F Nous contacter

0

Documents  Réfrigérateur / Congélateur | enregistrements trouvés : 55

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 66

Steca: la société allemande a développé (avec le spécialiste du froid Liebherr) une gamme de réfrigérateurs et congélateurs à très faible consommation qui rend possible le couplage avec des modules solaires avec une très grande fiabilité et autonomie de fonctionnement. Le site de Steca : http://www.steca.de/

Basse énergie ; Économie d'énergie ; Réfrigérateur / Congélateur ; Solaire photovoltaïque ; Système autonome

... Lire [+]

EQUIPEMENTS ECONOMES | SILENCE 1/03/02

Article

XXXXX

V

- n° 281
ISBN 0756-2640

L'europe a financé la mise en place d'un serveur internet qui indique en permanance quels sont les appareils les plus economes en energie: www.eais.eu.com

Appareil économe ; Lave linge ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 31
ISBN 1660-3192

- Économiser le courant dans le ménage, c'est facile - Vers une économie fondée sur la performance énergétique - Berlin fait tomber le mur des économies d'énergie - Avec éco21, les Services industriels de Genève créent une centrale à négawatts - Économser

Allemagne ; Appareil de cuisson ; Appareil domestique ; Appareil électrique ; Bureautique ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Éclairage ; Éclairage public ; Économie d'électricité ; Efficacité énergétique ; Lave linge ; Lave-vaisselle ; Nord Pas de Calais ; Particulier / Ménage ; Performance énergétique ; Réfrigérateur / Congélateur ; Secteur résidentiel ; Télévision / Hifi

... Lire [+]

V

- n° 419
ISBN 0033-5932

Des progrès du côté de la consommation d'énergie, mais d'autres à faire en matière d'indication de température dans la zone froide.

Consommation d'énergie ; Étiquette énergie ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 452
ISBN 0033-5932

Beaucoup d'entre nous aspirent à consommer en nuisant le moins possible à l'environnement. Même si l'on y songe rarement, modifier le contenu de notre assiette peut permettre de faire un grand pas dans ce sens. Petit menu éco-responsable. - Produits bio : à parfaire - Viande au menu : tout dépend du mode d'élevage - Conservation : coup de chaud sur le froid - Fruits et légumes : consommez en saison - Approvisionnement : privilégiez la proximité - Emballages : traquez-les
Beaucoup d'entre nous aspirent à consommer en nuisant le moins possible à l'environnement. Même si l'on y songe rarement, modifier le contenu de notre assiette peut permettre de faire un grand pas dans ce sens. Petit menu éco-responsable. - Produits bio : à parfaire - Viande au menu : tout dépend du mode d'élevage - Conservation : coup de chaud sur le froid - Fruits et légumes : consommez en saison - Approvisionnement : privilégiez la proximité ...

Approvisionnement ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Eau potable ; Élevage animal ; Emballage ; Fruit ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Impact environnemental ; Légume ; Produit écologique ; Réfrigérateur / Congélateur ; Transport de marchandises

... Lire [+]

V

- n° 68
ISBN 1150-529x

Topten est un guide d'achat sur internet qui indique quels sont les produits du marché les plus économes en énergie et les moins néfastes pour l'environnement. 4 catégories de produits sont proposées : congélateurs, réfrégirateurs, lave-vaiselle et voitures.

Appareil domestique ; Appareil économe ; Automobile ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Lave-vaisselle ; Produit écologique ; Recensement / Inventaire ; Réfrigérateur / Congélateur ; Site Internet

... Lire [+]

V

- n° 15
ISBN 1769-3861

Le Steca PF 166 est le réfrigérateur à faible consommation d'énergie DC le plus efficace jamais développé et pouvant être connecté à des panneaux solaires.

Réfrigérateur / Congélateur ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 46
ISBN 1634-5460

"20 000 euros pour une chaudière bois et des panneaux solaires? Ok, on y va pour ça monsieur le plombier. 8 000 euros pour une bonne isolation. Euh... on ne peut pas diminuer un peu les épaisseurs d'isolant ? Et voilà comment tomber dans le consumérisme ""écologique"". Le mot est lancé. Cessons de nous voiler la face, l'urgence climatique nous impose de réagir vite et fort, et donc de réagir tous. Alors pour faire taire ceux qui pensent qu'habitat écologique rime avec porte-monnaie élastique, voici un dossier qui conduit, sans rejet de CO2 bien sûr, sur le chemin de l'autonomie énergétique. Deux thèmes clés jalonnent le parcours: sobriété des comportements et efficacité des appareils."
"20 000 euros pour une chaudière bois et des panneaux solaires? Ok, on y va pour ça monsieur le plombier. 8 000 euros pour une bonne isolation. Euh... on ne peut pas diminuer un peu les épaisseurs d'isolant ? Et voilà comment tomber dans le consumérisme ""écologique"". Le mot est lancé. Cessons de nous voiler la face, l'urgence climatique nous impose de réagir vite et fort, et donc de réagir tous. Alors pour faire taire ceux qui pensent ...

Appareil de cuisson ; Appareil domestique ; Appareil économe ; Appareil électrique ; Bureautique ; Chauffage ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Éclairage ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Indépendance énergétique ; Lampe basse consommation ; Lampe halogène ; Lampe incandescante ; Lave linge ; Lave-vaisselle ; LED / Diode ; Négawatt ; Réfrigérateur / Congélateur ; Secteur résidentiel ; Système autonome ; Télévision / Hifi ; Tube fluorescent ; Veille

... Lire [+]

V

- n° 290909

Cette nouvelle directive élargit le champ d'application de la directive existante à une gamme plus large de produits (ordinateurs, téléviseurs), mais aussi aux «consommateurs indirects» (fenêtres, matériaux d'isolation ou encore robinets d'eau). Actuellement, elle ne s'applique qu'aux produits consommateurs d'énergie, tels que les lessiveuses, les congélateurs ou les sèche-cheveux, indique le Conseil. Les nouvelles règles exigent que l'impact environnemental des produits, tout au long de leur cycle de vie, soit pris en considération, dès le stade de la conception. Les exigences que les produits devront respecter seront précisément définies par la Commission, à la suite d'une analyse d'impact.
Cette nouvelle directive élargit le champ d'application de la directive existante à une gamme plus large de produits (ordinateurs, téléviseurs), mais aussi aux «consommateurs indirects» (fenêtres, matériaux d'isolation ou encore robinets d'eau). Actuellement, elle ne s'applique qu'aux produits consommateurs d'énergie, tels que les lessiveuses, les congélateurs ou les sèche-cheveux, indique le Conseil. Les nouvelles règles exigent que l'impact ...

Directive européenne ; Éco-conception ; Électroménager ; Vitrage ; Impact environnemental ; Isolation ; Lave linge ; Matériau de construction ; Produit de consommation ; Réfrigérateur / Congélateur ; Télévision / Hifi ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

V

- n° 180505

"http://www.energie-schweiz.ch/imperia/md/content/energiepolitik/evaluationen/veroeffentlichungen/15.pdf Le programme SuisseEnergie s'est donné pour but, dans le domaine des appareils, de faire en sorte que le besoin supplémentaire en électricité entraîné par l'extension attendue du nombre des appareils soit au moins compensé. Une mesure cruciale pour atteindre cet objectif est la déclaration énergétique eurocompatible pour les appareils ménagers (réfrigérateurs, congélateurs, lave-linge, séchoirs à linge, lave-vaisselle) ainsi que pour les lampes d'intérieur. Cette déclaration, en vigueur depuis le 1°  janvier 2002, est obligatoire pour le commerce depuis le 1er janvier 2003. La déclaration énergétique est fournie au moyen de l'étiquetteEnergie, laquelle indique la consommation d'énergie et l'efficacité énergétique (selon les classes d'efficacité énergétique de A à G). Le 1er janvier 2003, des restrictions à l'autorisation des réfrigérateurs et des congélateurs à forte consommation en courant, qui sont compatibles avec la réglementation de l'UE, ont également été introduites. Les appareils ménagers concernés à ce stade par la déclaration énergétique (sans les fours à cuisson) absorbent environ 16 pour cent de la consommation suisse d'électricité (Prognos 2002).   L'étiquetteEnergie a exercé une influence sur l'offre de produits des producteurs et des distributeurs. Son impact le plus prononcé a marqué l'assortiment d'appareils ménagers dans le commerce.   Si l'étiquetteEnergie s'utilise comme argument de vente pour les appareils ménagers, elle ne joue qu'un rôle accessoire s'agissant des lampes.   La majorité des clients connaissent l'étiquetteEnergie appliquée aux appareils ménagers. La notoriété de l'étiquette pour les lampes est plus faible.   L'étiquetteEnergie joue un rôle dans la décision d'achat d'appareils ménagers et de lampes. Elle exerce sa plus forte influence auprès des clients individuels d'appareils ménagers. Son incidence est moindre lors de l'achat de lampes.   En 2003, grâce à l'étiquetteEnergie, les appareils ménagers de la classe A (hormis les sèchelinge) ont connu une augmentation comprise entre 7 et 10 pour cent de leur part au marché total, tandis que les lampes présentaient un accroissement de 4 pour cent de part de marché total.   En 2003, l'étiquetteEnergie a induit des économies de quelque 114 TJ pour les lampes nouvellement vendues et de 30 TJ pour les appareils ménagers nouvellement écoulés (1,7 pour cent, respectivement 3,5 pour cent de la consommation annuelle d'énergie des lampes, respectivement des appareils ménagers).   Du point de vue qualitatif, nous jugeons positifs les effets obtenus à ce jour par l'étiquetteEnergie. D'une manière générale, il y a lieu de noter que l'étiquetteEnergie exerce une action concrète.   Nous ne considérons pas ce succès comme allant de soi, eu égard au peu de temps écoulé depuis l'entrée en vigueur de l'étiquette, à l'importance d'autres facteurs dans la décision d'achat et aux insuffisances actuelles dans l'application. Nous tenons en particulier pour remarquable l'efficacité de l'étiquette dans le cas des appareils ménagers. L'étiquette a premièrement influencé en un laps de temps réduit une part importante de l'offre d'appareils des commerçants.   À cet égard, nous considérons en particulier comme importante l'évolution de plusieurs grands distributeurs et marchés spécialisés, qui ne proposent plus que des appareils de la classe A ou qui ont totalement renoncé aux appareils de la classe C. Deuxièmement, les résultats des évaluations indiquent que l'étiquetteEnergie des appareils ménagers est suivie d'effets, particulièrement auprès des clients individuels. À ce niveau, l'étiquette précise désormais l'efficacité énergétique des appareils et elle constitue un label de qualité en complément à la marque.   Nous estimons l'impact de l'étiquetteEnergie sur la décision d'achat des lampes plus faible que sur la décision d'achat des appareils ménagers. Premièrement, nous jugeons que l'utilisation de l'étiquetteEnergie dans les canaux de distribution des lampes est plus mauvaise que dans ceux des appareils ménagers.   Deuxièmement, les clients attribuent une importance moindre à la consommation d'énergie des lampes qu'à d'autres critères d'achat (p. ex. esthétique, compatibilité avec le luminaire). Troisièmement, pour les commerçants et les clients sensibilisés aux questions énergétiques, l'argument de la lampe économe prévaut sur l'étiquette. Nous partons de l'idée que l'étiquetteEnergie exerce une action d'appoint auprès des clients sensibilisés, mais qu'elle ne joue pas un rôle décisif dans leur décision d'achat. Simultanément, nous sommes d'avis qu'il est possible d'accroître nettement l'efficacité de l'étiquette dans le domaine des lampes. A cette fin, il faut essentiellement que l'on recoure davantage à l'étiquette du côté de l'offre et que son rôle de label de qualité soit plus marqué auprès des consommateurs.     Recommandations   Les efforts pour augmenter l'efficacité de l'étiquetteEnergie des appareils ménagers et des lampes doivent encore être renforcés.   Sur la base des résultats de l'évaluation, nous recommandons à la Confédération et aux acteurs du marché de continuer à accroître leurs efforts en vue d'augmenter l'efficacité de l'étiquetteEnergie des appareils ménagers et des lampes. Selon nous, il faut mettre l'accent sur les mesures suivantes:   1. Renforcer la mise en oeuvre des mesures à ce jour :   * étiquetage plus conséquent par les commerçants; * références systématiques à l'étiquette dans les informations sur les produits (y compris les rapports coûts-utilité); * formation accrue du personnel de vente, augmentation de la notoriété des offres de eae et de S.A.F.E. auprès du public cible.   2. Motiver les fabricants, les commerçants et les autres acteurs (p. ex. les centrales électriques) à prendre des mesures librement consenties supplémentaires :   * mise en valeur par le personnel de vente des appareils et des lampes énergétiquement efficaces; * conception de l'offre en fonction de l'efficacité énergétique; * sensibilisation ciblée de certains segments de la clientèle; * incitations financières en faveur des produits énergétiquement efficaces.   3. Dynamiser et propager l'étiquetteEnergie en coopération avec la branche et l'UE.   * adaptation de l'étiquetteEnergie des appareils ménagers et des lampes à l'évolution technique; * vérification de la désignation des luminaires compatibles avec les lampes énergétiquement efficaces; * progression de l'étiquetage d'autres appareils électriques.   4. Étudier des mesures étatiques supplémentaires dans le prolongement de l'étiquetteEnergie.   * modèles financiers incitatifs pour promouvoir les produits énergétiquement efficaces (p. ex.modèle de bonus-malus); * autres restrictions aux autorisations. "
"http://www.energie-schweiz.ch/imperia/md/content/energiepolitik/evaluationen/veroeffentlichungen/15.pdf Le programme SuisseEnergie s'est donné pour but, dans le domaine des appareils, de faire en sorte que le besoin supplémentaire en électricité entraîné par l'extension attendue du nombre des appareils soit au moins compensé. Une mesure cruciale pour atteindre cet objectif est la déclaration énergétique eurocompatible pour les appareils ...

Appareil domestique ; Appareil économe ; Appareil électrique ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Électroménager ; Étiquette énergie ; Évaluation ; Lampe basse consommation ; Lave linge ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Réfrigérateur / Congélateur ; Suisse

... Lire [+]

V

- n° 270605

"http://www.cemagref.fr/index.asp Pour faire du froid, les machines frigorifiques utilisent des fluides dits frigorigènes au rang desquels on compte les HFC, dont l'effet direct sur le réchauffement climatique est pointé par le protocole de Kyoto. Elles consomment aussi de l'énergie. Dans les pays industrialisés, jusqu'à 15% de l'énergie consommée est ainsi consacrée à la production du froid. Dans une perspective de développement durable et d'une utilisation de l'énergie plus rationnelle, l'enjeu est fort pour la recherche de trouver des technologies innovantes qui permettent de concilier les exigences d'une chaîne du froid efÞcace et la minimisation des impacts environnementaux. Le TEWI (Total Equivalent Warming Impact) est un indice qui permet de mesurer l'impact des activités humaines sur le réchauffement climatique. Les installations frigoriÞques jouent de deux façons sur cet indice : par un effet direct, le TEWI direct, qui correspond à la perte dans l'atmosphère des þuides frigorigènes (fuites, Þ n de vie...) et un effet indirect dû à la consommation électrique de l'installation. Pour minimiser l'effet global, TEWI global, il faut donc jouer sur ces deux aspects. C'est cette double préoccupation qui a guidé les chercheurs du Cemagref dans la conception d'une machine frigoriÞque d'un nouveau genre. Réduire la taille des composants pour diminuer la quantité de þuide frigorigène Une machine frigoriÞque est constituée de cinq éléments principaux : un condenseur, un évaporateur, une conduite de liquide, un compresseur et un détendeur (auxquels s'ajoute fréquemment une bouteille accumulatrice). Les échanges thermiques ont lieu au niveau du condenseur et de l'évaporateur. C'est dans les composants où le fluide est à l'état liquide (bouteille, condenseur, évaporateur et conduite de liquide) que se trouve l'essentiel de la charge en fluide. Pour réduire les quantités de þuides frigorigènes, une solution est donc de réduire la taille de ces composants. A partir de ce constat, les chercheurs ont donc travaillé en collaboration avec le GREThE de Grenoble dans le cadre d'un projet Þnancé par l'ADEME sur un concept d'installations frigoriÞques mettant en oeuvre des échangeurs de chaleur à faible volume interne et haute efÞ cacité énergétique. Leurs travaux ont porté sur des unités de réfrigération de petite puissance, c'est-à-dire dont la puissance frigoriÞque est inférieure à 15 kW. Un recensement effectué en 2002 a montré que cette catégorie représente 80% des unités frigoriÞques en France et plus de 40% de la masse totale de þuide frigorigène. Il s'agit notamment des chambres froides du commerce traditionnel comme les boucheries, de la restauration collective ou encore du commerce de proximité. Les mini-canaux au secours de l'environnement La technologie mise en oeuvre est celle des mini-canaux. Pour l'appliquer aux installations frigoriÞques, les scientiÞques ont cherché à connaître l'impact de la réduction de la taille des canaux sur les échanges thermiques et les pertes de pression. En d'autres termes, il s'agissait de vériÞer que la réduction de la taille des canaux utilisés dans les échangeurs thermiques était compatible avec des bonnes performances thermiques et énergétiques. Une approche en recherche fondamentale s'est elle intéressée à l'étude des pertes de pression des écoulements dans des canaux à faible diamètre et a permis de développer des connaissances de base sur le comportement des þuides dans les conduites de petit diamètre. Les scientiÞques ont modélisé l'effet de la réduction des canaux sur l'efÞcacité thermique de l'installation et sur sa consommation en énergie pour chaque composant puis pour l'ensemble de la machine, avec une double préoccupation : réduire la quantité de frigorigène et la consommation électrique. C'est la première fois qu'une équipe de recherche mettait en oeuvre une telle approche globale. L'objectif est d'établir de nouvelles règles de conception des installations qui prennent en compte la quantité de frigorigène. Objectif atteint puisque l'équipe a mis au point un prototype qui permet de réduire la quantité de þuide d'un facteur 10 tout en gardant la même efÞcacité énergétique. Quand une machine classique a besoin de 8 kg de þuide frigorigène pour produire 10 kW, le prototype n'utilise que 800 grammes de þuide. Les applications concernées par cette recherche représentent en France une charge d'environ 16 000 tonnes de frigorigènes. La généralisation de la technologie à faible charge permettrait de réduire cette charge à moins de 2 000 tonnes. Sans compter une utilisation par d'autres secteurs, comme la climatisation et le conditionnement d'air. Avec une réduction attendue sur le TEWI direct de 90% et de 10% sur le TEWI indirect, on peut s'attendre à une réduction du TEWI global des installations de plus de 20%. L'application de cette technologie aux 600 000 installations concernées en France permettrait ainsi une réduction des rejets de 700 000 tonnes équivalent CO2 par an. ______ Europe ""Green Paper"" on Energy Efficiency or Doing More With Less http://europa.eu.int/comm/energy/efficiency/index_en.htm ( 51 pages ) Note : une version en langue française est prévue... MEMO/05/216 Brussels, 22 June 2005 Europe could save 20% of its energy by 2020 The Commission today adopted a Green Paper on energy efficiency, outlining an ambitious programme with the objective of harnessing cost-effective energy savings for Europe equivalent to 20% of the EU's current energy use. This means reducing the amount we spend on energy, mainly imported hydrocarbons, by € 60 billion per annum or the present combined energy consumption of Germany and Finland. Instead, this money would be invested in energy efficient equipment and services, in which Europe is a world leader. In other words, instead of spending money importing hydrocarbons we create jobs in Europe. According to available studies, if we could harness these benefits, it means as much as a million new high quality jobs in Europe. Even without high and volatile oil prices, which have led to a downgrading of the prospects of economic growth in Europe, there would be very good reasons for the European Union to make a strong push towards a re-invigorated programme promoting energy efficiency at all levels of European society: Competitiveness and the Lisbon agenda Although considerable investment is needed to harness the potential savings mentioned above, in terms of new energy efficient equipment and energy services, Europe is a world-leader in this area and energy services are largely local in character. As mentioned above, this means the creation of many new high-quality jobs in Europe. Furthermore, as the measures targeted in this initiative are only cost-effective energy efficiency measures ­ ones that result in a net saving even once the necessary investment is taken into account ­ a successful energy efficiency scheme means that some of the €60 billion not spent on energy translates as a net saving, resulting in increased competitiveness and better living conditions for EU citizens. The same studies mentioned above conclude that an average EU household could save between €200 and €1,000 per year in a cost-effective manner, depending on its energy consumption. An effective energy efficiency policy could therefore make a major contribution to EU competitiveness and employment, which are central objectives of the Lisbon agenda. Environmental protection and the EU's Kyoto obligations. Energy saving is without doubt the quickest, most effective and most cost-effective manner for reducing greenhouse gas emissions, as well as improving air quality, in particular in densely populated areas. It will therefore help Member States in meeting their Kyoto commitments. Security of supply. By 2030, on the basis of present trends, the EU will be 90% dependent on imports for its requirements of oil and 80% dependent regarding gas. It is impossible to predict the price of oil and gas in 2020, particularly if demand from the developing world continues to increase as rapidly as today. Making a real effort to at first cap EU energy demand at present levels and subsequently reduce it, would represent an important contribution in developing a coherent and balanced policy to promote the security of energy supplies for the European Union. This Green Paper therefore seeks to identify the bottlenecks presently preventing these cost-effective efficiencies from being captured ­ lack of appropriate incentives, lack of information, lack of available financing mechanisms for example. It then seeks to identify options how these bottlenecks can be overcome, suggesting a number of key actions that might be taken. Examples include: * Establishing Annual Energy Efficiency Action Plans at national level. Such plans might identify measures to be taken at national, regional and local level and subsequently monitor their success both in terms of improving energy efficiency and their cost-effectiveness. The plans could be complemented by a "benchmarking" and "peer review" process at European level, so that Member States can easily learn from the successes and mistakes of others and to ensure the rapid spread of best practice throughout the EU; * Giving citizens better information, for example through better targeted publicity campaigns and improved product labelling; * Improving taxation, to ensure that the polluter really pays, without however increasing overall tax levels; * Better targeting state aid where public support is justified, proportionate and necessary to provide an incentive to the efficient use of energy; * Using public procurement to "kick-start" new energy efficient technologies, such as more energy efficient cars and IT equipment; * Using new or improved financing instruments, both at Community and national level, to give incentives, but not aid, to both companies and householders to introduce cost-effective improvements; * Going further regarding buildings, where an existing Community Directive applies, and possibly extending it to smaller premises in a manner that ensures cost-effectiveness and minimum additional bureaucracy; * Using the CARS 21 Commission initiative to catalyse a new generation of more fuel-efficient vehicles. This Green Paper seeks to act as a catalyst, leading to a renewed energy efficiency initiative at all levels of European society ­ EU, National, regional and local. In addition, it seeks to make a significant contribution, by way of example and leadership, to kick-start an international effort to contribute to addressing climate change through energy efficiency. With exploding energy demand in particular in China and India, energy efficiency must be one of the key policies to try to reconcile on the one hand the increased energy needs of the developing world to power growth and improve living conditions for their citizens and, on the other hand, combat global warming. This Green Paper, and the momentum created in following it up, should put the EU at the forefront of efforts to make energy efficiency a global priority. Finally, high oil prices hit the poorest the hardest, particularly in developing countries. Attention should be given during the follow-up to the Green Paper as to how technology which is developed in Europe can be used or adapted to meet the needs of these countries and how best it can be deployed. The concrete examples cited above to meet this challenge, which are examined in more detail below, are not proposals; they are ideas for discussion. Nor are they exhaustive. Following the publication of the Green Paper, the Commission shall, until the end of this year, undertake an intensive public consultation. To stimulate debate and effective input, the Commission puts forward 25 non-exhaustive questions. The Commission has decided to set up the "European Sustainable Energy Forum". This Forum, based on the models of the "Florence" and "Madrid" Forums, which were used very successfully to develop consensus on how to proceed with energy market liberalisation, will bring together the Commission, Member States, the European Parliament, national energy Regulators and representatives of European industry and NGO's. It will meet twice a year. The first meeting, scheduled for October, will discuss in depth this Green Paper. However, in addition to consulting the Council, the European Parliament and industry and NGO's on the document, the Commission considers it vital to have a wide-ranging public consultation and will carry out a series of open meetings throughout the EU in additional to a web-based exercise It is important that this Green Paper rapidly leads to concrete action. Thus, following the consultation process the Commission believes that a concrete Action Plan should be drawn up in 2006, outlining the specific action to be taken at EU and national level, accompanied by necessary cost-benefit analyses. This Green Paper is an important document, not only because of its potential economic importance, but also because it marks the beginning of this new Commission's attempt to renew Europe's energy policy, centring its different elements on the need to really develop competitiveness, sustainable development and security of supply. This is the first in a series of consultative or preparatory documents that will be adopted by the Commission in 2005 and early 2006. Commissioner Piebalgs intends to table: * a Communication on Renewable Support Schemes, * an Action Plan on Biomass, * a Communication on the transparency and functioning of hydrocarbons markets, * a Green Paper on Security of Supply, * a Report on the functioning of the liberalised gas and electricity markets, and * a Communication on the new approach to Nuclear Safeguards. This will give the Commission a full picture of how to approach the development a real coherent and integrated energy policy for Europe. Concrete proposals are expected to follow in 2006. Questions for debate The Green Paper puts forward 25 questions for debate; 1 How could the Community and the Commission in particular, better stimulate European investment in energy efficiency technologies? How could funds spent supporting research in this area be better targeted? 2 The emission trading mechanism is a key tool in developing a market-based response to meeting the goals of Kyoto and climate change. Could this policy be better harnessed to promote energy efficiency? If so, how? 3 In the context of the Lisbon strategy aiming to revitalise the European economy, what link should be made between economic competitiveness and a greater emphasis on energy efficiency? In this context, would it be useful to require each Member State to set annual energy efficiency plans, and subsequently to benchmark the plans at community level to ensure a continued spread of best practice? Could such an approach be used internationally? If so, how? 4 Fiscal policy is an important way to encourage changes in behaviour and the use of new products that use less energy. Should such measures play a greater role in European energy efficiency policy? If so, which sort of measures would be best suited to achieve this goal? How could they be implemented in a manner that does not result in an overall increase in the tax burden? How to really make the polluter pay? 5 Would it be possible to develop state aid rules that are more favourable to the environment, in particular by encouraging eco-innovation and productivity improvements? What form could these rules take? 6 Public authorities are often looked to for an example. Should legislation place specific obligations on public authorities, for example to apply in public buildings the measures that have been recommended at Community or national level? Could or should public authorities take account of energy efficiency in public procurement? Would this help build viable markets for certain products and new technologies? How could this be implemented in practice in a way that would promote the development of new technologies and provide incentives to industry to research new energy efficient products and processes? How could this be done in a manner that would save money for Public authorities? As regards vehicles, please see question 20. (Section 1.1.6) 7 Energy efficiency funds have in the past been used effectively. How can the experience be repeated and improved? Which measures can be adopted usefully at: 8 International level 9 EU level 10 National level 11 Regional and local level? 12 Energy efficiency in buildings is an area where important savings can be made. Which practical measures could be taken at EU, national, regional or local level to ensure that the existing Community Buildings Directive is a success in practice? Should the Community go further than the existing Directive, for example extending it to smaller premises? If so, how could the appropriate balance be achieved between the need to generate energy efficiency gains and the objective of limiting new administrative burdens to the minimum possible? (Section 1.2.1) 13 Giving incentives to improve the energy efficiency of rented accommodation is a difficult task because the owner of the building does not normally pay the energy bill and thus has no economic interest in investing in energy efficiency improvements such as insulation or double glazing. How could this challenge be best addressed? 14 How can the impact of legislation on the performance of energy-consuming products for household use be reinforced? What are the best ways to encourage the production and consumption of these products? Could, for instance, present rules on labelling be improved? How could the EU kick-start research into and the subsequent production of the next generation of energy efficient products? What other measures could be taken at 15 International level 16 EU level 17 National level 18 Regional and local level? 1 A major challenge is to ensure that the vehicle industry produces ever more energy efficient vehicles. How can this best be done? What measures should be taken to continue to improve energy efficiency in vehicles and at which level? To what extent should such measures be voluntary in nature and to what extent mandatory? 2 Public information campaigns on energy efficiency have shown success in certain Member States What more could and should be done in this area at: a. International level, b. EU level, c. National level, or d. Regional and local level? 1 What can be done to improve the efficiency of electricity transmission and distribution? How to implement such initiatives in practice? What can be done to improve the efficiency of fuel use in electricity production? How to further promote distributed generation and co-generation? 2 Encouraging electricity and gas providers to offer an energy service (i.e. agreeing to heat a house to an agreed temperature and to provide lighting services) rather than simply providing energy is a good way to promote energy efficiency. Under such arrangements the energy provider has an economic interest that the property is energy efficient and that necessary investments are made. Otherwise, electricity and gas companies have an economic interest that such investments are not made, because they sell more energy. How could such practices"
"http://www.cemagref.fr/index.asp Pour faire du froid, les machines frigorifiques utilisent des fluides dits frigorigènes au rang desquels on compte les HFC, dont l'effet direct sur le réchauffement climatique est pointé par le protocole de Kyoto. Elles consomment aussi de l'énergie. Dans les pays industrialisés, jusqu'à 15% de l'énergie consommée est ainsi consacrée à la production du froid. Dans une perspective de développement durable et ...

Climatisation / Rafraîchissement ; Fluide frigorigène ; Production de froid ; Recherche ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 241105

"Allemagne - EcoTopTen : guide des appareils frigorifiques particulierement economiques http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30753.htm http://www.ecotopten.de http://www.ecotopten.de/projekt_englisch.php Le guide du marche des appareils frigorifiques ""EcoTopTen-Marktubersicht "" est disponible en ligne. Il presente aux consommateurs un apercu des appareils interessants et recommande exclusivement les modeles de la categorie energetique A++. La division en categories d'efficacite energetique oblige depuis 1995 a etiqueter les appareils frigorifiques de A a G. Les appareils sont de plus en plus efficaces, mais les criteres n'ont pas ete modifies depuis la loi, ce qui fait que la plupart des modeles satisfont les exigences de la classe A, et qu'il n'y a pratiquement plus de classe C sur le marche. Par contre les disparites deviennent de plus en plus importantes au sein de la categorie A, les appareils de pointe consommant jusqu'a 45% de moins d'energie que les plus mauvais appareils de la categorie. L'echelle a donc ete etendue en 2004 aux categories A + et A ++. La consommation energetique est un facteur important pour les appareils frigorifiques, car leur duree de vie est longue. EcoTopTen propose une revue sur le marche des refrigerateurs, combines refrigerateurs/congelateurs, coffres et armoires refrigerants, en precisant la consommation, le prix d'achat et le cout total annuel, mais egalement les fonctions specifiques des appareils. Ainsi, les combines refrigerateurs/congelateurs ont des thermostats distincts, de sorte que la partie refrigerante peut etre eteinte, tandis que la partie congelateur continue a tourner, pendant de plus longues absences par exemple. Jusqu'a fin 2006, 13 guides similaires seront edites. EcoTopTen est une initiative pour la consommation durable et l'innovation concernant les produits de consommation de masse, initiee par Oko-Institut e.V.. Le projet de recherche EcoTopTen est encourage par le Ministere federal de l'education et de la recherche, et la campagne EcoTopTen par le Ministere federal pour la protection du consommateur, de l'alimentation et de l'agriculture. Pour en savoir plus, contacts : - Kathrin Graulich, meneuse du projet EcoTopTen dans le domaine produits et materiaux electriques, Oko-Institut e.V. - tel : +49 761 45 295 51 - email : k.graulich@oeko.de - Ina Rurdenauer, collaboratrice scientifique dans le domaine produits et materiaux electriques, Oko-Institut e.V. - tel : +49 761 45 295 38 - email : i.ruedenauer@oeko.de Sources : Depeche IDW, Communique de presse de Oko-Institut e.V. - 17/11/2005 "
"Allemagne - EcoTopTen : guide des appareils frigorifiques particulierement economiques http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30753.htm http://www.ecotopten.de http://www.ecotopten.de/projekt_englisch.php Le guide du marche des appareils frigorifiques ""EcoTopTen-Marktubersicht "" est disponible en ligne. Il presente aux consommateurs un apercu des appareils interessants et recommande exclusivement les modeles de la categorie ...

Allemagne ; Appareil économe ; Économie d'énergie ; Étiquette énergie ; Production de froid ; Réfrigérateur / Congélateur ; Site Internet

... Lire [+]

V

- n° 100606

"France : L'enseigne Champion inaugure son magasin pilote en développement durable http://www.universalpressagency.com/index.php?action=article&id_article=388037&id_rubrique=27240 Champion est la première enseigne de supermarchés en France à avoir mis en place en 2004 une démarche HQE* complète pour le remodeling de son magasin de Saint Maur des Fossés (94). La réussite de ce projet s'appuie sur la relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement, sur un chantier à faible nuisance et sur la gestion de l'énergie. Champion a travaillé pendant un an en concertation avec les riverains et la Mairie de Saint Maur des Fossés afin de répondre à la démarche de qualité environnementale. Dans ce cadre, l'enseigne a mis en place une «Charte Chantier» qui a été signée par l'ensemble des corps de métiers qui ont travaillé sur ce projet. Elle a permis de mieux gérer et réduire les déchets, les pollutions ainsi que les nuisances sonores. Pour la réalisation de ce projet, l'enseigne a travaillé sur différents thèmes : l'énergie, les déchets et les produits. L'instauration d'un dialogue positif avec les riverains et les clients a permis à Champion de nouer une relation privilégiée et de mener harmonieusement et durablement ce projet. Réduire la consommation d'énergie, d'eau et de déchets Des solutions techniques et innovantes ont été apportées dans le magasin pour réduire les consommation d'énergies, d'eau et de déchets. L'énergie - Sur l'éclairage : la création de 2 nouvelles ouvertures « naturelles » et le remplacement de tous les néons par des néons à basse consommation ont permis de réduire la consommation liée au poste d'éclairage de 40%. Au niveau du parking, l'utilisation de lampes à sodium permet d'optimiser au mieux les consommations d'énergies. - Sur le froid : l'utilisation de HFC (hydro fluoro carbone), la mise en place de systèmes d'optimisation des énergies (batteries de condensateurs, HP flottantes) et la couverture des bacs surgelés le soir ont permis de réduire la consommation d'énergie liée à la production froid de 11%. - Sur l'eau chaude : l'utilisation de panneaux solaires thermiques permet de fabriquer de l'eau chaude dans les différents rayons annexes du magasin. Cette pratique encore en test permettra d'économiser 80% de la facture d'électricité sur la production d'eau chaude. - Sur le gaz : la mise en place de programmations aérothermes et le pilotage avec la GTC a permis de diminuer la consommation de 25% entre 2004 et 2005. - Grâce à une GTC (gestion technique centralisée), les différents postes d'énergies sont pilotés et les consommations sont suivies. De plus, les démarrages et arrêts des postes énergétiques sont programmés. Ö La consommation totale d'électricité du magasin a diminué de 5% entre 2004/2005** L'eau Le magasin Champion de Saint Maur des Fossés dispose d'équipements économiseurs d'eau dans les sanitaires (double chasse d'eau, commande fémorales ou opto-électronique). Par ailleurs, le magasin est en test également sur l'utilisation de rampes de déglaçage. Les premiers résultats sont très concluants : on observe entre 30 et 35% d'économie d'eau ; soit 250 m3 d'eau par an pour le magasin de Saint Maur des Fossés. Ö La consommation totale d'eau du magasin a diminué de 42% entre 2004 et 2005 Les déchets En 2 ans, le coût de traitement des déchets a été divisé par 2, la quantité de cartons et plastique triés sélectivement a été triplée. Par ailleurs, le magasin a mis en place une centrale anti-odeur (ozoneur) ainsi qu'une ventilation et un filtre pour réduire et maîtriser les nuisances olfactives. De nombreuses mesures complémentaires Dans le cadre de la démarche HQE, d'autres mesures ont été prises : - Création de places dédiées aux personnes handicapées avec un système de télécommandes compatibles Handi-Park. - Création d'espaces verts (40% de la surface du parking) en collaboration avec le WWF pour le choix d'espèces végétales endémiques. - Choix d'une façade de magasin en pin douglas (issu de forêt gérée durablement), en terre cuite et en verre pour mieux s'intégrer visuellement dans l'environnement. Les abris de caddies ont été également réalisés en bois pour s'harmoniser avec le magasin. - Utilisation de prises biberons qui permettent d'arrêter le moteur des camions lors des livraisons tout en conservant l'alimentation des remorques réfrigérées, afin de respecter la chaîne du froid et de limiter la pollution. - Réhabilitation de la station service : retrait de l'ancienne cuve ; sondages pollutions ; mise en place d'un séparateur d'hydrocarbure et d'une cuve spéciale de 15m3 ; traitement des eaux de ruissellement du parking ; borne à chargement pour véhicules électriques. - Utilisation de produits de nettoyages écologiques : le magasin Champion Saint Maur des Fossés est le seul magasin en France a utiliser pour tous ses rayons de la « Zone Marché » (boucherie, poissonnerie, charcuterie et fromage à la coupe) des produits de nettoyages 100% biodégradables, soumis à aucun étiquetage (irritant, corrosif, nuisible pour l'environnement...) et qui garantissent des rejets de lavages écologiques. "
"France : L'enseigne Champion inaugure son magasin pilote en développement durable http://www.universalpressagency.com/index.php?action=article&id_article=388037&id_rubrique=27240 Champion est la première enseigne de supermarchés en France à avoir mis en place en 2004 une démarche HQE* complète pour le remodeling de son magasin de Saint Maur des Fossés (94). La réussite de ce projet s'appuie sur la relation harmonieuse du bâtiment avec son ...

Chauffe eau solaire ; Commerce / Magasin ; Développement durable ; Éclairage ; Économie d'eau ; Économie d'énergie ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Ile de France ; Matériau de construction ; Matériau sain ; Production de froid ; Produit écologique ; Réalisation ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 876
ISBN 1633-7107

Système original au niveau de ses fluides frigorigènes et de l'utilisation des compresseurs

CO2 / Dioxyde de carbone ; Fluide frigorigène ; Process industriel ; Production de froid ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 19
ISBN 1774-847X

Isolation, chauffage, ventilation, rafraîchissement estival, eau chaude sanitaire, cuisson, réfrigérateur, lave-linge, séchage du linge, lavage de la vaisselle, lumière, TV-multimédia.

Appareil de cuisson ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Éclairage ; Économie d'énergie ; Geste écologique ; Isolation ; Lave linge ; Lave-vaisselle ; Réfrigérateur / Congélateur ; Télévision / Hifi ; Ventilation

... Lire [+]

V

- n° 17
ISBN 1279-8029

Depuis plus de 8 ans, la fondation energies pour le monde communique avec vous, donateurs. Il est toutefois fort intéressant de faire une présentation plus globale des activités de la fondation et de dresser le bilan d'une année dans la vie d'Énergies pour le monde. Ceci afin de mieux préparer l'avenir.

Burkina Faso ; Coopération ; Dispensaire ; Éclairage ; Électrification rurale ; Épargne solidaire ; Madagascar ; Maraîcher / serre ; Pays En Développement ; Pompage solaire ; Réfrigérateur / Congélateur ; Sénégal

... Lire [+]

V

- n° 1684
ISBN 1163-2720

En 15 ans, l'étiquette est devenue un critère de référence pour choisir les appareils ménagers les moins gourmands. Mais alors qu'elle va s'afficher sur d'autres produits, le système semble déjà avoir atteint ses limites. - La répartition des ventes (par unités) par classe énergétique - Réglementation

Appareil de cuisson ; Appareil économe ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Directive européenne ; Efficacité énergétique ; Électroménager ; Étiquette énergie ; Lave linge ; Lave-vaisselle ; Produit de consommation ; Réfrigérateur / Congélateur ; Réglementation ; Sèche-linge

... Lire [+]

y

- n° 485 - p.14 à p.14

Le 9e arrêté définissant les opérations standardisées d'économies d'énergie a été publié au Journal Officiel le 11 avril dernier. Il contient notamment la fiche BAT-EN-10 sur les fermetures de meubles frigorifiques à températures négative qui complète la fiche BAT-EQ-24. Une bonne occasion de faire un point sur cette technologie et ses enjeux.

Commerce / Magasin ; Appareil électrique ; Réfrigérateur / Congélateur ; Certificat d'économie d'énergie ; Économie d'énergie ; Réglementation ; Consommation d'énergie ; Chiffre d'Affaire

... Lire [+]

V

- n° 26
ISBN 1764-2817

Dans le cadre de la directive EUP (Energy Using Products), l'Union européenne vient de donner son accord au projet de la Commission européenne de modifier l'étiquetage énergétique de certains appareils électroménagers. Les deux nouvelles étiquettes seront applicables en 2011. L'une s'appliquera aux congélateurs et réfrigérateurs et prévoit l'interdiction de la commercialisation des appareils de classe B et C dès le 1er juillet 2010. La classe A quant à elle sera interdite le 1er juillet 2014. La nouvelle étiquette comprendra trois nouvelles catégories de performance : A - 80%, A - 60%, A - 40 % (équivalent à la classe actuelle A++). Les lave-linge sont également concernés par de nouvelles obligations de performance énergétique et de consommation d'eau. Les appareils de classe inférieure à A et dépassant un certain seuil de consommation en eau vont être interdits. À compter du 1er juillet 2011, les lave-linge comprendront cinq niveaux de performance : A - 40%, A - 30%, A - 20%, A - 10% et A
Dans le cadre de la directive EUP (Energy Using Products), l'Union européenne vient de donner son accord au projet de la Commission européenne de modifier l'étiquetage énergétique de certains appareils électroménagers. Les deux nouvelles étiquettes seront applicables en 2011. L'une s'appliquera aux congélateurs et réfrigérateurs et prévoit l'interdiction de la commercialisation des appareils de classe B et C dès le 1er juillet 2010. La classe A ...

Commission européenne ; Consommation d'eau ; Directive européenne ; Électroménager ; Étiquette énergie ; Lave linge ; Ordonnance/Obligation ; Performance énergétique ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

V

- n° 692
ISBN 0750-1552

"Les bureaux du groupe ""Système U"" (34) sont chauffés et rafraichis par deux pompes à chaleur"

Languedoc Roussillon ; Pompe à chaleur ; Réalisation ; Recupération de la chaleur ; Réfrigérateur / Congélateur

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Réfrigérateur / Congélateur [55]

Éclairage [25]

Lave linge [24]

Économie d'énergie [22]

Appareil de cuisson [17]

Solaire photovoltaïque [16]

Consommation d'énergie [15]

Consommation d'électricité [14]

Télévision / Hifi [14]

Chauffage [13]

Chiffre clé [13]

Lave-vaisselle [13]

Appareil économe [12]

Appareil électrique [12]

Étiquette énergie [12]

Eau chaude sanitaire - ECS [11]

Efficacité énergétique [11]

Électroménager [11]

Bureautique [10]

Climatisation / Rafraîchissement [10]

Logement [10]

Maitrise De l'Énergie - MDE [10]

Production de froid [10]

Pompe à chaleur [9]

Secteur résidentiel [9]

Appareil domestique [8]

Lampe basse consommation [8]

Ventilation [8]

Isolation [7]

Particulier / Ménage [7]

Réalisation [7]

Veille [7]

Besoin énergétique [6]

Électricité [6]

France [6]

Geste écologique [6]

Matériau de construction [6]

Pays En Développement [6]

Vitrage [6]

Bâtiment [5]

Batterie [5]

Chaudière [5]

Chauffage bois [5]

Chauffe eau solaire [5]

Consommation d'eau [5]

Coût d'investissement [5]

Directive européenne [5]

Électricité renouvelable [5]

Performance énergétique [5]

Site isolé [5]

Transport [5]

Unite de conversion [5]

Allemagne [4]

Architecture bioclimatique [4]

Composant [4]

Définition [4]

Eau potable [4]

Éolien [4]

Étude [4]

Gaz à Effet de Serre / GES [4]

Maintenance / Entretien [4]

Méthode de calcul [4]

Onduleur [4]

Politique énergétique [4]

Pompage solaire [4]

Principe de fonctionnement [4]

Produit écologique [4]

Réglementation [4]

Régulation [4]

Rendement [4]

Secteur industriel [4]

Sénégal [4]

Texte législatif [4]

Afrique [3]

Aide financière [3]

Appareil de chauffage [3]

Appareil de mesure [3]

Avantage [3]

Bâtiment tertiaire [3]

Cablage électrique [3]

Caractéristique technique [3]

Cellule photovoltaïque [3]

Certificat d'économie d'énergie [3]

Chauffage solaire [3]

Commerce / Magasin [3]

Confort thermique [3]

Dimensionnement [3]

Dispensaire [3]

Éclairage public [3]

Économie d'électricité [3]

Électrification rurale [3]

Europe [3]

Fluide frigorigène [3]

Fournisseur d'énergie [3]

Généralité énergie renouvelable [3]

Installation [3]

Isolant thermique [3]

Lampe halogène [3]

Lampe incandescante [3]

Maroc [3]

Objectif [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z