F Nous contacter

0

Documents  Inde | enregistrements trouvés : 103

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

ARTICLE EN LIGNE
La branche indienne de l'ONG désigne les principaux foyers d'émission du dioxyde de soufre, participant à une hécatombe mondiale de 7 millions de morts par an.

Cartographie / Atlas ; Pollution de l'air ; Energie fossile ; International ; Impact santé ; Inde ; Dioxyde de soufre ; Chiffre clé

... Lire [+]

y

Le sous-continent est confronté cette année à l'une des pires sécheresses de son histoire. La faute au changement climatique, qui rend les pluies capricieuses et retarde l'arrivée de la mousson, mais aussi à la vétusté des infrastructures et à des choix politiques et économiques.

Eau ; Changement climatique ; Politique ; International ; Inde ; Aspect économique ; Canicule / Sécheresse

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Selon une nouvelle étude, 30 % de la population mondiale est à l'heure actuelle exposée à des vagues de chaleur potentiellement meurtrières 20 jours par an voire plus. À la manière d'un feu de forêt qui gagne du terrain, le changement climatique favorise la propagation de cette chaleur intense.

En l'absence d'importantes réductions des émissions de gaz à effet de serre, tels que le CO2, jusqu'à trois personnes sur quatre courront le risque de mourir de chaud à l'horizon 2100. Cependant, d'après l'analyse publiée ce lundi dans Nature Climate Change, une personne sur deux est susceptible d'être exposée à des vagues de chaleur meurtrières pendant au moins 20 jours par an à la fin du siècle, même si des réductions adviennent.
ARTICLE EN LIGNE
Selon une nouvelle étude, 30 % de la population mondiale est à l'heure actuelle exposée à des vagues de chaleur potentiellement meurtrières 20 jours par an voire plus. À la manière d'un feu de forêt qui gagne du terrain, le changement climatique favorise la propagation de cette chaleur intense.

En l'absence d'importantes réductions des émissions de gaz à effet de serre, tels que le CO2, jusqu'à trois personnes sur quatre ...

Politique énergétique ; International ; Changement climatique ; Inde ; Antarctique / Arctique ; Pakistan ; Chiffre clé ; Impact santé ; Réchauffement climatique ; Maitrise De l'Énergie - MDE

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Engagée dans un vaste programme de développement du nucléaire civil pour répondre à la demande en énergie et aux enjeux de lutte contre le changement climatique, l'Inde se présente actuellement comme un des marchés nationaux les plus prometteurs pour la filière nucléaire de la prochaine décennie. En visite officielle en Inde du 10 au 12 mars 2018, le Président français Emmanuel Macron, accompagné du PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy, entend bien profiter de l'occasion pour promouvoir la technologie nucléaire française et avancer sur le dossier des six EPR de Jaitapur.
ARTICLE EN LIGNE
Engagée dans un vaste programme de développement du nucléaire civil pour répondre à la demande en énergie et aux enjeux de lutte contre le changement climatique, l'Inde se présente actuellement comme un des marchés nationaux les plus prometteurs pour la filière nucléaire de la prochaine décennie. En visite officielle en Inde du 10 au 12 mars 2018, le Président français Emmanuel Macron, accompagné du PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy, ...

Inde ; Nucléaire ; Technologie ; EDF ; Gouvernement ; Politique énergétique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Parcourir 2 000 km à travers la France en vélo solaire, l'idée vient de Sushil Reddy, 28 ans, diplômé de l'université IIT Bombay, en Inde. « En travaillant pour des entreprises dédiées à l'énergie solaire en Inde, j'ai réalisé à quel point il y avait un besoin de sensibilisation. J'ai voulu trouver un exemple montrant aux gens les bénéfices de cette énergie. » A fortiori en Inde où l'énergie solaire est « en pleine expansion ».
ARTICLE EN LIGNE
Parcourir 2 000 km à travers la France en vélo solaire, l'idée vient de Sushil Reddy, 28 ans, diplômé de l'université IIT Bombay, en Inde. « En travaillant pour des entreprises dédiées à l'énergie solaire en Inde, j'ai réalisé à quel point il y avait un besoin de sensibilisation. J'ai voulu trouver un exemple montrant aux gens les bénéfices de cette énergie. » A fortiori en Inde où l'énergie solaire est « en pleine expansion ».

Énergie solaire ; Vélo ; Mobilité ; Éducation à l'énergie ; Outil pédagogique ; Inde

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Alors que le Pakistan et le Moyen-Orient croulent sous une canicule historique depuis fin mai, une étude publiée mercredi 7 juin dans Science Advances, portant sur l'Inde, révèle la catastrophe sanitaire que constituent ces vagues de chaleur toujours plus courantes.

Réchauffement climatique ; Changement climatique ; Inde ; Canicule / Sécheresse

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Lauréate de l'édition 2016 du MIT TR 35 France, Clémentine Chambon crée une technologie hybride pour électrifier l'Inde avec de l'énergie renouvelable. Avec Oorja, elle ambitionne ainsi de participer au développement économique et social du pays.

Inde ; Technologie ; France ; Asie ; Innovation ; Généralité énergie renouvelable ; Électrification rurale ; Aspect économique ; Aspect social ; International

... Lire [+]

y

- n° 30 - p.04 à p.06

Depuis trois ans le Conseil Mondial de l'Énergie présidé par le français Pierre Gadonneix, publie chaque année un rapport de synthèse qui identifie les progrès accomplis par chacun des près de 100 pays membres dans le domaine de l'énergie et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Politique énergétique ; International ; Organisation internationale ; Objectif ; Entreprise ; Gouvernement ; Rapport ; Aspect économique ; Chine ; États Unis ; Russie ; Inde ; Japon ; Allemagne ; Canada ; Royaume Uni ; France ; Espagne ; Italie

... Lire [+]

y

- n° 10 - p.31 à p.37

Sur la planète, l'énergie éolienne est mieux répartie que l'énergie fossile, mais encore faut-il savoir où on en tirera le mieux profit. L'éolien est un métier de prédiction à trois niveaux: pour trouver les meilleurs emplacements, pour quantifier le productible, c'est-à-dire connaître à l'avance, selon les vents, la production d'électricité du jour, et pour anticiper les pannes: c'est la maintenance prédictive.
Sur la planète, l'énergie éolienne est mieux répartie que l'énergie fossile, mais encore faut-il savoir où on en tirera le mieux profit. L'éolien est un métier de prédiction à trois niveaux: pour trouver les meilleurs emplacements, pour quantifier le productible, c'est-à-dire connaître à l'avance, selon les vents, la production d'électricité du jour, et pour anticiper les pannes: c'est la maintenance prédictive.

Éolien ; Éolienne ; Métier ; Emploi ; Installation ; Parc éolien ; Loi littoral ; ZDE - Zone de Développement de l'Éolien ; Bureau d'étude ; Inde ; Production ; Production ; Maintenance / Entretien

... Lire [+]

y

- n° 1708 - p.30 à p.30

Le Crédit coopératif est la première banque européenne à appliquer un dispositif de taxation des flux financiers dont le produit alimente une cagnotte au profit de la solidarité internationale.
Le Geres en a été le bénéficiaire en 2011 pour un projet de réhabilitation thermique de l'habitat dans l'Himalaya.

Société financière ; Taxe ; Aspect financier ; Rénovation ; Isolant thermique ; Logement ; Chine ; Inde ; Népal ; Pakistan

... Lire [+]

V

- n° 5

Dès les années soixante-dix, les gouvernements
encouragèrent la recherche dans ce sens . Il fallait pallier le pétrole tout puissant pour éviter de s'enfermer dans une dépendance vis-à-vis des pays exportateurs. A l'heure actuelle, la donne est sensiblement la même puisque l'objectif est encore et toujours de trouver une alternative sérieuse. Près de quarante ans plus tard, les chercheurs creusent la piste offerte par les biocarburants.
Dès les années soixante-dix, les gouvernements
encouragèrent la recherche dans ce sens . Il fallait pallier le pétrole tout puissant pour éviter de s'enfermer dans une dépendance vis-à-vis des pays exportateurs. A l'heure actuelle, la donne est sensiblement la même puisque l'objectif est encore et toujours de trouver une alternative sérieuse. Près de quarante ans plus tard, les chercheurs creusent la piste offerte par les biocarburants.

Biocarburant ; Éthanol ; Carburant ; Environnement ; Pétrole ; Prix du pétrole ; Automobile ; Chine ; Inde ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Huile végétale

... Lire [+]

V

- n° Hors-série n°8 - p. 57 à p. 80

Le marché mondial de l'éolien est pour la première fois depuis 20 ans en diminution, baissant de 5,8% à 35,7 GW en 2010 (37,9 GW en 2009). Cette diminution s'explique par la chute du marché nord-américain et par un ralentissement du marché européen. La croissance du marché asiatique est restée très soutenue et concentre désormais plus de la moitié du marché mondial.
Le marché mondial de l'éolien est pour la première fois depuis 20 ans en diminution, baissant de 5,8% à 35,7 GW en 2010 (37,9 GW en 2009). Cette diminution s'explique par la chute du marché nord-américain et par un ralentissement du marché européen. La croissance du marché asiatique est restée très soutenue et concentre désormais plus de la moitié du marché mondial.

Chiffre clé ; International ; Europe ; Canada ; Chine ; Inde ; Japon ; Éolienne ; Éolien ; Parc éolien ; Puissance installée ; Implantation ; Bilan ; Marché mondial

... Lire [+]

V

- n° 1 - p.8 à p.9

La demande à l'échelle mondiale va continuer à augmenter et les pays non membres de l'OCDE, Chine et inde en tête, en sont les principaux responsables. C'est ce qui ressort du "Word Energy Outlook 2010" (WEO 2010), le rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui est paru à la mi-novembre.

Généralité énergie ; Pétrole ; Chine ; États Unis ; Inde ; Russie ; Japon ; Europe ; Énergie primaire ; Consommation d'énergie ; Demande en énergie

... Lire [+]

V

- n° 160210

Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être construits et gérés au meilleur coût. D'une durée de quatre ans, ce projet couvre l'intégralité du cycle de vie des bâtiments, de leur construction à leur démolition. Il concerne à la fois les immeubles résidentiels et commerciaux, responsables d'environ 40% de la consommation d'énergie et d'émissions de CO2 au niveau mondial. Le rapport se concentre sur six régions : Europe, Etats-Unis, Brésil, Chine, Japon et Inde. Une réduction de 60% de la consommation d'énergie d'ici 2050 : Selon le rapport ''Transformer le marché'', réduire de 60% la consommation d'énergie dans les immeubles d'ici à 2050, est possible, ''à condition d'engager dès aujourd'hui une transformation profonde du secteur du bâtiment. Sans mesures immédiates, des milliers de nouveaux bâtiments seront construits sans aucune considération pour l'efficacité énergétique et des millions de bâtiments existants consommant plus d'énergie que nécessaire seront toujours présents en 2050'', avait souligné en avril dernier Björn Stigson, président du WBCSD. Ce rapport expose les vecteurs de transformation nécessaires et propose une feuille de route pour réduire la consommation d'énergie dans les bâtiments. Pour ce faire, il formule ainsi six recommandations : renforcer la réglementation thermique et les labels énergétiques, mettre en place les subventions nécessaires au soutien des investissements et faire usage de signaux prix, encourager les innovations, développer et utiliser des technologies de pointe, développer une main d'oeuvre pour les économies d'énergie et mobiliser la société autour des économies d'énergie. Des recommandations qui vont notamment dans le sens des mesures prises en France dans le cadre du Grenelle en matière de performance énergétique et de formations professionnelles des salariés et artisans du bâtiment, annoncées dans le plan de mobilisation des métiers de la croissance verte, présenté en janvier par le gouvernement. Si l'Etat a été invité à revoir sa copie concernant la mise en place d'une taxe carbone (contribution carbone), le rapport propose d'utiliser plutôt les revenus de cette mesure fiscale pour subventionner les investissements d'économie d'énergie. Il s'agirait d'appliquer une taxe spécifique au bâtiment (un impôt modifié ou supplémentaire) ''pour éviter un impact négatif sur l'économie d'une taxe générale sur l'énergie ou le carbone''. Les coûts d'une transformation du secteur du bâtiment ? En se basant sur un prix de référence du baril de pétrole à 60 dollars (42 euros le baril), de nombreux projets d'économie d'énergie ''seraient rentables aux coûts énergétiques actuels''. Ainsi, investir 150 milliards de dollars (105 milliards euros) par an dans l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments dans les six régions étudiées permettrait de réduire de 40% la consommation d'énergie et des émissions de CO2 avec un retour sur investissement de cinq ans pour les propriétaires, selon l'étude. 150 milliards de dollars supplémentaires amortis sur une période comprise entre 5 et 10 ans, permettrait d'atteindre même une réduction de 50% des émissions de CO2 ou de dépenses en énergie à l'horizon 2050. 650 milliards de dollars (455 milliards euros) d'investissements supplémentaires permettraient d'atteindre l'objectif de 77 % de réduction énergétique préconisé par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), en appliquant les mesures préconisées. Un manifeste : Suite à la publication du rapport, cinquante entreprises membres du WBCSD ont déjà signé un manifeste élaboré en octobre dernier par le consortium, qui est destiné à mobiliser les entreprises pour améliorer l'efficacité énergétique de leurs bâtiments tertiaires. ''Il s'agit donc de faire ce qu'on préconise'', a souligné Constant van Aerschot, directeur de la prospective de Lafarge, à l'occasion d'une conférence de presse. Ce manifeste propose donc ''cinq actions'' : fixer des objectifs de réduction des consommations énergétiques et/ou des émissions de CO2 et ''des échéances ambitieuses et cohérentes avec la transformation souhaitée'' ou encore élaborer une politique d'entreprise fixant des niveaux de performance énergétique minimaux dans les bâtiments tertiaires de l'entreprise. Les groupes signataires parmi lesquels la Société générale, Adidas, Nissan, Vestas s'engagent également à définir et réaliser une politique d'audit et publier, chaque année, la consommation d'énergie et les émissions de CO2 de leurs immeubles, ainsi que les progrès réalisés pour atteindre les objectifs de réduction. Ils s'engagent en outre à promouvoir l'efficacité énergétique des immeubles auprès des employés, des fournisseurs et des autres partenaires. ''L'exemplarité en matière d'efficacité énergétique dans le bâtiment représente des opportunités de réduction des coûts d'exploitation, d'amélioration de la productivité des employés et de leur satisfaction et, de valorisation de l'image des entreprises'', a fait valoir le WBSCD. - En savoir plus sur le rapport et le Manifeste : http://www.wbcsd.org/Plugins/DocSearch/details.asp?DocTypeId=251&ObjectId=MzY4NDk&URLBack=%2Ftemplates%2FTemplateWBCSD5%2Flayout.asp%3Ftype%3Dp%26MenuId%3DMTA5Nw%26doOpen%3D1%26ClickMenu%3DLeftMenu
Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être ...

Aide financière ; Bâtiment ; Bâtiment industriel ; Bâtiment tertiaire ; Brésil ; Chine ; Commerce / Magasin ; Consommation d'énergie ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Entreprise ; États Unis ; Étude ; Europe ; France ; Inde ; International ; Japon ; Label de performance ; Logement collectif ; Perspective ; Rapport ; Réglementation thermique ; Rentabilité ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

V

La semaine dernière, l'un des gouverneurs régionaux de l'Ukraine a lancé un projet pilote dans l'éolien (57,5 MW), prélude à d'autres solutions énergétiques vertes dans le pays.

Ukraine ; Éolien ; Éolienne ; Région ; Turbine / Génératrice ; Production d'électricité ; Gaz naturel ; Réserve / Ressource energétique ; Système autonome ; Inde ; Brésil ; Mexique ; Égypte ; Maroc ; Tunisie

... Lire [+]

V

- n° 110609

Selon le dernier baromètre « Renewable Energy Country Attractiveness Indices » du cabinet Ernst & Young, les Etats-Unis sont toujours en tête des pays les plus attractifs pour investir dans les énergies renouvelables. Le secteur de l'éolien terrestre se porte bien : selon l'American Wind Energy Association, 2.836 MW supplémentaires ont déjà été installés depuis le début de l'année 2009 et neufs Etats ont dépassé la barre du gigawatt de parc éolien. Malgré les engagements de la nouvelle administration Obama, le cabinet Ernst & Young estime que cela ne devrait pas durer et prévoit une baisse des constructions pour 2009 et 2010. L'énergie solaire a également les faveurs des énergéticiens américains notamment en Floride où plusieurs centrales solaires à concentration sont prévues : 75 MW près d'Indiantown et 75MW à Babcock Ranch. Le Texas et la Californie restent toutefois les deux Etats les plus attractifs pour les énergies renouvelables surtout pour l'éolien et le solaire respectivement. La Chine et l'Inde toujours dans le top 5 : Les Etats-Unis sont toujours talonnés par l'Allemagne, seul Etat membre de l'Union européenne avec l'Espagne à être présent dans le top 5 du classement d'Ernst & Young. Le cabinet estime que les pays de l'UE ont tiré bénéfice des plans de relance et des annonces de la Commission européenne affirmant qu'un tiers des fonds débloqués pour lutter contre la crise serviront à « l'économie verte ». La Chine et l'Inde occupent respectivement les troisième et quatrième places. Le 1er mai dernier, l'administration chinoise en charge de l'énergie a annoncé des objectifs en hausse pour le secteur de l'éolien : 100GW d'ici 2020 contre 30 GW prévus initialement. Selon le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC), 12 GW étaient installés fin 2008 et Ernst & Young estime que ce parc atteindra 58 GW d'ici cinq ans. Le gouvernement Indien a également annoncé de nouveaux objectifs d'énergie renouvelable : 10% de son mix énergétique d'ici 2012. Pour les atteindre, les tarifs d'achat ont été relevés aussi bien pour l'éolien que pour le solaire. En Espagne, l'intérêt pour les centrales solaires à concentration a été relancé. Le pays prévoit de posséder d'ici 2010, 500 MW de capacité thermique contre 225 MW à l'heure actuelle. Selon le cabinet Ernst&Young le pays pourrait nettement dépasser cet objectif sachant qu'il envisage de relever les tarifs d'achat pour ces installations. L'Italie, le Royaume-Uni et la France au coude à coude : L'Italie (6e), le Royaume-Uni (7e) et la France (8e) se retrouvent tous les trois à quelques pas de l'Espagne et devant le Canada et le Portugal. L'Italie se distingue du trio dans le secteur de la géothermie et du solaire. La France en revanche s'avère attractive dans l'ensemble des énergies renouvelables à l'exception de la géothermie. Le Royaume-Uni présente quant à lui de bons indices d'attractivité pour l'éolien offshore. Le pays a en effet donné l'avantage à cette source d'énergie renouvelable dans son système de Renewables Obligations (ROs). L'éolien offshore permet ainsi aux énergéticiens de répondre plus rapidement à leurs obligations d'approvisionnement en énergie renouvelable car 1 MWh provenant de l'éolien offshore rapporte 1,5 ROs alors que les autres énergies rapportent 1 ROs voire moins. Résultats, le gouvernement britannique a reçu plus de 40 projets de parc éolien.
Selon le dernier baromètre « Renewable Energy Country Attractiveness Indices » du cabinet Ernst & Young, les Etats-Unis sont toujours en tête des pays les plus attractifs pour investir dans les énergies renouvelables. Le secteur de l'éolien terrestre se porte bien : selon l'American Wind Energy Association, 2.836 MW supplémentaires ont déjà été installés depuis le début de l'année 2009 et neufs Etats ont dépassé la barre du gigawatt de parc ...

Allemagne ; Chiffre clé ; Chine ; Concentrateur solaire ; Éolien ; Espagne ; États Unis ; Étude ; France ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Inde ; International ; Investissement ; Italie ; Marché mondial ; Puissance installée ; Rapport ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 426
ISBN 0292-1731

Un récent rapport du WBCSD pointe les efforts importants qui doivent être fait pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments résidentiels et commerciaux. La répartition des usages (climatisation, éclairage et appareils, eau chaude sanitaire,cuisson, chauffage) en fonction des surfaces moyennes des bâtiment par pays (USA, Europe, Japon, chine, Inde) a notamment été étudiée. Le rapport formule six recommandations principales : - Renforcer la réglementation thermique et les labels afin de permettre une meilleure information - Inciter les investissements en efficacité énergétique - Encourager les approches globales et les innovations - Développer et utiliser des technologies de pointe qui pour faciliter les comportements économes en énergie - Développer une mains d'oeuvre pour les économies d'énergie - Mobiliser en faveur d'une culture consciente des enjeux énergétiques. Le rapport : http://www.wbcsd.org/includes/getTarget.asp?type=d&id=MzQyMDU
Un récent rapport du WBCSD pointe les efforts importants qui doivent être fait pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments résidentiels et commerciaux. La répartition des usages (climatisation, éclairage et appareils, eau chaude sanitaire,cuisson, chauffage) en fonction des surfaces moyennes des bâtiment par pays (USA, Europe, Japon, chine, Inde) a notamment été étudiée. Le rapport formule six recommandations principales : - Renforcer ...

Aide financière ; Appareil de cuisson ; Bâtiment ; Bâtiment tertiaire ; Bilan énergétique ; Chauffage ; Chiffre clé ; Chine ; Climatisation / Rafraîchissement ; Commerce / Magasin ; Consommation d'énergie ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Éclairage ; Électroménager ; États Unis ; Europe ; Logement ; Inde ; Japon ; Label de performance ; Performance énergétique ; Rapport ; Réglementation thermique ; Secteur résidentiel

... Lire [+]

V

- n° 230409

Plante sauvage, poussant dans les zones les plus arides, aux rendements élevés à l'hectare et produisant une huile affichant les mêmes propriétés que le diesel... Les vertus du jatropha curcas font que cette plante est régulièrement présentée comme le carburant vert de demain. Pourtant, de nombreuses expériences menées à grande échelle ont démontré que la culture de cette plante « miraculeuse » n'était pas si facile que ça. Si le jatropha curcas peut présenter une source d'énergie alternative à l'échelle locale, les nombreuses recherches visant son industrialisation ont obtenus des résultats modestes aujourd'hui. Explications avec Gilles Vaitilingom, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). De l'état sauvage à la culture intensive : Poussant à l'état sauvage à Madagascar, en Egypte, en Amérique latine, en Inde et dans plusieurs pays du Sahel, le jatropha curcas est traditionnellement utilisé comme haie vive pour protéger cultures et habitations des animaux (ses graines sont toxiques pour les humains et les animaux) ou sous forme d'huile pour la cuisson, l'éclairage ou la production de savon. Chauffée au-delà de 110°C, cette huile affiche les mêmes propriétés que le diesel. Ce qui a suscité, dès les années 80, un fort engouement pour cette plante très résistante à la sécheresse. L'Inde et le Nicaragua, dès les années 80 - 90, ont mené des expériences pour développer une culture à grande échelle de cette plante. Les résultats s'étant montrés peu concluants, de nombreux projets ont échoué. Pourtant, aujourd'hui, avec la hausse récente du prix de pétrole et l'annonce de l'épuisement de cette ressource fossile, le jatropha curcas est revenu sur le devant de la scène, suscitant l'intérêt de nombreux groupes agro-industriels. Il y a 3 - 4 ans, dans la recherche de nouvelles sources de carburants, le jatropha curcas est sorti des oubliettes. Il y a certes un certain intérêt dans cette plante, mais pas là où on le croit, analyse Gilles Vaitilingom. Si cette plante est très répandue dans le monde tropical, car elle pousse bien et est capable de résister à de longues sécheresses, elle est cultivée à petite échelle, pour des haies... A partir du moment où l'on veut cultiver cette plante en verger, l'entretien nécessaire à la plupart des cultures s'impose aussi pour le jatropha : arrosage, engrais, protection contre les insectes ravageurs... Les coûts engendrés par la culture de masse du jatropha curcas n'ont pas été pris en compte au départ de nombreux projets, tant les propriétés « miraculeuses » de cette plante étaient vantées. Coûts d'entretiens élevés, rendements moins élevés ont été souvent constatés lors des recherches menées. Autre danger : le jatropha n'est pas comestible. L'agriculteur qui se lance dans cette culture doit donc être sûr de trouver un débouché à sa production. Dans les projets développés en Inde ou au Nicaragua dans les années 90, les agriculteurs, au bout de quelques années, ont fini par abandonner leurs cultures car elles ne leur procuraient pas les revenus promis. Les plus pauvres de ces paysans n'avaient même plus l'argent pour les faire arracher. Le risque est de créer une dépendance de l'agriculteur envers l'acheteur, entraînant des prix d'achat relativement bas. Le jatropha serait donc un mirage ? Une alternative énergétique à l'échelle locale : Les projets relancés ces dernières années autour du jatropha ont mené à ces mêmes conclusions. Pourtant, pour Gilles Vaitilingom, cette plante a un intérêt aujourd'hui, pour la production de carburants à usages locaux. A condition que la plante soit cultivée dans des zones arides, où aucune autre culture est possible, ou que la plante soit cultivée à petite échelle aux côtés d'autres cultures, pour satisfaire les besoins des agriculteurs en carburant ou pour l'électrification d'un village. Dans ces conditions là, la culture du jatropha est bénéfique, présentant un double intérêt : une production de carburant locale et la lutte contre l'érosion. Plus question de culture à grande échelle ? Il y a une petite fenêtre qui reste ouverte. De nombreux projets de recherches ont été lancés il y a quelques années avec le retour de l'engouement pour cette plante. Ils pourraient permettre de parvenir à une sélection d'espèce plus résistante, fournissant un meilleur rendement et dont les produits secondaires (tourteaux...) seraient comestibles pour les animaux. D'autres plantes suscitent également l'intérêt aujourd'hui : le pangomia, le balanite, le babassu ou encore le buriti. L'huile produite à partir de ces plantes étant comestible, leur culture apparaît moins risquée pour l'agriculteur qui a ainsi différents débouchés. Mais comme c'est le cas aujourd'hui pour la production à grande échelle d'huile de palme, une culture intensive de ces plantes pourrait entrer en concurrence avec le maintien des prairies, des forêts primaires ou même de cultures vivrières. Ces nouvelles plantes gagnent de l'intérêt, mais leur potentiel doit être exploité dans des zones ou rien d'autre ne pousse. Comme la plupart des agrocarburants, ces plantes ont intérêt à être développées à échelle locale, pour un usage local. Avec une éventuelle importation et industrialisation, ces productions perdent leur raison d'être. Il n'y a donc pas de miracle qui tienne.
Plante sauvage, poussant dans les zones les plus arides, aux rendements élevés à l'hectare et produisant une huile affichant les mêmes propriétés que le diesel... Les vertus du jatropha curcas font que cette plante est régulièrement présentée comme le carburant vert de demain. Pourtant, de nombreuses expériences menées à grande échelle ont démontré que la culture de cette plante « miraculeuse » n'était pas si facile que ça. Si le jatropha curcas ...

Amérique Latine ; Biocarburant ; Égypte ; Huile végétale ; Inde ; Jatropha ; Madagascar ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 3131
ISBN 0042-126

Elle avait été oubliée pendant une décennie. Première source d'énergie renouvelable, l'hydroélectricité revient sur le devant de la scène avec la construction de grands barrages dans les pays à forte croissance et la rénovation dans les pays déjà équipés.

Barrage hydraulique ; Brésil ; Caractéristique technique ; Chiffre clé ; Chine ; Congo ; France ; Energie hydraulique ; Inde ; International ; Norvège ; Principe de fonctionnement ; Production d'électricité ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Inde [103]

Chine [43]

États Unis [32]

International [31]

Solaire photovoltaïque [29]

France [28]

Éolien [24]

Europe [24]

Allemagne [22]

Japon [22]

Généralité énergie renouvelable [21]

Brésil [20]

Pays En Développement [20]

Energie hydraulique [18]

Espagne [18]

Chiffre clé [17]

Électrification rurale [17]

Politique énergétique [17]

Italie [16]

Solaire thermique [16]

Production d'électricité [15]

Réalisation [15]

Biomasse [13]

Maroc [13]

Puissance installée [13]

Russie [13]

Afrique [11]

Consommation d'énergie [11]

Biocarburant [10]

Efficacité énergétique [10]

Marché mondial [10]

Royaume Uni [10]

Canada [9]

Généralité énergie [9]

Géothermie [9]

Potentiel de développement [9]

Asie [8]

Australie [8]

Changement climatique [8]

Concentrateur solaire [8]

Donnée économique [8]

Énergie solaire [8]

Scénario [8]

Site isolé [8]

Technologie [8]

Charbon [7]

CO2 / Dioxyde de carbone [7]

Cuiseur solaire [7]

Danemark [7]

Égypte [7]

Électricité renouvelable [7]

Emploi [7]

Éolienne [7]

Gaz à Effet de Serre / GES [7]

Gaz naturel [7]

Industrie [7]

Logement [7]

Nucléaire [7]

Perspective [7]

Pétrole [7]

Projet [7]

Amérique Latine [6]

Bâtiment [6]

Bilan énergétique [6]

Biogaz [6]

Coût d'investissement [6]

Économie d'énergie [6]

Énergie marine [6]

Entreprise [6]

Impact environnemental [6]

Investissement [6]

Mexique [6]

Objectif [6]

Parc éolien [6]

Portugal [6]

Rapport [6]

Aide financière [5]

Algérie [5]

Appareil de cuisson [5]

Bâtiment tertiaire [5]

Besoin énergétique [5]

Bois énergie [5]

Californie [5]

Éclairage [5]

Effet de serre [5]

Étude [5]

Iran [5]

Mali [5]

Production [5]

Afrique du Sud [4]

Analyse Cycle de Vie - ACV [4]

Angleterre [4]

Aspect historique [4]

Autriche [4]

Barrage hydraulique [4]

Belgique [4]

Centrale solaire [4]

Climatisation / Rafraîchissement [4]

Commerce / Magasin [4]

Coût de production [4]

Demande en énergie [4]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z