F Nous contacter

0

Documents  Royaume Uni | enregistrements trouvés : 130

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° non numrote

Construire un parc éolien au Royaume-Uni demande beaucoup de patience et de courage. A travers de nouvelles stratégies, les politiques veulent résoudrent les conflits entre les initiatives locales et les intérêts nationaux.

Réglementation ; Parc éolien ; Politique énergétique ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

Construire un parc éolien au Royaume-Uni demande beaucoup de patience et de courage. A travers de nouvelles stratégies, les politiques veulent résoudrent les conflits entre les initiatives locales et les intérêts nationaux.

Donnée économique ; Éolien ; Parc éolien ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° non numerote

L'éolien offshore continue d'avancer: les chantiers et le développement des ports progressent. Cependant, tout va dépendre du cadre politique du Royaume-Uni et de l'Allemagne.

Allemagne ; Éolien ; Parc éolien ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- p.06 à p.08

C'est en décembre dernier, au salon Energaïa, que le groupe norvégien REC, l'un des leaders mondiaux de l'énergie solaire, a présenté une nouvelle solution photovoltaïque intégrée au bâtiment, baptisée Peak Energy Integrated.

Solaire photovoltaïque ; Recherche ; International ; Module photovoltaïque ; Toiture ; Intégration architecturale ; Matériau de construction ; Secteur résidentiel ; Commerce / Magasin ; Tarif d'achat ; France ; Irlande ; Royaume Uni ; Industrie

... Lire [+]

V

- n° 28
ISBN 1256-6098

Une nouvelle formation est dispensée par l'Institut de l'Energie et du Développement Durable de l'Université De Monfort, à leicester.

Bâtiment ; Étude ; Formation ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 28
ISBN 1256-6098

Le suivi des consommations est un des aspets les plus fondamentaux de tout programme visant à améliorer l'éfficacité énergétique. Mais cela semble tellement aller de soi...qu'on oubli encore souvent de la faire!

Agence de l'énergie ; Allemagne ; Appel d'offre ; Bâtiment communal ; Compteur énergie ; Consommation d'énergie ; Éclairage public ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Facture énergétique ; Finlande ; France ; Logiciel ; Performance énergétique ; Pologne ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 7
ISBN 1769-3861

L'AIE a publié les nouvelles statistiques mondiale sur l'utilisation de l'énergie solaire thermique

Allemagne ; Australie ; Autriche ; Belgique ; Canada ; Capteur non vitré ; Capteur solaire ; Capteur tube sous vide ; Chiffre clé ; Chine ; Danemark ; Espagne ; États Unis ; Finlande ; France ; Grèce ; Inde ; International ; Israel ; Italie ; Japon ; Mexique ; Norvège ; Nouvelle-Zélande ; Pays Bas ; Portugal ; Puissance installée ; Royaume Uni ; Solaire thermique ; Suède ; Suisse ; Turquie

... Lire [+]

V

- n° 15
ISBN 1660-3192

Vers une meilleure politique du changement climatique Le changement climatique rend la planète moins sûre Le royaume Uni montre la voie de l'adaptation au changement cimatique

Bilan ; Catastrophe naturelle ; CH4 / Méthane ; Changement climatique ; Chiffre clé ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Effet de serre ; Gaz à Effet de Serre / GES ; International ; N2O / Protoxyde d'azote ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 311008

L'actuel soutien britannique à la production d'énergie renouvelable, «l'obligation sur les renouvelables» (renewables obligation, RO), est perçu comme trop compliqué pour les petits producteurs. Ce système des RO oblige un producteur à tirer une partie de son électricité d'une source d'énergie renouvelable, ou de payer une pénalité qui sera reversée aux producteurs d'énergie renouvelable. Et 95% des demandeurs de RO comptaient monter des projets d'une puissance supérieure à 3 mégawatts (MW). Le tarif d'achat, lui, a prouvé son efficacité en Allemagne et en Espagne. Ecoles, hôpitaux, agriculteurs et particuliers, par exemple, devraient sans doute pouvoir bénéficier d'un tarif d'achat pour des installations d'une capacité maximale de 3 MW.Le pays doit atteindre un objectif de 15% d'ENR dans sa consommation finale d'énergie en 2020, contre 1,3% en 2005.
L'actuel soutien britannique à la production d'énergie renouvelable, «l'obligation sur les renouvelables» (renewables obligation, RO), est perçu comme trop compliqué pour les petits producteurs. Ce système des RO oblige un producteur à tirer une partie de son électricité d'une source d'énergie renouvelable, ou de payer une pénalité qui sera reversée aux producteurs d'énergie renouvelable. Et 95% des demandeurs de RO comptaient monter des projets ...

Électricité renouvelable ; Généralité énergie renouvelable ; Objectif ; Ordonnance/Obligation ; Politique énergétique ; Royaume Uni ; Tarif d'achat

... Lire [+]

y

- n° 538 - p.20 à p.23

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Le royaume-Uni est le premier producteur de pétrole et le deuxième producteur de gaz dans l'Union Européenne. Le pays mise désormais beaucoup sur la décarbonation de son énergie et a pour volonté de devenir leader mondial contre le changement climatique avec des objectifs ambiteux, quoique parfois contradictoires... Le pays se cherche encore...

Généralité énergie renouvelable ; Transition énergétique ; Angleterre ; Royaume Uni ; Marché européen ; Marché énergétique ; Chiffre clé ; Energie fossile ; Choix de l'énergie ; Politique énergétique ; Europe ; Changement climatique ; Réchauffement climatique ; Gaz à Effet de Serre / GES

... Lire [+]

V

- n° 11

Selon l'EWEA et le media Wind Energy l'accord signé pour le Royaume-Uni par Lord Hunt l'aurait été aussi par les ministres et/ou représentants des pays suivants : Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède et Irlande. Cette proposition de développement (il ne s'agit pour l'heure que d'une proposition) de réseau éolien offshore servirait à accroître la sécurité énergétique des pays signataires, tout en aidant à optimiser la production éolienne offshore d'électricité. Il aiderait également l'Union européenne dans son ensemble (qui en a visiblement bien besoin eu égard aux récentes déclarations entendues pendant la Conférence de Copenhague) à atteindre ses objectifs en matière de production d'énergie renouvelable pour 2020 et 2030. Bien que l'EWEA ait toujours porté et défendu l'idée d'un gigantesque réseau européen de distribution d'électricité produite par l'éolien offshore, un tel réseau relève pour l'instant plutôt du domaine du rêve que de la réalité (cf. notre article du 5/5/2009 sur le projet de super-réseau européen (http://energiesdelamer.blogspot.com/2009/05/supergrid-un-giga-reseau-offshore.html). Prendre des paris et des risques : Le financement du futur réseau européen impliquerait donc des investissements importants qui ne seraient pas consentis seulement par les autorités gouvernementales des Etats mais aussi et surtout par des investisseurs privés et des groupements financiers qui sauraient prendre des paris (et des risques) sur les perspectives commerciales futures. Comme je le signalais déjà dans l'article du 5 mai 2009, la Banque européenne d'investissement (BEI) a, dans ce sens, un rôle capital à jouer. Des fonds spécifiques existent déjà en son sein comme les fonds pour les réseaux trans-européens qui répondent au doux nom de « fonds Marguerite », mais cela n'est pas suffisant. Ce sont des instruments comme le « Mécanisme de financement avec partage des risques » (MFPR), créés par la BEI qui pourraient, selon l'EWEA, garantir le type d'investissements attendus dans le domaine de l'éolien offshore, le tout appuyé aux niveaux régionaux par des fonds structurels orientés vers le développement des infrastructures d'électricité. Développer par étapes au fur et à mesure des besoins : Voilà pour le point de vue financier. Du point de vue technologique, l'EWEA pense que c'est l'utilisation de la technologie HVDC (High Voltage Direct Current) qui est la plus attrayante pour l'exploitation du réseau offshore car elle offre la maniabilité nécessaire dont a besoin ce type de réseau. Il existe à l'heure actuelle deux principaux types de liaison HVDC : - la HVDC-LCC HVDC (la technologie la plus conventionnelle et la plus largement utilisée dans le monde) - la VSC HVDC (Voltage Source Converter High Voltage Direct Current), d'apparition récente et qui, selon de nombreux experts, serait plus appropriée aux besoins spécifiques en mer, car elle permet des liaisons sur de longues distances (jusqu'à 600 km) avec des pertes minimes. Son faible encombrement minimise également son impact environnemental et ses coûts de construction. L'aspect modulaire de cette technologie permet aussi de la développer par étapes au fur et à mesure des besoins. Dernier avantage d'une longue liste détaillée par L'EWEA, cette technologie est directement compatible avec les réseaux à terre. Il existe deux grands fabricants de la technologie HVDC VSC. Le premier est le leader mondial des technologies de l'énergie et de l'automation, ABB, qui utilise le nom de marque HVDC Light. Le second est Siemens dont la technologie s'appelle HVDC Plus. Le but, à terme, est d'utiliser conjointement ces deux technologies sur le réseau offshore du futur, mais pour l'instant elles ne sont pas identiques et des efforts sont nécessaires pour les rendre compatibles. Au-delà des intentions, les défis à relever restent toujours les mêmes : Toujours dans cet intéressant entretien, les questions de la réglementation et de l'autorité de gestion d'un tel réseau sont largement évoquées. L'intégration, par exemple, de ce super-réseau offshore dans l'initiative européenne est aussi abordée de même qu'une collaboration avec le REGRT-E est évoquée, ainsi qu'une collaboration avec le Pentalateral Energy Forum. Je rappelle que le REGRT-E (Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité) créé voici tout juste un an, le 19 décembre 2008, réunit 42 gestionnaires européens de réseau de transport, qui sont devenus ainsi responsables du plus grand réseau interconnecté, et ont créé de ce fait l'organisation GRT prévue par le troisième paquet « marché intérieur » de la Commission Européenne. En résumé, ce qu'il ressort de cet entretien, reflet de la situation actuelle de l'offshore en Europe, c'est qu'au-delà des intentions, les défis à relever semblent rester hélas toujours, mois après mois, les mêmes. Au-delà du défi technique (finalement presque le moins complexe à relever !), c'est la construction d'un réseau européen en mer qui intègre les 40 GW d'énergie éolienne offshore attendus d'ici à 2020, et les 150 GW d'énergie éolienne offshore attendus d'ici 2030, les défis principaux restent toujours ceux des implications. Un super-réseau européen ne pourra pas voir le jour sans une vision pan-européenne, impliquant plus qu'une contribution, un véritable engagement de la Commission européenne, du REGRT-E, d'intervenants tels que l'EWEA mais aussi une forte coopération entre les États membres (pour l'instant quasi inexistante), et bien sûr toujours, encore, surtout... un accès au financement. C'est pour cette raison que l'EWEA a proposé son Offshore Development Network Master Plan qui se déroule sur 20 ans. On en retrouvera les grandes lignes dans le document 2009 « Ocean of opportunity » téléchargeable sur le site de l'EWEA.
Selon l'EWEA et le media Wind Energy l'accord signé pour le Royaume-Uni par Lord Hunt l'aurait été aussi par les ministres et/ou représentants des pays suivants : Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède et Irlande. Cette proposition de développement (il ne s'agit pour l'heure que d'une proposition) de réseau éolien offshore servirait à accroître la sécurité énergétique des pays signataires, tout en aidant à optimiser ...

Allemagne ; Belgique ; Danemark ; Éolien ; Europe ; Fonds structurels ; France ; Investissement ; Irlande ; Luxembourg ; Objectif européen ; Offshore ; Pays Bas ; Puissance ; Réseau électrique ; Royaume Uni ; Suède ; Transport de l'électricité ; Gestionnaire de réseau

... Lire [+]

V

- n° 455

Pendant les 30 prochains mois, avec 12 autres associations européennes du solaire, Enerplan, le Syndicat des Energies Renouvelables et SOLER (sa branche photovoltaïque) s'impliqueront pour améliorer ces conditions en France et dans les onze autres pays concernés par ce projet. Aujourd'hui, comme l'installation d'un système solaire photovoltaïque en Europe peut prendre moins d'un mois comme jusqu'à plusieurs années, la première étape du projet PV Legal sera d'établir une base de données complète pour analyser les points de bureaucratie devant être fluidifiés. La base de données fournira aux intervenants, aux politiques et aux opérateurs réseau, une analyse systématique des barrières et des problématiques de connexion au réseau. La suppression de telles barrières est considérée comme une des clés de la croissance du marché par l'industrie photovoltaïque et la Commission Européenne. Cette dernière soutient cette initiative au travers du programme « Intelligent Energy Europe ». Une fois la base de données établie, les politiques et les opérateurs réseau des principaux marchés PV en Europe seront sollicités (documents consultatifs, forums nationaux, ateliers de travail ad hoc, ...) pour débattre et fournir des recommandations améliorer et simplifier le cadre administratif de la production d'électricité solaire. Le projet PV Legal rassemble un consortium de 13 associations nationales du solaire, l'EPIA (Association Européenne de l'Industrie Photovoltaïque) et des consultants en management d'Eclareon. Les partenaires sont : - BSW-Solar, Association allemande de l'industrie solaire (Coordinateur) - ASIF, Association espagnole de l'industrie photovoltaïque - ASSOSOLARE, Association italienne de l'industrie photovoltaïque - ENERPLAN, Association professionnelle française de l'énergie solaire - HELAPCO, Association hellénique des professionnels du photovoltaïque - PTPV, Société polonaise pour le photovoltaïque - REA, Association de l'énergie renouvelable au Royaume-Uni - SER-SOLER, Branche photovoltaïque du Syndicat des énergies renouvelables - ZSFI, Association slovène de l'industrie photovoltaïque - EPIA, Association Européenne de l'Industrie Photovoltaïque - Eclareon, Consultant en Management Organisation collaboratrices : Holland Solar (NL), Czech Renewable Energy Agency (Agence Tchèque des Energies Renouvelables), APESF (Association portugaise de l'industrie photovoltaïque), Association bulgare du photovoltaïque.
Pendant les 30 prochains mois, avec 12 autres associations européennes du solaire, Enerplan, le Syndicat des Energies Renouvelables et SOLER (sa branche photovoltaïque) s'impliqueront pour améliorer ces conditions en France et dans les onze autres pays concernés par ce projet. Aujourd'hui, comme l'installation d'un système solaire photovoltaïque en Europe peut prendre moins d'un mois comme jusqu'à plusieurs années, la première étape du projet PV ...

Allemagne ; Association ; Bulgarie ; Délai d'instruction ; Démarche administrative ; Europe ; France ; Grèce ; Hollande ; Italie ; Marché européen ; Pologne ; Portugal ; Professionnel ; Programme européen ; Raccordement réseau ; Recensement / Inventaire ; République Tchèque ; Royaume Uni ; Slovenie ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 18
ISBN 1964-9843

En Europe, la part des factures énergétiques dans les dépenses des ménages est grandissante. Certains foyers ne sont plus capables de subvenir à leurs besoins courant en énergie (chauffage, éclairage, eau chaude...). Aujourd'hui des dizaines de millions d'Européens sont concernés par cette précarité énergétique.

Allemagne ; Europe ; France ; Italie ; Particulier / Ménage ; Pologne ; Précarité ; Royaume Uni ; Recette / Revenu ; Précarité énergétique

... Lire [+]

V

- n° 151009

Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et faire des propositions innovantes. Il s'agit de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de terrain à l'accroissement préoccupant de ce phénomène et à l'urgence de la mise en place de véritables stratégies d'intervention. Trois raisons principales expliquent cette précarité : les faibles revenus des ménages, le coût croissant des énergies, et la mauvaise qualité thermique des logements. Un foyer européen sur sept est estimé en danger de pauvreté, le prix de l'électricité a progressé en moyenne de 14% entre 2005 et 2007, et 60% des habitations ont été construites avant l'introduction des réglementations thermiques de l'habitat. Nombre de ménages en précarité énergétique, locataires ou propriétaires occupants, vivent dans ce type de logement présentant une mauvaise performance énergétique et appartenant aussi bien au parc public que privé. A ce stade, seule une minorité d'Etats membres s'est engagée dans la voie d'une politique volontariste de résorption de cette précarité. En France, la réponse gouvernementale a été jusqu'à présent essentiellement curative et s'appuie sur le traitement social de l'impayé énergétique grâce aux fonds solidarité énergie, intégrés dans les Fonds solidarité logement (FSL), sur le droit à l'énergie (électricité, gaz, aide à la cuve de fioul) et le maintien d'un service minimum. Bon nombre de dispositifs et de mesures sociales sont en place pour venir en aide aux ménages, mais ces actions sont parfois dispersées et gagneraient à être mieux coordonnées. L'Ademe lance en janvier 2010 un Observatoire de la précarité énergétique pour soutenir l'action concertée annoncée par Valérie Létard, Secrétaire d'Etat en charge des technologies vertes et des négociations climatiques. Des initiatives se font jour sur le terrain grâce à la pugnacité d'associations telles que le GEFOSAT, spécialisée dans la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables et basée dans l'Hérault. Pour sa directrice, Sandrine Buresi, il s'agit de rendre accessible la maîtrise de l'énergie aux publics qui n'en ont pas les moyens. Le GEFOSAT a lancé en 2002 le Fonds d'aide aux travaux de Maîtrise de l'énergie et de l'eau, qui soutient l'accompagnement social des ménages et finance les travaux, grâce à un partenariat entre le Conseil général, l'Ademe, la Caisse d'allocations familiales et GDF-Suez. L'objectif est d'étendre cette action à la totalité du département. Le Royaume-Uni, où le nombre de personnes touchées a doublé en quelques années, fait figure de pionnier dans cette politique. Il est le premier pays à s'être doté d'une définition précise de la précarité énergétique correspondant à ''la situation d'un foyer devant consacrer plus de 10% de ses revenus pour chauffer son logement à un niveau correct'', expose Pam Wynne, chef du département Précarité énergétique au ministère du changement climatique et de l'énergie du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni a également lancé l'expérience de « Warm Homes ». Ce projet à but non lucratif consiste à approcher directement l'habitant, quartier par quartier, pour faire un point avec lui sur sa situation énergétique, définir le cas échéant les mesures d'économies d'énergie à adopter et lui proposer les aides disponibles en fonction de ses ressources. L'Italie, quant à elle, a créé un tarif social pour l'électricité et réfléchit à un système identique pour le gaz. La Belgique dispose d'un niveau élevé de protection sociale et d'un arsenal juridique efficace en termes de droits du consommateur, mais l'absence d'une stratégie spécifique reste un handicap. Enfin, l'Espagne, dernier partenaire d'EPEE, n'a pas encore perçu la précarité énergétique comme un problème social prioritaire. Impliquer les fournisseurs d'énergie : Les certificats d'économie d'énergie imposent aux fournisseurs de réaliser ou faire réaliser des économies d'énergie à leurs clients. L'enjeu de demain est de cibler prioritairement ces certificats sur les populations les plus vulnérables à travers une politique de quotas et d'incitations. Le Royaume-Uni a anticipé ce volet social. Deux foyers sur trois ont bénéficié de ces programmes incitatifs sur la période 2005-2008 et un million de foyers modestes ont reçu une subvention pour les aider dans leurs travaux d'isolation. En France, le projet de loi Grenelle 2 souhaiterait cibler spécifiquement les populations en difficulté en proposant une bonification plus favorable des actions donnant droit à certificats quand il s'agit de travaux de rénovation énergétique réalisés chez les foyers les plus modestes. Au carrefour des choix énergétiques, de la santé publique, et des changements climatiques, la précarité énergétique est un problème multidimensionnel. L'implication, en amont, des fournisseurs d'énergie est aussi cruciale que l'accompagnement et l'aide fournie aux usagers en difficulté de paiement. Ainsi nulle politique curative ne sera efficace sans mobilisation des fournisseurs eux-mêmes. En France, le programme électronucléaire a favorisé le tout électrique sans se préoccuper de maîtrise de l'énergie. ''Cette expansion du chauffage électrique s'est faite sans aucune précaution ni contraintes réglementaires : sauf pour des opérations de grande ampleur, il n'existe toujours pas de règlementation thermique pour la rénovation des logements !'', note Thierry Salomon, president de l'association Négawatt. Les ménages défavorisés payent aujourd'hui la facture de choix énergétiques qui datent des années 70.
Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et ...

Europe ; France ; Impayé énergétique ; Italie ; Précarité ; Programme européen ; Recensement / Inventaire ; Royaume Uni

... Lire [+]

y


ARTICLE EN LIGNE
Ceux suivant ce blog de manière assidue connaissent déjà le sujet : l'Europe a renoncé il y a plus d'un an à apposer une étiquette énergie au chauffage électrique. Problématique pour un système de chauffage coûteux utilisé par plus d'un tiers des ménages français. Le CLER s'en était ému à l'époque, en vain.

ARTICLE EN LIGNE
Ceux suivant ce blog de manière assidue connaissent déjà le sujet : l'Europe a renoncé il y a plus d'un an à apposer une étiquette énergie au chauffage électrique. Problématique pour un système de chauffage coûteux utilisé par plus d'un tiers des ménages français. Le CLER s'en était ému à l'époque, en vain.

Chauffage ; Étiquette énergie ; Europe ; Chauffage électrique ; Royaume Uni ; Maitrise De l'Énergie - MDE

... Lire [+]

V

- n° non numrote

La dépendance du Royaume-Uni à l'importation d'énergie est révolue. C pays avec son long et venteux littoral mise désormais dans l'éolien offshore.

Parc éolien ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 179 - p. 9 à p. 9

L'avenir du gaz naturel se dessine aujourd'hui avec l'écogénérateur, une chaudière qui assure à la fois le chauffage et la production d'élecricité grâce à un moteur Stirling.

Micro-cogénération ; Chauffage ; Production d'électricité ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Allemagne ; Royaume Uni ; Pays Bas ; Rhône Alpes ; Chaudière gaz naturel ; Performance énergétique

... Lire [+]

y

- n° 30 - p.04 à p.06

Depuis trois ans le Conseil Mondial de l'Énergie présidé par le français Pierre Gadonneix, publie chaque année un rapport de synthèse qui identifie les progrès accomplis par chacun des près de 100 pays membres dans le domaine de l'énergie et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Politique énergétique ; International ; Organisation internationale ; Objectif ; Entreprise ; Gouvernement ; Rapport ; Aspect économique ; Chine ; États Unis ; Russie ; Inde ; Japon ; Allemagne ; Canada ; Royaume Uni ; France ; Espagne ; Italie

... Lire [+]

V

- n° 20
ISBN 1608-3903

- Energy 4 Cohesion : favoriser les énergies renovelables moins développées - Açores (Portugal): Valorisation de la géothermie - Allemagne : La Vallée solaire des Saxe-Anhalt - Autriche : Le cogénérateur de Gussing - Finlande : le réseau BENET Bioénergie

Allemagne ; Approvisionnement ; Autriche ; Bois énergie ; Cellule photovoltaïque ; Chauffage solaire ; Chauffe eau solaire collectif ; Cogénération ; Danemark ; Éolien ; Espagne ; Établissement de santé ; Europe ; Finlande ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Guadeloupe ; Hongrie ; Ile ; Laboratoire ; Milieu rural ; Module photovoltaïque ; Portugal ; Production d'électricité ; Programme européen ; Réalisation ; Recherche ; Royaume Uni ; Solaire thermique ; Système autonome ; Usine de fabrication/production ; Visite possible

... Lire [+]

V

- n° 168
ISBN 0295-5873

Inauguration en lorraine Remplacement d'éolienne dans l'aude Parcs à l'étranger Parcs Offshore

États Unis ; Irlande ; Japon ; Languedoc Roussillon ; Lorraine ; Offshore ; Parc éolien ; Royaume Uni

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Royaume Uni [130]

France [79]

Allemagne [76]

Europe [58]

Espagne [50]

Italie [50]

Danemark [40]

Suède [38]

Politique énergétique [37]

Éolien [33]

Généralité énergie renouvelable [33]

Autriche [32]

Belgique [32]

Chiffre clé [31]

Pays Bas [31]

Portugal [31]

Irlande [27]

Consommation d'énergie [26]

Finlande [24]

Grèce [23]

Production d'électricité [23]

Pologne [22]

Réalisation [22]

États Unis [21]

Bulgarie [20]

Solaire photovoltaïque [20]

Slovenie [19]

Électricité renouvelable [18]

Suisse [18]

Collectivité locale [17]

Hongrie [17]

International [17]

Norvège [17]

Puissance installée [17]

République Tchèque [17]

Économie d'énergie [16]

Gaz à Effet de Serre / GES [16]

Biocarburant [15]

Biomasse [15]

Luxembourg [15]

Roumanie [15]

Efficacité énergétique [14]

Emploi [14]

Estonie [14]

Généralité énergie [14]

Lituanie [14]

Logement [14]

Solaire thermique [14]

Transport [14]

Energie hydraulique [13]

Recensement / Inventaire [13]

Tarif d'achat [13]

CO2 / Dioxyde de carbone [12]

Donnée économique [12]

Énergie marine [12]

Lettonie [12]

Précarité [12]

Projet [12]

Canada [11]

Chine [11]

Chypre [11]

Électricité [11]

Japon [11]

Nucléaire [11]

Objectif [11]

Offshore [11]

Biogaz [10]

Gaz naturel [10]

Géothermie [10]

Inde [10]

Malte [10]

Objectif européen [10]

Potentiel de développement [10]

Programme d'action [10]

Programme de développement [10]

Programme européen [10]

Rénovation [10]

Slovaquie [10]

Bâtiment [9]

Éolienne [9]

Marché européen [9]

Parc éolien [9]

Aide financière [8]

Entreprise [8]

Industrie [8]

Marché mondial [8]

Milieu agricole [8]

Particulier / Ménage [8]

Prix de l'énergie [8]

Ecoquartier [7]

Bretagne [7]

Budget [7]

Changement climatique [7]

Charbon [7]

Chauffage [7]

Cogénération [7]

Coût d'investissement [7]

Énergie primaire [7]

Investissement [7]

Maitrise De l'Énergie - MDE [7]

Performance énergétique [7]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z