce carburant est déjà commercialisé. Elle sera actionnée par une carte magnétique et reliée à un logiciel de gestion qui permettra de calculer la consommation de chaque voiture. Sur le plan fiscal, le Conseil général de la Marne a acquitté la TIPP en vigueur sur les produits pétroliers soit 58,92 € par hectolitre, diminuée d'une exonération de 33 euros accordée par l'Etat dans le cadre de l'expérimentation des biocarburants. Selon François Loos, ministre délégué à l'Industrie, ces expérimentations montrent, à ceux qui en doutent encore, que les voitures à l'éthanol c'est possible aussi en France, et pas seulement au Brésil ou en Suède. Pour le Président du Conseil général, cette participation était logique : La Marne, qui est l'un des tout premiers producteurs de plantes de grandes cultures a très rapidement compris la nécessité de diversifier les débouchés agricoles pour répondre aux fluctuations et aux mutations des marchés. L'éthanol incorporé dans l'E85 est un alcool principalement produit par la fermentation et la distillation de grains riches en sucres et en amidon, c'est-à-dire à partir de betteraves à sucre ou de céréales. Sept producteurs* se partagent la production française d'éthanol qui atteignait 100.000 tonnes en 2005. Grâce à d'importants investissements et la mise en service de six nouveaux outils de production, la production devrait passer à 900.000 tonnes en 2008. Les débouchés actuels de l'éthanol sont essentiellement son incorporation dans l'essence sous forme d'Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE) et sous sa forme pure à hauteur de 5% voire 10% même si en France les pétroliers y sont toujours opposés. L'utilisation de l'E85 constitue donc un nouveau débouché pour ce produit, mais reste intimement liée au développement de la technologie Flex Fuel. Même si Renault a annoncé qu'il proposerait en 2009 la moitié de sa gamme en Flex Fuel, seuls Ford et Saab commercialisent actuellement sur le marché français des véhicules équipés de cette technologie. Ces voitures sont donc capables de fonctionner indistinctement au biocarburant E85, à l'essence SP95 ou avec un mélange des deux dans un seul et unique réservoir ce qui permet de choisir le carburant le moins cher lors du passage à la pompe. Largement répandue en Suède et au Brésil, cette technologie présente l'intérêt d'être simple d'utilisation sans être plus chère qu'un moteur classique même si elle nécessite des matériels spécifiques et non une simple adaptation des véhicules existants. Sur le plan écologique, l'utilisation de l'éthanol permet de réduire la part des émissions de CO2 issue du carburant fossile. Le pouvoir calorifique de l'éthanol étant inférieur à celui de l'essence, la consommation moyenne est légèrement supérieure quand le conducteur utilise exclusivement de l'E85 plutôt que du carburant classique, cependant, les émissions de NOx sont nettement inférieures et les véhicules répondent aux normes Euro IV. Se pose toutefois encore le problème du bilan global du cycle de vie des biocarburants. L'autorisation d'exploitation de l'E85 pour le démarrage de cette expérimentation va également permettre le démarrage d'autres initiatives sur l'ensemble du territoire national. En particulier celle du pôle de compétitivité « Industries et Agro Ressources » de Champagne-Ardenne / Picardie, qui prévoit d'expérimenter à plus grande échelle la filière Flex Fuel en partenariat avec des acteurs publics et privés. Le lancement de cette expérimentation est le prolongement de l'engagement pris par le gouvernement en novembre 2005, de développer les filières et l'utilisation des biocarburants en France. Il s'agit de porter la part des biocarburants dans les carburants mis à la consommation en France à 7% en 2010 et 10% en 2015 en valeur énergétique alors qu'en 2005 leur taux d'incorporation n'était que de 1%. Pour cela le Gouvernement a donné des agréments permettant de construire les usines nécessaires : 2,7 millions de tonnes agrées en 2005 et 2006 permettant la construction de 16 nouvelles usines soit 2 milliards d'euros d'investissement. Il lancera prochainement un nouvel appel d'offres pour 1,1 millions de tonnes de biocarburant à agréer d'ici l'été. Concernant le Flex Fuel, le Ministre de l'Economie, des finances et de l'Industrie, Thierry Breton, le ministre de l'Agriculture et de la pêche, Dominique Bussereau et le Ministre délégué à l'industrie, François Loos sont chargés de préparer d'ici l'été 2006, un plan d'action précis fixant un calendrier volontariste de développement du Flex Fuel. Pour cela, le 7 juin 2006, les ministres installeront un groupe de travail associant le secteur automobile, les distributeurs de carburant et les représentants du monde agricole et des automobilistes. L'objectif du gouvernement est d'autoriser complètement ce carburant à compter du 1er janvier 2007 et d'encourager le développement d'un réseau de pompes vertes pour le distribuer sur l'ensemble du territoire français. F.LABY *Cristal Union, Saint Louis-Sucre, Société Vermandoise Industries, Sucrerie de Bourdon, Sica de la Vallée du Loing, Téréos, Tate & Lyle. _________________________________ France Les biocarburants en plein essor sont-ils une alternative cohérente aux carburants fossiles? http://www.actu-environnement.com/ae/news/1742.php4 Conformément aux objectifs de la directive communautaire 2003/30/CE, le taux d'incorporation des biocarburants dans l'essence et dans le gazole devrait atteindre 5,75% exprimé en valeur énergétique en 2010. Mais dans un climat marqué par l'envolée du prix du pétrole, le gouvernement a défini, en novembre 2005, un nouvel objectif, plus ambitieux que la directive : en 2007, la France devra respecter un taux d'incorporation de 5,75 % de biocarburants, un niveau qui devra atteindre 7 % en 2010, soit une anticipation de deux ans pour la première de ces échéances. Pour atteindre cet objectif le gouvernement et les professionnels des secteurs pétrolier, agricole et automobile avaient adopté le 21 novembre dernier, quinze mesures destinées à faire progresser le développement des biocarburants en France. Enjeu fondamental de la diversification du bouquet énergétique, les biocarburants ont des atouts : ce sont des énergies renouvelables qui contribuent à diminuer certains impacts globaux et représentent un élément de réponse à l'augmentation du coût des carburants et à la baisse des réserves pétrolières. Mais leurs méthodes de production entraînent elles-mêmes une consommation élevée d'énergie. Ils peuvent également avoir un impact négatif sur l'environnement car ils sont généralement issus de cultures intensives, consommatrices d'engrais et de pesticides. Pour le Réseau Action Climat-France (RAC-F), il conviendrait de soumettre à débat les bilans officiels d'efficacité énergétique et d'impact effet de serre des différentes filières actuelles (dites de 1e génération, soit l'ester d'huile végétale et l'ETBE issu d'éthanol) puisque selon les calculs du réseau et de l'association Energies durable en Normandie (EDEN) celles-ci émettent encore beaucoup trop de CO2 par litre de biocarburant produit, ce qui réduit fortement leur intérêt pour le climat. Les biocarburants n'ont d'intérêt contre l'effet de serre que si leur bilan CO2 est nettement favorable(émissions évitées en remplaçant les carburants pétroliers, moins les émissions issues de la culture et de la production des biocarburants), estime le Réseau Action Climat qui souligne que la filière ETBE-éthanol est proche d'un bilan nul. En revanche, même s'il y a peu de chance qu'ils constituent une solution à grande échelle, les biocarburants de 2e génération semblent plus prometteurs, selon eux, en matière d'efficacité énergétique, de réduction des émissions de GES et de respect de l'environnement. En particulier, la filière ligno-cellulosique qui permet de valoriser l'ensemble de la plante. Il rappelle que d'autres utilisations énergétiques de la biomasse, qui présentent généralement de biens meilleurs rendements globaux et des coûts plus faibles (cogénération, production de chaleur à partir de biogaz ou de bois...), existent. Elles sont à développer en priorité et doivent être traitées comme telles dans le plan sur lequel travaille le gouvernement ainsi que dans le « Plan biocombustibles », indique- t-il dans un communiqué commun avec France Nature Environnement, les Amis de la Terre et le Comité de Liaison Energies renouvelables. Outre les émissions de gaz à effet de serre, l'impact environnemental global des filières doit être considéré selon le RAC. Sur ce point, il est aujourd'hui nécessaire qu'un cahier des charges strict respectant les critères du développement durable soit élaboré pour tous les acteurs agricoles et industriels des filières de biocarburants, explique-t-il. Les produits agricoles importés sont aussi concernés de manière à éviter l'huile de palme ou l'éthanol de canne à sucre produits en Indonésie ou au Brésil après déforestation par exemple. En outre, d'après le RAC-F, le soutien économique public consenti aux biocarburants est à rectifier. En l'état actuel, la défiscalisation permet aux fabricants de produire des biocarburants de façon rentable dès que les prix du baril de pétrole dépassent 15 à 20 US$, estime-t-il. Avec un baril en permanence au-dessus de 60 US$, une telle subvention n'est absolument plus justifiée aujourd'hui, et elle confisque une part importante des revenus fiscaux de l'Etat au bénéfice des industriels de la filière et au détriment des citoyens. Pour régler cette problématique, il propose que l'exonération de TIPP soit revue et qu'elle soit proportionnelle à la réduction de gaz à effet de serre entraînée. Elle bénéficierait ainsi à l'ensemble des agents économiques et des citoyens et pas seulement aux industriels de la filière.Et demande aux pouvoirs publics de revoir leur copie avant de poursuivre le développement tous azimuts des différentes filières de biocarburants. Dans une interview donnée récemment à Actu-Environnement, Jean Marc Jancovici, consultant sur le changement climatique, déclarait qu'il ne voyait pas dans les biocarburants une alternative cohérente aux carburants fossiles. En ordre de grandeur, il faut un hectare de terre pour faire une tonne de biocarburants. Nous consommons en France 95 millions de tonnes de pétrole (dont 50 pour les carburants), et nous avons 55 millions d'hectares de surface métropolitaine, expliquait-t-il. Le Brésil dispose d'une surface 15 fois supérieure à celle de la France et d'un parc automobile moitié moindre. Lui peut donc faire des choses significatives, nous pas. Même pessimisme au RAC : les biocarburants doivent donc être envisagés comme un complément à une politique globale de réduction des émissions des transports, qui doit, elle aussi, être soutenue fortement par l'État. Réduire l'impact considérable des transports sur le changement climatique constitue donc, selon le RAC, une priorité. ________________________________
France : La première flotte française de véhicules Flex Fuel a été mise en service dans la Marne http://www.actu-environnement.com/ae/news/1748.php4 Le ministre délégué à l'industrie, François Loos, s'est rendu dans la Marne le 1er juin dernier pour délivrer officiellement l'autorisation d'expérimenter le nouveau carburant E85, composé à 85% d'éthanol et à 15% d'essence SP95. La première flotte française de véhicules Flex Fuel fonctionnant au ...

Biocarburant ; Champagne Ardenne ; Directive européenne ; Éthanol ; France ; Réalisation ; TIPP ; Usine de fabrication/production ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 90606

France http://www.enerzine.com/14/559+2-stations-service-a-hydrogene-sur-le-champ-de-Mars+.html Dédié à la mobilité propre, le Challenge Bibendum organisé par Michelin et auquel participe Air Liquide accueille cette année à Paris, plus de 75 véhicules dont une douzaine de véhicules écologiques alimentés à l'hydrogène. Dans le cadre du Rallye qui vise à démontrer les performances de ces véhicules respectueux de l'environnement, Air Liquide met en place deux stations service, conçues et développées par le Groupe, qui alimenteront les véhicules en hydrogène sur le centre d'essais du CERAM du 8 au 10 juin et sur le Champ de Mars, à proximité de la Tour Eiffel, le 11 juin prochain. A l'heure où le prix du baril de pétrole s'envole, l'hydrogène vecteur d'énergie est en effet une solution alternative prometteuse, tant sur le plan environnemental que d'un point de vue économique. Utilisé dans une pile à combustible, l'hydrogène se combine avec l'oxygène de l'air pour produire de l'électricité en ne rejetant que de l'eau. L'hydrogène peut être extrait d'un grand nombre de matières premières (gaz naturel, charbon, eau + électricité ou même biomasse...). Bien qu'aujourd'hui 95% de l'hydrogène soit produit à partir du gaz naturel, la multiplicité des sources de production garantit une sécurité d'approvisionnement. L'hydrogène représente donc un fabuleux potentiel pour fournir une énergie renouvelable, propre et silencieuse qui alimentera la voiture de demain. S'appuyant sur les technologies Air Liquide, les stations services de distribution d'hydrogène comportent un dispositif de distribution rapide de l'hydrogène à haute pression (700 bar et 350 bar) dans le réservoir, qui permet d'assurer une sécurité totale du conducteur et du véhicule. Ces stations permettent ainsi de faire un « plein » en 3 minutes dans des conditions de facilité aussi proches que possible de celles rencontrées avec un carburant classique, et de parcourir plusieurs centaines de kilomètres. Ainsi, le Groupe a conçu et réalisé 7 stations services de distribution d'hydrogène dans le monde au cours des 4 dernières années : Madrid, Kawasaki, Luxembourg,Singapour, une station mobile à Shanghai, une pour un constructeur automobile européen et la station de démonstration de Sassenage (près de Grenoble, en France) où est implantée sa filiale Axane qui conçoit, développe et commercialise des piles à combustible. S'inscrivant dans une démarche de Développement durable, Air Liquide a développé un savoir-faire unique dans la maîtrise de l'ensemble de la chaîne de l'hydrogène, qu'il s'agisse de la production,de la distribution ou des utilisations.
France http://www.enerzine.com/14/559+2-stations-service-a-hydrogene-sur-le-champ-de-Mars+.html Dédié à la mobilité propre, le Challenge Bibendum organisé par Michelin et auquel participe Air Liquide accueille cette année à Paris, plus de 75 véhicules dont une douzaine de véhicules écologiques alimentés à l'hydrogène. Dans le cadre du Rallye qui vise à démontrer les performances de ces véhicules respectueux de l'environnement, Air Liquide met en ...

Course / Rallye ; France ; Hydrogène ; Ile de France ; Réalisation ; Station service ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 70606

"France : Renault/Perben : biocarburant et voitures vertes http://www.leblogfinance.com/2006/06/renault_et_perb.html Si certains pensaient que nos routes du 21eme siècle seraient arpentées par des petits bonhommes verts, ils n'étaient pas trop loin du compte ... puisque ce sont peut-être des petits véhicules verts que nous croiserons bientôt sur nos chemins. En effet, Carlos Ghosn, PDG de Renault a présenté mardi au ministre des Transports Dominique Perben un modèle de Clio vendu au Brésil et capable de rouler avec de l'essence et une majorité d'éthanol. Le constructeur français ainsi que le gouvernement veulent ainsi clairement "afficher " leur volonté de développer les biocarburants. Le feu vert à la première utilisation expérimentale en France du bio-carburant E85, composé d'essence et de 85% d'éthanol, a été donné jeudi dans la Marne par le ministre de l'Industrie François Loos. Le gouvernement réunit mercredi une table ronde réunissant des représentants des agriculteurs, des pétroliers et du monde automobile pour préparer le plan de développement des biocarburants avec l'objectif qu'en 2010 ""les consommateurs puissent choisir"" leur carburant. On attend de voir ... A l'issue de sa rencontre avec M. Perben, C.Ghosn a indiqué qu'il était tout à fait possible de développer les biocarburants en France, affirmant même que les constructeurs disposaient des technologies nécessaires pour permettre aux moteurs de consommer jusqu'à 100% d'éthanol. Là où le bas blesserait selon lui, serait au niveau de la disponibilité et de moyens de distribution du carburant, lançant ainsi un sacré pavé dans la mare ... Selon lui, les biocarburants constituent une véritable solution, en parallèle aux moteurs hybrides, aux piles combustibles, à l'amélioration des moteurs diesel et essence, permettant la réduction des émissions de CO2 et une économie d'énergie. Le ministre des Transports a jugé pour sa part que les constructeurs français étaient capables d'aller vers les biocarburants pour remplacer partiellement ou totalement le pétrole (tout de même !!!) mais qu'un système de production, de commercialisation et de fiscalité incitatif devait être mis en oeuvre.... Vaste sujet, on attend de voir quel pourrait être le contenu des mesures fiscales. Le gouvernement réunit mercredi une table ronde réunissant des représentants des agriculteurs, des pétroliers et du monde automobile pour préparer le plan de développement des biocarburants avec l'objectif qu'en 2010 ""les consommateurs puissent choisir"" leur carburant. Lors de la présentation de son plan stratégique pour Renault, début février, Carlos Ghosn avait affiché des engagements en matière d'environnement, incluant notamment l'adaptation des moteurs à l'utilisation des biocarburants. En 2009, 50% des véhicules Renault à moteurs essence proposés à la vente en Europe pourront fonctionner avec un mélange d'essence et d'éthanol pouvant atteindre un taux de 85%. Tous les moteurs diesel de la gamme devraient à cette date pouvoir fonctionner avec un taux de 30% de diester. Le surcoût à l'achat des véhicules à carburant modulable devrait être compris entre 200 et 500 euros. Le PDG de PSA Peugeot Citroën Jean-Martin Folz a jugé fin mai devant les actionnaires du groupe que l'introduction de voitures fonctionnant avec jusqu'à 85% d'éthanol dans l'essence était ""stupide"". A méditer néanmoins les commentaires du www.leblogauto.com sur le sujet .... il se pourrait bien que le lion ne soit pas encore totalement enclin à être élevé aux sucreries et céréales ... Le constructeur Sochalien, ironisant sur la récente découverte des ministres au sujet des voitures ""flex-fuel"", précise disposer d'une certaine expérience en la matière, les deux tiers de ses véhicules au Brésil (premier producteur mondial d'éthanol) fonctionnant ainsi. Selon lui, la solution E85 ne serait pas une solution économique optimale en France en raison des importants investissements nécessaires. "
"France : Renault/Perben : biocarburant et voitures vertes http://www.leblogfinance.com/2006/06/renault_et_perb.html Si certains pensaient que nos routes du 21eme siècle seraient arpentées par des petits bonhommes verts, ils n'étaient pas trop loin du compte ... puisque ce sont peut-être des petits véhicules verts que nous croiserons bientôt sur nos chemins. En effet, Carlos Ghosn, PDG de Renault a présenté mardi au ministre des Transports ...

Biocarburant ; Constructeur ; France ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 50906

"_______________ France A Saint-Pierre-sur-Dives, le ramassage scolaire se fait désormais à cheval http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060904.FAP9685.html?1346 SAINT-PIERRE-SUR-DIVES, Calvados (AP) -- Depuis lundi matin, c'est une voiture hippomobile tirée par une jument percheronne qui officie pour le transport scolaire des enfants de Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados). En ce jour de rentrée, une dizaine d'enfants, âgés de trois à six ans, ont pu emprunter ce mode de transport original que la commune a baptisé ""transport scolaire par véhicule hippomobile"". C'est Polla, une jument percheronne, qui désormais conduira les petits écoliers du centre bourg à l'école du ""Pot d'Etain"", à raison de deux rotations chaque matin. ""Le cheval municipal est ancré dans notre commune depuis 1993 mais était jusqu'alors dédié au ramassage d'une partie des ordures"", explique Hervé Lucas, le premier adjoint au maire. ""Le ramassage scolaire en véhicule hippomobile est donc logique en milieu rural mais surtout écologique"". Par souci d'économie d'énergie, la municipalité de Saint-Pierre-sur-Dives a décidé de remplacer une partie des bus scolaires par cet attelage qui, à pas de cheval, met un peu plus de vingt minutes pour amener les enfants à l'école, ""et ce, hiver comme été"", précise l'adjoint au maire. Nolan, Mélanie, Alice, Killian, Mégane et Logan ont été lundi matin les premiers utilisateurs de ce mode de transport plutôt original. ""C'est chouette mais ça remue un peu"", a lancé l'un d'eux. _______________ Europe   Polémique sur les critères de qualité de l'air   http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-809250@51-628861,0.html   LE MONDE | 04.09.06 | 15h44  *  Mis à jour le 04.09.06 | 15h44 es scientifiques européens ont rendu publique, lundi 4 septembre, une pétition réclamant une réglementation de la pollution de l'air plus stricte que ne le propose la directive CAFE (Cleaner Air for Europe) qui sera soumise fin septembre au Parlement européen. Si la CAFE était adoptée, elle provoquerait, affirment les chercheurs, des ""milliers de décès prématurés par an"".   Soutenue par plusieurs sociétés savantes, cette pétition a été rendue publique à Munich et à Paris, où se tient jusqu'au 6 septembre une conférence internationale sur la santé et l'environnement. L'objet du débat : les particules fines de moins de 2,5 micromètres (PM 2,5) de diamètre que produisent les activités humaines - en particulier les moteurs diesel - et qui peuvent pénétrer profondément dans les poumons. En septembre 2005, la Commission européenne avait présenté un projet de directive visant à réduire leurs émissions. Elle rappelait alors que, dans l'Europe des 25, elles étaient responsables chaque année de 348 000 décès prématurés. Mais les scientifiques avaient jugé que la directive proposée était trop laxiste. Le seul instrument contraignant qu'elle contenait était, disaient-ils, ""un plafond de concentration moyenne annuelle des PM2,5 fixé à 25 µg/mm3"". INSUFFISANT Une valeur pour eux inacceptable car plus élevée que celle recommandée par les experts et par l'Organisation mondiale de la santé, et plus élevée aussi que celle en vigueur aux Etats-Unis : 15 µg/mm3. Lors du conseil de l'Union européenne sur l'environnement du 26 juin, un compromis a été adopté prévoyant la mise en place en 2015 d'un plafond contraignant qui remplacera celui, non contraignant de 25 µg/m3 prévu pour 2010. Insuffisant estiment les signataires de la pétition. Les risques encourus par la population sont encore trop grands : à court terme, décès précipités de sujets fragiles, augmentation de la fréquence des crises d'asthmes chez l'enfant, hospitalisations pour pathologie respiratoire, infarctus du myocarde ; à long terme, cancer du poumon, bronchite chronique, maladies cardio-vasculaires, etc. Une réduction de la moyenne annuelle des PM 2,5 à 25 µg/m3 n'entraînerait qu'une petite amélioration de l'espérance de vie, avec 4 500 décès prématurés en moins par an, alors qu'un plafond fixé à 15 ou 10 µg/m3 permettrait d'éviter de 13 300 à 22 300 décès prématurés par an chez les personnes de 30 ans et plus. Le vote sur la directive CAFE est prévu pour le 26 septembre. Le Conseil européen de l'environnement doit évoquer le sujet le 13 octobre. Paul Benkimoun Article paru dans l'édition du 05.09.06 _______________ Un ordi portable à 100 dollars... http://www.lemonsound.com/digital,read,254,Un-ordi-portable-a-100-dollars.html Après des mois de rumeurs et d'expérimentations, ils sont enfin là. Au niveau du look, ils ressemblent à des « ordi mini », ou des jouets. Par contre niveau capacité, c'est tout à fait respectable : un écran 7,5 pouces (qui parait il, n'a rien à envier au écran de nos ordinateurs), un processeur AMD 400 Mhz, 128 Mo de mémoire vive et une mémoire flash allant de 512 à 1 Go pour stocker les fichiers, le wifi et des ports USB. Le système d'exploitation repose sur linux (désolé Microsoft) et ces ordinateurs contiendraient une version off-line de wikipedia. En bref largement de quoi remplir les missions qui lui seront confiées : traitement de texte, navigation internet, etc. Tout a été pensé pour le maximum d'économie d'énergie. A ce propos, le système par manivelle (il fallait tourner pour avoir de l'énergie) a été remplacé par une ficelle sur laquelle il faut tirer. Non ça n'est pas une blague, la ficelle actionne une dynamo, qui recharge l'appareil : 1 minute d'effort pour 5 minutes d'utilisation ! Le monde entier attend avec curiosité, ces ordinateurs qui bientôt équiperont de nombreuses écoles des pays du tiers monde. http://wiki.laptop.org/go/Home "
"_______________ France A Saint-Pierre-sur-Dives, le ramassage scolaire se fait désormais à cheval http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060904.FAP9685.html?1346 SAINT-PIERRE-SUR-DIVES, Calvados (AP) -- Depuis lundi matin, c'est une voiture hippomobile tirée par une jument percheronne qui officie pour le transport scolaire des enfants de Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados). En ce jour de rentrée, une dizaine d'enfants, âgés de trois à six ans, ...

Basse Normandie ; Commune / Ville ; Établissement scolaire ; Réalisation ; Transport ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 880
ISBN 1633-7107

Voici une une sélection de véhicules - du plus humble au plus fou - qui illustre le remue-méninges incroyable qui agite aujourd'hui les constructeurs du monde entier pour développer un moteur propre

Automobile ; Biocarburant ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Éthanol ; Expérimentation ; Hydrogène ; Moteur diesel ; Moteur hybride ; Pile à combustible ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Véhicule alternatif [69]

Automobile [26]

Transport [25]

Biocarburant [22]

Pile à combustible [15]

Véhicule électrique [15]

Moteur hybride [14]

Hydrogène [12]

CO2 / Dioxyde de carbone [11]

France [11]

Gaz à Effet de Serre / GES [11]

Généralité énergie renouvelable [11]

Réalisation [11]

Collectivité locale [10]

Bâtiment [9]

Carburant [9]

Politique énergétique [9]

Éthanol [8]

Généralité énergie [8]

Solaire photovoltaïque [8]

Économie d'énergie [7]

Expérimentation [7]

Logement [7]

Recherche [7]

Transport en commun [7]

Biogaz [6]

Europe [6]

Mobilité [6]

Politique environnementale [6]

Séquestration CO2 [6]

ADEME [5]

Budget [5]

Commune / Ville [5]

Consommation de carburant [5]

Déchet [5]

Électricité renouvelable [5]

Entreprise [5]

Géothermie [5]

GNL / GNV [5]

Ile de France [5]

Objectif [5]

Pollution de l'air [5]

Station service [5]

Aide financière [4]

Bâtiment public [4]

Champagne Ardenne [4]

Changement climatique [4]

Consommation d'énergie [4]

Construction écologique [4]

Déplacement urbain [4]

Effet de serre [4]

Efficacité énergétique [4]

Étude [4]

GPL [4]

Innovation [4]

Potentiel de développement [4]

Projet [4]

Rhône Alpes [4]

Transport de marchandises [4]

Allemagne [3]

Aménagement du territoire [3]

Avantage fiscal [3]

Biodiesel [3]

Biomasse [3]

Bus [3]

Chauffage [3]

Chiffre clé [3]

Crédit d'impôt [3]

Directive européenne [3]

Éclairage public [3]

Energie hydraulique [3]

Environnement [3]

Éolien [3]

Espagne [3]

Établissement scolaire [3]

Grenelle de l'environnement [3]

Huile végétale [3]

International [3]

Isolation [3]

Logement social [3]

Maitrise De l'Énergie - MDE [3]

Milieu agricole [3]

Milieu urbain [3]

Moteur à gaz [3]

Moteur essence [3]

Nord Pas de Calais [3]

Pétrole [3]

Plan Véhicule Propore [3]

Polluant [3]

Recensement / Inventaire [3]

Réglementation [3]

Rénovation [3]

Réseau de chaleur [3]

Scénario [3]

Stockage de déchet [3]

Suède [3]

Taxe [3]

Technologie [3]

TIPP [3]

Transition énergétique [3]

Vehicule municipal [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z