F Nous contacter

0

Documents  Ratio énergétique | enregistrements trouvés : 172

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 15
ISBN 1968-2344

À l'instar des logements et des bâtiments de l'État, les immeubles de bureaux prennent de la couleur...verte. Également concerné par le Grenelle de l'environnement, le parc tertiaire privé met l'éco-construction et l'efficacité énergétique au coeur de ses préoccupations.

Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bâtiment tertiaire ; Bureautique ; Certification ; Chauffage ; Chiffre clé ; Climatisation / Rafraîchissement ; Consommation d'énergie ; Construction écologique ; Construction ; Éclairage ; Efficacité énergétique ; Ossature Bois ; Établissement de restauration ; Grenelle de l'environnement ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Ile de France ; Norme ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Rénovation ; Surface au sol ; Ventilation

... Lire [+]

V

- n° 919
ISBN 1267-0545

Le Grenelle de l'environnement a fixé un objectif en plafonnand à 50 kWh/m2.an, le plafond de consommation des bâtiments neufs. Un rapport parlementaire, présenté le 3 décembre 2009 précise les possibilités de modulation du plafond de consommation d'énergie afin que les bâtiments neufs n'émettent pas plus de 5 kg de CO2/m2.an. Le rapport : http://www.senat.fr/noticerap/2009/r09-135-notice.html http://www.senat.fr/rap/r09-135/r09-1351.pdf
Le Grenelle de l'environnement a fixé un objectif en plafonnand à 50 kWh/m2.an, le plafond de consommation des bâtiments neufs. Un rapport parlementaire, présenté le 3 décembre 2009 précise les possibilités de modulation du plafond de consommation d'énergie afin que les bâtiments neufs n'émettent pas plus de 5 kg de CO2/m2.an. Le rapport : http://www.senat.fr/noticerap/2009/r09-135-notice.html http://www.senat.fr/rap/r09-135/r09-1351.pdf

Bâtiment ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation d'énergie ; Construction ; Zone climatique ; Grenelle de l'environnement ; Logement ; Objectif ; Parlement européen ; Politique énergétique ; Rapport ; Ratio énergétique

... Lire [+]

V

- n° 081209

L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifique et technique (OPECST) a été chargé d'examiner les questions relatives à la mise en oeuvre de la nouvelle réglementation thermique des bâtiments fixée par la loi Grenelle du 3 août 2009. Celle-ci fixe un plafond global de 50 kWh par mètres carrés et par an en énergie primaire, pour la consommation d'énergie des bâtiments sur cinq usages : le chauffage, l'eau chaude, la ventilation, la climatisation, l'éclairage. La loi mentionne que cette modulation doit se faire en fonction de la localisation, des caractéristiques et de l'usage des bâtiments, mais aussi en vue d'encourager la diminution des émissions de gaz à effet de serre générées par l'énergie utilisée. L'OPCEST était chargé de proposer ''un niveau pertinent de modulation'' pour la future RT 2012. Les députés Christian Bataille et Claude Birraux ont présenté leur rapport jeudi 3 décembre. Les groupes de travail chargés de définir la future réglementation devraient rendre leurs conclusions courant 2010. Le principe des cinq usages réaffirmé et la production d'électricité exclue : Les députés Bataille et Birraux ont tout d'abord souhaité réaffirmer le principe de calcul sur cinq usages minimum de la consommation d'énergie dans le bâtiment. ''C'est une tendance lourde de l'évolution de la réglementation de prendre en compte un nombre croissant d'usages : en 1988, elle ne prenait en compte que le chauffage, l'eau chaude et les auxiliaires ; en 2000, elle a intégré l'éclairage ; en 2005, la climatisation''. Les rapporteurs soulignent d'ailleurs que la réglementation devra progressivement prendre en compte d'autres usages, comme les appareils électroniques, comme l'applique déjà le label allemand Passivhauss. Les députés excluent la production d'électricité domestique d'origine renouvelable dans le calcul de la consommation énergétique. Selon eux, ''tout cela n'a que peu de chose à voir avec la performance thermique du bâtiment qui sert de support aux panneaux photovoltaïques. (...) De ce point de vue, les seules énergies renouvelables qui comptent sont celles qui contribuent à la production de chauffage ou d'eau chaude sanitaire''. Localisation, taille et confort d'été : Quant à la modulation en fonction de la localisation, les rapporteurs préconisent de reprendre les coefficients de correction définis par le label Effinergie, qui se base sur les trois zones climatiques définies par la réglementation (de la zone H1, départements les plus froids à la zone H3, départements du sud méditerranéen) corrigées par trois coefficients prenant en compte l'altitude. Les députés Bataille et Birraux soulignent que quelques ajustements seront nécessaires, comme redécouper ''à la marge les zones climatiques du Nord-Est de la France en créant une zone limitrophe sur le Rhin à 70 kWh''. Outre la prise en compte des différences climatiques relatives à l'hiver et aux besoins de chauffage, ''la nouvelle réglementation thermique doit également prévoir l'existence obligatoire de l'un ou l'autre systèmes de climatisation active, dans tous les bâtiments effectivement occupés au coeur de l'été'', note le rapport. Le branchement de l'aération sur un puits canadien, le recours à une pompe à chaleur fonctionnant aussi en réfrigérateur ou la mise en route d'un équipement spécifique de climatisation doivent être considérés dans les calculs selon les députés. La taille du logement doit également être un critère de calcul : ''nos auditions ont permis de constater un consensus sur les difficultés particulières qu'auront les logements de petite surface à respecter une réglementation thermique plus contraignante. (...) L'idée de définir une valeur pivot, centrée sur la surface moyenne des logements, autour de laquelle une correction symétrique serait opérée selon une pente raisonnable, paraît judicieuse''. Un principe déjà mis en oeuvre par la réglementation thermique allemande. Pas de seuil pour le tertiaire mais un plafond : Pour le tertiaire, alors que le Grenelle prévoit que le seuil de 50 kWh/m2.an soit obligatoire à compter de fin 2010, les députés proposent de ne pas fixer de plafond de consommation, mais plutôt des normes d'isolation et d'imperméabilité, complétées par une recherche de performance effective. Ils soulignent la nécessité de prendre en compte dans les calculs la destination du bâtiment, c'est-à-dire l'activité qu'il héberge et pour lequel il a été spécialement adapté. Le dispositif devrait être accompagné d'un système de mesure performant et de l'obligation de doter chaque bâtiment tertiaire d'un responsable énergie. Enfin, selon le rapport, chaque bâtiment devra faire publicité de ses performances sur place et sur un site Internet officiel. Le coefficient de conversion de l'électricité conservé : Les députés étaient également chargés d'examiner les questions relatives au coefficient de conversion d'énergie finale en énergie primaire, qui rend compte de la quantité d'énergie primaire utilisée pour produire un kilowatt heure d'électricité consommée. Ce coefficient ''joue un rôle crucial dans les choix d'équipements pour les bâtiments dès lors que la norme thermique, évaluée en énergie primaire, n'est plus différenciée en fonction des filières, comme c'était le cas jusqu'à ce que l'article 4 de la loi du 3 août 2009 en décide autrement'', précisent les rapporteurs. Aujourd'hui, la réglementation retient pour l'électricité un coefficient de 2,58 tandis que les énergies consommées directement sur place, principalement dans des chaudières ou des chauffe-eau, bénéficient d'un coefficient de conversion égal à 1. Selon les rapporteurs, l'utilisation d'un chauffe-eau électrique par un foyer de 4 personnes suffit à dépasser le seuil de 50 kWh/m2.an. Une réalité qui devrait permettre de limiter le développement des modes de chauffage par effet Joule, qui équipent aujourd'hui près des deux tiers des logements neufs. Christian Bataille et Claude Birraux jugent ce coefficient arbitraire et imparfait mais n'ont pas souhaité le modifier alors qu'EDF demandait qu'il soit temporairement ramené à 1 pour le chauffage de l'eau chaude sanitaire par l'électricité et que l'association Négawatt, au contraire, demandait qu'il soit augmenté.
L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifique et technique (OPECST) a été chargé d'examiner les questions relatives à la mise en oeuvre de la nouvelle réglementation thermique des bâtiments fixée par la loi Grenelle du 3 août 2009. Celle-ci fixe un plafond global de 50 kWh par mètres carrés et par an en énergie primaire, pour la consommation d'énergie des bâtiments sur cinq usages : le chauffage, l'eau chaude, la ventilation, la ...

Bâtiment ; Bâtiment tertiaire ; Chauffage électrique ; Consommation d'énergie ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Électricité ; Rapport ; Ratio énergétique ; Réglementation thermique

... Lire [+]

V

- n° 682
ISBN 0399-9874

Entièrement réalisée par des Éco-Artisans, cette maison à ossature bois de 117 m2 ne consommera qu'environ 56 kWh/m2.an. Isolation renforcée, chaudière gaz à condensation, production d'eau chaude solaire, plancher chauffant en tubes de cuivre et VMC double flux ont contribué à ce résultat, mais aussi... une bonne dose d'astuce !

Chauffe eau solaire ; Consommation d'énergie ; Entreprise artisanale ; Ossature Bois ; Isolant thermique ; Performance énergétique ; Plancher chauffant ; Puits canadien ; Ratio énergétique ; Ventilation double flux

... Lire [+]

H

- n° 17

À un an de son entrée en vigueur pour les bâtisseurs tertiaires et les logements Anru (01 janvier 2011) et à trois semaines de se généraliser à l'ensemble des bâtiments (1er janvier 2013), l'élaboration de la réglementation thermique (RT 2012) avance à grand pas. Elle comporte 3 exigences "globales". La première portera sur l'efficacité énergétique du bâti, la deuxième portera sur une consommation maximale d'énergie primaire, exprimée en kWh/m2.an et la troisième portera sur le respect d'une température de confort.
À un an de son entrée en vigueur pour les bâtisseurs tertiaires et les logements Anru (01 janvier 2011) et à trois semaines de se généraliser à l'ensemble des bâtiments (1er janvier 2013), l'élaboration de la réglementation thermique (RT 2012) avance à grand pas. Elle comporte 3 exigences "globales". La première portera sur l'efficacité énergétique du bâti, la deuxième portera sur une consommation maximale d'énergie primaire, exprimée en ...

Bâtiment ; Bâtiment tertiaire ; Besoin énergétique ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; Confort thermique ; Consommation d'énergie ; COP - Coefficient de Performance ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Éclairage ; Efficacité énergétique ; Énergie primaire ; Logement ; Objectif ; Permis de construire ; Pont thermique ; Projet ; Ratio énergétique ; Réglementation thermique ; Perméabilité à l'air

... Lire [+]

V

- n° 729
ISBN 0750-1552

Largement majoritaires dans le parc d'établissements en usage, les collèges et lycées des années 60 à 80 sont aussi de gros consommateurs d'énergie. Comment aborder leur rénovation pour atteindre le niveau de la réglementation thermique dans l'existant, voire le niveau bâtiment basse consommation ? Ce travail pose des scenarii d'approche et fournit des simulations de résultats.

Appareil électrique ; Bilan énergétique ; Bureautique ; Caractéristique technique ; Chauffage ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Éclairage ; Économie d'énergie ; Établissement scolaire ; Puissance ; Ratio énergétique ; Rénovation ; Veille

... Lire [+]

V

- n° 728
ISBN 0750-1552

Le décret du 29 septembre dernier et son arrêté d'application parus le même jour fixent le niveau HPE Rénovation à 150 kWhep/m2.an, et le niveau BBC Rénovation à 80 kWhep/m2.an. Les labels portent sur les cinq usages énergétiques traditionnels : chauffage, refroidissement, ECS, éclairage, auxiliaires. L'annexe 1 complète les articles 2 et 3 par les modalités de contrôle à réaliser lors des études et du chantier. À partir du 1er octobre 2010, cette certification sera délivrée par un organisme "cofraqué". http://www.cofrac.fr/
Le décret du 29 septembre dernier et son arrêté d'application parus le même jour fixent le niveau HPE Rénovation à 150 kWhep/m2.an, et le niveau BBC Rénovation à 80 kWhep/m2.an. Les labels portent sur les cinq usages énergétiques traditionnels : chauffage, refroidissement, ECS, éclairage, auxiliaires. L'annexe 1 complète les articles 2 et 3 par les modalités de contrôle à réaliser lors des études et du chantier. À partir du 1er octobre 2010, ...

Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Certification ; Consommation d'énergie ; Décret ; HPE Énergies renouvelables ; Réglementation ; Organisme ; Ratio énergétique ; Réglementation ; Rénovation ; Texte législatif

... Lire [+]

V

- n° 655

"Lancé il y a un an par Bouygues Immobilier en partenariat avec les entreprises Lexmark, Philips, Schneider Electric, Siemens, Sodexo, Steelcase et Tandberg, le groupement d'intérêt économique (GIE) « Enjeu énergie positive » a présenté jeudi 29 octobre les résultats de ses réflexions sur la consommation énergétique des bureaux. Premier constat, le comportement des occupants est responsable d'une perte d'efficacité énergétique comprise entre 10 et 20 %. Pour atteindre l'objectif de 50kWh/m2.an des Bâtiments Basse Consommation (BBC), il est donc indispensable de concevoir les immeubles en étroite association avec l'exploitant et les prestataires de service, mais également avec les futurs utilisateurs. Le GIE préconise également la mise en place d'outils de suivi de la performance énergétique en faisant appel à un bureau d'études énergétiques voire en créant une fonction de Responsable énergie et environnement au sein des entreprises. Objectif : favoriser la mise en oeuvre de ""baux verts"" et de contrats de garantie de performance énergétique. Une analyse poste par poste : Les membres du GIE ont analysé plus spécifiquement les principaux postes de consommation énergétique des immeubles de bureaux. L'éclairage qui représente jusqu'à 35 % de la consommation d'électricité dans un bâtiment tertiaire est le premier visé. Une généralisation des éclairages LED, associée à des dispositifs de pilotage par détection de présence et de régulation de la lumière naturelle, permettrait selon le groupement de diviser le coût énergétique de ce poste par quatre. Constatant l'absence d'outils fiables pour évaluer la consommation de la bureautique (15 à 20 % des dépenses globales) le GIE a par ailleurs élaboré un simulateur baptisé ConsoTIC capable d'établir un diagnostic des gaspillages pour réduire la facture associée de moitié. Enfin, l'optimisation des infrastructures, du matériel et des pratiques d'exploitation en restauration collective pourrait selon le GIE réduire de 35 % les besoins en énergie de ce poste, responsable selon les cas de 10 à 40 % de la consommation d'un bâtiment. Deux nouveaux partenaires de taille : La présentation des résultats de cette première année de réflexions était également l'occasion pour les membres du GIE d'annoncer l'arrivée de deux nouveaux membres en 2010, et pas des moindres. Dès le mois de janvier, le n°1 mondial des semi-conducteurs Intel, et Tenesol, la filiale commune des groupes Total et EDF spécialisée dans les systèmes photovoltaïques viendront rejoindre l'initiative. Fort de ces nouvelles compétences, le GIE se penchera sur cinq nouveaux thèmes : l'intégration du photovoltaïque, la santé, le confort et la qualité des immeubles, l'empreinte carbone en phase d'exploitation, la mobilité verte et la convergence des réseaux. "
"Lancé il y a un an par Bouygues Immobilier en partenariat avec les entreprises Lexmark, Philips, Schneider Electric, Siemens, Sodexo, Steelcase et Tandberg, le groupement d'intérêt économique (GIE) « Enjeu énergie positive » a présenté jeudi 29 octobre les résultats de ses réflexions sur la consommation énergétique des bureaux. Premier constat, le comportement des occupants est responsable d'une perte d'efficacité énergétique comprise entre 10 ...

Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bâtiment tertiaire ; Bureautique ; Consommation d'énergie ; Diagnostic ; Éclairage ; Performance énergétique ; Ratio énergétique

... Lire [+]

LA NOUVELLE VIE AUCHAN | PLEIN SOLEIL 1/10/09

Article

XXXXX

V

- n° 23
ISBN 1769-3861

Le groupe international de distribution Auchan a récemment inauguré un centre commercial nouvelle génération à Blois Vineuil (41), engagé dans une démarche de Haute Qualité Environnementale. Il conjugue éco-construction et gestion des énergies : utilisation de matériaux naturels pour la construction, optimisation de la lumière naturelle, 900 m2 de panneaux photovoltaïques et 70 m2 de capteurs thermiques. L'ensemble de ces mesures permet d'envisager concrètement une économie de 50% de la consommation énergétique par rapport à l'ancien hypermarché.
Le groupe international de distribution Auchan a récemment inauguré un centre commercial nouvelle génération à Blois Vineuil (41), engagé dans une démarche de Haute Qualité Environnementale. Il conjugue éco-construction et gestion des énergies : utilisation de matériaux naturels pour la construction, optimisation de la lumière naturelle, 900 m2 de panneaux photovoltaïques et 70 m2 de capteurs thermiques. L'ensemble de ces mesures permet ...

Centrale photovoltaïque ; Centre ; Commerce / Magasin ; Consommation d'énergie ; Construction écologique ; Éclairage naturel ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Matériau sain ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 726
ISBN 0750-1552

Ce mois de septembre ouvre à Poitiers (86) le premier lycée Kyoto de France. La construction de cet établissement scolaire passif montre les efforts pour parvenir à ce résultat : bâti très isolé, recours aux énergies renouvelables, récupération d'énergie. Cet établissement scolaire passif associe un bâti très peu déperditif (27 kWh/m2.an) et des solutions thermiques originales : un stockage de 1 000 m3 d'eau réchauffée par le réseau de chaleur alimenté par l'incinération d'ordures ménagères tout proche et une cogénération alimentée en huile végétale. La toiture du bâtiment principal est couverte de 860 m2 de capteurs photovoltaïques.
Ce mois de septembre ouvre à Poitiers (86) le premier lycée Kyoto de France. La construction de cet établissement scolaire passif montre les efforts pour parvenir à ce résultat : bâti très isolé, recours aux énergies renouvelables, récupération d'énergie. Cet établissement scolaire passif associe un bâti très peu déperditif (27 kWh/m2.an) et des solutions thermiques originales : un stockage de 1 000 m3 d'eau réchauffée par le réseau de chaleur ...

Architecture bioclimatique ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Chaudière à huile ; Cogénération biomasse ; Consommation d'énergie ; Construction écologique ; Ossature Bois ; Établissement scolaire ; Huile végétale ; Incinération ; Isolation ; Performance énergétique ; Poitou Charentes ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Réseau de chaleur ; Solaire photovoltaïque ; Stockage de chaleur

... Lire [+]

V

- n° 726
ISBN 0750-1552

Comment adapter l'ex-tour UAP de La Défense, construite au début des années 70, aux nouvelles demandes des entreprises ? C'est le principal défi du bureau d'études Iosis qui a mis en oeuvre les techniques d'enveloppe et a choisi d'exploiter quatre sources d'énergie.

Architecture bioclimatique ; Bâtiment tertiaire ; Climatisation / Rafraîchissement ; Consommation d'énergie ; Ile de France ; Pompe à chaleur ; Pont thermique ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Rénovation ; Réseau de chaleur ; Tour

... Lire [+]

V

- n° 164
ISBN 1148-554X

La communauté de communes du Pays des Herbiers (85) vient de construire une habitation "à énergie positive". Pour limiter son impact environnemental, cette maison est "écoconçue" : analyse du cycle de vie de chaque matériau, choisi parmi les plus sains. Les menuiseries sont en bois et les isolants issus de la filière végétale ou composés de matériaux recyclés. Les besoins de chauffage ont été limités à environ 11 kWh/m2.an. Ainsi la maison sera chauffée "naturellement" grâce aux 29 m2 de baies vitrées orientées sud. Un poêle à granulés bois servira de chauffage d'appoint lors des périodes les plus froides. L'eau chaude sanitaire sera fournie par 4 m2 de capteurs solaires. 36m2 de panneaux photovoltaiques équipe également la maison. http://www.cc-paysdesherbiers.fr/index.jsp?id=234&key=S9L12R13R24R27R195R241P234&xsl=templates/page_contenu_dvp_durable.xsl"
La communauté de communes du Pays des Herbiers (85) vient de construire une habitation "à énergie positive". Pour limiter son impact environnemental, cette maison est "écoconçue" : analyse du cycle de vie de chaque matériau, choisi parmi les plus sains. Les menuiseries sont en bois et les isolants issus de la filière végétale ou composés de matériaux recyclés. Les besoins de chauffage ont été limités à environ 11 kWh/m2.an. Ainsi la maison sera ...

Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Besoin énergétique ; Bilan énergétique ; Chauffage ; Chauffe eau solaire ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Coût d'investissement ; Éclairage ; Énergie finale ; Énergie primaire ; Étanchéité ; Expérimentation ; Fibre végétale ; Isolant thermique ; Maison individuelle ; Matériau sain ; Pays de la Loire ; Poêle à bois ; Pompe à chaleur ; Production d'électricité ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Solaire passif ; Solaire photovoltaïque ; Suivi ; Ventilation

... Lire [+]

V

- n° 164
ISBN 1148-554X

Dans le cadre du Prébat, l'ADEME a ouvert depuis le 31 août des appels à candidature pour des projets visant à mettre sur le marché, d'ici trois à quatre ans, une offre innovante de solutions d'équipement d'eau chaude sanitaire pour les logements collectifs et individuels. La date de clôture est le 30 novembre 2009 et le cahier des charges est disponible sur www.ademe.fr

ADEME ; Appel à projet ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Efficacité énergétique ; Logement ; Innovation ; Objectif ; Perspective ; Programme d'action ; Ratio énergétique

... Lire [+]

V

- n° 432

L'architecture se décompose en une dizaine de volumes épurés : 7 sont bâtis rue de l'Avenir et 3 autres en coeur d'îlot. Les hauteurs ne dépassent pas 5 niveaux pour les immeubles et 1er étage pour les maisons individuelles. Le tout est relié par des escaliers, des coursives extérieurs et des jardins privatifs. Les bâtiments implantés selon une orientation Nord-Sud sont tous traversants et offrent un ensoleillement permanent ainsi qu'un confort d'hiver par de grandes baies vitrées. Des volets coulissants permettent d'ouvrir et de fermer complètement les balcons et les loggias et apportent un véritable confort d'été. Les logements seront alimentés en chauffage et eau chaude sanitaire par une chaufferie bi-énergie bois et gaz réalisée pour l'ensemble de l'écoquartier afin de garantir l'obtention du niveau Bâtiment Basse Consommation 2005 grâce à une consommation de 65 KWh/m©—/an après application du coefficient de pondération lié à la zone géographique. Ecoquartier Hoche : 52 logements dont 9 maisons : Les toitures des bâtiments les plus bas seront végétalisées sur les logements et un mur végétalisé accompagnera l'espace paysager du bassin de rétention des eaux de pluies. Afin de récupérer les eaux de pluies pour l'arrosage de la végétation et le nettoyage des espaces extérieurs, une noue paysagère sera installée dans les jardins en coeur d'îlot. Fiche technique : Aménageur : Etablissement Public d'Aménagement Seine-Arche (EPASA) Opérateur : ICF La Sablière Architecte : Agence Colboc et Franzen Surface : 3800 m2 Programme : 52 logements sociaux dont 9 maisons de ville Démarrage : second semestre 2010 Livraison : 1er semestre 2012 L'Etablissement Public d'Aménagement Seine-Arche a reçu le 1er prix du Grand prix de l'environnement 2009 dans la catégorie urbanisme, patrimoine et développement durable récompensant ses engagements pour le quartier Hoche en bord de Seine. Il aménage un territoire de 120 hectares situé entre la Seine et l'Arche de la Défense sur la Ville de Nanterre.
L'architecture se décompose en une dizaine de volumes épurés : 7 sont bâtis rue de l'Avenir et 3 autres en coeur d'îlot. Les hauteurs ne dépassent pas 5 niveaux pour les immeubles et 1er étage pour les maisons individuelles. Le tout est relié par des escaliers, des coursives extérieurs et des jardins privatifs. Les bâtiments implantés selon une orientation Nord-Sud sont tous traversants et offrent un ensoleillement permanent ainsi qu'un confort ...

Architecture bioclimatique ; Bailleur social ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Chaufferie bois ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Ecoquartier ; Ile de France ; Logement collectif ; Maison individuelle ; Ratio énergétique ; Toiture ; Végétalisation

... Lire [+]

V

- n° 12
ISBN 1968-2344

Le 70è congrès de l'Union sociale pour l'habitat à Toulouse est l'occasion de faire le point sur la politique de développement durable du Mouvement HLM, largement précurseur en la matière, et qui a inscrit cette ambition au rang de ses engagements fondamentaux.

Aide financière ; Aspect financier ; Chiffre clé ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Collectivité locale ; Conférence / Colloque ; Construction ; Coût d'investissement ; Développement durable ; Économie d'énergie ; Emprunt bancaire ; Étiquette énergie ; Financement ; Fonds chaleur ; Fonds Européen Développement Régional - Feder ; France ; Logement social ; Objectif ; Performance énergétique ; Programme de développement ; Plan Climat ; Ratio énergétique ; Recensement / Inventaire ; Région ; Rénovation ; Secteur résidentiel ; Taxe foncière

... Lire [+]

V

- n° 418

Près de deux ans après la cloture des tables rondes, le projet de Loi Grenelle I a été adopté par le Parlement à une quasi -unanimité : seuls les Verts et les Communistes se sont abstenus. Le texte instaure notamment des mesures en faveur de la rénovation thermique des bâtiments, du développement des énergies renouvelables et des transports alternatifs à la route, la création de la trame verte et bleue, la réduction de moitié des pesticides en 10 ans sous réserve de l'existence de techniques alternatives, et un régime de partenaires environnementaux pour les organisations environnementales expertes et représentatives. Il définit des grands objectifs, qui seront mis en oeuvre dans la loi Grenelle II : la réduction par 4 des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, une part de 23% d'énergies renouvelables dans le bouquet énergétique en 2020, ainsi que la réduction de la consommation thermique des bâtiments (50 KWh/m©— pour la consommation énergétique des constructions neuves et 80 KWh/m©— pour les bâtiments rénovés en 2012). Ce dernier objectif a toutefois été assoupli par rapport aux préconisations initiales, en permettant une dérogation pour l'énergie peu émettrice de CO2, à savoir le nucléaire. Le gouvernement attend de ces mesures qu'elles participent à la création de 600 000 emplois sur la période 2009-2020. Le projet de loi Grenelle II sera quant à lui examiné à la rentrée.
Près de deux ans après la cloture des tables rondes, le projet de Loi Grenelle I a été adopté par le Parlement à une quasi -unanimité : seuls les Verts et les Communistes se sont abstenus. Le texte instaure notamment des mesures en faveur de la rénovation thermique des bâtiments, du développement des énergies renouvelables et des transports alternatifs à la route, la création de la trame verte et bleue, la réduction de moitié des pesticides en ...

Bâtiment ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Emploi ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; Objectif ; Programme de développement ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Rénovation ; Texte législatif ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 429
ISBN 0292-1731

Alors que le cadre réglementaire se fait de plus en plus contraignant, les concepteurs de bâtiments neufs se préparent et s'impliquent. Des technologies existent déjà mais des améliorations peuvent encore intervenir et de nombreuses recherches sont en cours. Des bâtiments basse consommation voire à énergie positive commencent par ailleurs à sortir de terre.

Bâtiment ; Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bourgogne ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation d'énergie ; Construction ; Grenelle de l'environnement ; Ile de France ; Lotissement ; Minergie ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Réglementation ; Réglementation thermique ; Tour

... Lire [+]

V

- n° 22
ISBN 1769-3861

Point sur les conditions d'éligibilité du Fonds Chaleur. Deux familles prioritaires de maîtres d'ouvrage sont clairement identifiées: le logement collectif, le tertiaire et activités agricoles. Le Fonds Chaleur est calculé également sur trois zones : Nord, Sud et Méditerranée (Corse comprise). Pour chacune de ces trois zones, un niveau plancher de productivité solaire utile a donc été mis en place à savoir 350, 400 et 450 kWh/m2 par an respectivement pour le Nord, Sud et Méditerranée.
Point sur les conditions d'éligibilité du Fonds Chaleur. Deux familles prioritaires de maîtres d'ouvrage sont clairement identifiées: le logement collectif, le tertiaire et activités agricoles. Le Fonds Chaleur est calculé également sur trois zones : Nord, Sud et Méditerranée (Corse comprise). Pour chacune de ces trois zones, un niveau plancher de productivité solaire utile a donc été mis en place à savoir 350, 400 et 450 kWh/m2 par an ...

Batiment agricole ; Bâtiment tertiaire ; Éligibilité ; Établissement de restauration ; Établissement de santé ; Fonds chaleur ; France ; Fromagerie ; Hôtel / Gite rural ; Logement collectif ; Maison de retraite ; Maître d'ouvrage ; Production de chaleur ; Ratio énergétique ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 1678
ISBN 1163-2720

L'association Prioriterre, qui délivre le label suisse Minergie en France, s'est installée en mai dans la Maison pour la planète, à Methey (74). La municipalité est propriétaire de ce bâtiment tertiaire à énergie positive en ossature bois, surisolé. http://www.maisonpourlaplanete.fr

Association ; Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Bâtiment tertiaire ; Consommation d'énergie ; Éclairage ; Ossature Bois ; Isolation ; Matériau sain ; Minergie ; Pompe à chaleur ; Ratio énergétique ; Réalisation ; Récupération de l'eau ; Rhône Alpes ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Ventilation double flux

... Lire [+]

V

- n° 380

"Avec 18 millions de m2, les universités représentent le tiers des bâtiments publics en France. Au niveau national, la moyenne de la consommation énergétique est de 300 kWh.EP/m2.an, et de 31 kg.CO2/m2.an. Ce ratio comprend le patrimoine immobilier universitaire français et celui de 13 grandes écoles. Ratios énergie des bâtiments universitaire par région. la Corse, le Limousin et la Picardie n'ont pas fourni de données suffisantes. (cliquer sur l'image pour une meilleure définition) Moyenne régionale des consommation d'énergie : Cette carte s'accompagne d'un outil de pilotage baptisé ""StratEnergieCO2"", module de planification de l'amélioration des performances énergétiques des universités. Il permet d'évaluer les économies d'énergie en fonction de plusieurs scénarios d'investissement. Le projet de cartographie Energie-CO2 a associé également l'Association des responsables immobiliers universitaires (ARTIES), l'ADEME, les universités pilotes J. Fourier (Grenoble), Versailles St-Quentin et Angers, ainsi que la Direction générale de l'Enseignement Supérieur. "
"Avec 18 millions de m2, les universités représentent le tiers des bâtiments publics en France. Au niveau national, la moyenne de la consommation énergétique est de 300 kWh.EP/m2.an, et de 31 kg.CO2/m2.an. Ce ratio comprend le patrimoine immobilier universitaire français et celui de 13 grandes écoles. Ratios énergie des bâtiments universitaire par région. la Corse, le Limousin et la Picardie n'ont pas fourni de données suffisantes. (cliquer sur ...

Bâtiment ; Cartographie / Atlas ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Établissement scolaire ; Étude ; Ratio énergétique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Ratio énergétique [172]

Consommation d'énergie [139]

Logement [63]

Réalisation [59]

Bâtiment Basse Consommation - BBC [57]

Bâtiment [46]

Chauffage [44]

Chiffre clé [39]

Label de performance [37]

Performance énergétique [37]

France [33]

Rénovation [33]

Coût d'investissement [31]

Isolation [31]

Eau chaude sanitaire - ECS [30]

Réglementation thermique [29]

Bâtiment tertiaire [28]

Économie d'énergie [28]

Maison individuelle [28]

Solaire photovoltaïque [27]

Ventilation [27]

Architecture bioclimatique [26]

Construction [26]

Rhône Alpes [26]

Chauffe eau solaire [25]

Logement collectif [25]

Collectivité locale [21]

Éclairage [21]

Ventilation double flux [21]

Bilan énergétique [20]

Pompe à chaleur [20]

Solaire thermique [20]

Allemagne [19]

Climatisation / Rafraîchissement [19]

CO2 / Dioxyde de carbone [19]

Ile de France [19]

Isolant thermique [18]

Solaire passif [18]

Généralité énergie renouvelable [17]

Haute Qualité Environnementale / HQE [17]

Certification [16]

Établissement scolaire [16]

Vitrage [16]

Commune / Ville [15]

Étiquette énergie [15]

Logement social [15]

Bâtiment à énergie positive - BEPOS [14]

Bâtiment communal [14]

Ossature Bois [14]

Puits canadien [14]

Déperdition thermique [13]

Objectif [13]

Secteur résidentiel [13]

Besoin énergétique [12]

Consommation d'électricité [12]

Efficacité énergétique [12]

Étude [12]

Facture énergétique [11]

Suisse [11]

Aide financière [10]

Bois énergie [10]

Construction écologique [10]

Diagnostic [10]

Énergie primaire [10]

Maitrise De l'Énergie - MDE [10]

Politique énergétique [10]

Coefficient d'isolation [9]

Europe [9]

Gaz à Effet de Serre / GES [9]

Impact environnemental [9]

Scénario [9]

Végétalisation [9]

Alsace [8]

Bâtiment public [8]

Centre sportif [8]

Haute Performance Énergétique / HPE [8]

Maison économe / autonome [8]

Secteur tertiaire [8]

Suivi [8]

Toiture [8]

Association [7]

Biocarburant [7]

Effinergie [7]

Éolien [7]

Grenelle de l'environnement [7]

Isolation extérieure [7]

Matériau de construction [7]

Patrimoine [7]

Production d'électricité [7]

Production d'énergie [7]

Programme d'action [7]

Projet [7]

Réglementation [7]

Appareil de cuisson [6]

Appareil électrique [6]

Bilan carbone [6]

Biomasse [6]

Bretagne [6]

Chauffage bois [6]

Chauffage électrique [6]

Confort thermique [6]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z