F Nous contacter

0

Documents  Recensement / Inventaire | enregistrements trouvés : 493

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

- n° 32 - p.11 à p.12

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Mettant en lumière la fragilité du sciage industriel allemand face au fléchissement des approvisionnements dès 2016, cet article s'interroge sur les similitudes qui existent entre France et Allemagne en matière d'inventaire forestier.

Bois ; Scierie ; France ; Allemagne ; Chiffre clé ; Bois énergie ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° RCT35 - -

Le rôle des réseaux de chaleur dans la concrétisation des objectifs du Grenelle est indéniable.
Ils permettent d'une part de valoriser de manière optimale la biomasse, la géothermie ainsi que la chaleur de récupération (UIOM, process...) et d'autre part d'exprimer la volonté d'une collectivité de se saisir, sur son territoire, des enjeux liés à l'énergie depuis la production jusqu'à l'usager final.
Aujourd'hui, il existe environ 432 réseaux de plus de 3 MW recensés en France, pour lesquels les EnR&R constituent déjà 31% du bouquet énergétique (dont 23% pour les seules UIOM et 3% pour le bois-énergie) avec une marge de progression encore importante. Parallèlement, coexiste un grand nombre de réseaux bois-énergie de taille plus modeste.
Aussi, face à la diversité des réseaux, ce guide compile et synthétise l'ensemble des invariants à l'ensemble de ces programmations en soulignant le particularisme de chacun, sous forme d'exemples et de pistes à explorer.
Ce guide apporte aux décideurs locaux les premières informations indispensables pour mettre en oeuvre un "Eco-réseau" et de nombreuses pistes pour accompagner leurs politiques territoriales sur cette voie nécessaire et "vertueuse".

Le rôle des réseaux de chaleur dans la concrétisation des objectifs du Grenelle est indéniable.
Ils permettent d'une part de valoriser de manière optimale la biomasse, la géothermie ainsi que la chaleur de récupération (UIOM, process...) et d'autre part d'exprimer la volonté d'une collectivité de se saisir, sur son territoire, des enjeux liés à l'énergie depuis la production jusqu'à l'usager final.
Aujourd'hui, il existe environ 432 réseaux de ...

Réseau de chaleur ; France ; Recensement / Inventaire ; Collectivité locale ; Valorisation énergétique ; Chaleur ; Bâtiment ; Logement ; Chaufferie ; Projet ; Développeur de projet ; Budget ; Aspect financier ; Montage / accompagnement de projet ; Bureau d'étude ; Étude de marché

... Lire [+]

V

- n° 271109

BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un espace communautaire, une salle de spectacles, des espaces verts publics et privés, un centre médico- social, un complexe sportif, une crèche, un café et un restaurant. Pour un coût supérieur de 20% à une construction traditionnelle, l'architecte Bill Dunster a appliqué tous les principes de la construction écologique : économie d'énergie, co-génération, utilisation de matériaux locaux et a intégré les aspects sociaux et les problématiques de transports dans sa réflexion : mixité sociale, commerces de proximité, auto-partage, liaisons par transports en communs, espaces verts favorisant la biodiversité. Résultat : le chauffage y est réduit de 90%, la consommation totale énergétique de 70% et le volume des déchets de 75%. Enfin, plus de la moitié des logements a été réservée à des familles à revenus modestes, selon les voeux de la Fondation Peabody - la plus importante organisation caritative de Londres dédiée à l'habitat et partenaire du projet, selon l'ARENE Ile-de-France1. Si d'autre pays européen sont d'ores et déjà en mesure de présenter des expériences comparables, notamment celles de Vesterbro (Copenhague - Danemark), Fribourg et Kronsberg (Allemagne), ou encore Hammarby (Suède), en France en revanche, les projets commencent seulement à voir le jour. Appel à projets EcoQuartier : A l'occasion de la première conférence nationale sur la Ville durable qui s'est tenue à Paris le 4 novembre 2009, Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont dévoilé les résultats de l'appel à projets EcoQuartier et de la démarche EcoCité. Pour être retenu, le projet devait s'inscrire dans la continuité des projets territoriaux environnants et s'appuyer sur les outils et documents de planification déjà existants (Plan local d'urbanisme, plan d'occupation des sols). Plus largement, le projet devrait démontrer qu'il bénéficiait non seulement au territoire dans lequel il s'inscrit, mais aussi aux territoires limitrophes. Il visait à promouvoir des quartiers ''durables'' caractérisés par : une gestion durable de l'eau, un traitement optimum des déchets, une biodiversité urbaine, l'utilisation de modes de transports « doux » (tramway, vélo...), la production locale d'énergies renouvelables, des formes urbaines denses, une mixité sociale et fonctionnelle et l'utilisation d'éco-matériaux. ''Le palmarès EcoQuartiers met en lumière ces savoirs-faires en matière d'aménagement. On constitue des références qui soutiennent les comparaisons internationales aux côtés des exemples déjà connus, scandinaves, allemands ou anglais notamment'', expliquait Benoist Apparu, lors de la remise des prix. Pas moins de 160 projets d'écoquartiers - pour beaucoup encore à l'état d'idées - ont répondu à l'appel du ministère. 28 ont reçu un prix, toutefois, seuls quelques projets étaient assez avancés pour prétendre au Grand prix. Pourtant les conclusions du Grenelle de l'environnement ont prévu la réalisation « d'une quinzaine de grands projets d'innovation architecturale, sociale et énergétique » et « d'au moins un EcoQuartier avant 2012 dans toutes les collectivités qui ont des programmes de développement de l'habitat significatif ». Des objectifs qui semblent donc difficiles à tenir. Palmares : Le grand prix national des EcoQuartier a été attribué à la ZAC de Bonne à Grenoble. Ce projet, engagé en 2002 par la municipalité sur les 8,5 ha de l'ancienne caserne de Bonne, est exemplaire en matière de haute qualité environnementale. Les logements sont conçus dans le but d'offrir une efficacité énergétique poussée, en visant les niveaux de consommations en énergie finale de 50 kWh/m2/an pour le chauffage. Différentes mesures sont mises en oeuvre pour parvenir à ces objectifs : isolation par l'extérieur et menuiseries très performantes (à lame d'argon), développement d'approches bioclimatiques en ayant recours à des dispositifs passifs limitant les apports solaires en été et les favorisant en hiver : morphologie des passées de toiture, des balcons, serres et loggias, végétalisation des terrasses ou pergolas, mise en oeuvre d'une ventilation double flux avec récupération de chaleur et enfin utilisation d'équipements économes en électricité dans les parties communes. ''Il y a beaucoup d'idées, beaucoup de bonnes pratiques à s'approprier'', avait fait remarquer le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, en ouverture de la Conférence Nationale Ville Durable. Parmi les autres éco-quartiers récompensés par l'appel à projet du Ministère de l'Ecologie, on distingue les projets ruraux de Douzy, Faux la Montagne et Vitteaux, et des petites villes de Châteaurenard et Claye-Souilly, auxquels s'ajoute un palmarès thématique sur l'eau, la biodiversité et la nature en ville, la gestion des déchets, la mobilité, la sobriété énergétique et les énergies renouvelables, les formes et la densité urbaine et l'éco-construction. Citons encore l'exemple du projet d'écoquartier à Faux-la-Montagne (23) porté par les acteurs du territoire du Parc naturel régional Millevaches en Limousin. Cette démarche innovante en plein milieu rural doit permettre de réinventer le « vivre ensemble », puisqu'il prévoit la création de logements, mais aussi des parties communes à l'usage social évident : un verger, un potager et un lieu de compostage. Plus encore, la restauration d'un four à pain qui restera propriété de la commune illustre la démarche innovante de Faux-la-Montagne, qui souhaite mettre en pratique une démarche collective d'auto-construction. Les 7, 8 et 9 décembre prochains s'organisent d'ailleurs avec le Parc naturel régional Oise-Pays de France les rencontres ''Comment accompagner l'émergence d'écoquartiers en milieu rural ?''. La ZAC du Séqué (Bayonne) a reçu quant à elle un prix dans la thématique « déchets ». Ce futur écoQuartier, voulu sur le quartier populaire de Bayonne Nord, aborde l'ensemble de l'éventail des actions préconisées par le Grenelle en matière de déchets à savoir : une action sur les déchets de chantiers : chantier vert imposé par les Cahiers des charges de cessions de terrains (CCCT) et chantier faible nuisance, une action traditionnelle sur la collecte sélective (micro-déchetterie sur le quartier, containers enterrés...) et surtout pour renforcer le pourcentage de valorisation des déchets, une action sur les déchets fermentescibles avec point de collecte des déchets verts et incitation au compostage individuel des déchets verts et enfin une action prévue de sensibilisation des futurs habitants pour agir sur leurs comportements pour réduire les déchets à la source et favoriser le tri sélectif. Si nombre de projets gravitent notamment autour des aspects de vie et d'efficactité énergétique, la multiplicité des concepts d'écoquartiers montre que la définition devra être précisée. Car pour l'instant aucune ''grille d'évaluation'' n'encadre l'appellation. Le risque est donc grand de voir cette appellation employée à tort et à travers ! - Tous les projets : http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=90
BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un ...

Appel à projet ; Aquitaine ; Ecoquartier ; France ; Limousin ; Milieu rural ; Recensement / Inventaire ; Rhône Alpes ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 12
ISBN 1964-9843

"Un lycée de Poitiers inauguré ""premier bâtiment scolaire à énergie positive"", un lycée de Savigny-sur-Orge (91) primé pour son innovation, des collèges et des écoles HQE, dont les toitures rivalisent entre photovoltaïque et végétal... De nombreuses Epl ont préparé une rentrée scolaire pour les nouvelles générations. http://www.servirlepublic.fr"
"Un lycée de Poitiers inauguré ""premier bâtiment scolaire à énergie positive"", un lycée de Savigny-sur-Orge (91) primé pour son innovation, des collèges et des écoles HQE, dont les toitures rivalisent entre photovoltaïque et végétal... De nombreuses Epl ont préparé une rentrée scolaire pour les nouvelles générations. http://www.servirlepublic.fr"

Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Établissement scolaire ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Ile de France ; Label de performance ; Programme de développement ; Poitou Charentes ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Réalisation ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 291
ISBN 0986-2943

Avec seulement une quinzaine de microcentrales turbinant l'eau de ses réseaux d'eau, la France se place, dans ce domaine, loin derrière son voisin suisse. L'une des explications semble être administrative. Tour d'horizon de la situation française : microcentrale de l'Échaillon (38), celle de Valloire (73) qui cependant n'est pas en fonctionnement (les crues de l'été 2008 ont emporté la canalisation)
Avec seulement une quinzaine de microcentrales turbinant l'eau de ses réseaux d'eau, la France se place, dans ce domaine, loin derrière son voisin suisse. L'une des explications semble être administrative. Tour d'horizon de la situation française : microcentrale de l'Échaillon (38), celle de Valloire (73) qui cependant n'est pas en fonctionnement (les crues de l'été 2008 ont emporté la canalisation)

Eau potable ; Eau usée ; Microhydraulique ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Puissance installée ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Réseau d'eau ; Rhône Alpes ; Suisse ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 7

"Depuis 2004, la région s'est engagée dans une démarche développement durable : Agenda 21, Plan Climat, Bilan Carbone. Dans ce cadre elle met particulièrement l'accent sur les filières ""énergies renouvelables"" et ""habitat durable"". Résultat, le Languedoc-Roussillon est aujourd'hui l'une des régions leaders en France pour les investissements dans la MDE et les EnR. Elle est la première région de France métropolitaine pour le photovoltaïque raccordé au réseau; la cinquième région pour l'éolien et une région phare pour le développement du solaire thermique dans le logement social. Elle présente également un fort potentiel dans le domaine du bois-énergie. Plus de 10 500 entreprises sont concernées par ces filières et pas moins de 38 000 personnes travaillent dans la seule filière EnR (ce chiffre devrait augmenter de 8 000 d'ici 2010). Les soutiens de la région aux filières depuis 2006 : - Solaire thermique : 9,8 M€ dont 5,1 pour l'individuel et 4,7 pour le collectif, soit 8 000 chauffe-eau solaires et 214 installations collectives financés. - Solaire photovoltaïque : 22,1 M€ engagés dont 12,5 pour les particuliers et 9,6 pour le collectif, soit 3 400 particuliers aidés et 158 installations PV collectives soutenues. - Bois énergie : 7,8 M€ consacrés au financement de 103 chaufferies bois - Petit éolien : 1,8 M€ consacré à 51 projets d'éoliennes domestiques."
"Depuis 2004, la région s'est engagée dans une démarche développement durable : Agenda 21, Plan Climat, Bilan Carbone. Dans ce cadre elle met particulièrement l'accent sur les filières ""énergies renouvelables"" et ""habitat durable"". Résultat, le Languedoc-Roussillon est aujourd'hui l'une des régions leaders en France pour les investissements dans la MDE et les EnR. Elle est la première région de France métropolitaine pour le photovoltaïque ...

Agenda 21 local ; Agrocarburant ; Aide financière ; Appel à projet ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bilan ; Bilan carbone ; Bilan énergétique ; Bois énergie ; Budget ; Chauffe eau solaire ; Chaufferie bois ; Chiffre clé ; Développement durable ; Économie d'énergie ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Entreprise ; Éolien ; Financement ; Généralité énergie renouvelable ; Gisement forestier ; Installation collective ; Languedoc Roussillon ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Programme de développement ; Plan Climat ; Pôle de compétences / pôle de compétitivité ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Potentiel de développement ; Production d'électricité ; Production d'énergie ; Programme d'action ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Résultat / Conséquence ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Petit éolien

... Lire [+]

V

- n° 21109

La liste des installations de méthanisation en France est disponible sur Sinoé, base de données de l'Ademe : http://www.sinoe.org/accesThematique.php?ID=29&KEEP=1

Biogaz ; France ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Site Internet ; Usine de méthanisation

... Lire [+]

V

- n° 291009

Parmi l'ensemble des secteurs économiques, le bâtiment constitue le plus gros consommateur d'énergie en France. Il consomme actuellement environ 68 millions de tonnes d'équivalent pétrole, soit 42,5% de l'énergie finale totale et génère 123 millions de tonnes de CO2, soit 23% des émissions nationales. Dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique, l'objectif du Grenelle de l'Environnement est de réduire les consommations d'énergie du parc des bâtiments existants d'au moins 38 % d'ici à 2020. Compte tenu des enjeux liés à ce programme et de la multiplicité des acteurs, le Gouvernement a jugé nécessaire que ce chantier fasse l'objet d'un pilotage spécifique. Il a pour cela annoncé le 13 janvier dernier la mise en place d'un Comité stratégique du Plan bâtiment Grenelle. Son chef d'orchestre : Philippe Pelletier, l'Ancien président de l'Agence Nationale de l'Habitat (ANAH). Installé officiellement le 26 février 2009, ce comité, composé d'une soixantaine de fédérations et d'institutions, est chargé de piloter, pendant une période de deux ans reconductible, le suivi du Plan Bâtiment du Grenelle Environnement. Tous les secteurs de la construction sont concernés : bâtiments publics, logement social, secteur tertiaire et résidentiel... L'heure est aux bilans : Après les présentations par la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno du bilan du fond chaleur de l'Ademe et de celui du volet recherche du Grenelle, c'est aujourd'hui les avancées du Plan Bâtiment du Grenelle Environnement qui ont été présentées par le ministre en charge du développement durable Jean-Louis Borloo. Une accélération des demandes de certifications BBC dans la construction neuve, 50.000 éco-prêts à taux zéro (Eco-PTZ) distribués, des audits énergétiques en cours pour la rénovation énergétique des bâtiments de l'Etat, un programme de comptage individualisé des frais de chauffage et une étude lancée sur la mise en place d'un bonus sur les transactions immobilières « vertes »..., le bilan est jugé positif par le Ministre d'État. ''Le train est lancé, on est plutôt en avance'', a commenté Jean-Louis Borloo qui était entouré du secrétaire d'Etat chargé du logement, Benoist Apparu et Philippe Pelletier. ''La demande va plus vite que nous l'avions imaginé'', a renchéri le président du comité stratégique du plan Bâtiment. 50 000 Eco prêts à taux zéro accordés : Lancé le 16 avril dernier pour améliorer l'efficacité énergétique des logements, l'éco-prêt à taux zéro a été accordé à 50.000 foyers pour un montant moyen de 19.000 euros. Reste que c'est 200.000 éco-prêts qui devront avoir été accordés d'ici fin 2010, selon une convention signée le 26 février 2009 entre l'État, les banques et les professionnels du bâtiment et de l'immobilier. ''Dans plus de 27% des cas, les particuliers effectuent trois actions et les caractéristiques techniques des travaux varient en fonction des régions et des climats'', affirme le ministère. Les bouquets de travaux les plus prisés sont les combinaisons associant le remplacement des fenêtres avec l'amélioration du système de chauffage ou de production d'eau chaude, l'isolation de la toiture et l'incorporation d'énergies renouvelables pour le chauffage. Les travaux sont très majoritairement réalisés par des propriétaires occupants de maisons individuelles. Pays de la Loire, Bretagne et Rhône-Alpes représentent à elles seules plus de 30% des éco-prêts. Rénovation de 29.000 logements sociaux : Par ailleurs, la rénovation de près de 28.800 logements sociaux a été programmée grâce au prêt à 1,9% de la Caisse des dépôts (45% du financement), les autres prêts de la Caisse des dépôts (21%), les fonds propres des bailleurs (13%), l'Etat et l'Anru (5%). L'Ile-de-France représente près de 30% des opérations programmées, tandis que les régions Lorraine, Rhône Alpes et Haute Normandie représentent chacune environ 10% des programmes. L'éco-prêt logement social est une mesure, prise à la suite du Grenelle Environnement, pour permettre la rénovation thermique du parc de logements sociaux les plus consommateurs en énergie (« logements énergivores»). 800.000 sont identifiés au sein du parc de logements locatifs sociaux et doivent faire l'objet, dans les prochaines années, d'une rénovation thermique. Une enveloppe de prêts de 1,2 Md€ est déterminée et doit permettre de traiter, sur la période 2009-2010, les 100.000 logements les plus prioritaires (40.000 en 2009 et 60.000 en 2010). Bâtiments basse consommation : En ce qui concerne les certifications bâtiments basse consommation (BBC), les demandes s'envolent : elles sont passées de 853 en 2007 à 2.582 en 2008 et 15.529 pour les 8 premiers mois de 2009. ''Nous avons 20.000 demandes de certification en 2009, 10 fois plus que prévues dans le plan Grenelle'', s'est réjoui Benoist Apparu. Les régions Ile-de-France, Rhône Alpes et Aquitaine représentent 60% des demandes. Le label BBC d'Effinergie repose sur un objectif de consommation maximale pour les constructions neuves fixé à 50 kWhep/m2/an. Rappelons que ce niveau de performance sera l'exigence minimum demandée par la future réglementation thermique qui s'appliquera, pour l'ensemble des bâtiments publics et tertiaires, dès le 1er janvier 2011. Une étude de l'Ademe portant sur 550 bâtiments a montré que le surinvestissement pour concevoir un logement BBC est actuellement de 15%. Dans les bureaux, il est estimé à près de 12%. Mais, rassure Benoist Apparu, ''l'ADEME estime que l'investissement supplémentaire pour les bâtiments BBC devrait être ramené entre 5 et 10 % à l'horizon 2012''. Cet investissement supplémentaire sera rentabilisé entre 10 et 15 ans suivant les cas, grâce aux économies d'énergie permises par les performances BBC. Pour contribuer à accroître la part des logements aux performances énergétiques élevées et permettre de préparer le secteur de la construction à l'entrée en vigueur de RT2012, cette fois au 1er janvier 2013, le gouvernement a décidé, qu'à compter du 1er décembre 2009, le montant maximum du prêt à taux zéro (PTZ) serait majoré jusqu'à 20.000 euros pour les acquéreurs de logements respectant le label « bâtiment basse consommation ». ''Cette majoration s'ajoute au doublement du PTZ décidé par le Gouvernement dans le cadre du plan de relance. Le PTZ est donc triplé pour les acquéreurs de logements BBC'', a expliqué le secrétaire d'Etat chargé du logement. ''Des décrets et arrêtés en ce sens seront signés dans les tout prochains jours'', a confié Jean Louis Borloo. Par ailleurs, les dispositifs fiscaux de soutien à l'accession à la propriété (crédit d'impôt « TEPA ») ou à l'investissement locatif (réduction d'impôt « Scellier ») seront recentrés sur les logements économes en énergie. La déduction de 25% des intérêts d'emprunt pour l'acquisition d'une résidence principale sera réservée à des logements neuf répondants aux normes bâtiments basse consommation (BBC) ou bâtiments à énergie positive (BEPOS). Pour les autres, la déduction sera limitée à 20%. Mais il s'agit de dispositions en cours de discussion au Parlement, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2010. Dispositif du partage des économies des charges : Autres textes à être signés ''dans les jours à venir'', ceux mettant en place le dispositif du partage des économies des charges, lorsque des travaux énergétiques sont réalisés dans un logement en location. Ce nouveau dispositif incitatif, prévu par la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion, doit permettre à la fois d'inciter le propriétaire à réaliser des travaux et de faire baisser les charges des locataires. Reste que l'incitation devrait être faible puisque pour les bâtiments construits avant 1948 ou pour les « petits propriétaires » (possédant moins de 3 appartements), le montant de la contribution est au maximum égal à 10 euros par mois pour un logement d'une pièce, 15 euros par mois pour un logement de deux ou trois pièces, et 20 euros par mois pour un logement de quatre pièces ou plus. Pour le reste des bâtis, il y aura un maximum, le propriétaire percevra un pourcentage des économies d'énergies réalisées calculé après une étude thermique, au maximum de 50% et durant au plus une période de 15 ans. ''La contribution figurera sur une ligne spécifique de la quittance, intitulée « Contribution au partage de l'économie de charges »'', a expliqué Benoist Apparu. Sur un total de 10 millions de logements concernés, le Secrétaire d'État fixe un objectif de ''100.000 logements bénéficiant de ce nouveau dispositif en 2010 et 400.000 par an à partir de 2013''. Responsabiliser les locataires et les propriétaires : Le ministère étudie également le lancement d'un programme national visant à équiper de compteurs individuels d'énergie, les logements situés dans des immeubles chauffés collectivement. ''En France, seuls 10% des immeubles chauffés collectivement sont équipés de dispositifs de comptage individuel d'énergie contre 70% au Benelux, 80% en Autriche ou au Danemark et 95% en Allemagne'', a commenté jean Louis Borloo. Or, selon une étude réalisée par l'ADEME en 2007, l'individualisation des frais de chauffage permettrait de réaliser environ 15% d'économies d'énergie, du fait d'une meilleure information des occupants. Selon une première estimation, le parc cible est constitué d'environ 220.000 immeubles, représentant 4,5 millions de logements. ''Le programme permettrait alors de réduire de 450 millions d'euros par an la facture d'énergie des Français concernés, soit environ 100 euros par logement et par foyer'', estime Benoist Apparu. Enfin, le ministère réfléchit à la mise en place d' un système de « bonus sur les transactions immobilières vertes » afin d'améliorer la performance énergétique des bâtiments existants lors d'un changement de propriétaire.
Parmi l'ensemble des secteurs économiques, le bâtiment constitue le plus gros consommateur d'énergie en France. Il consomme actuellement environ 68 millions de tonnes d'équivalent pétrole, soit 42,5% de l'énergie finale totale et génère 123 millions de tonnes de CO2, soit 23% des émissions nationales. Dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique, l'objectif du Grenelle de l'Environnement est de réduire les consommations d'énergie ...

Bâtiment ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Certification ; Consommation d'énergie ; Copropriété / Propriétaire ; Grenelle de l'environnement ; Locataire ; Logement social ; Perspective ; Programme de développement ; Prêt à Taux Zéro - PTZ ; Recensement / Inventaire ; Rénovation

... Lire [+]

V

- n° 659

Vingt-huit écoquartiers, 13 intercommunalités engagées dans une démarche d'écocité, hier le secrétaire d'Etat au logement a présenté les résultats de l'appel à projets lancé par le ministère du développement durable pour « mettre en avant le travail des collectivités territoriales et l'excellence des acteurs français de l'aménagement pour créer une ville plus respectueuse de l'environnement ». Cet appel, avait été lancé dans le cadre du plan ville durable figurant parmi les engagements du Grenelle. 13 écocités en contrat avec l'Etat : Le label d'écocité concerne des agglomérations de plus de 100 000 habitants, prévoyant une croissance démographique d'environ 50 000 habitants sur une génération, organisées en intercommunalité et travaillant sur une stratégie de développement urbain durable, avec notamment une « vision du territoire qui présente des enjeux environnementaux, paysagers, économiques, sociaux, institutionnels » et un projet décliné suivant les trois piliers du développement durable. 19 collectivités s'étaient portées candidates, 13 ont été retenues au final(1). Après une phase d'expertise et d'élaboration des projets, les collectivités retenues vont désormais engager une négociation avec l'Etat qui débouchera sur une contractualisation début 2011 portant « sur le projet et ses modalités d'accompagnement ». 28 écoquartiers accompagnés : Par ailleurs, le ministère avait lancé un appel à projets pour la création d'écoquartiers, dans l'intention d'inciter les collectivités locales à engager des développements urbains durable à l'échelle des quartiers. Un quartier durable se caractérise par une gestion durable de l'eau, des déchets, par l'usage de modes de transports doux ou alternatifs à la voiture, par une production locale d'énergies renouvelables, par une mixité des fonctions urbaines et des populations, ainsi que par la densité du bâti et l'utilisation d'éco-matériaux. Pas moins de 28 quartiers ont ainsi été retenus. Le Grand prix national a été attribué à la zone d'aménagement concertée Bonne, à Grenoble. La ville par ailleurs retenue comme écocité, aménage sur le terrain d'une ancienne caserne de 8,5 hectares plus de 850 logements, dont 35 % de logements sociaux, 16 000 m©— de commerces et bureaux, une école élémentaire, un établissement pour personnes âgées dépendantes, un pôle sportif et un nouveau parc urbain de 3, 5 hectares. Là encore, les projets sélectionnés bénéficieront d'un accompagnement de l'Etat 1 : Bordeaux (Plaine de Garonne), Rennes (Quadrant Nord-Est), Strasbourg (Métropole des Deux-Rives), Plaine Commune (communauté d'agglomération du de Seine-Saint-Denis), Montpellier )De Montpellier à la mer), Nantes - St Nazaire (Eco.Métropole), Metz Métropole (EcoCité 128), Clermont-Ferrand (EcoCité Clermont Métropole) Grenoble (Grenoble EcoCité), Marseille (Marseille Euroméditerranée), Nice (EcoCité Nice Côte d'Azur), le Territoire de la Côte Ouest (La Réunion) et la communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette en Moselle (EcoCité Alzette Belval).
Vingt-huit écoquartiers, 13 intercommunalités engagées dans une démarche d'écocité, hier le secrétaire d'Etat au logement a présenté les résultats de l'appel à projets lancé par le ministère du développement durable pour « mettre en avant le travail des collectivités territoriales et l'excellence des acteurs français de l'aménagement pour créer une ville plus respectueuse de l'environnement ». Cet appel, avait été lancé dans le cadre du plan ...

Appel à projet ; Collectivité locale ; Ecoquartier ; France ; Recensement / Inventaire ; Résultat / Conséquence

... Lire [+]

V

- n° 193
ISBN 0295-5873

Avec plus de 100 000 unités installées annuellement depuis trois ans dans les pays de l'Union européenne, les pompes à chaleur géothermiques se sont progressivement imposées comme un mode de chauffage confortable, économe et soucieux de l'environnement.

Capacité de production ; Chiffre clé ; Chiffre d'Affaire ; Emploi ; Entreprise ; Europe ; Livre Blanc ; Marché européen ; Pompe à chaleur ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 193
ISBN 0295-5873

Instauré en 2005, le crédit d'impôt français a, depuis, fait ses preuves en tant que soutien au développement des énergies renouvelables. D'après l'étude européenne Refund+, coordonnée par Observ'ER, cette mesure est la seule qui ait eu un impact réel sur les volumes de ventes des applications de chauffage individuelles. http://www.energies-renouvelables.org/refund/

Aide financière ; Bilan ; Bois énergie ; Crédit d'impôt ; Étude ; Europe ; Fiscalité ; Aspect historique ; Marché français ; Politique énergétique ; Recensement / Inventaire ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 193
ISBN 0295-5873

Comment choisir son installateur ? Pour tenter d'apporter des réponses concrètes à cette question, l'ingénieur photovoltaïcien Philippe Lagarde s'est glissé dans la peau d'un client ordinaire. Pendant plusieurs semaines, 13 sociétés se sont déplacées sur un site près de Carcassonne. Certaines visites ont été très professionnelles, d'autres un peu moins.
Comment choisir son installateur ? Pour tenter d'apporter des réponses concrètes à cette question, l'ingénieur photovoltaïcien Philippe Lagarde s'est glissé dans la peau d'un client ordinaire. Pendant plusieurs semaines, 13 sociétés se sont déplacées sur un site près de Carcassonne. Certaines visites ont été très professionnelles, d'autres un peu moins.

Appareil de mesure ; Audit ; Charte qualité ; Coût d'investissement ; Entreprise ; Étude ; Fournisseur / Distributeur ; France ; Installateur ; Installation ; Maintenance / Entretien ; Masque / Ombre ; Professionnel ; Qualification ; Raccordement réseau ; Recensement / Inventaire ; Rentabilité ; Solaire photovoltaïque ; Suivi

... Lire [+]

V

- n° 193
ISBN 0295-5873

Nom de code : QualiCert. Objectif : développer une approche conjointe des certifications d'installateurs de systèmes d'énergies renouvelables, reconnue par tous les États membres de l'Union européenne. Ce projet, coordonné par l'Ademe, est mené dans le cadre du programme Intelligent Energy Europe.

Certification ; Énergie Intelligente Europe ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; Installateur ; Programme européen ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 151009

Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et faire des propositions innovantes. Il s'agit de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de terrain à l'accroissement préoccupant de ce phénomène et à l'urgence de la mise en place de véritables stratégies d'intervention. Trois raisons principales expliquent cette précarité : les faibles revenus des ménages, le coût croissant des énergies, et la mauvaise qualité thermique des logements. Un foyer européen sur sept est estimé en danger de pauvreté, le prix de l'électricité a progressé en moyenne de 14% entre 2005 et 2007, et 60% des habitations ont été construites avant l'introduction des réglementations thermiques de l'habitat. Nombre de ménages en précarité énergétique, locataires ou propriétaires occupants, vivent dans ce type de logement présentant une mauvaise performance énergétique et appartenant aussi bien au parc public que privé. A ce stade, seule une minorité d'Etats membres s'est engagée dans la voie d'une politique volontariste de résorption de cette précarité. En France, la réponse gouvernementale a été jusqu'à présent essentiellement curative et s'appuie sur le traitement social de l'impayé énergétique grâce aux fonds solidarité énergie, intégrés dans les Fonds solidarité logement (FSL), sur le droit à l'énergie (électricité, gaz, aide à la cuve de fioul) et le maintien d'un service minimum. Bon nombre de dispositifs et de mesures sociales sont en place pour venir en aide aux ménages, mais ces actions sont parfois dispersées et gagneraient à être mieux coordonnées. L'Ademe lance en janvier 2010 un Observatoire de la précarité énergétique pour soutenir l'action concertée annoncée par Valérie Létard, Secrétaire d'Etat en charge des technologies vertes et des négociations climatiques. Des initiatives se font jour sur le terrain grâce à la pugnacité d'associations telles que le GEFOSAT, spécialisée dans la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables et basée dans l'Hérault. Pour sa directrice, Sandrine Buresi, il s'agit de rendre accessible la maîtrise de l'énergie aux publics qui n'en ont pas les moyens. Le GEFOSAT a lancé en 2002 le Fonds d'aide aux travaux de Maîtrise de l'énergie et de l'eau, qui soutient l'accompagnement social des ménages et finance les travaux, grâce à un partenariat entre le Conseil général, l'Ademe, la Caisse d'allocations familiales et GDF-Suez. L'objectif est d'étendre cette action à la totalité du département. Le Royaume-Uni, où le nombre de personnes touchées a doublé en quelques années, fait figure de pionnier dans cette politique. Il est le premier pays à s'être doté d'une définition précise de la précarité énergétique correspondant à ''la situation d'un foyer devant consacrer plus de 10% de ses revenus pour chauffer son logement à un niveau correct'', expose Pam Wynne, chef du département Précarité énergétique au ministère du changement climatique et de l'énergie du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni a également lancé l'expérience de « Warm Homes ». Ce projet à but non lucratif consiste à approcher directement l'habitant, quartier par quartier, pour faire un point avec lui sur sa situation énergétique, définir le cas échéant les mesures d'économies d'énergie à adopter et lui proposer les aides disponibles en fonction de ses ressources. L'Italie, quant à elle, a créé un tarif social pour l'électricité et réfléchit à un système identique pour le gaz. La Belgique dispose d'un niveau élevé de protection sociale et d'un arsenal juridique efficace en termes de droits du consommateur, mais l'absence d'une stratégie spécifique reste un handicap. Enfin, l'Espagne, dernier partenaire d'EPEE, n'a pas encore perçu la précarité énergétique comme un problème social prioritaire. Impliquer les fournisseurs d'énergie : Les certificats d'économie d'énergie imposent aux fournisseurs de réaliser ou faire réaliser des économies d'énergie à leurs clients. L'enjeu de demain est de cibler prioritairement ces certificats sur les populations les plus vulnérables à travers une politique de quotas et d'incitations. Le Royaume-Uni a anticipé ce volet social. Deux foyers sur trois ont bénéficié de ces programmes incitatifs sur la période 2005-2008 et un million de foyers modestes ont reçu une subvention pour les aider dans leurs travaux d'isolation. En France, le projet de loi Grenelle 2 souhaiterait cibler spécifiquement les populations en difficulté en proposant une bonification plus favorable des actions donnant droit à certificats quand il s'agit de travaux de rénovation énergétique réalisés chez les foyers les plus modestes. Au carrefour des choix énergétiques, de la santé publique, et des changements climatiques, la précarité énergétique est un problème multidimensionnel. L'implication, en amont, des fournisseurs d'énergie est aussi cruciale que l'accompagnement et l'aide fournie aux usagers en difficulté de paiement. Ainsi nulle politique curative ne sera efficace sans mobilisation des fournisseurs eux-mêmes. En France, le programme électronucléaire a favorisé le tout électrique sans se préoccuper de maîtrise de l'énergie. ''Cette expansion du chauffage électrique s'est faite sans aucune précaution ni contraintes réglementaires : sauf pour des opérations de grande ampleur, il n'existe toujours pas de règlementation thermique pour la rénovation des logements !'', note Thierry Salomon, president de l'association Négawatt. Les ménages défavorisés payent aujourd'hui la facture de choix énergétiques qui datent des années 70.
Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et ...

Europe ; France ; Impayé énergétique ; Italie ; Précarité ; Programme européen ; Recensement / Inventaire ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 637

Lancée par l'association Orée avec le soutien de l'ADEME et de plusieurs partenaires (O2 France, LVMH, Inddigo, PriceWaterhouse Coopers, Biois, Aximum, Evea, Yves Rocher, Veolia et le Crédit coopératif), la plateforme Web interactive se veut un outil pratique capable de fournir aux PME une information « utile et concrète » de manière pédagogique illustrée d'expériences de PME ayant réalisé une démarche d'éco-conception de produits ou services. Le nouveau site se décline en trois rubriques : « l'éco-conception en question, en application et en action ». La première permet de se familiariser avec les méthodes et outils disponibles pour mettre en place une démarche d'éco-conception. Aidé par des schémas animés, l'internaute peut se familiariser sur les étapes du cycle de vie d'un produit et les actions possibles à chaque étape. Il peut également découvrir comment la conception d'un produit peut avoir un impact direct sur l'environnement à travers chiffres, schémas et exemples. Une synthèse des réglementations françaises et européennes est proposée, ainsi que des fiches pratiques où s'articulent des informations sur les freins, les facteurs de réussite, les acteurs, la méthodologie, le coût etc. Une deuxième rubrique aborde le rôle joué par chaque type de compétence au sein de l'entreprise et la troisième propose des retours d'expériences montrant des exemples de mise en oeuvre de démarches d'éco-conception chez des TPE comme chez des PME. Créée en 1992, l'association Orée rassemble entreprises, collectivités territoriales, et associations «pour développer une réflexion commune et mettre en oeuvre des solutions concrètes pour une gestion intégrée de l'environnement à l'échelle des territoires». http://ecoconception.oree.org
Lancée par l'association Orée avec le soutien de l'ADEME et de plusieurs partenaires (O2 France, LVMH, Inddigo, PriceWaterhouse Coopers, Biois, Aximum, Evea, Yves Rocher, Veolia et le Crédit coopératif), la plateforme Web interactive se veut un outil pratique capable de fournir aux PME une information « utile et concrète » de manière pédagogique illustrée d'expériences de PME ayant réalisé une démarche d'éco-conception de produits ou services. ...

Développement durable ; Éco-conception ; Entreprise ; Fabrication ; Impact environnemental ; Outil ; Produit de consommation ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Réglementation ; Sensibilisation ; Site Internet ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

H

- n° 8

- Ça tourne à Saint-Coulitz (29) : Le parc éolien de SaintCoulitz (8 MW) est opérationnel ! - Ménéac (56) : Les 7 éoliennes du parc de Ménéac ont été montées courant juillet et août, sa mise en service est prévue pour l'automne. * En service : - Saint-

Appareil de mesure ; Basse Normandie ; Bretagne ; Bruit ; Champagne Ardenne ; Collectivité locale ; Étude ; Étude d'impact ; Étude de vent ; Impact sonore ; Montage / accompagnement de projet ; Parc éolien ; Pays de la Loire ; Permis de construire ; Projet ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; ZDE - Zone de Développement de l'Éolien

... Lire [+]

H

- n° 8

La Bretagne n'a pas attendu les objectifs nationaux pour encourager le développement de l'énergie éolienne sur son territoire, comme en témoigne Anicette Paisant-Béasse, responsable de la division Énergie à la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement de Bretagne (DRIRE). La DRIRE et le Conseil régional travaillent à l'élaboration d'un nouveau schéma régional des énergies renouvelables. L'éolien y tient la première place. Le schéma régional de 2004 se voulait avant tout un guide méthodologique à l'usage des collectivités. Le schéma en cours d'instruction, à remettre fin 2009, a pour objectif de mettre en évidence les zones les plus propices au développement d'installations éoliennes, tout en favorisant leur acceptation par toutes les parties prenantes au projet et en tenant compte des enjeux environnementaux. L'éolien en Bretagne : état des lieux Nombre de permis de construire au 31 mars 2009 : * Sites autorisés et réalisés : 258 éoliennes pour 370 MW, * Sites autorisés non réalisés : 282 éoliennes pour 498 MW, * En cours d'instruction : 84 éoliennes pour 164MW, Soit un total de 624 éoliennes pour une puissance totale de 1 033 MW.
La Bretagne n'a pas attendu les objectifs nationaux pour encourager le développement de l'énergie éolienne sur son territoire, comme en témoigne Anicette Paisant-Béasse, responsable de la division Énergie à la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement de Bretagne (DRIRE). La DRIRE et le Conseil régional travaillent à l'élaboration d'un nouveau schéma régional des énergies renouvelables. L'éolien y tient la ...

Acceptabilité sociale ; Aide à la décision ; Bretagne ; Contrat Plan État Région ; Éolien ; Étude ; Généralité énergie renouvelable ; Impact environnemental ; Outil ; Permis de construire ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Projet ; Puissance installée ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Schéma régional ; ZDE - Zone de Développement de l'Éolien

... Lire [+]

V

- n° 53
ISBN 1634-5460

"Mue par la force des vents, la petite éolienne a, plus que tout autre source d'énergie, un pouvoir de fascination immense. Et pourtant en France, deux types d'hommes lui compliquent diablement la vie. D'un côté, des députés de tout poil ne cessent de lui mettre des bâtons dans les pales. De l'autre côté, des ""éco-entrepeneurs"" improvisés qui sont prêts à vendre de l'éolien à tout prix, jurant monts et merveilles à leurs clients, et semant des contre-exemples. Entre les deux, il y a des passionnés, qui s'échinent à vouloir donner une juste place à ces machines, aux meilleures d'entre elles, dans nos campagnes. Qu'est-ce qu'une bonne éolienne ? Qu'est-ce qu'une bonne installation ? "
"Mue par la force des vents, la petite éolienne a, plus que tout autre source d'énergie, un pouvoir de fascination immense. Et pourtant en France, deux types d'hommes lui compliquent diablement la vie. D'un côté, des députés de tout poil ne cessent de lui mettre des bâtons dans les pales. De l'autre côté, des ""éco-entrepeneurs"" improvisés qui sont prêts à vendre de l'éolien à tout prix, jurant monts et merveilles à leurs clients, et semant des ...

Bretagne ; Caractéristique technique ; Code de l'Urbanisme ; Coût d'investissement ; Déclaration ; Démarche administrative ; Éolienne ; Étude ; Étude de vent ; Expérimentation ; Expertise ; FACÉ ; France ; Garantie / Assurance ; Ile ; Installateur ; Investissement collectif ; Languedoc Roussillon ; Réglementation ; Maintenance / Entretien ; Midi Pyrénées ; Permis de construire ; Petite puissance ; Production d'électricité ; Professionnel ; Raccordé réseau ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Régulation ; Résultat / Conséquence ; Rotor ; Site Internet ; Suivi ; Système autonome ; Tarif d'achat ; ZDE - Zone de Développement de l'Éolien ; Petit éolien

... Lire [+]

V

- n° 632

Le 25 septembre a eu lieu le 3ème forum annuel d'Agir pour l'environnement, (Action Globale Innovante pour la Région) une démarche initiée en 2007 par la région Paca, pour mieux maîtriser les dépenses énergétiques et promouvoir les énergies renouvelables. A cette occasion, le Président de la Région présence Michel Vauzelle a récompensé les « Collectivités lauréates AGIR pour l'Énergie », reconnues pour leur engagement en matière de développement durable et qui ont mis en place, avec le soutien de la Région, un plan d'actions concret sur leur territoire. Il a distingué également les Communes qui se sont engagées dans cette démarche pour obtenir l'appellation « Collectivités lauréates AGIR pour l'Énergie ». Enfin, le PRIDES « Bâtiments durables Méditerranéens » a lancé officiellement sa démarche « Bâtiment Durable Méditerranéen », un outil d'aide à la décision en ligne destiné aux constructeurs. Soutenir les projets : Doté d'un budget de 70 M€ pour la période 2007-2010, Agir finance divers projets considérés comme exemplaires en matière d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables comme le bois, l'éolien, le solaire thermique et photovoltaïque. Mise en oeuvre sous la forme d'appels à projets, cette démarche s'adresse à tous types d'acteurs : collectivités, entreprises, organismes de recherche, associations, et particuliers. 45 M€ ont ainsi été investis. Outre les chèques énergies renouvelables, 250 projets ont été élaborés avec plus de 200 maîtres d'ouvrage et près de 500 entreprises, bureaux d'études et organismes de professionnels de la région.
Le 25 septembre a eu lieu le 3ème forum annuel d'Agir pour l'environnement, (Action Globale Innovante pour la Région) une démarche initiée en 2007 par la région Paca, pour mieux maîtriser les dépenses énergétiques et promouvoir les énergies renouvelables. A cette occasion, le Président de la Région présence Michel Vauzelle a récompensé les « Collectivités lauréates AGIR pour l'Énergie », reconnues pour leur engagement en matière de développement ...

Aide à la décision ; Aide financière ; Appel d'offre ; Association ; Bassin méditerranéen ; Bâtiment ; Bois énergie ; Budget ; Chèque énergie renouvelable ; Collectivité locale ; Concours / Trophée ; Constructeur ; Développement durable ; Entreprise ; Éolien ; Financement ; Généralité énergie renouvelable ; Laboratoire ; Outil ; Particulier / Ménage ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Programme d'action ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 163
ISBN 1148-554X

- Ô Solaire, une appellation pour une démarche de qualité : Ô Solaire apporte une garantie d'engagement du fabricant sur les systèmes capteurs, ballon et régulation. - Ne pas confondre la certification et les avis techniques : les certifications garantiss

Avis technique ; Capteur solaire ; Capteur tube sous vide ; Certification ; Charte qualité ; Chauffe eau solaire ; Fabricant ; Garantie de performance ; Recensement / Inventaire ; Réglementation ; Régulation ; Solaire photovoltaïque ; Système solaire combiné ; Thermosiphon

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Recensement / Inventaire [493]

France [186]

Chiffre clé [158]

Réalisation [147]

Puissance installée [126]

Solaire photovoltaïque [120]

Bois énergie [89]

Éolien [80]

Solaire thermique [80]

Europe [75]

Généralité énergie renouvelable [74]

Collectivité locale [66]

Energie hydraulique [63]

Rhône Alpes [62]

Politique énergétique [59]

Production d'électricité [58]

Aide financière [56]

Bilan [56]

Chaufferie bois [56]

Coût d'investissement [56]

Programme de développement [55]

Marché français [51]

Bâtiment [49]

Biogaz [47]

Entreprise [47]

Ile de France [47]

Géothermie [46]

Logement [45]

Cartographie / Atlas [44]

Consommation d'énergie [44]

Réseau de chaleur [44]

Biomasse [42]

Chauffe eau solaire [42]

Électricité renouvelable [42]

Chaudière bois [41]

Emploi [41]

International [41]

Petite Centrale Hydroélectrique [41]

Allemagne [40]

Fournisseur / Distributeur [40]

Organisme [40]

Déchet [39]

Surface installée [39]

Secteur résidentiel [37]

Chauffage bois [36]

Potentiel de développement [36]

Tarif d'achat [36]

Région [35]

Formation [34]

Pompe à chaleur [34]

Impact environnemental [33]

Objectif [33]

Économie d'énergie [32]

Milieu agricole [32]

Rénovation [32]

Languedoc Roussillon [31]

Réglementation [31]

Particulier / Ménage [30]

Professionnel [30]

Site Internet [30]

Crédit d'impôt [29]

Étude [29]

Production d'énergie [29]

Projet [29]

Bois déchiqueté / Plaquette [28]

Généralité énergie [28]

Granulé bois [28]

Industrie [27]

Recherche [27]

Système solaire combiné [27]

Transport [27]

Aspect historique [26]

Cogénération [26]

Provence Alpes Côte d'Azur [26]

Développement durable [25]

Installateur [25]

Maintenance / Entretien [25]

Chauffe Eau Solaire Individuel [24]

Perspective [24]

Budget [23]

Chauffage [23]

Énergie solaire [23]

Installation [23]

Midi Pyrénées [23]

Schéma de principe [23]

Association [22]

Biocarburant [22]

Bretagne [22]

Donnée économique [22]

Établissement scolaire [22]

Fabricant [22]

Franche Comté [22]

Parc éolien [22]

Appareil de chauffage [21]

Démarche administrative [21]

Grenelle de l'environnement [21]

Production de chaleur [21]

Secteur industriel [21]

Bilan énergétique [20]

Charte qualité [20]

Performance énergétique [20]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z