F Nous contacter

0

Documents  Réseau de gaz | enregistrements trouvés : 63

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 246 - p.49 à p.49

Arrêté du 19 février 2013 modifiant l'arrêté du 4 mars 1996 portant codification des règles de conformité des matériels à gaz aux normes les concernant lorsqu'ils sont situés à l'intérieur des bâtiments d'habitation et de leurs dépendances ainsi que dans les caravanes, autocaravanes et fourgons aménagés.

Code de la construction et de l'habitation ; Logement ; Véhicule ; Gaz naturel ; Norme ; Réseau de gaz

... Lire [+]

V

- n° 278 - p.38 à p.39

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Les réseaux de chaleur, de gaz et d'électricité se développent, selon cet article, de manière trop peu coordonnée, mettant parfois en péril les équilibres économiques de ceux qui ont investi en premier. Les opérateurs et les collectivités doivent davantage travailler ensemble.

Collectivité locale ; Réseau de chaleur ; Réseau de gaz ; Réseau électrique ; Politique énergétique ; Généralité énergie renouvelable ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Pompe à chaleur ; Demande en énergie ; PLU / Plan Local d'Urbanisme ; Distribution de l'électricité ; Distribution de l'énergie

... Lire [+]

H

- n° 19

Le régulateur wallon propose un système de garantie d'origine pour les gaz issus de renouvelables à injecter dans les réseaux de gaz naturel. http://www.cwape.be/

Belgique ; Biogaz ; Certificat vert ; Injection réseau ; Libéralisation énergétique ; Réseau de gaz ; Régulateur de l'énergie

... Lire [+]

V

- n° 55

Objectif : mettre en place une législation spécifique et des incitations financières pour doper la filière. Le biogaz pourrait être pris en compte dans le mécanisme de Kyoto, avec des certificats verts, des primes spéciales ou des crédits d'impôts pour l'électricité et le chauffage. La législation pourrait également favoriser l'alimentation de réseaux de gaz naturel en biogaz. La biométhanisation représente actuellement plus de 4 200 sites de production dans l'UE, avec des disparités importantes selon les États.
Objectif : mettre en place une législation spécifique et des incitations financières pour doper la filière. Le biogaz pourrait être pris en compte dans le mécanisme de Kyoto, avec des certificats verts, des primes spéciales ou des crédits d'impôts pour l'électricité et le chauffage. La législation pourrait également favoriser l'alimentation de réseaux de gaz naturel en biogaz. La biométhanisation représente actuellement plus de 4 200 sites de ...

Aide financière ; Biogaz ; Certificat vert ; Crédit d'impôt ; Déchet organique ; Europe ; Injection réseau ; Milieu agricole ; Parlement européen ; Programme de développement ; Projet ; Protocole de Kyoto ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Réseau de gaz ; Texte législatif ; Usine de méthanisation ; Valorisation des déchets

... Lire [+]

y

- n° 37 - p.06 à p.06

Chauque année, le SIEL mène une enquête de satisfaction auprès d'une catégorie d'usagers de réseaux d'électricité et de gaz del a Loire. en 2011 l'enquête s'est adressée aux consommateurs de l'habitat social.

Particulier / Ménage ; Logement social ; Réseau électrique ; Réseau de gaz ; Facture énergétique ; Confort thermique ; Consommation d'énergie

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Mardi 14 février, la société iséroise Waga Energy a réussi une première mondiale : son biométhane pur à plus de 98 % a alimenté le réseau de GRDF.

Gaz ; Biogaz ; Gaz naturel ; Réseau de gaz ; Déchet ; Injection réseau ; Méthanisation ; Innovation ; Fournisseur d'énergie

... Lire [+]

V

- n° 186
ISBN 0295-5873

Lille, Rome, Berne ou encore Stockholm font partie des grandes villes européennes à s'être lancées dans l'utilisation du biogaz comme carburant. Un procédé peu expérimenté en France, mais qui pourrait trouver un nouveau souffle avec l'augmentation du prix de l'énergie fossile. Deux nouveaux projets, l'un en Moselle, l'autre en Seine-et-Marne, sont déjà sur les rails.

Biocarburant ; Biogaz ; Carburant ; Expérimentation ; Ile de la Réunion ; Lorraine ; Nord Pas de Calais ; Raccordé réseau ; Réalisation ; Réseau de gaz ; Schéma de principe ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

y

- n° 209 - p.72 à p.74

Alors que les preùiers mètres cubes de biométhane arrivent dans le réseau de gaz naturel, les porteurs de projets d'injection affluent mais se heurtent au casse-tête de l'irrégularité de la demande.

Biogaz ; France ; Projet ; Montage / accompagnement de projet ; GDF ; Injection réseau ; Réseau de gaz ; Demande en énergie

... Lire [+]

y

- n° 209 - p.80 àp.80

Première collectivité frnçaise à réaliser l'injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel, Lille Métropole produit pour ses bus son propre carburant à partir des déchet organiques triés.

Nord Pas de Calais ; Déchet agricole ; Injection réseau ; Réseau de gaz ; Biogaz ; Valorisation énergétique

... Lire [+]

V

- n° 121005

"Pays - Bas - De l'hydrogene et du biogaz dans les canalisations http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30019.htm A l'avenir, le biogaz et l'hydrogene pourraient couvrir une part importante des besoins energetiques des Pays-Bas. Comme la creation d'infrastructures pour acheminer ces gaz coute des milliards, l'utilisation du reseau existant peut representer dans l'immediat une solution de remplacement a moindre cout. Les chercheurs de Gasunie Engineering & Technology etudient la possibilite de faire egalement passer du biogaz et de l'hydrogene dans le reseau de gaz naturel. C'est du cote du biogaz que le projet est le plus avance. ""L'addition de biogaz se fait deja a titre d'experience dans certains reseaux locaux "", precise le chef de projet. ""Mais ce que nous voulons, c'est utiliser le reseau de gaz naturel a haute pression"". Bien que le biogaz, issu de la fermentation de la biomasse, ressemble au gaz naturel, son addition au reseau existant ne va pas de soi. ""Il contient de l'eau, des composes sulfuriques ou meme des micro-organismes pouvant endommager les canalisations. De plus, il ne presente pas les memes proprietes de combustion, un aspect tres important pour certains clients industriels. Nous avons recemment lance un projet en collaboration avec d'autres fournisseurs de gaz et d'energie, mais aussi des centres de recherche, afin de resoudre ces problemes"". Un projet similaire, intitule Naturalhy, sur l'addition d'hydrogene au gaz naturel est menee dans le meme temps. Un tel ajout entraine plusieurs consequences. D'abord, l'hydrogene se diffuse dans l'acier des canalisations et peut ainsi en modifier les proprietes mecaniques. Il peut egalement modifier la combustibilite du gaz naturel, ce qui n'est pas sans risque pendant le transport. La question essentielle est donc de savoir quelle quantite limite d'hydrogene peut etre ajoutee sans risque. Le melange gaz naturel/hydrogene peut non seulement servir a la combustion directe, mais il se prete aussi a un autre usage interessant : il est possible de filtrer le gaz naturel au moyen de membranes pour en retirer l'hydrogene, par exemple a l'usage d'une pile a combustible. Reste une question de taille, estiment les chercheurs : ""Ou trouver assez de biogaz et d'hydrogene issu de la production durable pour une distribution a grande echelle ?"". Sources : Technisch Weekblad, 05/08/2005 "
"Pays - Bas - De l'hydrogene et du biogaz dans les canalisations http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30019.htm A l'avenir, le biogaz et l'hydrogene pourraient couvrir une part importante des besoins energetiques des Pays-Bas. Comme la creation d'infrastructures pour acheminer ces gaz coute des milliards, l'utilisation du reseau existant peut representer dans l'immediat une solution de remplacement a moindre cout. Les chercheurs de ...

Biogaz ; Hydrogène ; Pays Bas ; Projet ; Recherche ; Réseau de gaz

... Lire [+]

V

- n° 220906

http://www.cyberpresse.ca/article/20060921/CPSPECIAL11/609210429/6108/CPSPECIAL11 Éric Moreault    Le Soleil    Hilbert, Wisconsin Les 4000 vaches de Kenn Buelow ne donnent pas que du lait, elles produisent aussi une énorme quantité de fumier. Mais toute cette bouse de vache n'est plus un problème depuis qu'elle produit assez d'électricité pour 300 maisons, tout en générant un intéressant revenu d'appoint. Les installations de la Holsum Dairies, au Wisconsin, sont impressionnantes. Bien sûr, dans deux bâtiments grands comme des hangars d'avions, il y a des vaches à perte de vue. Non, celles-ci ne montent pas sur des tapis roulants pour produire de l'électricité. Elles produisent naturellement l'ultime source d'énergie renouvelable : le méthane. Le méthane, principale constituante du gaz naturel, est extrait d'une cette biomasse renouvelable, gratuite et disponible en grandes quantités en tout temps : le fumier. Chaque vache en produit quatre fois son poids, environ trois tonnes par année. Comment ça marche? Le fumier descend, par gravité, vers un énorme réservoir enfoui dans le sol - le digesteur. La température y est maintenue à environ 38 degrés Celsius. Pendant 20 jours, les bactéries digèrent les composantes volatiles et génèrent le biogaz, tout en éliminant la moitié du phosphore et les agents pathogènes qui peuvent contaminer l'eau. Le biogaz alimente, en brûlant, un générateur qui produit de l'électricité. Celui-ci est raccordé aux lignes de transport de la compagnie locale. En d'autres endroits, le biogaz est purifié et envoyé par pipeline dans un réseau de gaz naturel. Les fermiers comme Kenn Buelow réalisent peu à peu les profits qu'ils peuvent tirer de ce que nos voisins du Sud appelent la cow power - que nous pouvons librement traduire par «kiloVaches-heure». La Holsum produit près de sept millions de «kiloVaches-heure» par année, avec un profit d'environ un quart de millions de dollars. Et s'attend à récolter des revenus supplémentaires en vendant à la Bourse de Chicago des crédits carbone pour la réduction de gaz à effet de serre (GES). Le digesteur coûte plus d'un million $, mais il se rentabilise généralement en cinq ans. Surtout que plusieurs États subventionnent son acquisition, parfois jusqu'à 40 % du coût, comme au Vermont. La beauté de la chose, c'est qu'il n'y a pas que le fermier qui y trouve son compte. Notre planète aussi. Cette méthode permet en effet l'élimination directe d'une source non négligeable d'émissions de GES. Le méthane est 20 fois plus dommageable que le gaz carbonique (CO2) en impact (voir autre texte). Autre avantage, le digesteur élimine jusqu'à «95 %» des odeurs. En effet. Malgré la taille industrielle des lieux et la chaleur de juillet, on «respire». Seul inconvénient, il faut un nombre important de bêtes pour rentabiliser l'opération. Mille vaches ou 2000 cochons semblent un minimum pour l'instant. Toutefois, un propriétaire d'une ferme de 200 vaches, au Vermont, a trouvé une façon d'y arriver en ajoutant dans le digesteur tout l'excédent de ses récoltes. Aide à la communauté Kenn Buelow, lui, a découvert un moyen d'aider sa communauté et d'augmenter la production d'électricité. Il permet à la municipalité de venir déverser par camions ses excédents d'égouts, lors de pluies abondantes qui causent des débordements, ce qui évite la construction supplémentaire de coûteux bassins de rétention. Ce à quoi s'employait d'ailleurs un travailleurs municipal lors de notre passage. De là à penser que le fumier des animaux de la ferme va se substituer aux autres moyens de production d'énergie, il y a un pas qu'il ne faut pas franchir. La production reste marginale - le Vermont, par exemple, vise 4 % du total à moyen terme. Mais dans un contexte où le prix du pétrole et du gaz explose et qu'on commence à voir la fin des réserves mondiales sur un horizon d'une cinquantaine d'années... Comme le disent plusieurs scientifiques, la solution à notre dépendance aux énergies fossiles et à la réduction des GES passe par la diversification des procédés de production. Le potentiel est là. Aux États-Unis, on évalue que les digesteurs en opération en ce moment empêchent les émissions de 66 000 tonnes de méthane dans l'atmosphère, tout en fournissant de l'électricité pour 20 000 domiciles. Mais à plus long terme, les quelque 70 000 fermes laitières et porcines pourraient produire assez d'énergie pour 560 000 maisons et couper 1,4 million de tonnes de méthane. Reste que dans le cas précis des vaches, les fermiers aimeraient certainement pouvoir récupérer aussi leurs éructations : les rots représentent 85 % des émissions de méthane. - - - - - - - - - - - - - - - - - Bienvenue à l'ère des kiloVaches-heure http://www.cyberpresse.ca/article/20060921/CPSPECIAL11/609210430/6108/CPSPECIAL11 Éric Moreault   Le Soleil Au Vermont, des consommateurs exigent qu'un quart, la moitié, voire la totalité de leur énergie soit produite à partir du fumier de vaches ou de cochons. Et ils payent sans sourciller cette électricité 30% plus cher. Depuis quatre ans, la Central Vermont Public Service (CVPS), l'équivalent d'Hydro-Québec, s'est lancée dans la production du cow power, qui pourrait se traduire par kiloVaches-heure. «Quand on analyse tous les bénéfices sociaux, économiques et environnementaux, on s'est dit qu'il fallait le faire», explique David Dunn, ingénieur principal en énergie et responsable du projet à la CVPS. D'ici 2010, la CVPS veut que les kiloVaches-heure soient parmi le top 10 des énergies renouvelables aux États-Unis. Et certains citoyens sont prêts à y contribuer. Ils sont environ 2500, 2 % des clients, un nombre qu'on veut doubler dans les prochaines années, qui paient leur électricité 11 cents du kWh, soit quatre cents de plus que les autres (les Québécois paient environ 6 cents du kWh). Les fermiers reçoivent cette différence pour les aider à produire de l'énergie verte. L'excédent, quand les fermiers ne répondent pas à la demande, est versé dans un fonds d'énergie renouvelable. Les fermiers ne se sont pas fait prier pour embarquer. Même si, au départ, ils étaient plus intéressés par le fait que le digesteur qui transforme le fumier en méthane élimine aussi les odeurs nauséabondes. Le programme vermontois est né de la nécessité d'avoir plus de production locale. En ce moment, un tiers de l'électricité est produit par la centrale nucléaire et un autre tiers par Hydro-Québec. Dans les deux cas, les contrats arrivent à échéance. D'où l'idée de s'affranchir le plus possible d'une dépendance aux importations d'énergie. Pour l'instant, une demi-douzaine de fermes participent. M. Dunn reconnaît que les plus gros établissements, 1000 vaches en montant, sont les plus intéressés. Mais il croit que les percées technologiques et la demande permettront d'ici peu de rentabiliser la production pour des fermes plus petites. Déjà, à la CVPS, on estime que ce programme fonctionne bien parce qu'il y a un lien important entre les clients, l'énergie produite et les retombées locales, en plus du sentiment que chacun pousse à la roue de la protection de l'environnement. Mais depuis quelques mois, un nouveau facteur rend cette énergie encore plus séduisante : la grogne populaire contre les éoliennes. «Nous avons certains problèmes. Rien n'a bougé depuis un an», reconnaît M. Dunn. Les obstacles sont les mêmes qu'au Québec : pollution visuelle, syndrome «pas dans ma cour», impact sur le tourisme, etc. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Transformation du fumier en électricité : le Québec lève le nez http://www.cyberpresse.ca/article/20060921/CPSPECIAL11/609210431/6108/CPSPECIAL11 Éric Moreault     Le Soleil Le Québec traîne de la patte dans la transformation du fumier en électricité, une pratique largement répandue en Europe et qui s'implante de plus en plus aux États-Unis. Raisons : le prix dérisoire de l'électricité et un manque de volonté politique. «Ici, le prix (d'achat aux producteurs indépendants) n'est pas assez élevé. Ça prend de grandes capacités de production pour justifier les investissements et une volonté politique pour espérer que ce soit rentable», estime André Simard, de la firme d'ingénieurs du même nom qui offre des services d'exploitation et de mise en valeur des biogaz. Bio-Terre Systems, qui a développé une technologie adaptée à la production porcine et au climat du Québec, plaidait exactement la même chose, il y a neuf mois, lors de son passage devant la Régie de l'énergie. Et les résultats sont là : 200 kWh pour chaque mètre cube de lisier. Qui plus est, la production de biogaz est susceptible «de contribuer à accroître notre autonomie énergétique tout en réduisant substantiellement les effets négatifs de l'agriculture sur l'environnement». En fait, Hydro-Québec n'achète pas d'électricité produite à partir de la biomasse, mais on se dit «ouvert à l'idée». On signale qu'un projet-pilote, avec Bio-Terre, est en cours à Saint-Odilon, en Beauce, dans une ferme de plus 3500 porcs. La production d'électricité ne débutera pas avant 2007. On est loin du Vermont où l'équivalent de la société d'État québécoise pousse très fort sur son programme et où certains consommateurs acceptent de payer plus cher une électricité produite à partir d'une énergie renouvelable (voir autre texte). Et ainsi contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Pourtant, au Québec, près de 10 % des émissions de GES proviennent du secteur agricole, dont le tiers de la gestion du fumier, en grande partie liée aux 8 millions de m? de purin de porcs, l'équivalent annuel de quatre fois le Stade olympique de Montréal rempli à ras bord. Sans tomber tout de suite dans la production d'électricité, Marilou Desjardins estime qu'il serait simple d'installer des bassins couverts avec captage de biogaz. Le biogaz serait brûlé par une torchère, comme au terrain d'enfouissement de Québec à Saint-Tite-des-Caps, afin de limiter les émissions de GES, de contrôler les odeurs et de bénéficier de sous-produits. «Si c'est trop complexe, les fermiers n'embarqueront pas», croit l'ingénieure en environnement, qui a consacré son mémoire de maîtrise à la question en 2004. Mais quand ceux-ci y verront les avantages et la relative simplicité, «ils seront peut-être intéressés à aller plus loin». Bref, les digesteurs s'avèrent intéressants pour d'autres considérations que la seule production d'énergie «verte» et la réduction des impacts effet sur l'environnement. Ils constituent aussi une façon de réconcilier la population, de plus en plus urbaine, avec la production animale.
http://www.cyberpresse.ca/article/20060921/CPSPECIAL11/609210429/6108/CPSPECIAL11 Éric Moreault    Le Soleil    Hilbert, Wisconsin Les 4000 vaches de Kenn Buelow ne donnent pas que du lait, elles produisent aussi une énorme quantité de fumier. Mais toute cette bouse de vache n'est plus un problème depuis qu'elle produit assez d'électricité pour 300 maisons, tout en générant un intéressant revenu d'appoint. Les installations de la Holsum Dairies, ...

Biogaz ; Canada ; CH4 / Méthane ; Coût d'investissement ; Digesteur / Méthaniseur ; Électricité renouvelable ; Élevage animal ; Exploitation agricole ; Générateur ; Lisier / Excrément animal ; Production d'électricité ; Réalisation ; Réseau de gaz ; Réseau électrique ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 21109

- Injection du biogaz dans le réseau de gaz naturel : Le Club Biogaz fait partie du groupe de travail de la DGEC du MEEDDM, qui rédige un rapport de synthèse sur le contexte de l'injection et inclut des propositions sur les conditions tarifaires. Para

Biogaz ; CCTP / Cahier Clauses Techniques Particulières ; Collectivité locale ; Construction ; Digestat / Vinasse ; Groupe de travail ; Injection réseau ; Marché public ; Milieu agricole ; Norme ; Politique énergétique ; Rapport ; Réseau de gaz ; Usine de méthanisation

... Lire [+]

V

- n° 21109

- L'Oreal inaugure sa première centrale biogaz en Belgique : http://www.enerzine.com/12/8581+l-oreal-inaugure-sa-premiere-centrale-biogaz+.html - Lünen, Germany, will soon be home to an underground biogas network : http://www.biomassmagazine.com/arti

Agroalimentaire ; Allemagne ; Belgique ; Biogaz ; Danemark ; Entreprise ; Espagne ; Industrie ; Injection réseau ; Méthanisation ; Projet ; Réalisation ; Réseau de gaz ; Usine de méthanisation ; Véhicule

... Lire [+]

y

- n° 1712 - p.80 à p.81

Alternative à la cogénération, l'injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel en est au stade des balbutiements. La démarche type des porteurs de projets n'en est pas moins bien balisée.

Biogaz ; Réseau de gaz ; Injection réseau ; Transport de l'énergie ; CH4 / Méthane ; ICPE - Installation Classée Protection Environnement ; Tarif réglementé ; Aspect financier

... Lire [+]

y

- n° 14 - p.14 à p.15

La publication du décret sur la double valorisation du biogaz, dont l'une sous forme de biométhane, donne un coup d'accélérateur aux projets d'injection en gazoduc. Le transporteurs s'adaptent.

Réseau de gaz ; Biogaz ; Valorisation énergétique ; Réglementation

... Lire [+]

y

- n° 1751 - p.26 à p.27

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Dans le cadre de la modernisation de sa plus grande station d'épuration, Aquapole, la régie d'assainissement de Grenoble Alpes Métropole réalise une valorisation optimale de son biogaz. Dans la boucle, injection dans le réseau de gaz et remplacement du fioul pour le four d'incinération des boues.

Collectivité locale ; Injection réseau ; Réseau de gaz ; Biogaz ; Station de Transfert d'Energie par Pompage - STEP

... Lire [+]

y

- n° 1751 - p.26 à p.33

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Intrinsèquement inscrite dans le cycle de l'eau, la station d'épuration qui traite des eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel devient progressivement le lieu de toutes les transformations et valorisations.

Collectivité locale ; Injection réseau ; Réseau de gaz ; Biogaz ; Station de Transfert d'Energie par Pompage - STEP ; Economie circulaire ; Station d'épuration

... Lire [+]

V

- n° 786
ISBN 1267-0545

Lille vient de présenter officiellement son installation de valorisation organique des déchets. Ce centre est intégré dans un projet européen intitulé Biogmax. Harlem (Pays-Bas) va développer un système de certifications verts pour le biogaz épuré (comme pour l'électricité verte) .

Biogaz ; Bus ; Certificat vert ; Collectivité locale ; Déchet ; Nord Pas de Calais ; Pays Bas ; Programme européen ; Réalisation ; Réseau de gaz

... Lire [+]

V

- n° 280
ISBN 0986-2943

Digesteur bouché, biogaz insuffisant pour produire de l'électricité, biodéchets qui se font attendre... : le démarrage d'une usine de méthanisation de déchets ménagers ne va pas de soi. Les constructeurs et leurs clients ne mettent pas en cause le procédé, mais plutôt ce qui l'entoure (collecte, préparation du déchet). Tour d'horizon des cinq sites français en activité : - Amiens (80) s'offre une révision générale - Le Robert (972) attend plus de biodéchets et des DIC - Varrennes-Jarcy (91) : 18 mois de travaux pour redémarrer sur de nouvelles bases - Calais (62) peine à gérer les variations saisonnières - Lille (59) espère plus de biodéchets et un feu vert pour la réinjection.
Digesteur bouché, biogaz insuffisant pour produire de l'électricité, biodéchets qui se font attendre... : le démarrage d'une usine de méthanisation de déchets ménagers ne va pas de soi. Les constructeurs et leurs clients ne mettent pas en cause le procédé, mais plutôt ce qui l'entoure (collecte, préparation du déchet). Tour d'horizon des cinq sites français en activité : - Amiens (80) s'offre une révision générale - Le Robert (972) attend plus ...

Biogaz ; Bus ; Carburant ; Centre de tri ; Cogénération biogaz ; Commune / Ville ; Déchet ; Déchet ménager ; France ; Ile de France ; Inconvénient ; Languedoc Roussillon ; Martinique ; Méthanisation ; Moteur biogaz ; Nord Pas de Calais ; Picardie ; Projet ; Raccordé réseau ; Réalisation ; Réseau de gaz ; Usine de méthanisation ; Valorisation des déchets ; Valorisation énergétique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Réseau de gaz [63]

Biogaz [44]

Injection réseau [25]

France [17]

Réalisation [16]

Réseau électrique [15]

Méthanisation [13]

Réglementation [13]

Milieu agricole [12]

Réseau de chaleur [12]

Gaz naturel [11]

Tarif d'achat [11]

Déchet [10]

Europe [10]

Politique énergétique [10]

Carburant [9]

Collectivité locale [9]

Consommation d'énergie [9]

Généralité énergie renouvelable [9]

Production d'énergie [9]

Usine de méthanisation [9]

Déchet ménager [8]

Projet [8]

Valorisation des déchets [8]

Allemagne [7]

Biocarburant [7]

Chiffre clé [7]

Cogénération biogaz [7]

Nord Pas de Calais [7]

Production d'électricité [7]

Économie d'énergie [6]

Raccordé réseau [6]

Rhône Alpes [6]

Solaire photovoltaïque [6]

Station d'épuration [6]

Biomasse [5]

Bois énergie [5]

CH4 / Méthane [5]

Distribution de l'énergie [5]

Électricité [5]

Éolien [5]

Gaz [5]

Production de chaleur [5]

Transport de l'énergie [5]

Valorisation énergétique [5]

Aide financière [4]

Approvisionnement [4]

Bâtiment [4]

Effluent [4]

Électricité renouvelable [4]

Gaz à Effet de Serre / GES [4]

Généralité énergie [4]

Géothermie [4]

ICPE - Installation Classée Protection Environnement [4]

Ile de France [4]

Lisier / Excrément animal [4]

Maitrise De l'Énergie - MDE [4]

Marché du gaz [4]

Moteur biogaz [4]

Programme de développement [4]

Puissance installée [4]

Recensement / Inventaire [4]

Solaire thermique [4]

ADEME [3]

Agriculteur [3]

Aspect juridique [3]

Bâtiment public [3]

Belgique [3]

Bilan énergétique [3]

Cartographie / Atlas [3]

Certificat vert [3]

Chaleur renouvelable [3]

Changement climatique [3]

CO2 / Dioxyde de carbone [3]

Commission européenne [3]

Commune / Ville [3]

Consommation de gaz [3]

CRE [3]

Déchet agricole [3]

Déchet organique [3]

Démarche administrative [3]

Digestat / Vinasse [3]

Digesteur / Méthaniseur [3]

Directive européenne [3]

Distribution de l'électricité [3]

Energie hydraulique [3]

Entreprise [3]

Expérimentation [3]

Exploitation agricole [3]

Facture énergétique [3]

Franche Comté [3]

GNL / GNV [3]

Grenelle de l'environnement [3]

Industrie [3]

Installation [3]

Libéralisation énergétique [3]

Logement [3]

Logement social [3]

Midi Pyrénées [3]

Objectif européen [3]

Pétrole [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z