F Nous contacter

0

Documents  Milieu marin | enregistrements trouvés : 91

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

ARTICLE EN LIGNE
Imaginé par le comité des conchyliculteurs, le syndicat mixte du bassin de Thau et l'industriel Akuo Energy, un projet d'ombrières installées sur le parc à huîtres devrait obtenir le feu vert de l'État en février 2020. Le démonstrateur, conçu pour quelques tables au départ, pourrait déboucher sur le plus gros projet mondial du genre, étendu sur 300 ha à la surface de l'étang.
ARTICLE EN LIGNE
Imaginé par le comité des conchyliculteurs, le syndicat mixte du bassin de Thau et l'industriel Akuo Energy, un projet d'ombrières installées sur le parc à huîtres devrait obtenir le feu vert de l'État en février 2020. Le démonstrateur, conçu pour quelques tables au départ, pourrait déboucher sur le plus gros projet mondial du genre, étendu sur 300 ha à la surface de l'étang.

Solaire photovoltaïque ; Milieu marin ; Ombrière

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le groupe pétrolier Shell souhaite abandonner, sans les nettoyer, les structures porteuses de trois plates-formes de forage. Elles contiennent encore 11.000 tonnes de résidus de pétrole.

Energie fossile ; Milieu marin ; Pollution de l'eau ; Politique énergétique ; Impact environnemental

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
A Piolenc, au nord d'Orange, a été inaugurée une centrale d'un nouveau genre en Europe, inventée et financée par des Français.

Centrale solaire ; Solaire photovoltaïque ; Solaire flottant ; Milieu marin

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, vient de publier un rapport spécial sur l'océan qui rappelle et martèle que les conséquences du dérèglement climatique, planétaires, sont l'affaire de tous. Un changement global dont les conséquences locales se font déjà sentir et qui pourrait notamment bouleverser l'économie de la pêche.
ARTICLE EN LIGNE
Le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, vient de publier un rapport spécial sur l'océan qui rappelle et martèle que les conséquences du dérèglement climatique, planétaires, sont l'affaire de tous. Un changement global dont les conséquences locales se font déjà sentir et qui pourrait notamment bouleverser l'économie de la pêche.

Rapport ; Réchauffement climatique ; Milieu marin

... Lire [+]

y

ARTICLES EN LIGNE
- La climatisation à l'eau de mer se répand dans les villes littorales : l'énergie calorifique récupérée dans les profondeurs marines peut alimenter des bâtiments en chaleur et en froid. En Méditerranée, où les zones littorales sont les plus denses, ces systèmes gagnent du terrain. La Grande-Motte vient de lancer un tel investissement.
- La Grande-Motte choisit Dalkia pour son réseau de thalassothermie : le futur réseau de climatisation à l'eau de mer est subventionné à près de 50 % par la région Occitanie et l'Ademe, dans le cadre du Fonds chaleur. Il faut encore convaincre des copropriétés d'être raccordées pour lancer les travaux. En Languedoc, un autre projet de thalassothermie est prévu à Sète.
- Bardot Océan va climatiser l'hôpital de La Réunion : en climatisant l'hôpital de Saint-Pierre avec de l'eau à 5 °C puisée dans les profondeurs de l'océan Indien, Bardot Océan permettra après 2023 à l'établissement de réduire de 30 % sa consommation électrique. Un projet de plusieurs dizaines de millions d'euros
ARTICLES EN LIGNE
- La climatisation à l'eau de mer se répand dans les villes littorales : l'énergie calorifique récupérée dans les profondeurs marines peut alimenter des bâtiments en chaleur et en froid. En Méditerranée, où les zones littorales sont les plus denses, ces systèmes gagnent du terrain. La Grande-Motte vient de lancer un tel investissement.
- La Grande-Motte choisit Dalkia pour son réseau de thalassothermie : le futur réseau de ...

Eau ; Milieu marin ; Climatisation / Rafraîchissement ; Chaleur renouvelable ; Chaleur ; Réseau de chaleur ; Fonds chaleur ; ADEME ; Occitanie ; Ile de la Réunion

... Lire [+]

y

- n° 33

ARTICLE CONSULTABLE AU CLER
Souvent présentée comme trop coûteuse pour les finances publiques, la filière éolienne offshore en France aura des retombées non négligeables pour l'économie française, et par exemple 15000 emplois directs et indirects pour l'offshore posé.

Eolien en mer ; Éolien ; Milieu marin ; Aspect économique ; Collectivité locale

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
La méditerranée bientôt aux températures des Caraïbes ?
Une température de l'eau frôlant les 27°C à Nice, c'est agréable pour les baigneurs mais ce n'est pas une bonne nouvelle pour la planète.

Eau ; Température ; Changement climatique ; Milieu marin ; Éducation à l'énergie ; Éducation à l'environnement ; Canicule / Sécheresse

... Lire [+]

y

Une étude fait le lien directement entre canicule marine et réchauffement climatique.

Étude ; Réchauffement climatique ; Milieu marin ; Changement climatique ; Éducation à l'environnement

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Des députés LREM déposent, ce mercredi 30 mai, un amendement à la loi Aménagement et numérique touchant à des dispositions de la loi Littoral. Jean-Pierre Bigorgne, président de l'Union des associations pour la défense du littoral, s'inquiète de ses conséquences.

France ; Loi littoral ; Association ; Environnement ; Aménagement du territoire ; Milieu marin ; Urbanisme

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Les zones mortes ou hypoxiques sont des régions océaniques où le taux d'oxygène est très faible, ce qui provoque l'asphyxie de la flore et de la faune marines. Elles se développent naturellement dans certaines régions du monde entre 200 et 800 mètres de profondeur mais elles sont aggravées par le réchauffement des océans, l'eau plus chaude contenant moins d'oxygène, et par les engrais et les eaux usées qui s'y déversent, explique le communiqué de l'étud
ARTICLE EN LIGNE
Les zones mortes ou hypoxiques sont des régions océaniques où le taux d'oxygène est très faible, ce qui provoque l'asphyxie de la flore et de la faune marines. Elles se développent naturellement dans certaines régions du monde entre 200 et 800 mètres de profondeur mais elles sont aggravées par le réchauffement des océans, l'eau plus chaude contenant moins d'oxygène, et par les engrais et les eaux usées qui s'y déversent, ...

Milieu marin ; Changement climatique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Deux études montrent que les courants océaniques de l'Atlantique Nord, dont fait partie le Gulf Stream, sont en train de s'affaiblir. Ce phénomène pourrait à l'avenir s'accentuer et devenir dramatique pour le climat.

Changement climatique ; International ; Politique énergétique ; Milieu marin ; Outil pédagogique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Et si le "thermomètre" utilisé pour calculer l'évolution des températures de l'océan dans le passé n'était pas fiable? C'est ce qu'assurent, dans une étude parue jeudi, des chercheurs qui pensent qu'il y a 100 millions d'années, l'océan pourrait ne pas avoir été aussi chaud qu'estimé jusque-là.

Milieu marin ; Changement climatique ; Réchauffement climatique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le rôle de tampon de l'océan face aux changements climatiques a un coût élevé pour les écosystèmes marins, insiste une étude scientifique.

International ; Changement climatique ; Milieu marin

... Lire [+]

V

- n° Hors série - p.08 à p.19

La Laboratoire du développement durable: telle semble être la vocation de l'île de la Réunion. Dans cette optique, parvenir à l'autonomie énergétique en 2030 n'est pas le plus mince des défis. Les autorités insulaires, relayées par l'Etat, travaillent depuis une dizaine d'années au déploiement d'une stratégie énergétique dont c'est pourtant la finalité. Au programme : maîtrise de la demande et développement tous azimuts des énergies renouvelables.
La Laboratoire du développement durable: telle semble être la vocation de l'île de la Réunion. Dans cette optique, parvenir à l'autonomie énergétique en 2030 n'est pas le plus mince des défis. Les autorités insulaires, relayées par l'Etat, travaillent depuis une dizaine d'années au déploiement d'une stratégie énergétique dont c'est pourtant la finalité. Au programme : maîtrise de la demande et développement tous azimuts des énergies ren...

Ile de la Réunion ; Indépendance énergétique ; Généralité énergie renouvelable ; Objectif ; Transport ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Efficacité énergétique ; Électricité ; Dépendance énergétique ; Région ; Centrale thermique ; Éolien ; Éolienne ; Production ; Chaleur ; Énergie marine ; Milieu marin ; Milieu agricole ; Gaz naturel ; Conseil général ; Conseil régional ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Chauffe eau solaire ; Biomasse ; Biocarburant ; Stockage de l'énergie

... Lire [+]

V

- n° 33 - p.16 à p.16

Eco Marine Power Co.Ltd. (EMP) annonce qu'il continue le développement du système solaire et éolien Aquarius (Brevet en cours) pour les bateaux et les navires océaniques. Cette solution innovante et respectueuse de l'environnement marin va utiliser la puissance générée par des voiles rigides spécialement équipées de modules solaires pour recueillir l'énergie solaire et éolienne à bord des navires et réduire leur consommation de carburant, leurs émissions de gaz nocifs et leur empreinte carbone.
Eco Marine Power Co.Ltd. (EMP) annonce qu'il continue le développement du système solaire et éolien Aquarius (Brevet en cours) pour les bateaux et les navires océaniques. Cette solution innovante et respectueuse de l'environnement marin va utiliser la puissance générée par des voiles rigides spécialement équipées de modules solaires pour recueillir l'énergie solaire et éolienne à bord des navires et réduire leur consommation de carburant, leurs ...

Éolien ; Éolienne ; Solaire photovoltaïque ; Milieu marin ; Énergie marine ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 110210

Le projet de loi portant engagement national pour l'environnement, dit «Grenelle II», est désormais entre les mains des députés. Il avait été adopté en première lecture par les sénateurs en octobre dernier (1). Ce texte est l'un «des plus volumineux de la législature», selon l'expression de la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno. Il comprenait à l'origine une centaine d'articles, en comptait 187 à l'issue de l'examen du Sénat, et devrait en comporter plus de 200 au final. Plusieurs amendements ont été adoptés afin d'étendre l'obligation de réaliser un bilan des émissions de gaz à effet de serre à toutes les entreprises de plus de 500 salariés, et non plus seulement à celles fortement émettrices. Comme «le plafond de 500 employés exclurait l'essentiel des entités exerçant dans les territoires d'Outre-mer», selon Serge Letchimy, un amendement a été adopté (CE 223) pour réduire ce plafond à 250 pour les entreprises installées Outre-mer. La durée entre la réalisation de deux bilans de GES des collectivités pourrait passer de 5 à 3 ans, (amendement de Michel Havard, CE 303). La date du premier bilan pourrait être repoussée à fin 2012, contre début 2011 initialement prévu (deux amendements). L'échéance de fin 2012 avait déjà été fixée pour la réalisation des plans Climat-énergie territoriaux. Une instance de coordination régionale des bilans d'émissions pourrait être créée afin notamment de supprimer le risque d'un double ou triple comptage de ces émissions. Elle pourrait être gérée par le préfet de région et le président du conseil régional. Enfin, l'ensemble des territoires, tels que les «pays» par exemple, devraient pouvoir mettre en oeuvre des PCET (amendement du rapporteur de la commission des affaires économiques, Serge Poignant, CE 339). Les choses pourraient aussi bouger du côté des certificats d'économies d'énergie (CEE). Le dispositif pourrait ne plus être étendu à toutes les personnes morales, comme l'avait autorisé le Sénat en première lecture, mais réservé aux obligés, collectivités publiques, organismes HLM et l'Agence nationale de l'habitat) (Serge Poignant, CE 342). Le secteur agricole pourrait aussi en bénéficier (Michel Raison, CE 253). Et les ménages en situation de précarité énergétique pourraient se voir attribuer davantage de CEE que ce qui aurait dû correspondre aux économies d'énergie. Par ailleurs, un décret pourrait préciser la nature et la quote-part maximale allouée aux programmes d'information, de formation et d'innovation que mènent les opérateurs, comptabilisés dans la contribution à la réduction de la consommation (François Brottes, CE 77). Ces actions de conseil seront sans doute étendues à tous les transports, et non plus seulement aux seuls véhicules ayant de faibles émissions de dioxyde de carbone (Geneviève Fioraso, CE 78). Toutes ces nouvelles dispositions, si elles sont adoptées par les députés en plénière, ne seront pas rétroactives (Serge Poignant, CE 344), et n'entreront donc en vigueur qu'après 2012. En ce qui concerne les schémas régionaux du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE), il y aura sans doute également des modifications. Des objectifs d'efficacité énergétique faisant référence aux techniques performantes de cogénération pourraient y être introduits (Serge Poignant, CE 330). «S'agissant globalement du tarif de rachat de l'électricité produite par la cogénération, un groupe de travail piloté par la direction générale Energie-climat travaille actuellement sur le sujet», a indiqué la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno au cours de l'examen des amendements. Afin d'éviter la superposition des dispositifs, le SRCAE pourrait valoir schéma régional des énergies renouvelables (Serge Poignant, CE 331). Il devrait d'ailleurs prendre en compte les objectifs de valorisation du potentiel éolien maritime fixés par le document stratégique de chaque façade maritime déjà prévu par le projet de loi (Serge Poignant, CE 333). Il devrait être mis à disposition du public pendant un mois, plutôt que les 15 jours prévus par le projet de loi (Frédérique Massat, CE 58). Enfin, le plan de déplacements urbains devrait être compatible avec ce schéma. (Serge Poignant, CE 332). En matière d'énergies renouvelables, l'examen des articles relatifs à l'éolien, sujet sensible s'il en est, a pour l'instant été repoussé. Toutefois, un amendement favorisant la valorisation du biogaz en l'ajoutant dans la liste des énergies renouvelables bénéficiant de l'obligation d'achat a été adopté par la commission des affaires économiques (Serge Poignant, CE 361). Un premier pas vers l'injection du biogaz dans le réseau avait été réalisé après la parution d'un avis sanitaire positif de l'Afsset en octobre 2008 (2). Enfin, l'action de la Commission de régulation de l'énergie devra être cohérente avec l'ensemble des objectifs européens (Serge Poignant, CE 338) ­le fameux «3x20 en 2020» (3). Le Parlement devra aussi être régulièrement informé de l'évolution de la Programmation pluriannuelle des investissements de production d'électricité (PPI) (4), afin qu'elle ne se soustraie pas «aux obligations (...) en matière d'économie d'énergie» (François Brottes, CE 55).
Le projet de loi portant engagement national pour l'environnement, dit «Grenelle II», est désormais entre les mains des députés. Il avait été adopté en première lecture par les sénateurs en octobre dernier (1). Ce texte est l'un «des plus volumineux de la législature», selon l'expression de la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno. Il comprenait à l'origine une centaine d'articles, en comptait 187 à l'issue de l'examen du Sénat, et ...

Bailleur social ; Bilan carbone ; Certificat d'économie d'énergie ; Collectivité locale ; Entreprise ; Éolien ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; Réglementation ; Milieu agricole ; Milieu marin ; Objectif ; Offshore ; Ordonnance/Obligation ; Plan Climat ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Potentiel éolien ; Précarité ; Schéma régional ; Précarité énergétique

... Lire [+]

H

- n° 290110

C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, les métiers de la forêt devraient induire la création de 23 620 emplois pérennes à l'horizon 2020 (techniciens d'animation, éco-certificateurs, formateurs, etc.). Le groupe chargé du bâtiment, secteur le plus porteur de croissance verte, estime quant à lui qu'il faut former 70.000 jeunes par an pour couvrir les besoins de la profession, et 230.000 personnes au titre de la formation continue d'ici 2020. «Nous allons faire ce qui a été proposé par chacune des 11 filières», a affirmé Jean-Louis Borloo en introduction de la conférence. Le plan de mobilisation des filières et des territoires s'inscrit comme le premier volet du projet global dit «Pacte de solidarité écologique», qui inclut également un plan de lutte contre la précarité énergétique, la transformation des modes de vie, comportements et consommation, l'amélioration du cadre de vie dans les territoires et la mobilisation citoyenne et sociale. C'est Valérie Létard qui a détaillé les 9 axes du plan, qui s'appuient de façon complémentaire sur la mobilisation de l'Etat, celle des filières et enfin celle des territoires. Parmi les objectifs, une meilleure identification des métiers de la croissance verte, la formation des futurs formateurs, l'accès à ces métiers pour les publics les plus en difficulté (jeunes, handicapés, etc.), ou encore l'adaptation des formations aux nouvelles réalités des métiers. L'Etat et les collectivités locales, via la loi Grenelle II, injecteront 170 milliards d'euros dans l'économie et 200 millions ont été sollicités au titre du «grand emprunt» pour mettre en place un fonds d'appui destiné aux projets innovants. «Au moins un actif sur deux est impacté par le plan Grenelle, il s'agit d'une métamorphose des modes de consommation et de production», a estimé Jean-Louis Borloo. «Dans la panoplie des mesures du Grenelle, ce plan représente la mutation la plus importante.» Il a mobilisé plusieurs ministères ainsi que le haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté. Son directeur, Martin Hirsch a d'ailleurs indiqué que dès la rentrée 2010, le service public d'orientation serait opérationnel sur ces questions de «métiers verts». Autre mesure concrète, la création à cette même date d'une filière de formation au métier de technicien en énergies renouvelables et en services à l'énergie. Le directeur général adjoint de Pôle emploi a également fait savoir, sous réserve du vote lors du prochain conseil d'administration, que l'organisme s'engagerait en 2010 à proposer 5% des 250 millions € consacrés annuellement à la formation, à des formations «vertes». Quelques intervenants ont cependant tempéré les propos gouvernementaux. Ainsi, Marcel Grignard, secrétaire national de la CFDT, a estimé que «la projection d'emplois est pour l'instant très aléatoire» et qu'il ne faut pas «ringardiser» les métiers qui ne sont pas «verts». Pour Jean-Luc Thomas, président du comité de filière «électromécanique», c'est plus «une évolution des métiers qu'il faut conduire, que la création de nouveaux métiers». Du côté des associations environnementales, la fédération France nature environnement est plutôt critique. Elle dénonce «des emplois vert pâle, plus politiques qu'écologiques». «L'objectif de la filière Automobiles demeure de produire davantage de véhicules individuels. [...] Les filières identifiées répondent avant tout à des choix d'investissement politiques et économiques, et non à des innovations réellement porteuses d'emplois et de moindres impacts sur l'environnement», rappelle-t-elle dans un communiqué. (1) «Agriculture et forêts», «bâtiment», «mer», «construction électrique, électromécanique et réseaux», «transports», «raffinage, carburants et chimie verte», «automobile», «biodiversité et services écologiques», «tourisme», «énergies renouvelables» et «eau, assainissement, déchets, air» --- Croissance verte : La formation, enjeu majeur du nouveau plan national L'ampleur du potentiel de création d'emplois verts est « encore incertaine », selon le Conseil d'orientation pour l'emploi.©Johannes Braun & Tanguy Cadieu/Naja À l'issue de quatre mois de concertation avec les représentants des 11 secteurs impactés par la croissance verte, le ministère de l'Écologie a présenté jeudi 28 janvier les orientations du Plan national pour les métiers de la croissance verte. Au programme : deux nouvelles formations initiales dès la rentrée 2010 et plus de 350 M€ pour soutenir l'adaptation des entreprises aux nouvelles contraintes environnementales jusqu'en 2020. Comment verdir l'économie française ? C'est la question à laquelle le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo et la secrétaire d'État chargée des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Valérie Létard ont tenté de répondre à l'occasion de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, jeudi 28 janvier. Huit jours après la remise des rapports des 11 comités de filières représentant les secteurs créateurs d'emplois verts, le gouvernement a présenté les grandes lignes d'un futur plan de mobilisation national. Principal constat : le manque de candidats à l'embauche freine la croissance. Pôle Emploi propose ainsi 16 000 offres d'emplois « verts » ou « verdissants » sans trouver preneur, alors que 75% des offres s'adressent aux personnes possédant une qualification entre le CAP-BEP et le Bac Pro. L'urgence est donc à la formation ! De nouvelles formations dès la rentrée 2010 : Alors que la concrétisation des engagements du Grenelle devrait mobiliser d'ici 2020 près de 450 Mds€ d'investissements, le gouvernement propose d'injecter 369 M€ pour développer les formations et les métiers de la croissance verte. Cet engagement débouchera dès la rentrée 2010 à la création d'un bac pro d'agent qualifié dans les métiers de la gestion des déchets et d'un module de formation « technicien en énergies renouvelables » au sein du Bac Pro Electricité. Une enveloppe de 55 M€ sera par ailleurs débloquée pour soutenir la formation aux économies d'énergie dans le bâtiment. Enfin, le ministère de l'Écologie espère obtenir au titre du grand emprunt 100 M€ pour aider les secteurs impactés par le verdissement de l'économie à adapter les compétences des salariés, et 200 M€ pour soutenir les projets innovants. Un potentiel d'emploi incertain : Concernant la création d'activité, Valérie Létard a présenté l'objectif de création de 600 000 emplois d'ici 2020 comme une « fourchette basse » en s'appuyant sur les évaluations faites par les 11 comités de filières. Selon les rapporteurs, quatre secteurs ont un solde positif : les industries électriques (225 000 emplois), les énergies renouvelables (200 000 emplois), la réalisation des infrastructures (67 000 emplois), et l'eau et les déchets (43 000 emplois). Pour les autres, la secrétaire d'État assure qu'il y aura « au minimum un maintien de l'emploi ». Dans son rapport sur les perspectives de création d'emplois liées à la croissance verte, publié lundi, le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) se montre quant à lui plus prudent. Tout en admettant que « la croissance verte peut être significativement créatrice d'emplois », le COE met en garde contre l' « ampleur encore incertaine » de ce mouvement, notamment en raison des pertes d'emploi qu'il pourrait provoquer. D'après le Conseil, seul un véritable « plan Marshall de la formation », permettra de répondre aux ambitions affichées.
C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, ...

Automobile ; Bâtiment ; Biodiversité ; Budget ; Déchet ; Économie d'énergie ; Emploi ; Établissement scolaire ; Financement ; Formation ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; Métier ; Milieu agricole ; Milieu marin ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Raffinerie / Raffinage ; Réseau électrique ; Technicien ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 175
ISBN 1624-7876

"Les Échos révèlent que le conseil général du troisième département le mieux pourvu en éoliennes demande à l'État de geler tout nouveau projet sur son territoire. L'effort a été soutenu jusqu'ici : 160 installations déjà opérationnelles, auxquelles s'ajoutent 291 permis de construire autorisés par le préfet... Les éoliennes sont nombreuses dans le Pas-de-Calais, et les réactions se ""font de plus en plus vives, non seulement des riverains mais aussi des professionnels du tourisme et de la pêche pour le offshore"" rapporte le quotidien."
"Les Échos révèlent que le conseil général du troisième département le mieux pourvu en éoliennes demande à l'État de geler tout nouveau projet sur son territoire. L'effort a été soutenu jusqu'ici : 160 installations déjà opérationnelles, auxquelles s'ajoutent 291 permis de construire autorisés par le préfet... Les éoliennes sont nombreuses dans le Pas-de-Calais, et les réactions se ""font de plus en plus vives, non seulement des riverains mais ...

Conflit / Opposition ; Conseil général ; Éolien ; Établissement touristique ; Milieu marin ; Nord Pas de Calais ; Offshore ; Parc éolien ; Permis de construire ; Population locale / Riverain ; Préfet / Préfecture ; Recensement / Inventaire

... Lire [+]

V

- n° 455

Le projet a été mené sur sept mois, entre le 19 décembre 2008 et le 13 juillet 2009. Pendant cette période, l'Auriga Leader, un navire transporteur de voitures d'une capacité de 6 400 véhicules et d'un tonnage de 60 000 tonnes, a effectué quatre voyages d'une durée totale de 207 jours. Le bateau était équipé de 328 panneaux solaires d'une puissance totale de 40 kW. Les panneaux solaires ont fonctionné pendant 2 600 heures durant lesquelles ils ont fourni 32 000 kWh, soit l'équivalent de la consommation électrique sur la même période de 17 foyers. Ils ont ainsi produit 1,4 fois plus d'électricité que s'ils avaient été installés sur la terre ferme, dans les environs de Tokyo. Même si l'étude des résultats doit être plus approfondie, les deux compagnies avancent trois raisons principales à cette amélioration des performances : un ensoleillement plus fort, sur une période plus longue, mais surtout une augmentation des rendements de conversion des cellules photovoltaïques grâce au refroidissement par les courants d'air générés par le déplacement du navire. Les systèmes photovoltaïques ont ainsi fourni 0,05% de l'énergie consommée par les moteurs, 1% de celle consommée pour l'éclairage et les autres appareils électriques. Cela représente une économie de 13 tonnes de carburant, dont la combustion aurait rejeté 40 tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. L'expérience a également servi à tester la résistance des panneaux à la salinité de l'air, aux vibrations et à des conditions extrêmes. Ils ont en outre été confrontés à 3 heures de tempête, 20 heures de vents violents (d'une vitesse supérieure à 20m/s), et 48 heures de mer très agitée (vagues de 3 à 4 mètres). Les deux sociétés affirment vouloir continuer à développer ces technologies comme source auxiliaire d'énergie permettant d'économiser du carburant qui devient de plus en plus cher et de réduire les émissions de dioxyde de carbone. Le transport maritime représente 10% des gaz à effet de serre émis par le transport, et entre 3,1% et 4,1% des émissions mondiales. Il est considéré comme un des moyens de transport qui émet le moins ce type de gaz. Il rejette en revanche plus de gaz toxiques tels que le dioxyde de souffre (les normes anti-pollution sont beaucoup moins contraignantes que pour le transport routier). Même s'il ne fait pour le moment l'objet d'aucun accord dans le cadre du protocole de Kyoto, la Conférence des Parties signataires de la Convention Climat, qui doit se tenir en décembre à Copenhague, pourrait changer la donne. Le développement de nouvelles sources d'énergie deviendrait donc capital pour ce secteur.
Le projet a été mené sur sept mois, entre le 19 décembre 2008 et le 13 juillet 2009. Pendant cette période, l'Auriga Leader, un navire transporteur de voitures d'une capacité de 6 400 véhicules et d'un tonnage de 60 000 tonnes, a effectué quatre voyages d'une durée totale de 207 jours. Le bateau était équipé de 328 panneaux solaires d'une puissance totale de 40 kW. Les panneaux solaires ont fonctionné pendant 2 600 heures durant lesquelles ils ...

Bateau ; Expérimentation ; Milieu marin ; Production d'électricité ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque ; Transport de marchandises

... Lire [+]

V

- n° 1680
ISBN 1163-2720

La loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement, dite Grenelle1 (loi n°2009-967), a été publiée au JO du 5 août. Sélection des principales mesures dans un tableau thématique synthétique. L'actalité du Grenelle se poursuit avec le débat parlementaire sur la loi Grenelle 2, qui va démarrer lors de la session extraordinaire du parlement du 14 septembre.
La loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement, dite Grenelle1 (loi n°2009-967), a été publiée au JO du 5 août. Sélection des principales mesures dans un tableau thématique synthétique. L'actalité du Grenelle se poursuit avec le débat parlementaire sur la loi Grenelle 2, qui va démarrer lors de la session extraordinaire du parlement du 14 septembre.

Air ; Bâtiment ; Biodiversité ; Bruit ; Changement climatique ; Déchet ; Dom Tom ; Eau ; Formation ; Généralité énergie ; Grenelle de l'environnement ; Impact santé ; Milieu agricole ; Milieu marin ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Pollution du sol ; Programme d'action ; Recherche ; Transport ; Urbanisme

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Milieu marin [91]

Éolien [23]

Marémotrice [21]

Offshore [21]

Houlomotrice [16]

France [13]

Changement climatique [12]

Différence de température [10]

Hydrolienne [9]

Impact environnemental [9]

Politique énergétique [9]

Solaire photovoltaïque [9]

Courant marin [8]

Coût d'investissement [8]

Parc éolien [8]

Politique environnementale [8]

Production d'électricité [8]

Projet [8]

Collectivité locale [7]

Électricité renouvelable [7]

Énergie marine [7]

Éolienne [7]

Espace maritime [7]

Généralité énergie renouvelable [7]

Milieu agricole [7]

Réalisation [7]

Recherche [7]

Biodiversité [6]

Biomasse [6]

Europe [6]

International [6]

Loi littoral [6]

Milieu naturel [6]

Potentiel de développement [6]

Réchauffement climatique [6]

Allemagne [5]

Biocarburant [5]

Bretagne [5]

Eau [5]

Emploi [5]

Energie hydraulique [5]

Environnement [5]

Pollution de l'eau [5]

Transport [5]

Urbanisme [5]

Chaleur [4]

Déchet [4]

Éducation à l'environnement [4]

Généralité énergie [4]

Gisement forestier [4]

Industrie [4]

Métier [4]

Polluant [4]

Portugal [4]

Puissance installée [4]

Aménagement du territoire [3]

Angleterre [3]

Association [3]

Belgique [3]

Bruit [3]

Chiffre clé [3]

Conseil général [3]

Cours d'eau [3]

Danemark [3]

Définition [3]

Éducation à l'énergie [3]

Eolien en mer [3]

États Unis [3]

Étude [3]

Expérimentation [3]

Formation [3]

Grenelle de l'environnement [3]

Haute Normandie [3]

Ile de la Réunion [3]

Outil pédagogique [3]

Poisson [3]

Potentiel éolien [3]

Provence Alpes Côte d'Azur [3]

Solaire thermique [3]

Technologie [3]

Turbine hydraulique [3]

ADEME [2]

Air [2]

Barrage hydraulique [2]

Bâtiment [2]

Bibliographie [2]

Bilan énergétique [2]

Biodiesel [2]

Biogaz [2]

Budget [2]

Canada [2]

Cartographie / Atlas [2]

Catastrophe naturelle [2]

Centrale thermique [2]

CO2 / Dioxyde de carbone [2]

Conflit / Opposition [2]

Consommation d'énergie [2]

Construction écologique [2]

Croissance / Augmentation [2]

Décret [2]

Démantèlement [2]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z