F Nous contacter

0

Documents  Coopération | enregistrements trouvés : 83

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 160
ISBN 0295-5873

Permettre l'accès à l'énergie àtous les habitants d'une même région dans le respect de l'environnement est le défi que se sont lancés la Fondation Energies pour le Monde et ses partenaires au sud Vietnam. Retour sur un programme exemplaire.

Accès au réseau ; Aide financière ; Batterie ; Coopération ; Demande en énergie ; Électricité ; Électrification rurale ; Énergie solaire ; Financement ; Formation ; Pays En Développement ; Petite Centrale Hydroélectrique ; Production decentralisee ; Programme d'action ; Projet ; Sensibilisation ; Solaire photovoltaïque ; Vietnam

... Lire [+]

V

- n° 43
ISBN 0908-4134

L'Ukraine est le premier pays d'Europe de l'Est pour le développement de l'éolien avec plus de 53MW installés.

Coopération ; Éolien ; Europe ; Importation ; Production d'électricité ; Ukraine

... Lire [+]

V

- n° 305
ISBN 0756-2640

Le geres, Groupe Energies renouvelables et environnement s'est spécialisé dans le partenaraiat avec des groupements des pays du Sud. A travers des échanges de compétdences, il permet à des communauté de bénéficier des techniques développées ici: - Compostage comme valorisation des déchets organique - Economisez le bois comme combustible - Valoriser les activités agro-pastorales - Du solei en Himalaya - meilleur autonomie en Inde - Confort thermique en Afghanistan - Conservation des récoltes au Bénin - Maitrise de l'énergie en Tunisie - Electrification décentralisée au Zimbabwe
Le geres, Groupe Energies renouvelables et environnement s'est spécialisé dans le partenaraiat avec des groupements des pays du Sud. A travers des échanges de compétdences, il permet à des communauté de bénéficier des techniques développées ici: - Compostage comme valorisation des déchets organique - Economisez le bois comme combustible - Valoriser les activités agro-pastorales - Du solei en Himalaya - meilleur autonomie en Inde - Confort ...

Afganistan ; Asie ; Association ; Bénin ; Bois énergie ; Burkina Faso ; Compostage ; Coopération ; Cuiseur solaire ; Économie d'énergie ; Électrification rurale ; Généralité énergie renouvelable ; Inde ; Pays En Développement ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Séchage solaire ; Tunisie ; Zimbabwe

... Lire [+]

V

- n° 10
ISBN 1660-3192

Malgré leur rentabilité et leurs avantages écologiques évidents, les économies d'énergies peinent à séduire les pouvoirs publics. La récente analyse de 44 expériences menées dans l'UE a de quoi relancer l'intérêt pour cette pratique : elle montre que les économies d'énergie crée des emplois.

Approvisionnement ; Bâtiment ; Consommation d'énergie ; Coopération ; Coût d'investissement ; Croissance / Augmentation ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Emploi ; Emploi jeune ; Environnement ; Europe ; Facture énergétique ; Marché énergétique ; Norme ; Politique énergétique ; Potentiel de développement ; Prix de l'énergie ; Programme européen ; Recherche ; Rentabilité ; Sensibilisation ; Texte législatif

... Lire [+]

2 y

- 11 p.

DOCUMENT EN LIGNE
La transition énergétique allemande a fait l'objet de nombreux commentaires en
France. Entre dénonciation et application sans recul du modèle allemand dans
l'Hexagone... Mieux vaut savoir distinguer les mythes de la réalité avant de prendre
position !
Cette courte publication permet au lecteur de faire le tri dans tout ce qu'il entend
ici ou là sur la transition énergétique allemande. Elle rétablit quelques vérités en
s'appuyant uniquement sur des faits et des chiffres, tirés de publications officielles
ou d'instituts reconnus.
DOCUMENT EN LIGNE
La transition énergétique allemande a fait l'objet de nombreux commentaires en
France. Entre dénonciation et application sans recul du modèle allemand dans
l'Hexagone... Mieux vaut savoir distinguer les mythes de la réalité avant de prendre
position !
Cette courte publication permet au lecteur de faire le tri dans tout ce qu'il entend
ici ou là sur la transition énergétique allemande. Elle rétablit quelques vérités en
...

Transition énergétique ; Politique énergétique ; Allemagne ; Chiffre clé ; Europe ; Facture énergétique ; Nucléaire ; Marché européen ; Marché énergétique ; France ; Crise énergétique ; Politique environnementale ; Coopération

... Lire [+]

V

- n° 6

"Symposium international sur l'énergie éolienne à Nouakchott (SIEEN) Energies renouvelables et Pays de Sud, la coopération dans une Belgique fédérale Energies renouvelables en République Démocratique du Congo Développement des énergies renouvelables en Mauritanie Une expérience en Demi-teinte! Le mécanisme de développement propre MDP du protocole de Kyoto, une opporunité pour les EnR dans les pays non industrialisés? Le biogaz ""tropical"", débouché d'une PME Wallonne Cuba : le soleil au service de la santé et de l'éducation"
"Symposium international sur l'énergie éolienne à Nouakchott (SIEEN) Energies renouvelables et Pays de Sud, la coopération dans une Belgique fédérale Energies renouvelables en République Démocratique du Congo Développement des énergies renouvelables en Mauritanie Une expérience en Demi-teinte! Le mécanisme de développement propre MDP du protocole de Kyoto, une opporunité pour les EnR dans les pays non industrialisés? Le biogaz ""tropical"", ...

Afrique ; Belgique ; Biogaz ; Bois énergie ; Colombie ; Congo ; Coopération ; Cours d'eau ; Cuba ; Éducation à l'énergie ; Électrification rurale ; Éolien ; Éolienne de pompage ; Formation ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; Hydrolienne ; International ; Mauritanie ; Méthanisation ; Pays En Développement ; Séchage solaire ; Sénégal ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

UK BIOMASS : BUST AGAIN | RE-GEN 1/06/03

Article

XXXXX

V

- n° 12

Le GERES lance l'opération CO2solidaire, une initiative qui incite les particuliers et les entreprises à compenser volontairement les émissions de GES relative à leurs déplacements aériens.

CO2 / Dioxyde de carbone ; Coopération ; Entreprise ; Épargne solidaire ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Particulier / Ménage ; Pays En Développement ; Programme d'action ; Transport aérien

... Lire [+]

V

- n° 52
ISBN 1634-5460

Plusieurs groupes d'habitants portent en France le désir de concevoir eux-mêmes leur lieu de vie. Mais face à la complexité de former un groupe cohérent, maîtrisant technique et juridique, ce nouvel art de vivre ensemble peine à se concrétiser. D'où l'émergence d'un nouveau métier : accompagnateur de groupes d'habitants.

Alsace ; Aspect juridique ; Avis technique ; Bretagne ; Construction écologique ; Coopération ; Développement durable ; Ecoquartier ; Languedoc Roussillon ; Métier ; Organisme ; Pays de la Loire ; Recensement / Inventaire ; Rhône Alpes ; Urbanisme

... Lire [+]

y

- n° 11 - p.38 à p.39
ISBN 2258-4676

Face aux géants de la production électrique, quelques irréductibles gaulois en quête de plus d'indépendance construisent leurs propres parcs éoliens en Bretagne.

Parc éolien ; Coopération ; Coopérative ; Éolien ; Éolienne ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Production d'énergie ; Économie d'énergie ; Scénario ; Négawatt ; Étude de faisabilité ; Association ; Fonds énergie ; ADEME ; Transition énergétique ; Sensibilisation ; Bretagne

... Lire [+]

y

- n° Hors série n°12 - p.11 à p.11

Delphine Batho et Peter Altmaier viennent de signer une déclaration créant un Office franco-allemand pour les énergies renouvelables. Les deux ministres entendent établir une véritable coopération dans le domaine, amorce d'un possible pôle européen.

Allemagne ; France ; Généralité énergie renouvelable ; Politique énergétique ; Europe ; Coopération

... Lire [+]

V

- n° 220104

http://www.suisse-energie.ch/imperia/md/content/veranstaltungen/erneuerbareenergien/9.pdf http://www.suisse-eole.ch/rendez-vous-nordsud.htm L'énergie renouvelable ­ une contribution à l'aide au développement Congrès international Vendredi 6 février 2004 Gurten ­ Park im Grünen, Berne

Coopération ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Pays En Développement ; Suisse

... Lire [+]

V

- n° 230404

Ensemble plutôt que chacun de son côté Les projets internationaux en rapport avec des sources dénergie renouvelables nécessitent une base de coopération très étendue. La création de REPIC (Renewable Energy Promotion in International Co-operation) répond à ce besoin. Cette plate-forme interdépartementale, dont lobjectif est de renforcer la constitution de réseaux, est soutenue par quatre offices fédéraux, à savoir le SECO, la DDC, lOFEFP et lOFEN. La coordination des activités de la Confédération et le suivi des projets dans les pays en voie de développement seront ainsi encouragés. La plate-forme est destinée à harmoniser les activités de diverses industries et administrations suisses, à intensifier léchange dinformations et à ouvrir de nouvelles voies pour les projets. Dans ce même ordre didées, elle élargit la collaboration au sein des réseaux et stimule la sensibilisation Les projets internationaux en rapport avec des sources dénergie renouvelables nécessitent une base de coopération très étendue qui, grâce à REPIC, est désormais en place. De nombreux représentants des milieux suisses de lénergie ont pris part à lassemblée constitutive à Olten.REPIC est basée sur un projet pilote de trois ans pour la coopération au développement dans le domaine du photovoltaïque, réalisé comme une concrétisation des travaux de la Tâche 9 du programme PVPS de lAIE. Alliant savoir-faire et expérience, la plate-forme REPIC établit un lien entre ladministration, lindustrie et les ONG actives dans la promotion des sources dénergie renouvelables dans les pays en voie de développement. REPIC couvrira les différentes technologies en fonction des besoins respectifs des utilisateurs. Contacter : Stefan Nowak Coordinateur de REPIC www.netenergy.ch
Ensemble plutôt que chacun de son côté Les projets internationaux en rapport avec des sources dénergie renouvelables nécessitent une base de coopération très étendue. La création de REPIC (Renewable Energy Promotion in International Co-operation) répond à ce besoin. Cette plate-forme interdépartementale, dont lobjectif est de renforcer la constitution de réseaux, est soutenue par quatre offices fédéraux, à savoir le SECO, la DDC, lOFEFP et ...

Coopération ; Généralité énergie renouvelable ; International ; Organisme ; Pays En Développement ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 190804

Développement durable Intitulée une croissance responsable pour le nouveau millénaire, l'étude publiée en juin par la Banque mondiale examine les perspectives socio-économiques à l'horizon 2050, bien au delà des objectifs de développement du millénaire, fixés pour 2015 par un sommet des Nations unies, réuni il y a quatre ans. James Wolfensohn, le président de la Banque mondiale (BM) estime, dans une préface à cette étude, que des «politiques éclairées», fondées sur «la création responsable de richesses qui accélèrent la croissance économique, en particulier dans les pays en développement, mais d'une manière responsable sur le plan de l'environnement et socialement», pourraient aboutir en 2050 à un «monde libéré de la pauvreté». «Mais si nous choisissons d'autres options et priorités, 2050 pourrait être une époque de conflits sociaux et de dégradation de l'environnement», a-t-il ajouté, estimant que le risque serait réel notamment si la distribution actuelle des revenus - 80% de la population ne dispose que de 20% des revenus mondiaux - ne devient pas plus équitable. Selon l'étude, la population mondiale pourrait passer de 6 milliards à présent à 9  milliards en 2050 avec une forte pression dans les villes des pays en développement (PED). Si, selon un scénario optimiste, le produit intérieur brut (PIB) par habitant des pays riches augmentait de 2% par an et celui  des pays à bas et moyens revenus de 3,3%, le revenu mondial quadruplerait à 135 000 milliards de dollars, la part des pays pauvres doublant pratiquement. Mais il faudrait changer de modes de  production et de consommation pour préserver l'environnement. Ces questions doivent donc faire partie du dialogue politique mondial. Réduire les barrières commerciales des pays riches Etant donné que le monde devra nourrir 2 à 3 milliards de personnes de plus dans les 30 à 50 années à venir, il est urgent, affirment les auteurs du rapport, de mettre en oeuvre ce qu'ils appellent «une croissance responsable» dans les régions rurales. Les données récentes démontrent  que la pauvreté rurale perdure alors que la croissance de la production agricole stagne. Pour renverser la tendance, des efforts sont nécessaires : le monde développé doit libéraliser l'accès à ses marchés et réduire les subventions agricoles alors que les PED doivent améliorer leurs politiques agricoles et mieux gérer leurs ressources naturelles. Dès à présent, il faut investir dans le développement à long terme du capital social et humain. Agir dès maintenant, exige également des progrès à l'aide et le commerce. L'aide au développement couplée avec la bonne gouvernance dans les pays qui la reçoivent, peut être un très fort moteur de croissance. Les études récentes indiquent cependant qu'une réduction des barrières commerciales des pays riches pourraient produire des effets beaucoup plus importants que l'aide : les pays en développement pourraient ainsi voir leurs revenus augmenter de 350 milliards de dollars par an d'ici à 2015 alors que l'aide s'élève actuellement à une cinquantaine de milliards par an. Une énergie propre La Banque mondiale met également l'accent dans son rapport sur les énergies renouvelables jusqu'ici négligées. A l'heure actuelle, 1,6 milliard de personnes n'ont pas accès à l'électricité. Environ 2,4 milliards dépendent de méthodes traditionnelles de combustion de la biomasse (bouse, herbe ou bois) pour faire cuire leurs aliments sur des foyers primitifs. La pénétration des énergies propres est restée limitée, car elles coûtent plus cher et les pouvoirs publics subventionnent avant tout les combustibles fossiles (pétrole et charbon). Le résultat est qu'aujourd'hui, moins de 2% de l'énergie provient de sources renouvelables comme l'énergie éolienne, solaire, géothermique et  hydroélectrique ou la biomasse ad hoc (plantations industriellesd'arbres ou d'herbages graminés) Pour les experts de la banque, subventionner le combustible fossile est peu efficace pour améliorer la disponibilité d'énergie chez les plus pauvres. La nécessité d'éliminer cette distorsion des politiques relatives aux combustibles fossiles et les coûts engendrés par les efforts d'atténuation de l'impact de la pollution sur l'environnement et la santé rendent impératif le développement d'un marché de l'énergie renouvelable. Aujourd'hui, les pays industrialisés produisent 80% des gaz responsables de l'effet de serre générés par l'activité humaine. D'ici vingt à trente ans, les émissions des pays en développement rattraperont, voire surpasseront, celles des pays industrialisés mais il s'agira surtout des pays comme la Chine et l'Inde appelés à devenir les géants économiquess de ce siècle. L'enjeu de l'eau Le rapport fait état de prévisions selon lesquelles la consommation d'eau devrait augmenter de 50% au cours des trois prochaines décennies alors que la moitié de la population mondiale, surtout en Afrique, au Moyen Orient et en Asie du sud, en manquera d'ici 2025. Le développement des infrastructures de l'eau est essentiel pour beaucoup de PED afin de générer des richesses, réduire les risques sanitaires et combattre la pauvreté à condition de préserver l'environnement. Début juillet, au cours d'une réunion à Tunis, la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé son intention de mobiliser  615 millions de dollars pour une «Facilité africaine de l'eau». La BAD a aussi lancé sa nouvelle initiative pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement en milieu rural qui compte mobiliser quelque 15 milliards de dollars d'ici à 2015. La banque s'est engagée à fournir 30% de ce montant. Les pays retenus pour la phase de lancement de ce projet sont le Bénin, le Burkina Faso, l'Ethiopie, le Ghana, le Mali, le Nigeria, l'Ouganda, le Rwanda et le Sénégal. Pour sa part, l'Union européenne s'est engagée à accorder un financement de 500 millions d'euros pour des projets dans le secteur de l'eau et de l'assainissement dans les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique au titre de l'initiative «L'eau pour la vie». 18-08-2004 M. J.
Développement durable Intitulée une croissance responsable pour le nouveau millénaire, l'étude publiée en juin par la Banque mondiale examine les perspectives socio-économiques à l'horizon 2050, bien au delà des objectifs de développement du millénaire, fixés pour 2015 par un sommet des Nations unies, réuni il y a quatre ans. James Wolfensohn, le président de la Banque mondiale (BM) estime, dans une préface à cette étude, que des «politiques ...

Aide financière ; Coopération ; Développement durable ; Eau potable ; Pays En Développement ; Perspective ; Site isolé ; Société financière ; Sommet mondial

... Lire [+]

V

- n° 11104

"Le Maroc figure parmi les pays africains dotés d'un excellent gisement éolien, souligne une étude soumise en document de travail d'un séminaire tenu à Tunis sous le thème ""L'énergie éolienne en Afrique, une ressource inexploitée"". D'après cette étude, 15 pays d'Afrique sont dotés d'un excellent gisement éolien et disposent ainsi d'un important potentiel en énergie éolienne, à savoir le Maroc, la Tunisie, l'Egypte, l'Algérie, l'Afrique du Sud, le Lesotho, Madagascar, Maurice, Djibouti, Erythrée, Seychelles, Somalie, Cap-Vert, Mauritanie et Tchad. Commandée par la BAD, cette étude se donne comme principaux objectifs d'évaluer le potentiel en énergie éolienne sur le continent, d'analyser les aspects technique, environnemental, juridique, législatif, institutionnel et économique afin d'élaborer un plan stratégique pour le développement des investissements en Afrique durant la période 2004-2012. Elle traite ainsi de l'évaluation du gisement en Afrique, de la carte des vents dans le Continent, du plan stratégique de déploiement de l'énergie éolienne et du schéma de financement proposé. Le séminaire, dont les travaux ont duré deux jours, est organisé dans le cadre du Programme FINESSE (Financing Energy Services for Small-scale Energy users) mis en place conjointement par la BAD et le gouvernement néerlandais. Différents organismes et institutions africains et étrangers y ont pris part, dont le CDER. Se préoccupant des moyens de promouvoir l'énergie éolienne en Afrique, les participants ont examiné diverses questions allant des aspects réglementaire et financier à l'approvisionnement durable des zones rurales et urbaines, en passant par les problèmes des ressources humaines et les projets d'investissement en matière d'énergie éolienne. Le gouvernement néerlandais a octroyé un don de 5,3 millions de dollars pour soutenir les activités relatives à l'énergie renouvelable en Afrique pour une période de quatre ans. Par ailleurs, dans son discours d'ouverture du séminaire, le ministre tunisien de l'Industrie et de l'Energie, Fethi Merdassi, a souligné l'importance du potentiel africain en énergies renouvelables, qu'elles soient d'origine hydraulique, solaire, éolienne, bio-gazeuse ou géothermique. Toutefois, a-t-il constaté, ce potentiel reste fortement sous-exploité à cause d'un certain nombre d'obstacles liés au coût élevé d'investissement pour ces systèmes, à l'absence de compétences et de ressources humaines spécialisées, à la limite de la coopération régionale dans ce domaine, au manque de structures de maintenance et à l'absence d'informations et de données fiables sur les consommations énergétiques. Le ministre a souligné le ""rôle moteur"" joué par la BAD dans la promotion du développement durable, et qui se traduit, selon lui, dans l'organisation de ce séminaire et dans les études qu'elle a menées et celles en cours au profit de plusieurs pays africains dans le domaine. Selon le ministre, l'intérêt croissant pour les énergies propres et durables en général, et pour l'énergie éolienne en particulier, est plus qu'un phénomène de société. Il présente aujourd'hui, a-t-il relevé, un véritable enjeu auquel la sécurité d'approvisionnement énergétique et la réduction des émanations toxiques sont largement rattachées. C'est pourquoi, a -t-il estimé, la contribution des bailleurs de fonds en vue de la mobilisation des ressources financières et techniques nécessaires est un gage de réussite à même de soutenir les efforts déployés en vue de mieux maîtriser les technologies avancées dans ce domaine. Le ministre a indiqué que la flambée des prix des produits pétroliers sur les marchés internationaux s'est traduite par des pressions supplémentaires sur la balance des paiements et sur le budget de l'Etat tunisien. Il a exposé, dans ce cadre, les efforts déployés par son pays pour faire face à cette situation. Il a également indiqué que la Tunisie a élaboré un programme à mettre en oeuvre au cours de la période 2004-2011 pour réaliser une capacité éolienne de l'ordre de 300 MW, dont la moitié environ à réaliser en une première phase d'une capacité de 100 MW par le secteur privé, le reste devant être réalisé par la STEG (Société tunisienne de l'électricité et du gaz). _____ October 30, 2004 Big Arctic Perils Seen in Warming, Survey Finds By ANDREW C. REVKIN comprehensive four-year study of warming in the Arctic shows that heat-trapping gases from tailpipes and smokestacks around the world are contributing to profound environmental changes, including sharp retreats of glaciers and sea ice, thawing of permafrost and shifts in the weather, the oceans and the atmosphere. The study, commissioned by eight nations with Arctic territory, including the United States, says the changes are likely to harm native communities, wildlife and economic activity but also to offer some benefits, like longer growing seasons. The report is due to be released on Nov. 9, but portions were provided yesterday to The New York Times by European participants in the project. While Arctic warming has been going on for decades and has been studied before, this is the first thorough assessment of the causes and consequences of the trend. It was conducted by nearly 300 scientists, as well as elders from the native communities in the region, after representatives of the eight nations met in October 2000 in Barrow, Alaska, amid a growing sense of urgency about the effects of global warming on the Arctic. The findings support the broad but politically controversial scientific consensus that global warming is caused mainly by rising atmospheric concentrations of heat-trapping greenhouse gases, and that the Arctic is the first region to feel its effects. While the report is advisory and carries no legal weight, it is likely to increase pressure on the Bush administration, which has acknowledged a possible human role in global warming but says the science is still too murky to justify mandatory reductions in greenhouse-gas emissions. The State Department, which has reviewed the report, declined to comment on it yesterday. The report says that ""while some historical changes in climate have resulted from natural causes and variations, the strength of the trends and the patterns of change that have emerged in recent decades indicate that human influences, resulting primarily from increased emissions of carbon dioxide and other greenhouse gases, have now become the dominant factor."" The Arctic ""is now experiencing some of the most rapid and severe climate change on Earth,"" the report says, adding, ""Over the next 100 years, climate change is expected to accelerate, contributing to major physical, ecological, social and economic changes, many of which have already begun."" Scientists have long expected the Arctic to warm more rapidly than other regions, partly because as snow and ice melt, the loss of bright reflective surfaces causes the exposed land and water to absorb more of the sun's energy. Also, warming tends to build more rapidly at the surface in the Arctic because colder air from the upper atmosphere does not mix with the surface air as readily as at lower latitudes, scientists say. The report says the effects of warming may be heightened by other factors, including overfishing, rising populations, rising levels of ultraviolet radiation from the depleted ozone layer (a condition at both poles). ""The sum of these factors threatens to overwhelm the adaptive capacity of some Arctic populations and ecosystems,"" it says. Prompt efforts to curb greenhouse-gas emissions could slow the pace of change, allowing communities and wildlife to adapt, the report says. But it also stresses that further warming and melting are unavoidable, given the century-long buildup of the gases, mainly carbon dioxide. Several of the Europeans who provided parts of the report said they had done so because the Bush administration had delayed publication until after the presidential election, partly because of the political contentiousness of global warming. But Gunnar Palsson of Iceland, chairman of the Arctic Council, the international body that commissioned the study, said yesterday that there was ""no truth to the contention that any of the member states of the Arctic Council pushed the release of the report back into November."" Besides the United States, the members are Canada, Denmark, Finland, Iceland, Norway, Russia and Sweden. Mr. Palsson said all the countries had agreed to delay the release, originally scheduled for September, because of conflicts with another international meeting in Iceland. The American scientist directing the assessment, Dr. Robert W. Corell, an oceanographer and senior fellow of the American Meteorological Society, said the timing was set during diplomatic discussions that did not involve the scientists. He said he could not yet comment on the specific findings, but noted that the signals from the Arctic have global significance. ""The major message is that climate change is here and now in the Arctic,"" he said. The report is a profusely illustrated window on a region in remarkable flux, incorporating reams of scientific data as well as observations by elders from native communities around the Arctic Circle. The potential benefits of the changes include projected growth in marine fish stocks and improved prospects for agriculture and timber harvests in some regions, as well as expanded access to Arctic waters. But the list of potential harms is far longer. The retreat of sea ice, the report says, ""is very likely to have devastating consequences for polar bears, ice-living seals and local people for whom these animals are a primary food source."" Oil and gas deposits on land are likely to be harder to extract as tundra thaws, limiting the frozen season when drilling convoys can traverse the otherwise spongy ground, the report says. Alaska has already seen the ""tundra travel"" season on the North Slope shrink to 100 days from about 200 days a year in 1970. The report concludes that the consequences of the fast-paced Arctic warming will be global. In particular, the accelerated melting of Greenland's two-mile-high sheets of ice will cause sea levels to rise around the world. _____ (pour info) Grande - Bretagne Coal ready to go green as technology cuts emissions By Angela Jameson, Industrial Correspondent COAL, one of the world's dirtiest forms of fuel, is set to make an unlikely comeback as power companies invest millions of pounds in technology to clean it up. Today EDF Energy will open its West Burton power station in Nottinghamshire, which is being brought back online after it was fitted with the new flue gas desulphurisation (FGD) equipment. The FGD technology will remove more than 90 per cent of sulphur dioxide emissions from the power station that supplies the annual power needs of about 2 million homes in the South East and East Anglia. FGD reduces pollution by absorbing the sulphur dioxide in the flue gases and turning it into gypsum powder. The gypsum powder can then be sold for the manufacture of plasterboard. EDF Energy will spend £200 million on the technology for two of its power stations which will see the power plants reduce the emissions that cause acid rain. A second station, at nearby Cottam, is also being fitted with the environmentally friendly techonology and is expected to be fully operational by 2007. The new equipment at both power stations will reduce the impact on the environment by cutting sulphur dioxide emissions by about 90,000 tonnes every year at the stations. It will also mean that both West Burton and Cottam can continue to burn UK-sourced coal which is relatively high in sulphur. Vincent de Rivaz, the chief executive of EDF Energy, said that fitting the equipment to the power stations was essential to safeguard Britain's future electricity supply. "This is the future for coal-fired power stations. Using this technology ensures that coal can still hold a key place within a balanced portfolio of energy assets," he said. Last year EDF Energy signed a deal with UK Coal to supply between seven and eight million tonnes of coal, principally from Welbeck, Harworth and Thoresby mines in Nottinghamshire, to West Burton and Cottam over three years. Mr De Rivaz said that the investment in the power stations would also help ensure more stable prices for EDF customers because it would reduce the power company's exposure to the volatility of international coal markets. Coal is used to generate about a third of the UK's electricty, with the remainder coming from gas and nuclear energy. However, coal plants will become less economical to run as the carbon emissions trading, which will be introduced in the country from January, is introduced. Britain's dirtiest coal plants will begin to close down from 2008, when much tighter restrictions on emissions of sulphur dioxide will come into force. By then, all of EDF Energy's coal-fired power stations will be fitted with the green technology. ____ "
"Le Maroc figure parmi les pays africains dotés d'un excellent gisement éolien, souligne une étude soumise en document de travail d'un séminaire tenu à Tunis sous le thème ""L'énergie éolienne en Afrique, une ressource inexploitée"". D'après cette étude, 15 pays d'Afrique sont dotés d'un excellent gisement éolien et disposent ainsi d'un important potentiel en énergie éolienne, à savoir le Maroc, la Tunisie, l'Egypte, l'Algérie, l'Afrique du Sud, ...

Coopération ; Éolien ; Étude ; Maroc ; Pays Bas ; Potentiel éolien

... Lire [+]

V

- n° 70606

Maroc - Exportation de l'électricité verte vers les marchés européens http://www.lematin.ma/Economic/Article.asp?id=11632 Les énergies renouvelables ont le vent en poupe, mais depuis quelques années seulement. Les énergies renouvelables sont également sujets de discussions lors de la troisième rencontre maroco-allemande en le domaine qui se tient du 6 au 8 juin à Casablanca. Cet événement, soutenu par le ministère fédéral allemand de l'Economie et du Travail auquel sont associés le ministère de l'Energie et des Mines du Royaume et les opérateurs publics marocains agissant dans le secteur, comme l'ONE, le CDER et l'AMISOLE, a pour objectif de promouvoir et de dynamiser la coopération entre les professionnels des deux pays. Une coopération qui est, en fait, déjà opérationnelle mais qui peut s'améliorer au vu des opportunités offertes de part et d'autre. En effet, le gouvernement fédéral allemand soutient de manière ciblée la promotion des énergies renouvelables au sein des pays partenaires dont fait partie le Maroc, souligne Hans Christian Winkler, conseiller économique auprès de l'ambassade d'Allemagne à Rabat, lors de son intervention à cette manifestation. Avec l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto, que le Maroc et l'Allemagne ont ratifié, de nouvelles et intéressantes possibilités de promotion de l'énergie renouvelable émergent. D'autant plus que le mécanisme du développement propre offre pour le Maroc de bonnes opportunités pour attirer les investissements dans le domaine des énergies renouvelables. Ceci permettrait d'exporter également de l'énergie propre vers l'Europe, a-t-il indiqué. Les besoins en cette énergie augmentent et l'achèvement du câble électrique sous-marin entre l'Espagne et le Maroc rend ceci possible. «Nous voulons aider les entreprises allemandes à tirer profit de ce mécanisme», conclut le conseiller économique de l'ambassade d'Allemagne. Dans cette optique, l'aide sera précieuse même pour le Maroc surtout que l'Allemagne est le pays pionnier en le domaine. Le Royaume est demandeur de l'expérience allemande. L'Allemagne a même été le premier pays à introduire la loi sur les énergies renouvelables. Les autorités mènent d'ailleurs une réflexion sur le cadre organisationnel, institutionnel et législatif pour la promotion des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique au Maroc. L'élaboration aussi d'un cadre réglementaire pour le développement à grande échelle de l'énergie éolienne connectée au réseau au Maroc n'est pas en reste. Plus précisément, une loi sur les énergies renouvelables obligerait les exploitants des réseaux les plus proches du lieu de production à accepter l'électricité issue des énergies renouvelables à un prix plancher. Ce prix d'achat, dont les exploitants devraient s'acquitter auprès du producteur alimentant le réseau, serait fonction de la source d'énergie renouvelable exploitée, de la taille des installations et, pour l'énergie éolienne, du lieu d'implantation. Ils se fonderaient sur les prix de revient effectifs de l'électricité et seront calculés suivant un système dégressif afin de promouvoir les développements techniques. Facturer l'électricité au moindre prix, un voeu réalisable à long terme. «Nous sommes à la recherche du kWh le moins cher et parallèlement nous cherchons à diversifier nos sources d'approvisionnement», a indiqué M. Maamar, directeur général de l'Office national de l'électricité. D'ailleurs, une semaine après le sommet de Johannesburg, l'ONE a bénéficié d'un prêt à faible taux d'intérêt de la coopération allemande pour lancer son projet de 60 MW à Essaouira. Cette formule fournira un kWh très compétitif. Il est donc admis que l'éolien présente une alternative. En effet, le gisement éolien marocain est excellent. L'AMISOLE (secteur privé national) estime que l'approche la plus séduisante aujourd'hui pour le Maroc est de faire appel à des financements réservés aux projets utilisant les énergies renouvelables. Et si la production de cette énergie est estimée actuellement à 4% dans le bilan énergétique, on envisage de l'augmenter à 10% en l'an 2007 au lieu de 2010. L'INDH a changé la donne et a accéléré le rythme des réalisations du PERG à travers le territoire. Le PERG prévoit d'asseoir les bases d'une approche novatrice d'électrification solaire qui permettra de drainer les investissements privés importants nécessaires à la réalisation du programme de l'Office. Lequel Office mène des réflexions depuis mars dernier quant à la promotion des énergies renouvelables. La mise en place d'un fonds pour ce type d'énergie sera une idée à explorer dans ce cadre. Et s'il existe une réelle volonté de développer les énergies non émettrices de gaz à effet de serre de par le monde, les pays du nord de la Méditerranée devraient autoriser les pays du Sud à vendre sur le marché «vert européen» leur électricité produite à partir des énergies renouvelables aux tarifs réservés à ce mode d'énergie. Ils devraient également couvrir le côté aléatoire de ce type d'énergie par une garantie de puissance. A titre de rappel, l'AMISOLE a suggéré, lors de la 7e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 7) que le Maroc, connecté à l'Europe, puisse exporter une électricité verte vers les marchés européens.
Maroc - Exportation de l'électricité verte vers les marchés européens http://www.lematin.ma/Economic/Article.asp?id=11632 Les énergies renouvelables ont le vent en poupe, mais depuis quelques années seulement. Les énergies renouvelables sont également sujets de discussions lors de la troisième rencontre maroco-allemande en le domaine qui se tient du 6 au 8 juin à Casablanca. Cet événement, soutenu par le ministère fédéral allemand de l'Economie ...

Allemagne ; Coopération ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Maroc ; MDP / Mécanisme Développement Propre

... Lire [+]

V

- n° 663
ISBN 0399-9874

Dans moins d'un an, 13 techniciens de génie climatique et 3 de leurs enseignants s'envoleront pour le Cambodge pour y construire une installation d'adduction d'eau potable fonctionnant à l'énergie solaire photovoltaïque. Au-delà du projet humanitaire, c'est aussi pour eux l'occasion de vivre une expérience unique, de la conception à la réalisation de l'équipement en passant par la recherche de financements.
Dans moins d'un an, 13 techniciens de génie climatique et 3 de leurs enseignants s'envoleront pour le Cambodge pour y construire une installation d'adduction d'eau potable fonctionnant à l'énergie solaire photovoltaïque. Au-delà du projet humanitaire, c'est aussi pour eux l'occasion de vivre une expérience unique, de la conception à la réalisation de l'équipement en passant par la recherche de financements.

Adduction eau potable ; Batterie ; Cambodge ; Coopération ; Coût d'investissement ; Eau potable ; Établissement scolaire ; Financement ; Pays En Développement ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque ; Système autonome ; Système photovoltaïque

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Coopération [83]

Pays En Développement [27]

Généralité énergie renouvelable [23]

Politique énergétique [22]

Europe [19]

France [15]

International [12]

Développement durable [11]

Électrification rurale [11]

Éolien [11]

Afrique [10]

Généralité énergie [10]

Réalisation [10]

Allemagne [9]

Association [8]

Programme de développement [8]

Technologie [8]

Efficacité énergétique [7]

Financement [7]

Maroc [7]

Production d'électricité [7]

Projet [7]

Solaire photovoltaïque [7]

Aide financière [6]

Bâtiment [6]

Économie d'énergie [6]

Marché énergétique [6]

Programme d'action [6]

Programme européen [6]

Recherche [6]

Transport [6]

Burkina Faso [5]

Changement climatique [5]

Collectivité locale [5]

Coût d'investissement [5]

Énergie solaire [5]

Objectif [5]

Organisme [5]

Perspective [5]

Sénégal [5]

Sensibilisation [5]

Transition énergétique [5]

ADEME [4]

Aménagement du territoire [4]

Angleterre [4]

Approvisionnement [4]

Asie [4]

Bois énergie [4]

Déchet [4]

Eau potable [4]

Emploi [4]

Gaz à Effet de Serre / GES [4]

Industrie [4]

Maitrise De l'Énergie - MDE [4]

MDP / Mécanisme Développement Propre [4]

Politique environnementale [4]

Production d'énergie [4]

Rhône Alpes [4]

Suisse [4]

Agenda 21 local [3]

Batterie [3]

Biocarburant [3]

Biogaz [3]

Bretagne [3]

Cambodge [3]

Conférence / Colloque [3]

Congo [3]

Effet de serre [3]

Électricité renouvelable [3]

Entreprise [3]

Environnement [3]

Établissement scolaire [3]

Formation [3]

Logement [3]

Madagascar [3]

Nucléaire [3]

Pays de la Loire [3]

Performance énergétique [3]

Précarité [3]

Production decentralisee [3]

Protocole de Kyoto [3]

Réchauffement climatique [3]

Site isolé [3]

Tunisie [3]

Vietnam [3]

Ecoquartier [2]

#clerinfos [2]

Accès au réseau [2]

Afganistan [2]

Aide sociale [2]

Appel à projet [2]

Aspect financier [2]

Avis technique [2]

Belgique [2]

Bénin [2]

Biomasse [2]

Budget [2]

CO2 / Dioxyde de carbone [2]

Commune / Ville [2]

Consommation d'énergie [2]

Coopérative [2]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z