F Nous contacter

0

Documents  Prospective / Prévision | enregistrements trouvés : 203

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 103
ISBN 1145-2455

Que prévoit le dispositif de la proposition de loi la jurisprudence et la législation sur les éoliennes Conditions d'implanttions des éoliennes La politique energétique en france

Éolien ; France ; Implantation ; Jurisprudence ; Politique énergétique ; Prospective / Prévision ; Réglementation ; Texte législatif

... Lire [+]

V

- n° 8442
ISBN 0153-9442

Dans les mois qui viennent, le parlement sera amené à voter un projet de loi cadre, définissant la politique des trente prochaines années. Le choix des députés et sénateurs influenera autant sur la stratégie des énergéticiens que sur notre vie quotidienne

Gaz naturel ; Nucléaire ; Politique énergétique ; Prospective / Prévision ; Scénario

... Lire [+]

LA MENACE CLIMATIQUE | SCIENCE & VIE 1/12/03

Article

XXXXX

V

- n° 1035
ISBN 0036-8369

Comment les scientifiques previennet-ils à prévoir le temps du futur? Toutes les réponses Quellles sont les vraies menaces du réchauffemet global pour l'honmme? Revue de détails. A quels enjeux la science est-elle désormais confrontée face à l'évolution climatique? Zoom

Cartographie / Atlas ; Catastrophe naturelle ; Changement climatique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Donnée climatique ; Eau de pluie ; Effet de serre ; Empreinte écologique ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Impact santé ; Milieu agricole ; Milieu naturel ; Prospective / Prévision ; Réchauffement climatique ; Urbanisme

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1625-4732

Aujourd'hi la part de la consommation d'énergies non renouvelables dans la consommation mondiale d'énergie approche 90%. L'AIE publie chaque année un rapport sur l'énergie et des prévisions pour 2030 fondées sur le prolongement des tendances actuelles, sur lesquelles cet article est basé. D'où il appert qu'un changement urgent des politiques énergétqies est nécessaire

Charbon ; Consommation d'énergie ; Gaz naturel ; Gisement pétrolier ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Pétrole ; Prospective / Prévision ; Réserve / Ressource energétique ; Uranium

... Lire [+]

V

- n° 4
ISBN 1637-2603

Le carburant qui remplira les réservoirs de nos voitures dans 20 ou 30 ans n'aura plus grand chose à voir avec l'or noir traditionnel. A terme, ce pétrole 'recoposé' sera un mariage chimique artificiel, créé à partir des éléments constitutifs des hydrocarbures et tirés de sources variées.

Biocarburant ; Carburant ; Gisement pétrolier ; Pétrole ; Prospective / Prévision ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

V

- n° 60404

"Les cotes de la Norvege, du Nord au Sud, pourraient se voir doter, d'ici quelques annees, de quelque 2.600 eoliennes, dont 1.800 prevues dans la seule region du Finnmark (region la plus au nord de la Norvege). Si les plans d'amenagement se realisent, la Norvege deviendrait le pays a la plus forte concentration en centrales de production d'energie eolienne. Cette derniere pourrait etre superieure a 10 terawatt par an, ce qui correspond a la consommation de 400.000 menages. Ces plans d'amenagement rencontrent les oppositions des eleveurs de rennes, ainsi que de la Defense nationale dans la region du Finnmark. En consequence, certaines estimations, peut-etre plus realistes que les precedentes, ne prevoient pour cette region que 350 eoliennes dans les annees a venir. Contacts : Tormod Eggan, NVE, tme@nve.no http://www.nve.no/modules/module_111/news_group_view.asp?iCategoryid=623 http://www.vindkraft.no Sources : http://www.aftenposten.no  communique du 03/02/2004 ; Teknisk Ukeblad N°02/04, 30/01/2004 "
"Les cotes de la Norvege, du Nord au Sud, pourraient se voir doter, d'ici quelques annees, de quelque 2.600 eoliennes, dont 1.800 prevues dans la seule region du Finnmark (region la plus au nord de la Norvege). Si les plans d'amenagement se realisent, la Norvege deviendrait le pays a la plus forte concentration en centrales de production d'energie eolienne. Cette derniere pourrait etre superieure a 10 terawatt par an, ce qui correspond a la ...

Éolien ; Éolienne ; Norvège ; Prospective / Prévision

... Lire [+]

V

- n° 1
ISBN 1619-6228

Les 2 645 MW installés l'année dernière ont été pour l'industrie allemande de l'éolien le3ème meilleur résultat. Vestas et REpower se développe malgré un revirement.

Allemagne ; Entreprise ; Éolien ; Éolienne ; Industrie ; Objectif ; Offre et demande ; Perspective ; Prospective / Prévision

... Lire [+]

WIND GIANTS FUEL GROWTH | RE-GEN 1/06/03

Article

XXXXX

WHEN THE WIND BLOWS | RE-GEN 1/06/03

Article

XXXXX

V

- n° 011209

Ce nouveau dispositif, élaborée par Areva T&D et les acteurs concernés (le Syndicat des énergies renouvelables, le gestionnaire de réseau de distribution ERDF, Météo-France, les producteurs Enertrag, Maïa-Eolis et EDF EN, et la SICAP de Pithiviers), a été dévoilé lundi 30 novembre 2009 au « dispatching » national de Saint-Denis en présence de Jean-Louis Borloo, Ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer et de Dominique Maillard, Président du Directoire de RTE. ''Il était temps d'avoir cet outil '', a estimé Jean-Louis Borloo. Le dispositif permet de ''visualiser les prévisions de production heure par heure pour la journée en cours et le lendemain, d'accéder aux données techniques de ces parcs, notamment celles qui permettent de prévoir leur comportement en cas de situations instables'', commente RTE. Opérationnel depuis les 8 centres RTE de conduite et de gestion prévisionnelle, le Centre national d'exploitation du Système à Saint-Denis et les 7 centres régionaux de Lille, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes et Saint-Quentin en Yvelines, il permet, quatre fois par jour, à réception de nouvelles prévisions de vent fournies par Météo-France, de recalculer de nouvelles prévisions de production éolienne. ''Avec nos collègues de Meteo France, nous avons fait des progrès considérables puisqu'à 24h près, nous avons une prévision à 3 % près de la production éolienne, a indiqué Dominique Maillard. Cet instrument permet de résoudre le problème de l'intermittence. '' Actuellement, la France dispose de 4 300 MW installés dans l'éolien (multiplié par 14 en 5 ans) et de 140 MW dans le photovoltaïque. Selon les statistiques du ministère, près de la moitié des installations éoliennes nouvellement raccordées se situe en Champagne-Ardenne et en Picardie (14 % des puissances éoliennes). Pour le photovoltaïque, ce sont les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Languedoc-Roussillon et Pays-de-la-Loire qui totalisent à elles seules 50% de la puissance totale. L'objectif fixé lors du Grenelle de l'environnement est d'atteindre en 2020 un total de 19 000 MW de puissance éolienne terrestre et 5 400 MW de puissance photovoltaïque. RTE estime ''qu'un Milliard d'Euros d'investissements sont nécessaires d'ici 2020'' pour intégrer les 19 000 MW de puissance éolienne.'' Il va falloir avoir une capacité permanente de gestion du réseau, a souligné Jean-Louis Borloo. Et la notion de transport reste primordiale''.
Ce nouveau dispositif, élaborée par Areva T&D et les acteurs concernés (le Syndicat des énergies renouvelables, le gestionnaire de réseau de distribution ERDF, Météo-France, les producteurs Enertrag, Maïa-Eolis et EDF EN, et la SICAP de Pithiviers), a été dévoilé lundi 30 novembre 2009 au « dispatching » national de Saint-Denis en présence de Jean-Louis Borloo, Ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer et de ...

Caractéristique technique ; Éolien ; Outil ; Production d'électricité ; Prospective / Prévision ; Solaire photovoltaïque ; Station météo

... Lire [+]

V

- n° 510

Une embellie en ces temps de crise ? c'est en tous les cas, ce que laisse penser cette étude où depuis 2006, 90.000 emplois ont été créés dans les secteurs de l'efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. L'Ademe estime ainsi que le nombre d'emplois directs liés à ces activités (dont l'exportation), représente 294.000 équivalents temps plein (contre 204.000 en 2006), soit un niveau comparable à celui de l'industrie chimique. Et ce n'est pas fini, car l'Ademe prévoit un gisement de 500.000 emplois à l'horizon 2012, soit un supplément de 200.000 par rapport à 2009. Un bémol toutefois. Sur trois ans - 2006 à 2009 - ces métiers de l'économie verte ont progressé en moyenne de 10% par an, ce qui semble insuffisant pour atteindre l'objectif fixé par le Grenelle de l'environnement. Il faudrait pour y arriver plus que doubler ce taux d'ici 2012, soit 21%. Un signe ? L'année 2009 a vu ce taux progressé à 14% en moyenne. En septembre dernier, le Boston Consulting Group (BCG) avait conclu à un potentiel de 600 000 emplois en moyenne sur une période de 12 ans (2009 - 2020) dans les nouveaux métiers et dans les secteurs reconvertis à la croissance verte. Le bâtiment devrait alors engendrer à lui seul, 392 000 emplois en 2013.
Une embellie en ces temps de crise ? c'est en tous les cas, ce que laisse penser cette étude où depuis 2006, 90.000 emplois ont été créés dans les secteurs de l'efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. L'Ademe estime ainsi que le nombre d'emplois directs liés à ces activités (dont l'exportation), représente 294.000 équivalents temps plein (contre 204.000 en 2006), soit un niveau comparable à celui de l'industrie ...

ADEME ; Chiffre clé ; Emploi ; Étude ; Prospective / Prévision

... Lire [+]

V

- n° 530

L'influence du climat sur les activités économiques, et en particulier sur le secteur de l'énergie, est très sensible en cette période de vague de froid. Sans anticipation des aléas météorologiques, l'ensemble de la chaîne de production et d'approvisionnement énergétique peut se voir rapidement dans l'incapacité de répondre à la demande des consommateurs particuliers, industriels et collectivités. « Nous prévoyons aujourd'hui la consommation journalière de nos 200 000 clients et 46 communes en fonction de la météo et de la consommation passée, sur des horizons de J à J+10 . » explique Cyril Vincent ­ Ingénieur Négoce ­ Gaz de Bordeaux. Les solutions METNEXT permettent de prévoir plus finement la courbe de charge et d'optimiser les approvisionnements. Les producteurs d'énergie renouvelables font également appel à METNEXT pour prévoir la production et optimiser leur stratégie de stockage. « Depuis 3 ans, avec le logiciel Metnext Decide, nous calculons quotidiennement la prévision de la demande de nos clients en fonction de l'impact météo et gérons ainsi toutes les variables de commandes et de productions » explique Bruno Millot, Directeur des approvisionnements et acheminements Altergaz. « Nous avons besoin d'une très grande précision dans la prévision de consommation de gaz des professionnels comme des particuliers pour ne pas déséquilibrer notre portefeuille sur le réseau de transport ». Les énergéticiens anticipent les pics de consommations « Dans le secteur de l'énergie et dans un nombre croissant de secteurs économiques, l'influence de la météo peut être décisive. L'expertise de Metnext et nos modélisations permettent de mieux anticiper et gérer les aléas météo perturbateurs, et ainsi optimiser les coûts d'exploitation » précise Frédéric Bardoux Président de Metnext. NETNEXT est présent dans des secteurs comme l'agroalimentaire, les produits de grande consommation, la distribution, les loisirs, l'assurance et la finance. Lien vers le site internet METNEXT Weather Indices : http://www.weatherindices.com/
L'influence du climat sur les activités économiques, et en particulier sur le secteur de l'énergie, est très sensible en cette période de vague de froid. Sans anticipation des aléas météorologiques, l'ensemble de la chaîne de production et d'approvisionnement énergétique peut se voir rapidement dans l'incapacité de répondre à la demande des consommateurs particuliers, industriels et collectivités. « Nous prévoyons aujourd'hui la consommation ...

Consommation d'énergie ; Entreprise ; Fournisseur d'électricité ; Gel / Givre / Froid ; Logiciel ; Producteur d'électricité ; Prospective / Prévision ; Station météo

... Lire [+]

V

- n° 530

Le parc éolien s'accroît toujours et le rapport souligne un raccordement sur les trois premiers trimestres 2009 d'une puissance de 774 MW, soit un gain de 309 MW pour le seul troisième trimestre. Par ailleurs, quatres régions (Picardie, Lorraine, Bretagne, Centre) connues pour posséder un taux d'installation assez élevé totalisent à elles seules 56% des nouvelles puissances raccordées en 2009. Le petit éolien - d'une puissance inférieure à 36 kW - concerne quant à lui 180 installations pour une puissance de 1,6 MW. La puissance raccordée cumulée est de 4 311 MW (+ 22 % par rapport au 31/12/2008) pour 659 installations La production électrique s'élève à 4,8 TWh pour les trois premiers trimestres 2009 (en hausse de 0,8 TWh par rapport à cette même période 2008), soit une part quasi stable de la production électrique nationale à 1,2 %. Le parc photovoltaïque a plus que doublé depuis la fin de l'année 2008, avec 92 MW raccordés au cours des trois premiers trimestres 2009, soit un gain de 38 MW pour le seul troisième trimestre. La puissance raccordée cumulée est de 174 MW (+ 112 % par rapport au 31/12/2008) pour 32 176 installations. Son développement s'accélère dans de nombreuses régions (notamment Aquitaine, Bretagne et Midi-Pyrénées) et se renforce dans les régions déjà bien pourvues : Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon et Pays de la Loire. Le rythme est également soutenu dans les DOM, en particulier en Guadeloupe. Au 30 septembre 2009, les 304 installations métropolitaines d'une puissance supérieure à 36 kW représentent 33 % des puissances raccordées (soit 46 MW). Parmi celles-ci, seules 17 installations ont une puissance supérieure à 250 kW pour une puissance totale de 20 MW. Mesurer la production d'énergie des parcs éoliens et photovoltaïques : c'est ce que permet le nouvel outil, baptisé IPES (Insertion de la production éolienne et photovoltaïque dans le système), du gestionnaire de transport d'électricité RTE (Réseau de transport d'électricité) basé à Toulouse. (Cf. Enerzine du 07/01/10)
Le parc éolien s'accroît toujours et le rapport souligne un raccordement sur les trois premiers trimestres 2009 d'une puissance de 774 MW, soit un gain de 309 MW pour le seul troisième trimestre. Par ailleurs, quatres régions (Picardie, Lorraine, Bretagne, Centre) connues pour posséder un taux d'installation assez élevé totalisent à elles seules 56% des nouvelles puissances raccordées en 2009. Le petit éolien - d'une puissance inférieure à 36 kW ...

Chiffre clé ; Électricité renouvelable ; Éolien ; France ; Outil ; Parc éolien ; Précarité ; Production d'électricité ; Prospective / Prévision ; Puissance installée ; Raccordé réseau ; Région ; Solaire photovoltaïque ; Petit éolien ; Précarité énergétique

... Lire [+]

V

- n° 210110

Le cabinet d'audit et de conseil Deloitte livre son analyse du marché de l'énergie pour les années à venir. La crise économique a eu un impact considérable sur ce secteur et l'incertitude de la reprise pose question quant à l'évolution du marché. Si les prix de l'électricité et du gaz sont déprimés en ce début d'année 2010, ils ne ''reflètent pas les tensions sur les capacités qui, à moyen et long terme, vont s'intensifier''. La disponibilité des ressources en pétrole et électricité est incertaine. Or, dans ce contexte d'incertitudes, la demande énergétique mondiale ne cesse de croître. Comment y répondre ? Les investissements nécessaires à satisfaire cette croissance demeurent ''pharaoniques'' selon une étude du cabinet Deloitte publiée le 19 janvier dernier (Energy predictions 2010) : http://www.deloitte.com/assets/Dcom-Global/Local%20Assets/Documents/Energy_Resources/Predictions_Nov09_web.pdf . Pourtant, ces investissements font face à de nombreuses autres incertitudes, notamment sur le coût de la contrainte carbone. L'échec du sommet de Copenhague, qui s'est achevé ''sans avoir posé les bases de négociation d'un cadre global contraignant de réduction d'émissions'', prive les investisseurs d'une vision claire et à long terme. Energies traditionnelles, un pari incertain : Le charbon, disponible en abondance à un coût marginal faible dans les zones de forte demande, ''a pour inconvénient de rejeter près d'une tonne de CO2 dans l'atmosphère pour tout MWh électrique produit''. Si de nombreux producteurs misent aujourd'hui sur la technologie de capture et de stockage de carbone (CSC), qui ''promet une production d'énergie décarbonée à une échelle comparable au nucléaire, à court et moyen terme, pour un investissement équivalent à celui de l'atome, avec une efficacité énergétique en baisse de 20 %, le charbon propre fait doubler le coût de l'électricité''. La production mondiale d'électricité d'origine nucléaire devrait quant à elle rester stable sur les vingt années à venir ou même décliner légèrement, ''selon les hypothèses de demande électrique, de politiques climatiques ou d'indépendance énergétique, d'arrêt ou de prolongement des tranches nucléaires en service, ou de résistance de l'opinion''. Un certain nombre de projets pourraient être retardés ''du fait de la détérioration du crédit des maîtres d'ouvrage, de l'indisponibilité des financements ou de la pénurie d'ingénieurs nucléaires''. Le retard non officiel du chantier de l'EPR de Flamanville, annoncé par le quotidien Le Figaro le 19 janvier, pourrait confirmer ces prévisions. Selon le cabinet Deloitte, le secteur du nucléaire, pour se développer, a ''besoin, non de subventions publiques, mais d'un prix long terme du carbone''. Les compagnies électriques et gazières, durement affectées par la baisse de la demande et des prix, hésitent à poursuivre leurs investissements. Les grands producteurs de pétrole sont de leur côté à la recherche de financement pour de nouvelles infrastructures. Selon Deloitte, ''les prêts chinois remboursables en pétrole pourraient faire école''. Energies renouvelables, des choix stratégiques indispensables : Les énergies renouvelables n'ont pas échappé à la crise. Les investissements ont fortement ralenti depuis quelques mois. De plus, ceux-ci sont confrontés à des incertitudes stratégiques. Par exemple, le paquet climat européen privilégie le choix de l'éolien, ''seule technologie renouvelable mûre, mais dont les limites apparaissent de plus en plus''. En revanche, des opportunités apparaissent en Afrique du Nord, Sub-saharienne et au Moyen-Orient pour le solaire photovoltaïque. ''A moyen et long terme, le rayonnement solaire constitue une ressource d'énergie primaire abondante, , qui, portée par des coûts d'investissement en baisse, pourrait assurer la fourniture à des zones de pression démographique forte aujourd'hui privées d'électricité, voire exporter vers le sud de l'Europe''. Efficacité énergétique, l'avenir ? : La demande énergétique devrait croître de 45 % d'ici à 2030. Or, ''ce scénario n'est compatible avec les objectifs de limitation de concentration de CO2 à 450ppm qu'à la faveur d'une baisse de la demande à concurrence de 40 % des efforts de réduction d'émissions. Un déploiement à grande échelle des systèmes de contrôle, mesure et automatisation, permettant aujourd'hui de réduire la consommation finale jusqu'à 30 % dans le résidentiel et 20 % dans l'industrie, est inévitable'', selon le cabinet de conseil. Le développement de réseaux intelligents pourrait accroître l'efficacité énergétique de l'industrie, aujourd'hui limitée à 33 %. Finalement, l'étude souligne l'importance d'une vision stratégique du marché de l'énergie, les choix actuels ayant des conséquences à long terme. le site Internet de Deloitte : http://www.deloitte.com
Le cabinet d'audit et de conseil Deloitte livre son analyse du marché de l'énergie pour les années à venir. La crise économique a eu un impact considérable sur ce secteur et l'incertitude de la reprise pose question quant à l'évolution du marché. Si les prix de l'électricité et du gaz sont déprimés en ce début d'année 2010, ils ne ''reflètent pas les tensions sur les capacités qui, à moyen et long terme, vont s'intensifier''. La disponibilité ...

Changement climatique ; Crise énergétique ; Demande en énergie ; Donnée économique ; Efficacité énergétique ; Étude ; Étude de marché ; Généralité énergie renouvelable ; International ; Investissement ; Marché énergétique ; Nucléaire ; Perspective ; Prix de l'electricité ; Prospective / Prévision ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

H

- n° 24
ISBN 1769-3861

La lecture du "Manifeste pour une France Solaire" écrit en 1980 par Joël de Rosnay, éminent futurologue, a quelque chose de troublant. Il s'apparenterait presque à un document anti-daté tellement il colle à la réalité d'aujourd'hui. Modeste dans l'analyse, Joël de Rosnay met juste en avant son métier, la prospective, qu'il fait de son mieux. Mais tout de même. De quoi en tous les cas avoir une oreille attentive à l'avenir qu'il dessine pour l'énergie solaire pour les années qui viennent et qu'il décrit dans son ouvrage "2020 : les scénarios du futur" : http://www.scenarios2020.com/livre http://www.agoravox.fr/sc2020/2020.pdf
La lecture du "Manifeste pour une France Solaire" écrit en 1980 par Joël de Rosnay, éminent futurologue, a quelque chose de troublant. Il s'apparenterait presque à un document anti-daté tellement il colle à la réalité d'aujourd'hui. Modeste dans l'analyse, Joël de Rosnay met juste en avant son métier, la prospective, qu'il fait de son mieux. Mais tout de même. De quoi en tous les cas avoir une oreille attentive à l'avenir qu'il dessine pour ...

Bibliographie ; Biocarburant ; Chauffe eau solaire ; Énergie solaire ; Étude ; Expertise ; Aspect historique ; Moteur stirling ; Photosynthèse ; Politique énergétique ; Prospective / Prévision ; Scénario ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Tour solaire

... Lire [+]

V

- n° 050210

La Guadeloupe est très dépendante de l'extérieur pour son approvisionnement et sa production énergétiques, qui reposent principalement sur des importations de produits pétroliers (près de 700 000 tonnes par an, dont un tiers est destiné à la production d'électricité). Les énergies renouvelables contribuent pour leurs parts à 14 % de la production d'électricité locale. Variabilité des prix, coût élevé de l'énergie et qualité de la distribution de l'électricité inférieure à celle de métropole sont les conséquences de cette forte dépendance énergétique (90 %). Pourtant la Guadeloupe bénéficie d'un fort ensoleillement tout au long de l'année, de la présence de vents réguliers et constants. Irriguée par 82 cours d'eau, Basse-Terre peut exploiter l'énergie hydraulique. Enfin, la bagasse peut être utilisée comme biomasse et la présence du volcan permet l'utilisation de l'énergie géothermale (centrales de Bouillante). Ce fort potentiel en énergies renouvelables est pour l'instant sous-exploité. Mais depuis le milieu des années 90, la Guadeloupe est un territoire d'expérimentation en matière d'ENR et de maîtrise de l'énergie. Premier territoire d'Outre-mer à avoir accueilli un parc éolien raccordé au réseau, la Guadeloupe a lancé aussi la première campagne de diffusion massive de lampes basse consommation. Une consommation d'électricité en hausse : La consommation d'énergie primaire est estimée à 7.600 GWh en 2006. Les produits pétroliers dominent largement cette consommation (71,8 % contre 9,7 % pour les ENR et 18,5 % pour le charbon). La part du secteur résidentiel est évaluée à 32,1 %, des transports à 31,7 % et des entreprises à 27,5 %. La consommation d'énergie finale est estimée à 4.312 de GWh en 2006 (56 % pour les transports, 18,7 % pour le résidentiel, 18,6 % pour les entreprises). Entre 2000 et 2006, cette consommation a augmenté de 10,3 %. La consommation d'électricité a augmenté de 27 % sur la même période. Cette croissance est poussée par le secteur résidentiel : +4,6 % contre +0,8 % pour les transports. L'électricité concentre 82 % de la consommation du secteur. Cette augmentation des consommations est liée à l'augmentation du nombre d'abonnés (+ 2,3% par an entre 2000 et 2006), mais aussi à l'augmentation de la consommation annuelle par abonné (4.250 kWh en 2006 contre 3.644 kWh en 2000 soit une évolution de 16,5 % en six ans). Le secteur résidentiel concentre finalement près de 50 % des consommations d'électricité de la Guadeloupe en 2006. L'accroissement de l'équipement des ménages est responsable de cette hausse de consommation : entre 1990 et 2006, la part de la climatisation a été multipliée par 5 pour atteindre 23 % de la consommation du secteur résidentiel. La diffusion de l'eau chaude sanitaire s'est fortement développée : alors qu'elle était limitée en 1990, elle atteint 24 % de la consommation totale des ménages en 2006. La consommation d'électricité (climatisation, froid alimentaire, pompes et ventilateurs, éclairage) représente également 65 % de la consommation d'énergie des entreprises. En excluant les consommations thermiques à partir de bagasse (sucrerie, distilleries), l'électricité représente 80 % de la consommation. La part des énergies renouvelables s'accroît : En 2006, la production d'électricité était assurée à près de 86 % par des énergies fossiles, notamment fioul lourd et charbon. Les énergies renouvelables représentent 13,6 % de la production. De ce fait, la production d'électricité est très émettrice de gaz à effet de serre. En 2006, elle a été responsable de 1,4 million de tonnes de CO2 (pour 1,8 TWh produit). La centrale bagasse - charbon du Moule représente 32 % des émissions de CO2 pour 23 % de la production. La centrale au fioul Lourd de Jarry Nord représente 43 % des émissions pour 45 % de la production électrique. La géothermie* représente 5,1% de la production d'électricité guadeloupéenne, la bagasse 4,8 % . Le photovoltaïque a produit 0,2 % de l'électricité du territoire. L'éolien représente une puissance installée de 21 MW en 2006 avec douze parcs installés et une contribution dans la production d'électricité de 2,3 %. Les centrales hydroélectriques contribuent à hauteur de 1,2 % à la production d'électricité. Enfin, la valorisation des déchets ménagers et le solaire thermique sont également peu développés. Un potentiel à développer : La disponibilité de la bagasse est faible (1244 heures). Une seule centrale thermique mixte bagasse charbon l'utilise pour la production d'électricité et seulement deux mois par an, lors de la campagne sucrière. Par contre, le potentiel photovoltaïque est énorme alors qu'en 2006, seuls 2MW étaient installés. Le potentiel éolien peut également être développé, via les éoliennes anti- cycloniques de type Vergnet qui équipent déjà le territoire. Enfin, suivant le régime hydrologique, les centrales hydroélectriques peuvent atteindre 2 % de la production guadeloupéenne. Scénarios 2020 : ENR et maîtrise de l'énergie : Le Plan énergétique pluriannuel de prospection et d'exploitation des énergies renouvelables et d'utilisation rationnelle de l'énergie (PRERURE), publié en 2008, prévoit qu'en 2030, la population guadeloupéenne pourrait dépasser les 500.000 habitants alors qu'actuellement elle approche les 467.000 habitants. Selon un scénario tendanciel établit dans le document, d'ici 2020, la consommation d'énergie de l'habitat devrait progresser de 2,8 % par an (augmentation du taux d'équipement principalement). La consommation du secteur des entreprises est quant à elle estimée à +2,6 % par an (+ 3 % hors bagasse). Le secteur des transports reste le secteur où la consommation d'énergie évolue le plus rapidement (+4,8 % par an). Un scénario volontariste mise sur la réduction des consommations du secteur résidentiel (climatisation performante et développement du solaire thermique). A l'horizon 2020, ce scénario permet d'économiser 268 GWh. 42% de ce potentiel est le fait du développement du solaire thermique dans l'habitat. La consommation du scénario volontariste atteint 1.224 GWh en 2020, soit une augmentation de 1,7 % par an. Pour répondre à cette demande, un scénario d'évolution volontariste de la production d'électricité a été retenu. Ce scénario se cale sur les objectifs de développement des énergies renouvelables définis selon le potentiel guadeloupéen. Ces objectifs permettraient de réduire la part de la production d'électricité d'origine thermique à 44,4 %, alors qu'elle atteint 86 % en 2006. Le facteur d'émission de l'électricité diminuerait de 49 % par rapport à 2006, passant de 759 g CO2/kWh électrique à 390 g CO2/kWh électrique. Les énergies renouvelables aléatoires (photovoltaïque, éolien, hydroélectricité) représenteraient 24 % de la production d'électricité en 2020, ce qui est inférieur à la limite technique de 30 % définie par EDF. L'objectif du PRERURE est également de maîtriser la demande en énergie. Équipements efficaces, évolution des modes de construction doivent être développés, tant au niveau des entreprises que des particuliers. Pour parvenir à cet objectif ambitieux, la Guadeloupe a obtenu en mai 2009 une habilitation qui lui permet de réglementer la maîtrise et la demande de l'énergie sur son sol, un cas inédit en France. Cette habilitation est décisive pour la Guadeloupe. La Région pourra par exemple définir une réglementation thermique adaptée au contexte local.
La Guadeloupe est très dépendante de l'extérieur pour son approvisionnement et sa production énergétiques, qui reposent principalement sur des importations de produits pétroliers (près de 700 000 tonnes par an, dont un tiers est destiné à la production d'électricité). Les énergies renouvelables contribuent pour leurs parts à 14 % de la production d'électricité locale. Variabilité des prix, coût élevé de l'énergie et qualité de la distribution de ...

Canne à sucre ; Chiffre clé ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Collectivité locale ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Cours d'eau ; Dépendance énergétique ; Dom Tom ; Donnée économique ; Économie d'énergie ; Électricité renouvelable ; Energie fossile ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Gisement solaire ; Guadeloupe ; Energie hydraulique ; Objectif ; Parc éolien ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Potentiel de développement ; Potentiel hydraulique ; Prospective / Prévision ; Puissance installée ; Réalisation ; Scénario ; Secteur résidentiel ; Solaire photovoltaïque ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 010210

2009 aura donc été une année de forte croissance mais aussi de transition pour le photovoltaïque en France. Après avoir entamé un cycle de croissance remarquable depuis 2007, le secteur photovoltaïque double sa capacité installée en 2009, avec une estimation par les acteurs du secteur de 250 MW en 2009 à comparer aux 105 MW installés en 2008. Le résultat d'une baisse de 30% des prix des modules ! Selon le deuxième rapport de PricewaterhouseCoopers sur l'état de la filière photovoltaïque, la France passe ainsi de la 12e à la 7e position derrière l'Italie et devant la Chine. Les changements réglementaires de ce début d'année devraient se traduire par une croissance moindre mais plus saine en 2010, avec un rééquilibrage à attendre des projets de centrale au sol entre les régions plus ou moins ensoleillées mais un déséquilibre en faveur du sud de la France sur les toitures. Du côté des installateurs et distributeurs, la consolidation risque de se polariser plus tôt que prévu autour de grands acteurs structurés et de petits acteurs locaux. En amont de la filière, les technologies continuent d'évoluer et des ruptures sont attendues, sur fond de prédominance du silicium. L'avenir de ce secteur stratégique dépend aujourd'hui de sa capacité à poursuivre le développement d'un aval structuré et à convertir ce développement en opportunités industrielles pour la France. Année 2010, année de la consolidation : Le marché devrait ainsi trouver en 2010 son rythme de croissance après un fort essor en 2009. « L'arrêté du 12 janvier 2010 devrait, selon notre rapport, améliorer l'attractivité de l'intégration au bâti sans laisser de marge à la spéculation. En 2010, le marché restera solide et ressortira probablement avec une croissance plus modérée, mais aussi plus saine. Sur les cinq prochaines années, nous anticipons une croissance à deux chiffres pour l'ensemble du secteur » commente Alain Calmé, Associé en charge du Conseil en Stratégie chez PricewaterhouseCoopers. Secteur en plein essor, la filière photovoltaïque française devrait compter 15 000 emplois directs en 2012, générés principalement par l'aval de la chaîne de valeur. Justement, dans son ensemble, l'aval risque de se concentrer autour des grands acteurs et des petits acteurs locaux. Pour de nombreux installateurs structurés du secteur, l'année 2010 devrait être celle de la consolidation. Cette consolidation sera impulsée d'une part par la forte croissance de 2009 qui provoque des difficultés de financement, et d'autre part par les ajustements tarifaires qui, couplés à leur rétroactivité à novembre 2009, vont tempérer le marché, limiter sa capacité d'accueil et impacter le chiffre d'affaires de nombreux acteurs. « La physionomie du marché pourrait changer au cours de l'année 2010. De grands groupes regardent le secteur et on devrait ainsi voir arriver de nouveaux entrants soit en accès direct soit via des acquisitions et des partenariats » précise Benjamin Cros, Senior manager, en charge de l'énergie au sein du pôle Conseil en Stratégie de PricewaterhouseCoopers. Le retard industriel : un enjeu stratégique pour la filière française : En matière de technologie, la compétition entre les constructeurs a commencé. Le défi majeur est d'atteindre le plus rapidement possible la parité réseau c'est-à-dire un coût de production du kWh photovoltaïque égal au coût d'achat de l'électricité au détail. La filière silicium et les transitions technologiques attendues devraient aller dans ce sens et soutenir la croissance du secteur amont et la baisse des coûts de production. Dans ce contexte, l'amont français a commencé à se créer une capacité de production, mais accuse un véritable retard en matière de fabrication et d'innovation. « 2009 aura vu une tendance encourageante dans l'amont, avec de nombreux projets de fabrication de modules, qui devrait continuer en 2010 : mais les producteurs français sont toujours peu nombreux, non intégrés et fragiles. On compte un projet dans les couches minces en France contre une quinzaine chez nos voisins d'Outre-Rhin et aucun projet intégré opérationnellement avancé dans le silicium cristallin », constate Benjamin Cros. Selon le 2e rapport de PricewaterhouseCoopers sur l'état de la filière photovoltaïque en France, l'avenir se joue actuellement et dépendra autant du développement de l'amont que des changements réglementaires. Méthodologie : Le « Deuxième rapport de PricewaterhouseCoopers sur l'état de la filière en France » a été publié en février 2010. Il s'agit d'une étude qualitative, basée sur une série de 80 entretiens ciblés conduits auprès d'acteurs du secteur (installateurs, exploitants, organismes financiers, organismes d'audit et de contrôle, bureaux d'études, etc.). Commander l'intégralité (500€) : http://www.pwc.fr/etat-de-la-filiere-photovoltaique-en-france-2009.html
2009 aura donc été une année de forte croissance mais aussi de transition pour le photovoltaïque en France. Après avoir entamé un cycle de croissance remarquable depuis 2007, le secteur photovoltaïque double sa capacité installée en 2009, avec une estimation par les acteurs du secteur de 250 MW en 2009 à comparer aux 105 MW installés en 2008. Le résultat d'une baisse de 30% des prix des modules ! Selon le deuxième rapport de Pricewaterh...

Bureau d'étude ; Diagnostiqueur ; Emploi ; Étude de marché ; Installateur ; International ; Marché français ; Prospective / Prévision ; Puissance installée ; Secteur industriel ; Société d'exploitation ; Société financière ; Solaire photovoltaïque ; Sondage ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 552

L'association européenne de l'énergie éolienne indique que l'année dernière, pas moins de 13 milliards d'euros ont été investis pour une augmentation de 10 000 MW de la puissance installée. A lui seul, l'éolien assure 39 % de la croissance des capacités de production, surclassant ainsi toutes les autres sources d'énergie. Les plus gros producteurs sont l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la France et la Grande-Bretagne. Actuellement, 4,8 % de la consommation d'électricité de l'UE sont couverts par l'énergie éolienne : En comparaison, la Suisse affiche des résultats bien plus modestes. La mise en service en 2009 des deux éoliennes de Saint-Brais (JU) a porté la puissance installée totale à 17,5 MW, ce qui devrait permettre une production annuelle de 27 millions de kWh. Un chiffre qui devrait doubler grâce aux nouvelles installations actuellement en construction. Suisse Eole, l'association pour la promotion de l'énergie éolienne en Suisse, table sur une augmentation de 200 MW de la puissance installée totale d'ici 2015. A moyen terme (2030), le potentiel éolien de la Suisse représente, selon des estimations actuelles, 2,5 % de la consommation nationale d'électricité. Dans un deuxième temps (2050), ce chiffre pourrait atteindre pas moins de 7 %. Et il y a encore de la marge pour la Suisse. Le Bade-Wurtemberg, une région allemande limitrophe, offre des conditions topographiques comparables à la Suisse, et possède une puissance installée 25 fois plus grande !
L'association européenne de l'énergie éolienne indique que l'année dernière, pas moins de 13 milliards d'euros ont été investis pour une augmentation de 10 000 MW de la puissance installée. A lui seul, l'éolien assure 39 % de la croissance des capacités de production, surclassant ainsi toutes les autres sources d'énergie. Les plus gros producteurs sont l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la France et la Grande-Bretagne. Actuellement, 4,8 % de la ...

Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Investissement ; Parc éolien ; Potentiel de développement ; Potentiel éolien ; Production d'électricité ; Prospective / Prévision ; Puissance installée ; Réalisation ; Suisse

... Lire [+]

V

- n° 863
ISBN 1774-5071

Le bureau d'études POUGET Consultants s'est lancé en 2006 dans la réhabilitation de locaux existants atteignant des performances énergétiques excellentes validées par l'exploitation d'instruments de contrôle et d'analyse. Cet article présente un bilan chiffré de cette rénovation.

Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bilan énergétique ; Bureau d'étude ; Chantier ; Chauffage ; Compteur énergie ; Éclairage ; Isolation ; Plancher chauffant ; Pompe à chaleur ; Prospective / Prévision ; Puits de lumière ; Rénovation ; Secteur tertiaire ; Tube fluorescent ; Ventilation double flux ; Ventilation Mécanique Controlée / VMC

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Prospective / Prévision [203]

Chiffre clé [81]

Politique énergétique [75]

Généralité énergie renouvelable [65]

Scénario [62]

France [59]

Éolien [57]

International [46]

Consommation d'énergie [43]

Solaire photovoltaïque [40]

Changement climatique [37]

Europe [37]

Généralité énergie [37]

Transport [33]

Emploi [31]

Production d'électricité [31]

Energie hydraulique [29]

Gaz à Effet de Serre / GES [28]

Puissance installée [27]

Biomasse [26]

CO2 / Dioxyde de carbone [25]

Électricité renouvelable [25]

Potentiel de développement [24]

Transition énergétique [24]

Nucléaire [23]

Collectivité locale [22]

Efficacité énergétique [22]

Bâtiment [21]

Électricité [21]

Milieu agricole [21]

Pétrole [21]

Charbon [20]

Étude [20]

Solaire thermique [20]

Géothermie [18]

Maitrise De l'Énergie - MDE [18]

Réseau électrique [18]

Réserve / Ressource energétique [18]

Aspect historique [17]

Biocarburant [17]

Bois énergie [17]

Consommation d'électricité [17]

Énergie solaire [17]

Gaz naturel [17]

Secteur industriel [17]

Secteur d'activité [16]

Bilan énergétique [15]

Coût d'investissement [15]

Donnée économique [15]

Effet de serre [15]

Industrie [15]

Perspective [15]

Secteur résidentiel [15]

Secteur tertiaire [15]

Energie fossile [14]

Impact environnemental [14]

Logement [14]

Marché français [14]

Offre et demande [14]

Biogaz [13]

Demande en énergie [13]

Développement durable [13]

Économie d'énergie [13]

Investissement [13]

Objectif [13]

Politique environnementale [13]

Réchauffement climatique [13]

Approvisionnement [12]

Chaleur [12]

Offshore [12]

Coût de production [11]

ADEME [10]

Déchet [10]

Énergie primaire [10]

Entreprise [10]

Éolienne [10]

Pompe à chaleur [10]

Technologie [10]

Bilan [9]

Éthanol [9]

Grenelle de l'environnement [9]

Parc éolien [9]

Production d'énergie [9]

Rapport [9]

RTE [9]

Allemagne [8]

Aspect économique [8]

Cogénération [8]

Hydrogène [8]

Marché mondial [8]

Objectif européen [8]

Particulier / Ménage [8]

Précarité énergétique [8]

Prix de l'énergie [8]

Programme de développement [8]

Recensement / Inventaire [8]

Recherche [8]

Rendement [8]

Risque [8]

Tarif d'achat [8]

Besoin énergétique [7]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z