F Nous contacter

0

Documents  Italie | enregistrements trouvés : 244

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 310104

"Le rapport sur l'energie et l'environnement de l'ENEA (l'Institut National pour l'Energie et l'Environnement), presente le 15 janvier 2004 a Rome, souligne la hausse de la consommation d'energie en Italie de 3% en 2003 et la diminution des ressources disponibles. La dependance energetique de l'Italie atteint 84%, toutes formes d'importations confondues (charbon, electricite, gaz...), et les ressources propres du pays s'epuisent, notamment en petrole et en methane. Les productions d'energie eolienne et d'energie hydroelectrique sont en baisse (en consequence de la secheresse de l'ete 2003) et le petrole reste la source d'energie la plus utilisee. Dans quelques annees, les taux d'importation d'energie s'eleveront a 90%. Le probleme pose est donc de savoir comment faire face a la hausse de la consommation et a la diminution des ressources, liee a la difficulte de developper de nouvelles centrales dans le pays. Il est necessaire, soulignent les differents intervenants, de developper la recherche en matiere d'energie pour developper de nouvelles technologies de production et diminuer les couts. En effet la recherche energetique est encore trop peu importante et les financements de l'Etat ont diminue de moitie ces 20 dernieres annees. Actuellement, le gouvernement italien investit en recherche energetique 1% du PIB en recherche et developpement, contre 2,2% en France et 2,5% en Allemagne. Une nouvelle tarification de la consommation de l'electricite est egalement attendue pour fevrier 2004 de maniere a optimiser la production et la distribution. Contacts : - Pour plus d'informations : http://www.enea.it Sources : Il Sole 24 Ore, 16/01/2004 _____ Vers l'utilisation des energies renouvelables Un decret adopte par le Conseil des Ministres en decembre 2003 mise sur l'utilisation des energies renouvelables. En 2004, la production d'electricite a partir de sources renouvelables devra atteindre 2,35% de la production totale et au cours des annees suivantes elle augmentera de 0,35% par an, selon le decret. ""Cette mesure, a declare le Ministre de l'Environnement et de la Sauvegarde du Territoire, Altero Matteoli, engage dans notre pays un cycle energetique dans lequel les sources renouvelables prennent de l'importance. Le risque climatique et les engagements du Protocole de Kyoto nous imposent de miser sur de telles energies."" Le decret prevoit des allegements administratifs pour les nouvelles installations de sources renouvelables de petite taille (jusqu'a 20 kW), ainsi que l'introduction d'une ""garantie d'origine"" de l'electricite produite. Elle prevoit egalement un soutien de l'energie solaire, en particulier le photovoltaique et le solaire thermodynamique, par le financement de l'energie electrique produite et la mise en place d'un tarif preferentiel. Une campagne d'information et de communication en faveur des sources renouvelables et de leur efficacite energetique devra donc etre lancee afin de diffuser les possibilites et les avantages offerts. Sources : Communication du Ministere de l'environnement et de la sauvegarde du territoire, 19/12/2003 "
"Le rapport sur l'energie et l'environnement de l'ENEA (l'Institut National pour l'Energie et l'Environnement), presente le 15 janvier 2004 a Rome, souligne la hausse de la consommation d'energie en Italie de 3% en 2003 et la diminution des ressources disponibles. La dependance energetique de l'Italie atteint 84%, toutes formes d'importations confondues (charbon, electricite, gaz...), et les ressources propres du pays s'epuisent, notamment en ...

Bilan énergétique ; Consommation d'énergie ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; Italie ; Politique énergétique

... Lire [+]

V

- n° 201108

Selon Solarcentury, une fois dotée de son unité de production photovoltaïque en toiture d'une puissance de 20 kW, chaque école produira 22 600 kWh par an et réduira ses émissions de CO2 de plus de 13 tonnes. Au total, les écoles de la province devraient produire annuellement 542 400 kWh, soit l'équivalent des besoins en électricité de 250 foyers, ajoute la société. Chaque école individuelle générera un revenu estimé à 15 000 euros qui sera réinjecté dans le budget des établissements.
Selon Solarcentury, une fois dotée de son unité de production photovoltaïque en toiture d'une puissance de 20 kW, chaque école produira 22 600 kWh par an et réduira ses émissions de CO2 de plus de 13 tonnes. Au total, les écoles de la province devraient produire annuellement 542 400 kWh, soit l'équivalent des besoins en électricité de 250 foyers, ajoute la société. Chaque école individuelle générera un revenu estimé à 15 000 euros qui sera ...

Établissement scolaire ; Intégration architecturale ; Italie ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 7
ISBN 1561-0802

"La bûche est un combustible bois-énergie exigeant le moins de transformation. Aujourd'hui de plus en plus de normes de qualité du bois de chauffage existent, et avec la production industrielle, elles permettent un meilleur contrôle du marché. Dans ce dossier, nous aloons mettre en lumière ces aspects peu souvent traités de la filière bûche. - Quels circuits officiels pour la vente du bois e cauffage? - La mécanisation de la récolte et de la production du bois de chauffage - ""Superpilke"" la machine qui débite rapidement le bois de chauffage - ""Laupheim"" une production industrielle de bois de chauffage - Une scie-fendeuse automatique de grosse puissance - Vers une meilleure qualité de bois de chauffage - Une marque pour le bois de chauffage en France - Le club Bûches au service des professionneles "
"La bûche est un combustible bois-énergie exigeant le moins de transformation. Aujourd'hui de plus en plus de normes de qualité du bois de chauffage existent, et avec la production industrielle, elles permettent un meilleur contrôle du marché. Dans ce dossier, nous aloons mettre en lumière ces aspects peu souvent traités de la filière bûche. - Quels circuits officiels pour la vente du bois e cauffage? - La mécanisation de la récolte et de la ...

Allemagne ; Approvisionnement ; Bois déchiqueté / Plaquette ; Bois énergie ; Bûche de bois ; Certification ; Déchiqueteuse / Broyeur ; Finlande ; France ; Italie ; Offre et demande ; Production ; Séchage du bois ; Silo ; Vente

... Lire [+]

V

- n° 110210

Selon les dernières statistiques publiées hier par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (Global Wind Energy Council, GWEC), la capacité éolienne mondiale s'est accrue de 31% en 2009 en passant de 120,7 GW à 157,9 GW. Le secteur a généré un marché de 45 milliards d'euros et emploie près de 500.000 personnes dans le monde.''La croissance rapide continue de l'énergie éolienne en dépit de la crise financière et du ralentissement de l'activité économique atteste de l'attraction inhérente de la technologie, qui est propre, fiable et rapide à installer'', a commenté Steve Sawyer, le secrétaire général du GWEC. Ce parc mondial a permis de produire 340 TWh d'électricité et aurait éviter les émissions de 204 millions de tonnes de CO2 sur l'année. La Chine double son parc éolien : Un tiers de la croissance 2009 est dû au marché chinois. Le pays a en effet doublé son parc éolien en installant 13 GW en 2009. ''La Chine déploie de gros efforts pour développer la ressource du vent du pays. Etant donné les taux de croissance actuels, on peut prévoir que la cible officieuse de 150 GW sera atteinte avant 2020'', a déclaré Li Junfeng, secrétaire général de l'association chinoise des énergies renouvelables. L'Inde a ajouté 1,2 GW de capacités qui cumulés aux installations du Japon, de la Corée du Sud et de Taïwan font de l'Asie le plus grand marché pour l'énergie éolienne en 2009. L'Amérique du Nord et l'Europe ont de leur côté installé environ 10 GW chacun. L'énergie éolienne compte désormais pour près de 2% de la production électrique totale américaine avec une puissance installée de plus de 35 GW contre 25,3 GW fin 2008, de quoi alimenter 9,7 millions de foyers. L'Europe installe 10 GW en 2009 : Selon les données détaillées de l'association européenne de l'éolien, European Wind Energy Association (EWEA), l'Europe disposait fin 2009 d'un parc de 74,7 GW grâce au 10,1 GW supplémentaires installés durant l'année dernière. 9,5 GW ont été installés sur le continent soit 21% de plus qu'en 2008 et 582 MW ont été installés en mer soit 56% de plus que l'année dernière. Le parc européen a donc produit 163 TWh d'électricité en 2009 soit 4,8% des besoins en électricité (estimation basée sur les 3.372 TWh consommés en 2007). Les nouvelles capacités de production éolienne ont été principalement installées en Espagne (2.459 MW), suivie de l'Allemagne (1.917 MW), de l'Italie (1.114 MW), de la France (1.088 MW) et du Royaume-Uni (1.077 MW). À fin 2009, quelque 3.500 éoliennes étaient installées en France. L'investissement dans ces nouveaux équipements a atteint 13 milliards d'euros dont 1,5 milliard pour l'éolien offshore. 2009 est ainsi la deuxième année au cours de laquelle la capacité d'énergie éolienne installée dépasse les autres modes de production d'électricité. C'est également la deuxième année que les énergies renouvelables sont à l'origine de la majorité de nouveaux investissements en matière énergétique en Europe. ''C'est un résultat remarquable en cette année difficile'', a déclaré Christian Kjaer le Président d'EWEA qui semble toutefois inquiet pour 2010 : ''je suis tout à fait optimiste au sujet des perspectives à moyen terme pour l'énergie éolienne en Europe, mais les finances des projets sont encore serrées''. Bilan 2009 de l'EWEA : http://www.ewea.org/fileadmin/ewea_documents/documents/statistics/general_stats_2009.pdf
Selon les dernières statistiques publiées hier par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (Global Wind Energy Council, GWEC), la capacité éolienne mondiale s'est accrue de 31% en 2009 en passant de 120,7 GW à 157,9 GW. Le secteur a généré un marché de 45 milliards d'euros et emploie près de 500.000 personnes dans le monde.''La croissance rapide continue de l'énergie éolienne en dépit de la crise financière et du ralentissement de l'activité ...

Allemagne ; Amérique du Nord ; Bilan ; Chiffre clé ; Chine ; CO2 evité ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Éolien ; Éolienne ; Espagne ; Europe ; France ; International ; Italie ; Marché mondial ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 20604

Le centre de recherche La Casaccia, situe pres de Rome, est le plus grand complexe de laboratoires et d'installations de recherche dont dispose l'Enea (Institut pour les nouvelles technologies, l'energie et l'environnement). Protagoniste des plus importants projets de recherche de l'institut, le centre La Casaccia est particulierement actif sur des themes de recherche concernant l'energie solaire et l'hydrogene. Ces deux filieres presentent l'avantage de mettre a disposition de l'energie electrique a cout competitif et respectueux de l'environnement. L'energie solaire est la principale energie alternative sur laquelle misent les centres de recherche italiens, et en particulier l'Enea, pour palier l'abandon du nucleaire et le besoin croissant d'electricite. Le projet Archimede, experimente au sein du site de recherche la Casaccia (avec notamment la mise en place d'une installation solaire pour la realisation d'essais), est le projet phare de ce centre concernant l'energie solaire. Le 19 mai dernier, l'inauguration de la nouvelle centrale electrique a gaz de l'Enel a Priolo, en province de Syracuse, a permis au Prix Nobel et president de l'Enea Carlo Rubbia de presenter le projet Archimede. Rendant hommage au scientifique sicilien inventeur des miroirs ardents, le projet prevoit une installation qui occupera 40 hectares (soit environ une vingtaine de terrains de football) et sera construite aux alentours de la nouvelle centrale Enel. L'installation solaire comptera 360 miroirs paraboliques de nouvelle generation, qui concentreront la chaleur solaire sur un tube contenant un fluide en circulation. Ce fluide, rechauffe, sera ensuite recueilli a l'interieur d'un reservoir capable de maintenir la temperature a environ 550 degres, et de ceder l'energie necessaire pour le fonctionnement d'une turbine a vapeur et la production d'electricite. Comme l'explique Carlo Rubbia, des prototypes semblables a cette installation ont deja ete experimentes en Californie. Certaines limites ont cependant freine le succes des installations : le fluide utilise (dans ce cas des huiles minerales) etait inadequat et polluant en cas de fuite, et le fonctionnement de l'ensemble du systeme reposait sur la seule presence du soleil. Dans le cadre d'Archimede, les deux problemes ont ete resolus : le fluide thermodynamique utilise est un sel a base de nitrates de sodium et de potassium, qui est ni inflammable a hautes temperatures (celles atteintes dans le circuit de l'installation sont de l'ordre de 550 degres), ni polluant en cas de fuite. Le reservoir d'accumulation de l'energie possede une longue autonomie et resout le probleme d'absence de soleil. Enfin les nouvelles technologies developpees dans le cadre du projet utilisent des materiaux plus efficaces et a bas cout (notamment pour les miroirs, l'echangeur de chaleur et la turbine). La construction du projet Archimede sera terminee dans un peu plus de trois ans. L'installation, d'un cout total de 50 millions d'euro, mettra a disposition 20 megawatts d'electricite, soit l'equivalent necessaire pour une ville de 20 mille habitants. Le cout du kilowatt est estime a environ 6 centimes d'euro, soit la moitie du cout moyen actuel issu de l'energie verte. Carlo Rubbia souhaite donc que le succes d'Archimede permette la realisation de nouvelles installations de taille intermediaire, adaptees a des villes ou bien meme destinees a des iles, en Italie ou dans d'autres pays de la Mediterranee. L'hydrogene, quant a lui, est aujourd'hui considere comme l'energie du futur. Respectueux de l'homme et de l'environnement, il ne produit aucune emission nocive. Ce gaz peut etre utilise pour alimenter des mini centrales electriques ou bien meme des moteurs automobiles, et est une energie propre (l'unique produit de son utilisation etant de l'eau pure). ojet sur l'hydrogene solaire etudie au sein du centre La Casaccia est en phase de finalisation. Il consiste a utiliser l'energie solaire afin de produire de l'hydrogene directement a partir de l'eau et de l'accumuler, pour ensuite pouvoir l'utiliser. Contacts : Site Internet de l'Enea La Casaccia : http://wwwcas.casaccia.enea.it/ http://www.enea.it/com/ene/index.html Sources : Il Corriere della Sera (site Internet), 19/05/2004
Le centre de recherche La Casaccia, situe pres de Rome, est le plus grand complexe de laboratoires et d'installations de recherche dont dispose l'Enea (Institut pour les nouvelles technologies, l'energie et l'environnement). Protagoniste des plus importants projets de recherche de l'institut, le centre La Casaccia est particulierement actif sur des themes de recherche concernant l'energie solaire et l'hydrogene. Ces deux filieres presentent ...

Concentrateur solaire ; Énergie solaire ; Hydrogène ; Italie

... Lire [+]

V

- n° 562

Il s'agit des toutes premières centrales solaires Italiennes à être fabriquées avec la nouvelle technologie, Solyndra qui utilise des panneaux cylindriques. Les travaux d'installation seront effectués par Photovoltaic Systems, une société du groupe Enerqos basée dans le Piémont, spécialisée dans les couvertures photovoltaïques. « Le groupe Enerqos a toujours mis l'accent sur la recherche et l'utilisation des nouvelles technologies, de manière à maximiser le retour sur investissement de nos clients. » a commenté Mauro Marcucci, le PDG d'Enerqos. « La technologie Solyndra semble être la solution la plus compétitive pour cette application spécifique : nous sommes heureux de pouvoir l'intégrer dans ces deux projets initiaux et nous espérons pouvoir la réutiliser à nouveau pour de futures installations. » Les panneaux Solyndra utilisent une technologie dite « couche mince » appliquée à des modules cylindriques qui captent les rayons du soleil à travers une surface photovoltaïque de 360 degrés, rendant capable la conversion de la lumière directe, indirecte et diffuse en électricité. L'utilisation de ces panneaux au sein d'une installation industrielle, permet de générer de l'énergie d'une façon beaucoup plus efficace qu'avec des modules plats traditionnels et en même temps de réduire considérablement les coûts d'installation. « De plus en plus d'entreprises choisissent aujourd'hui d'installer des centrales photovoltaïques afin de réduire leurs dépenses en énergie, en exploitant souvent des espaces non utilisés comme les toits, les entrepôts, les parcelles de terre ou les parkings : les installations photovoltaïques industrielles représentent une forme d'investissement attractive et une ressource inépuisable pour la production d'énergie renouvelable » a ajouté Giovanni Landi, Vice-président de la Business Unit « Systems » d'Enerqos. « C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons créé une business unit dédiée qui soit en mesure de tirer partie des technologies innovantes et d'offrir constamment des solutions performantes et compétitives: nous sommes convaincus qu'à l'avenir c'est dans cette direction que le marché photovoltaïque va se développer. » Les nouvelles installations seront pleinement opérationnelles cet été et produiront plus de 600 000 kWh d'énergie propre par an, réduisant ainsi les émissions annuelles de CO2 de 360 tonnes.
Il s'agit des toutes premières centrales solaires Italiennes à être fabriquées avec la nouvelle technologie, Solyndra qui utilise des panneaux cylindriques. Les travaux d'installation seront effectués par Photovoltaic Systems, une société du groupe Enerqos basée dans le Piémont, spécialisée dans les couvertures photovoltaïques. « Le groupe Enerqos a toujours mis l'accent sur la recherche et l'utilisation des nouvelles technologies, de manière à ...

Couche mince ; Innovation ; Italie ; Solaire photovoltaïque ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 110609

Selon le dernier baromètre « Renewable Energy Country Attractiveness Indices » du cabinet Ernst & Young, les Etats-Unis sont toujours en tête des pays les plus attractifs pour investir dans les énergies renouvelables. Le secteur de l'éolien terrestre se porte bien : selon l'American Wind Energy Association, 2.836 MW supplémentaires ont déjà été installés depuis le début de l'année 2009 et neufs Etats ont dépassé la barre du gigawatt de parc éolien. Malgré les engagements de la nouvelle administration Obama, le cabinet Ernst & Young estime que cela ne devrait pas durer et prévoit une baisse des constructions pour 2009 et 2010. L'énergie solaire a également les faveurs des énergéticiens américains notamment en Floride où plusieurs centrales solaires à concentration sont prévues : 75 MW près d'Indiantown et 75MW à Babcock Ranch. Le Texas et la Californie restent toutefois les deux Etats les plus attractifs pour les énergies renouvelables surtout pour l'éolien et le solaire respectivement. La Chine et l'Inde toujours dans le top 5 : Les Etats-Unis sont toujours talonnés par l'Allemagne, seul Etat membre de l'Union européenne avec l'Espagne à être présent dans le top 5 du classement d'Ernst & Young. Le cabinet estime que les pays de l'UE ont tiré bénéfice des plans de relance et des annonces de la Commission européenne affirmant qu'un tiers des fonds débloqués pour lutter contre la crise serviront à « l'économie verte ». La Chine et l'Inde occupent respectivement les troisième et quatrième places. Le 1er mai dernier, l'administration chinoise en charge de l'énergie a annoncé des objectifs en hausse pour le secteur de l'éolien : 100GW d'ici 2020 contre 30 GW prévus initialement. Selon le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC), 12 GW étaient installés fin 2008 et Ernst & Young estime que ce parc atteindra 58 GW d'ici cinq ans. Le gouvernement Indien a également annoncé de nouveaux objectifs d'énergie renouvelable : 10% de son mix énergétique d'ici 2012. Pour les atteindre, les tarifs d'achat ont été relevés aussi bien pour l'éolien que pour le solaire. En Espagne, l'intérêt pour les centrales solaires à concentration a été relancé. Le pays prévoit de posséder d'ici 2010, 500 MW de capacité thermique contre 225 MW à l'heure actuelle. Selon le cabinet Ernst&Young le pays pourrait nettement dépasser cet objectif sachant qu'il envisage de relever les tarifs d'achat pour ces installations. L'Italie, le Royaume-Uni et la France au coude à coude : L'Italie (6e), le Royaume-Uni (7e) et la France (8e) se retrouvent tous les trois à quelques pas de l'Espagne et devant le Canada et le Portugal. L'Italie se distingue du trio dans le secteur de la géothermie et du solaire. La France en revanche s'avère attractive dans l'ensemble des énergies renouvelables à l'exception de la géothermie. Le Royaume-Uni présente quant à lui de bons indices d'attractivité pour l'éolien offshore. Le pays a en effet donné l'avantage à cette source d'énergie renouvelable dans son système de Renewables Obligations (ROs). L'éolien offshore permet ainsi aux énergéticiens de répondre plus rapidement à leurs obligations d'approvisionnement en énergie renouvelable car 1 MWh provenant de l'éolien offshore rapporte 1,5 ROs alors que les autres énergies rapportent 1 ROs voire moins. Résultats, le gouvernement britannique a reçu plus de 40 projets de parc éolien.
Selon le dernier baromètre « Renewable Energy Country Attractiveness Indices » du cabinet Ernst & Young, les Etats-Unis sont toujours en tête des pays les plus attractifs pour investir dans les énergies renouvelables. Le secteur de l'éolien terrestre se porte bien : selon l'American Wind Energy Association, 2.836 MW supplémentaires ont déjà été installés depuis le début de l'année 2009 et neufs Etats ont dépassé la barre du gigawatt de parc ...

Allemagne ; Chiffre clé ; Chine ; Concentrateur solaire ; Éolien ; Espagne ; États Unis ; Étude ; France ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Inde ; International ; Investissement ; Italie ; Marché mondial ; Puissance installée ; Rapport ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° non numéroté - p.22 à p.27

On avait estimé que le marché solaire italien représentait une puissance comprise entre1,2 et près de 2,4 gigawatts pour l'année 2010. L'Agence Nationale pour l'Energie italienne, qui publie des chiffres permettant des analyses plus poussées, met en évidence, dans son bilan provisoire, un rebondissement spectaculaire : la puissance totale des systèmes photovoltaïques installés en Italie en 2010 atteindrait les 5,8 gigawatts, voire davantage.
On avait estimé que le marché solaire italien représentait une puissance comprise entre1,2 et près de 2,4 gigawatts pour l'année 2010. L'Agence Nationale pour l'Energie italienne, qui publie des chiffres permettant des analyses plus poussées, met en évidence, dans son bilan provisoire, un rebondissement spectaculaire : la puissance totale des systèmes photovoltaïques installés en Italie en 2010 atteindrait les 5,8 gigawatts, voire davantage.

Italie ; Marché de l'électricité ; Module photovoltaïque ; Surface installée ; Puissance installée ; Raccordement réseau ; Portugal ; République Tchèque ; Turquie

... Lire [+]

V

- n° 517

Détail des 15 projets retenus. Le cumul demeure supérieur à 15 puisque certains projets nécessitent la contribution de plusieurs pays. On notera l'absence remarquée de la France : 6 en Allemagne, 1 en Italie, 2 au Pays-Bas, 1 en Pologne, 1 en Espagne, 3 à l'Angleterre, 2 au Danemark, 1 à la Suède, 1 à la Belgique. - Jaenschwalde : Démonstration des technologies d'oxycombustion et de post-combustion sur une centrale électrique déjà existante. Deux options de stockage et de transport sont à l'étude. Vattenfall (Allemagne) 180 ME - Porto Tolle : Installation de la technologie CCS sur une nouvelle centrale à charbon (660 MW). La partie capture permettra de traiter les gaz de combustion, correspondant à 250 MW la production d'électricité. Stockage dans un milieu aquifère salin en mer. Enel Ingegneria e Innovazione SpA (Italie) 100 ME - Rotterdam : Démonstration de la chaîne complète de la technologie CCS sur une capacité équivalente de 250 MW utilisant la technologie post-combustion. Stockage du CO2 dans un gisement de gaz en mer près de l'usine. Le projet fait partie de l'initiative sur le climat de Rotterdam qui vise à développer un CO 2 infrastructures de transport et de stockage pour la région. Maasvlakte JV / E. ON Benelux et Electrabel (Pays-Bas) 180 ME - Belchatow : Démonstration de toute la chaîne CCS sur les gaz de combustion correspondant à 250 MW de production d'électricité dans une nouvelle unité supercritique, la plus grande installation alimentée au lignite en Europe. Trois différents sites de stockage aquifères salins seront étudiés à proximité. PGE EBSA (Pologne) 180 ME - Compostilla : Démonstration de la chaîne complète de la technologie CCS utilisant l'oxycombustion et la technologie à lit fluidisé de 30 MW sur une usine pilote qui doit être étendue en décembre 2015, à plus de 320 MW. Stockage dans un milieu aquifère salin, à proximité. Endesa Generacion SA (Espagne) 180 ME - Hatfield : Démonstration de la technologie CCS sur une nouvelle centrale IGCC de 900 MW. Le stockage s'effectuera dans un ancien gisement de gaz en mer, à proximité. Le projet s'inscrit dans le cadre de l'initiative "Yorkshire Forward" qui vise à développer les infrastructures de transport et de stockage de CO2 pour la région. Powerfuel Power Ltd (UK) 180 ME - Baltic : Kriegers Flak I, II, III : Solution de réseaux combinés. Interconnexion des réseaux allemands, suédois et danois concernant des parcs d'éoliennes dans la région de Flak Kriegers à travers une solution modulaire, reliant les raccordements au réseau national. Vattenfall Europe Transmission GmbH (DE), Affärsverket Kraftnät Svenska (SE), Energinet.dk (DK) 150,00 ME - COBRA CABLE : Large capacité d'interconnexion entre les Pays-Bas et le Danemark. Investissement dans des modèles novateurs pour la connexion directe des fermes éoliennes offshore au début du réseau modulaire de la Mer du Nord. TenneT TSO BV (NL), Energinet.dk (DK) 86,54 ME - HVDC hub : Ajout d'une plate-forme offshore intermédiaire sur le projet de raccordement HVDC (entre les îles Shetland et l'Ecosse) pour une connexion de l'éolien offshore et la génération marine. Scottish Hydro Electric Transmission Ltd (UK) 74,10 ME - BARD 1 : La production du système novateur de la fondation Tripile consistant à produire et à installer des câbles d'alimentation de 400 MW pour des parcs éoliens offshore. Ocean Breeze Energy GmbH & Co KG (DE) 53,10 ME - Global Tech I : Concerne la fabrication et l'installation rapide de parcs éoliens en eaux profondes Wetfeet Offshore Wind Energy GmbH (DE), Strabag Offshore Wind GmbH (DE) 58,55 ME - Nordsee Ost : L'installation de 6 MW de turbines éoliennes dans des conditions difficiles en mer, incluant une logistique innovante et une concept d'installation Essent Vent Nordsee Planungs Ost - und Betriebsgesellschaft GmbH (DE) 50,00 ME - Borkum West II : L'installation de 5MW d'éolien sur des fondations en trépied Trianel Windkraftwerk Borkum GmbH & Co. KG (DE) 42,71 ME - Aberdeen Offshore Wind Farm : Développement et test d'une installation comprenant des turbines multi-MW et possédant des structures et des infrastructures innvantes. Aberdeen Offshore Wind Farm Limited (UK) 40,00 ME - Thornton Bank : Logistique optimisée pour l'extrême-offshore du parc éolien de Thornton Bank et démonstration de fondations innovantes en eaux profondes. C-Power (BE) 10,00 ME
Détail des 15 projets retenus. Le cumul demeure supérieur à 15 puisque certains projets nécessitent la contribution de plusieurs pays. On notera l'absence remarquée de la France : 6 en Allemagne, 1 en Italie, 2 au Pays-Bas, 1 en Pologne, 1 en Espagne, 3 à l'Angleterre, 2 au Danemark, 1 à la Suède, 1 à la Belgique. - Jaenschwalde : Démonstration des technologies d'oxycombustion et de post-combustion sur une centrale électrique déjà existante. ...

Aide financière ; Allemagne ; Angleterre ; Belgique ; Budget ; Commission européenne ; Danemark ; Éolien ; Espagne ; Italie ; Offshore ; Pays Bas ; Pologne ; Projet ; Séquestration CO2 ; Suède

... Lire [+]

V

- n° 200309

"Dans le cadre d'une directive de l'UE sur la production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelables, les États membres ont obligation d'établir un système de garanties d'origine et, en règle générale, de reconnaître ceux des autres États membres. Au regard de cette directive, la Commission européenne a adressé hier un avis motivé à l'Italie pour non-reconnaissance de certaines garanties d'origine provenant d'autres États membres de l'UE. Cet avis invite l'Italie à prendre les mesures nécessaires pour se conformer à la directive dans un délai de deux mois. Plusieurs entreprises se sont plaintes du refus de l'Italie de reconnaître les garanties d'origine renouvelable provenant de France, de Grèce et de Slovénie pour de l'électricité produite en 2005. Après enquête, la Commission a établi que le refus de reconnaître les garanties d'origine de l'année 2005 n'est pas justifié. Le refus de l'Italie constitue donc une infraction à l'article 5, paragraphe 4, de la directive. L'Italie met en oeuvre un système de ""certificats verts"" dans lequel les fournisseurs d'électricité sont tenus de détenir des certificats verts (attestant l'origine renouvelable) pour une certaine part de leur production. Les importateurs d'électricité peuvent être exemptés de cette obligation s'ils détiennent des garanties d'origine (attestation européenne de l'origine renouvelable de l'électricité) provenant d'autres États membres. En termes généraux, l'Italie reconnaît les garanties d'origine, conformément à la directive, et choisit de les utiliser en conjonction avec l'obligation nationale de détenir des ""certificats verts"". Un refus non justifié : Avant l'entrée en vigueur de la directive, l'Italie acceptait toute une gamme de certificats (tels que ceux du système européen de certification énergétique, RECS). Selon les dispositions italiennes de transposition de la directive, les garanties d'origine constituent les seuls certificats valables pour obtenir l'exemption de l'obligation de détenir des certificats verts. Certains États membres ayant eu du retard dans leur transposition de la directive, l'Italie a décidé que les garanties d'origine délivrées en 2005 par ces pays, qui n'avaient pas encore complètement transposé la directive, ne pouvaient être considérées comme fiables et a donc refusé de les reconnaître. La Commission a conclu après enquête que ce refus systématique de reconnaître les garanties d'origine délivrées dans d'autres États membres n'était pas justifié. "
"Dans le cadre d'une directive de l'UE sur la production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelables, les États membres ont obligation d'établir un système de garanties d'origine et, en règle générale, de reconnaître ceux des autres États membres. Au regard de cette directive, la Commission européenne a adressé hier un avis motivé à l'Italie pour non-reconnaissance de certaines garanties d'origine provenant d'autres États membres ...

Certificat vert ; Directive européenne ; Électricité renouvelable ; Garantie d'origine ; Italie ; Transposition

... Lire [+]

V

- n° 151009

Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et faire des propositions innovantes. Il s'agit de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de terrain à l'accroissement préoccupant de ce phénomène et à l'urgence de la mise en place de véritables stratégies d'intervention. Trois raisons principales expliquent cette précarité : les faibles revenus des ménages, le coût croissant des énergies, et la mauvaise qualité thermique des logements. Un foyer européen sur sept est estimé en danger de pauvreté, le prix de l'électricité a progressé en moyenne de 14% entre 2005 et 2007, et 60% des habitations ont été construites avant l'introduction des réglementations thermiques de l'habitat. Nombre de ménages en précarité énergétique, locataires ou propriétaires occupants, vivent dans ce type de logement présentant une mauvaise performance énergétique et appartenant aussi bien au parc public que privé. A ce stade, seule une minorité d'Etats membres s'est engagée dans la voie d'une politique volontariste de résorption de cette précarité. En France, la réponse gouvernementale a été jusqu'à présent essentiellement curative et s'appuie sur le traitement social de l'impayé énergétique grâce aux fonds solidarité énergie, intégrés dans les Fonds solidarité logement (FSL), sur le droit à l'énergie (électricité, gaz, aide à la cuve de fioul) et le maintien d'un service minimum. Bon nombre de dispositifs et de mesures sociales sont en place pour venir en aide aux ménages, mais ces actions sont parfois dispersées et gagneraient à être mieux coordonnées. L'Ademe lance en janvier 2010 un Observatoire de la précarité énergétique pour soutenir l'action concertée annoncée par Valérie Létard, Secrétaire d'Etat en charge des technologies vertes et des négociations climatiques. Des initiatives se font jour sur le terrain grâce à la pugnacité d'associations telles que le GEFOSAT, spécialisée dans la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables et basée dans l'Hérault. Pour sa directrice, Sandrine Buresi, il s'agit de rendre accessible la maîtrise de l'énergie aux publics qui n'en ont pas les moyens. Le GEFOSAT a lancé en 2002 le Fonds d'aide aux travaux de Maîtrise de l'énergie et de l'eau, qui soutient l'accompagnement social des ménages et finance les travaux, grâce à un partenariat entre le Conseil général, l'Ademe, la Caisse d'allocations familiales et GDF-Suez. L'objectif est d'étendre cette action à la totalité du département. Le Royaume-Uni, où le nombre de personnes touchées a doublé en quelques années, fait figure de pionnier dans cette politique. Il est le premier pays à s'être doté d'une définition précise de la précarité énergétique correspondant à ''la situation d'un foyer devant consacrer plus de 10% de ses revenus pour chauffer son logement à un niveau correct'', expose Pam Wynne, chef du département Précarité énergétique au ministère du changement climatique et de l'énergie du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni a également lancé l'expérience de « Warm Homes ». Ce projet à but non lucratif consiste à approcher directement l'habitant, quartier par quartier, pour faire un point avec lui sur sa situation énergétique, définir le cas échéant les mesures d'économies d'énergie à adopter et lui proposer les aides disponibles en fonction de ses ressources. L'Italie, quant à elle, a créé un tarif social pour l'électricité et réfléchit à un système identique pour le gaz. La Belgique dispose d'un niveau élevé de protection sociale et d'un arsenal juridique efficace en termes de droits du consommateur, mais l'absence d'une stratégie spécifique reste un handicap. Enfin, l'Espagne, dernier partenaire d'EPEE, n'a pas encore perçu la précarité énergétique comme un problème social prioritaire. Impliquer les fournisseurs d'énergie : Les certificats d'économie d'énergie imposent aux fournisseurs de réaliser ou faire réaliser des économies d'énergie à leurs clients. L'enjeu de demain est de cibler prioritairement ces certificats sur les populations les plus vulnérables à travers une politique de quotas et d'incitations. Le Royaume-Uni a anticipé ce volet social. Deux foyers sur trois ont bénéficié de ces programmes incitatifs sur la période 2005-2008 et un million de foyers modestes ont reçu une subvention pour les aider dans leurs travaux d'isolation. En France, le projet de loi Grenelle 2 souhaiterait cibler spécifiquement les populations en difficulté en proposant une bonification plus favorable des actions donnant droit à certificats quand il s'agit de travaux de rénovation énergétique réalisés chez les foyers les plus modestes. Au carrefour des choix énergétiques, de la santé publique, et des changements climatiques, la précarité énergétique est un problème multidimensionnel. L'implication, en amont, des fournisseurs d'énergie est aussi cruciale que l'accompagnement et l'aide fournie aux usagers en difficulté de paiement. Ainsi nulle politique curative ne sera efficace sans mobilisation des fournisseurs eux-mêmes. En France, le programme électronucléaire a favorisé le tout électrique sans se préoccuper de maîtrise de l'énergie. ''Cette expansion du chauffage électrique s'est faite sans aucune précaution ni contraintes réglementaires : sauf pour des opérations de grande ampleur, il n'existe toujours pas de règlementation thermique pour la rénovation des logements !'', note Thierry Salomon, president de l'association Négawatt. Les ménages défavorisés payent aujourd'hui la facture de choix énergétiques qui datent des années 70.
Plusieurs dizaines de millions d'Européens souffrent aujourd'hui de précarité énergétique. Ces ménages n'ont pas les ressources suffisantes pour chauffer leur logement à un niveau normal, le renchérissement du prix de l'énergie et la crise économique actuelle aggravent la situation. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d'analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et ...

Europe ; France ; Impayé énergétique ; Italie ; Précarité ; Programme européen ; Recensement / Inventaire ; Royaume Uni

... Lire [+]

V

- n° 455

Pendant les 30 prochains mois, avec 12 autres associations européennes du solaire, Enerplan, le Syndicat des Energies Renouvelables et SOLER (sa branche photovoltaïque) s'impliqueront pour améliorer ces conditions en France et dans les onze autres pays concernés par ce projet. Aujourd'hui, comme l'installation d'un système solaire photovoltaïque en Europe peut prendre moins d'un mois comme jusqu'à plusieurs années, la première étape du projet PV Legal sera d'établir une base de données complète pour analyser les points de bureaucratie devant être fluidifiés. La base de données fournira aux intervenants, aux politiques et aux opérateurs réseau, une analyse systématique des barrières et des problématiques de connexion au réseau. La suppression de telles barrières est considérée comme une des clés de la croissance du marché par l'industrie photovoltaïque et la Commission Européenne. Cette dernière soutient cette initiative au travers du programme « Intelligent Energy Europe ». Une fois la base de données établie, les politiques et les opérateurs réseau des principaux marchés PV en Europe seront sollicités (documents consultatifs, forums nationaux, ateliers de travail ad hoc, ...) pour débattre et fournir des recommandations améliorer et simplifier le cadre administratif de la production d'électricité solaire. Le projet PV Legal rassemble un consortium de 13 associations nationales du solaire, l'EPIA (Association Européenne de l'Industrie Photovoltaïque) et des consultants en management d'Eclareon. Les partenaires sont : - BSW-Solar, Association allemande de l'industrie solaire (Coordinateur) - ASIF, Association espagnole de l'industrie photovoltaïque - ASSOSOLARE, Association italienne de l'industrie photovoltaïque - ENERPLAN, Association professionnelle française de l'énergie solaire - HELAPCO, Association hellénique des professionnels du photovoltaïque - PTPV, Société polonaise pour le photovoltaïque - REA, Association de l'énergie renouvelable au Royaume-Uni - SER-SOLER, Branche photovoltaïque du Syndicat des énergies renouvelables - ZSFI, Association slovène de l'industrie photovoltaïque - EPIA, Association Européenne de l'Industrie Photovoltaïque - Eclareon, Consultant en Management Organisation collaboratrices : Holland Solar (NL), Czech Renewable Energy Agency (Agence Tchèque des Energies Renouvelables), APESF (Association portugaise de l'industrie photovoltaïque), Association bulgare du photovoltaïque.
Pendant les 30 prochains mois, avec 12 autres associations européennes du solaire, Enerplan, le Syndicat des Energies Renouvelables et SOLER (sa branche photovoltaïque) s'impliqueront pour améliorer ces conditions en France et dans les onze autres pays concernés par ce projet. Aujourd'hui, comme l'installation d'un système solaire photovoltaïque en Europe peut prendre moins d'un mois comme jusqu'à plusieurs années, la première étape du projet PV ...

Allemagne ; Association ; Bulgarie ; Délai d'instruction ; Démarche administrative ; Europe ; France ; Grèce ; Hollande ; Italie ; Marché européen ; Pologne ; Portugal ; Professionnel ; Programme européen ; Raccordement réseau ; Recensement / Inventaire ; République Tchèque ; Royaume Uni ; Slovenie ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 41
ISBN 1634-5460

"Le terme habitat groupé prête à confusion. Il aurait besoin d'être redéfini car il est utilisé en architecture pour les constructions en moyenne densité, mais aussi dans le milieu alternatif où il est associé à la démarche collectif d'habitat comme le définit Habitat et Participation de Louvain la Neuve en Belgique : ""une action collective, volontaire et qui prend en compte l'espace"". "
"Le terme habitat groupé prête à confusion. Il aurait besoin d'être redéfini car il est utilisé en architecture pour les constructions en moyenne densité, mais aussi dans le milieu alternatif où il est associé à la démarche collectif d'habitat comme le définit Habitat et Participation de Louvain la Neuve en Belgique : ""une action collective, volontaire et qui prend en compte l'espace"". "

Belgique ; Danemark ; Ecoquartier ; France ; Italie ; Logement collectif ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 180210

Cette baisse des tarifs profitera aux sociétés solaires chinoises, selon plusieurs experts cités par l'agence de presse Reuters. La baisse des tarifs conduit les clients, et notamment les promoteurs, à se tourner vers du matériel photovoltaïque moins cher afin de préserver leur marge. Grâce à une électricité et une main d'oeuvre moins coûteuses, la Chine propose des prix entre 30 et 40% inférieurs à ceux de ses homologues européens. Même constat en Grande-Bretagne. Le marché du photovoltaïque s'y développe mais le pays manquant de fabricants de cellules solaires, les modules devront venir de l'étranger. Ce nouveau marché profitera donc aussi aux entreprises asiatiques, prévoit Reuters. L'an dernier, la France a importé 80% de ses panneaux photovoltaïques.
Cette baisse des tarifs profitera aux sociétés solaires chinoises, selon plusieurs experts cités par l'agence de presse Reuters. La baisse des tarifs conduit les clients, et notamment les promoteurs, à se tourner vers du matériel photovoltaïque moins cher afin de préserver leur marge. Grâce à une électricité et une main d'oeuvre moins coûteuses, la Chine propose des prix entre 30 et 40% inférieurs à ceux de ses homologues européens. Même constat ...

Allemagne ; Chiffre clé ; Chine ; France ; Importation ; Italie ; Module photovoltaïque ; République Tchèque ; Solaire photovoltaïque ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 150404

"LE MONDE | 10.04.04 | 14h34  *  MIS A JOUR LE 10.04.04 | 19h09 L'énergie du vent est une vieille amie de l'homme. Très tôt, il l'a maîtrisée pour propulser ses bateaux et faire tourner ses moulins pour la meunerie : il y a deux siècles, la France en comptait encore 20 000. Aujourd'hui, dans les pays industrialisés, l'énergie d'Eole est utilisée pour produire de l'électricité et, par voie de conséquence, jouer un rôle de plus en plus grand dans la lutte contre l'effet de serre. Et, une directive de l'Union européenne ayant proposé de faire passer de 13,4 % aujourd'hui à 22 % en 2010 la part de l'électricité fournie par les énergies nouvelles, il faudra impérativement faire appel à l'énergie éolienne. ""Elle est incontournable, car c'est l'énergie renouvelable dont le prix de revient est actuellement le moins cher"", rappelle Michèle Pappalardo, présidente de l'Agence de l'environnement pour la maîtrise de l'énergie (Ademe). Avec 253 MW installés (métropole et DOM-TOM) à la fin 2003, la part française de l'énergie éolienne fait pâle figure comparée à celles de certains de ses voisins européens : Allemagne (14 609 MW), Danemark (3 110 MW), Espagne (6 411 MW), Italie (904 MW), Pays-Bas (685 MW), Grande-Bretagne (648 MW). Certes, la France a fait progresser cette forme d'énergie de 61 % en 2003 et de 56 % en 2002. Mais c'est encore bien loin des objectifs qu'elle s'est fixés : produire, en 2010, 21 % de ses besoins en électricité à partir de ces sources renouvelables Pour l'éolien, la programmation pluriannuelle des investissements (PPI) espère que, d'ici à 2007, entre 2 000 MW et 6 000 MW (soit 1 000 à 3 000 turbines éoliennes) auront été installés en France et que 7 000 à 10 000 MW (3 000 à 5 000 turbines) seront en service en 2010. Pour disposer d'un tel parc, qui permettra d'éviter l'émission chaque année de 3 à 6 millions de tonnes d'équivalent CO2, ""il faut poursuivre nos efforts"", insiste Mme Pappalardo. Actuellement, quatorze régions accueillent des aérogénérateurs en France, certaines ayant un poids prépondérant en raison d'un développement éolien déjà ancien. Ainsi, 44 % de la puissance installée est située dans le Languedoc-Roussillon ; 22 % dans les Pays de la Loire ; 13 % dans le Nord-Pas- de-Calais, 6 % en Bretagne, 4 % en Picardie et 9 % en Guadeloupe. OBLIGATION D'ACHAT Qu'est-ce qui empêche une progression plus vigoureuse de l'énergie éolienne en France ? Comme dans d'autres pays d'Europe, des systèmes de financement ont été mis en place pour favoriser son développement. Les distributeurs d'électricité - et principalement EDF - ont notamment l'obligation d'acheter l'électricité ainsi produite à un tarif qui permet de rentabiliser les investissements engagés. Ce dispositif est un succès. Mais, paradoxalement, il est devenu aussi un problème. ""Certaines personnes ont en effet le sentiment que la France va être bientôt submergée d'éoliennes risquant de rendre méconnaissable notre beau pays"", explique Michèle Pappalardo. Ces opposants font valoir en plus qu'elles sont bruyantes, tuent les oiseaux et pourraient être dangereuses en cas de chute. Deux accidents ont déjà eu lieu dans le nord de la France : à Boulogne-sur-Mer, le 1er janvier 2004, quand une éolienne a perdu une pale ; à Dunkerque ensuite, le 20 mars 2004, quand une de ces machines a été renversée par le vent. L'Ademe souligne toutefois qu'aucun aérogénérateur ne s'est brisé lors de la terrible tempête de décembre 1999. Des statistiques menées au Danemark depuis dix ans sur un parc de 1 912 éoliennes ont montré que le risque de destruction d'une éolienne était de 0,00083 par an... Cela ne suffit pas à rassurer certains riverains mécontents qui intentent des actions en justice contre les permis de construire accordés à ces aérogénérateurs. L'une de ces actions a été menée il y a peu par des riverains du futur parc éolien que la société allemande Juwi construit sur la commune de Plouguin (Finistère). Comme ce parc de machines est réparti sur plusieurs parcelles, ces opposants ont fait valoir que le permis de construire n'était pas valable, car l'affichage n'avait été fait que pour une seule parcelle. DÉCISION DU CONSEIL D'ÉTAT Le 19 novembre 2003, le tribunal administratif de Rennes leur a d'abord donné raison. Aussitôt, les avocats de la société Juwi, Anne Lapierre, du cabinet international Norton Rose, et Antoine Guiheux, avocat indépendant, ont porté l'affaire devant Conseil d'Etat. Le 23 février 2004, celui-ci a tranché en faveur du constructeur allemand, estimant que les dispositions du code de l'urbanisme n'imposent pas un affichage du permis de construire sur chacune des parcelles cadastrales ! Quoi qu'il en soit, l'énergie éolienne se développera dans les années qui viennent. Un appel d'offres pour de l'éolien off-shore offrant une capacité de 500 MW vient d'ailleurs d'être rendu public. Actuellement, l'énergie éolienne en France coûte chaque année 20 centimes d'euros par foyer. Une somme modeste qui devrait monter à 5 ou 6 euros lorsque les objectifs de 10 000 MW seront atteints. Dans ce but, l'Ademe a édité plusieurs guides permettant de se familiariser avec cette énergie : Les éoliennes en 50 questions ; Une énergie dans l'air du temps : les éoliennes ; Guide du développeur du projet. Les personnes intéressées peuvent consulter plusieurs sites Internet (www.ademe.fr ; www.suivi-eolien.com ; www.eole.org ; www.energies-renouvelables.org), et se procurer un DVD sur le sujet. Christiane Galus * ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 11.04.04   "
"LE MONDE | 10.04.04 | 14h34  *  MIS A JOUR LE 10.04.04 | 19h09 L'énergie du vent est une vieille amie de l'homme. Très tôt, il l'a maîtrisée pour propulser ses bateaux et faire tourner ses moulins pour la meunerie : il y a deux siècles, la France en comptait encore 20 000. Aujourd'hui, dans les pays industrialisés, l'énergie d'Eole est utilisée pour produire de l'électricité et, par voie de conséquence, jouer un rôle de plus en plus grand dans ...

Accident ; Allemagne ; Angleterre ; Bilan énergétique ; Bretagne ; Bris de pale ; Conflit / Opposition ; Danemark ; Directive européenne ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Espagne ; France ; Guadeloupe ; Italie ; Languedoc Roussillon ; Moulin à vent ; Nord Pas de Calais ; Objectif européen ; Obligation d'achat ; Parc éolien ; Pays Bas ; Pays de la Loire ; Picardie ; Programme d'investissement ; Publication ; Puissance installée ; Région

... Lire [+]

V

- n° 718
ISBN 0750-1552

Les débats entre scientifiques du photovoltaïque et investisseurs restent dominés par la pénurie de silicium et par les solutions de remplacement qui pourraient permettre au marché mondial de continuer sa forte croissance. Les technologies de film mince (thin film), la concentration et les "trackers" sont les trois procédés mis en avant. Seuls ou de plus en plus en combinaison.

Allemagne ; Cadmium Telluride / CdTe ; Centre sportif ; CIS / Cuivre Indium Selenium ; Concentrateur solaire ; Conférence / Colloque ; Couche mince ; Intégration architecturale ; Italie ; Marché européen ; Marché français ; Marché mondial ; Pénurie ; Réalisation ; Recherche ; Rendement ; Silicium ; Silicium amorphe ; Solaire photovoltaïque ; Suisse ; Suiveur solaire ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 189
ISBN 0295-5873

Filière émergente il y deux ans, les énergies marines est aujourd'hui un secteur en pleine expansion, en passe d'acquérir la maturité technologique nécessaire : le Pelamis, la centrale OWC pico, le Wave star, l'Archimedes Waveswing, l'hydrolienne Tocardo, le Powerbuoy, la turbine Rotech, le OE Buoy. Mais pour concrétiser le stade industriel, il reste encore beaucoup de défis à relever. - La nouvelle vague marémotrice - France : une déferlante de projets
Filière émergente il y deux ans, les énergies marines est aujourd'hui un secteur en pleine expansion, en passe d'acquérir la maturité technologique nécessaire : le Pelamis, la centrale OWC pico, le Wave star, l'Archimedes Waveswing, l'hydrolienne Tocardo, le Powerbuoy, la turbine Rotech, le OE Buoy. Mais pour concrétiser le stade industriel, il reste encore beaucoup de défis à relever. - La nouvelle vague marémotrice - France : une déferlante de ...

Angleterre ; Bretagne ; Conférence / Colloque ; Corée ; Danemark ; Différence de température ; Écosse ; Électricité renouvelable ; Énergie marine ; Espagne ; Expérimentation ; France ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Ile ; Ile de la Réunion ; Irlande ; Italie ; Laboratoire ; Marémotrice ; Norvège ; Pays Bas ; Pays de Galles ; Pays de la Loire ; Polynésie ; Portugal ; Potentiel de développement ; Pression osmotique ; Projet ; Réalisation ; Recensement / Inventaire ; Recherche ; Royaume Uni ; Suède ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 260209

"Cette baisse s'explique essentiellement par une diminution importante du marché espagnol (-54% ; 1609 MW) et par une stagnation du marché allemand à 1665 MW. L'Italie et la France se positionnent en troisième et quatrième position en termes de marché européen avec respectivement 1010 MW et 948 MW de nouvelles installations en 2008. En terme de parc éolien, l'Allemagne et l'Espagne restent tout de même leader avec respectivement 23.902 MW et 16.740 MW fin 2008. Au total, l'Union européenne concentre 54,6 % de la puissance éolienne totale installée dans le monde qui s'élève à 120 GW fin 2008. Le marché mondial s'élève quant à lui à 27 GW en 2008 dont 8.358 MW pour les Etats-Unis, 6.300 MW pour la Chine et 1.800 MW pour l'Inde. "
"Cette baisse s'explique essentiellement par une diminution importante du marché espagnol (-54% ; 1609 MW) et par une stagnation du marché allemand à 1665 MW. L'Italie et la France se positionnent en troisième et quatrième position en termes de marché européen avec respectivement 1010 MW et 948 MW de nouvelles installations en 2008. En terme de parc éolien, l'Allemagne et l'Espagne restent tout de même leader avec respectivement 23.902 MW et ...

Allemagne ; Chiffre clé ; Éolien ; Espagne ; Europe ; France ; Italie ; Marché européen ; Puissance installée

... Lire [+]

V

- n° 266
ISBN 1026-8316

Les sources d'énergie renouvelables demerent une priorité de la R&D actuels en Europe. L'une des principales activités menées par l'UE en ce domaine est le financement d'un nouveau projet intégré (PI)-Upwind- s'incrivant dans le 6ème PC et ayant pour vocation de réunir les ressources de plus de 40 fabricants, prestataires de services, universités et autres organismes et entreprises de recherche en vue d'amélioré les preformances de l'énergie éolienne.
Les sources d'énergie renouvelables demerent une priorité de la R&D actuels en Europe. L'une des principales activités menées par l'UE en ce domaine est le financement d'un nouveau projet intégré (PI)-Upwind- s'incrivant dans le 6ème PC et ayant pour vocation de réunir les ressources de plus de 40 fabricants, prestataires de services, universités et autres organismes et entreprises de recherche en vue d'amélioré les preformances de l'énergie ...

Allemagne ; Budget ; Courant marin ; Éolien ; Hydrolienne ; Innovation ; Italie ; Programme européen ; Recherche ; Solaire photovoltaïque ; Turbine / Génératrice

... Lire [+]

V

- n° 147
ISBN 0295-5873

La tracabilité de l'électricité produite à partir d'énergies renouvelables: c'est ce que permet, tout en stimulant le marché, le système des certificats verts. Encore expérimental, ce marché s'organise peu à peu en Europe, avec pour défi d'accorder les pratiques nationales.

Angleterre ; Belgique ; Certificat vert ; Danemark ; Italie ; Pays Bas

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Italie [244]

France [122]

Allemagne [119]

Espagne [89]

Europe [83]

Autriche [61]

Danemark [58]

Solaire photovoltaïque [56]

Belgique [54]

Suède [52]

Royaume Uni [50]

Portugal [49]

Pays Bas [46]

Chiffre clé [45]

Éolien [45]

Généralité énergie renouvelable [42]

Réalisation [39]

Finlande [36]

Irlande [36]

Politique énergétique [36]

Angleterre [35]

Grèce [34]

Production d'électricité [32]

Solaire thermique [32]

Puissance installée [31]

États Unis [30]

Électricité renouvelable [27]

Luxembourg [27]

Pologne [27]

International [26]

Suisse [26]

Consommation d'énergie [25]

République Tchèque [24]

Slovenie [24]

Biocarburant [23]

Energie hydraulique [23]

Projet [23]

Biomasse [22]

Bulgarie [22]

Chine [20]

Programme européen [20]

Géothermie [19]

Hongrie [19]

Recensement / Inventaire [19]

Bois énergie [18]

Japon [18]

Lituanie [18]

Norvège [18]

Roumanie [18]

Tarif d'achat [18]

Électricité [17]

Estonie [17]

Concentrateur solaire [16]

Économie d'énergie [16]

Emploi [16]

Inde [16]

Collectivité locale [15]

Marché européen [15]

Transport [15]

Biogaz [14]

Certificat vert [14]

Commune / Ville [14]

Marché mondial [14]

Potentiel de développement [14]

Entreprise [13]

Lettonie [13]

Slovaquie [13]

Bilan énergétique [12]

CO2 / Dioxyde de carbone [12]

Directive européenne [12]

Donnée économique [12]

Efficacité énergétique [12]

Objectif européen [12]

Rénovation [12]

Turquie [12]

Canada [11]

Chypre [11]

Coût d'investissement [11]

Gaz à Effet de Serre / GES [11]

Investissement [11]

Rendement [11]

Bâtiment [10]

Énergie marine [10]

Généralité énergie [10]

Logement [10]

Malte [10]

Perspective [10]

Production de chaleur [10]

Réglementation [10]

Surface installée [10]

Taxe [10]

Australie [9]

Chauffe eau solaire [9]

Cogénération [9]

Gaz naturel [9]

Industrie [9]

Module photovoltaïque [9]

Objectif [9]

Prix de l'énergie [9]

Production [9]

Recherche [9]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z