F Nous contacter

0

Documents  Biocarburant | enregistrements trouvés : 815

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 141209

La première unité de production de biométhane carburant issu du biogaz capté sur l'installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) de Claye-Souilly (77) est désormais opérationnelle. Veolia Propreté Ile-de-France, en collaboration avec la Direction de la Recherche et de l'Innovation de Veolia Environnement, concrétise ainsi son engagement en faveur des énergies renouvelables. Lancé en 2008, le projet représente un investissement de 1,6 millions d'euros, pour lequel il a reçu 300 000 euros de subvention de l'Ademe. Huit véhicules légers et une benne de collecte d'ordures ménagères, équipés de moteurs de type Gaz Naturel pour Véhicules, font dorénavant leur plein de carburant Méth'OD (Méthane 100% Origine Déchets) directement sur le site de Claye-Souilly de Veolia Propreté. Le démonstrateur permet d'extraire le dioxyde de carbone et l'azote du biogaz (composé de 45% de méthane (CH4), 35% de CO2 et 16% N2), puis de l'épurer de ses polluants (siloxanes...) et ainsi produire un gaz contenant 95% de méthane. Le gaz épuré est ensuite comprimé à 300 bars afin d'obtenir un carburant ayant la composition du gaz de ville : il est utilisable dans tout véhicule équipé d'un moteur de type GNV et devrait permettre de répondre par ailleurs aux conditions techniques et économiques d'alimentation du réseau de transport et de distribution du gaz naturel. Un carburant utilisable par plusieurs type de véhicule : Afin de valider la technologie la plus performante en matière de séparation du CO2 et de N2 du biogaz, deux technologies distinctes sont testées sur le démonstrateur de Claye-Souilly : le procédé VPSA qui adsorbe les composés indésirables sur des solides poreux ainsi qu'un procédé membranaire plus novateur. La technique retenue sera déployée à plus grande échelle sur d'autres centres de stockage de déchets non dangereux. Pour Christophe Aran, directeur adjoint des centres R&D de Veolia Environnement, "les perspectives de ce programme de recherche sont importantes compte-tenu des quantités de méthane produites sur des installations exploitées par Veolia Environnement dans le monde, et ce au delà des seuls centres de stockage, qui sont de l'ordre de 750 millions de m3 par an. Ce développement offre une valorisation directe du biogaz, soit en carburant utilisable par les véhicules venant décharger leurs déchets, soit par des flottes de bus de Veolia Transport, soit en biométhane (ré)injectable dans le réseau de transport et de distribution du gaz naturel". Un fort pouvoir énergétique : Le démonstrateur a une capacité de production de 60 Nm3/h de biométhane carburant, à partir du biogaz capté sur l'installation de stockage de déchets. Grâce au fort pouvoir énergétique du méthane (1 tonne de déchets ménagers produit environ 200 m3 de biogaz ou 100 m3 de méthane qui équivalent à 100 litres d'essence), cette production représente l'équivalent des besoins énergétiques annuels d'une flotte de 210 véhicules légers. Ce nouveau mode de valorisation énergétique du biogaz issu d'installations de stockage de déchets non dangereux vient compléter les installations de valorisation énergétique de Claye- Souilly qui produisent une quantité d'électricité équivalente à la consommation électrique hors chauffage d'une ville de 228 000 habitants. "Exploitées dans une logique de production d'énergie, les installations de stockage de déchets non dangereux sont de plus en plus performantes en matière de captation de biogaz. Ce nouveau développement permet de diversifier les modes de transformation du biogaz en énergie. Ainsi, à partir des déchets collectés chez l'habitant, nous produisons le gaz Meth'OD qui est ensuite utilisé comme biocarburant par une benne de collecte de déchets...la boucle est bouclée" déclare de son côté Pascal Peslerbe, directeur des activités de valorisation et de traitement de déchets de Veolia Propreté Ile-de-France. Une énergie renouvelable : Sur le plan environnemental, le biométhane n'étant pas un combustible fossile, il est considéré comme une énergie renouvelable. La substitution du diesel par du biométhane carburant permettra à terme d'éviter l'émission moyenne de 140 g de CO2/km parcouru, soit sur une flotte de 210 véhicules légers parcourant chacun 30 000 km/an, 882 tonnes de CO2 par an. Substituer à des combustibles fossiles de nouveaux combustibles issus de déchets contribue à la limitation des émissions de gaz à effet de serre. L'optimisation des performances et la diversification des modes de valorisation du biogaz issus des ISDND fait partie des programmes de recherche menés par Veolia Environnement, qui consacre 70% de sa R&D à la lutte contre le changement climatique.
La première unité de production de biométhane carburant issu du biogaz capté sur l'installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) de Claye-Souilly (77) est désormais opérationnelle. Veolia Propreté Ile-de-France, en collaboration avec la Direction de la Recherche et de l'Innovation de Veolia Environnement, concrétise ainsi son engagement en faveur des énergies renouvelables. Lancé en 2008, le projet représente un investissement de 1,6 ...

Biocarburant ; Biogaz ; Carburant ; GNL / GNV ; Ile de France ; Réalisation ; Usine de méthanisation

... Lire [+]

V

- n° 90703

"L'Entreprise Municipale de Transports de Valence (EMT), en accord avec son engagement en faveur du respect de l'environnement, est pionniere dans l'implantation d'un systeme de ramassage et de recyclage des huiles vegetales d'usage domestique, dans le but de les utiliser comme carburant ecologique peu polluant pour ses autobus. Appuye par les fonds LIFE de la Commission Europeenne, l'EMT a compte sur l'appui des entites suivantes pour mener a bien son projet : le Conseil de l'Environnement, la Federation Valencienne des Entrepreneurs du Tourisme et de l'Environnement (FEVET), la Federation de Transport de Voyageurs par Routes (Fenebus), l'Association Nationale de Transports Collectifs Urbains de Voyageurs de Surface (Antuc), l'Institut pour la Diversification et l'Economie Energetique (IDAE) et l'Universite Polytechnique de Valence (UPV). En outre, la collaboration citoyenne est d'importance vitale pour la reussite de ce projet. Les objectifs poursuivis par le projet sont la collecte et le recyclage d'huiles vegetales utilisees pour usage domestique et hotelier et leur conversion en biocombustibles qui seront employes dans les autobus de l'entreprise EMT de Valence, reduisant ainsi les emissions polluantes. La collecte aura lieu dans les bars, les restaurants et les hotels et aussi par l'intermediaire de conteneurs installes dans les rues pour les huiles provenant de particuliers. Contacts : - Empresa Municipal de Transportes de Valencia : http://www.emtvalencia.es Source : El levante, 05/06/03 "
"L'Entreprise Municipale de Transports de Valence (EMT), en accord avec son engagement en faveur du respect de l'environnement, est pionniere dans l'implantation d'un systeme de ramassage et de recyclage des huiles vegetales d'usage domestique, dans le but de les utiliser comme carburant ecologique peu polluant pour ses autobus. Appuye par les fonds LIFE de la Commission Europeenne, l'EMT a compte sur l'appui des entites suivantes pour mener a ...

Biocarburant ; Espagne ; Huile végétale

... Lire [+]

V

- n° 230104

"Pratiquee au Bresil depuis 1975 et depuis quelques temps aux Etats-Unis et en Suede, l'adjonction de bioethanol a l'essence et au diesel fait l'objet d'etudes diverses en Suisse. La creation de structures appropriees est egalement encouragee par l'Union europeenne, avec le dessein de remplacer partiellement l'essence par des carburants de substitution, avec un pourcentage de 5,75% en 2010 et de 20% d'ici 2020. Dans le cadre de son projet ""etha+"", Alcosuisse, unite autonome de la Regie federale des alcools, specialisee dans la commercialisation de l'ethanol, a commande une serie d'etudes scientifiques pour evaluer l'addition d'ethanol aux carburants classiques. Le Laboratoire des systemes energetiques (LASEN) de l'Ecole polytechnique federale de Lausanne a etudie les effets ecologiques du mode de production du bioethanol. Il en ressort que le bilan des emissions de substances nocives est influence par les ressources utilisees, la culture, la recolte, le transport, le stockage, etc. Mais dans tous les cas, l'adjonction d'ethanol entraine un reduction de la consommation des agents energetiques fossiles et, par la, une diminution des emissions de dioxyde de carbone ; le CO2 issu de la combustion du bioethanol, source d'energie renouvelable, n'intervenant pas dans le bilan du CO2. De plus, une etude du Laboratoire federal d'essai des materiaux a mis en evidence les differences dans les emissions de substances nocives (CO, NOx, hydrocarbures) lors des cycles standards de conduite. Pour les emissions de gaz d'echappement des vehicules, les carburants diesel et essence avec adjonction de bioethanol n'ont pas presente de differences marquantes. Pour le diesel, des valeurs plus elevees du total des hydrocarbures non brules etaient perceptibles. Le potentiel de formation d'ozone causee par les emissions de composes organiques volatiles a augmente d'environ 15% pour une voiture diesel et de 30% pour un vehicule a essence. Le bioethanol permet de tirer profit de l'environnement, tout en utilisant la chaine de distribution de carburant existante et les vehicules actuellement en circulation ; Alcosuisse etudie d'autres mesures visant a la realisation d'installations de production de bioethanol et au developpement des infrastructures necessaires. Contacts : Pierre Schaller, Alcosuisse, CH-3000 Berne 9, http://www.eav.admin.ch/f/ http://www.eav.admin.ch/f/h_.htm "
"Pratiquee au Bresil depuis 1975 et depuis quelques temps aux Etats-Unis et en Suede, l'adjonction de bioethanol a l'essence et au diesel fait l'objet d'etudes diverses en Suisse. La creation de structures appropriees est egalement encouragee par l'Union europeenne, avec le dessein de remplacer partiellement l'essence par des carburants de substitution, avec un pourcentage de 5,75% en 2010 et de 20% d'ici 2020. Dans le cadre de son projet ...

Biocarburant ; Éthanol ; Europe ; Suisse

... Lire [+]

V

- n° 19
ISBN 1764-2817

Les producteurs les plus performants de bioéthanol et de biodiesel devraient devenir des exportateurs nets d'ici 5 ans, à la faveur de l'émergence d'un marché mondial des biocarburants.

Biocarburant ; Étude ; International ; Marché mondial ; Producteur ; Production carburant

... Lire [+]

V

- n° 380

"L'étude a été menée sur un Boeing 747-400 construit par Rolls-Royce. Le vol d'essai réalisé en décembre 2008 été alimenté par un carburant composé à 50 % de carburant issu de jatropha, en complément au traditionnel JetA1. Les tests ont été conduits au sol et en vol, à différentes altitudes et dans des conditions de vol variées. Le moteur et les composants ont été étudiés. L'utilisation de ce mélange sur un vol de 12 heures réduirait de 1,2% la consommation de l'avion, soit 1,43 tonnes de carburant. Sur de plus courtes distance, l'économie de consommation serait de 1%. Du point de vue des émissions de CO2, la réduction serait de 4,5 tonnes, soit 60 à 65% de moins qu'avec un carburant conventionnel. ""Il est certain que les données de notre vol d'essai au biocarburant constitue une composante critique destinée à aider les biocarburants à devenir un carburant aérien certifié"" s'est félicité le Commandant David Morgan. ""Actuellement, notre équipe recherche différentes options de biocarburants. Nous restons fidèles à notre ambition de répondre à hauteur de 10% aux besoins de carburants en 2013 par l'usage de carburants alternatifs, mais reconnaissons qu'il existe plusieurs étapes à franchir par les experts dans d'autres domaines."" a-t-il ajouté. L'initiative était réalisée conjointement par Air New Zealand, Boeing, Rolls-Royce, et Honeywell UOP. "
"L'étude a été menée sur un Boeing 747-400 construit par Rolls-Royce. Le vol d'essai réalisé en décembre 2008 été alimenté par un carburant composé à 50 % de carburant issu de jatropha, en complément au traditionnel JetA1. Les tests ont été conduits au sol et en vol, à différentes altitudes et dans des conditions de vol variées. Le moteur et les composants ont été étudiés. L'utilisation de ce mélange sur un vol de 12 heures réduirait de 1,2% la ...

Biocarburant ; Expérimentation ; Jatropha ; Nouvelle-Zélande ; Réalisation ; Transport aérien

... Lire [+]

V

- n° 11

Le roi incontesté de ce marché au potentiel formidable est le groupe danois Novozymes, leader mondial des enzymes industrielles, qui vient d'annoncer la sortie pour 2010 de la première enzyme viable commercialement pour produire du bioéthanol à base de résidus végétaux. Les enzymes agissent par hydrolyse, une alternative aux procédés thermochimiques. Sten Risgaard, PDG de Novozymes, explique que sa société a fourni cette année, après 9 ans de recherche, des prototypes d'enzymes destinés aux producteurs de bioéthanol cellulosique, tels que POET et KL Energy aux Etats-Unis, COFCO en Chine, et Inbicon au Danemark. Production industrielle : C'est en 2012 que devrait démarrer la production à l'échelle industrielle de ce bioéthanol qui pourrait succéder aux bioéthanols à base de maïs, colza ou canne à sucre, accusés de détourner des ressources alimentaires. Novozymes a aussi noué un partenariat de recherche avec CTC (Brésil) sur des enzymes qui transformeraient la bagasse (résidu de canne à sucre) en bioéthanol. Le bioéthanol a l'avenir devant lui : le parc automobile mondial devrait tripler, selon l'Agence internationale de l'énergie, pour atteindre 3,3 milliards en 2050. D'où un besoin vital de carburant propre, d'autant que les voitures électriques ne remplaceront pas les véhicules à combustion. L'Europe et les Etats-Unis imposent déjà de mélanger du bioéthanol à l'essence. Marché des enzymes doublé Les enzymes industrielles, utilisées depuis 60 ans dans l'alimentaire, les détergents, représentent un marché mondial d'environ 2,2 milliards d'euros. Un marché dominé à 70 % par Novozymes et son rival danois Danisco. Si les biocarburants à base de résidus végétaux s'imposent, le marché mondial des enzymes pourrait doubler d'ici 2020, selon le PDG de Danisco, Tom Knutzen. En 2030, la production d'éthanol pourrait être 12 fois supérieure à son niveau de 2006 et le marché du bioéthanol atteindre 75 à 140 milliards de dollars dès 2020. Bioéthanol moins cher que le gazole En 2010, les enzymes seront commercialement viables et le biocarburant, qui pour l'instant reste 30 % plus cher à produire que le gazole, devrait être 25 % moins cher en 2015. Avec un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros en 2008, Novozymes réalise 30 % de ses ventes dans les enzymes. Et il construit une usine d'enzymes au Nebraska, qui sera opérationnelle fin 2012, et étudie un projet d'usine en Chine, près de Shanghai. Parmi ses concurrents, le consortium français Futurol travaille lui aussi sur des enzymes pour biocarburants.
Le roi incontesté de ce marché au potentiel formidable est le groupe danois Novozymes, leader mondial des enzymes industrielles, qui vient d'annoncer la sortie pour 2010 de la première enzyme viable commercialement pour produire du bioéthanol à base de résidus végétaux. Les enzymes agissent par hydrolyse, une alternative aux procédés thermochimiques. Sten Risgaard, PDG de Novozymes, explique que sa société a fourni cette année, après 9 ans de ...

Biocarburant ; Biomasse ligno-cellulosique ; Coût de production ; Éthanol ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1964-9843

Le Faber s'inscrit dans le cadre du MDP et permet aux bénéficiaires d'obtenir des crédits carbones négociables sur le marché international. Le fonds identifie des projets, réalise des études de faisabilité et fournit une assistance technique et financière pour développer la formation, la sensibilisation et la coopération. Il dispose déjà d'une centaine de projets réalisables, principalement dans les secteurs de l'hydroélectricité, des biocarburants, du solaire, de la biomasse, de la reforestation et de la substitution de combustibles fossiles. http://www.afriqueavenir.org
Le Faber s'inscrit dans le cadre du MDP et permet aux bénéficiaires d'obtenir des crédits carbones négociables sur le marché international. Le fonds identifie des projets, réalise des études de faisabilité et fournit une assistance technique et financière pour développer la formation, la sensibilisation et la coopération. Il dispose déjà d'une centaine de projets réalisables, principalement dans les secteurs de l'hydroélectricité, des b...

Afrique ; Aide financière ; Avis technique ; Biocarburant ; Biomasse ; Coopération ; Énergie solaire ; Étude de faisabilité ; Fonds d'investissement ; Formation ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; MDP / Mécanisme Développement Propre ; Sensibilisation ; Site Internet ; Système d'échange (GES)

... Lire [+]

V

- n° 816
ISBN 1267-0545

Le cours du blé et de la betterave n'ont jamais été aussi haut. L'augmentation des coûts des matières premières des biocarburants est-elle éphémère ou assiste-t-on à une croissance durable des prix de ces carburants. Le Brésil peut facilement et rapidement exporter d'importantes quantités de biocarburants . Le coût de production des matières premières est passé de 0,4 à 0,60€/l contre 0,23€/l au Brésil et 0,24€/l aux états unis
Le cours du blé et de la betterave n'ont jamais été aussi haut. L'augmentation des coûts des matières premières des biocarburants est-elle éphémère ou assiste-t-on à une croissance durable des prix de ces carburants. Le Brésil peut facilement et rapidement exporter d'importantes quantités de biocarburants . Le coût de production des matières premières est passé de 0,4 à 0,60€/l contre 0,23€/l au Brésil et 0,24€/l aux états unis

Betterave ; Biocarburant ; Blé ; Brésil ; Coût de production ; États Unis ; Europe ; France ; Importation ; Industrie ; Matière première ; Milieu agricole ; Prix de l'énergie ; Prix du carburant ; Secteur industriel

... Lire [+]

V

- n° 384

"Le rapport intitulé « Tendances mondiales de l'investissement en énergie durable 2009 » indique que sur les 155 milliards de dollars investis dans l'énergie ""propre"", plus des deux tiers l'ont été dans des projets d'énergie renouvelable (géothermie, énergie éolienne, solaire et biocarburants) et 13,5 milliards de dollars pour des compagnies développant de nouvelles technologies. L'étude, réalisée par la société New Energy Finance, souligne que l'investissement l'an dernier en énergie propre a été multiplié par quatre par rapport à 2004 et a dépassé le record de 2007 de 5%, même si cet investissement a baissé de 17% au second semestre de 2008 par rapport au premier, une tendance qui se poursuit en 2009. « Sans aucun doute, la crise économique a eu un impact sur les investissements en énergie propre », a commenté le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner. Alors que l'investissement en énergie à faible émissions de carbone a baissé de 2% aux Etats-Unis et que sa croissance a ralenti en Europe, les bonnes nouvelles en 2008 sont venues principalement des pays en développement a ajouté M. Steiner. "La Chine est devenue le deuxième marché le plus important au monde pour l'énergie éolienne en termes de capacités et le plus gros fabriquant de panneaux solaires et une augmentation de la géothermie est en cours dans des pays comme l'Australie, le Japon et le Kenya », a-t-il dit. D'autres pays en développement, tels que le Brésil, le Chili, le Pérou et les Philippines, adoptent « des politiques et des lois encourageant l'énergie propre », a-t-il souligné. http://www.unep.org/Documents.Multilingual/Default.asp?DocumentID=538&ArticleID=5849&l=fr"
"Le rapport intitulé « Tendances mondiales de l'investissement en énergie durable 2009 » indique que sur les 155 milliards de dollars investis dans l'énergie ""propre"", plus des deux tiers l'ont été dans des projets d'énergie renouvelable (géothermie, énergie éolienne, solaire et biocarburants) et 13,5 milliards de dollars pour des compagnies développant de nouvelles technologies. L'étude, réalisée par la société New Energy Finance, souligne ...

Biocarburant ; Chiffre clé ; Énergie solaire ; Éolien ; Étude ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; International ; Investissement

... Lire [+]

V

- n° 61109

Deinove, créée en 2006 par Truffle Capital, a annoncé aujourd'hui avoir obtenu un financement de 6 millions d'euros d'Oséo dans le cadre du programme ISI (innovation stratégique industrielle) pour réaliser un projet baptisé Deinol. Le programme soutient le projet à hauteur de 8,9 millions d'euros sur un total de 21,4 millions d'investissements puisque s'ajoute l'aide accordée à ses trois partenaires : un industriel leader de la production d'éthanol en Europe, ainsi que deux partenaires académiques, le CPBS (CNRS- Université de Montpellier 1) et le LISBP (INSA Toulouse/CNRS/INRA). Deinol a l'objectif, d'ici à 2014, ''d'ouvrir la voie à la production d'éthanol ligno- cellulosique (éthanol de 2ème génération) dans les installations industrielles existantes et sans investissements majeurs et se base sur l'exploitation des propriétés de résistance, de digestion de la biomasse et de fermentation des bactéries du genre Deinococcus'', précise la jeune entreprise dans un communiqué. Les technologies dites de première génération pour la production de bioéthanol concernent essentiellement l'exploitation de céréales (blé, maïs) et de cultures sucrières (canne à sucre, betterave) dans des conditions où le sucre à fermenter est accessible directement ou sous forme d'amidon. Les technologies de deuxième génération impliquent des transformations opérées par des biocatalyseurs plus performants, plus polyvalents, et s'appuient sur l'exploitation d'une gamme de ressources en biomasse étendue à la plante entière, à des cultures dédiées, à la sylviculture et aux déchets.
Deinove, créée en 2006 par Truffle Capital, a annoncé aujourd'hui avoir obtenu un financement de 6 millions d'euros d'Oséo dans le cadre du programme ISI (innovation stratégique industrielle) pour réaliser un projet baptisé Deinol. Le programme soutient le projet à hauteur de 8,9 millions d'euros sur un total de 21,4 millions d'investissements puisque s'ajoute l'aide accordée à ses trois partenaires : un industriel leader de la production ...

Biocarburant ; Biomasse ligno-cellulosique ; Culture énergétique ; Déchet ; Éthanol ; Financement ; Programme de développement ; Projet ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 111208

Dans le cadre du paquet climat/énergie proposé en janvier 2008 par la Commission européenne, le Parlement européen et les Etats membres sont appelés à se prononcer sur plusieurs projets de directive dont celui portant sur les énergies renouvelables. Suite à la décision de principe du Conseil européen de mars 2007 portant à 20 % la part d'énergie renouvelable dans la consommation finale d'énergie de l'UE à l'horizon 2020, la Commission a proposé une feuille de route pour chaque Etat membre. Dans un souci d'équité, la Commission a réparti l'effort d'augmentation de l'utilisation des EnR. La directive proposée prend donc en compte les situations de départ et le potentiel de chaque pays pour la traduction de l'objectif commun en objectifs nationaux. La France par exemple devra produire 23 % de sa consommation d'énergie à partir d'énergies renouvelables en 2020. Cet objectif est supérieur à celui de l'Allemagne (18 %), de l'Espagne (20 %), de l'Italie (17 %) et de l'Angleterre (15 %) mais inférieur à celui de la Suède (49 %), de l'Autriche (34 %), du Danemark (30 %) ou encore de l'Estonie (25 %).
Dans le cadre du paquet climat/énergie proposé en janvier 2008 par la Commission européenne, le Parlement européen et les Etats membres sont appelés à se prononcer sur plusieurs projets de directive dont celui portant sur les énergies renouvelables. Suite à la décision de principe du Conseil européen de mars 2007 portant à 20 % la part d'énergie renouvelable dans la consommation finale d'énergie de l'UE à l'horizon 2020, la Commission a proposé ...

Agrocarburant ; Biocarburant ; Changement climatique ; Commission européenne ; Directive européenne ; Électricité renouvelable ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Objectif ; Objectif européen ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 180609

Pourtant, de nombreuses expériences menées à grande échelle ont démontré que la culture de cette plante « miraculeuse » n'était pas si facile que ça. Alors que s'est déroulé le sommet mondial du jatropha au Swaziland, les Amis de la Terre viennent de publier un rapport montrant que la culture de cette plante contrairement au « miracle » annoncé, pourrait se faire au détriment de la production alimentaire du fait de la concurrence pour la terre et l'eau, annonce l'association dans un communiqué. De ce fait, l'association demande à l'Union européenne de prendre en compte les impacts du jatropha dans l'étude qu'elle mènera en 2010 sur les changements d'affectation des sols à cause des agrocarburants, et de réviser son objectif d'incorporation de 10% en conséquence.
Pourtant, de nombreuses expériences menées à grande échelle ont démontré que la culture de cette plante « miraculeuse » n'était pas si facile que ça. Alors que s'est déroulé le sommet mondial du jatropha au Swaziland, les Amis de la Terre viennent de publier un rapport montrant que la culture de cette plante contrairement au « miracle » annoncé, pourrait se faire au détriment de la production alimentaire du fait de la concurrence pour la terre ...

Agroalimentaire ; Biocarburant ; Conférence / Colloque ; Culture énergétique ; Étude ; Huile végétale ; Inconvénient ; Jatropha

... Lire [+]

V

- n° 90409

Ce paquet comporte ainsi plusieurs textes dont une nouvelle directive pour la promotion des énergies renouvelables qui fixe pour chaque Etat membre des objectifs contraignants de production d'énergie renouvelable. Chaque pays est désormais invité à présenter un plan national à la Commission au plus tard en juin 2010. Les États membres devront transposer la directive au plus tard 18 mois après sa publication au JO de l'UE. Le paquet contient également un système révisé d'échange de quotas d'émission de GES (SCEQE). Le SCEQE révisé s'appliquera au début de la troisième période d'échanges, à savoir le 1er janvier 2013. Dans les États membres, les actes nécessaires au respect de la directive devront donc entrer en vigueur d'ici le 31 décembre 2012. Un troisième texte vise à répartir les efforts de réduction d'émission de GES entre les pays pour les autres secteurs non couverts par le SCEQE : transports, agriculture, logement. Chaque État membre sera tenu de respecter l'évolution du volume des émissions de CO2 qui lui a été assignée d'ici à 2020, faute de quoi la procédure d'infraction habituelle de l'UE sera applicable. La décision entrera en vigueur peu de temps après sa publication au Journal officiel de l'UE. Le paquet climat énergie contient par ailleurs de nouvelles règles pour des voitures plus propres en Europe. Ce règlement donnera une assise juridique à l'objectif actuel de l'UE consistant à réduire les émissions moyennes pour les voitures neuves à 120 g de CO2/km. Le règlement entrera en vigueur peu de temps après sa publication au Journal officiel de l'UE mais les objectifs en matière d'émissions ne s'appliqueront qu'à partir de 2012. Enfin, le paquet instaure de nouvelles normes de qualité environnementale pour les carburants et les biocarburants et un cadre réglementaire pour le captage et le stockage du carbone (CCS). Les États membres sont tenus de transposer la directive sur les carburants dans leur législation nationale d'ici la fin de 2010 et celle sur le CCS dans un délai de deux ans.
Ce paquet comporte ainsi plusieurs textes dont une nouvelle directive pour la promotion des énergies renouvelables qui fixe pour chaque Etat membre des objectifs contraignants de production d'énergie renouvelable. Chaque pays est désormais invité à présenter un plan national à la Commission au plus tard en juin 2010. Les États membres devront transposer la directive au plus tard 18 mois après sa publication au JO de l'UE. Le paquet contient ...

Automobile ; Biocarburant ; Carburant ; Changement climatique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Directive européenne ; Effet de serre ; Europe ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Objectif européen ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Séquestration CO2 ; Transposition

... Lire [+]

V

- n° 432

L'accord de développement conjoint (JDA) signé par les deux entreprises prévoit le partage d'une plate-forme technologique et de capacités opérationnelles pour démontrer la viabilité commerciale à grande échelle d'un procédé de fermentation à partir de micro-organismes. Cette méthode est éprouvée par Martek depuis 20 ans, et utilisée dans d'autres domaines. La canne et sucre et ses déchets seront employés comme matière première. 10 millions de dollars seront investis par BP pour la phase initiale du projet. La compagnie britannique s'intéresse en parallèle à la production d'éthanol cellulosique, et de biobuthanol à partir de déchets agricoles. En revanche, le groupe britannique a renoncé, en juillet dernier, à tirer parti du jatropha en raison de la forte consommation d'eau de la plante.
L'accord de développement conjoint (JDA) signé par les deux entreprises prévoit le partage d'une plate-forme technologique et de capacités opérationnelles pour démontrer la viabilité commerciale à grande échelle d'un procédé de fermentation à partir de micro-organismes. Cette méthode est éprouvée par Martek depuis 20 ans, et utilisée dans d'autres domaines. La canne et sucre et ses déchets seront employés comme matière première. 10 millions de ...

Agrocarburant ; Angleterre ; Biocarburant ; Biomasse ligno-cellulosique ; Canne à sucre ; Compagnie pétrolière ; Déchet agricole ; États Unis ; Inconvénient ; Jatropha ; Projet

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Biocarburant [815]

France [224]

Huile végétale [182]

Biomasse [177]

Généralité énergie renouvelable [171]

Éthanol [170]

Biogaz [166]

Éolien [149]

Europe [149]

Politique énergétique [146]

Solaire photovoltaïque [136]

Bois énergie [122]

Milieu agricole [108]

Chiffre clé [106]

Géothermie [103]

Transport [102]

Biodiesel [98]

Solaire thermique [91]

Energie hydraulique [86]

Réalisation [85]

Gaz à Effet de Serre / GES [74]

Directive européenne [73]

Bilan énergétique [71]

Consommation d'énergie [69]

Recherche [69]

Déchet [66]

CO2 / Dioxyde de carbone [63]

Colza [63]

Taux de biocarburant [59]

Allemagne [58]

International [58]

Carburant [57]

Emploi [56]

Électricité renouvelable [55]

Fiscalité [53]

Objectif européen [52]

Usine de fabrication/production [52]

Pétrole [51]

Collectivité locale [50]

Généralité énergie [50]

Production carburant [50]

Programme de développement [50]

Tournesol [50]

Diester [48]

Potentiel de développement [48]

Culture énergétique [46]

Objectif [46]

Automobile [45]

Économie d'énergie [45]

Impact environnemental [45]

Méthanisation [45]

Pompe à chaleur [44]

Effet de serre [43]

Perspective [43]

Production d'électricité [43]

Céréale [39]

Efficacité énergétique [39]

Énergie solaire [39]

États Unis [37]

Expérimentation [37]

Donnée économique [36]

Nucléaire [36]

Bâtiment [35]

Betterave [35]

Chaleur renouvelable [35]

Cogénération [35]

Scénario [35]

Étude [34]

Production d'énergie [34]

Brésil [33]

Avantage [32]

Hydrogène [31]

Inconvénient [31]

Pile à combustible [31]

Réglementation [31]

Technologie [31]

Texte législatif [31]

Entreprise [30]

Bilan [29]

Consommation de carburant [29]

Energie fossile [29]

Exploitation agricole [29]

Gaz naturel [29]

Projet [29]

Secteur industriel [29]

Électricité [28]

Puissance installée [28]

Rendement [28]

Réseau de chaleur [28]

Suède [28]

Taxe [28]

Vehicule municipal [28]

Énergie marine [27]

Espagne [27]

Budget [26]

Commission européenne [26]

Industrie [26]

Tarif d'achat [26]

Coût d'investissement [25]

Engin agricole [25]

Production de chaleur [25]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z