F Nous contacter

0

Documents  Recensement / Inventaire | enregistrements trouvés : 493

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

- n° 32 - p.11 à p.12

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Mettant en lumière la fragilité du sciage industriel allemand face au fléchissement des approvisionnements dès 2016, cet article s'interroge sur les similitudes qui existent entre France et Allemagne en matière d'inventaire forestier.

Bois ; Scierie ; France ; Allemagne ; Chiffre clé ; Bois énergie ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° RCT35 - -

Le rôle des réseaux de chaleur dans la concrétisation des objectifs du Grenelle est indéniable.
Ils permettent d'une part de valoriser de manière optimale la biomasse, la géothermie ainsi que la chaleur de récupération (UIOM, process...) et d'autre part d'exprimer la volonté d'une collectivité de se saisir, sur son territoire, des enjeux liés à l'énergie depuis la production jusqu'à l'usager final.
Aujourd'hui, il existe environ 432 réseaux de plus de 3 MW recensés en France, pour lesquels les EnR&R constituent déjà 31% du bouquet énergétique (dont 23% pour les seules UIOM et 3% pour le bois-énergie) avec une marge de progression encore importante. Parallèlement, coexiste un grand nombre de réseaux bois-énergie de taille plus modeste.
Aussi, face à la diversité des réseaux, ce guide compile et synthétise l'ensemble des invariants à l'ensemble de ces programmations en soulignant le particularisme de chacun, sous forme d'exemples et de pistes à explorer.
Ce guide apporte aux décideurs locaux les premières informations indispensables pour mettre en oeuvre un "Eco-réseau" et de nombreuses pistes pour accompagner leurs politiques territoriales sur cette voie nécessaire et "vertueuse".

Le rôle des réseaux de chaleur dans la concrétisation des objectifs du Grenelle est indéniable.
Ils permettent d'une part de valoriser de manière optimale la biomasse, la géothermie ainsi que la chaleur de récupération (UIOM, process...) et d'autre part d'exprimer la volonté d'une collectivité de se saisir, sur son territoire, des enjeux liés à l'énergie depuis la production jusqu'à l'usager final.
Aujourd'hui, il existe environ 432 réseaux de ...

Réseau de chaleur ; France ; Recensement / Inventaire ; Collectivité locale ; Valorisation énergétique ; Chaleur ; Bâtiment ; Logement ; Chaufferie ; Projet ; Développeur de projet ; Budget ; Aspect financier ; Montage / accompagnement de projet ; Bureau d'étude ; Étude de marché

... Lire [+]

V

- n° 110210

Selon les dernières statistiques publiées hier par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (Global Wind Energy Council, GWEC), la capacité éolienne mondiale s'est accrue de 31% en 2009 en passant de 120,7 GW à 157,9 GW. Le secteur a généré un marché de 45 milliards d'euros et emploie près de 500.000 personnes dans le monde.''La croissance rapide continue de l'énergie éolienne en dépit de la crise financière et du ralentissement de l'activité économique atteste de l'attraction inhérente de la technologie, qui est propre, fiable et rapide à installer'', a commenté Steve Sawyer, le secrétaire général du GWEC. Ce parc mondial a permis de produire 340 TWh d'électricité et aurait éviter les émissions de 204 millions de tonnes de CO2 sur l'année. La Chine double son parc éolien : Un tiers de la croissance 2009 est dû au marché chinois. Le pays a en effet doublé son parc éolien en installant 13 GW en 2009. ''La Chine déploie de gros efforts pour développer la ressource du vent du pays. Etant donné les taux de croissance actuels, on peut prévoir que la cible officieuse de 150 GW sera atteinte avant 2020'', a déclaré Li Junfeng, secrétaire général de l'association chinoise des énergies renouvelables. L'Inde a ajouté 1,2 GW de capacités qui cumulés aux installations du Japon, de la Corée du Sud et de Taïwan font de l'Asie le plus grand marché pour l'énergie éolienne en 2009. L'Amérique du Nord et l'Europe ont de leur côté installé environ 10 GW chacun. L'énergie éolienne compte désormais pour près de 2% de la production électrique totale américaine avec une puissance installée de plus de 35 GW contre 25,3 GW fin 2008, de quoi alimenter 9,7 millions de foyers. L'Europe installe 10 GW en 2009 : Selon les données détaillées de l'association européenne de l'éolien, European Wind Energy Association (EWEA), l'Europe disposait fin 2009 d'un parc de 74,7 GW grâce au 10,1 GW supplémentaires installés durant l'année dernière. 9,5 GW ont été installés sur le continent soit 21% de plus qu'en 2008 et 582 MW ont été installés en mer soit 56% de plus que l'année dernière. Le parc européen a donc produit 163 TWh d'électricité en 2009 soit 4,8% des besoins en électricité (estimation basée sur les 3.372 TWh consommés en 2007). Les nouvelles capacités de production éolienne ont été principalement installées en Espagne (2.459 MW), suivie de l'Allemagne (1.917 MW), de l'Italie (1.114 MW), de la France (1.088 MW) et du Royaume-Uni (1.077 MW). À fin 2009, quelque 3.500 éoliennes étaient installées en France. L'investissement dans ces nouveaux équipements a atteint 13 milliards d'euros dont 1,5 milliard pour l'éolien offshore. 2009 est ainsi la deuxième année au cours de laquelle la capacité d'énergie éolienne installée dépasse les autres modes de production d'électricité. C'est également la deuxième année que les énergies renouvelables sont à l'origine de la majorité de nouveaux investissements en matière énergétique en Europe. ''C'est un résultat remarquable en cette année difficile'', a déclaré Christian Kjaer le Président d'EWEA qui semble toutefois inquiet pour 2010 : ''je suis tout à fait optimiste au sujet des perspectives à moyen terme pour l'énergie éolienne en Europe, mais les finances des projets sont encore serrées''. Bilan 2009 de l'EWEA : http://www.ewea.org/fileadmin/ewea_documents/documents/statistics/general_stats_2009.pdf
Selon les dernières statistiques publiées hier par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (Global Wind Energy Council, GWEC), la capacité éolienne mondiale s'est accrue de 31% en 2009 en passant de 120,7 GW à 157,9 GW. Le secteur a généré un marché de 45 milliards d'euros et emploie près de 500.000 personnes dans le monde.''La croissance rapide continue de l'énergie éolienne en dépit de la crise financière et du ralentissement de l'activité ...

Allemagne ; Amérique du Nord ; Bilan ; Chiffre clé ; Chine ; CO2 evité ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Éolien ; Éolienne ; Espagne ; Europe ; France ; International ; Italie ; Marché mondial ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 090210

Selon la FBF, le montant moyen d'un éco-prêt était d'environ 17.000 Euros. La FBF regrette cependant la complexité de la réglementation définissant les travaux éligibles, souvent '' source de retards dans le montage des dossiers''. ''Malgré plusieurs dem andes, les pouvoirs publics n'ont toujours pas apporté les clarifications et simplifications nécessaires qui permettraient d'accélérer la réalisation des projets et d'en augmenter le nombre '', commente-t-elle. Créé par la loi de finances pour 2009, l'éco-prêt à taux zéro permet aux particuliers de souscrire un prêt à taux zéro pour financer les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique de leur résidence principale pour un montant pouvant aller jusqu'à 30 000 euros (travaux d'isolation, de chauffage, etc.) et sur une durée de 10 ans.
Selon la FBF, le montant moyen d'un éco-prêt était d'environ 17.000 Euros. La FBF regrette cependant la complexité de la réglementation définissant les travaux éligibles, souvent '' source de retards dans le montage des dossiers''. ''Malgré plusieurs dem andes, les pouvoirs publics n'ont toujours pas apporté les clarifications et simplifications nécessaires qui permettraient d'accélérer la réalisation des projets et d'en augmenter le nombre '', ...

Avantage fiscal ; Bilan ; Chauffage ; Chiffre clé ; Démarche administrative ; Efficacité énergétique ; France ; Grenelle de l'environnement ; Logement ; Isolation ; Particulier / Ménage ; Performance énergétique ; Prêt à Taux Zéro - PTZ ; Recensement / Inventaire ; Rénovation ; Société financière

... Lire [+]

H

- n° 546

A la fin de l'année 2009, 21 164 éoliennes représentant une capacité installée de 25 800 MW, étaient en service sur le sol allemand. L'association allemande de l'énergie éolienne (BWE) a déclaré, l'an dernier, 952 nouvelles turbines, ajoutant une capacité de 1 917 MW au réseau contre 1 665 MW en 2008. Malgré l'augmentation de la capacité éolienne, la production l'an dernier est restée assez décevante par rapport aux années antérieures. La production a atteint environ 37,5 TWh en 2009, en baisse par rapport à 2008 (40,6 TWh) et à 2007 (39,7 TWh). L'amélioration des capacités installées s'explique en partie par la mise en service de projets qui avaient été retardés en 2008, et ceci afin de bénéficier en 2009 d'un tarif de rachat d'électricité éolienne plus intéressant, passant de 0.0803 euro le kWh (2008) à 0,0920 euro le kWh en 2009. Selon les derniers chiffres calculés par l'Association européenne de l'énergie éolienne, l'Allemagne devrait maintenir son avance au niveau européen avec une capacité totale installée maximale de 52 000 MW, à l'horizon 2020. La BWE prévoit, quant à elle, que l'énergie éolienne pourrait répondre à 25% de la consommation en électricité de l'Allemagne d'ici 10 ans. Toutefois, BWE tient à préciser que pour atteindre ce niveau de croissance, le réseau électrique allemand devra se moderniser (gestion des flux, de la charge et du transport à haute température) et adopter dans certaines régions des câbles souterrains. Le secteur de l'énergie éolienne emploie environ 100 000 personnes en Allemagne.
A la fin de l'année 2009, 21 164 éoliennes représentant une capacité installée de 25 800 MW, étaient en service sur le sol allemand. L'association allemande de l'énergie éolienne (BWE) a déclaré, l'an dernier, 952 nouvelles turbines, ajoutant une capacité de 1 917 MW au réseau contre 1 665 MW en 2008. Malgré l'augmentation de la capacité éolienne, la production l'an dernier est restée assez décevante par rapport aux années antérieures. La ...

Allemagne ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Éolien ; Éolienne ; Objectif ; Offshore ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire ; Tarif d'achat

... Lire [+]

H

- n° 546

Selon les chiffres de l'Agence danoise de l'énergie, la capacité éolienne terrestre danoise a progressé de 97 MW en 2009, soit la plus forte expansion depuis 2002, tandis que la capacité offshore a augmenté de 237 MW en 2009. Les chiffres montrent que l'énergie éolienne fournit environ 20 % de la consommation totale en électricité au Danemark. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir, afin d'atteindre l'objectif de l'Assocation Danoise pour l'Industrie Eolienne (DWIA). En effet, celle-ci a prévu un objectif de 50 % de la consommation en 2020, ce qui exige un taux de croissance annuel d'environ 160 MW (éolien terrestre). Les éoliennes offshores représentaient en Europe, une capacité de production cumulée de 577 MW pour l'année 2009, et le Danemark a apporté à lui seul 230 MW (source DWIA). Les turbines éoliennes des fabricants Siemens Wind Power et Vestas Wind Systems ont représenté au total 89,5% des nouvelles capacités installées en Europe. A la fin de l'année 2009, le Danemark avait installé un total de 305 turbines éoliennes offshore, trustant la première place en Europe, suivie par le Royaume-Uni avec 287 turbines.
Selon les chiffres de l'Agence danoise de l'énergie, la capacité éolienne terrestre danoise a progressé de 97 MW en 2009, soit la plus forte expansion depuis 2002, tandis que la capacité offshore a augmenté de 237 MW en 2009. Les chiffres montrent que l'énergie éolienne fournit environ 20 % de la consommation totale en électricité au Danemark. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir, afin d'atteindre l'objectif de l'Assocation ...

Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Danemark ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Éolienne ; Objectif ; Offshore ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

H

- n° 715

« En quelques années, la part des dépenses d'énergie dans le logement est passée de 10 % à 15 % pour les ménages les plus modestes », explique le Meeddat. Le gouvernement a annoncé mardi 26 janvier la mise en place d'une nouvelle aide pour aider les familles disposant d'un faible budget à isoler leurs logements et à réduire leur facture énergétique. Selon Valérie Létard, secrétaire d'Etat en charge de la solidarité écologique, cette subvention vise à réhabiliter sur la période 2010-2017 les logements de 300.000 propriétaires occupants en forte situation de précarité énergétique. Les opérations de rénovation devront conduire à des économies d'énergie d'au moins 25 %, avec pour objectif global une réduction des consommations énergétiques d'au moins 30 %. Le mouvement politique Europe écologie, qui estime que le problème touche plus de 3 millions de Français, regrette le manque d'ambition du projet. « Cette aide n'est pas à la hauteur des besoins. Si nous partageons la préoccupation du gouvernement sur cette question essentielle aujourd'hui, force est de constater que le rythme n'est pas le bon. Ce qu'il faut, c'est la rénovation de 300 000 par an ! », commentent dans un communiqué Stéphane Gatignon, Maire de Sevran, Conseiller général de Seine Saint Denis et Hélène Gassin, spécialiste en énergie. Des engagements du Grenelle Environnement : Le Gouvernement répond aux critiques en affirmant appréhender la situation dans toute sa dimension. Afin d'identifier les logements nécessitant une réhabilitation au titre de ce programme, 600 000 logements feront d'abord l'objet d'un repérage préalable. Le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu précise que la moitié d'entre eux seront en milieu rural. Concrètement, l'Etat s'engage à prendre en charge, en partie avec les collectivités locales, les deux tiers du coût des travaux nécessaires pour l'isolation. Le solde restera à la charge du ménage. Le Fonds national d'aide à la rénovation thermique des logements privés, géré par l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) et doté de 1,25 milliard d'euros, avancera directement les sommes aux propriétaires retenus après l'expertise. La lutte contre la précarité énergétique figure parmi les engagements du Grenelle Environnement et en particulier dans la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009, présentée par Jean-Louis Borloo et adoptée par le Parlement. ----- Création d'une subvention pour aider les ménages en situation de précarité énergétique à rénover leur logement Suite aux conclusions du groupe de travail sur la précarité énergétique remises à la secrétaire d'Etat au Développement Durable Valérie Létard au début du mois de janvier, le ministère du développement durable a annoncé aujourd'hui la création d'une aide destinée aux ménages en situation de précarité énergétique pour rénover leur logement. De 300 000 à 500 000 propriétaires occupants modestes pourraient être concernés. Cette nouvelle aide baptisée « Aide de Solidarité Ecologique » remplacera l'actuelle éco-subvention gérée par l'Anah. Elle sera financée par le nouveau ''fonds national d'aide à la rénovation thermique des logements privés ». Ce dernier sera géré par l'Anah et doté pour la période 2010-2017 de 500 millions d'euros dans le cadre du Grand Emprunt et de 150 millions d'euros par les fournisseurs d'énergie par l'intermédiaire des certificats d'économies d'énergie. À ces dotations, s'ajoutent les participations déjà prévues de l'Anah et de l'ADEME à hauteur de 600 M€. Les coûts moyens de rénovation sont estimés entre 8 000 et 12 000 €. Le montant de l'aide va de 500€ + 20% du coût des travaux à 3 000€ + 25% du montant des travaux. Elle est cumulable avec le crédit d'impôt sur les équipements et la part restant à apporter pourra bénéficier d'un eco-prêt à taux zéro. Seul critère à respecter : les opérations de rénovation devront conduire à des économies d'énergie d'au moins 25 %. Avec cette subvention, le ministère espère réhabiliter 300 000 logements sur la période 2010-2017. Afin d'identifier les logements nécessitant une réhabilitation au titre de ce programme, 600 000 logements feront l'objet d'un repérage préalable qui sera organisé localement par les Préfets des départements. Mais pour Europe Ecologie, cette aide est une goutte d'eau dans le désert : ''ce mal touche plus de 3 millions de personnes en France, autant dire que cette aide n'est pas à la hauteur des besoins des Français'', estime Stéphane Gatignon, Maire de Sevran. ''Si nous partageons la préoccupation du gouvernement sur cette question essentielle aujourd'hui, force est de constater que le rythme n'est pas le bon. Ce qu'il faut, c'est la rénovation de 300 000 par an !'', ajoute-t-il.
« En quelques années, la part des dépenses d'énergie dans le logement est passée de 10 % à 15 % pour les ménages les plus modestes », explique le Meeddat. Le gouvernement a annoncé mardi 26 janvier la mise en place d'une nouvelle aide pour aider les familles disposant d'un faible budget à isoler leurs logements et à réduire leur facture énergétique. Selon Valérie Létard, secrétaire d'Etat en charge de la solidarité écologique, cette subvention ...

Aide financière ; Aide sociale ; Amélioration de l'habitat ; ANAH ; Budget ; Collectivité locale ; Copropriété / Propriétaire ; Coût des travaux ; Crédit d'impôt ; Dépense énergétique ; Économie d'énergie ; Fonds social ; Grenelle de l'environnement ; Logement ; Isolant thermique ; Isolation ; Milieu rural ; Particulier / Ménage ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Précarité ; Prêt à Taux Zéro - PTZ ; Recensement / Inventaire ; Rénovation ; Solidarité ; Précarité énergétique

... Lire [+]

V

- n° 438
ISBN 0292-1731

L'Allemagne fixe des prix planchers pour l'achat de l'électricité produite à partir d'énergies renouvelables. Des chercheurs de l'université de KarlsrUhe décryptent ce qu'il en est pour le biogaz.

Allemagne ; Aspect financier ; Bilan ; Biogaz ; Centrale biomasse ; Chiffre clé ; Cogénération ; Coût d'investissement ; Déchet agricole ; Déchet bois ; Réglementation ; Lisier / Excrément animal ; Politique énergétique ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire ; Tarif d'achat ; Technologie ; Recette / Revenu

... Lire [+]

V

- n° 438
ISBN 0292-1731

La fin des premiers contrats d'obligation d'achat démarrés en 1997 lance la filière cogénération sur de nouveaux rails. La rénovation des installations est une des pistes majeures non seulement techniquement grâce aux solutions proposées par les constructeurs, mais également pour bénéficier d'un nouveau contrat. Pour certaines cogénérations, c'est la logique de marché qui sera choisie. Mais toutes seront concernées par des contraintes fiscales et réglementaires, comme la nécessité de soutenir le réseau français. En Europe, au contraire, certains pays sont très ambitieux et un fort potentiel a été identifié. - La cogénération à la croisée des chemins - Le marché sur la pointe des pieds - Solutions techniques pour la rénovation - Cogénération et chaudière bois vont de pair - Des appels d'offres peu engageants - Europe : potentiel de 100 GW en plus - Soutenir le réseau électrique
La fin des premiers contrats d'obligation d'achat démarrés en 1997 lance la filière cogénération sur de nouveaux rails. La rénovation des installations est une des pistes majeures non seulement techniquement grâce aux solutions proposées par les constructeurs, mais également pour bénéficier d'un nouveau contrat. Pour certaines cogénérations, c'est la logique de marché qui sera choisie. Mais toutes seront concernées par des contraintes fiscales ...

Appel d'offre ; Avantage fiscal ; Caractéristique technique ; Cartographie / Atlas ; Chaudière bois ; Chiffre clé ; Cogénération ; Contrat d'achat ; CSPE - Contribution Service PubliC Électricité ; Écotaxe ; Europe ; Fiscalité ; France ; Haute Normandie ; Réglementation ; Marché français ; Obligation d'achat ; Potentiel de développement ; Production de chaleur ; Puissance installée ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Réglementation ; Renforcement du réseau électrique ; Rénovation ; Réseau de chaleur ; Réseau électrique ; Secteur industriel ; Secteur tertiaire ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 707

Face à une spéculation qui s'emballe dans la production d'énergie solaire, l'état a décidé de réagir. Le Ministère de l'Ecologie vient d'annoncer une baisse du prix de rachat par Edf de l'électricité des installations photovoltaïques des bâtiments agricoles et des entrepôts. Une décision dénoncée par les chambres d'agriculture, les panneaux solaires représentant un complément de revenu apprécié dans un secteur en crise. Nombre d'investisseurs avaient flairé la bonne affaire : Edf était tenu d'acheter l'électricité des installations solaires intégrées au bâti à 58 centimes par kilowattheure (KWh) au lieu des 31,4 centimes pour les autres installations. Du coup, les demandes de contrat sont montées en flèche pour finalement exploser, passant de 5.000 par mois mi-2009, à près de 3.000 par jour aujourd'hui. A ce rythme, la France aurait certes disposé d'une puissance de 5 400 mégawatts dès 2010 - soit avec dix ans d'avance sur le calendrier initial ­ mais l'Etat, qui rembourse EDF pour ce tarif aidé, aurait dû débourser 56 milliards d'euros sur 20 ans, soit 2,8 milliards d'euros par an. « Il aurait fallu augmenter de 10% la facture d'électricité des Français », selon le ministère de l'Energie qui a annoncé, mercredi 13 janvier, de nouvelles règles et de nouveaux tarifs plus restrictifs. 8 à 16 centimes de baisse : Seuls les équipements intégrés dans les toitures de logements neufs ou existants et d'établissements de santé ou d'enseignement bâtis depuis au moins deux ans bénéficieront désormais d'un kilowattheure (kWh) à 58 centimes d'euro. Les autres constructions (bureaux, sites industriels ou agricoles, entrepôts...), auront un tarif inférieur : 50 centimes d'euro le kWh s'ils sont anciens, 42 centimes s'ils sont neufs ou incomplètement clos. Objectif : lutter contre les « faux bâtiments » couverts de panneaux photovoltaïques qui se multiplient en France pour profiter du tarif de rachat subventionné de l'électricité solaire. En décembre, un rapport de la Commission de régulation de l'Energie (CRE) dénonçait la construction de bâtiments « inutiles » tels qu'immenses serres vides. Les agriculteurs pénalisés : « Nous nous sommes engagés résolument dans le Grenelle, et atteindre les objectifs de 2020 avec 10 ans d'avance est plutôt bon signe. Je comprends qu'il faille faire le tri entre des projets durables et les projets spéculatifs, mais nous souhaitons d'abord que soient couverts tous les toits de France avant de s'attaquer aux terres dont la planète a besoin pour se nourrir », a commenté Luc Guyau, président des Chambres d'agriculture. La baisse de près de 30 % décidé par l'État concerne en effet plus particulièrement les agriculteurs, les logisticiens et la grande distribution, qui disposaient ainsi d'une source supplémentaire de revenus appréciée. Avec les nouvelles conditions d'achat par Edf, seules les installations « intégrées » sur les bâtis agricoles déjà « existants » bénéficieront d'un tarif réduit à 50 centimes par kilowattheure. Inquiète par les conséquences de celle évolution dans un secteur déjà en crise, les Chambres d'agriculture réclament que les projets d'installations intégrées sur des bâtiments agricoles futurs, dont l'usage professionnel est justifié, puissent aussi bénéficier de ce tarif. « Concernant les installations sur bâti avec intégration simplifiée (42 centimes par kilowattheure) et les installations au sol (31,4 à 37 centimes par kilowattheure), la différence de tarif amènera les porteurs de projet à se diriger préférentiellement sur des centrales aux sols, ajoute les Chambres d'agriculture dans un communiqué. Ceci va complètement à l'encontre des objectifs de préservation du foncier agricole prévus dans la Loi de Modernisation Agricole portée par le Ministre de l'Agriculture ».
Face à une spéculation qui s'emballe dans la production d'énergie solaire, l'état a décidé de réagir. Le Ministère de l'Ecologie vient d'annoncer une baisse du prix de rachat par Edf de l'électricité des installations photovoltaïques des bâtiments agricoles et des entrepôts. Une décision dénoncée par les chambres d'agriculture, les panneaux solaires représentant un complément de revenu apprécié dans un secteur en crise. Nombre d'investisseurs ...

Aspect financier ; Batiment agricole ; Bâtiment industriel ; Bâtiment tertiaire ; Construction ; Contrat d'achat ; EDF ; Établissement de santé ; Établissement scolaire ; Intégration architecturale ; Milieu agricole ; Plate-forme logistique ; Raccordement réseau ; Recensement / Inventaire ; Rénovation ; Solaire photovoltaïque ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 531

Pour le gouvernement d'outre manche, le développement de la production d'électricité d'origine renouvelable dont l'éolien en mer représente une opportunité d'investissement à long terme qui a le potentiel de générer des milliers d'emplois dans tout le Royaume-Uni. Ce "Round 3" vise ainsi à délivrer d'ici 2020, un quart de la production totale d'électricité au Royaume-Uni. Selon l'organisme britannique en charge des énergies renouvelables dans les eaux territoriales britanniques, "toutes les entités ont signé des accords exclusifs concernant leur zone de développement" Les développeurs sélectionnés sont les suivants : 1. "Moray Firth", Moray Renewables Offshore Ltd, qui est à 75% détenue par EDP Renovaveis et 25% par SeaEnergy Renewables - 1.3 GW 2. "Firth of Forth", SeaGreen Wind Energy Ltd, détenue à parts égales par SSE Renewables et Fluor - 3.5 GW 3. "Dogger Bank", le Consortium Forewind détenu à parts égales par chacun des opérateurs : SSE Renewables, RWE Npower Renewables, Statoil and Statkraft ­ 9 GW 4. "Hornsea", un consortium détenu à parts égales : Mainstream Renewable Power, Siemens Project Ventures, Involving Hochtief Construction ­ 4 GW 5. "Norfolk Bank", East Anglia Offshore Wind, détenue à parts égales par Scottish Power Renewables and Vattenfall Vindkraft ­ 7.2 GW 6. "Hastings", Eon Climate and Renewables UK ­ 0.6 GW 7. L'Ouest de l'île de Wight, Eneco New Energy ­ 0.9 GW 8. "Bristol Channel", RWE Npower Renewables, the UK subsidiary of RWE Innogy ­ 1.5 GW 9. "Mer d'Irlande", Centrica Renewable Energy and involving RES Group ­ 4.2 GW On notera l'absence remarquée dans cette liste, des opérateurs énergétiques français comme EDF ou GDF Suez. (Cf. Enerzine.com du 07/01/10)
Pour le gouvernement d'outre manche, le développement de la production d'électricité d'origine renouvelable dont l'éolien en mer représente une opportunité d'investissement à long terme qui a le potentiel de générer des milliers d'emplois dans tout le Royaume-Uni. Ce "Round 3" vise ainsi à délivrer d'ici 2020, un quart de la production totale d'électricité au Royaume-Uni. Selon l'organisme britannique en charge des énergies renouvelables dans ...

Développeur de projet ; Entreprise ; Éolien ; Expertise ; Offshore ; Production d'électricité ; Recensement / Inventaire ; Société / Compagnie

... Lire [+]

V

- n° 437
ISBN 0292-1731

Son insularité, sa population démultipliée en été, ses variations de consommation en fonction du climat et son autonomie législative en matière d'énergie font de l'île de Beauté un cas particulier. Y produire de l'énergie coûte cher et le stockage constitue donc le grand enjeu mais les pouvoirs publics cherchent également des solutions au niveau de la maîtrise de l'énergie. Un programme ambitieux vient notamment d'être rendu public.
Son insularité, sa population démultipliée en été, ses variations de consommation en fonction du climat et son autonomie législative en matière d'énergie font de l'île de Beauté un cas particulier. Y produire de l'énergie coûte cher et le stockage constitue donc le grand enjeu mais les pouvoirs publics cherchent également des solutions au niveau de la maîtrise de l'énergie. Un programme ambitieux vient notamment d'être rendu public.

Barrage hydraulique ; Bâtiment Zéro Énergie ; Biogaz ; Biomasse ; Bois énergie ; Centrale thermique ; Centre sportif ; Chaufferie bois ; Chiffre clé ; Collectivité locale ; Consommation d'énergie ; Corse ; CSPE - Contribution Service PubliC Électricité ; Économie d'énergie ; Éolien ; Établissement scolaire ; Ile ; Parc éolien ; Perspective ; Petite Centrale Hydroélectrique ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Potentiel de développement ; Production d'énergie ; Puissance installée ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Recherche ; Réserve / Ressource energétique ; Site isolé ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Stockage de l'énergie ; Turbine / Génératrice

... Lire [+]

V

- n° 151209

Le Groupe Régional de France Energie Eolienne a également souligné ''les retombées positives pour l'emploi local'' liées à la construction du parc éolien de la commune qui devrait être entré en exploitation. Trois entreprises locales SCREG CTPA, BONMORT INEO et LIBAUD BETON ont ainsi travaillé sur le parc éolien de Saint-Martin-lès-Melle. La Région Poitou-Charentes compte 9 parcs éoliens en fonctionnement : 3 en Charente-Maritime, 3 en Deux-Sèvres, 2 en Charente et 1 en Vienne. L'objectif de la Région est d'atteindre 330 MW l'année prochaine. A l'heure actuelle, plus de 300 MW sont d'ores et déjà autorisés, a précisé France Energie Eolienne.
Le Groupe Régional de France Energie Eolienne a également souligné ''les retombées positives pour l'emploi local'' liées à la construction du parc éolien de la commune qui devrait être entré en exploitation. Trois entreprises locales SCREG CTPA, BONMORT INEO et LIBAUD BETON ont ainsi travaillé sur le parc éolien de Saint-Martin-lès-Melle. La Région Poitou-Charentes compte 9 parcs éoliens en fonctionnement : 3 en Charente-Maritime, 3 en ...

Éolien ; Parc éolien ; Poitou Charentes ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 011209

Depuis 2007, le GERES met en oeuvre une démarche d'animation sur le thème de la petite hydroélectricité en région Provence-Alpes-Côte d'Azur afin de concilier développement des énergies renouvelables, protection des milieux aquatiques et les différents usages de l'eau. Cette mission régionale, « Petite Hydroélectricité et Environnement » dite PHéE, est co-animée par le GERES et la Maison Régionale de l'Eau. Elle a pour ambition d'accompagner le développement et l'optimisation de projets de petite hydroélectricité, en intégrant les conditions de préservation des milieux aquatiques et de production d'énergie sur un pied d'égalité. La mission PHéE donne lieu à la production de différents outils visant à bâtir une culture commune de la petite hydroélectricité en PACA : documents techniques de référence, site internet et événements. Une douzaine de projets sont accompagnés vers l'excellence environnementale chaque année, entraînant une mobilisation permanente des acteurs économiques, réglementaires et institutionnels de la filière. Le projet vise, à terme, à ce que la filière petite hydroélectricité gère en autonomie la gouvernance de ses impacts. http://phee.geres.eu/_site/index.php Trouver une petite centrale hydroélectrique en PACA, bientôt une base de données en ligne : http://phee.geres.eu/_site/bdd.php
Depuis 2007, le GERES met en oeuvre une démarche d'animation sur le thème de la petite hydroélectricité en région Provence-Alpes-Côte d'Azur afin de concilier développement des énergies renouvelables, protection des milieux aquatiques et les différents usages de l'eau. Cette mission régionale, « Petite Hydroélectricité et Environnement » dite PHéE, est co-animée par le GERES et la Maison Régionale de l'Eau. Elle a pour ambition d'accompagner le ...

Animation ; Centre de ressource ; Expertise ; Petite Centrale Hydroélectrique ; Programme de développement ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Site Internet

... Lire [+]

V

- n° 271109

BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un espace communautaire, une salle de spectacles, des espaces verts publics et privés, un centre médico- social, un complexe sportif, une crèche, un café et un restaurant. Pour un coût supérieur de 20% à une construction traditionnelle, l'architecte Bill Dunster a appliqué tous les principes de la construction écologique : économie d'énergie, co-génération, utilisation de matériaux locaux et a intégré les aspects sociaux et les problématiques de transports dans sa réflexion : mixité sociale, commerces de proximité, auto-partage, liaisons par transports en communs, espaces verts favorisant la biodiversité. Résultat : le chauffage y est réduit de 90%, la consommation totale énergétique de 70% et le volume des déchets de 75%. Enfin, plus de la moitié des logements a été réservée à des familles à revenus modestes, selon les voeux de la Fondation Peabody - la plus importante organisation caritative de Londres dédiée à l'habitat et partenaire du projet, selon l'ARENE Ile-de-France1. Si d'autre pays européen sont d'ores et déjà en mesure de présenter des expériences comparables, notamment celles de Vesterbro (Copenhague - Danemark), Fribourg et Kronsberg (Allemagne), ou encore Hammarby (Suède), en France en revanche, les projets commencent seulement à voir le jour. Appel à projets EcoQuartier : A l'occasion de la première conférence nationale sur la Ville durable qui s'est tenue à Paris le 4 novembre 2009, Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont dévoilé les résultats de l'appel à projets EcoQuartier et de la démarche EcoCité. Pour être retenu, le projet devait s'inscrire dans la continuité des projets territoriaux environnants et s'appuyer sur les outils et documents de planification déjà existants (Plan local d'urbanisme, plan d'occupation des sols). Plus largement, le projet devrait démontrer qu'il bénéficiait non seulement au territoire dans lequel il s'inscrit, mais aussi aux territoires limitrophes. Il visait à promouvoir des quartiers ''durables'' caractérisés par : une gestion durable de l'eau, un traitement optimum des déchets, une biodiversité urbaine, l'utilisation de modes de transports « doux » (tramway, vélo...), la production locale d'énergies renouvelables, des formes urbaines denses, une mixité sociale et fonctionnelle et l'utilisation d'éco-matériaux. ''Le palmarès EcoQuartiers met en lumière ces savoirs-faires en matière d'aménagement. On constitue des références qui soutiennent les comparaisons internationales aux côtés des exemples déjà connus, scandinaves, allemands ou anglais notamment'', expliquait Benoist Apparu, lors de la remise des prix. Pas moins de 160 projets d'écoquartiers - pour beaucoup encore à l'état d'idées - ont répondu à l'appel du ministère. 28 ont reçu un prix, toutefois, seuls quelques projets étaient assez avancés pour prétendre au Grand prix. Pourtant les conclusions du Grenelle de l'environnement ont prévu la réalisation « d'une quinzaine de grands projets d'innovation architecturale, sociale et énergétique » et « d'au moins un EcoQuartier avant 2012 dans toutes les collectivités qui ont des programmes de développement de l'habitat significatif ». Des objectifs qui semblent donc difficiles à tenir. Palmares : Le grand prix national des EcoQuartier a été attribué à la ZAC de Bonne à Grenoble. Ce projet, engagé en 2002 par la municipalité sur les 8,5 ha de l'ancienne caserne de Bonne, est exemplaire en matière de haute qualité environnementale. Les logements sont conçus dans le but d'offrir une efficacité énergétique poussée, en visant les niveaux de consommations en énergie finale de 50 kWh/m2/an pour le chauffage. Différentes mesures sont mises en oeuvre pour parvenir à ces objectifs : isolation par l'extérieur et menuiseries très performantes (à lame d'argon), développement d'approches bioclimatiques en ayant recours à des dispositifs passifs limitant les apports solaires en été et les favorisant en hiver : morphologie des passées de toiture, des balcons, serres et loggias, végétalisation des terrasses ou pergolas, mise en oeuvre d'une ventilation double flux avec récupération de chaleur et enfin utilisation d'équipements économes en électricité dans les parties communes. ''Il y a beaucoup d'idées, beaucoup de bonnes pratiques à s'approprier'', avait fait remarquer le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, en ouverture de la Conférence Nationale Ville Durable. Parmi les autres éco-quartiers récompensés par l'appel à projet du Ministère de l'Ecologie, on distingue les projets ruraux de Douzy, Faux la Montagne et Vitteaux, et des petites villes de Châteaurenard et Claye-Souilly, auxquels s'ajoute un palmarès thématique sur l'eau, la biodiversité et la nature en ville, la gestion des déchets, la mobilité, la sobriété énergétique et les énergies renouvelables, les formes et la densité urbaine et l'éco-construction. Citons encore l'exemple du projet d'écoquartier à Faux-la-Montagne (23) porté par les acteurs du territoire du Parc naturel régional Millevaches en Limousin. Cette démarche innovante en plein milieu rural doit permettre de réinventer le « vivre ensemble », puisqu'il prévoit la création de logements, mais aussi des parties communes à l'usage social évident : un verger, un potager et un lieu de compostage. Plus encore, la restauration d'un four à pain qui restera propriété de la commune illustre la démarche innovante de Faux-la-Montagne, qui souhaite mettre en pratique une démarche collective d'auto-construction. Les 7, 8 et 9 décembre prochains s'organisent d'ailleurs avec le Parc naturel régional Oise-Pays de France les rencontres ''Comment accompagner l'émergence d'écoquartiers en milieu rural ?''. La ZAC du Séqué (Bayonne) a reçu quant à elle un prix dans la thématique « déchets ». Ce futur écoQuartier, voulu sur le quartier populaire de Bayonne Nord, aborde l'ensemble de l'éventail des actions préconisées par le Grenelle en matière de déchets à savoir : une action sur les déchets de chantiers : chantier vert imposé par les Cahiers des charges de cessions de terrains (CCCT) et chantier faible nuisance, une action traditionnelle sur la collecte sélective (micro-déchetterie sur le quartier, containers enterrés...) et surtout pour renforcer le pourcentage de valorisation des déchets, une action sur les déchets fermentescibles avec point de collecte des déchets verts et incitation au compostage individuel des déchets verts et enfin une action prévue de sensibilisation des futurs habitants pour agir sur leurs comportements pour réduire les déchets à la source et favoriser le tri sélectif. Si nombre de projets gravitent notamment autour des aspects de vie et d'efficactité énergétique, la multiplicité des concepts d'écoquartiers montre que la définition devra être précisée. Car pour l'instant aucune ''grille d'évaluation'' n'encadre l'appellation. Le risque est donc grand de voir cette appellation employée à tort et à travers ! - Tous les projets : http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=90
BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un ...

Appel à projet ; Aquitaine ; Ecoquartier ; France ; Limousin ; Milieu rural ; Recensement / Inventaire ; Rhône Alpes ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 659

Vingt-huit écoquartiers, 13 intercommunalités engagées dans une démarche d'écocité, hier le secrétaire d'Etat au logement a présenté les résultats de l'appel à projets lancé par le ministère du développement durable pour « mettre en avant le travail des collectivités territoriales et l'excellence des acteurs français de l'aménagement pour créer une ville plus respectueuse de l'environnement ». Cet appel, avait été lancé dans le cadre du plan ville durable figurant parmi les engagements du Grenelle. 13 écocités en contrat avec l'Etat : Le label d'écocité concerne des agglomérations de plus de 100 000 habitants, prévoyant une croissance démographique d'environ 50 000 habitants sur une génération, organisées en intercommunalité et travaillant sur une stratégie de développement urbain durable, avec notamment une « vision du territoire qui présente des enjeux environnementaux, paysagers, économiques, sociaux, institutionnels » et un projet décliné suivant les trois piliers du développement durable. 19 collectivités s'étaient portées candidates, 13 ont été retenues au final(1). Après une phase d'expertise et d'élaboration des projets, les collectivités retenues vont désormais engager une négociation avec l'Etat qui débouchera sur une contractualisation début 2011 portant « sur le projet et ses modalités d'accompagnement ». 28 écoquartiers accompagnés : Par ailleurs, le ministère avait lancé un appel à projets pour la création d'écoquartiers, dans l'intention d'inciter les collectivités locales à engager des développements urbains durable à l'échelle des quartiers. Un quartier durable se caractérise par une gestion durable de l'eau, des déchets, par l'usage de modes de transports doux ou alternatifs à la voiture, par une production locale d'énergies renouvelables, par une mixité des fonctions urbaines et des populations, ainsi que par la densité du bâti et l'utilisation d'éco-matériaux. Pas moins de 28 quartiers ont ainsi été retenus. Le Grand prix national a été attribué à la zone d'aménagement concertée Bonne, à Grenoble. La ville par ailleurs retenue comme écocité, aménage sur le terrain d'une ancienne caserne de 8,5 hectares plus de 850 logements, dont 35 % de logements sociaux, 16 000 m©— de commerces et bureaux, une école élémentaire, un établissement pour personnes âgées dépendantes, un pôle sportif et un nouveau parc urbain de 3, 5 hectares. Là encore, les projets sélectionnés bénéficieront d'un accompagnement de l'Etat 1 : Bordeaux (Plaine de Garonne), Rennes (Quadrant Nord-Est), Strasbourg (Métropole des Deux-Rives), Plaine Commune (communauté d'agglomération du de Seine-Saint-Denis), Montpellier )De Montpellier à la mer), Nantes - St Nazaire (Eco.Métropole), Metz Métropole (EcoCité 128), Clermont-Ferrand (EcoCité Clermont Métropole) Grenoble (Grenoble EcoCité), Marseille (Marseille Euroméditerranée), Nice (EcoCité Nice Côte d'Azur), le Territoire de la Côte Ouest (La Réunion) et la communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette en Moselle (EcoCité Alzette Belval).
Vingt-huit écoquartiers, 13 intercommunalités engagées dans une démarche d'écocité, hier le secrétaire d'Etat au logement a présenté les résultats de l'appel à projets lancé par le ministère du développement durable pour « mettre en avant le travail des collectivités territoriales et l'excellence des acteurs français de l'aménagement pour créer une ville plus respectueuse de l'environnement ». Cet appel, avait été lancé dans le cadre du plan ...

Appel à projet ; Collectivité locale ; Ecoquartier ; France ; Recensement / Inventaire ; Résultat / Conséquence

... Lire [+]

V

- n° 21109

La liste des installations de méthanisation en France est disponible sur Sinoé, base de données de l'Ademe : http://www.sinoe.org/accesThematique.php?ID=29&KEEP=1

Biogaz ; France ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Site Internet ; Usine de méthanisation

... Lire [+]

V

- n° 12
ISBN 1964-9843

"Un lycée de Poitiers inauguré ""premier bâtiment scolaire à énergie positive"", un lycée de Savigny-sur-Orge (91) primé pour son innovation, des collèges et des écoles HQE, dont les toitures rivalisent entre photovoltaïque et végétal... De nombreuses Epl ont préparé une rentrée scolaire pour les nouvelles générations. http://www.servirlepublic.fr"
"Un lycée de Poitiers inauguré ""premier bâtiment scolaire à énergie positive"", un lycée de Savigny-sur-Orge (91) primé pour son innovation, des collèges et des écoles HQE, dont les toitures rivalisent entre photovoltaïque et végétal... De nombreuses Epl ont préparé une rentrée scolaire pour les nouvelles générations. http://www.servirlepublic.fr"

Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Établissement scolaire ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Ile de France ; Label de performance ; Programme de développement ; Poitou Charentes ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Réalisation ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 291
ISBN 0986-2943

Avec seulement une quinzaine de microcentrales turbinant l'eau de ses réseaux d'eau, la France se place, dans ce domaine, loin derrière son voisin suisse. L'une des explications semble être administrative. Tour d'horizon de la situation française : microcentrale de l'Échaillon (38), celle de Valloire (73) qui cependant n'est pas en fonctionnement (les crues de l'été 2008 ont emporté la canalisation)
Avec seulement une quinzaine de microcentrales turbinant l'eau de ses réseaux d'eau, la France se place, dans ce domaine, loin derrière son voisin suisse. L'une des explications semble être administrative. Tour d'horizon de la situation française : microcentrale de l'Échaillon (38), celle de Valloire (73) qui cependant n'est pas en fonctionnement (les crues de l'été 2008 ont emporté la canalisation)

Eau potable ; Eau usée ; Microhydraulique ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Puissance installée ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Réseau d'eau ; Rhône Alpes ; Suisse ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Recensement / Inventaire [493]

France [186]

Chiffre clé [158]

Réalisation [147]

Puissance installée [126]

Solaire photovoltaïque [120]

Bois énergie [89]

Éolien [80]

Solaire thermique [80]

Europe [75]

Généralité énergie renouvelable [74]

Collectivité locale [66]

Energie hydraulique [63]

Rhône Alpes [62]

Politique énergétique [59]

Production d'électricité [58]

Aide financière [56]

Bilan [56]

Chaufferie bois [56]

Coût d'investissement [56]

Programme de développement [55]

Marché français [51]

Bâtiment [49]

Biogaz [47]

Entreprise [47]

Ile de France [47]

Géothermie [46]

Logement [45]

Cartographie / Atlas [44]

Consommation d'énergie [44]

Réseau de chaleur [44]

Biomasse [42]

Chauffe eau solaire [42]

Électricité renouvelable [42]

Chaudière bois [41]

Emploi [41]

International [41]

Petite Centrale Hydroélectrique [41]

Allemagne [40]

Fournisseur / Distributeur [40]

Organisme [40]

Déchet [39]

Surface installée [39]

Secteur résidentiel [37]

Chauffage bois [36]

Potentiel de développement [36]

Tarif d'achat [36]

Région [35]

Formation [34]

Pompe à chaleur [34]

Impact environnemental [33]

Objectif [33]

Économie d'énergie [32]

Milieu agricole [32]

Rénovation [32]

Languedoc Roussillon [31]

Réglementation [31]

Particulier / Ménage [30]

Professionnel [30]

Site Internet [30]

Crédit d'impôt [29]

Étude [29]

Production d'énergie [29]

Projet [29]

Bois déchiqueté / Plaquette [28]

Généralité énergie [28]

Granulé bois [28]

Industrie [27]

Recherche [27]

Système solaire combiné [27]

Transport [27]

Aspect historique [26]

Cogénération [26]

Provence Alpes Côte d'Azur [26]

Développement durable [25]

Installateur [25]

Maintenance / Entretien [25]

Chauffe Eau Solaire Individuel [24]

Perspective [24]

Budget [23]

Chauffage [23]

Énergie solaire [23]

Installation [23]

Midi Pyrénées [23]

Schéma de principe [23]

Association [22]

Biocarburant [22]

Bretagne [22]

Donnée économique [22]

Établissement scolaire [22]

Fabricant [22]

Franche Comté [22]

Parc éolien [22]

Appareil de chauffage [21]

Démarche administrative [21]

Grenelle de l'environnement [21]

Production de chaleur [21]

Secteur industriel [21]

Bilan énergétique [20]

Charte qualité [20]

Performance énergétique [20]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z