F Nous contacter

0

Documents  Énergie marine | enregistrements trouvés : 147

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 300306

Une nouvelle forme d'énergie renouvelable, qui exploite l'énergie des vagues pour produire de l'électricité, va être testée grandeur nature par le Portugal. Cette nouvelle forme d'énergie - à ne pas confondre avec l'énergie marémotrice qui exploite le phénomène des marées - se sert du mouvement des vagues pour mettre sous pression le fluide d'un vérin qui alimente un moteur hydraulique qui actionne une turbine de production d'électricité. Extérieurement, l'ensemble est constitué de 4 modules cylindriques articulés les uns aux autres et forme une sorte de serpent de mer de 150 m de long pour 3,5 m de diamètre et environ 700 tonnes. Le nez face aux vagues, ce système d'énergie houlomotrice, baptisé Pélamis - 'serpent de mer' en grec -, produit 750 kw d'électricité, acheminée sur le continent par un câble sous-marin. Le rendement énergétique du Pelamis est quasi constant (entre 70 % et 80 %) grâce à son système d'ancrage flexible qui force l'avant de l'engin à rester face aux vagues tout en lui laissant assez de mou pour pouvoir se balancer et, donc, produire un maximum d'électricité. Fabriqué en Ecosse par Ocean Power Delivery LTD, Pélamis va être testé en conditions réelles dans le Nord du Portugal, avec 3 ensembles installés au large de Povoa de Varzim. Si officiellement, le système est encore en phase expérimentale, l'installation portugaise pourrait produire jusque 2,25 mégawatts. Suite à ce test, le Portugal envisage très sérieusement la création de la première centrale de ce type, avec un total de 31 Pélamis pouvant couvrir la consommation d'environ 15000 foyers (jusqu'à 23,25 MW d'électricité). Outre cette installation, des projets similaires sont à l'étude en Grande-Bretagne, où certains experts estiment que l'énergie renouvelable des vagues pourrait fournir dans les prochaines années 20 % de l'électricité du pays. Par ailleurs, une version sous-marine est à l'étude, de façon à économiser les longueurs de câbles électriques et profiter de la houle des profondeurs, sans prendre de place en surface (environ 1 km2 pour une trentaine de Pélamis).
Une nouvelle forme d'énergie renouvelable, qui exploite l'énergie des vagues pour produire de l'électricité, va être testée grandeur nature par le Portugal. Cette nouvelle forme d'énergie - à ne pas confondre avec l'énergie marémotrice qui exploite le phénomène des marées - se sert du mouvement des vagues pour mettre sous pression le fluide d'un vérin qui alimente un moteur hydraulique qui actionne une turbine de production d'électricité. ...

Énergie marine ; Expérimentation ; Houlomotrice

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1764-2817

Au moins une dizaine de sociétés dans le monde développement des systèmes de production d'électricicté à partir de l'énergie des marées, des courants marins et des vagues.

Énergie marine ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Islande ; Marémotrice ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 100406

"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32937.htm La jeune pousse HydroVenturi, issue d'Imperial College, a elabore un appareil exploitant l'energie des courants marins, le Rochester Venturi (RV) qui ne necessite pas de partie mobile. D'apres ses concepteurs, cette technologie, appelee Ultra Low Head Hydropower (ULHH) peut se reveler plus competitive que les combustibles fossiles. Ce systeme est base sur le tube venturi, qui se resserre comme un entonnoir, dont l'usage principal est les mesures de debit de fluides incompressibles (essentiellement liquides). Ce tube est base sur le principe de Bernoulli, qui stipule qu'a hauteur constante l'augmentation de debit entraine une reduction de pression. Cette chute de pression est plus importante au niveau du col du venturi. L'idee principale d'HydroVenturi est d'utiliser cette chute de pression pour aspirer de l'air, comme dans une trompe a eau. Cet air sert a faire tourner une turbine qui produit de l'electricite. Illustration disponible en ligne : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32937.htm Le systeme pourrait tres bien aspirer de l'eau pour entrainer une turbine mais l'air possede de nombreux avantages : - pas besoin de partie mobile ou electrique sous-marines ; - les turbines peuvent se situer sur la cote, a 50 m du RV, et les pertes par frottements sont mineures ; - l'air etant 1000 fois moins dense que l'eau, il profite de l'enorme potentiel d'energie cinetique de cette derniere ; - les turbines utilisant de l'air sont plus petites que celles utilisant de l'eau, mais fonctionnent a des vitesses plus elevees. En plus des avantages lies a l'utilisation de l'air en tant que fluide secondaire, le RV peut etre installe dans des eaux moins rapides et moins profondes que les autres systemes sous-marins. Le RV opere facilement entre 2 et 30 m alors que les autres appareils doivent etre situes entre 30 et 50 m de profondeur dans des zones ou les courants de maree sont eleves. Sa flexibilite et l'absence de maintenance particuliere, generalement necessaire aux systemes sous-marins, rendent le RV particulierement competitif par rapport aux combustibles fossiles. Jusqu'a present cette technologie a attire un financement de developpement de 2,5 millions de livres (environ 3,6 millions d'euros) de la part de Porton Capital et 200.000 livres (environ 290.000 euros) du Carbon Trust. Imperial Innovations, division commerciale d'Imperial College (voir les Actualites scientifiques au Royaume-Uni de novembre-decembre 2005, p.21), est autorise a y ajouter 900.000 livres (environ 1,3 million d'euros). Le systeme a ete teste dans le nord de l'Angleterre et les Midlands. Des etudes de faisabilite sont effectuees en Ecosse, au Canada, a New York, en Islande et en Nouvelle-Zelande. La prochaine installation du systeme aura lieu en Nouvelle-Zelande. Sources : - The Engineer, press release, 13/03/06, http://www.theengineer.co.uk/liChannelID/7/Articles/293801/Turning+the+tide.htm - Hydroventuri,  http://www.hydroventuri.com "
"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32937.htm La jeune pousse HydroVenturi, issue d'Imperial College, a elabore un appareil exploitant l'energie des courants marins, le Rochester Venturi (RV) qui ne necessite pas de partie mobile. D'apres ses concepteurs, cette technologie, appelee Ultra Low Head Hydropower (ULHH) peut se reveler plus competitive que les combustibles fossiles. Ce systeme est base sur le tube venturi, qui se ...

Angleterre ; Courant marin ; Énergie marine

... Lire [+]

V

- n° 120406

"Allemagne : Centrale utilisant l'energie des vagues sur la cote de Basse-Saxe http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33027.htm Le groupe energetique du Bade-Wurtemberg, EnBW, et la filiale de Siemens, Voith Siemens Hydro, souhaitent construire sur la cote allemande 2 nouvelles centrales innovantes : la premiere centrale allemande utilisant l'energie des vagues et une centrale a accumulateur d'air comprime. L'entreprise energetique entend investir au maximum 100 millions d'euros dans la premiere centrale tandis que les investissements pour la deuxieme centrale pourraient s'elever a 300 millions d'euros. Sources : Handelsblatt - 30/03/2006 _____________ Allemagne Un velo a 66 vitesses avec un systeme de transmission novateur http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33031.htm L'entreprise RiGo a developpe un systeme de transmission pour velos absolument novateur. Ce systeme resistant et souple a permis de concevoir un velo a 66 vitesses. Les traditionnels pignons de l'engrenage arriere sont remplaces par un disque polygonal en plastique sur lequel des dents coulissantes peuvent se deplacer radialement. L'ensemble de ces dents coulissantes forme un pignon modulable sur lequel la chaine de transmission s'engrene. Le rapport de transmission depend alors de la distance entre les differentes dents coulissantes et le centre du polygone. La chaine de transmission est en matiere plastique si bien que sa longueur s'adapte automatiquement par elasticite. En plus de proposer 66 vitesses, cet engrenage novateur presente de nombreux avantages : legerete, faible usure des elements et de la chaine de transmission, enclenchement des vitesses extremement souple meme sous de fortes contraintes. Ce dispositif d'engrenage a remporte le 3eme prix du concours Artur Fischer des inventions du Baden-Wurtemberg. Des images du systeme de transmission peuvent etre obtenues aux adresses internet suivantes : - http://idw-online.de/pages/de/image30371 - http://idw-online.de/pages/de/image30372 Pour en savoir plus, contacts : - Rudiger Goltz, RiGo Spanntechnik, Sersheim - email : info@rigo-spanntechnik.de - tel : +49 7042 83180 - http://www.aif.de Sources : Depeche idw, communique de presse de la societe ""Otto von Guericke"" e.V. - 04/04/2006 ________________ Allemagne Nouvelle lampe XIR http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33032.htm La filiale Osram de la societe Siemens produit une nouvelle lampe halogene qui est jusqu'a 50% plus efficace que les precedentes lampes halogenes avec le meme niveau de puissance energetique et la meme perte de chaleur. La nouvelle lampe XIR (xenon infrarouge) est concue entre autres pour les salles d'operations ou l'eclairage doit etre particulierement lumineux. Pour effectuer leur travail, les chirurgiens exigent en effet une source uniformement lumineuse permettant de discerner exactement les couleurs. La nouvelle lampe XIR est equipee d'un systeme optique focalisant la lumiere et est jusqu'a 50% plus lumineuse que d'autres lampes comparables. La luminosite accrue de la lampe XIR a ete realisee en appliquant a l'ampoule un enduit infrarouge special (IRC). L'enduit transparent de quelques nanometres d'epaisseur, agit comme un miroir qui reflete la chaleur emise par le filament en rayons infrarouges et renvoie ces derniers au filament, qui est chauffe a une temperature environnant 3000°C. Une autre specificite des lampes XIR est qu'elles sont remplies de gaz noble xenon (comme pour les phares de voiture developpes par Osram). Le xenon ameliore l'efficacite lumineuse car il rougeoie a partir d'une certaine temperature. De plus, le xenon prolonge la duree de vie de la lampe car il protege le filament contre la corrosion. Pour en savoir plus, contacts : Dr. Norbert Aschenbrenner, Siemens InnovationNews, Wittelsbacherplatz 2, D-80333 Munchen - tel : +49 89 636 33438, tel : +49 160 3687739, fax : +49 89 636 35292 - email : norbert.aschenbrenner@siemens.com http://www.siemens.com/innovation Sources : Communique de presse de Siemens - 30/03/2006 _____________ ( pour info ) Un site susceptible de vous intéresser : http://europa.eu.int/sinapse/sinapse/index.cfm Scientific INformAtion for Policy Support in Europe The main and general objective of SINAPSE e-network is to make better use of scientific knowledge in policy making. SINAPSE is open to all scientists, scientific organisations and anyone with an interest in science. In line with the efforts undertaken to develop new forms of governance, SINAPSE should facilitate the involvement of actors that cannot, at present, easily be consulted or share their knowledge/viewpoint. As a tool facilitating exchange of information within the scientific community "
"Allemagne : Centrale utilisant l'energie des vagues sur la cote de Basse-Saxe http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33027.htm Le groupe energetique du Bade-Wurtemberg, EnBW, et la filiale de Siemens, Voith Siemens Hydro, souhaitent construire sur la cote allemande 2 nouvelles centrales innovantes : la premiere centrale allemande utilisant l'energie des vagues et une centrale a accumulateur d'air comprime. L'entreprise energetique ...

Allemagne ; Énergie marine ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 256
ISBN 0986-2943

Les vagues et les courants marins recèlent un potentiel énergétique de plusieurs millions de mégawatts. Les projets se multiplent en Europe pour l'exploiter, principalement en Grande Bretagne mais aussi en France. Les technologies devront s'affiner et se fiabiliser dans les années à venir. Et pour décider les investiseurs, il faudra un engagement clair des pouvoirs publics (tarif d'achat, subvention...)
Les vagues et les courants marins recèlent un potentiel énergétique de plusieurs millions de mégawatts. Les projets se multiplent en Europe pour l'exploiter, principalement en Grande Bretagne mais aussi en France. Les technologies devront s'affiner et se fiabiliser dans les années à venir. Et pour décider les investiseurs, il faudra un engagement clair des pouvoirs publics (tarif d'achat, subvention...)

Angleterre ; Énergie marine ; France ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Marémotrice ; Potentiel de développement ; Raccordement réseau

... Lire [+]

V

- n° 173
ISBN 0295-5873

- La Grande-Bretagne : Reine des mers - L'ère des hydroliennes - Quand les machines épousent les vagues - L'exploration de nouvelles ressources

Angleterre ; Bretagne ; Courant marin ; Danemark ; Différence de température ; Écosse ; Énergie marine ; Chaleur ; Espagne ; France ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Irlande ; Italie ; Marémotrice ; Pays de Galles ; Portugal ; Projet ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 90506

"France http://www.notre-planete.info/actualites/actu_925_energie_mers_France.php Le système ""Pelamis"" crédit : Ocean Power Delivery Ltd Depuis quelques semaines la flambée historique du prix du pétrole, de nouvelles études très alarmantes sur les conséquences du réchauffement climatique et la mise en service d'installations captant cette énergie océane sont venues éclairer cet enjeu énergétique d'une lumière nouvelle et me conduisent à évoquer cet enjeu majeur. Le prix du pétrole vient en effet de battre un nouveau record historique, en franchissant les 75 dollars le baril et nous pourrions atteindre d'ici 10 ans le fameux ""Pic de Hubert"", ce moment à partir duquel la production de pétrole mondiale va commencer à baisser, faute de réserves. Face à cette évolution, un nombre croissant d'experts et d'économistes préconisent de monter le prix de toutes les énergies fossiles de 5 % à 10 % en termes réels, tous les ans, sans limite, afin de permettre à chaque consommateur ou producteur de s'organiser en intégrant progressivement ces surcoûts inévitables liés à la raréfaction accrue des énergies fossiles. Nous pourrions ainsi voir la taxe sur les produits pétroliers être multipliée par trois d'ici 15 ans, pour arriver à un prix de 3 euros le litre d'essence d'ici 2020. Cette hypothèse est d'autant plus probable que les conséquences de l'utilisation massive des énergies fossiles sur le réchauffement climatique de la planète risquent d'être beaucoup plus graves que les pires scénarios imaginés. Jusqu'à présent, il était généralement admis que le réchauffement climatique, et la fonte des glaces qui en résulte, risquaient d'élever le niveau des mers de 20 à 90 cm d'ici 2100. Mais de nouvelles études montrent que la fonte des glaciers arctiques et antarctiques, résultant du réchauffement climatique, pourrait accélérer la vitesse de la montée du niveau des mers, ce dernier risquant de grimper de plusieurs mètres (2 à 3 mètres) d'ici la fin du 21e siècle. Un tel scénario repousserait un demi-milliard de personnes vers l'intérieur des terres, loin des côtes inondées. Des pays entiers comme les Pays-Bas, le Bangladesh et de nombreuses îles du Pacifique pourraient être rayés de la carte. Dans un tel contexte, le recours massif aux énergies renouvelables, non émettrices de gaz à effet de serre, est en train de devenir une priorité économique, technologique et politique absolue. Cette situation donne un relief particulier à la première mondiale qui va avoir lieu dans quelques semaines : Ocean Power Delivery Ltd (OPD), une société écossaise va livrer son premier capteur d'énergie océane à Enersis, société Portugaise d'énergie renouvelable. OPD a mis au point un capteur capable de capter l'énergie des vagues. C'est le ""Pelamis"" Wave Energy Converter. Le premier de ces modules a quitté l'Ecosse en mars sous forme de pièces suivi d'un second en avril et du troisième en mai pour être assemblé sur le site portugais de Peniche. Si l'expérience se révèle concluante, ils seront les premiers éléments d'une vaste ferme de vagues de 30 Pelamis, créant un parc capable d'alimenter 20 000 foyers, que le Portugal prévoit de faire fonctionner à la fin de l'année. (jusqu'à 23,25 mégawatts d'électricité). En parallèle à ce projet industriel qui doit alimenter en électricité dans un premier temps 1500 foyers, OPD poursuit le développement de ses modules en coopération avec le Centre d'Essai spécialisé EMEC au nord de l'Ecosse. Une nouvelle ferme à vagues est en cours d'étude également avec Scottish Power, la société d'électricité Ecossaise, à Orkney en Ecosse. Pelamis a également été sélectionné par l'agence de développement régionale du Sud Est de l'Angleterre comme un des trois systèmes d'exploitation de la force de la houle à essayer en parallèle dans un projet sur la côte de Cornouaille. Cette phase d'évaluation de la technique en vraie grandeur devrait permettre d'en mieux connaître les performances, la rentabilité et la tenue dans le temps à la mer. Conçu à Edimbourg, ce remarquable convertisseur d'énergie des vagues Pelamis est destiné à aider l'Ecosse à atteindre ses objectifs ambitieux quant au développement d'une ""énergie verte"". Le gouvernement Ecossais souhaite que 40 % de sa production électrique proviennent des énergies renouvelables d'ici à 2020. Le nez face aux vagues, ce système d'énergie houlomotrice produit 750 kW d'électricité, acheminée sur le continent par un câble sous-marin. Le rendement énergétique du Pelamis est quasi constant (entre 70 % et 80 %) grâce à son système d'ancrage flexible qui force l'avant de l'engin à rester face aux vagues tout en lui laissant assez de mou pour pouvoir se balancer et, donc, produire un maximum d'électricité. Le mouvement des vagues agit dans chaque articulation sur un vérin hydraulique qui envoie du fluide haute pression vers un moteur hydraulique qui actionne un générateur d'électricité (une turbine). L'énergie produite est envoyée, par l'intermédiaire d'un cordon ombilical, dans les fonds marins. Un convertisseur "" Pelamis "" génère 750 kW ce qui représente la consommation de 500 foyers et un parc machine d'une surface de 1 km? devrait délivrer assez d'énergie pour 20.000 foyers. Le Ministre de l'Industrie Ecossais, Jim Wallace, a déclaré que l'utilisation de ce type d'énergie était une étape obligée et il ajoute "" nous avons du vent, nous avons des mers, et je crois que cela veut dire que bien que notre objectif de 40 % d'ici à 2020 soit ambitieux, nous pouvons l'atteindre "". Ecologiquement, Pelamis est exemplaire. Il utilise une énergie sans cesse renouvelée, ne produit pas d'émissions et ne rejette pratiquement aucun déchet. Il n'est pas bruyant et est assez lointain pour ne pas provoquer de gêne visuelle pour les riverains. Il réduit les besoins en énergie fossile : un seul Pelamis économise les émissions de gaz à effet de serre de 2 000 tonnes par an. L'EMEC souhaite aussi exploiter l'énergie des marées, encore plus prévisibles que les vagues. Un centre d'expérimentation sera construit sur l'île d'Eday grâce à de l'argent européen, britannique et écossais. L'Ecosse se veut à la pointe de la politique britannique encourageant les énergies renouvelables. Celles-ci lui procurent 13 % de son électricité, pour l'essentiel d'origine hydroélectrique ; l'énergie d'origine éolienne terrestre progresse rapidement. Son objectif pour 2010 (18 % d'énergie renouvelable) est plus ambitieux que celui de la Grande-Bretagne dans son ensemble (10 %). Autre technologie : le projet Limpet de la société Wavegen qui récupère l'énergie de l'air comprimé par la force des vagues. A la différence du concept précédent, le système est sur le rivage, il ne crée donc aucune gêne à la circulation des bateaux et ne nécessite pas de câble sous-marin pour évacuer l'énergie. Un système Limpet fonctionne depuis Novembre 2000, il produit 500 kW et fournit 400 foyers écossais en électricité. De son côté, l'Université de Manchester développe actuellement, au stade pré-industriel, un appareil innovant, pour capturer l'énergie des vagues. La caractéristique principale de ce système est d'utiliser l'oscillation de la houle à la surface de l'eau qui entraîne l'oscillation verticale de flotteurs en série. Ces flotteurs entraînent à leur tour l'arbre d'un générateur d'électricité placé en hauteur, à l'abri de l'humidité sur, par exemple, des plates-formes pétrolières flottantes hors-service. Chaque plate-forme Bobber peut développer une puissance de 5 MW, comparable à celle d'une éolienne géante, mais sans les problèmes d'impact visuel et d'imprévisibilité du vent. Pour ces différents systèmes qui exploitent l'énergie des vagues et des marées, le coût du MW installé est à présent proche de celui des éoliennes (environ 1 million d'€ du MW). Autre gros avantage : à l'inverse du vent, les marées peuvent être prédites et les machines les plus perfectionnées sont capables de se retourner pour profiter du flux et du reflux de la marée. Avec un facteur de capacité de 45 % environ, elles fonctionnent aussi plus longtemps que les aérogénérateurs qui dépassent rarement les 30 %. En France, une petite société, Hydrohelix Energies (installée à Quimper), travaille depuis plusieurs années sur un autre concept très intéressant : il s'agit d'installer des rangées de turbines hydroliennes à axe horizontal, constituées de 3 pales dont le diamètre est supérieur à 5 mètres. Elles seront fixées sur une même structure pour optimiser les connexions électriques. Les installations seront totalement immergées et fixées sur le sol, suffisamment en dessous de l'étiage pour éviter toute gêne à la navigation. Selon Hydrohelix, les côtes françaises disposeraient d'un potentiel d'au moins 6 GW qui permettrait de couvrir environ 5 % de la production électrique française actuelle. Pour atteindre cette capacité de production de 6 GW il faudrait installer 4 500 hydroliennes au fond des mers. Cela représente un rideau d'hélices de quelque 21 km, disséminé à moins de 6 km des côtes, entre les îles de Sein et Ouessant et face au cap de la Hague, dans le Cotentin. Hydrohélix dit en effet avoir identifié trois sites appropriés au large des côtes françaises, sur lesquels les courants marins peuvent atteindre une vitesse de 12 à 18 kilomètres à l'heure : la chaussée de Sein, dans le prolongement de Ouessant ; le Fromveur entre le Conquet et Ouessant et la pointe de la Hague. L'énergie des mers, dont notre pays a la chance d'être abondamment pourvu, représente un gigantesque potentiel à exploiter et pourrait, à terme, devenir la quatrième grande source d'énergie propre, avec le vent, le soleil et la biomasse. Pourtant, dans ce domaine d'avenir, la France est en retard et largement distancée par des pays comme la Grande Bretagne, la Norvège ou le Portugal. Cette situation n'est pas admissible et nous devons sans tarder lever les obstacles et les pesanteurs administratifs, juridiques, fiscaux et politiques qui empêchent la France d'être à la pointe européenne de l'utilisation de ces différentes formes d'énergies des mers dont notre pays est remarquablement pourvu. Cet enjeu énergétique n'est pas seulement écologique, il est aussi technologique et économique. La consommation énergétique de la France a pratiquement stagné en 2005, mais sa facture s'est encore alourdie de 35 % et a atteint 38 milliards d'euros, en raison de la forte hausse du prix des énergies fossiles. Il est évident que notre pays ne pourra supporter longtemps un tel rythme d'augmentation annuelle de notre facture énergétique. En outre, le développement des énergies renouvelables génère la création de milliers d'emplois nouveaux et stimule notre recherche scientifique et notre capacité d'innovation. La France doit préparer l'avenir et se donner enfin les moyens d'exploiter ses gisements considérables d'énergies renouvelables. Dans cette perspective, l'exploitation à grande échelle de l'énergie des mers sous toutes ses formes représente un enjeu majeur pour notre pays si nous voulons rester dans la course compétitive mondiale tout en contribuant de manière exemplaire à la lutte, vitale pour notre avenir, contre le réchauffement climatique. En savoir plus Notre dossier sur les énergies renouvelables Actualités connexes 07/04/2006 Produire en 2025 la moitié de notre énergie de manière plus propre 07/02/2006 Avancée spectaculaire des énergies renouvelables en France en 2005 11/10/2005 Energie des mers : un immense potentiel qui reste à exploiter 15/09/2005 Lancement du 1er parc français d'éoliennes en mer "
"France http://www.notre-planete.info/actualites/actu_925_energie_mers_France.php Le système ""Pelamis"" crédit : Ocean Power Delivery Ltd Depuis quelques semaines la flambée historique du prix du pétrole, de nouvelles études très alarmantes sur les conséquences du réchauffement climatique et la mise en service d'installations captant cette énergie océane sont venues éclairer cet enjeu énergétique d'une lumière nouvelle et me conduisent à ...

Angleterre ; Bretagne ; Écosse ; Énergie marine ; France ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Marémotrice ; Portugal ; Projet ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 366
ISBN 0292-1731

Eolien offshore, l'énergie des vagues, l'énergie des courants, l'énergie thermique des mers, l'énergie marémotrice

Allemagne ; Angleterre ; Budget ; Consommation d'énergie ; Courant marin ; Différence de température ; Énergie marine ; France ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; International ; Marémotrice ; Offshore ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 174
ISBN 0295-5873

Selon certains, l'Écosse n'est pas bénie des dieux : vent fort, pluie abondante, mers agitées... Pourtant elle entend faire de ces "faiblesses" une force. L'objectif : 18 % en 2010 et 40 % en 2020 de son énergie tirée des renouvelables.

Automobile ; Biodiesel ; Bois énergie ; Centrale biomasse ; Écosse ; Énergie marine ; Éolien ; Huile / graisse animale ; Huile végétale ; Lisier / Excrément animal ; Offshore ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 30806

"Portugal Le lancement du parc maritime utilisant l'energie des vagues a Peniche http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/38667.htm Annonce en novembre 2005 par l'entreprise Ocean Power Delivery (ODP), basee a Edinbourg, la construction du premier parc maritime utilisant l'energie des vagues va prochainement demarrer au Portugal (voir BE Royaume-Uni n.43, http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30495.ht). Laureat de l'appel d'offres promulgue par la societe Enersis, le chantier naval de Peniche a deja recu les trois convertisseurs ""Pelamis"", permettant de produire 2,25 MW d'electricite a partir de la houle pour alimenter 1.500 foyers. Leur installation en mer, a 5 km des cotes de Povoa de Varzim (nord du Portugal), debutera a partir du mois d'aout. L'investissement, majoritairement prive (75%), represente 8,5 millions d'euros pour ces trois premiers convertisseurs. Le cout de cette energie renouvelable a dors et deja ete fixe a 248 euros le MWatt heure. Officiellement lance le 14 mai dernier, ce projet a ete presente a plusieurs responsables politiques portugais avec l'ambition, pour ses promoteurs, de creer a terme un cluster industriel pour l'energie maritime au Portugal. Enersis prevoit ainsi de commander trente unites supplementaires du generateur ""Pelamis"" pour atteindre une production electrique de 20 MW d'ici 2008, representant un investissement global de 70 millions d'euros. Selon l'entreprise, la creation d'un cluster dans ce domaine pourrait avoir une ampleur considerable : pres de 40.000 emplois pourraient etre crees au Portugal pour repondre a une partie des attentes d'un marche mondial estime a environ 325 milliards d'euros. Rappelons que le convertisseur ""Pelamis"", developpe par ODP, repose sur une des technologies les plus performantes actuellement. La premiere structure devant etre installee au Portugal est composee de trois cylindres semi emerges de 50 metres de longueur et de 3,5 metres de diametre, relies entre eux. Le ""Pelamis"" est positionne dans la direction de propagation de la houle et dans chaque module se trouve un systeme de conversion d'energie. La houle agit ainsi sur des verins hydrauliques qui envoient un fluide haute pression vers un moteur hydraulique actionnant une turbine. L'electricite produite est acheminee jusqu'a la cote par des cables situes dans les fonds marins. Un convertisseur ""Pelamis"" genere 750 kW, correspondant a la consommation electrique moyenne de 500 foyers. Sources : ""Energia das ondas cria 40 mil empregos"" - Diario de Noticias (supplement economie) - 15/05/2006 - page 11 - http://www.dn.sapo.pt "
"Portugal Le lancement du parc maritime utilisant l'energie des vagues a Peniche http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/38667.htm Annonce en novembre 2005 par l'entreprise Ocean Power Delivery (ODP), basee a Edinbourg, la construction du premier parc maritime utilisant l'energie des vagues va prochainement demarrer au Portugal (voir BE Royaume-Uni n.43, http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/30495.ht). Laureat de l'appel ...

Appel d'offre ; Énergie marine ; Houlomotrice ; Portugal

... Lire [+]

V

- n° 181006

"La France détient le deuxième gisement hydrolien d'Europe. Avec 6 GW, elle possède le potentiel nécessaire pour remplacer trois ou quatre centrales nucléaires. Pourtant, comme pour l'éolien, les projets français attendent le coup de pouce de l'Etat et des industriels français, qui préfèrent investir à l'étranger. Sur le site Internet de la chambre de commerce de Quimper, la société Hydrohelix lance un appel à l'aide : il lui manque des crédits pour faire repartir le projet Marénergie, qui prévoit l'installation d'une centrale hydrolienne d'1MW en 2008. Même la fabrication du prototype de 200 kW, d'ici 2007 est en suspens. « La programmation pluriannuelle des investissements de production électrique (PPI) 2006, qui fixe les objectifs énergétiques jusqu'à 2015 omet joyeusement les énergies marines,"" s'indigne Jean-François Daviaux, directeur adjoint d'Hydrohelix. ""Nous sommes toujours dans l'attente des financements de l'Etat, alors que la France détient le deuxième gisement européen. » Malgré la dizaine d'entreprises partenaires, Hydrohelix ne parvient pas à réunir les 10 millions d'euros nécessaires. Son engin, composé d'une hélice à six pales, entourée d'une carène qui concentre l'énergie hydrocinétique, a pourtant réussi ses essais en bassin en 2005. Posé sur un socle au fond de l'eau, sa robustesse devrait limiter les coûts de maintenance. « Il faudrait qu'Hydrohelix trouve des partenaires d'envergure"", remarque Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables à l'Ademe. ""Nous lui avons déjà versé près de 150 000 euros, on ne peut pas faire plus. » Mais les grandes entreprises françaises préfèrent investir outre Manche, où les subventions peuvent atteindre dix millions d'euros ! EDF participe, à hauteur de 25% au financement de Marine Current Turbines (MCT), et Total vient d'annoncer avoir pris 10% de la société hydrolienne Scotrenewables Marine Power. Même l'Ifremer s'est mis au service de la britannique Orecon pour mettre au point un convertisseur de houle. En France, c'est l'Ecole centrale de Nantes qui représente ce type de projet. La maquette du Searev, un flotteur qui récupère l'énergie des vagues à l'aide d'un balancier interne, a subi ses premiers essais cet été. « Ils nous ont permis de valider le concept » explique l'inventeur, Alain Clément. « Nous nous apprêtons maintenant à signer avec un consortium industriel pour réaliser, en 2009, un prototype à l'échelle réelle. » Les crédits seront-ils suffisants ? C'est toute la question.   "
"La France détient le deuxième gisement hydrolien d'Europe. Avec 6 GW, elle possède le potentiel nécessaire pour remplacer trois ou quatre centrales nucléaires. Pourtant, comme pour l'éolien, les projets français attendent le coup de pouce de l'Etat et des industriels français, qui préfèrent investir à l'étranger. Sur le site Internet de la chambre de commerce de Quimper, la société Hydrohelix lance un appel à l'aide : il lui manque des crédits ...

Bretagne ; Énergie marine ; France ; Hydrolienne ; Potentiel de développement ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 3041
ISBN 0042-126

Usines marémotrices, centrales houlomotrices, à déferlement, turbines marines, hydroliennes, exploitation des différences de température entre la surface et la profondeurs des océans : les projets se bousculent pour maîtriser la puissance des marées, des vagues ou des courants marins. On recense une vingtaine de projets rien qu'en Europe.

Angleterre ; Courant marin ; Différence de température ; Énergie marine ; Europe ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Marémotrice ; Milieu marin ; Portugal ; Projet ; Réalisation ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 126
ISBN 1624-7876

La commune de La Seyne-sur-mer (83) va produire colories et frigories grâce à un système de pompes à chaleur alimenté en eau de mer. L'installation alimentera un réseau d'eau douce en boucle qui permettra de chauffer ou de rafraichir un palais des congrès, un pôle théâtral ainsi qu'un ensemble de 500 logements.

Bâtiment communal ; Bâtiment public ; Bâtiment tertiaire ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; Collectivité locale ; Énergie marine ; Énergie Thermique des Mers - ETM ; Logement ; Pompe à chaleur ; Pompe à chaleur réversible ; Provence Alpes Côte d'Azur

... Lire [+]

V

- n° 16
ISBN 1764-2817

Des subventions gouvernementales équivalentes à près de 19,5 millions d'euros ont été accordées à 9 projets d'énergie marine en écosse, à plusieurs sociétés qui développent des générateurs utilisant l'énergie des vagues ou de marées. La plupart des systèmes seront testés au Centre européen d'énergie marine situé à Orkney. L'objectif de 18% d'électricité d'origine renouvelable, qui avait été fixé en Écosse pour 2010 a déjà été atteint, avec près de trois ans d'avance et l'Écosse entend accentuer son avance.
Des subventions gouvernementales équivalentes à près de 19,5 millions d'euros ont été accordées à 9 projets d'énergie marine en écosse, à plusieurs sociétés qui développent des générateurs utilisant l'énergie des vagues ou de marées. La plupart des systèmes seront testés au Centre européen d'énergie marine situé à Orkney. L'objectif de 18% d'électricité d'origine renouvelable, qui avait été fixé en Écosse pour 2010 a déjà été atteint, avec près ...

Écosse ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Énergie marine ; Objectif européen ; Projet

... Lire [+]

REINVENTER L'EAU CHAUDE | ADEME & VOUS 1/05/07

Article

XXXXX

V

- n° 5
ISBN 1957-1992

La Seyne-sur-Mer (83) réhabilite le site de ses anciens chantiers navals. Pour assurer le chauffage et la climatisation des nouveaux bâtiments, la municipalité a retenu une solution originale : un réseau d'eau tempérée à partir d'eau de mer...

Bâtiment communal ; Bâtiment public ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; Climatisation naturelle ; Commune / Ville ; Échangeur de chaleur ; Énergie marine ; Logement ; Recupération de la chaleur ; Réseau de chaleur

... Lire [+]

V

- n° 81

L'arrêté du 1er mars 2007 paru au JO du 22 avril 2007 fixe les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie hydraulique des lacs, cours d'eau et mers. http://neomailing.publicis-technology.com/r/a?id=h3872e1,1236e77,1237d11

Cours d'eau ; Électricité renouvelable ; Énergie marine ; Houlomotrice ; Energie hydraulique ; Marémotrice ; Production d'électricité ; Tarif d'achat ; Texte législatif

... Lire [+]

V

- n° 1658
ISBN 1163-2720

Le premier système de chauffage collectif par pompes à chaleur utilisant l'eau de mer va voir le jour à la Seyne-sur-mer (83). La ville va être dotée du premier système français d'échange thermodynamique à l'eau de mer, destiné à chauffer ou refroidir 60 000 m2 de bâtiments communaux et privés.

Bâtiment communal ; Bâtiment public ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; CO2 evité ; Commune / Ville ; Coût d'investissement ; Énergie marine ; Énergie Thermique des Mers - ETM ; Logement ; Maintenance / Entretien ; Pompe à chaleur ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Puissance installée ; Réseau de chaleur ; Technologie

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Énergie marine [147]

Éolien [83]

Généralité énergie renouvelable [63]

Solaire photovoltaïque [60]

Biomasse [54]

France [53]

Géothermie [51]

Energie hydraulique [50]

Hydrolienne [37]

Houlomotrice [36]

Production d'électricité [35]

Solaire thermique [34]

Biogaz [32]

Offshore [32]

Électricité renouvelable [29]

Chiffre clé [28]

Potentiel de développement [28]

Biocarburant [27]

Politique énergétique [27]

Europe [26]

Marémotrice [26]

Recherche [24]

Consommation d'énergie [20]

Projet [20]

Bois énergie [19]

Bretagne [19]

Emploi [19]

Technologie [19]

Pompe à chaleur [18]

Solaire thermodynamique [18]

Objectif [17]

Puissance installée [16]

Réalisation [16]

Éolienne [15]

Généralité énergie [15]

Scénario [15]

Différence de température [14]

Allemagne [13]

Chaleur renouvelable [13]

Expérimentation [13]

International [13]

Nucléaire [13]

Portugal [13]

Tarif d'achat [13]

Bilan énergétique [12]

Déchet [12]

Écosse [12]

Énergie solaire [12]

Petite Centrale Hydroélectrique [12]

Royaume Uni [12]

Transport [12]

Courant marin [11]

Énergie Thermique des Mers - ETM [11]

Perspective [11]

Production d'énergie [11]

Secteur industriel [11]

Concentrateur solaire [10]

Efficacité énergétique [10]

Grenelle de l'environnement [10]

Italie [10]

Donnée économique [9]

Production de chaleur [9]

Programme de développement [9]

Région [9]

Angleterre [8]

Bâtiment [8]

Chaleur [8]

Danemark [8]

Gaz à Effet de Serre / GES [8]

Investissement [8]

Milieu agricole [8]

Objectif européen [8]

Réseau électrique [8]

Appel d'offre [7]

Espagne [7]

Gaz naturel [7]

Ile de la Réunion [7]

Logement [7]

Milieu marin [7]

Prospective / Prévision [7]

ADEME [6]

Algue [6]

Aspect historique [6]

Chauffage [6]

Collectivité locale [6]

Coût d'investissement [6]

Électricité [6]

Énergie primaire [6]

Entreprise [6]

Étude [6]

Impact environnemental [6]

Inde [6]

Irlande [6]

Maitrise De l'Énergie - MDE [6]

Marché français [6]

Pays de la Loire [6]

Pétrole [6]

Réseau de chaleur [6]

Réseau électrique intelligent [6]

Réserve / Ressource energétique [6]

Secteur d'activité [6]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z