F Nous contacter

0

Documents  Énergie marine | enregistrements trouvés : 147

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

À la demande du Gouvernement, le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité (RTE) a examiné les conditions dans lesquelles le potentiel hydrolien du littoral français - deuxième plus important gisement en Europe - pouvait être mis en valeur par son raccordement au réseau électrique.

Hydrolienne ; Énergie marine ; Production d'électricité ; Transport de l'électricité ; Potentiel de développement ; France ; Réseau électrique

... Lire [+]

V

- n° 040210

Alors que dans les années 80, la totalité de l'énergie produite à la Réunion était d'origine renouvelable, l'île est devenue peu à peu dépendante des énergies fossiles. Ainsi, la part des énergies renouvelables est passée en 2008 à 36 % de la production totale d'électricité. Une forte croissance démographique (de 500.000 à 800.000 habitants entre 1980 et 2030) et la hausse du niveau de vie conjuguées à une baisse de la production hydroélectrique ont mené le territoire à s'équiper de centrales thermiques au fioul et au charbon pour répondre à la hausse de la demande. Or, les projections pour 2030 estiment la population à un million de personnes. Cette nouvelle hausse démographique s'accompagnera d'une hausse de la demande d'électricité. Le territoire s'est pourtant engagé en 2000 dans une politique énergétique visant 0 % d'émission de CO2 à l'horizon 2025. Le potentiel en énergies renouvelables de l'île est énorme, le chantier pour parvenir à 100 % d'énergies propres l'est aussi. Détails. Une consommation électrique à la hausse : Ces quinze dernières années, la consommation d'électricité a doublé, atteignant une croissance annuelle moyenne de 5 % sur la période 2000-2005 contre 1 % par an sur la même période en métropole. Pourtant, la consommation d'énergie réunionnaise reste très inférieure à la consommation métropolitaine : alors qu'un Réunionnais consomme 1.259 kWh/an, un Métropolitain consomme 2.330 kWh/an. En 2008, la production d'électricité locale a été de 2.546 GWh, assurée à 36 % par les énergies renouvelables et à 64 % par les énergies fossiles importées. Cette production repose sur 3 centrales au fioul lourd/gazoil (338,7 GWh), 2 centrales thermiques à charbon et bagasse (respectivement 1.287,8 GWh et 262,6 GWh), 6 centrales hydrauliques (632,1 GWh), 2 parcs éoliens (13,5 GWh), des installations solaires photovoltaïques (10,67 GWh), une installation de biogaz de décharge (0,72 GWh) et 94.839 chauffe-eau solaires (142,3 GWh évités). Cette forte dépendance aux énergies fossiles pose des risques pour la continuité électrique, en cas de rupture d'approvisionnement, mais aussi des problèmes économiques et environnementaux. En 2008, les émissions de CO2 du secteur énergétique étaient de 3,8 millions de tonnes, la combustion des énergies fossiles constituant la majorité de cette diffusion. Le secteur résidentiel était responsable de 43,5 % de la consommation électrique de l'île en 2007, l'industrie de 16,3 %. 2030 : la nécessité de limiter la hausse de la demande énergétique : En 2030, la population réunionnaise est estimée à près d'un million de personnes. Deux scénarios ont été développés afin d'anticiper l'évolution de la demande énergétique : l'un tendanciel, l'autre volontariste, dans le rapport ''PETREL - île de La Réunion'' réalisé par l'Agence régionale de l'énergie Réunion (ARER) en 2009. Selon le premier scénario, le développement de la climatisation, de la ventilation et du chauffage électrique ne seront pas compensés par le développement massif des chauffe-eau solaires (100 % des foyers équipés) et l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments, liée à la RT 2009 (annoncée en avril 2009 et applicable dès mai 2010). La consommation finale d'électricité en 2030 sera alors de 3.792 GWh, soit en croissance de 69 % par rapport à 2007. Le résidentiel sera responsable de 38,6 % de la consommation électrique, soit 1.463 GWh (en hausse de 50% par rapport à 2007). L'industrie consommera 766 GWh, soit 20,2 % de la consommation finale (en hausse de110 %). Le scénario volontariste Starter mise quant à lui sur des actions de maîtrise de l'énergie dans le résidentiel, le tertiaire et l'industrie. Il se base sur la RT 2009 mais aussi sur la mise en oeuvre d'une nouvelle réglementation thermique en 2015 plus exigeante que la précédente. Si comme pour le scénario tendanciel, l'équipement en climatisation et ventilation des ménages croît, il s'accompagne d'une réduction des besoins en froid et en chaleur due à une meilleure conception des bâtiments et d'une amélioration de l'efficacité des installations. L'industrie et le tertiaire sont également concernés par l'amélioration de l'efficacité énergétique. Ce scénario fait ressortir une consommation finale d'électricité en 2030 de 2.871 GWh, en croissance de 28% par rapport à 2007, mais inférieur aux consommations tendancielles 2030 de 24 %. Le secteur résidentiel est responsable de 34,3 % de la consommation finale (986 GWh), l'industrie de 24,9 % (714 GWh). Le chemin de l'indépendance énergétique : Le territoire dispose d'un fort potentiel en ressources locales pour générer de l'électricité et de la chaleur : hydraulique, bagasse, soleil, vent... D'ailleurs, les énergies renouvelables sont en progression depuis quelques années (+5,4 % en 2008 par rapport à 2007). En 2008, 3.814 ménages étaient alimentés en électricité d'origine éolienne soit 1,5 fois plus qu'en 2007. L'équivalent de 3.268 ménages était alimenté en électricité d'origine photovoltaïque soit près de 3 fois plus qu'en 2007, plaçant la Réunion au troisième rang européen. Le territoire se hisse également au deuxième rang européen concernant les chauffe-eau solaires : 394.243 m©— de panneaux solaires thermiques étaient installés en 2008 (1,1 fois plus qu'en 2007), soit près de 90.000 foyers équipés (40 % des ménages). L'objectif de la région est d'équiper la totalité des bâtiments d'habitation. Le Ministère de l'Écologie a d'ailleurs publié un décret au Journal officiel du 19 avril 2009 mettant en place une réglementation thermique spécifique aux départements d'Outre-mer. Ce texte rend obligatoire l'installation de chauffe-eau solaires thermiques sur les logements neufs. Mais le développement des énergies renouvelables doit être organisé et planifié afin de pouvoir répondre à la hausse de la demande en électricité. L'Arer a ainsi établi des modèles de mix énergétiques à l'horizon 2020 et 2030, à partir des niveaux de potentiel et de maturité des différentes énergies renouvelables disponibles sur l'île. En 2020, un plan ambitieux et en partie coercitif de maîtrise de la demande en électricité dans tous les domaines (RT 2015) devra être mis en place. Chaque point de croissance du besoin électrique devra être couvert par des productibles renouvelables. Ainsi la biomasse devra progressivement se substituer au combustible charbon et fournir la totalité des nouvelles centrales thermiques. Pour parvenir à cet objectif, l'Arer mise sur un développement d'espèces de cannes plus fibreuses, soutenu par la multiplication de fermes agri solaires (complémentarité production canne/production solaire). La puissance et la capacité de stockage de l'hydraulique devront être développées ainsi que la géothermie. L'expérimentation sur l'énergie thermique des mers devra se poursuivre. Si la part de production des ENR en 2020 ne permet pas le développement de transports électriques à grande échelle, l'île de la Réunion devra lancer un plan de maîtrise des transports via le tram-Train, le développement du télétravail... En 2030, pour atteindre l'objectif d'autosuffisance énergétique en électricité et transports, la géothermie et/ou l'énergie thermique des mers seront devenues des productions de base dépassant 25 % du mix énergétique de l'île. La surface de canne à fibre aura augmenté via le développement de fermes agri solaires. La transformation de cette biomasse ne sera plus réalisée par combustion mais par gazéification, ce qui permet un doublement de ses rendements actuels. Selon l'Arer, ce gaz ''devient l'outil stocké (gaz liquide) de flexibilité en substitution au pétrole que ce soit pour la production électrique (TACs et Moteurs diesel recyclé au combustible gaz de bagasse) et les transports (véhicules au gaz)''. Les transports seront à 100 % ''propres'' grâce à l'électrique, au gaz et au flex fuel (agrocarburant issu de la canne). Selon l'Arer, ''un scénario énergétique sobre et renouvelable est économiquement aussi viable qu'un scénario énergétique basé sur le gaspillage d'une énergie fossile rare. La différence en coût direct est seulement de 7 % et la différence en coûts globaux est nulle''. L'île de la Réunion est au centre de toutes les attentions, qualifiée de ''laboratoire'' pour le développement des énergies renouvelables.
Alors que dans les années 80, la totalité de l'énergie produite à la Réunion était d'origine renouvelable, l'île est devenue peu à peu dépendante des énergies fossiles. Ainsi, la part des énergies renouvelables est passée en 2008 à 36 % de la production totale d'électricité. Une forte croissance démographique (de 500.000 à 800.000 habitants entre 1980 et 2030) et la hausse du niveau de vie conjuguées à une baisse de la production hydroélectrique ...

Biogaz ; Biomasse ; Canne à sucre ; Centrale hydroélectrique ; Chauffe eau solaire ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Dépendance énergétique ; Energie fossile ; Énergie marine ; Étude ; Gazéification ; Généralité énergie renouvelable ; Géothermie ; Ile de la Réunion ; Indépendance énergétique ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Objectif ; Parc éolien ; Politique énergétique ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Réalisation ; Scénario ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 160709

Les projets qui pourraient être menés dans le cadre de ce partenariat concerneront des réalisations dans le domaine de l'énergie des vagues, de l'énergie des courants marins et de l'énergie thermique des mers, ont précisé EDF EN et DCNS dans un communiqué. Les premières réalisations pourraient voir le jour dans les DOM-TOM.

Dom Tom ; Énergie marine ; Europe ; Programme de développement ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 201109

Cet investissement doit servir ''à renforcer les capacités de recherche de pointe du centre et consolidera la position de l'Ecosse comme leader mondial dans le développement d'une énergie propre et verte issue de matières premières marines renouvelables'', a déclaré M. Salmond dans un communiqué issu de Scottish Development International. Créé en 2003, le Centre européen de l'énergie marine vise à développer l'énergie marémotrice et houlomotrice. 1,3 GW de capacité marine pourrait être installée d'ici 2020 en Ecosse. Le premier Ministre a également annoncé qu'il mettrait en service le prototype ''Oyster'' d'Aquamarine, qui doit être testé à l'EMEC. ''Les énergies marines renouvelables apporteront une contribution significative à la future production d'énergie d'Ecosse, et sont susceptibles de créer 12.500 emplois en Ecosse d'ici à 2020. Elles auront un impact qui transformera l'économie et constituent une plate-forme de croissance durable'', a affirmé M. Salmond. http://www.emec.org.uk/
Cet investissement doit servir ''à renforcer les capacités de recherche de pointe du centre et consolidera la position de l'Ecosse comme leader mondial dans le développement d'une énergie propre et verte issue de matières premières marines renouvelables'', a déclaré M. Salmond dans un communiqué issu de Scottish Development International. Créé en 2003, le Centre européen de l'énergie marine vise à développer l'énergie marémotrice et hou...

Budget ; Écosse ; Emploi ; Énergie marine ; Houlomotrice ; Laboratoire ; Marémotrice ; Organisme ; Perspective ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 251109

D'après l'enquête, 91 % des régions d'Europe considèrent ''l'énergie comme l'une de leurs priorités-clés pour les 15 années à venir'' et 75 % d'entre elles ont d'ores et déjà mis en place une stratégie énergétique comportant ''la plupart du temps un plan spécifique de développement des énergies renouvelables (EnR)''. Rappelons que le ''Paquet Energie-Climat'' de l'UE, adopté en décembre dernier, vise un objectif de réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre (GES), d'amélioration de 20% de l'efficacité énergétique et de 20% d'EnR dans la consommation d'énergie de l'UE d'ici 2020. Plusieurs régions produisent de l'énergie à partir d'EnR dans des proportions supérieures à l'objectif de 20 % fixé par l'UE, souligne l'étude. Ainsi, l'énergie hydraulique assure de 88 à 100 % les besoins en électricité des régions de Maramures (Roumanie), Norrbotten (Suède), Oppland (Norvège) et Trento (Italie). L'enquête met également en avant l'exploitation ou la valorisation d'autres ressources énergétiques à l'instar des déchets solides à Bruxelles (Belgique) et à Gelderland (Pays-Bas), la force des vagues aux Açores (Portugal), l'énergie solaire dans les régions d'Autriche et d'Europe du Sud ou encore le bois-énergie à Ticino (Suisse) et dans les Balkans. EnR : besoin de compétences et d'incitations financières adaptées dans l'UE : Toutefois, si les régions de France et de Hongrie regrettent que ''l'exploitation des ENR soit entravée par le manque de compétences dans ce domaine'', l'ARE souligne également le besoin des régions de se doter de moyens nécessaires ''pour pouvoir relever concrètement les défis énergétiques auxquels l'Europe est confrontée'', a prévenu la présidente de l'ARE, Michèle Sabban, à l'occasion d'une conférence de presse. Un élargissement du champ de compétences des régions, accompagné d'incitations financières adaptées, leur permettrait de répondre aux défis énergétiques globaux ''en tirant le meilleur parti de leurs potentiels énergétiques locaux'', affirme l'enquête. ''Les initiatives en matière d'énergies renouvelables ne peuvent se faire qu'avec un soutien politique et des mesures d'incitations financières de la part des décideurs nationaux et européens'', ajoute Mme Sabban. La présidente de l'ARE appelle ainsi l'Union Européenne à ''faire plus'' en matière de promotion des énergies renouvelables à base de bois. ''Nous avons tant de régions forestières, et pourtant le bois-énergie ne représente que 3 % de la production totale de l'UE'', a-t-elle déploré. ''Les régions les moins développées, en particulier, ont besoin de soutiens financiers pour exploiter ces ressources''. L'enquête pointe en outre du doigt le manque de visibilité des instruments financiers prévus par l'UE qui ''bride les politiques et l'exploitation efficace du potentiel des régions en matière énergétique''. Seulement 24% des régions interrogées ont recours aux programmes européens de coopération territoriale financés par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et ''très rares'' sont celles qui utilisent notamment les prêts de la Banque européenne d'investissement (BEI). Si Michèle Sabban a souligné que ''98% des régions sont convaincues de pouvoir jouer un rôle positif dans la lutte contre le changement climatique'', les gouvernements nationaux et l'UE ''doivent leur fournir les armes nécessaires pour qu'elles puissent partir au combat'', a-t-elle indiqué en amont de l'Assemblée générale de l'ARE, qui se tiendra du 25 au 27 novembre au siège de GE Energy à Belfort (Franche-comté). Durant ces deux jours, les 600 décideurs politiques régionaux entendent débattre de leur avenir énergétique et ''définir une feuille de route commune'' en vue du sommet de Copenhague. Selon le 4ème rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), cité par le PNUD dans son rapport international sur le développement humain et le changement climatique, 50 à 70% des mesures d'atténuation et d'adaptation au changement climatique vont devoir être mises en oeuvre au niveau régional. Rappelons qu'un sommet des collectivités territoriales s'est tenu du 2 au 4 juin derniers à Copenhague et a réuni 700 élus et représentants du monde entier. Cette réunion s'était soldée par une déclaration finale dans laquelle les collectivités demandaient à être impliquées dans le processus de négociations. En savoir plus sur l'étude de l'ARE : http://www.aer.eu/fr/themes-majeurs/energy-policy.html
D'après l'enquête, 91 % des régions d'Europe considèrent ''l'énergie comme l'une de leurs priorités-clés pour les 15 années à venir'' et 75 % d'entre elles ont d'ores et déjà mis en place une stratégie énergétique comportant ''la plupart du temps un plan spécifique de développement des énergies renouvelables (EnR)''. Rappelons que le ''Paquet Energie-Climat'' de l'UE, adopté en décembre dernier, vise un objectif de réduction de 20% des émissions ...

Déchet ; Énergie marine ; Énergie solaire ; Étude ; Europe ; France ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; Perspective ; Politique énergétique ; Région

... Lire [+]

V

- n° 261109

Dans une étude consacrée aux filières vertes, le Commissariat Général au développement durable (CGDD) a analysé les forces et les faiblesses de 17 filières et a proposé pour chacune d'entre elles des objectifs de développement à moyen et long terme. Le but final étant de proposer une stratégie industrielle ''pertinente'' qui permette de ''maximiser'' l'impact de chaque filière dans la croissance verte française. ''Toutes ces filières ont besoin d'une feuille de route stratégique claire, d'un investissement public massif dans la R&D et dans la mise en place d'infrastructures ainsi que d'un soutien fort destiné aux PME innovantes afin d'en faire les futurs leaders du marché'', note le rapport. Définition des secteurs porteurs : L'étude qui compte plus de 120 pages, distingue 6 filières prioritaires en termes de politique industrielle, compte tenu du rôle que la France pourrait y jouer et de l'intérêt qu'elle en retirerait en terme de développement économique : véhicules décarbonés, énergies marines, biocarburants de 2ème et 3ème générations, éolien off-shore (en mer), efficacité énergétique du bâtiment et captage et stockage de CO2. Elle identifie également cinq secteurs pour lesquels le potentiel français, sans être de premier plan actuellement, est suffisamment important pour qu'un plan d'action bien orienté permette à la France de jouer un rôle notable sur certains segments de marché : batteries embarquées, chimie verte, biomasse matériaux, photovoltaïque et smart grids. Enfin, le document retient 4 filières dans lesquelles la France a des atouts majeurs, mais dont le potentiel de croissance du marché est probablement un peu moindre, parce qu'il s'agit de filières relativement mâtures : applications satellitaires en métrologie, recyclage des déchets à haute valeur ajoutée, géothermie profonde (filière en décollage) et biomasse énergie. Des filières complémentaires dans le domaine de l'eau et des piles à combustible sont proposées à analyse par le CGDD. De potentiels champions bleu blanc rouge : Sur ces bases, le document distingue les filières dans lesquelles la France peut espérer voir se constituer des champions mondiaux parmi les entreprises françaises : véhicules électriques, captage et stockage de CO2, énergies marines, éolien off-shore, biocarburants de 2ème et 3ème générations, applications satellitaires en terme de métrologie, recyclage des déchets à haute valeur ajoutée. Il repère en outre les filières dans lesquelles la France a intérêt à soutenir l'implantation de grandes entreprises étrangères ou à s'associer avec elles : captage et stockage de CO2, éolien off-shore, métrologie satellitaire, biomasse matériaux et smart Grids. Il précise aussi dans chaque filière le rôle respectif du tissu de PME et des grandes entreprises. Il liste par ailleurs les filières pour lesquelles la France est aujourd'hui relativement mal positionnée alors que le marché est très prometteur à l'instar du marché du stockage de l'énergie et de l'éolien on-shore (terrestre). Identifier les graines de champions : À l'occasion de la visite de la société Leosphere, une PME française basée à Orsay (91) spécialisée dans les technologies vertes, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno, a annoncé, vendredi 20 novembre, le lancement d'une consultation publique sur ces documents avec l'ouverture d'un forum Internet sur le sujet. ''Il s'agit d'identifier toutes ces filières d'avenir et toutes ces pépites qu'on a en France'', a expliqué la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, citant l'exemple de la PME visitée et spécialisée en observations atmosphériques par LIDAR. Outre le recueil de contributions en ligne, la consultation, ouverte jusqu'au 15 janvier 2010, sera notamment à l'ordre du jour des débats début décembre entre les chefs d'entreprises et personnalités qualifiées qui composent le Comité d'orientation stratégique des éco-industries (COSEI). ''L'objectif de la consultation est d'échanger avec tous les acteurs concernés, d'améliorer encore le diagnostic établi et de définir, ensemble, les orientations à prendre en matière de technologies vertes, explique le ministère. On a des talents mais il ne faut pas qu'ils partent à l'étranger parce qu'on n'arrive pas à les accompagner, a prévenu Chantal Jouanno à l'occasion de sa visite. Ce document et cette consultation vont nous permettre très concrètement, dans le cadre du grand emprunt, de déterminer les projets prioritaires, a-t-elle souligné. Il faudra mettre de l'argent là où il faut et ne pas s'éparpiller''. Le rapport complet : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_filieres_vertes_document_de_concertation_basse_definition__cle18ad29.pdf Le site de la consultation publique : http://enqueteur.dicom.sg.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=64932&lang=fr
Dans une étude consacrée aux filières vertes, le Commissariat Général au développement durable (CGDD) a analysé les forces et les faiblesses de 17 filières et a proposé pour chacune d'entre elles des objectifs de développement à moyen et long terme. Le but final étant de proposer une stratégie industrielle ''pertinente'' qui permette de ''maximiser'' l'impact de chaque filière dans la croissance verte française. ''Toutes ces filières ont besoin ...

Bâtiment ; Batterie ; Biocarburant ; Biomasse ; Efficacité énergétique ; Emploi ; Énergie marine ; Éolien ; Étude ; Géothermie ; Marché français ; Offshore ; Potentiel de développement ; Réseau électrique intelligent ; Séquestration CO2 ; Solaire photovoltaïque ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

REINVENTER L'EAU CHAUDE | ADEME & VOUS 1/05/07

Article

XXXXX

V

- n° 5
ISBN 1957-1992

La Seyne-sur-Mer (83) réhabilite le site de ses anciens chantiers navals. Pour assurer le chauffage et la climatisation des nouveaux bâtiments, la municipalité a retenu une solution originale : un réseau d'eau tempérée à partir d'eau de mer...

Bâtiment communal ; Bâtiment public ; Chauffage ; Climatisation / Rafraîchissement ; Climatisation naturelle ; Commune / Ville ; Échangeur de chaleur ; Énergie marine ; Logement ; Recupération de la chaleur ; Réseau de chaleur

... Lire [+]

V

- n° 43 - p. 06 à p.06

a l'horizon 2020, les énergies de la mer pourraient représenter 3% de la consommation électrique française. Une piste à suivre...

Énergie marine ; France ; Hydrolienne ; Marémotrice ; Houlomotrice ; Éolienne ; Politique énergétique ; Généralité énergie renouvelable ; Réserve / Ressource energétique ; ADEME ; Production d'électricité ; Fonds démonstrateur de recherche ; Projet ; Aspect financier ; Scénario

... Lire [+]

Projets qui démarrent | ADEME & VOUS 01/08/2011

Article

XXXXX

V

- n° 47 - p. 04 à p. 05

Quatre hydroliennes vont être immergés par EDF au large des Côtes-d'Armor, entre Paimpol et l'îlede Bréhat, pour produire de l'électricité à partir de l'énergie des courants de marée.

Hydrolienne ; EDF ; Bretagne ; Énergie marine ; Raccordement réseau ; Impact environnemental ; Installation ; Réserve / Ressource energétique ; Généralité énergie renouvelable ; ADEME

... Lire [+]

V

- n° 54 - p.54 à p.55

Les énergies marines font appel à différentes technologies. la plus connue est celle des usines marémotrices avec, en France, celle de la Rance, près de Saint-Malo (Ile-et-Vilaine); La deuxième technologie utilisée exploite également la marée, mais cette fois au fil de l'eau. Il s'agit d'hydroliennes, qui comme les éoliennes sont équipées de pales entraînant une génératrice électrique.
Les énergies marines font appel à différentes technologies. la plus connue est celle des usines marémotrices avec, en France, celle de la Rance, près de Saint-Malo (Ile-et-Vilaine); La deuxième technologie utilisée exploite également la marée, mais cette fois au fil de l'eau. Il s'agit d'hydroliennes, qui comme les éoliennes sont équipées de pales entraînant une génératrice électrique.

Énergie marine ; Hydrolienne ; Technologie ; France ; Nucléaire ; Production ; Marémotrice

... Lire [+]

V

Pour résoudre son approvisionnement énergétique, coûteux en raison de son isolement, l'île d'Ouessant va se doter d'ici 2012 d'une hydrolienne. Pendant sous-marin de sa cousine l'éolienne, l'hydrolienne est cependant totalement immergée. A terme, cette hydrolienne, baptisée Sabella D10, couvrira 40 % de la consommation énergétique de l'île. Une option largement prisée en Bretagne et qui a le mérite d'aider la France à atteindre son objectif de 23 % d'énergies renouvelables d'ici 2020.
Pour résoudre son approvisionnement énergétique, coûteux en raison de son isolement, l'île d'Ouessant va se doter d'ici 2012 d'une hydrolienne. Pendant sous-marin de sa cousine l'éolienne, l'hydrolienne est cependant totalement immergée. A terme, cette hydrolienne, baptisée Sabella D10, couvrira 40 % de la consommation énergétique de l'île. Une option largement prisée en Bretagne et qui a le mérite d'aider la France à atteindre son objectif de ...

Bretagne ; Projet ; Hydrolienne ; Généralité énergie renouvelable ; Énergie marine ; Aspect économique ; Objectif ; Raccordé réseau ; Raccordement réseau ; Production d'énergie ; Production d'électricité

... Lire [+]

y

- n° 219 - p. 39 à p. 48

Alors qu'un rapport général au développement durable fait état des difficultés rencontrées par les professionnels et que la Cour des comptes a estimé que la procédure mise en place n'est efficace ni pour atteindre les caacités de raccordement voulues ni pour obtenir le meilleur prix d'achat de l'électricité, le cadre juridique constitue plus que jamais un enjeu pour les EnR.
Alors qu'un rapport général au développement durable fait état des difficultés rencontrées par les professionnels et que la Cour des comptes a estimé que la procédure mise en place n'est efficace ni pour atteindre les caacités de raccordement voulues ni pour obtenir le meilleur prix d'achat de l'électricité, le cadre juridique constitue plus que jamais un enjeu pour les EnR.

Généralité énergie renouvelable ; Éolien ; Biogaz ; Solaire photovoltaïque ; Jurisprudence ; Aspect juridique ; Développement durable ; Aide financière ; Impact paysager ; Energie hydraulique ; Géothermie ; CH4 / Méthane ; Tarif d'achat ; ZDE - Zone de Développement de l'Éolien ; Énergie marine

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1764-2817

Au moins une dizaine de sociétés dans le monde développement des systèmes de production d'électricicté à partir de l'énergie des marées, des courants marins et des vagues.

Énergie marine ; Houlomotrice ; Hydrolienne ; Islande ; Marémotrice ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 16
ISBN 1764-2817

Des subventions gouvernementales équivalentes à près de 19,5 millions d'euros ont été accordées à 9 projets d'énergie marine en écosse, à plusieurs sociétés qui développent des générateurs utilisant l'énergie des vagues ou de marées. La plupart des systèmes seront testés au Centre européen d'énergie marine situé à Orkney. L'objectif de 18% d'électricité d'origine renouvelable, qui avait été fixé en Écosse pour 2010 a déjà été atteint, avec près de trois ans d'avance et l'Écosse entend accentuer son avance.
Des subventions gouvernementales équivalentes à près de 19,5 millions d'euros ont été accordées à 9 projets d'énergie marine en écosse, à plusieurs sociétés qui développent des générateurs utilisant l'énergie des vagues ou de marées. La plupart des systèmes seront testés au Centre européen d'énergie marine situé à Orkney. L'objectif de 18% d'électricité d'origine renouvelable, qui avait été fixé en Écosse pour 2010 a déjà été atteint, avec près ...

Écosse ; Électricité renouvelable ; Emploi ; Énergie marine ; Objectif européen ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 23
ISBN 1764-2817

Il s'agit d'une étape d'énergie des vagues de Siadar, en cours de développement par Npower Renewables sur l'île de Lewis en Écosse. Les demandes d'autorisation ont été déposées en avril 2008. Le projet consiste à exploiter l'énergie des vagues de l'océan atlantique pour produire 4 MW d'électricité avec 40 turbines Wavegen de 100 kW.

Courant marin ; Écosse ; Énergie marine ; Houlomotrice ; Ile ; Production d'électricité ; Projet ; Réalisation ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 33 - p.16 à p.16

Eco Marine Power Co.Ltd. (EMP) annonce qu'il continue le développement du système solaire et éolien Aquarius (Brevet en cours) pour les bateaux et les navires océaniques. Cette solution innovante et respectueuse de l'environnement marin va utiliser la puissance générée par des voiles rigides spécialement équipées de modules solaires pour recueillir l'énergie solaire et éolienne à bord des navires et réduire leur consommation de carburant, leurs émissions de gaz nocifs et leur empreinte carbone.
Eco Marine Power Co.Ltd. (EMP) annonce qu'il continue le développement du système solaire et éolien Aquarius (Brevet en cours) pour les bateaux et les navires océaniques. Cette solution innovante et respectueuse de l'environnement marin va utiliser la puissance générée par des voiles rigides spécialement équipées de modules solaires pour recueillir l'énergie solaire et éolienne à bord des navires et réduire leur consommation de carburant, leurs ...

Éolien ; Éolienne ; Solaire photovoltaïque ; Milieu marin ; Énergie marine ; Technologie

... Lire [+]

V

- n° 35 - p.66 à p.77

Dans le cadre du développement des énergies renouvelables et de l'objectif de 23% d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie en 2020, les énergies marines renouvelables (EMR), et notamment l'éolien en mer, ont un rôle à jouer avec une contribution potentielle de 3,5% de la consommation d'électricité. Avec le 1er appel d'offres sur l'éolien en mer lancé par le gouvernement en juillet 2011 dernier, de nombreuses régions et acteurs industriels se positionnent sur le développement des énergies marines sur leur territoire. La région Pays-de-la-Loire semble particulièrement dynamique sur cette question avec millions d'euros déjà engagés et 30 millions dans les dix prochaines années.
Dans le cadre du développement des énergies renouvelables et de l'objectif de 23% d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie en 2020, les énergies marines renouvelables (EMR), et notamment l'éolien en mer, ont un rôle à jouer avec une contribution potentielle de 3,5% de la consommation d'électricité. Avec le 1er appel d'offres sur l'éolien en mer lancé par le gouvernement en juillet 2011 dernier, de nombreuses régions et acteurs ...

France ; Offshore ; Énergie marine ; Région ; Pays de la Loire ; Secteur industriel ; Energie hydraulique ; Éolien ; Hydrolienne ; Turbine / Génératrice ; Énergie Thermique des Mers - ETM

... Lire [+]

V

- n° 300306

Une nouvelle forme d'énergie renouvelable, qui exploite l'énergie des vagues pour produire de l'électricité, va être testée grandeur nature par le Portugal. Cette nouvelle forme d'énergie - à ne pas confondre avec l'énergie marémotrice qui exploite le phénomène des marées - se sert du mouvement des vagues pour mettre sous pression le fluide d'un vérin qui alimente un moteur hydraulique qui actionne une turbine de production d'électricité. Extérieurement, l'ensemble est constitué de 4 modules cylindriques articulés les uns aux autres et forme une sorte de serpent de mer de 150 m de long pour 3,5 m de diamètre et environ 700 tonnes. Le nez face aux vagues, ce système d'énergie houlomotrice, baptisé Pélamis - 'serpent de mer' en grec -, produit 750 kw d'électricité, acheminée sur le continent par un câble sous-marin. Le rendement énergétique du Pelamis est quasi constant (entre 70 % et 80 %) grâce à son système d'ancrage flexible qui force l'avant de l'engin à rester face aux vagues tout en lui laissant assez de mou pour pouvoir se balancer et, donc, produire un maximum d'électricité. Fabriqué en Ecosse par Ocean Power Delivery LTD, Pélamis va être testé en conditions réelles dans le Nord du Portugal, avec 3 ensembles installés au large de Povoa de Varzim. Si officiellement, le système est encore en phase expérimentale, l'installation portugaise pourrait produire jusque 2,25 mégawatts. Suite à ce test, le Portugal envisage très sérieusement la création de la première centrale de ce type, avec un total de 31 Pélamis pouvant couvrir la consommation d'environ 15000 foyers (jusqu'à 23,25 MW d'électricité). Outre cette installation, des projets similaires sont à l'étude en Grande-Bretagne, où certains experts estiment que l'énergie renouvelable des vagues pourrait fournir dans les prochaines années 20 % de l'électricité du pays. Par ailleurs, une version sous-marine est à l'étude, de façon à économiser les longueurs de câbles électriques et profiter de la houle des profondeurs, sans prendre de place en surface (environ 1 km2 pour une trentaine de Pélamis).
Une nouvelle forme d'énergie renouvelable, qui exploite l'énergie des vagues pour produire de l'électricité, va être testée grandeur nature par le Portugal. Cette nouvelle forme d'énergie - à ne pas confondre avec l'énergie marémotrice qui exploite le phénomène des marées - se sert du mouvement des vagues pour mettre sous pression le fluide d'un vérin qui alimente un moteur hydraulique qui actionne une turbine de production d'électricité. ...

Énergie marine ; Expérimentation ; Houlomotrice

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Énergie marine [147]

Éolien [83]

Généralité énergie renouvelable [63]

Solaire photovoltaïque [60]

Biomasse [54]

France [53]

Géothermie [51]

Energie hydraulique [50]

Hydrolienne [37]

Houlomotrice [36]

Production d'électricité [35]

Solaire thermique [34]

Biogaz [32]

Offshore [32]

Électricité renouvelable [29]

Chiffre clé [28]

Potentiel de développement [28]

Biocarburant [27]

Politique énergétique [27]

Europe [26]

Marémotrice [26]

Recherche [24]

Consommation d'énergie [20]

Projet [20]

Bois énergie [19]

Bretagne [19]

Emploi [19]

Technologie [19]

Pompe à chaleur [18]

Solaire thermodynamique [18]

Objectif [17]

Puissance installée [16]

Réalisation [16]

Éolienne [15]

Généralité énergie [15]

Scénario [15]

Différence de température [14]

Allemagne [13]

Chaleur renouvelable [13]

Expérimentation [13]

International [13]

Nucléaire [13]

Portugal [13]

Tarif d'achat [13]

Bilan énergétique [12]

Déchet [12]

Écosse [12]

Énergie solaire [12]

Petite Centrale Hydroélectrique [12]

Royaume Uni [12]

Transport [12]

Courant marin [11]

Énergie Thermique des Mers - ETM [11]

Perspective [11]

Production d'énergie [11]

Secteur industriel [11]

Concentrateur solaire [10]

Efficacité énergétique [10]

Grenelle de l'environnement [10]

Italie [10]

Donnée économique [9]

Production de chaleur [9]

Programme de développement [9]

Région [9]

Angleterre [8]

Bâtiment [8]

Chaleur [8]

Danemark [8]

Gaz à Effet de Serre / GES [8]

Investissement [8]

Milieu agricole [8]

Objectif européen [8]

Réseau électrique [8]

Appel d'offre [7]

Espagne [7]

Gaz naturel [7]

Ile de la Réunion [7]

Logement [7]

Milieu marin [7]

Prospective / Prévision [7]

ADEME [6]

Algue [6]

Aspect historique [6]

Chauffage [6]

Collectivité locale [6]

Coût d'investissement [6]

Électricité [6]

Énergie primaire [6]

Entreprise [6]

Étude [6]

Impact environnemental [6]

Inde [6]

Irlande [6]

Maitrise De l'Énergie - MDE [6]

Marché français [6]

Pays de la Loire [6]

Pétrole [6]

Réseau de chaleur [6]

Réseau électrique intelligent [6]

Réserve / Ressource energétique [6]

Secteur d'activité [6]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z