F Nous contacter

0

Documents  Pile à combustible | enregistrements trouvés : 235

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 284
ISBN 0292-1731

En 2000, le Présdent de Toyota avait souligné devant ses confrères réunis à Détroit que le développement de véhicules plus propres et économes en énergie primaire était vital pour la pérennité de l'industrie automobile. Ce n'était pas un simple effet d'annonce, puisque le constructeur japonais a présenté au Salon de Genève une véritable gamme de modèles à propulsion hybride termique-électrique et annoncé que 7 voitures à PAC de la marque rouent quotidiennement au Japon et aux États-Unis
En 2000, le Présdent de Toyota avait souligné devant ses confrères réunis à Détroit que le développement de véhicules plus propres et économes en énergie primaire était vital pour la pérennité de l'industrie automobile. Ce n'était pas un simple effet d'annonce, puisque le constructeur japonais a présenté au Salon de Genève une véritable gamme de modèles à propulsion hybride termique-électrique et annoncé que 7 voitures à PAC de la marque rouent ...

Automobile ; Constructeur ; Moteur diesel ; Moteur hybride ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 194
ISBN 1026-8316

La commission européenne lance un appel à manifestation d'intéret en vue de la participation à une plate forme européenne et à combustible

Appel à projet ; Commission européenne ; Hydrogène ; Pile à combustible ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 78
ISBN 1624-7876

Un bus alimenté à l'hydrogène, et donc n'émettant aucun gaz à effet de serre...Ce rêve écologiste est devenu réalité puisque, depuis deux ans, une trentaine de ces véhicules ont été intégrés au réseau urbain de dix villes d'Europe.

Commune / Ville ; Coût d'investissement ; Europe ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Hydrogène ; Luxembourg ; Pile à combustible ; Production ; Véhicule électrique

... Lire [+]

PILES A COMBUSTIBLE | ENERGIE PLUS 15/04/02

Article

XXXXX

V

- n° 284
ISBN 0292-1731

Après avoir exploré les divesrse filières de réalisation de ce qu'un nombre crissant d'expets présente comme le générateurr électrique du XXIè siècle, on a fini par constater que toutes avaient leur intérêt. En fait, chaque filière ne convient qu'à certaines applications précises.Mais pour passerau stade industriel, toutes doivent réduire assez sensiblement leurs couts et améliorer leur durée de vie
Après avoir exploré les divesrse filières de réalisation de ce qu'un nombre crissant d'expets présente comme le générateurr électrique du XXIè siècle, on a fini par constater que toutes avaient leur intérêt. En fait, chaque filière ne convient qu'à certaines applications précises.Mais pour passerau stade industriel, toutes doivent réduire assez sensiblement leurs couts et améliorer leur durée de vie

Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 492

"Le bâtiment de 1 320 m2 regroupe un ensemble de solutions environnementales et non polluantes, sans rejet de gaz à effet de serre (GES), avec son propre réseau énergétique. C'est un véritable démonstrateur, prouvant l'intérêt de combiner les énergies renouvelables, l'éolien et le solaire, à l'hydrogène afin d'atteindre une autonomie complète, sans raccord au réseau électrique national. Un « cluster développement durable » sera même créé et le bâtiment hébergera des entreprises du secteur des énergies et de l'environnement. Le projet a été imaginé en 2003 et la construction a débuté en 2006. Le coût initial du projet était de 4,37 millions d'euros avec des surcoûts liés aux énergies renouvelables : 6,6 %, puis à l'Hydrogène : 11 %. Jean-Luc Cousin Architectes/Urbanistes a souhaité créer une oeuvre qui défit les règles géométriques conventionnelles de la construction et qui s'accorde pleinement avec les cycles de la Terre et des saisons. Ce principe architectural, d'une enveloppe compacte qui travaille sur l'inertie, permet un fonctionnement optimal des EnR et un gain énergétique fort. L'Energie éolienne : 3 éoliennes de 10 kW chacune, à axe horizontal sur mât de 15 mètres, permettront de produire 45 000 kWh/an, soit 51,4 % de la production totale des énergies renouvelables. L'innovation majeure pour ces éoliennes est le mât « basculant hydraulique» par un système de vérins qui facilitera l'entretien et la maintenance. Le siège d'Abalone, un exemple à méditer et à visiter L'énergie produite sera réinjectée dans le bâtiment et le surplus sera lui réinjecté dans le réseau électrique national, en attendant de pouvoir mettre en place un système de stockage. A terme, ces éoliennes permettront également de produire de l'hydrogène (voir plus bas) Le siège d'Abalone, un exemple à méditer et à visiter3 éoliennes de 3,5 kW chacune, à axe horizontal sur mât de 3 mètres, permettront de produire 15 000 kWh/an, soit 17,1 % de la production totale des énergies renouvelables. La totalité de l'énergie produite sera réinjectée dans le bâtiment. Des éoliennes faciles à installer sur toits et terrasses et une robustesse renforcée pouvant résister aux rafales en captant un plus large spectre de vitesses de vent, de 9 à 162 km/h contre 90 km/h pour une éolienne classique. Un meilleur rendement que les éoliennes conventionnelles de même diamètre grâce à ses 3 pales incurvées captant le vent par l'arrière. La forme unique de ses pales permet d'exploiter pleinement l'énergie cinétique du vent pour une production inégalée. L'Energie solaire : Le mode de production d'énergie à partir du solaire thermique diffère du solaire photovoltaïque. Ainsi, les panneaux solaires thermiques permettront la transformation des rayonnements du soleil en énergie thermique afin d'utiliser directement la chaleur produite. L'énergie solaire est récupérée par des capteurs solaires vitrés, des tubes métalliques noirs reçoivent le rayonnement solaire pour chauffer un liquide caloporteur. Cette énergie thermique sera utilisée pour chauffer le bâtiment et pour l'eau chaude des sanitaires. Le siège d'Abalone, un exemple à méditer et à visiter Les panneaux solaires photovoltaïques (ci-dessus) sont eux réservés à la production d'énergie électrique. Le bâtiment ABALONE est équipé de 80 m©— de panneaux photovoltaïques qui produiront 20 000 kWh/an, soit 22,9% de l'énergie totale produite. L'édifice récupére aussi des apports solaires en façades SUD. Il diffuse au travers des planchers en dalles alvéolées ou évacue de la chaleur selon la saison et la température du bâtiment. Des protections solaires extérieures sont également adaptées aux orientations. L'Energie géothermique : Le puits canadien, aussi appelé puits provençal, est un système géothermique qui permet une climatisation naturelle. Il est basé sur le simple constat que la température du sol, à environ 1 mètre 50 de profondeur, est de 5°c en hiver et 15 °c en été, donc plus élevée que la température ambiante en hiver et plus basse en été. On utilise l'inertie thermique du sol pour traiter l'air qui circulera dans le bâtiment. Nous avons donc un préchauffage de l'air hygiénique en hiver et un rafraichissement en été pour des bureaux non climatisés artificiellement. Le puits canadien couplé à une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) double flux à haut rendement permet, en plus de renouveler l'air du bâtiment, de récupérer la chaleur, en hiver, ou la fraîcheur, en été, contenue dans l'air évacué du logement et de la fournir à l'air entrant. Elle permet donc d'éviter le gâchis d'énergie pour le chauffage ou la climatisation. D'autres économies d'énergie ont été possibles grâce : * Optimisation de l'enveloppe par simulations thermiques dynamiques, * Béton sur-isolé par l'extérieur, pas de faux plafond (très forte inertie thermique), * Réduction maximale des ponts thermiques, * Façades vitrées à multiples peaux (double + triple vitrage) ventilées naturellement en été par des ouvertures * Eclairage artificiel par tubes « fluo type T5 haut rendement » dans les bureaux et LED pour les sanitaires, * Eclairage individuel géré par des systèmes de détection de présence et par gradation, * Réduction drastique des consommations énergétiques (ordinateurs portables, surventilation nocturne « simple flux »...), * Réutilisation des eaux de pluie pour les sanitaires. La pile à combustible : Aujourd'hui, 2 solutions existent pour stocker une quantité importante d'énergie : la batterie qui pose des problèmes de coût et d'impact environnemental et la solution de l'hydrogène. L'hydrogène est le moyen de stockage de l'électricité sans rejet de CO2 et à faible impact environnemental. Sur un bâtiment tertiaire à usage de siège social, il est évident que la production à partir d'énergies renouvelables (éolien et solaire) ne sera pas totalement en phase avec la consommation. Autrement dit, la nuit, les éoliennes tournent alors qu'il n'y a pas de consommation, et en journée, la consommation s'avère supérieure à la production. L'hydrogène apparait donc comme le moyen indispensable de stockage de l'électricité pour ne plus être relié au réseau électrique national. L'hydrogène est un gaz qui s'obtient à partir de l'eau et de l'électricité par un processus qu'on appelle électrolyse. L'hydrogène n'est pas une énergie, mais un vecteur énergétique. L'idée du bâtiment c'est d'utiliser l'hydrogène comme un moyen de stockage électrique. Les énergies renouvelables (éolien et solaire) produiront de l'hydrogène par électrolyse de l'eau. Cet hydrogène stocké, combiné à l'oxygène de l'air ambiant, sera utilisé pour fabriquer de l'électricité grâce à une pile à combustible. La chaleur dégagée servira pour le chauffage, et l'électricité pour l'alimentation du bâtiment. Cette technologie permettra d'assurer la fourniture électrique du bâtiment lors des périodes dites déficitaires (lorsque la production d'électricité par les énergies renouvelables est inférieure à la consommation électrique du bâtiment). Conclusions : Le consommation énergétique du siège social a été évaluée à 48 kWh/m2.an contre une production de 66,3 kWh/m2.an, soit un bilan énergétique positif de 18,3 kWh/m2.an. Ces prévisions sont situées au dessus de la Réglementation Thermique 2012 annonçant les bâtiments ""basse consommation"" et la RT 2020 annonçant les bâtiments à énergie positive. Ce nouveau bâtiment évite ainsi de rejeter annuellement 67,77 Tonnes de CO2 par rapport à un bâtiment tertiaire classique. En comparaison, un foyer français rejette 16,4 tonnes de CO2 par an. Le bâtiment est autonome et demeure capable de produire de l'énergie à l'aide de dispositifs solaires et éoliens. La volonté de la société de ne plus être raccordés au réseau électrique national, est devenue possible uniquement par le couplage des énergies renouvelables et de l'hydrogène. Le bâtiment en produira et en stockera afin de générer de l'électricité via une pile à combustible. Le siège d'Abalone, un exemple à méditer et à visiter Le bâtiment ""ABALONE"" est devenu une véritable vitrine des énergies renouvelables, combinant l'ensemble des énergies de demain afin de donner naissance à un Bâtiment à Energie Positive, autosuffisant et sans émission de CO2. (Cf. Plein Soleil n°23 - Octobre 2009 - p.69)"
"Le bâtiment de 1 320 m2 regroupe un ensemble de solutions environnementales et non polluantes, sans rejet de gaz à effet de serre (GES), avec son propre réseau énergétique. C'est un véritable démonstrateur, prouvant l'intérêt de combiner les énergies renouvelables, l'éolien et le solaire, à l'hydrogène afin d'atteindre une autonomie complète, sans raccord au réseau électrique national. Un « cluster développement durable » sera même créé et le ...

Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Bâtiment tertiaire ; Bâtiment Zéro Énergie ; Consommation d'énergie ; Pays de la Loire ; Pile à combustible ; Puits canadien ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Système autonome ; Ventilation double flux ; Petit éolien

... Lire [+]

V

- n° 469

D'un budget total de 22 millions d'euros, ces projets s'inscrivent dans le cadre des programmes «Solaire et Bâtiment» et «Hydrogène & Pile à combustible» du pôle. Ils concernent des thématiques à forts enjeux technologiques, économiques et sociétaux tels que le recyclage des panneaux solaires, le développement de technologies pour des transports propres ou encore le développement de la filière française du photovoltaïque. 1. POLYSIL : technologie photovoltaïque couche mince - Porteur du projet : SOLSIA Focalisé sur le développement industriel d'une technologie photovoltaïque dite de couche mince, le projet POLYSIL a pour but de doter la France d'une industrie de pointe au niveau mondial sur le marché des panneaux photovoltaïque en couche mince. Porté par une PME du Nord-Isère, POLYSIL regroupe une autre PME, un grand groupe et 3 laboratoires français. 2. VOLTAREC : recyclage des modules photovoltaïques - Porteur du projet : RECUPYL Actuellement, près de 90% des cellules photovoltaïques produites sont à base de silicium cristallin. Pour la pérennité de la filière, il est indispensable de créer une filière de recyclage des modules photovoltaïques. L'objectif du projet VOLTAREC consiste en l'élaboration d'un procédé de traitement global des panneaux photovoltaïques. Porté par une PME iséroise, VOLTAREC regroupe 2 grandes entreprises, une agence régionale et 2 laboratoires, tous situés sur le territoire rhônalpin. 3. HYCAN : stockage d'hydrogène énergie - Porteur du projet : AD-VENTA Projet industriel destiné au développement d'une nouvelle offre de produits et de services afin d'alimenter en hydrogène (ou en énergie) des applications électroniques portables ou portatives. Il doit permettre aux industriels français une percée sur le marché de l' « hydrogène énergie » avec des solutions accessibles au grand public, y compris sur le marché de la petite génération stationnaire d'électricité où aucun acteur français n'est présent à l'heure actuelle. Sur les cinq entreprises participantes au projet Hy-CAN, quatre sont des PME et 80% de la R&D qui sera réalisée dans le cadre de ce projet est en Rhône-Alpes. 4. HYPLATE : pile à combustible - Porteur du projet : NIEF PLASTIC Actuellement les plaques bipolaires représentent environ 40% du prix d'une pile à combustible à hydrogène. Le projet HYPLATE a pour but de développer les moyens pour optimiser et démocratiser la fabrication en France de plaques mono- et bi-polaires. HYPLATE réuni l'ensemble de la chaine de vie du produit, à savoir : des formulateurs de matériaux composite, un transformateur, un intégrateur de plaques bipolaire et un laboratoire spécialisé sur les matériaux composites et polymères. Quatre entreprises participent au projet HYPLATE, 50% sont des PME et 90% de la R&D qui sera réalisée dans le cadre de ce projet est en Rhône-Alpes. A ce jour, le Pôle Tenerrdis indique que 326 projets ont été labellisés, dont 122 projets financés à hauteur de 116 millions d'euros sur un montant global de 275 millions d'euros.
D'un budget total de 22 millions d'euros, ces projets s'inscrivent dans le cadre des programmes «Solaire et Bâtiment» et «Hydrogène & Pile à combustible» du pôle. Ils concernent des thématiques à forts enjeux technologiques, économiques et sociétaux tels que le recyclage des panneaux solaires, le développement de technologies pour des transports propres ou encore le développement de la filière française du photovoltaïque. 1. POLYSIL : t...

Appel à projet ; Bâtiment ; Budget ; Couche mince ; Énergie solaire ; Fonds d'investissement ; Hydrogène ; Innovation ; Laboratoire ; Module photovoltaïque ; Pile à combustible ; Programme de développement ; Pôle de compétences / pôle de compétitivité ; Politique énergétique ; Projet ; Recensement / Inventaire ; Recherche ; Recyclage ; Rhône Alpes ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 120309

Nous avons constaté un manque de méthodologie objective. Ce document s'impose comme une synthèse a posteriori, un effet d'aubaine de projets validés au cas par cas auxquels la stratégie nationale veut donner une cohérence. Le verdict de Christian Bataille (PS), l'un des deux députés chargés dévaluer pour le compte de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) la première stratégie nationale de la recherche énergétique, est sévère. Le rapport d'évaluation critique l'insuffisance de méthodologie pour l'élaboration de la stratégie de recherche et le défaut d'implication du gouvernement. Pour Christian Bataille et son homologue Claude Birraux (UMP), la stratégie de recherche est un panorama exhaustif, d'ailleurs intéressant, de l'ensemble des pistes suivies, plus qu'un instrument d'orientation entérinant une volonté politique. Ce premier exercice, entériné par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique (loi POPE) du 13 juillet 2005 et publié en mai 2007, serait donc passé à côté de son objectif. L'idée était que les ministères en charge de la recherche et de l'industrie réalisent tous les cinq ans un document définissant une vision complète et synthétique des actions engagées pour améliorer les technologies existantes ou en promouvoir de nouvelles. Selon les termes de la loi, cette stratégie précise les thèmes prioritaires de la recherche dans le domaine énergétique et organise l'articulation entre les recherches privée et publique. Les deux députés rapporteurs soulignent un décalage dans les attentes : ce document est l'expression de la pensée des techniciens et des services, sans validation politique. Pour sa réalisation, on a saisi des éléments épars et on présente ça comme une politique générale, relève Christian Bataille. Les deux députés préconisent donc que la prochaine stratégie nationale de recherche énergétique, qui doit être produite d'ici 2012, soit élaborée selon une méthodologie plus rigoureuse, mais encore que son contenu soit présenté et approuvé en Conseil des ministres et publié au Journal Officiel. Les deux élus insistent sur la nécessité d'une affirmation politique dans ce document et soulignent l'importance de désigner des instances de pilotage pour en assurer le suivi. Sur le fond, les deux députés approuvent globalement les orientations inscrites dans la stratégie, en y ajoutant quelques recommandations. Premier objectif : poursuivre un effort prioritaire sur les technologies établies : La loi POPE prévoit la poursuite des efforts dans les domaines du nucléaire et du pétrole : la politique de recherche doit permettre à la France d'ici à 2015, d'une part de conserver sa position de premier plan dans le domaine de l'énergie nucléaire et du pétrole, et d'autre part d'en acquérir une dans de nouveaux domaines. Concernant le nucléaire, l'axe prioritaire de la recherche porte sur la gestion des déchets nucléaires, notamment leur stockage et entreposage, et sur les réacteurs de quatrième génération. Le rapport des députés Bataille et Birraux préconise la désignation de coordinateurs de recherche, comme l'est l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) pour la question du stockage réversible. Concernant le pétrole, le rapport souligne la nécessité d'apporter plus de lisibilité sur les conditions dans lesquelles l'Etat veille à assurer une meilleure articulation de l'action des organismes publics de recherche et à organiser une plus grande implication du secteur privé. D'après le document, le soutien public accordé aux recherches sur les hydrocarbures doit être mis en valeur par une structure faisant ressortir leur intérêt industriel pour des petites entreprises du secteur pétrolier. Les deux élus préconisent également une diversification des travaux de l'Institut français du pétrole (IFP) pour tenir compte de la future disparition des hydrocarbures fossiles. Technologies nouvelles, faire les bons arbitrages : Quant aux technologies nouvelles, le rapport souligne la nécessité de faire les bons arbitrages, en distinguant des domaines devant bénéficier d'un soutien plus actif et des domaines déjà bénéficiaires d'un soutien suffisant, dans une perspective d'allocation plus efficace des crédits publics. Les députés Bataille et Birraux ont identifié comme prioritaires l'efficacité énergétique, l'énergie solaire, le stockage d'énergie, les biocarburants et les énergies de la mer. L'énergie éolienne, la pile à combustible et le captage stockage du gaz carbonique bénéficient déjà, selon le rapport, d'un soutien suffisant. Pour rappel, la dépense publique de recherche en énergie était de 797 M€ en 2006. L'énergie nucléaire constituait le plus gros poste de dépense avec 477 M€, suivie par les hydrocarbures fossiles avec 106 M€. L'efficacité énergétique (69 M€), la pile à combustible (53 M€), les énergies renouvelables (52 M€), le captage et le stockage de CO2 (26 M€), les technologies transverses (12 M€) et le stockage de l'énergie (2 M€) constituaient le reste de la dépense. Les rapporteurs appuient la stratégie nationale dans l'identification de quatre pistes pertinentes à l'avenir : l'énergie photovoltaïque, les biocarburants, les batteries rechargeables et les énergies marines. Un nécessaire effort de formation : Les deux députés ont également insisté sur la question connexe de la formation, qui est à renforcer. Nous avons un besoin quantitatif et qualitatif de compétences artisanales, a précisé Christian Bataille. Deux niveaux de formations ont été jugés prioritaires : celui des ingénieurs et celui des techniciens.
Nous avons constaté un manque de méthodologie objective. Ce document s'impose comme une synthèse a posteriori, un effet d'aubaine de projets validés au cas par cas auxquels la stratégie nationale veut donner une cohérence. Le verdict de Christian Bataille (PS), l'un des deux députés chargés dévaluer pour le compte de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) la première stratégie nationale de la ...

Coût de la recherche ; Efficacité énergétique ; Energie fossile ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Loi d'orientation énergie ; Nucléaire ; Pile à combustible ; Recherche ; Séquestration CO2 ; Stockage électricité ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 355

"Inaugurant cette centrale pilote dans le Brandenbourg, la chancelière Angela Merkel a parlé d'un ""projet d'avenir"" : ""Pour relever le défi d'une alimentation adaptée aux besoins des énergies renouvelables, la centrale électrique hybride est la solution toute trouvée."" Les trois éoliennes offriront une puissance de 6 MW. Lorsque la production sera supérieure à la demande, un électrolyseur de 500 kw sera mis en marche pour produire de l'hydrogène. Celui-ci sera utilisé, en complémente du biogaz, pour pallier aux insuffisances de la production électrique et garantir la continuité de la production électrique. Le projet représente 21 millions d'euros d'investissement et sera raccordé au réseau en 2010. "
"Inaugurant cette centrale pilote dans le Brandenbourg, la chancelière Angela Merkel a parlé d'un ""projet d'avenir"" : ""Pour relever le défi d'une alimentation adaptée aux besoins des énergies renouvelables, la centrale électrique hybride est la solution toute trouvée."" Les trois éoliennes offriront une puissance de 6 MW. Lorsque la production sera supérieure à la demande, un électrolyseur de 500 kw sera mis en marche pour produire de ...

Allemagne ; Biogaz ; Complémentarité énergétique ; Coût d'investissement ; Expérimentation ; Parc éolien ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène ; Réalisation ; Stockage électricité

... Lire [+]

V

- n° 290104

Une convention de recherche a été signée entre autres par des représentants du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), de Dalkia France et de la Snecma Moteurs pour le développement de Geopac. Ce projet consiste à mettre au point un système complet prototype de cogénération, intégrant une pile à combustible SOFC (Solid oxyde fuel cell) qui sera conçue, développée et réalisée par le CEA. D'une puissance de 5 kW, ce système sera alimenté par le réseau de gaz naturel, et sera couplé au réseau électrique d'un lycée de la Région Centre. Geopac comprendra un coeur de pile, une unité de traitement du combustible, une unité de conversion de puissance et contrôle commande, ainsi que les modules nécessaires à la gestion thermique interne et externe du système.
Une convention de recherche a été signée entre autres par des représentants du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), de Dalkia France et de la Snecma Moteurs pour le développement de Geopac. Ce projet consiste à mettre au point un système complet prototype de cogénération, intégrant une pile à combustible SOFC (Solid oxyde fuel cell) qui sera conçue, développée et réalisée par le CEA. D'une puissance de 5 kW, ce système sera alimenté par le ...

Cogénération ; France ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 1673
ISBN 1163-2720

C'est le secteur qui a explosé ces dernières années. L'énergie, qu'on avait du mal jusqu'à récemment à relier à l'environnement, a maintenant complètement fusionné avec lui, CO2 oblige. Sobriété et efficacité énergétiques, renouvelables... Les défis sont nombreux. Voici un avant-après de différentes filières (énergies marines, bois énergie, géothermie, solaire à concentration, pile à combustible) avec un zoom sur deux outils importants : la thermographie aérienne, qui recontre un succès grandissant dans les collectivités locales, et les tarifs garantis d'achat de l'électricité, auxquels les professionnels des renouvelables doivent beaucoup.
C'est le secteur qui a explosé ces dernières années. L'énergie, qu'on avait du mal jusqu'à récemment à relier à l'environnement, a maintenant complètement fusionné avec lui, CO2 oblige. Sobriété et efficacité énergétiques, renouvelables... Les défis sont nombreux. Voici un avant-après de différentes filières (énergies marines, bois énergie, géothermie, solaire à concentration, pile à combustible) avec un zoom sur deux outils importants : la ...

Alsace ; Bois énergie ; Bretagne ; Bûche de bois ; Concentrateur solaire ; Diagnostic Performance Énergétique - DPE ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie sèche ; Granulé bois ; Hydrolienne ; Languedoc Roussillon ; Norme ; Pile à combustible ; Réalisation ; Rénovation ; Solaire photovoltaïque ; Tarif d'achat ; Technologie ; Thermographie

... Lire [+]

V

- n° 160409

Depuis plusieurs années, l'hydrogène compte parmi les sujets de recherche privilégié. Ce gaz non toxique dont la combustion est très énergétique cristallise en effet les espoirs de bénéficier prochainement d'un carburant non polluant, abondant et peu cher. L'hydrogène intéresse dans le sens où il permet de produire de la chaleur par combustion directe mais surtout de produire de l'électricité dans les piles à combustible (PAC), avec comme seul résidu de l'eau. Problème, si l'atome d'hydrogène lié à l'oxygène est très abondant sous forme d'eau, les molécules d'hydrogène, elles, ne se trouvent pas à l'état pur. Il faut donc les produire. À l'heure actuelle, 90% de la production d'hydrogène provient de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon). Cette technique qui entraîne la libération de CO2, n'est donc valable sur le plan environnemental que si le CO2 est stocké. D'autres formes de production sont donc à l'étude et notamment celles qui s'inspirent des réactions chimiques intervenant dans la nature comme la photoélectrolyse. Sous l'effet de la lumière, certains micro-organismes produisent de l'hydrogène à partir de l'eau. Pour reproduire et adapter ces processus, les chercheurs ont donc mis au point des systèmes moléculaires capables de capter l'énergie lumineuse et d'utiliser l'énergie collectée pour « casser » les liaisons oxygène-hydrogène des molécules d'eau. Ces dispositifs font l'objet de recherches approfondies notamment au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) en association avec le Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA). Des résultats prometteurs pour l'électrolyse : D'autres équipes du CNRS travaillent quant à eux sur l'amélioration de la technique de l'électrolyse de l'eau. Aujourd'hui maîtrisée, cette technique présente toutefois des inconvénients majeurs : son rendement ne dépasse pas 80 %, son coût de production est trop élevé et certains matériaux utilisés sont polluants. Pour pallier à ces défauts, plusieurs spécialistes mènent depuis 2004 un programme de recherche sur la production massive d'hydrogène propre : quatre équipes du CNRS se sont ainsi associées aux entreprises AREVA NP, filiale du groupe AREVA, et SCT, l'un des leaders mondiaux dans l'association métal-céramique. Après plusieurs années de travail, les chercheurs viennent de publier un brevet pour une nouvelle technique de production d'hydrogène plus efficace et plus économique. Les chercheurs ont choisi d'améliorer le rendement de l'électrolyse en concevant un dispositif capable d'étudier in situ les matériaux constituant l'électrolyseur puis, en mettant au point deux électrolyseurs instrumentés, c'est-à-dire comportant des capteurs de température, de pression, de mesure de l'intensité du courant produite. Les scientifiques ont ainsi pu déterminer avec précision les conditions requises pour obtenir de l'hydrogène en grande quantité et de façon fiable. L'une de leurs idées novatrices a été d'effectuer l'électrolyse sous pression (entre 50 et 100 bars). Les principaux paramètres des électrolyseurs s'en sont trouvés améliorés. Les premiers essais effectués permettent d'atteindre des quantités d'hydrogène notables, avec un niveau de courant bien supérieur à ce qui avait été fait précédemment par leurs concurrents étrangers, explique le CNRS. De plus, les chercheurs précisent que cette nouvelle technologie abaisse de près de 200°C la température de fonctionnement par rapport aux solutions déjà existantes et permet l'usage d'alliages commerciaux, ce qui diminue le coût de l'hydrogène produit. Ces premiers résultats laisse donc espérer le développement de technologies rentables et économiques même si des efforts sont encore nécessaires avant de produire de l'hydrogène massivement et à bas coût.
Depuis plusieurs années, l'hydrogène compte parmi les sujets de recherche privilégié. Ce gaz non toxique dont la combustion est très énergétique cristallise en effet les espoirs de bénéficier prochainement d'un carburant non polluant, abondant et peu cher. L'hydrogène intéresse dans le sens où il permet de produire de la chaleur par combustion directe mais surtout de produire de l'électricité dans les piles à combustible (PAC), avec comme seul ...

CNRS ; Coût de production ; France ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 224
ISBN 1026-8316

L'UE et les USA ont officiellement décidé de lancer des projets coopératifs dans le domaine des technologies des piles à combustible afin de minimiser les dulications, de surmonter les obtacle techniques et de développer des normes et des codes communs suscetibles de stimuler le marché.

Commission européenne ; États Unis ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 224
ISBN 1026-8316

Le président de la CE a apporté tout son soutien à un nouveau rapport publié par le groupe de haut niveau sur l'hydrogène et les piles à combustibles et comprtant un appel en faveur d'un agenda et d'un plan stratégique de la recherche européenne aux fins de développer une économie d'énergie

Commission européenne ; Hydrogène ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 326
ISBN 0292-1731

"L'un des grands défis du 21ème siècle sera certainement de poursuivre le developpement des offres de mobilité tout en réduisant la voracité énergétique des véhicules et surtout leurs emissions, notamment celles de gaz à effet de serre. Le deuxième congrès européen ""alternatives énergétiques dans l'autmobile"" a fait le point de la situation, des perspectives à court et moyen terme et des technologies qui vont permettre de répondre à ce défi."
"L'un des grands défis du 21ème siècle sera certainement de poursuivre le developpement des offres de mobilité tout en réduisant la voracité énergétique des véhicules et surtout leurs emissions, notamment celles de gaz à effet de serre. Le deuxième congrès européen ""alternatives énergétiques dans l'autmobile"" a fait le point de la situation, des perspectives à court et moyen terme et des technologies qui vont permettre de répondre à ce défi."

Carburant ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Efficacité énergétique ; Moteur hybride ; Pile à combustible ; Transport ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 20
ISBN 1282-6405

Aucun carburant de substitution ne répond aujourd'hui à toutes les exigences de coût, d'acceptation par l'opinion publiques, de sécurité d'approvisionnement et d'infrastructure de production pour concurencer les combustibles fossiles traditinonels. Cependant, pour faire face au double défi de réduire les rejets en polluants émis par les véhicules et leur émissions de gaz a effet de serre, les constructeurs automobiles ont lancé de vastes programme de recherche afin d'utilier l'hydrogène.
Aucun carburant de substitution ne répond aujourd'hui à toutes les exigences de coût, d'acceptation par l'opinion publiques, de sécurité d'approvisionnement et d'infrastructure de production pour concurencer les combustibles fossiles traditinonels. Cependant, pour faire face au double défi de réduire les rejets en polluants émis par les véhicules et leur émissions de gaz a effet de serre, les constructeurs automobiles ont lancé de vastes ...

Automobile ; Hydrogène ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène

... Lire [+]

V

- n° 211103

"ThyssenKrupp produit deja l'alliage metallique sous le nom de ""Crofer 22 APU"", et BMW teste le materiau sur des prototypes. Les piles a combustible utilisent de l'hydrogene pour la production d'energie electrique. Les piles a combustible dites a ""haute temperature"" (SOFC) sont particulierement prometteuses en raison de leur haut rendement. Pourtant la temperature de fonctionnement de 900° Celsius pose des exigences elevees sur les materiaux utilises, qui n'etaient jusqu'a aujourd'hui pas satisfaites. Des scientifiques du centre de recherche de Julich, en Allemagne, ont developpe un alliage metallique particulierement adapte aux interconnecteurs de ces piles a combustible. Les interconnecteurs relient les petites unites de la pile entre elles, formant ainsi une grosse unite pouvant fournir une puissance electrique elevee. Il n'etait jusqu'a aujourd'hui pas possible de produire a bas cout des interconnecteurs ayant les proprietes electriques et physiques souhaitees. Les interconnecteurs doivent rester d'excellents conducteurs a haute temperature et avoir un coefficient de dilatation aussi faible que les ceramiques qu'ils relient entre elles. Pour y parvenir la methode standard consiste a adjoindre a l'alliage a base de manganese et de titane une haute proportion de Chrome. Malheureusement a haute temperature, le Chrome s'evapore et remonte a la surface de l'alliage, alterant le contact entre la cathode et l'electrolyte. L'equipe du centre de recherche de Julich a resolu le probleme par une sorte ""d'auprotection"". Des que la pile est en fonctionnement, il se forme sur la surface de l'interconnecteur une couche protectrice de ""bioxyde de manganese-chrome"" qui empeche l'evaporation du chrome. En outre cette couche d'oxyde possede une haute conductivite et ne se decolle pas de la surface. Pour parvenir a realiser l'alliage, l'element decisif a ete l'adjonction de Lanthane. Sources : Communique de presse du centre de recherche de Julich, 30/11/03 (Forschungszentrum Julich) "
"ThyssenKrupp produit deja l'alliage metallique sous le nom de ""Crofer 22 APU"", et BMW teste le materiau sur des prototypes. Les piles a combustible utilisent de l'hydrogene pour la production d'energie electrique. Les piles a combustible dites a ""haute temperature"" (SOFC) sont particulierement prometteuses en raison de leur haut rendement. Pourtant la temperature de fonctionnement de 900° Celsius pose des exigences elevees sur les materiaux ...

Allemagne ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 220104

Pour eviter aux personnes faisant de la voile de mettre en marche leur moteur diesel pour cause de batterie videe par la consommation en energie importante des elements auxiliaires (frigidaire...), des ingenieurs du Centre pour la Technique des piles a combustibles (ZBT - Zentrum fur BrennstoffzellenTechnik) de Duisburg (Rhenanie du Nord - Westphalie) ont mis au point une unite d'alimentation auxiliaire (APU - Auxiliary power unit) utilisant la technique des piles a combustibles. Cette unite, appellee Boots-APU, assure au plaisancier un comfort maximal sans emissions derangeantes. Pour ce faire, les ingenieurs du ZBT ont pris soin de ne pas utiliser l'hydrogene comme porteur d'energie primaire, mais le propane, qui est bien plus repandu, et disponible en bouteilles dans le monde entier. Une bouteille de 5kg, d'apres les simulations effectuees pour plusieurs profils d'utilisateurs, assure un approvisionement en courant a bord du voilier pendant deux semaines, meme en incluant des utilisateurs supplementaires. Cette unite d'alimentation auxiliaire, d'une puissance de 300 Watts, est presentee au salon maritime BOOT 2004, qui se tient du 17 au 25 janvier 2004 a Dusseldorf. A cette occasion, tous les aspects de la technologie seront presentes, notamment la cooperation de l'equipe de projet de la ZBT avec les designers industriels de l'universite de Duisbourg-Essen. Le ZBT joue en effet le role de passerelle entre la recherche fondamentale universitaire et les besoins et demandes d'applications de l'industrie. Contacts : Dr. Peter Beckhaus, Zentrum fur Brennstoffzellen Technik GmbH, Carl-Benz-Strasse 201, 47058 Duisburg, tel : +49 203 7598 3020, fax : +49 203 7598 3946, Sources : Communique de presse idw, 16/01/2004
Pour eviter aux personnes faisant de la voile de mettre en marche leur moteur diesel pour cause de batterie videe par la consommation en energie importante des elements auxiliaires (frigidaire...), des ingenieurs du Centre pour la Technique des piles a combustibles (ZBT - Zentrum fur BrennstoffzellenTechnik) de Duisburg (Rhenanie du Nord - Westphalie) ont mis au point une unite d'alimentation auxiliaire (APU - Auxiliary power unit) utilisant la ...

Allemagne ; Bateau ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 222
ISBN 1026-8316

Boeing, le geant americain de l'industrie aérospatiale, s'apprete à construire le premier avion au monde alimenté à l'hydrogène.

Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 224
ISBN 1026-8316

Des travaux de recherche réalisés par le groupe environnemental WWF et Fuel Cell Europe ont montré que les émissions de dioxyde de carbonne CO2 issues de la consommation d'énergie fossile pourraient être réduites de moitié si la production d'électricité et de chauffage reposait sur l'usage de piles à combustible. Les 2 groupes demandent aujourd'hui à la commission européenne et institutionels à la commercialistion des piles à combustible.
Des travaux de recherche réalisés par le groupe environnemental WWF et Fuel Cell Europe ont montré que les émissions de dioxyde de carbonne CO2 issues de la consommation d'énergie fossile pourraient être réduites de moitié si la production d'électricité et de chauffage reposait sur l'usage de piles à combustible. Les 2 groupes demandent aujourd'hui à la commission européenne et institutionels à la commercialistion des piles à combustible.

CO2 / Dioxyde de carbone ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 100404

"A partir de cette annee, quatre Ford Focus alimentees par une pile a combustible seront testees a Vancouver. Ce test est prevu pour une duree de deux ans. La ville de Vancouver a ete choisie en raison de l'implantation sur place de Ballard Power Systems. Cette entreprise en partenariat avec Ford et Daimler Chrysler developpe en effet les moteurs et les batteries qui equiperont les 4 vehicules. Les reservoirs a hydrogene sont eux concus par l'entreprise albertaine Dyneteck, basee a Calgary. Un des 4 vehicules sera vraisemblablement attribue a la mairie de Vancouver, les trois autres utilisateurs n'ont pas encore ete definis. D'apres les dirigeants de Ford, les vehicules alimentes par une pile a combustible fonctionnent aujourd'hui parfaitement, mais leurs couts restent extremement eleves. Chacune de ces voitures vaut 1 million CAD. Elles ne devraient donc pas etre adoptees par le grand public avant 10 ou 15 ans. Sources : Canadian Press ; March 26th, 2004 ----- Paul Martin, le Premier ministre du Canada, a confirme lors de la conference Globe 2004 a Vancouver sur les technologies environnementales que le gouvernement federal financera en partie la premiere ""autoroute de l'hydrogene"". Elle sera construite entre Vancouver et Whistler avec un prolongement jusqu'a Victoria. Il est prevu que cette autoroute soit operationnelle d'ici les jeux olympiques d'hiver de 2010. Elle permettra aux visiteurs de se deplacer entre l'aeroport de Vancouver et Whistler au moyen de vehicules alimentes par des piles a combustible et sera ainsi une vitrine du developpement durable pendant ces jeux. Sept stations de ravitaillement en hydrogene sont prevues : l'aeroport international de Vancouver, Powertech Labs a Surrey, l'Institut d'Innovation en Piles a Combustible (IFCI) sur le campus de l'Universite de Colombie-Britannique, le village olympique, Sacre-Davey a North Vancouver, Whistler, et l'Universite de Victoria. La participation du gouvernement federal s'elevera a 1,1 million CAD : 632 000 CAD repartis sur trois ans et demi pour la gestion du projet en lui-meme et 485 000 CAD en appui a trois initiatives industrielles en rapport avec ce projet. L'entreprise Sacre-Davey Engineering Ltd. mettra au point un des postes de ravitaillement, Powertech Labs fournira un nouveau generateur d'hydrogene plus fiable et econome en energie, enfin Fueling Technologies Inc., une societe ontarienne, developpera un distributeur d'hydrogene a 700 bars. Ces subventions seront versees par l'entremise de l'Alliance canadienne sur les piles a combustible dans les transports (ACPCT), un programme federal de 33 millions CAD cree pour faire avancer la mise en place au Canada d'une infrastructure de l'hydrogene et de la pile a combustible. Sources : Ressources naturelles Canada, communique du 1 Avril 2004 "
"A partir de cette annee, quatre Ford Focus alimentees par une pile a combustible seront testees a Vancouver. Ce test est prevu pour une duree de deux ans. La ville de Vancouver a ete choisie en raison de l'implantation sur place de Ballard Power Systems. Cette entreprise en partenariat avec Ford et Daimler Chrysler developpe en effet les moteurs et les batteries qui equiperont les 4 vehicules. Les reservoirs a hydrogene sont eux concus par ...

Automobile ; Canada ; Hydrogène ; Pile à combustible

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Pile à combustible [235]

Hydrogène [95]

Automobile [33]

Recherche [32]

Solaire photovoltaïque [32]

Biocarburant [31]

Généralité énergie renouvelable [27]

Technologie [26]

Cogénération [23]

Éolien [23]

France [23]

Transport [23]

Europe [21]

Production d'électricité [21]

Biomasse [20]

Réalisation [20]

Production d'hydrogène [19]

Allemagne [18]

Géothermie [17]

Politique énergétique [17]

Véhicule électrique [17]

Ile de France [16]

Production de chaleur [16]

Stockage électricité [16]

Carburant [15]

CO2 / Dioxyde de carbone [15]

Généralité énergie [15]

Nucléaire [15]

Véhicule alternatif [15]

Biogaz [14]

Gaz à Effet de Serre / GES [14]

Gaz naturel [14]

Moteur hybride [14]

Batterie [13]

Consommation d'énergie [13]

Innovation [13]

International [13]

Pétrole [13]

Projet [13]

Appareil Portable [12]

Bâtiment [12]

Bus [12]

Energie hydraulique [12]

Solaire thermique [12]

Charbon [11]

Efficacité énergétique [11]

Logement social [11]

Principe de fonctionnement [11]

Réserve / Ressource energétique [11]

Séquestration CO2 [11]

Coût d'investissement [10]

Économie d'énergie [10]

Japon [10]

Rendement [10]

Chiffre clé [9]

Électricité [9]

Energie fossile [9]

Énergie solaire [9]

Expérimentation [9]

Logement [9]

Petite puissance [9]

Scénario [9]

Bois énergie [8]

Budget [8]

Chauffage [8]

Déchet [8]

Effet de serre [8]

Établissement scolaire [8]

Perspective [8]

Commission européenne [7]

Espagne [7]

Éthanol [7]

Industrie [7]

Méthanol [7]

Nord Pas de Calais [7]

Programme européen [7]

Réglementation [7]

Réseau électrique [7]

Stockage de chaleur [7]

Besoin énergétique [6]

Chaudière [6]

Collectivité locale [6]

Déchet ménager [6]

Électricité renouvelable [6]

Environnement [6]

États Unis [6]

Logement collectif [6]

Offre et demande [6]

Puissance installée [6]

Réseau de chaleur [6]

Rhône Alpes [6]

ADEME [5]

Aspect historique [5]

Déchet organique [5]

Eau chaude sanitaire - ECS [5]

Emploi [5]

Énergie marine [5]

Entreprise [5]

Financement [5]

GPL [5]

Impact environnemental [5]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z