F Nous contacter

0

Documents  Raffinerie / Raffinage | enregistrements trouvés : 28

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

Réalisée tous les 5 ans depuis 1995, l'étude des Technologies clés permet de fournir aux entreprises, aux acteurs économiques et aux pouvoirs publics un cadre de référence sur les technologies d'avenir.

Généralité énergie ; Technologie ; Entreprise ; Énergie marine ; Solaire thermodynamique ; Pile à combustible ; Séquestration CO2 ; Solaire photovoltaïque ; Nucléaire ; Éolien ; Hydrolienne ; Géothermie ; Stockage de l'énergie ; Réseau électrique intelligent ; Raffinerie / Raffinage ; Biomasse ; Traitement/épuration

... Lire [+]

V

- n° sup 3197
ISBN 0042-126

A Dunkerque, les industriels, en partenriat avec les collectivités locales, n'ont pas attendu le Grenelle pour échanger leurs ressources énergétiques et leurs déchets.

Bois ; Centrale nucléaire ; Déchet industriel ; GDF ; Industrie ; Nord Pas de Calais ; Papier ; Pollution du sol ; Raffinerie / Raffinage ; Réseau de chaleur ; Réserve / Ressource energétique ; Sidérurgie

... Lire [+]

V

- n° 196
ISBN 0295-5873

Un projet de chaudière brûlant des sous-produits industriels participera à l'amélioration du bilan énergétique du Diester, un biogazole fabriqué à partir d'huiles végétales.

Biocarburant ; Biomasse ; Chaudière à huile ; CO2 evité ; Colza ; Huile végétale ; Oléagineux ; Raffinerie / Raffinage ; Tournesol

... Lire [+]

H

- n° 290110

C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, les métiers de la forêt devraient induire la création de 23 620 emplois pérennes à l'horizon 2020 (techniciens d'animation, éco-certificateurs, formateurs, etc.). Le groupe chargé du bâtiment, secteur le plus porteur de croissance verte, estime quant à lui qu'il faut former 70.000 jeunes par an pour couvrir les besoins de la profession, et 230.000 personnes au titre de la formation continue d'ici 2020. «Nous allons faire ce qui a été proposé par chacune des 11 filières», a affirmé Jean-Louis Borloo en introduction de la conférence. Le plan de mobilisation des filières et des territoires s'inscrit comme le premier volet du projet global dit «Pacte de solidarité écologique», qui inclut également un plan de lutte contre la précarité énergétique, la transformation des modes de vie, comportements et consommation, l'amélioration du cadre de vie dans les territoires et la mobilisation citoyenne et sociale. C'est Valérie Létard qui a détaillé les 9 axes du plan, qui s'appuient de façon complémentaire sur la mobilisation de l'Etat, celle des filières et enfin celle des territoires. Parmi les objectifs, une meilleure identification des métiers de la croissance verte, la formation des futurs formateurs, l'accès à ces métiers pour les publics les plus en difficulté (jeunes, handicapés, etc.), ou encore l'adaptation des formations aux nouvelles réalités des métiers. L'Etat et les collectivités locales, via la loi Grenelle II, injecteront 170 milliards d'euros dans l'économie et 200 millions ont été sollicités au titre du «grand emprunt» pour mettre en place un fonds d'appui destiné aux projets innovants. «Au moins un actif sur deux est impacté par le plan Grenelle, il s'agit d'une métamorphose des modes de consommation et de production», a estimé Jean-Louis Borloo. «Dans la panoplie des mesures du Grenelle, ce plan représente la mutation la plus importante.» Il a mobilisé plusieurs ministères ainsi que le haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté. Son directeur, Martin Hirsch a d'ailleurs indiqué que dès la rentrée 2010, le service public d'orientation serait opérationnel sur ces questions de «métiers verts». Autre mesure concrète, la création à cette même date d'une filière de formation au métier de technicien en énergies renouvelables et en services à l'énergie. Le directeur général adjoint de Pôle emploi a également fait savoir, sous réserve du vote lors du prochain conseil d'administration, que l'organisme s'engagerait en 2010 à proposer 5% des 250 millions € consacrés annuellement à la formation, à des formations «vertes». Quelques intervenants ont cependant tempéré les propos gouvernementaux. Ainsi, Marcel Grignard, secrétaire national de la CFDT, a estimé que «la projection d'emplois est pour l'instant très aléatoire» et qu'il ne faut pas «ringardiser» les métiers qui ne sont pas «verts». Pour Jean-Luc Thomas, président du comité de filière «électromécanique», c'est plus «une évolution des métiers qu'il faut conduire, que la création de nouveaux métiers». Du côté des associations environnementales, la fédération France nature environnement est plutôt critique. Elle dénonce «des emplois vert pâle, plus politiques qu'écologiques». «L'objectif de la filière Automobiles demeure de produire davantage de véhicules individuels. [...] Les filières identifiées répondent avant tout à des choix d'investissement politiques et économiques, et non à des innovations réellement porteuses d'emplois et de moindres impacts sur l'environnement», rappelle-t-elle dans un communiqué. (1) «Agriculture et forêts», «bâtiment», «mer», «construction électrique, électromécanique et réseaux», «transports», «raffinage, carburants et chimie verte», «automobile», «biodiversité et services écologiques», «tourisme», «énergies renouvelables» et «eau, assainissement, déchets, air» --- Croissance verte : La formation, enjeu majeur du nouveau plan national L'ampleur du potentiel de création d'emplois verts est « encore incertaine », selon le Conseil d'orientation pour l'emploi.©Johannes Braun & Tanguy Cadieu/Naja À l'issue de quatre mois de concertation avec les représentants des 11 secteurs impactés par la croissance verte, le ministère de l'Écologie a présenté jeudi 28 janvier les orientations du Plan national pour les métiers de la croissance verte. Au programme : deux nouvelles formations initiales dès la rentrée 2010 et plus de 350 M€ pour soutenir l'adaptation des entreprises aux nouvelles contraintes environnementales jusqu'en 2020. Comment verdir l'économie française ? C'est la question à laquelle le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo et la secrétaire d'État chargée des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Valérie Létard ont tenté de répondre à l'occasion de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, jeudi 28 janvier. Huit jours après la remise des rapports des 11 comités de filières représentant les secteurs créateurs d'emplois verts, le gouvernement a présenté les grandes lignes d'un futur plan de mobilisation national. Principal constat : le manque de candidats à l'embauche freine la croissance. Pôle Emploi propose ainsi 16 000 offres d'emplois « verts » ou « verdissants » sans trouver preneur, alors que 75% des offres s'adressent aux personnes possédant une qualification entre le CAP-BEP et le Bac Pro. L'urgence est donc à la formation ! De nouvelles formations dès la rentrée 2010 : Alors que la concrétisation des engagements du Grenelle devrait mobiliser d'ici 2020 près de 450 Mds€ d'investissements, le gouvernement propose d'injecter 369 M€ pour développer les formations et les métiers de la croissance verte. Cet engagement débouchera dès la rentrée 2010 à la création d'un bac pro d'agent qualifié dans les métiers de la gestion des déchets et d'un module de formation « technicien en énergies renouvelables » au sein du Bac Pro Electricité. Une enveloppe de 55 M€ sera par ailleurs débloquée pour soutenir la formation aux économies d'énergie dans le bâtiment. Enfin, le ministère de l'Écologie espère obtenir au titre du grand emprunt 100 M€ pour aider les secteurs impactés par le verdissement de l'économie à adapter les compétences des salariés, et 200 M€ pour soutenir les projets innovants. Un potentiel d'emploi incertain : Concernant la création d'activité, Valérie Létard a présenté l'objectif de création de 600 000 emplois d'ici 2020 comme une « fourchette basse » en s'appuyant sur les évaluations faites par les 11 comités de filières. Selon les rapporteurs, quatre secteurs ont un solde positif : les industries électriques (225 000 emplois), les énergies renouvelables (200 000 emplois), la réalisation des infrastructures (67 000 emplois), et l'eau et les déchets (43 000 emplois). Pour les autres, la secrétaire d'État assure qu'il y aura « au minimum un maintien de l'emploi ». Dans son rapport sur les perspectives de création d'emplois liées à la croissance verte, publié lundi, le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) se montre quant à lui plus prudent. Tout en admettant que « la croissance verte peut être significativement créatrice d'emplois », le COE met en garde contre l' « ampleur encore incertaine » de ce mouvement, notamment en raison des pertes d'emploi qu'il pourrait provoquer. D'après le Conseil, seul un véritable « plan Marshall de la formation », permettra de répondre aux ambitions affichées.
C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, ...

Automobile ; Bâtiment ; Biodiversité ; Budget ; Déchet ; Économie d'énergie ; Emploi ; Établissement scolaire ; Financement ; Formation ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; Métier ; Milieu agricole ; Milieu marin ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Raffinerie / Raffinage ; Réseau électrique ; Technicien ; Transport

... Lire [+]

H

- n° 9

- La question a été posée lors de la conférence interntaionale sur les biocarburants en Afrique : http://www.biofuel-africa.org/ - Une raffinerie de biodiesel d'ici à 2019 au Mozambique.

Afrique ; Biocarburant ; Biodiesel ; Conférence / Colloque ; Mozambique ; Projet ; Raffinerie / Raffinage ; Site Internet

... Lire [+]

V

- n° 260209

Porteurs de nombreux espoirs pour le secteur des transports, les agrocarburants de seconde génération font l'objet de nombreuses recherches en France et en Europe. Contrairement aux agrocarburants de première génération qui ne sont produits qu'à partir de certains éléments des plantes (graines ou tubercules) comme le bio-éthanol issu de la fermentation de canne à sucre ou de betterave, ou le bio-diesel issu de la transestérification d'huiles végétales, ceux de seconde génération peuvent être produits à partir de plantes entières. Il deviendrait alors possible de valoriser tous les déchets organiques (ménagers, végétaux ou forestiers) et de dédier certaines cultures non alimentaires uniquement à la production de carburants. Théoriquement, les bilans énergétique et environnemental de cette filière seraient bien meilleurs et certains inconvénients reprochés aux agrocarburants de première génération comme la concurrence avec la production alimentaire, deviendraient caducs. Pour produire des biocarburants de seconde génération, plusieurs voies sont possibles. Une première voie vise à produire de l'éthanol à partir de végétaux non alimentaires dont on aura fait fermenter le sucre en alcool. Une autre voie, thermochimique, consiste à produire un carburant de synthèse liquide à partir de la biomasse en la gazéifiant ou en la pyrolysant. Pour chacune de ces voies, des projets de recherche ont été lancés en France et en Europe et visent à produire des biocarburants directement mélangeables à l'essence ou au gazole issus du pétrole. Objectif : trouver le bon mélange biomasse-carburants Un projet européen baptisé BIOCOUP (Co-traitement de bio-liquides dans des unités conventionnelles de raffinage pétrolier) et lancé en mai 2006 a des ambitions plus larges puisqu'il a pour objet de développer un procédé industriel permettant d'intégrer de la biomasse liquide directement dans les raffineries traditionnelles de pétrole pour produire des carburants contenant une part de biomasse. Au lieu de mélanger les biocarburants aux carburants traditionnels en sortie de raffineries, la biomasse serait intégrée en amont. Basé sur la voie thermochimique, le procédé recherché pourra accueillir plusieurs types de biomasse (bois, résidus agricoles, résidus forestiers...). Une première étape transformera cette biomasse en « bio-huiles » par pyrolyse. Ces huiles seront ensuite désoxygénées avant d'être intégrées dans les unités de distillation de la raffinerie. Soutenu par la Commission européenne dans le cadre son 6e Programme Cadre de Recherche et de Développement Technologique (PCRDT), le projet BIOCOUP regroupe de nombreux partenaires européens. En France, le projet est porté par le CNRS (Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon ou IRCELyon), les sociétés ARKEMA et METEX et cogéré par la société ALMA. Les recherches sont concentrées sur les mélanges entre les bio-huiles et les carburants traditionnels. L'objectif est de tester différents mélanges et d'évaluer les impacts sur la qualité des carburants finaux, explique Claude Mirodatos Responsable avec Yves Schuurman de l'équipe « Ingénierie et Intensification des Procédés » à l'IRCELyon. Nous essayons également de comprendre les impacts de ces mélanges sur le fonctionnement des raffineries qui reste très complexe, ajoute-t-il. À mi-parcours du projet, le chercheur semble confiant : au regard des premiers résultats, on s'oriente vers une intégration de la biomasse à hauteur de 10% sans trop de problème. Rappelons que conformément aux objectifs de la directive communautaire 2003/30/CE, le taux d'incorporation des biocarburants dans l'essence et dans le gazole devrait atteindre 5,75% exprimé en valeur énergétique en 2010. Le paquet climat/énergie européen adopté en décembre dernier prévoit quant à lui que 10% d'énergies renouvelables soient intégrés dans le secteur des transports d'ici à 2020. La majeure partie de cet objectif pourrait donc être atteinte grâce aux biocarburants. Appuyé par l'Europe à hauteur de 7,6 millions d'euros, le projet BIOCOUP doit se terminer en 2011. Les étapes essentielles du projet sont actuellement mises au point à l'échelle du laboratoire avec la possibilité en cas de succès de passer au lancement de prototypes industriels. Les recherches effectuées laissent entrevoir des perspectives intéressantes pour le développement des agrocarburants de deuxième génération à grande échelle : pas d'usine spécifique mais une adaptation des raffineries actuelles, pas de modification du circuit et des systèmes de distribution de carburants, pas de modification des moteurs... Des travaux complémentaires sur la chimie verte : Dans le cadre du projet BIOCOUP d'autres travaux sont menés en parallèle afin de réfléchir à une réutilisation complète des différents sous-produits du procédé industriel. Les différentes étapes de traitement peuvent permettre de récupérer de nombreux produits chimiques à partir de la biomasse. Les bio-huiles peuvent contenir plus de 400 produits chimiques différents mais en petites quantités comme certains acides, aldéhydes et phénols, explique Claude Mirodatos. L'enjeu est donc de les concentrer et de les isoler, ajoute-t-il. Ces produits issus de la biomasse doivent remplacer à terme leurs homologues issus de la filière pétrochimique actuelle.
Porteurs de nombreux espoirs pour le secteur des transports, les agrocarburants de seconde génération font l'objet de nombreuses recherches en France et en Europe. Contrairement aux agrocarburants de première génération qui ne sont produits qu'à partir de certains éléments des plantes (graines ou tubercules) comme le bio-éthanol issu de la fermentation de canne à sucre ou de betterave, ou le bio-diesel issu de la transestérification d'huiles ...

Agrocarburant ; Carburant ; Programme européen ; Raffinerie / Raffinage ; Recherche

... Lire [+]

BIOCARBURANTS | AGRAVALOR 1/05/08

Article

XXXXX

V

- n° 162
ISBN 1259-3125

- La polémique ne faiblit pas dans le monde : dans un contexte de crise alimentaire mondiale, les critiques à l'encontre des biocarburants continuent d'affluer de tous côtés. - Les filières industrielles se défendent : accusées de tous les maux, les profe

Allemagne ; Betterave ; Biocarburant ; Biodiesel ; Biomasse ; Éthanol ; Expérimentation ; France ; Importation ; Inconvénient ; International ; Objectif européen ; Raffinerie / Raffinage ; Réglementation ; Secteur industriel ; Taux de biocarburant ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 398
ISBN 0292-1731

Devant la part prépondérante des raffineries dans sa consommation globale d'énergie, Total a engagé un programme d'efficacité énergétique depuis plus de trois ans. L'utilisation d'indicateurs permet de cibler les actions à entreprendre. L'objectif est de réduire l'index d'intensité énergétique de 1% par an.

Bâtiment industriel ; Compagnie pétrolière ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Industrie ; Intensité énergétique ; Programme d'action ; Raffinerie / Raffinage

... Lire [+]

V

- n° 123
ISBN 1624-7876

Mobilisation pour répondre à l'appel d'offres, publié en décembre 2006 par le Minefi, portant sur une production annuelle et nationale de 300 MW à partir de déchets végétaux. Le projet de C5D consiste à construire sur la zone agro-industrielle de Bazancourt-Pomacle, une centrale de cogénération à biomasse (paille & bois). La centrale fournira la quasi totalité des besoins énergétiques des établissements installés sur le site marnais, dont la raffinerie d'éthanol actuellement en construction.
Mobilisation pour répondre à l'appel d'offres, publié en décembre 2006 par le Minefi, portant sur une production annuelle et nationale de 300 MW à partir de déchets végétaux. Le projet de C5D consiste à construire sur la zone agro-industrielle de Bazancourt-Pomacle, une centrale de cogénération à biomasse (paille & bois). La centrale fournira la quasi totalité des besoins énergétiques des établissements installés sur le site marnais, dont la ...

Appel d'offre ; Bois énergie ; Champagne Ardenne ; Cogénération biomasse ; Électricité renouvelable ; Éthanol ; Paille / Roseau ; Projet ; Raffinerie / Raffinage

... Lire [+]

V

- n° 3041
ISBN 0042-126

1. Le CO2 est mis sous séquestre 2. Les accumulateurs au lithium deviennent XXL 3. Le photovoltaïque coûte moins cher 4. Les plaques photosensibles soufflent le chaud et le froid 5. La pile à combustible promet zéro émission 6. Les raffinerie digèrent les végétaux...

Batterie ; Biocarburant ; Cellule photovoltaïque ; Climatisation solaire ; Innovation ; Pile à combustible ; Raffinerie / Raffinage ; Recherche ; Rendement ; Séquestration CO2 ; Silicium ; Solaire photovoltaïque ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 118
ISBN 1624-7876

St Brestoise, créée en 2005, a en peojet la production de biocarburant d'origine animale. D'une capacité de production de 50 millions de litres par an, l'usine approviosnnemera principalement la raffinerie de Total à Donges

Biocarburant ; Bretagne ; Huile / graisse animale ; Projet ; Raffinerie / Raffinage ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 3024
ISBN 0042-126

Biocarburants : la France pourra-t-elle fournir Quand les américain farmers deviennent des industriels La deuxième génération est déjà en préparation

Agriculteur ; Biocarburant ; Biodiesel ; Brésil ; Canne à sucre ; Définition ; États Unis ; Éthanol ; France ; Huile végétale ; Objectif ; Producteur ; Production carburant ; Raffinerie / Raffinage ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 2981
ISBN 0042-126

Déficit chronique en gazole, retour des marges... toutes les conditions sont réunies pour justifier des investissements majeurs dans les rafferineriaes françaises. Total et Exxon se sont déjà lancés dans de grands projets en Normandie, mais leurs efforts ne suffiront pas à combler le déficité croissant.

Consommation de carburant ; Coût d'investissement ; France ; Offre et demande ; Pénurie ; Pétrole ; Production carburant ; Raffinerie / Raffinage ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 322
ISBN 0292-1731

La consommation française de fuel lourd diminue et les débouchés à l'export vt eux aussi s'amenuiser pour des raisons de protection de l'environnement. Face à cette extinction annoncée de la demande, les raffineries françaises vt devoir accepter d'engager des investissements lourds pour s'adapter et survivre.

Consommation de carburant ; Demande en énergie ; Impact environnemental ; Marché mondial ; Perspective ; Pétrole ; Raffinerie / Raffinage

... Lire [+]

U V


ISBN 1291-2123

Une revenante? 2001, une année de transition pour le ncléaire mondial? le raffinage face a l'échéance 2005 L'OPEP et le retournement du marché petrolier La PPIP -Programmation pluriannuelle de sinvestissement de production électrique

États Unis ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; Japon ; Nucléaire ; Pétrole ; Production d'électricité ; Programme d'investissement ; Raffinerie / Raffinage

... Lire [+]

Rapport annuel 2009 | 1/08/10

Ouvrage

XXXXX

V

- 12 p.

Moins de CO2 pour plus d'emplois ? A la veille du sommet de Poznan sur le climat, cette étude du WWF France soutient que réduire de 30% les émissions de CO2, par rapport à 1990, induirait la création nette de 684 000 emplois en France. Un argument contre les pays qui mettent en avant la crise pour contester les ambitions européennes. Alors que certains pays membres comme l'Italie remettent en cause l'objectif minimum de l'Union Européenne de baisser de 20% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, le WWF France publie cette étude montrant l'intérêt économique et social de poursuivre ces objectifs. Selon cette étude, qui se base sur d'autres analyses internationales, européennes et nationales, la France gagnerait au moins 684 000 emplois avec une économie générant 30% de gaz à effet de serre de moins qu'en 1990. L'étude se veut exhaustive : elle prend en compte l'ensemble des secteurs d'activités et inclut la destruction d'emplois dans les secteurs en décroissance (activités relatives aux produits pétroliers, charbon, gaz, électricité, ainsi que construction automobile et commerce automobile), mais aussi les destructions ou créations d'emplois induits par l'impact sur le pouvoir d'achat des ménages.
Moins de CO2 pour plus d'emplois ? A la veille du sommet de Poznan sur le climat, cette étude du WWF France soutient que réduire de 30% les émissions de CO2, par rapport à 1990, induirait la création nette de 684 000 emplois en France. Un argument contre les pays qui mettent en avant la crise pour contester les ambitions européennes. Alors que certains pays membres comme l'Italie remettent en cause l'objectif minimum de l'Union Européenne de ...

Agrocarburant ; Appareil électrique ; Automobile ; Bâtiment ; Biogaz ; Bois énergie ; Changement climatique ; Charbon ; Chaudière ; Chiffre clé ; Déchet ménager ; Efficacité énergétique ; Électricité ; Emploi ; Éolien ; Étude ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Gaz naturel ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Energie hydraulique ; Isolation ; Lampe basse consommation ; Négawatt ; Objectif européen ; Prix du pétrole ; Raffinerie / Raffinage ; Scénario ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Train ; Transport en commun

... Lire [+]

V

- 128 p.
ISBN 978-2-13-056595-6

Réfléchir sur l'énergie, c'est d'abord se pencher sur une histoire des besoins des hommes, aujourd'hui satisfaits à 80 % par trois grandes énergies fossiles, non renouvelables et polluantes : le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Au travers de 100 mots, cet ouvrage présente les types de ressources énergétiques, explicite les enjeux économiques et géopolitiques liés à l'énergie, analyse les marchés de l'énergie et identifie les acteurs institutionnels et économiques du secteur. Il permet de mieux mesurer à quel point la gestion du couple énergie/climat est une question stratégique pour notre futur. - Les besoins - Les ressources - Les échanges - Les marchés et les prix - Les acteurs - Les enjeux
Réfléchir sur l'énergie, c'est d'abord se pencher sur une histoire des besoins des hommes, aujourd'hui satisfaits à 80 % par trois grandes énergies fossiles, non renouvelables et polluantes : le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Au travers de 100 mots, cet ouvrage présente les types de ressources énergétiques, explicite les enjeux économiques et géopolitiques liés à l'énergie, analyse les marchés de l'énergie et identifie les acteurs ...

Algérie ; Allemagne ; Angleterre ; Approvisionnement ; Arabie Saoudite ; Bâtiment ; Besoin énergétique ; Bilan énergétique ; Biocarburant ; Biomasse ; Brésil ; Californie ; Changement climatique ; Charbon ; Chine ; Choc pétrolier ; Collectivité locale ; Compagnie pétrolière ; Consommation d'énergie ; Coût d'investissement ; Définition ; Demande en énergie ; Dépendance énergétique ; Développement durable ; Efficacité énergétique ; Électricité ; Énergie solaire ; Éolien ; États Unis ; Europe ; Exportation ; Fiscalité ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Gaz naturel ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Géopolitique ; Géothermie ; Gisement solaire ; GNL / GNV ; Energie hydraulique ; Hydrogène ; Importation ; Inde ; Industrie ; Intensité énergétique ; Investissement ; Irak ; Iran ; Japon ; Libéralisation énergétique ; Marché de l'électricité ; Marché énergétique ; Nucléaire ; Permis d'émission - Droit à polluer ; Pétrole ; Politique énergétique ; Polluant ; Prix de l'énergie ; Prix du charbon ; Prix du gaz ; Prix du pétrole ; Prospective / Prévision ; Protocole de Kyoto ; Raffinerie / Raffinage ; Rentabilité ; Réserve / Ressource energétique ; Russie ; Scénario ; Sécurité ; Service public ; Stockage de l'énergie ; Tarif réglementé ; Technologie ; Transport ; Unité de mesure ; Uranium

... Lire [+]

V

- 220 p.

Le rapport examine dans une première partie les implications potentielles pour l'emploi en Europe des effets du changement climatique. Il conclut globalement que même un changement climatique modéré affectera l'activité économique et l'emploi en Europe. Certaines régions et secteurs économiques sont particulièrement vulnérables. Les mesures permettant à l'Union européenne de réduire ses émissions de CO2 d'environ 40% en 2030 ne détruisent pas d'emplois globalement mais induisent des modifications substantielles de l'offre et de la demande d'emplois et de qualifications au sein et entre les secteurs : de la production d'énergie, du transport, des industries de l'acier et du ciment, du bâtiment/construction. D'une durée d'un an 1/2, l'étude a été réalisée par un consortium composé de : Syndex, La CES, la SDA, les instituts allemand Wuppertal institute et espagnol Istas. Elle a reçu le soutien financier de la Commission européenne et de six gouvernements européens : britannique, espagnol, italien, français, belge, finlandais
Le rapport examine dans une première partie les implications potentielles pour l'emploi en Europe des effets du changement climatique. Il conclut globalement que même un changement climatique modéré affectera l'activité économique et l'emploi en Europe. Certaines régions et secteurs économiques sont particulièrement vulnérables. Les mesures permettant à l'Union européenne de réduire ses émissions de CO2 d'environ 40% en 2030 ne détruisent pas ...

Aspect financier ; Bâtiment ; Biocarburant ; Changement climatique ; Chiffre clé ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation de carburant ; Construction ; Demande en énergie ; Donnée économique ; Effet de serre ; Emploi ; Énergie primaire ; Étude sociologique ; Europe ; Garantie / Assurance ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Gisement forestier ; Impact santé ; Industrie ; MDP / Mécanisme Développement Propre ; Milieu agricole ; Objectif ; Objectif européen ; Permis d'émission - Droit à polluer ; Perspective ; Pétrole ; Plan National Allocation Quotas / PNAQ ; Politique énergétique ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Raffinerie / Raffinage ; Scénario ; Secteur d'activité ; Sidérurgie ; Transport

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Raffinerie / Raffinage [28]

Biocarburant [12]

Pétrole [11]

Généralité énergie renouvelable [10]

France [8]

Biomasse [7]

Europe [7]

Généralité énergie [7]

Industrie [7]

Chiffre clé [6]

Éolien [6]

Gaz naturel [6]

Transport [6]

CO2 / Dioxyde de carbone [5]

Géothermie [5]

Huile végétale [5]

Milieu agricole [5]

Nucléaire [5]

Politique énergétique [5]

Production d'électricité [5]

Scénario [5]

Solaire photovoltaïque [5]

Bâtiment [4]

Biodiesel [4]

Bois énergie [4]

Changement climatique [4]

Charbon [4]

Consommation de carburant [4]

Energie hydraulique [4]

États Unis [4]

Éthanol [4]

Hydrogène [4]

Intensité énergétique [4]

Perspective [4]

Projet [4]

Secteur d'activité [4]

Usine de fabrication/production [4]

Allemagne [3]

Automobile [3]

Bilan énergétique [3]

Brésil [3]

Champagne Ardenne [3]

Cogénération [3]

Compagnie pétrolière [3]

Consommation d'énergie [3]

Déchet [3]

Demande en énergie [3]

Donnée économique [3]

Efficacité énergétique [3]

Électricité [3]

Emploi [3]

Énergie primaire [3]

Gaz à Effet de Serre / GES [3]

Objectif européen [3]

Pile à combustible [3]

Production carburant [3]

Production de chaleur [3]

Programme de développement [3]

Puissance installée [3]

Recherche [3]

Réglementation [3]

Réseau de chaleur [3]

Secteur industriel [3]

Secteur tertiaire [3]

Séquestration CO2 [3]

Solaire thermique [3]

Technologie [3]

Agrocarburant [2]

Aspect juridique [2]

Betterave [2]

Bibliographie [2]

Bois [2]

Budget [2]

Carburant [2]

Chaudière à huile [2]

Cogénération biomasse [2]

Colza [2]

Combustion [2]

Coût d'investissement [2]

Déchet ménager [2]

Définition [2]

Dépendance énergétique [2]

Développement durable [2]

Économie d'énergie [2]

Effet de serre [2]

Engin agricole [2]

Étude [2]

Fioul [2]

Fiscalité [2]

Huile / graisse animale [2]

Impact environnemental [2]

Importation [2]

International [2]

Japon [2]

Logiciel [2]

Marché de l'électricité [2]

Matière première [2]

Objectif [2]

Offre et demande [2]

Oléagineux [2]

Paille / Roseau [2]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z