F Nous contacter

0

Documents  Réchauffement climatique | enregistrements trouvés : 232

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 216
ISBN 0986-2943

L'estimation de l'élévation du niveau de la mer dans le cadre du réchauffement de l'atmosphère de la terre pourrait avoir a fournir à terme, des résultats aux conséquences sociales et economiques incalculables.

Niveau des mers ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

BRITISH BIOGEN | BOIS ENERGIE 1/03/02

Article

XXXXX

V

- n° 5
ISBN 1561-0802

L'assocuaition britanique des bioénergies (biomasse)

Angleterre ; Association ; Réchauffement climatique ; Taxe

... Lire [+]

V

- n° 289
ISBN 0292-1731

"C'est la principales conclusion de la troisième ""communication nationale"" élaborée par la MIES pour le com^pte des USA. Un document qui fait le bilan des émissions de baz a effet de serre sur le décennie, mais aussi le point suer les mesures et politiques engagées."

Changement climatique ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES ; MIES ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 4
ISBN 1773-0339

Deux grandes conclusions émergent du foisement des études scientifiques et des querelles des spécialistes du climat : sous l'effet des rejets de gaz à effte de serre par l'homme, la planète va se réchuffer, et le climat va devenir de plus en plus imprévisible et turbulent. Un constat qui invite à la prise de consience et aux économie d'énergie

Changement climatique ; Effet de serre ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 3

Où l'on mesure l'ampleur du changement climatique en cours, et où l'on découvre les rôles respectifs des variations de l'activité solaire et des dégats du productivisme

Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 15
ISBN 1633-1605

Qu'est-ce l'effet de serre Les conséquences du réchauffeement climatique Rechauffement climatique : premeirs signes chez les oiseaux Une prise de conscience internationale Debat sur les energies en France

Définition ; Effet de serre ; Principe de fonctionnement ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 103

Les réserves de pétrole et de gaz ne seraient pas suffisantes pour être la cause des scénarios alarmistes de réchauffement climatique, selon une étude controversée.

Étude ; Gaz naturel ; Pétrole ; Réchauffement climatique ; Réserve / Ressource energétique ; Suède

... Lire [+]

V

- n° 41103

"LE MONDE | 04.11.03 | 14h08   La fonte de la banquise et des glaciers aux pôles ainsi que les derniers phénomènes météorologiques extrêmes que la planète a connus commencent à inquiéter les politiques. Ainsi le gouvernement français travaille-t-il à la rédaction d'un plan Climat 2003, qui devrait être présenté fin novembre. ""Le changement climatique semble avéré. Il va s'intensifier au XXIe  siècle. Dès maintenant nous devons donc préparer des stratégies d'adaptation"", affirme Dominique Dron, présidente de la Mission interministérielle de l'effet de serre (MIES). Et pour cause. Les rejets de gaz carbonique (CO2) dans l'atmosphère, environ 7  milliards de tonnes par an (7 gigatonnes), dus aux activités humaines ne baissent pas. Tandis que le protocole de Kyoto sur les rejets de gaz à effet de serre (GES) et sur les mesures à adopter pour les contrer peine à s'imposer. Dans l'Arctique, la banquise fond plus tôt dans l'année et en Antarctique les glaciers se séparent de masses de glace énormes comme l'iceberg Larsen  B (3  275  km2). Réchauffement de la planète  ? Les étés chauds de ces dernières années semblent en témoigner. ""  C'est la première fois, insiste Philippe Courtier, directeur général adjoint de Météo France, que nous avons un été aussi chaud depuis cent cinquante  ans. C'est un événement exceptionnel. Mais, avertit-il, cela se reproduira car il y a une tendance des températures à l'augmentation tant en France que dans le monde. A moins que ne se manifestent d'ici à la fin décembre des températures polaires, l'année 2003 pourrait être l'année la plus chaude jamais observée en France depuis le début des relevés météorologiques, au milieu du XIXe  siècle."" Pourtant, lors de son dernier rapport présenté en 2001, le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a mis en garde les gouvernements contre l'attentisme. Faute d'agir, ils s'exposent à des catastrophes au XXIe  siècle  : fonte des glaciers, inondations, famines, épidémies, disparitions de terres arables. Car le réchauffement moyen global de 0,6  oC constaté depuis le début de l'ère industrielle devrait s'amplifier, pour atteindre d'ici à la fin du siècle de 1,4 à 5,8  oC, selon les modèles climatiques. Les principaux responsables de cette situation sont connus  : les gaz à effet de serre (gaz carbonique et méthane principalement) émis dans l'atmosphère par l'activité humaine. Le taux de concentration de CO2 dans la haute atmosphère qui est aujourd'hui de 360  parties par million (ppm) a progressé de 31  % depuis 1750. Au rythme actuel, il pourrait, d'ici à 2100, atteindre 540 à 970 ppm  ! Des chiffres qui ne risquent pas d'améliorer la situation climatique. Face à ces constats, il n'est plus question de tergiverser. La France, frappée depuis 1999 par une série d'événements météorologiques violents (tempêtes dévastatrices, inondations catastrophiques, canicule), a décidé de réagir en mobilisant les Français pour les préparer à affronter les dangers climatiques à venir par l'intermédiaire de la MIES et de l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc), créé en février  2001. EFFORT ""COLOSSAL"" Pour Paul Vergès, sénateur de la Réunion et président de cet organisme rattaché à la MIES, il faut, comme dans cette grande île, installer en France ""une véritable culture du danger. A la Réunion, dit-il, il n'y a plus de morts pendant les cyclones tropicaux, sauf par imprudence"". Les dirigeants de la planète, poursuit-il, doivent se mobiliser car ce sont ""nos enfants et nos petits-enfants qui connaîtront les conséquences du réchauffement climatique, à un moment où en plus la population mondiale sera beaucoup plus importante"". Cet appel a-t-il été entendu  ? Philippe Meunier, secrétaire général de la MIES, affirme que ""le gouvernement souhaite mettre en oeuvre une politique plus volontariste pour diminuer les émissions de GES, en s'appuyant sur une prise de conscience collective"". Il faut, insiste-t-il, responsabiliser les acteurs nationaux à tous les niveaux, individuel et collectif, privé et public, pour privilégier davantage les économies d'énergie, qui seront ""un vecteur essentiel dans la diminution des émissions de ces gaz"". Une action d'autant plus nécessaire que ""ces économies permettront aussi de diminuer la facture pétrolière et la dépendance énergétique de la France"". Pour cerner les actions possibles, la MIES a préparé un plan Climat 2003 qui sera présenté par le premier ministre à l'occasion du comité interministériel du développement durable qui doit se tenir le 27  novembre. Cette action s'inscrit dans le programme national de lutte contre le changement climatique (PNLCC), dont l'objectif est de permettre à la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de plusieurs millions de tonnes. Les recommandations du protocole de Kyoto imposent à notre pays de stabiliser ses émissions de GES entre 1990 et 2008-2012 au niveau de 1990. Mais, ""si l'on en juge par les travaux du GIEC, explique Philippe Meunier, nous devons accentuer cet effort et arrêter la dérive haussière mondiale de gaz carbonique en la maintenant à 450 parties par million (ppm), alors qu'on en est aujourd'hui à 370 ppm"". L'effort à faire est ""colossal"". Il faudra diviser par deux les émissions mondiales et par quatre celles des pays industrialisés, qui ""doivent montrer l'exemple car ils ont été les premiers à remplir la baignoire"", a rappelé Mme  Dron. A contrario, la lutte contre les émissions de GES laisse une marge de manoeuvre aux pays en voie de développement. Dans ses relations économiques avec ces pays, la France favorise les technologies sobres en émission de GES en utilisant le Mécanisme pour un développement propre (MDP) prévu par le protocole de Kyoto. Une entreprise française installant un système photovoltaïque au Maroc peut ainsi voir cette opération validée par le conseil exécutif du MDP à l'ONU. Si le projet est jugé vertueux, il générera des crédits d'émissions de GES, qui seront partagés entre le pays hôte et l'investisseur. L'accord signé en juillet  2003 avec le Maroc va dans ce sens, puisqu'il a pour but d'orienter les investissements français vers des projets sobres en émissions de GES en liaison avec la politique de développement durable du Maroc. ""Cette priorité de notre diplomatie économique, prévient Philippe Meunier, concerne aussi l'ensemble des autres pays."" Christiane Galus ------------------------------------------------------------------------"
"LE MONDE | 04.11.03 | 14h08   La fonte de la banquise et des glaciers aux pôles ainsi que les derniers phénomènes météorologiques extrêmes que la planète a connus commencent à inquiéter les politiques. Ainsi le gouvernement français travaille-t-il à la rédaction d'un plan Climat 2003, qui devrait être présenté fin novembre. ""Le changement climatique semble avéré. Il va s'intensifier au XXIe  siècle. Dès maintenant nous devons donc préparer des ...

Changement climatique ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

LA MENACE CLIMATIQUE | SCIENCE & VIE 1/12/03

Article

XXXXX

V

- n° 1035
ISBN 0036-8369

Comment les scientifiques previennet-ils à prévoir le temps du futur? Toutes les réponses Quellles sont les vraies menaces du réchauffemet global pour l'honmme? Revue de détails. A quels enjeux la science est-elle désormais confrontée face à l'évolution climatique? Zoom

Cartographie / Atlas ; Catastrophe naturelle ; Changement climatique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Donnée climatique ; Eau de pluie ; Effet de serre ; Empreinte écologique ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Impact santé ; Milieu agricole ; Milieu naturel ; Prospective / Prévision ; Réchauffement climatique ; Urbanisme

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1625-4732

L'agriculture intensive, grande consommatrice de pétrole, est responsable de 25% des émissions de CO2 - et également de 60% des emissions de méthane et de80% de celles de peroxyde, tous 3 des gaz à effet de serre importants. Le passage à une agriculture moins consommatrice d'énergie est, comme le montre ici, une urgence

CH4 / Méthane ; Changement climatique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation d'énergie ; Effet de serre ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Milieu agricole ; Pétrole ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V


ISBN en cours

Qu'en est-il donc aujourd'hui de notre compréhension du phénomène de l'effet de serre.

Catastrophe naturelle ; Donnée climatique ; Effet de serre ; Europe ; Généralité énergie ; Réchauffement climatique ; Scénario

... Lire [+]

V

- n° 60
ISBN 0241-2926

L'histoire de l'énergie, l'illusoire et l'abondance De la sécheresse aux inondations en passant par les tempêtes... notre climat s'emballe! NOtre lanète en surchauffe L'air conditionné vous rafraichi? il chauffe la planète! Le nucéaire : vrai problème, fausse solution

Canicule / Sécheresse ; Catastrophe naturelle ; Changement climatique ; Effet de serre ; Énergie primaire ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Aspect historique ; Impact environnemental ; International ; Nucléaire ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 8342
ISBN 0153-9442

Des dizaines de solutions sont envisagées pour réduire les emissions de co2, dans l'espoir d'atténuer le changement climatique. Mais aucune voie miracle ne se dessine pour le moment

CO2 / Dioxyde de carbone ; Effet de serre ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Réchauffement climatique ; Séquestration CO2

... Lire [+]

V

- n° 60104

"Mesurer la couleur de la mer pour determiner la concentration de la chlorophylle presente a la surface des oceans. Voici decrit simplement, la base de travail du projet Belcolour mene par l'UGMM*, l'ULB* et VITO*. Des produits existants permettent en effet, a partir d'images satellitaires, la detection de la matiere en suspension et de la chlorophylle des eaux oceaniques et cotieres par une analyse de leur couleur. L'objectif du projet Belcolour consiste a en ameliorer les bases theoriques ainsi que les logiciels. Bleue, verte, jaune, brune, noire parfois rouge, la mer adopte toutes sortes de couleurs. Ces differentes nuances sont liees a l'interaction electromagnetique de la lumiere avec les composants presents dans l'eau : algues, substances organiques dissoutes, particules non-organiques en suspension (sable, vase, argile...). D'abord liees au processus d'absorption et de diffusion de la lumiere a travers une colonne d'eau, les variations de couleurs de la mer trouvent leur origine dans les caracteristiques optiques des differents constituants marins. A partir de ce constat, on peut donc facilement imaginer qu'en realisant le cheminement inverse, c'est-a-dire en etudiant la reflectance spectrale de la mer, il devient possible de cartographier les substances organiques presentes dans l'eau. Pour developper et optimiser cet axe de recherche, le projet Belcolour fonde son travail sur un instrument de mesure a bord d'un satellite ainsi que des modeles d'inversion appropries ( reflectance spectrale <-> nature des composants). Ce principe de cartographie de la concentration de la chlorophylle permet ainsi la quantification du phytoplancton a la surface des oceans ainsi que sa contribution au cycle global du carbone, et donc au changement du climat. Plus generalement, cette technique de cartographie permet un suivi de l'etat de sante de l'ecosysteme. Contacts : UGMM : Unite de Gestion du Modele Mathematique de la mer du Nord, http://www.mumm.ac.be ULB : Universite Libre de Bruxelles, http://www.ulb.ac.be VITO : Flemish Institute for Technological Research, http://www.vito.be Sources : UGMM http://www.mumm.ac.be Canada : Le recul des glaciers livre les secrets des anciennes forets Les glaciers des montagnes cotieres de la Colombie-Britannique reculent aujourd'hui au rythme de 25 a 50 metres par an, faisant resurgir des forets prises dans la glace 2000 a 5000 ans auparavant. Ces forets fossilisees renferment une multitude de donnees scientifiques qui permettent de retracer avec precision les evenements climatiques de ces 5000 dernieres annees. L'equipe de chercheurs dirigee par le professeur Dan Smith, president du Departement de Geographie et fondateur en 1993 du ""Tree Ring Laboratory"" a l'Universite de Victoria va ainsi collecter chaque ete des echantillons de ces arbres fossilises et etudier leurs cernes, a l'aide de la dendrochronologie, afin d'evaluer de maniere plus precise l'evolution climatique ainsi que celle de la couche glaciere dans ces montagnes cotieres. Les premieres recherches ont montre qu'apres 1920 le retrait des glaciers s'est rapidement accelere. Il a cependant ralenti dans les annees 50 et au debut des annees 70 puis s'est accelere de nouveau au milieu des annees 80. Contacts : - Tree Ring laboratory : http://office.geog.uvic.ca/dept/uvtrl/uvtrl.htm Sources : The Ring, University of Victoria, 12/2003, Vol 29, No 14 "
"Mesurer la couleur de la mer pour determiner la concentration de la chlorophylle presente a la surface des oceans. Voici decrit simplement, la base de travail du projet Belcolour mene par l'UGMM*, l'ULB* et VITO*. Des produits existants permettent en effet, a partir d'images satellitaires, la detection de la matiere en suspension et de la chlorophylle des eaux oceaniques et cotieres par une analyse de leur couleur. L'objectif du projet ...

Belgique ; Biodiversité ; Canada ; Effet de serre ; Gisement forestier ; Milieu marin ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 120104

"Les étés caniculaires seront la règle d'ici la fin du siècleMis en ligne le 11/01/2004 à 20:35 Les étés caniculaires, semblables à celui qui a sévi en Europe en 2003 provoquant une surmortalité des personnes âgées et d'importants incendies de forêts, deviendront plutôt la règle que l'exception d'ici la fin du siècle sur le continent, selon des experts suisses. ""Nos simulations montrent qu'en Europe, un été sur deux environ devrait alors être au moins aussi chaud que celui de 2003. Le phénomène s'applique de même au précipitations faibles"", selon Christoph Schaer, professeur de climatologie à l'Ecole Polytechnique fédérale de Zurich. ""Il est donc probable que les étés extrêmement chauds se fassent plus fréquents, et qu'ils deviennent plutôt la règle que l'exception vers la fin du siècle"", d'après une étude réalisée par les experts de cet institut et l'institut météorologique Meteosuisse. Au cours de l'été 2003, la température diurne est restée pendant plusieurs semaines supérieure à 30 degrés dans de nombreuses régions d'Europe occidentale, avec des maximales dépassant 40 degrés. La canicule a provoqué de graves pénuries d'eau, et favorisé des incendies qui ont notamment détruit en France trois ou quatre fois plus de surfaces boisées que d'habitude. La surmortalité des personnes âgées a bouleversé l'opinion. L'été 2003 ""constitue ainsi un signe avant-coureur de ce que l'avenir nous réserve"", ont souligné les auteurs de l'étude. (FBX) "
"Les étés caniculaires seront la règle d'ici la fin du siècleMis en ligne le 11/01/2004 à 20:35 Les étés caniculaires, semblables à celui qui a sévi en Europe en 2003 provoquant une surmortalité des personnes âgées et d'importants incendies de forêts, deviendront plutôt la règle que l'exception d'ici la fin du siècle sur le continent, selon des experts suisses. ""Nos simulations montrent qu'en Europe, un été sur deux environ devrait alors être ...

Canicule / Sécheresse ; Effet de serre ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 200104

"LE MONDE | 17.01.04 | 15h05  *  MIS A JOUR LE 17.01.04 | 21h00 L'année 2003 vient de se terminer et, à l'heure des bilans météorologiques, elle se révèle être de bout en bout l'année des extrêmes, avec une sécheresse marquée pendant huit mois, une canicule historique cet été et des inondations catastrophiques en décembre. Mais, au total, à en croire le dernier bilan de Météo France, l'année 2003 a été ""exceptionnellement chaude"", même si les mois de janvier, février et octobre ont été plus froids que la normale. La température moyenne calculée à partir de 22 stations représentatives de chacune des régions économiques est de 13 °C, un record précédemment tenu en 1994 et qui n'avait pas été battu depuis 1950. Et, si l'on prend en compte seulement les températures maximales, la moyenne monte à 17,9 °C, une valeur qui dépasse ""très largement"" le précédent record : 17,4 °C en 1989. Cette moyenne élevée s'explique par un été 2003 exceptionnellement chaud, marqué par une canicule qui a battu des records centenaires. Trois vagues de chaleur de grande ampleur ont déferlé sur la France en juin, juillet et août, battant à chaque fois des records historiques. Les températures les plus élevées ont été atteintes lors de la première quinzaine d'août, et plus particulièrement les dimanche 10, lundi 11 et mardi 12 août. Lors de cette dernière journée, les températures ont oscillé en moyenne entre 36 et 41 °C sur l'ensemble du pays, sauf sur les côtes de la Manche, avec un maximum à Orange (42,6 °C). Cette situation, aggravée par des nuits très chaudes, a provoqué la mort de 15 000 personnes. Cette chaleur ""hors normes"" était due à la présence de l'anticyclone des Açores au-dessus de l'Europe occidentale, surmonté d'une couche d'air surchauffé provenant du sud de l'Europe (Le Monde du 4 septembre). Ce ""chapeau"" d'air chaud est resté bloqué longtemps et a recouvert l'Espagne, la France, le nord de l'Italie, le sud de la Grande-Bretagne, l'Autriche et la Suisse. Mais, pour l'heure, ""on ne peut que constater le phénomène, sans pouvoir l'expliquer"", précise Pierre Bessemoulin, directeur de la climatologie à Toulouse. ""Il y a des circonstances où tout s'arrête sans que l'on sache pourquoi. On retrouve des conditions de blocage similaires dans les modèles climatiques"", ajoute le spécialiste. ONDES PLANÉTAIRES Gouvernée par la mécanique des fluides, la circulation atmosphérique s'effectue ""sous la forme d'ondes de toutes les dimensions qui se superposent et qui interagissent entre elles"", précisent Jacques Manach et Emmanuel Legrand, directeurs adjoints de la prévision à Météo France. Cet été, ""l'ensemble des ondes est entré en résonance avec le relief alpin, ce qui a eu pour effet de provoquer le stationnement des plus grandes. Le phénomène de blocage n'existe pas dans l'hémisphère Sud, car les reliefs y sont très rares"". Les ondes planétaires ont aussi joué un rôle dans la sécheresse importante qui a marqué l'année 2003 et amplifié le phénomène de la canicule. La baisse des précipitations a commencé en février et duré huit mois, entraînant un déficit pluviométrique quasi généralisé de 20 % à 50 % par rapport à la normale, notamment sur la bordure est du pays et en Corse. Cette situation a eu pour effet de diminuer le niveau des cours d'eau d'une manière rarement rencontrée, et de ""baisser le niveau des nappes phréatiques beaucoup plus que d'habitude"", précise Yves Noël, hydrogéologue au Bureau de recherches géologiques et minières de Montpellier (Hérault). Aux dernières nouvelles, la situation des aquifères français reste très contrastée. Les grandes nappes de la partie nord de la France résistent mieux à la baisse des précipitations, car elles étaient bien chargées. Malgré la baisse, leur niveau reste à un niveau égal ou supérieur à la normale. La situation est plus problématique en Champagne-Ardenne et dans le nord-ouest de la Lorraine, où ""les nappes sont à un niveau particulièrement bas, et où la situation risque d'être critique s'il n'y a pas de recharge de printemps"", avertit Yves Noël. L'état des aquifères du quart sud-est de la France s'est par contre nettement amélioré à cause des précipitations intenses qui se sont abattues sur la région pendant les quatre premiers jours de décembre et ont entraîné de très importantes inondations sur le Tarn, le Lot et le Bas-Rhône. Christiane Galus "
"LE MONDE | 17.01.04 | 15h05  *  MIS A JOUR LE 17.01.04 | 21h00 L'année 2003 vient de se terminer et, à l'heure des bilans météorologiques, elle se révèle être de bout en bout l'année des extrêmes, avec une sécheresse marquée pendant huit mois, une canicule historique cet été et des inondations catastrophiques en décembre. Mais, au total, à en croire le dernier bilan de Météo France, l'année 2003 a été ""exceptionnellement chaude"", même si les ...

Canicule / Sécheresse ; Donnée climatique ; France ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 200104

Selon l'Organisation météorologique mondiale, l'année 2003 se place au troisième rang des années les plus chaudes, juste derrière 2002, le record étant toujours détenu par 1998. La canicule qui a frappé l'Europe en juin, juillet et août a contribué à cette augmentation de la température du globe. Mais d'autres régions ont aussi connu des températures élevées : le Canada, les Etats-Unis (y compris Hawaï et l'Alaska), la Chine et la Russie. En Inde, au Pakistan et au Bangladesh, la vague de chaleur qui a précédé la mousson a fait grimper les températures à 45 °C, voire 49 °C durant le mois de mai, provoquant de nombreux décès. Mais notre Terre a aussi connu des froids intenses. Ainsi, en janvier, le nord de l'Inde, le Pakistan, le Népal et le Bangladesh ont subi des températures très basses, tandis que des vagues de froid intense se sont abattues sur l'Europe centrale et orientale. Dans la Fédération de Russie, le thermomètre a plongé jusqu'à - 45 °C. En Mongolie, pour la troisième année consécutive, un été sec a succédé à un hiver froid, ce qui a eu des effets dévastateurs sur le bétail. * ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 18.01.04 Pour info (page de liens) : http://www.lmd.jussieu.fr/Liens_frame.html
Selon l'Organisation météorologique mondiale, l'année 2003 se place au troisième rang des années les plus chaudes, juste derrière 2002, le record étant toujours détenu par 1998. La canicule qui a frappé l'Europe en juin, juillet et août a contribué à cette augmentation de la température du globe. Mais d'autres régions ont aussi connu des températures élevées : le Canada, les Etats-Unis (y compris Hawaï et l'Alaska), la Chine et la Russie. En ...

Canicule / Sécheresse ; International ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

V

- n° 9
ISBN 1773-0339

Nous avons la responsabilité de prendre soin de l'enviornnement et nous avons aussi tout interet à a faire. DE nombreux francais pratiquent déjà des gestes concrets que l'on pourrait qualifier d'éco-civiques, le tri des déchets, l'utlisation des transort en comun... Que peut-on faire chaque heures de la journée pour reduire les emissions de co2

Chiffre clé ; Économie d'énergie ; Effet de serre ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Geste écologique ; Réchauffement climatique ; Veille

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Réchauffement climatique [232]

Changement climatique [147]

Gaz à Effet de Serre / GES [75]

Effet de serre [52]

Politique énergétique [52]

International [39]

Généralité énergie renouvelable [38]

Outil pédagogique [35]

CO2 / Dioxyde de carbone [34]

Éducation à l'environnement [34]

France [30]

Transition énergétique [27]

Généralité énergie [26]

Chiffre clé [25]

Consommation d'énergie [25]

Éducation à l'énergie [24]

Collectivité locale [22]

Europe [22]

Transport [21]

Bâtiment [20]

Energie fossile [19]

Milieu agricole [18]

Protocole de Kyoto [17]

Maitrise De l'Énergie - MDE [16]

Politique environnementale [16]

Éolien [15]

Nucléaire [15]

Psychologie du changement [15]

Scénario [15]

Pétrole [14]

Développement durable [13]

Impact environnemental [13]

Prospective / Prévision [13]

Économie d'énergie [12]

Environnement [12]

Objectif [12]

Donnée climatique [11]

Logement [11]

Biodiversité [10]

Biomasse [10]

Canicule / Sécheresse [10]

Energie hydraulique [10]

Entreprise [10]

Gaz naturel [10]

Impact santé [10]

Milieu urbain [10]

Réserve / Ressource energétique [10]

#clesrenov [9]

Aspect historique [9]

Charbon [9]

Énergie primaire [9]

Geste écologique [9]

Perspective [9]

Production d'énergie [9]

Projet citoyen [9]

Rapport [9]

Secteur d'activité [9]

Sensibilisation [9]

Solaire photovoltaïque [9]

Système d'échange (GES) [9]

Urbanisme [9]

Efficacité énergétique [8]

Énergie solaire [8]

Formation [8]

Pollution de l'air [8]

Aide financière [7]

Architecture [7]

Aspect économique [7]

Catastrophe naturelle [7]

CH4 / Méthane [7]

Conférence environnementale [7]

Déchet [7]

Étude [7]

Plan Climat [7]

Politique [7]

Polluant [7]

Rénovation [7]

Résultat / Conséquence [7]

Risque [7]

Technologie [7]

Allemagne [6]

Bilan énergétique [6]

Biocarburant [6]

Bois énergie [6]

Chaleur [6]

Coût d'investissement [6]

Définition [6]

Emploi [6]

Gaz fluoré [6]

Industrie [6]

Mobilité [6]

N2O / Protoxyde d'azote [6]

Oeuvre artistique [6]

Ozone [6]

Performance énergétique [6]

Prix de l'énergie [6]

Production d'électricité [6]

Réglementation [6]

Analyse Cycle de Vie - ACV [5]

Architecture bioclimatique [5]

Bilan [5]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z