F Nous contacter

0

Documents  Indépendance énergétique | enregistrements trouvés : 174

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 1-2 -VOL 4

Japon : Le Japon totalement renouvelable ? Etats-Unis : Maison Zéro Energie en démonstration Allemagne : Une centrale de 2 MW sur le réseau France: Laboratoire d'essai ADEME - CSTB& Partenariat Ademe - Anah dans l'habitat Grande-Bretagne: Fin de la sixième phase du programme Italie : Enfin les tarifs favorables ? Portugal : A petits pas...

Allemagne ; Amélioration de l'habitat ; ANAH ; Angleterre ; Cellule photovoltaïque ; Climatisation solaire ; CSTB ; États Unis ; Fabrication ; France ; Grande puissance ; Logement ; Indépendance énergétique ; Italie ; Japon ; Laboratoire ; Maison économe / autonome ; Maison solaire ; OPATB / OPAH ; Portugal ; Raccordé réseau ; Record ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Tarif d'achat

... Lire [+]

NUKES AND RENEWABLES | NEW ENERGY 1/02/04

Article

XXXXX

V

- n° 1
ISBN 1619-6228

1/4 des besoins énergétiques de la Finlande sont couverts par une production d'origine renouvelable, ce qui place ce pays au 1er rang mondial pour la bioenergie. Bien que des études montrent que la totalité des besoins pourrait être couverte avec plus d'énergies renouvelables, le gouvernement d'Helsinki étend la production d'élecricité nucléaire. lien : www.finbioenergy.fi

Biocarburant ; Bois énergie ; Charbon ; Cogénération ; Consommation d'électricité ; Déchet ; Entreprise ; Environnement ; Éolien ; Finlande ; Energie hydraulique ; Importation ; Indépendance énergétique ; Installation ; Nucléaire ; Offre et demande ; Perspective ; Pologne ; Production d'énergie ; Qualité de l'air ; Russie ; Technologie ; Transport de l'énergie

... Lire [+]

V

- n° 160
ISBN 0295-5873

Avec un potentiel de production 5 fois supérieur à celui des centrales sur Terre, les centrales solaires spatiales restent d'actualité. Les chercheurs du monde entier travaillent depuis près de vingt ans sur ces audacieuses machines à produire de l'électricité qui pourraient être lancées en orbite basse d'ici à 2015.

Architecture ; Cellule photovoltaïque ; Centrale solaire ; Gisement solaire ; Indépendance énergétique ; International ; Milieu spatial ; Perspective ; Potentiel de développement ; Production ; Production d'électricité ; Recherche ; Rendement ; Secteur industriel ; Technologie ; Transport de l'énergie

... Lire [+]

H

- n° 34
ISBN 1282-5832

Voyage d'étude en Styrie (Autriche), sur le thème de l'autonomie énergétique, dont la ville de Müreck (proche des 100% énergies renouvelables). Le compte rendu est téléchargeable sur http://www.raee.org

Autriche ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Biodiesel ; Biogaz ; Biomasse ; Chaudière bois ; Collectivité locale ; Commune / Ville ; Indépendance énergétique ; Projet ; Réalisation ; Rénovation ; Réseau de chaleur ; Solaire thermique ; Système autonome ; Tarif d'achat ; Visite possible

... Lire [+]

V

- n° 040210

Alors que dans les années 80, la totalité de l'énergie produite à la Réunion était d'origine renouvelable, l'île est devenue peu à peu dépendante des énergies fossiles. Ainsi, la part des énergies renouvelables est passée en 2008 à 36 % de la production totale d'électricité. Une forte croissance démographique (de 500.000 à 800.000 habitants entre 1980 et 2030) et la hausse du niveau de vie conjuguées à une baisse de la production hydroélectrique ont mené le territoire à s'équiper de centrales thermiques au fioul et au charbon pour répondre à la hausse de la demande. Or, les projections pour 2030 estiment la population à un million de personnes. Cette nouvelle hausse démographique s'accompagnera d'une hausse de la demande d'électricité. Le territoire s'est pourtant engagé en 2000 dans une politique énergétique visant 0 % d'émission de CO2 à l'horizon 2025. Le potentiel en énergies renouvelables de l'île est énorme, le chantier pour parvenir à 100 % d'énergies propres l'est aussi. Détails. Une consommation électrique à la hausse : Ces quinze dernières années, la consommation d'électricité a doublé, atteignant une croissance annuelle moyenne de 5 % sur la période 2000-2005 contre 1 % par an sur la même période en métropole. Pourtant, la consommation d'énergie réunionnaise reste très inférieure à la consommation métropolitaine : alors qu'un Réunionnais consomme 1.259 kWh/an, un Métropolitain consomme 2.330 kWh/an. En 2008, la production d'électricité locale a été de 2.546 GWh, assurée à 36 % par les énergies renouvelables et à 64 % par les énergies fossiles importées. Cette production repose sur 3 centrales au fioul lourd/gazoil (338,7 GWh), 2 centrales thermiques à charbon et bagasse (respectivement 1.287,8 GWh et 262,6 GWh), 6 centrales hydrauliques (632,1 GWh), 2 parcs éoliens (13,5 GWh), des installations solaires photovoltaïques (10,67 GWh), une installation de biogaz de décharge (0,72 GWh) et 94.839 chauffe-eau solaires (142,3 GWh évités). Cette forte dépendance aux énergies fossiles pose des risques pour la continuité électrique, en cas de rupture d'approvisionnement, mais aussi des problèmes économiques et environnementaux. En 2008, les émissions de CO2 du secteur énergétique étaient de 3,8 millions de tonnes, la combustion des énergies fossiles constituant la majorité de cette diffusion. Le secteur résidentiel était responsable de 43,5 % de la consommation électrique de l'île en 2007, l'industrie de 16,3 %. 2030 : la nécessité de limiter la hausse de la demande énergétique : En 2030, la population réunionnaise est estimée à près d'un million de personnes. Deux scénarios ont été développés afin d'anticiper l'évolution de la demande énergétique : l'un tendanciel, l'autre volontariste, dans le rapport ''PETREL - île de La Réunion'' réalisé par l'Agence régionale de l'énergie Réunion (ARER) en 2009. Selon le premier scénario, le développement de la climatisation, de la ventilation et du chauffage électrique ne seront pas compensés par le développement massif des chauffe-eau solaires (100 % des foyers équipés) et l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments, liée à la RT 2009 (annoncée en avril 2009 et applicable dès mai 2010). La consommation finale d'électricité en 2030 sera alors de 3.792 GWh, soit en croissance de 69 % par rapport à 2007. Le résidentiel sera responsable de 38,6 % de la consommation électrique, soit 1.463 GWh (en hausse de 50% par rapport à 2007). L'industrie consommera 766 GWh, soit 20,2 % de la consommation finale (en hausse de110 %). Le scénario volontariste Starter mise quant à lui sur des actions de maîtrise de l'énergie dans le résidentiel, le tertiaire et l'industrie. Il se base sur la RT 2009 mais aussi sur la mise en oeuvre d'une nouvelle réglementation thermique en 2015 plus exigeante que la précédente. Si comme pour le scénario tendanciel, l'équipement en climatisation et ventilation des ménages croît, il s'accompagne d'une réduction des besoins en froid et en chaleur due à une meilleure conception des bâtiments et d'une amélioration de l'efficacité des installations. L'industrie et le tertiaire sont également concernés par l'amélioration de l'efficacité énergétique. Ce scénario fait ressortir une consommation finale d'électricité en 2030 de 2.871 GWh, en croissance de 28% par rapport à 2007, mais inférieur aux consommations tendancielles 2030 de 24 %. Le secteur résidentiel est responsable de 34,3 % de la consommation finale (986 GWh), l'industrie de 24,9 % (714 GWh). Le chemin de l'indépendance énergétique : Le territoire dispose d'un fort potentiel en ressources locales pour générer de l'électricité et de la chaleur : hydraulique, bagasse, soleil, vent... D'ailleurs, les énergies renouvelables sont en progression depuis quelques années (+5,4 % en 2008 par rapport à 2007). En 2008, 3.814 ménages étaient alimentés en électricité d'origine éolienne soit 1,5 fois plus qu'en 2007. L'équivalent de 3.268 ménages était alimenté en électricité d'origine photovoltaïque soit près de 3 fois plus qu'en 2007, plaçant la Réunion au troisième rang européen. Le territoire se hisse également au deuxième rang européen concernant les chauffe-eau solaires : 394.243 m©— de panneaux solaires thermiques étaient installés en 2008 (1,1 fois plus qu'en 2007), soit près de 90.000 foyers équipés (40 % des ménages). L'objectif de la région est d'équiper la totalité des bâtiments d'habitation. Le Ministère de l'Écologie a d'ailleurs publié un décret au Journal officiel du 19 avril 2009 mettant en place une réglementation thermique spécifique aux départements d'Outre-mer. Ce texte rend obligatoire l'installation de chauffe-eau solaires thermiques sur les logements neufs. Mais le développement des énergies renouvelables doit être organisé et planifié afin de pouvoir répondre à la hausse de la demande en électricité. L'Arer a ainsi établi des modèles de mix énergétiques à l'horizon 2020 et 2030, à partir des niveaux de potentiel et de maturité des différentes énergies renouvelables disponibles sur l'île. En 2020, un plan ambitieux et en partie coercitif de maîtrise de la demande en électricité dans tous les domaines (RT 2015) devra être mis en place. Chaque point de croissance du besoin électrique devra être couvert par des productibles renouvelables. Ainsi la biomasse devra progressivement se substituer au combustible charbon et fournir la totalité des nouvelles centrales thermiques. Pour parvenir à cet objectif, l'Arer mise sur un développement d'espèces de cannes plus fibreuses, soutenu par la multiplication de fermes agri solaires (complémentarité production canne/production solaire). La puissance et la capacité de stockage de l'hydraulique devront être développées ainsi que la géothermie. L'expérimentation sur l'énergie thermique des mers devra se poursuivre. Si la part de production des ENR en 2020 ne permet pas le développement de transports électriques à grande échelle, l'île de la Réunion devra lancer un plan de maîtrise des transports via le tram-Train, le développement du télétravail... En 2030, pour atteindre l'objectif d'autosuffisance énergétique en électricité et transports, la géothermie et/ou l'énergie thermique des mers seront devenues des productions de base dépassant 25 % du mix énergétique de l'île. La surface de canne à fibre aura augmenté via le développement de fermes agri solaires. La transformation de cette biomasse ne sera plus réalisée par combustion mais par gazéification, ce qui permet un doublement de ses rendements actuels. Selon l'Arer, ce gaz ''devient l'outil stocké (gaz liquide) de flexibilité en substitution au pétrole que ce soit pour la production électrique (TACs et Moteurs diesel recyclé au combustible gaz de bagasse) et les transports (véhicules au gaz)''. Les transports seront à 100 % ''propres'' grâce à l'électrique, au gaz et au flex fuel (agrocarburant issu de la canne). Selon l'Arer, ''un scénario énergétique sobre et renouvelable est économiquement aussi viable qu'un scénario énergétique basé sur le gaspillage d'une énergie fossile rare. La différence en coût direct est seulement de 7 % et la différence en coûts globaux est nulle''. L'île de la Réunion est au centre de toutes les attentions, qualifiée de ''laboratoire'' pour le développement des énergies renouvelables.
Alors que dans les années 80, la totalité de l'énergie produite à la Réunion était d'origine renouvelable, l'île est devenue peu à peu dépendante des énergies fossiles. Ainsi, la part des énergies renouvelables est passée en 2008 à 36 % de la production totale d'électricité. Une forte croissance démographique (de 500.000 à 800.000 habitants entre 1980 et 2030) et la hausse du niveau de vie conjuguées à une baisse de la production hydroélectrique ...

Biogaz ; Biomasse ; Canne à sucre ; Centrale hydroélectrique ; Chauffe eau solaire ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Dépendance énergétique ; Energie fossile ; Énergie marine ; Étude ; Gazéification ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Ile de la Réunion ; Indépendance énergétique ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Objectif ; Parc éolien ; Politique énergétique ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Réalisation ; Scénario ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 182
ISBN 1624-7876

Le Pays de Mené (22) au centre de la Bretagne, s'est battu depuis des décennies pour échapper à la désertification humaine et à l'exode rural. La communauté de communes s'étant fixée un objectif d'autosuffisance énergétique, il a été labellisé "pôle d'excellence rurale" pour les énergies renouvelables.

Appel d'offre ; Bâtiment public ; Biocarburant ; Biogaz ; Bois énergie ; Bretagne ; Chaufferie bois ; Collectivité locale ; Économie d'énergie ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Huile végétale ; Indépendance énergétique ; Milieu rural ; Montage / accompagnement de projet ; Programme de développement ; Plate-forme logistique ; Pôle de compétences / pôle de compétitivité ; Réseau de chaleur ; Sensibilisation ; Système autonome ; Zone d'activité / Zone industrielle

... Lire [+]

V

- n° 160210

Entre 2000 et 2008, la consommation dans les îles polynésiennes a augmenté en moyenne de 7,4 % par an (+76 % en 8 ans). Mais l'évolution de la consommation est très différente selon les archipels et les îles. La consommation dans les archipels des Tuamotu, des Australes et des Marquises reste faible, compte tenu du faible nombre d'habitants. Tahiti, en revanche, représente près de 80 % de la consommation électrique de la Polynésie française (+4 % par an ces 10 dernières années). Une production dominée par le thermique : 44 % de l'énergie primaire est destinée à la production d'électricité (149 kTep), 44 % aux transports (routier, maritime, aérien), 12 % aux autres secteurs (industrie, pêche, résidentiel, tertiaire). Le résidentiel consomme ainsi 21 % de l'énergie primaire, le tertiaire 6 %, l'industrie 27 %, les transports 43 %. 75,3 % de l'énergie produite est d'origine thermique (61 centrales), 22,4 % hydraulique (16 centrales dont 13 à Tahiti), 2,3 % à partir des autres ENR. En 2008, sur 490 GWh consommés à Tahiti, plus de 140 GWh ont été produits par l'énergie hydraulique, le restant provenant directement de centrales thermiques. En 2008, les trois quarts de la production photovoltaïque était assurée par les installations en sites isolés (1.334) et un quart par les installations connectées au réseau. La puissance totale installée était de 2.458 kWc, soit 30 fois plus qu'en 1997. L'éolien représentait 368 kW en puissance installée. Les 20.150 chauffe eau solaires installés en 2008 (contre 15.500 en 2007), ont permis d'éviter la consommation de 10.075 MWh. Enfin, l'hôtel Intercontinental Resort and Thalasso Spa de Bora Bora, qui a ouvert ses portes en mai 2006, est entièrement climatisé grâce à son propre système Sea water air conditionning* (puissance de l'installation: 1,6 MW froid). Ce système permettrait d'économiser 80 à 90 % de l'énergie nécessaire à la climatisation par rapport à une centrale de climatisation classique à compression. La consommation d'électricité économisée est estimée à 2,4 GWh/an. Un fort potentiel en ENR : Le scénario de référence prévoit une consommation de 600 GWh en 2020. Le territoire envisage d'atteindre une proportion de production d'électricité d'origine renouvelable de 50 % à cette échéance et 100 % en 2030. Il s'agit donc de produire entre 300 et 373 GWh d'électricité à partir des énergies renouvelables d'ici à 2020. Un objectif réaliste : la Polynésie française dispose en effet d'un potentiel exploitable en énergies renouvelables important et très varié. La production d'énergie électrique à partir de l'hydraulique est actuellement au minimum de 140 GWh annuellement. Le potentiel global de production d'énergie électrique à partir de centrales hydrauliques non encore installées à ce jour est de 50 MW, pour une production annuelle estimée à 156 GWh. Si l'on écarte les zones côtières, inaccessibles du point de vue foncier, et les récifs, qui posent des problèmes environnementaux, l'équipement d'environ 70km de crêtes à l'est de Tahiti offre un potentiel global de production pour l'éolien de 70 MW pour une production annuelle estimée à 140 GWh. L'équipement en panneaux photovoltaïques de l'ensemble des toits de Tahiti représente un potentiel approximatif de production électrique de 78 MW pour plus de 115 GWh par an. Parallèlement, l'équipement de 100 hectares au sol en panneaux photovoltaïques offrirait un potentiel de production d'électricité de 100 MW pour près de 150 GWh par an. Le potentiel de la biomasse est limité aux déchets. Il est estimé à 9 MW pour 50 GWh. Ce type de production électrique permettrait de résoudre en partie le problème du traitement des déchets et de l'espace occupé par les centres d'enfouissement techniques à Tahiti. Le potentiel de production d'énergie électrique d'origine houlomotrice est estimé à 7 sites (Tahiti). La première centrale houlomotrice pilote de Papara représente un potentiel de 500 kW et 1,8 GWh garantis sur l'année. L'équipement des 4 sites les plus favorables représenterait un potentiel de 8MW pour 28 GWh garantis sur l'année pour Tahiti. La climatisation à partir d'eau froide des profondeurs, en tant qu'énergie de substitution à l'énergie électrique, a un potentiel estimé à 38 GWh, soit environ 7 MW (3 zones sur Tahiti). Enfin, l'huile de coprah pourrait alimenter les groupes des centrales thermiques qui utilisent actuellement du fuel. A l'horizon 2020, selon la programmation pluriannuelle des investissements de production d'électricité datant de mai 2009, 300 GWh seront toujours produits par les centrales thermiques sur Tahiti, ce qui représenterait 80 millions de litres d'huile de coprah, soit 130.000 tonnes de coprah par an. La Polynésie produit aujourd'hui moins de 10.000 tonnes par an, 25.000 tonnes à son maximum dans les années 60. Produire 100 % du combustible nécessaire à Tahiti pour les centrales thermique au fuel avec le coprah à l'horizon 2020 nécessiterait près de 13.000 hectares de cocoteraies actives pour une production 13 fois plus importante que la production actuelle. Le potentiel de production d'électricité à partir de la géothermie, d'hydroliennes ou de l'énergie thermique des mers (ETM) est difficile à estimer aujourd'hui, d'autant que les deux dernières technologies manquent de maturité. Maîtriser la demande en énergie : Au delà d'un fort développement des énergies renouvelables, la Polynésie française entend également maîtriser la demande en énergie. Le territoire souhaite lutter contre l'effet de pointe (en croissance moyenne de 3,9 % sur les 10 dernières années, la puissance de pointe représentait 94,6 MW en 2008) à travers la mise en place de tarifs encourageant les effacements et la mise en place de compteurs intelligents. La Polynésie française souhaite encourager le développement d'équipements efficaces (chauffe-eau solaires, lampes basse consommation, appareils électroménagers...) grâce à des mécanismes de défiscalisation et/ou subventions mais aussi en envisageant des mesures d'accompagnement coercitives. Le territoire envisage ainsi d'interdire l'importation et la commercialisation des lampes à incandescences, de n'autoriser à l'importation que les appareils électroménagers qui soient au minimum de classe A (ou B), encadrer strictement, l'importation et la commercialisation de chauffe-eau électriques pour les réserver aux logements collectifs qui ne pourraient pas couvrir tous leurs besoins en chauffe-eau solaires... Pour le secteur tertiaire et industriel, la Polynésie envisage la mise en place de certificats de performance énergétique des bâtiments et les obligations d'économie d'énergie auprès des vendeurs d'énergie (type CEE). * L'eau de mer est puisée à 5°C à 915 m de profondeur, puis transférée par pipeline. Elle refroidit, grâce à un échangeur en titane, le circuit d'eau douce qui assure la climatisation de l'ensemble de l'hôtel. Le retour de l'eau à 14°C est réalisé à 45 mètres de profondeur.
Entre 2000 et 2008, la consommation dans les îles polynésiennes a augmenté en moyenne de 7,4 % par an (+76 % en 8 ans). Mais l'évolution de la consommation est très différente selon les archipels et les îles. La consommation dans les archipels des Tuamotu, des Australes et des Marquises reste faible, compte tenu du faible nombre d'habitants. Tahiti, en revanche, représente près de 80 % de la consommation électrique de la Polynésie française (+4 ...

Bilan énergétique ; Biomasse ; Centrale thermique ; Chiffre clé ; Climatisation / Rafraîchissement ; Consommation d'énergie ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Énergie Thermique des Mers - ETM ; Éolien ; France ; Généralité énergie renouvelable ; Huile végétale ; Energie hydraulique ; Ile ; Impact environnemental ; Indépendance énergétique ; Logement collectif ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Objectif ; Perspective ; Polynésie ; Potentiel de développement ; Production d'énergie ; Scénario ; Secteur industriel ; Secteur résidentiel ; Secteur tertiaire ; Solaire photovoltaïque ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 553

La production nationale d'énergie primaire diminue de 7 % par rapport à 2008, principalement du fait de la baisse de la production nucléaire. Le taux d'indépendance énergétique s'amenuise en conséquence. D'une façon générale, la progression de l'éolien ne suffit pas à compenser la baisse de l'hydraulique, et la production d'électricité renouvelable baisse sur l'année de - 6 %. Le taux d'indépendance énergétique reste orienté à la baisse, à 46,1 % sur l'année 2009 contre 47,1 % en 2008. Il est seulement de 43,5 % en décembre La consommation totale d'énergie primaire s'établit à 251 Mtep en 2009 en données corrigées du climat ; elle est inférieure de 5 % à celle de 2008, cette diminution s'étant fortement atténuée en novembre et décembre. La consommation de charbon rebondit nettement en novembre et décembre (+ 20 % entre décembre 2008 et décembre 2009). Elle diminue néanmoins de 12 % en 2009 par rapport à 2008, en particulier dans la sidérurgie (- 29 %) et dans les centrales électriques au charbon (- 8 %). En 2009, la consommation de produits pétroliers se situe 3,5 % en-dessous de 2008 en données corrigées du climat (- 1,8 % en décembre par rapport à décembre 2008). Sur l'année la consommation de carburants routiers reste stable, mais celles de fuel domestique, de fuel lourd et de carburéacteurs poursuivent leur forte diminution. La consommation annuelle de gaz diminue de 3,3 % en données réelles et de 4,5 % corrigée du climat, principalement du fait des clients du résidentiel- tertiaire et de la petite industrie reliés au réseau de distribution. L'électricité appelée, corrigée du climat, reste au même niveau qu'il y a douze mois, mais, en bilan annuel, elle diminue de 2 %. En données réelles, sa consommation baisse de 1,8 % sur l'année 2009, elle augmente en basse tension (+ 1,4 %), et diminue en moyenne et haute tension (respectivement - 2 % et - 7 %). Les émissions de CO2 liées à la combustion d'énergie augmentent de 3 % en décembre par rapport à décembre 2008, mais sur l'ensemble de l'année, elles restent inférieures de 4 % à celles de 2008. La facture énergétique mensuelle croît à nouveau en novembre par comparaison avec octobre à 3,6 milliards d'euros, mais elle est de 17 % plus faible qu'en novembre 2008. En cumul sur les douze derniers mois, la facture s'établit à 39 milliards d'euros, en diminution de 34 % en un an, principalement du fait de la baisse des prix qui joue à la fois sur les importations et les exportations. Les exportations de produits pétroliers s'élèvent à 8 mds € sur douze mois, en baisse de 45 %, celles d'électricité à 1,1 mds €, en diminution de 62 %. Le prix du pétrole progresse tout au long de l'année jusqu'à environ 75 dollars et 50 euros le baril. Mais le prix moyen annuel de 61 $ par baril est en net recul sur celui de 2008 (97 $).
La production nationale d'énergie primaire diminue de 7 % par rapport à 2008, principalement du fait de la baisse de la production nucléaire. Le taux d'indépendance énergétique s'amenuise en conséquence. D'une façon générale, la progression de l'éolien ne suffit pas à compenser la baisse de l'hydraulique, et la production d'électricité renouvelable baisse sur l'année de - 6 %. Le taux d'indépendance énergétique reste orienté à la baisse, à 46,1 ...

Bilan énergétique ; Charbon ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Consommation d'énergie ; Énergie primaire ; Éolien ; Exportation ; Facture énergétique ; France ; Gaz naturel ; Energie hydraulique ; Indépendance énergétique ; Nucléaire ; Pétrole ; Prix du pétrole ; Production d'énergie

... Lire [+]

V

- n° 449
ISBN 0292-1731

Centrée sur les économies d'énergie dpuis sa création, l'ATEE a relancé un groupe de travail sur la maîtrise de l'énergie en entreprise. Une démarche enrichie par des échanges avec les collectivités locales.

Gaz à Effet de Serre / GES ; Indépendance énergétique ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Prix de l'énergie

... Lire [+]

V

- n° 198
ISBN 0295-5873

Les territoires ultramarins réduisent leur demande électrique, en partie d'origine fossile, grâce au solaire thermique et, notamment, dans le collectif. Le point sur trois collectivités dans lesquelles des projts fonds chaleur ont vu le jour en 2009: la Réunion, Mayotte et la Nouvelle-Calédonie.

ADEME ; Chauffe Eau Solaire Individuel ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Fonds chaleur ; Logement ; Ile de la Réunion ; Indépendance énergétique ; Logement social ; Mayotte ; Nouvelle-Calédonie ; Solaire thermique

... Lire [+]

QUESTIONS REPONSES | SEVE 1/09/04

Article

XXXXX

V

- n° 6
ISBN 1762-9845

La France est-elle indépendante avec son parc nucléaire pour son éléctricité? Quelles sont les ressources en énergies fossiles? Combien coute une installation pv?

Coût d'investissement ; Energie fossile ; France ; Indépendance énergétique ; International ; Nucléaire ; Producteur ; Réserve / Ressource energétique ; Système photovoltaïque ; Uranium

... Lire [+]

V

- n° 52
ISBN 1244-7897

Les chiffres parlent d'eux mêmes : en 2003, la France a produit 137,30Mtep d'énergie primaire et en a consommé 274,60. Notre atux d'indépendace énergétique se monte à 50,6%. Comment concilier hausse constante de la demande en énergie et objectifs de réduction des GES auxquels la France s'est engagée en signant le protocole de Kyoto

Bilan énergétique ; Chaleur renouvelable ; Effet de serre ; Energie fossile ; Énergie primaire ; France ; Indépendance énergétique

... Lire [+]

LA FACTURE S'ENFLAMME | ENERGIE PLUS 15/05/05

Article

XXXXX

V

- n° 346
ISBN 0292-1731

Alors que le prix du pétrole continuent de cotoyer les sommets, le bilan énergétique de l'année 2001, en prrésente les 1ers symptômes. En effet la facture énergétique fait un bond vertigineux (+2,1%à à 28,35 mimmiards d'euros bien que l'efficacité énergétique s'améliore. L'indépendance énergétique de la France se maintient à 50,2 % même si sa dépendance aux ressources fossiles est désormais complète avec la fermeture de la dernière mine de charbon.
Alors que le prix du pétrole continuent de cotoyer les sommets, le bilan énergétique de l'année 2001, en prrésente les 1ers symptômes. En effet la facture énergétique fait un bond vertigineux (+2,1%à à 28,35 mimmiards d'euros bien que l'efficacité énergétique s'améliore. L'indépendance énergétique de la France se maintient à 50,2 % même si sa dépendance aux ressources fossiles est désormais complète avec la fermeture de la dernière mine de ...

Croissance / Augmentation ; Dépendance énergétique ; Efficacité énergétique ; Facture énergétique ; France ; Indépendance énergétique ; Prix de l'énergie

... Lire [+]

DU COTE DE CORK | ALTERNATIVES 1/04/05

Article

XXXXX

V

- n° 8
ISBN 1637-2603

Des micros projets très créatifs et des initiatives à l'échelle locale. La ville de Cork illustre le volontarisme irlandais dans l'application des objectifs européens sur les énergies renouvelables

Biogaz ; Commune / Ville ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; Ile ; Indépendance énergétique ; Irlande ; Politique énergétique ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 94
ISBN 1624-7876

Changement climatique et gaz à effet de serre, tension extrême sur le prix des énergies fossiles, pollution atmosphériques... Autant de questions qui mettent l'énergie au centre de nos préoccupations. Une stratégie nationale avec 4 objectifs Un préalable : la maîtrise de l'énergie Une nouveauté : les certificats d'économies d'énergie Diversifier le bouquet énergétique Le rôle des collectivités réaffirmé
Changement climatique et gaz à effet de serre, tension extrême sur le prix des énergies fossiles, pollution atmosphériques... Autant de questions qui mettent l'énergie au centre de nos préoccupations. Une stratégie nationale avec 4 objectifs Un préalable : la maîtrise de l'énergie Une nouveauté : les certificats d'économies d'énergie Diversifier le bouquet énergétique Le rôle des collectivités réaffirmé

Aide sociale ; Certificat d'économie d'énergie ; Collectivité locale ; France ; Logement ; Impact environnemental ; Indépendance énergétique ; Loi d'orientation énergie ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Objectif ; Prix de l'énergie ; Recherche ; Transport de l'énergie

... Lire [+]

V

- n° 130-131
ISBN 1259-3125

Ils ont pour nom Katsdorf, Scenkenfelden, Junhnde.. Nichés dans les campagnes d'Autriche et de l'Allemagne, ces villages de quelques centaines d'âmes sont aujourd'hui sur le point d'acquérir une notoriété qui dépasse les frontières. Leur point commun? Avoir fait le pari d'utiliser les énergies renouvelables pour devenir autonome en électricité et en chaleur. La France n'en est pas encore là, mais les initiatives fleurissent Ex. de Juhnde, le village qui tire son énergie des céréales et du lisier
Ils ont pour nom Katsdorf, Scenkenfelden, Junhnde.. Nichés dans les campagnes d'Autriche et de l'Allemagne, ces villages de quelques centaines d'âmes sont aujourd'hui sur le point d'acquérir une notoriété qui dépasse les frontières. Leur point commun? Avoir fait le pari d'utiliser les énergies renouvelables pour devenir autonome en électricité et en chaleur. La France n'en est pas encore là, mais les initiatives fleurissent Ex. de Juhnde, le ...

Allemagne ; Autriche ; Biogaz ; Bois énergie ; Céréale ; Collectivité locale ; Commune / Ville ; Exploitation agricole ; Généralité énergie renouvelable ; Indépendance énergétique ; Lisier / Excrément animal ; Milieu rural ; Production d'électricité ; Production de chaleur ; Réalisation ; Réseau de chaleur

... Lire [+]

V

- n° 100306

"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32570.htm Fait inedit dans l'histoire du pays, qui importait 85% de sa consommation a la fin des annees 70, le Bresil devrait atteindre d'ici trois mois l'autosuffisance en petrole. La performance de Petrobras se produit au moment ou l'alcool enregistre une hausse surprenante de sa consommation sur le marche domestique, impulsee principalement par le developpement de la technologie ""flex fuel"" (bicombustible). Pour les analystes, l'augmentation de la consommation de l'alcool comme combustible et l'autosuffisance en petrole ne sont pas de simples coincidences. ""Sans l'augmentation de la participation de l'alcool sur le marche des carburants, Petrobras aurait eu a attendre un peu plus pour feter l'autosuffisance"", dit le professeur Saul Suslick, de l'Institut des Geosciences et coordinateur du CEPETRO (Centre des Etudes du Petrole), de l' UNICAMP (Universite de Campinas). Selon Isaias Macedo, chercheur a l'Unicamp et consultant de l'UNICA (Union Agroindustrielle de la canne a sucre de Sao Paulo), la consommation actuelle d'alcool hydrate (negocie directement a la pompe) et d'alcool anhydride (melange a l'essence dans la proportion de 25% par litre) equivaut a la production quotidienne de 160 mille barils de petrole, soit 10% de la demande domestique. Pour en savoir plus, contacts : - http://www.big-jb.com.br/big/pdf/56frances.pdf - Saul Suslick - email : suslick@ige.unicamp.br - Isaias Macedo - email : isaiasmacedo22@aol.com Sources : Gazeta Mercantil - 20 a 26/02/2006 "
"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32570.htm Fait inedit dans l'histoire du pays, qui importait 85% de sa consommation a la fin des annees 70, le Bresil devrait atteindre d'ici trois mois l'autosuffisance en petrole. La performance de Petrobras se produit au moment ou l'alcool enregistre une hausse surprenante de sa consommation sur le marche domestique, impulsee principalement par le developpement de la technologie ""flex fuel"" ...

Biocarburant ; Brésil ; Éthanol ; Indépendance énergétique ; Pétrole

... Lire [+]

V

- n° 30806

"Hannelore Reinbold-Mench, le maire de Freiamt, en Forêt Noire, est fière de l'engagement de ses 4.300 administrés pour les énergies renouvelables: »nous produisons 13 millions de Kw/h par an, plus que nos propres besoins», déclare-t-elle à des journalistes après une visite de terrain.   Dans cette ville touristique et agricole à 25 km au nord de Fribourg, un agriculteur, Walter Schneider, utilise la chaleur du lait sortant du pis des vaches pour chauffer l'eau de sa douche. Son voisin a installé un toit photovoltaïque sur sa grange. Avec son installation au biogaz, Gerhard Reinbold chauffe sa ferme mais aussi ses voisins dont un club de sport. Et sur les hauteurs de cette cité touristique tournent quatre éoliennes. Chacune produit près de 3 millions de Kw/h, de quoi approvisionner mille foyers en électricité. La petite ville allemande fait feu de tous bois depuis quelques années: panneaux solaires pour la chaleur, panneaux photovoltaïques pour la production de courant, copeaux de bois pour le chauffage, moulin, éoliennes et biomasse. Depuis l'application de la nouvelle loi sur l'energie renouvelable (EEG), deux à trois millions des kw/h produits par éolienne peuvent être vendus 18 centimes d'euro le km/h au distributeur local d'électricité, précise Mme Reinbold-Mench. Les 50 m2 de panneaux photovoltaïques installés par un agriculteur sur le toit de sa grange ont produit en douze mois 30.000 Kw/h qui peuvent être vendus à 53 centimes d'euros le km/h, selon la nouvelle loi. Pour ce fermier qui cultive 38 hectares de céréales, il s'agit d'un apport financier non négligeable. Son exemple a fait tache d'huile et aujourd'hui il y a 75 installations photovoltaïques dans la commune, dont deux au-dessus de blocs de logements sociaux. 150 foyers ont recours aux panneaux solaires pour chauffer leur eau, un moyen très utilisé parce qu'il ne suppose pas d'autorisation et qu'il s'amortit vite. Walter Schneider n'en a pas besoin. Ses 45 vaches produisent quotidiennement 900 litres de lait qui sortent à 32 degrés du pis mais doivent être refroidis à 4 degrés pour la commercialisation. Un échangeur de chaleur lui permet de chauffer l'eau de sa douche et de son évier. Deux scieries et un meunier utilisent l'eau de la rivière Brettenbach grâce à des turbines et des générateurs. »Cela me fait gagner 8.000 euros par an», se réjouit le meunier Friedrich Mellert. Malgré le prix encore élevé de l'installation, une cinquantaine de foyers se chauffent aux copeaux et déchets de la coupe des bois. La commune a acheté une machine à cet usage. »L'exemple de Freiamt montre que l'on peut faire beaucoup pour peu que les politiques suivent», estime Erhard Schulz de l'association fédérale allemande WindEnergie. Le ministre féderal de l'Environnement Sigmar Gabriel (SPD) croit en un ""boom"" des énergies renouvelables. Leur part dans la production totale de fourniture de courant électrique va passer de 10% actuellement à au moins 20% d'ici à 2020, a-t-il indiqué récemment. "
"Hannelore Reinbold-Mench, le maire de Freiamt, en Forêt Noire, est fière de l'engagement de ses 4.300 administrés pour les énergies renouvelables: »nous produisons 13 millions de Kw/h par an, plus que nos propres besoins», déclare-t-elle à des journalistes après une visite de terrain.   Dans cette ville touristique et agricole à 25 km au nord de Fribourg, un agriculteur, Walter Schneider, utilise la chaleur du lait sortant du pis des vaches ...

Allemagne ; Biogaz ; Bois énergie ; Centre sportif ; Chauffe eau solaire ; Commune / Ville ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Élevage animal ; Éolien ; Exploitation agricole ; Indépendance énergétique ; Milieu agricole ; Milieu rural ; Moulin à eau ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

ACTUALITE | ENERGIES INFOS 1/07/06

Article

XXXXX

V

- n° 38
ISBN 1292-0045

"Le pic de production de pétrole Objectif ""zéro pétrole"" : le courageux pari suédois Tchernobyl : 20 ans déjà Les télécentres et le covoiturage : des moyens pour réduire la consommation énergétique liée aux déplacments domicile-travail? L'énergie et le facteur 4 Pendant que les glaces des deux pôles se liquéfient, le climat change-t-il aussi par ici?"
"Le pic de production de pétrole Objectif ""zéro pétrole"" : le courageux pari suédois Tchernobyl : 20 ans déjà Les télécentres et le covoiturage : des moyens pour réduire la consommation énergétique liée aux déplacments domicile-travail? L'énergie et le facteur 4 Pendant que les glaces des deux pôles se liquéfient, le climat change-t-il aussi par ici?"

Changement climatique ; Consommation d'énergie ; Déplacement urbain ; Indépendance énergétique ; International ; Pétrole ; Production d'énergie ; Réchauffement climatique ; Réserve / Ressource energétique ; Suède ; Transport

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Indépendance énergétique [174]

Généralité énergie renouvelable [82]

Politique énergétique [72]

Collectivité locale [50]

France [44]

Transition énergétique [38]

Éolien [34]

Solaire photovoltaïque [34]

Consommation d'énergie [30]

Territoire à énergie positive (Tepos) [30]

Production d'énergie [27]

Chiffre clé [23]

Biogaz [21]

Production d'électricité [21]

Bois énergie [20]

Maitrise De l'Énergie - MDE [20]

Nucléaire [20]

Biomasse [19]

Energie fossile [19]

Energie hydraulique [19]

Ile [19]

Réalisation [18]

Biocarburant [17]

Commune / Ville [17]

Pétrole [17]

Réseau de chaleur [17]

Charbon [16]

Généralité énergie [16]

Objectif [16]

Solaire thermique [16]

Allemagne [15]

Gaz à Effet de Serre / GES [15]

Système autonome [15]

Bilan énergétique [14]

Changement climatique [14]

Économie d'énergie [14]

Emploi [14]

Europe [14]

Gaz naturel [14]

International [14]

Transport [14]

Efficacité énergétique [13]

Outil pédagogique [13]

Scénario [13]

Approvisionnement [12]

Consommation d'électricité [12]

Électricité renouvelable [12]

Éolienne [12]

Milieu agricole [11]

CO2 / Dioxyde de carbone [10]

Donnée économique [10]

Électricité [10]

Énergie solaire [10]

Milieu rural [10]

Financement [9]

Géothermie [9]

Potentiel de développement [9]

Programme de développement [9]

#clerinfos [8]

Aménagement du territoire [8]

Chaudière bois [8]

Dépendance énergétique [8]

EDF [8]

Énergie primaire [8]

Logement [8]

Recherche [8]

Rénovation [8]

Aspect économique [7]

Autriche [7]

Effet de serre [7]

Entreprise [7]

Facture énergétique [7]

Huile végétale [7]

Ile de la Réunion [7]

Prix de l'énergie [7]

Projet [7]

Projet citoyen [7]

Puissance installée [7]

Rendement [7]

Bâtiment [6]

Chaleur [6]

Chauffe eau solaire [6]

Chaufferie bois [6]

Coût d'investissement [6]

Impact environnemental [6]

Méthanisation [6]

Offshore [6]

Parc éolien [6]

Perspective [6]

Politique environnementale [6]

Programme d'action [6]

Prospective / Prévision [6]

Région [6]

Réglementation [6]

Réseau électrique [6]

Ecoquartier [5]

Centrale photovoltaïque [5]

Centrale thermique [5]

Chaleur renouvelable [5]

Chauffage [5]

Danemark [5]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z