F Nous contacter

0

Documents  Centrale biomasse | enregistrements trouvés : 83

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 18
ISBN 1959-2590

Le groupe énergétique suisse Tegra utilise des déchets ligneux pour produire annuellement 350 000 MWh d'énergie. Cette initiative privée a d'ailleurs été récompensée par le prestigieux prix suisse, Watt d'Or.

Biomasse ligno-cellulosique ; Centrale biomasse ; Chaudière bois ; Production d'électricité ; Réalisation ; Suisse

... Lire [+]

V

- n° 070110

Le SER et sa commission biomasse France Biomasse Energie (FBE) saluent la hausse tarifaire. L'électricité produite à partir de biomasse bénéficiait jusqu'à présent d'un tarif d'achat de 4,9 cts €/kWh auxquels s'ajoutait une prime à l'efficacité énergétique de l'installation plafonnée à 1,2 cts €/kWh, soit un total de 6,1 cts €/kWh. Le nouvel arrêté permet au minimum de doubler ce tarif global, se réjouit le SER. Trois éléments s'additionnent : un tarif de base à 4,5 centimes €/kWh, une prime de 8 cts/kWh liée à l'utilisation d'un certain type de biomasse (déchets agro-alimentaires, produits, déchets et résidus provenant de l'agriculture, certains produits et sous-produits de la sylviculture et des industries du bois...) et enfin une prime à l'efficacité énergétique de l'installation, explique le Syndicat. Au total, le tarif d'achat par EDF de l'électricité produite devrait être compris entre 12,5 cts et 15 cts le kWh, selon les projets réalisés sur le terrain. Toutefois seules les installations d'une puissance minimale de 5 MW électriques bénéficient de ce nouveau dispositif tarifaire. Les professionnels avaient proposé que ce seuil soit fixé à un niveau inférieur. Le texte de loi : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021560800
Le SER et sa commission biomasse France Biomasse Energie (FBE) saluent la hausse tarifaire. L'électricité produite à partir de biomasse bénéficiait jusqu'à présent d'un tarif d'achat de 4,9 cts €/kWh auxquels s'ajoutait une prime à l'efficacité énergétique de l'installation plafonnée à 1,2 cts €/kWh, soit un total de 6,1 cts €/kWh. Le nouvel arrêté permet au minimum de doubler ce tarif global, se réjouit le SER. Trois éléments s'additionnent : ...

Agroalimentaire ; Biomasse ; Bois ; Centrale biomasse ; Coproduit / Sous-produit ; Déchet ; Déchet agricole ; Efficacité énergétique ; Production d'électricité ; Seuil de puissance ; Tarif d'achat ; Texte législatif

... Lire [+]

H

- n° 9

BES (Bois Energie du Sénégal) est une société de droit sénégalais. Elle développe un projet qui a pour but de démontrer la plantation de bois énergie et la production d'électrcité à un coût intéressant. La première phase du projet vient d'être atteint, il s'agit de planter 1 000 hectares d'eucalyptus et d'acacia, deux essences à croissance rapide. Cette surface de plantation est suffisante pour alimenter durablement une centrale électrique à biomasse de 3 MW.
BES (Bois Energie du Sénégal) est une société de droit sénégalais. Elle développe un projet qui a pour but de démontrer la plantation de bois énergie et la production d'électrcité à un coût intéressant. La première phase du projet vient d'être atteint, il s'agit de planter 1 000 hectares d'eucalyptus et d'acacia, deux essences à croissance rapide. Cette surface de plantation est suffisante pour alimenter durablement une centrale électrique à ...

Biomasse ; Centrale biomasse ; Culture énergétique ; Production d'électricité ; Projet ; Sénégal

... Lire [+]

V

- n° 250110

32 projets d'unités de cogénération alimentées à partir de biomasse ont été retenus par le Ministère du Développement durable à l'issue de l'appel d'offres ''Biomasse 3'', a-t-il annoncé le 22 janvier dans un communiqué. Rappelons que 106 dossiers avaient été déposés pour la construction, d'ici 2012 des centrales. Les projets retenus représentent une puissance totale de plus de 250 MW, ''soit l'équivalent du quart de la puissance d'un réacteur nucléaire'', a souligné le Ministère. Une majorité des projets (164 MW sur 266 MW) concerne des zones géographiques considérées comme ''prioritaires'' par le Gouvernement d'un point de vue de l'aménagement du territoire : la zone du Nord-Est de la France particulièrement concernée par les restructurations de Défense (régions Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Nord-Pas-de-Calais, Picardie, département de Seine-et-Marne), les massifs (Massif Central, Vosges, Alpes, Pyrénées), et la Bretagne compte tenu des difficultés d'approvisionnement électrique. Dans les régions Auvergne et Lorraine, la sélection définitive des projets est subordonnée à la vérification, sous l'égide des préfets concernés, de la disponibilité de la ressource biomasse et de l'absence de conflits d'usage, a indiqué le Ministère. La biomasse (hors biocarburants) représente plus du tiers du potentiel de développement des énergies renouvelables en France à l'horizon 2020 (7.5 sur 20 Mtep). Les projets retenus pourront bénéficier d'un tarif préférentiel d'achat de l'électricité (145 €/MWh en moyenne), a ajouté le Ministère. Ils représentent un investissement d'environ 750 M€, et un soutien public de 150 M€ par an pendant 20 ans. Un nouvel appel d'offres portant sur 800 MW : Afin d'atteindre les objectifs du Grenelle Environnement, le Ministre du Développement durable Jean-Louis Borloo a d'ores et déjà annoncé le lancement dans les prochaines semaines d'un nouvel appel d'offres pluriannuel portant sur 800 MW. Cet appel d'offres concernera des unités de cogénération de puissance supérieure à 12 MW. Selon le Syndicat des Energies renouvelables (SER), la production d'électricité à partir de biomasse comptait 700 MW installés fin 2009 contre 350 MW en 2005. L'objectif fixé est de 2.300 MW en 2020. - La carte des projets retenus : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Carte_cle21c3c7.pdf
32 projets d'unités de cogénération alimentées à partir de biomasse ont été retenus par le Ministère du Développement durable à l'issue de l'appel d'offres ''Biomasse 3'', a-t-il annoncé le 22 janvier dans un communiqué. Rappelons que 106 dossiers avaient été déposés pour la construction, d'ici 2012 des centrales. Les projets retenus représentent une puissance totale de plus de 250 MW, ''soit l'équivalent du quart de la puissance d'un réacteur ...

Appel d'offre ; Bois déchiqueté / Plaquette ; Bois énergie ; Cartographie / Atlas ; Centrale biomasse ; Cogénération biomasse ; Combustible ; Coproduit / Sous-produit ; Déchet ; France ; Grenelle de l'environnement ; Objectif ; Puissance installée ; Région ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 438
ISBN 0292-1731

L'Allemagne fixe des prix planchers pour l'achat de l'électricité produite à partir d'énergies renouvelables. Des chercheurs de l'université de KarlsrUhe décryptent ce qu'il en est pour le biogaz.

Allemagne ; Aspect financier ; Bilan ; Biogaz ; Centrale biomasse ; Chiffre clé ; Cogénération ; Coût d'investissement ; Déchet agricole ; Déchet bois ; Réglementation ; Lisier / Excrément animal ; Politique énergétique ; Puissance installée ; Recensement / Inventaire ; Tarif d'achat ; Technologie ; Recette / Revenu

... Lire [+]

V

- n° 196
ISBN 0295-5873

Le procédé dit du "cycle organique de Rankine" permet de valoriser la chaleur de l'industrie ou de produire de l'électricité à partir de petites centrales fonctionnant à la biomasse. Développée depuis environ vingt-cinq ans, cette technologie en plein boum en Europe n'est pourtant pas courante en France, et reste dans l'ombre des autres techniques de production d'énergie renouvelable.
Le procédé dit du "cycle organique de Rankine" permet de valoriser la chaleur de l'industrie ou de produire de l'électricité à partir de petites centrales fonctionnant à la biomasse. Développée depuis environ vingt-cinq ans, cette technologie en plein boum en Europe n'est pourtant pas courante en France, et reste dans l'ombre des autres techniques de production d'énergie renouvelable.

Centrale biomasse ; Chaleur renouvelable ; Chaudière à condensation ; Eau ; Europe ; Généralité énergie renouvelable ; Haute température ; Humidification / Evaporation

... Lire [+]

V

- n° 449
ISBN 0292-1731

La société Cofely, Saipol et Diester Industrie se sont associées pour la construction d'une centrale de cogénération biomasse à Grand-Couronne, près de Rouen. D'une puissance de 9 MW électriques, cette installation alimentera le site en vapeur et fournira de l'électricité sur le réseau à partir de mai 2011.

Biomasse ; Centrale biomasse ; CO2 / Dioxyde de carbone ; CO2 evité ; Cogénération biomasse ; Commune / Ville ; Efficacité énergétique

... Lire [+]

V

- n° 240
ISBN 1252-4999

La société française Velcan Energy, spécialisée dans la production d'électricité à partir de biomasse (paille, rafles de mais, copeaux, sciure...), va construire une centrale biomasse de 7 mégawatts en Inde.

Centrale biomasse ; Céréale ; Inde ; Paille / Roseau ; Production d'électricité ; Projet ; Sciure de bois

... Lire [+]

V

- n° 766
ISBN 1267-0545

Communauté de comunes de Mimizan (Landes) et La roche-en-Breni (Côte d'or)

Aquitaine ; Bourgogne ; Centrale biomasse ; Chaudière ; Collectivité locale ; Déchet ; Déchet bois ; Production d'électricité ; Projet ; Tarif d'achat

... Lire [+]

V

- n° 251105

"Grande - Bretagne LE MONDE | 24.11.05 | 13h53  *  Mis à jour le 24.11.05 | 13h53 http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-713845@51-706328,0.html http://www.bedzed.org.uk/main.html BEDDINGTON ( SURREY, ANGLETERRE) ENVOYÉ SPÉCIAL e loin, on aperçoit d'étranges cheminées aux couleurs vives. Elles couronnent les toits de BedZED, le premier village écologique d'Angleterre, à vingt minutes de train au sud de Londres. Grâce à leur ingénieux dispositif, assemblé autour d'un échangeur, l'air vicié qui s'en échappe cède sa chaleur à l'air frais qui y pénètre. Ce système de ventilation naturelle, qui permet de récupérer une partie des calories émises, symbolise l'efficience énergétique à l'honneur dans ce lieu de vie d'un nouveau genre, inauguré en 2002. BedZED signifie Beddington Zero Energy Development. Ce quartier de Beddington, précurseur d'un habitat bioclimatique, ""développe zéro énergie"". C'est la première communauté ""neutre en carbone"". Elle n'utilise pas plus d'énergie ²&s renouvelable ²&s qu'elle n'en produit sur place, et n'ajoute aucun surplus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. L'architecte Bill Dunster, concepteur de ce projet pilote qui intègre toutes les techniques du développement durable, a voulu reconstituer une cité-jardin traditionnelle à l'anglaise, en densifiant autant que possible l'espace urbanisé. Edifié sur une ancienne décharge publique, BedZED est aussi dense que le quartier de Soho, au coeur de Londres. Son inventeur y a resserré les liens entre l'habitat et les lieux de travail, délibérément mêlés. Multiplier les ensembles de ce type, assure-t-il, permettrait presque de satisfaire les énormes besoins en logements des Britanniques d'ici à 2016, en ne construisant que sur les terrains à bâtir, sans toucher aux espaces agricoles et naturels. A BedZED, l'impérative protection de l'environnement ne sacrifie jamais le confort et la modernité. Architecte militant, Bill Dunster n'a rien d'un écologiste rétrograde ou grincheux. ""J'en ai assez des activistes négatifs, explique-t-il. L'avenir peut être désirable et amusant. A BedZED, on respecte l'environnement tout en ayant un style de vie convivial et financièrement abordable."" Imaginé pendant trois ans par Bill Dunster, avec le soutien de l'ONG anglaise Bioregional, cet ""éco-village"" a été financé par la fondation Peabody, la plus importante association caritative consacrée à l'habitat. Il accueille quelque 300 résidents dans 100 logements. C'est un site socialement mixte, destiné ni aux bobos ni aux écolos, et où les plus aisés ont acheté leur appartement, et les plus modestes le louent. Les sept corps de bâtiment, que prolonge un vaste terrain de jeu, abritent les lieux propres à une communauté : cafétéria, garderie, club sportif, centre de santé. LA RANÇON DU SUCCÈS BedZED utilise au maximum les matériaux naturels, renouvelables ou recyclables ²&s bois, briques, structures métalliques ²&s disponibles dans un rayon de 50 km, pour favoriser l'économie régionale et limiter les transports. La nourriture est livrée chaque jour par 200 producteurs locaux, d'où une économie d'emballages et une alimentation moins coûteuse et plus saine. ""On a calculé, rappelle Bill Dunster, que, dans ce pays, les composants d'un repas moyen parcourent au total 3 200 km avant d'arriver sur la table du consommateur."" Les inventeurs de BedZED ont privilégié les solutions passives. Exemple : mieux vaut, pour économiser l'énergie, une bonne isolation thermique qu'un équipement sophistiqué, sujet aux pannes et cher à l'entretien. Chaque logement, exposé plein sud, possède une serre qui capte la lumière et la chaleur et où des panneaux photovoltaïques produisent de l'électricité. Un jardinet fait face à la serre. Les bureaux et les commerces sont au nord, reliés aux logements par des passerelles. Une centrale alimentée par des résidus forestiers produit l'électricité et l'eau chaude sanitaire. Les pertes thermiques sont minimes. Les murs ont 50 cm d'épaisseur, la toiture contient un isolant végétal, les ampoules et les appareils consomment peu. ""Voyez, constate fièrement Bill Dunster, même par temps froid, il est presque inutile de chauffer."" Les eaux de pluie sont stockées, les eaux sales, traitées biologiquement sur place. On a diminué le chauffage de 90 %, l'électricité de 60 %, les déchets de 75 %. La présence de l'automobile a été réduite de moitié. On encourage l'usage partagé des véhicules. Sur le parking, des bornes permettent de recharger gratuitement les voitures électriques. A BedZED, l'empreinte écologique est deux fois moindre que dans celle d'un quartier traditionnel. Les rares habitants qui l'ont quitté l'ont fait pour empocher une plus-value immobilière, car, en trois ans, les logements ont déjà presque doublé de valeur. Ecologie ou pas, c'est la rançon du succès. Jean-Pierre Langellier Article paru dans l'édition du 25.11.05 ______ Réchauffement : du jamais vu depuis 650 000 ans Les archives climatiques contenues dans les plus anciennes carottes glaciaires jamais étudiées permettent de prouver sans ambiguïté le lien entre CO2 et réchauffement.   http://www.figaro.fr/sciences/20051125.FIG0189.html?084745   Yves Miserey [25 novembre 2005] LES PETITES BULLES emprisonnées depuis des centaines de milliers d'années dans les glaces du continent antarctique sont en train de changer le cours de l'histoire de l'humanité. Elles sont formées par la neige qui les piège en se tassant par compression pour former de la glace. Au début des années 1990, leur étude avait montré que les variations naturelles des taux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère étaient toujours associées à des variations des températures. Cette découverte avait donné un coup de fouet à l'IPCC (en français Giec, groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), créé en 1988 pour évaluer les changements climatiques. Les carottages effectués alors en aplomb du lac Vostok remontaient jusqu'à ­ 420 000 ans. En juin 2004, sur le site du Dôme C en Antarctique, les Européens ont foré jusqu'à ­ 750 000 ans, grâce notamment à une forte contribution des équipes franco-italiennes installées dans la base Concordia, toute proche. Situé à 3 000 mètres d'altitude, ce plateau est l'un des plus inhospitaliers de la planète, avec des températures moyennes de ­ 54 °C. Il est particulièrement intéressant pour les scientifiques car la glace y est très épaisse et peu perturbée par l'écoulement à la différence du site Vostok où la glace a tendance à s'accumuler. Le programme Epica y a déjà permis de forer 3,6 km de carottes. Elles sont tronçonnées au fur et à mesure du forage en cylindres de 10 cm de diamètre et trois mètres de long. Les analyses de ces petites inclusions d'air vont assurément figurer en bonne place dans le prochain rapport de l'IPCC annoncé pour l'an prochain. Première confirmation de l'étude européenne : le taux actuel de CO2 dans l'atmosphère (380 parties pour million) n'a jamais été aussi élevé au cours des 650 000 dernières années. «L'homme a fait en 200 ans ce que la nature fait en 10 000 ans», constate Dominique Raynaud, du laboratoire de glaciologie de Grenoble (LGGE-CNRS). Les analyses réalisées par un groupe de chercheurs européens parmi lesquels plusieurs Français confirment les résultats de Vostok (1). Pour toute la période remontant jusqu'à ­ 650 000 ans, la relation entre les variations de températures et de concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère est vérifiée pour le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane. «Ces nouvelles courbes vont devenir les figures canoniques de la littérature sur les changements globaux», glisse en guise de commentaire Edward Brook, de l'université de l'Oregon. L'alerte des climatologues se trouve même renforcée car la nouvelle période étudiée (de ­ 420 000 à ­ 650 000 ans) se caractérisait par des oscillations climatiques de 40 000 ans de beaucoup plus faible amplitude que celle couverte par les carottes de Vostok. Ces dernières correspondaient au régime climatique actuel, avec des oscillations de 100 000 ans caractérisées par de fortes amplitudes. Les périodes chaudes (interglaciaires) des 420 000 dernières années avaient une température similaire à celle que nous connaissons actuellement. Il y a 650 000 ans, elles étaient moins chaudes mais duraient plus longtemps. Ces différents stades climatiques caractérisés par des périodes glaciaires suivies de périodes interglaciaires (chaudes) ont été identifiés d'abord sur les carottes de sédiments marins. Les glaciologues les ont retrouvés dans les carottes glaciaires. Mais la glace livre une information supplémentaire. Avec l'eau lourde (le deutérium) présente dans la glace, il est possible de déduire la température qu'il faisait au moment où la neige tombait car la concentration de la neige en eau lourde dépend de la température de condensation au moment de sa formation dans les nuages. Oscillations de 100 000 ansObjectif :- 1,2 million d'années A l'aide de toutes ces données, les chercheurs européens ont finalement découvert que le climat est plus sensible aux variations de gaz à effet de serre qu'on était en droit de le penser. Il faut toutefois relativiser leur contribution dans le système climatique naturel. «L'oscillation astronomique est le stimulateur (pacemaker en anglais) alors que les gaz à effet de serre ont un effet amplificateur», insiste Dominique Raynaud. Aujourd'hui, avec l'activité humaine, l'effet du CO2 risque de prendre le pas sur tous les autres facteurs, y compris astronomiques. Le prochain carottage du programme européen Epica en Antarctique devrait permettre de remonter à ­ 900 000 ans. Un autre programme international devrait bientôt être lancé sur le site du Dôme A, le plus haut point du plateau antarctique. Objectif : récolter les pépites d'air vieilles de 1,2 million d'années. (1) Science, 25 novembre 2005. _____ (pour info) Suisse Le président de Swissolar interdit de panneaux solaires   VEVEY Le toit de la maison de l'ancien syndic Yves Christen ne pourra pas être équipé de cellules photovoltaïques. http://www.24heures.ch/vqhome/edition/riviera___chablais/swisssolar_241105.edition=rc.html sandra weber Publié le 24 novembre 2005 » Président de Swissolar, Yves Christen n'a pas obtenu l'autorisation de la section des Monuments et sites historiques du canton de Vaud d'installer des panneaux solaires sur le toit de sa maison, au centre historique de Vevey. Cette interdiction illustre à ses yeux l'un des obstacles auxquels est confrontée l'industrie de l'énergie solaire: le règlement des constructions. Il ne pourra pas montrer l'exemple. Ironie du sort, le président de Swissolar Yves Christen n'est pas autorisé à installer de panneaux solaires sur le toit de sa propre maison à Vevey, ville dont il a été le syndic de 1990 à 2001. Au-delà de sa contrariété personnelle, Yves Christen voit en cette situation le symbole de l'un des obstacles majeurs auxquels est confrontée l'industrie de l'énergie solaire aujourd'hui, soit le règlement des constructions. Pour lui, refuser l'installation de panneaux solaires dans des zones sensibles comme un centre-ville historique revient à accréditer la thèse selon laquelle cet équipement serait a priori disgracieux. «Il ne s'agit pas de sacrifier l'esthétique, mais il faut un tant soit peu évoluer, estime-t-il. Dans la vieille ville de Vevey, les panneaux solaires peuvent très bien s'intégrer aux anciennes constructions. Sur le toit, ces installations ne se voient que très peu, suivant les techniques utilisées.» Située aux abords de la place du Marché, la maison d'Yves Christen, si elle n'est pas classée, a toutefois obtenu la note 3 (la meilleure étant 1). La section des Monuments et sites historiques du canton de Vaud, consultés lors de la mise à l'enquête, a refusé le projet d'Yves Christen. «Ce sont des gens figés, estime le conseiller national. Rejeter ce dossier est une preuve de l'attitude dogmatique envers les panneaux solaires: l'esthétique change! Cela montre bien que cette énergie renouvelable est méprisée. A Swissolar (n.d.l.r.: Association suisse des professionnels de l'énergie solaire), nous estimons que si chaque habitant équipait son toit de 6 m2 de panneaux, 10% de la consommation totale d'électricité en Suisse serait ainsi produite.» Cas similaire à Lavaux A Cully, Philippe Barraud a lui aussi essuyé le refus de la section des Monuments historiques. «Je ne peux pas équiper mon toit de panneaux solaires, mais on me propose une solution de rechange. Plus onéreuse - ce n'est déjà pas très rentable - et moins esthétique! Il s'agit de mettre cette installation sur une surface de 25 m2, au sol.» Il s'y résoudra, pour autant qu'une solution économique acceptable soit trouvée. Philippe Barraud s'interroge néanmoins sur le pouvoir de décision de la section des Monuments et sites historiques du canton de Vaud en la matière. «Le fait d'accepter ou non la pose de panneaux solaires sur les toits de Lavaux est à mon sens une décision politique», estime Philippe Barraud. Il a dès lors écrit au conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud, afin de porter cette question au niveau politique. ______ Belgique http://www.greenprices.com/eu/newsletter/GPBE_15_051124/INBriefnr15.asp Electrabel builds biomass plant   In Flemalle near Liège, power producer Electrabel converted part of an old coal plant into a 80 MW biomass plant. The plant uses 1200 tonnes of wood chips a day. The plant provides a yearly amount of 400,000 green certificates of each 1 MWh produced for the Belgian market. To the stock market Following the example of several renewable energy companies in Germany , also companies in Belgium are now applying for stock market quotations. Next week, Belgian energy and transport company Reibel will sell 133,000 shares. At the present value of about € 4 per share, Reibel will get about half a million from the market.   Its daughter Belpower, sells solar power systems and wind turbines. Reibel expects a boost in the RE market in Belgium because of new tariffs for green certificates as of the 1st of   January.   It claims to have an exclusive contract with Solarpower for the delivery of 2 MW of PV panels per year. _______ EU Commissioner Dimas: 25% renewable energy in 2020   http://www.greenprices.com/eu/newsletter/GPBE_15_051124/Dimas25percent.asp   The Commissioner of the Environment, Stavros Dimas, advocates a 25% share of renewable energy in 2020 within the EU.  Reacting to the recent call of the European Parliament, Dimas spoke at the Beijing International Renewable Energy Conference: " Considering climate change, issues of security of supply, and energy price volatility, I think the European Union should indeed seriously consider adopting this ambitious target." But meanwhile he pointed out that 'the jury is still out'. Dimas announced that the European Commission will publish its findings early next year. The Beijing conference was held on 7 and 8 November, following the World Summit on Sustainable Development 2002 in Johannesburg and the Renewables 2004 Conference in Bonn . Around 1200 participants and 30 ministers from 100 countries shared experiences and views on renewable energy policies, technologies and financing during the event, which was organised by China and the European Commission. In the resulting 'Beijing Declaration' representatives of 78 countries called for a substantial increase of the global share of renewable energy in the world's total energy supply. They stressed the need for more international cooperation and financing schemes, such as loan guarantees, the Clean Development Mechanism (CDM) of the Kyoto mechanisms, and market-based instruments that can leverage scarce public funds. However, no extra actions or targets have been suggested, apart from the International Action Programme that was already composed during the Bonn conference. Next year the UN Commission of Sustainable Development will cover renewable energy. _______ Etats - Unis The power of soybeans http://www.post-gazette.com/pg/05328/611898.stm (...) Already, the great utility player of the vegetable league -- used in soaps, foams and salad dressing -- the soybean is also the key ingredient for the burgeoning biodiesel fuel industry. Thanks to hefty petroleum prices, a tax incentive that began this year and a desire for cleaner-burning alternative fuels, biodiesel plants are popping up nationwide. In such rural areas as southern Maryland and the Eastern Shore, where farming is slowly waning, some officials hope that the biodiesel market for soybeans might help halt that slide. (...) But widespread biodiesel use is still hindered by its price: Pure biodiesel can cost 50 cents more per gallon than regular diesel. While still a fraction of petroleum output, the National Biodiesel Board expects that 75 million gallons of biodiesel -- which also can be made from other plant products and used cooking oils -- will be produced nationwide this year. That is three times the amount made last year and 38 times the production in 2000. In September, Minnesota became the first state to require that all diesel sold in the state be mixed with at least 2 percent biodiesel. (...) Maryland's largest soybean producer, Queen Anne's County on the Eastern Shore, this year converted its entire 180-vehicle diesel fleet to a 20 percent blend of biodiesel. The county received a $60,000 grant from the Energy Department to pay for the difference in cost between biodiesel and regular diesel. (...) Maryland's major market for soybeans is now the poultry industry. Perdue Farms crushes them into meal, for chicken feed. A byproduct is soybean oil, most of which is sold to the food industry, said Perdue spokeswoman Julie DeYoung, with a small but growing portion sold to two biodiesel plants. Hot oil can be blended with ethanol and potash to make glycerin and biodiesel. That is the basic recipe that James Warren, owner of the Cropper Oil Co. in Berlin, Md., on the Eastern Shore, plans to use in a biodiesel plant for which construction is to begin in January. Mr. Warren has been helped by federal tax incentives that lessen the cost of producing biodiesel, and the Worcester County Commissioners voted this month to change county zoning to allow such an operation. He plans initially to produce 500,000 to 1 million gallons annually. ""The more demand for biodiesel, the more demand for soybeans, and that's going to help the profit off the beans,"" said Mr. Warren, who is also a soybean farmer. ""I heard a lot of farmers talking about biodiesel ... when the prices [of regular diesel] were going up so high, and they were tired of it, and they were saying, 'I'd rather see somebody here get paid than some foreigner.' "" The biodiesel industry, in its nascent stage, still must overcome obstacles before it attains widespread use. The average driver can purchase biodiesel at only a couple dozen gas stations in the region, for instance. In colder temperatures, it can become thick and sludge-like, especially the pure biodiesel. It also has solvent properties that, while capable of cleaning an engine, can plug filters. ""It's just taking off. I think it's going to be a niche product,"" said Michael Besche, president of Waldorf, Md.-based Besche Oil, which distributes diesel to about 50 service stations in Maryland and maydistribute biodiesel. ""When you start talking about billions and billions of gallons of diesel, and the amount of soybeans that would have to be grown to produce it, there are limits."" ______ Brésil Brazil Ready for Second Sugar Cane Energy Revolution http://www.planetark.com/dailynewsstory.cfm/newsid/33661/story.htm RIO DE JANEIRO - Record oil prices this year fueled talk of a second Brazilian sugar cane energy revolution to produce electricity by burning cane waste, industry officials said Thursday. ""We're considering increasing funding for renewable energy projects, especially those to improve production technology and reduce costs,"" said Antonio Barros Castro, Director of Planning at the National Economic and Social Development Bank (BNDES). But he told a sugar cane bioelectricity seminar that there were too few projects and that costs were too high in Brazil, which produces one-third of the world's sugar cane. Cane represents some 14 percent of the primary energy used in Brazil. But sugar cane's main energy product, ethanol, accounts for only 4 percent of final energy consumption. ""This is due to inefficient sugar cane processing,"" said Jayme Buarque de Hollanda, Director General of the National Institute of Energy Efficiency. Improved technology would result in the production of more than 60 TWh (terawatt hours), or around 17 percent of Brazilian energy supply in 2004, according to the institute. The first sugar cane energy revolution took place in the 1970s when a quadrupling of oil prices prompted Brazil to launch a program to produce sugar-cane based fuel alcohol, also known as ethanol, to reduce imports and save foreign exchange. Now, Brazilian electricity demand is expected to rise to 80 TWh in the next five years, requiring an extra 15,000 MW generation capacity. Part of this extra production could come from sugar cane, according to the institute. ""Bagasse (cane waste) offers great energy prospects, but needs a lot of investment and long-term planning,"" said Professor Isaias Macedo of Campinas University (Unicamp), Sao Paulo state. He added that as long as oil prices stayed above $30 a barrel, this would stimulate development of new technology within 5-10 years to make sugar byproducts, notably biodegradable plastics, at competitive prices. Laura Tetti, adviser to the Sao Paulo Cane Agroindustry Union (Unica), said that Brazil's cost of converting cane and other biomass into renewable fuels was much lower than in the United States and Europe. Brazil, which produced more than 16 billion liters of ethanol this year from 2.7 million hectares, could easily increase cane planting to meet a forecast rise in world demand, she said. (One terawatt (TW)) = 1,000 gigawatts) "
"Grande - Bretagne LE MONDE | 24.11.05 | 13h53  *  Mis à jour le 24.11.05 | 13h53 http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-713845@51-706328,0.html http://www.bedzed.org.uk/main.html BEDDINGTON ( SURREY, ANGLETERRE) ENVOYÉ SPÉCIAL e loin, on aperçoit d'étranges cheminées aux couleurs vives. Elles couronnent les toits de BedZED, le premier village écologique d'Angleterre, à vingt minutes de train au sud de Londres. Grâce à leur ingénieux ...

Angleterre ; Centrale biomasse ; Cogénération biomasse ; Ecoquartier ; Empreinte écologique ; Réalisation ; Récupération de l'eau

... Lire [+]

V

- n° 110106

"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/31487.htm http://www.internationalsinergy.it/index_eng.htm La plus grande centrale a huile au monde naitra bientot en Italie, avec comme combustible de l'huile vegetale (par exemple de l'huile d'olive). L'annonce a ete presentee lors de la rencontre ""Le developpement des sources energetiques alternatives a travers incitations financieres, technologies et marches"", dans le cadre du forum international sur l'energie ""Synergy 2005"" a Rimini. L'installation aura une puissance de 34 MW et sera concue par la filiale italienne Grandi Motori de la societe finlandaise Warstila. Les chantiers de la centrale debuteront en 2006. A l'heure actuelle, le lieu est tenu secret, mais Marco Golinelli de Wartsila assure que ""c'est une installation destinee a battre le precedant record mondial, toujours en Italie, de la centrale de 24 MW construite a Monopolli dans le sud de l'Italie"". Sources : Il Sole 24 Ore - 11/11/2005 _"
"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/31487.htm http://www.internationalsinergy.it/index_eng.htm La plus grande centrale a huile au monde naitra bientot en Italie, avec comme combustible de l'huile vegetale (par exemple de l'huile d'olive). L'annonce a ete presentee lors de la rencontre ""Le developpement des sources energetiques alternatives a travers incitations financieres, technologies et marches"", dans le cadre du forum ...

Centrale biomasse ; Chaudière ; Combustible ; Grande puissance ; Huile végétale ; Italie ; Projet ; Record

... Lire [+]

V

- n° 1645
ISBN 1163-2720

Une centrale au bois à La Roche-en-Brenil (21) d'une puissance de 800 kW à 1,2 MW éléctrique. La centrale produira également 3 MW therique pour les bâtiments publics et les logements sociaux de la commune dont 10 sont en construction HQE

Bâtiment public ; Bois énergie ; Bourgogne ; Centrale biomasse ; Cogénération biomasse ; Cogénération bois ; Collectivité locale ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Logement social ; Parc régional ; Production d'électricité ; Production de chaleur ; Réalisation ; Réseau de chaleur ; Scierie ; Sciure de bois ; Valorisation des déchets

... Lire [+]

V

- n° 300306

"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32816.htm Le parc industriel Baden Airpark, pres de Karlsruhe, accueille depuis le 21 mars 2006 une centrale thermique biomasse. Fruit d'un brevet finlandais, la centrale fonctionne avec des residus ligneux issus de l'activite paysagere, soit 80.000 tonnes de biomasse par an, collectees dans un rayon de 100 km. La nouvelle centrale fournira de l'electricite et de la chaleur a quelque 12.000 foyers de la region de Baden-Baden. Elle peut produire une puissance electrique allant jusqu'a 5,2 megawatts et jusqu'a 3,5 megawatts pour le chauffage urbain. Ce sont ainsi 65.000 tonnes de dioxyde de carbone en moins par an qui seront rejetees dans l'atmosphere par rapport a l'activite d'une centrale a charbon. Lors de l'inauguration, la chanceliere Angela Merkel a souligne que la nouvelle centrale constituait une reference en matiere d'innovation technologique, et serait une source de creation de richesse et d'emploi. A moyen terme, le gouvernement allemand entend augmenter sensiblement la part de la biomasse dans la consommation energetique primaire et accorder plus de moyens financiers a la recherche energetique. Le 3 avril prochain, le sommet national sur l'energie reunira a l'invitation de la chanceliere les representants des secteurs de l'energie, de la protection des consommateurs, de l'automobile et de l'environnement. Les resultats serviront a l'elaboration d'une strategie globale en matiere de politique energetique. Pour en savoir plus, contacts : http://www.bundesregierung.de/-,413.977302/artikel/Auf-Knappheit-fossiler-Ressour.htm Sources : ""Nouvelles d'Allemagne"", Centre d'Information et de Documentation de l'Ambassade d'Allemagne a Paris - 23/03/2006 "
"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32816.htm Le parc industriel Baden Airpark, pres de Karlsruhe, accueille depuis le 21 mars 2006 une centrale thermique biomasse. Fruit d'un brevet finlandais, la centrale fonctionne avec des residus ligneux issus de l'activite paysagere, soit 80.000 tonnes de biomasse par an, collectees dans un rayon de 100 km. La nouvelle centrale fournira de l'electricite et de la chaleur a quelque 12.000 ...

Allemagne ; Centrale biomasse ; Cogénération biomasse ; Déchet bois ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 100406

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32944.htm Le Royaume-Uni a commence a construire, le 27 janvier 2006, sa plus grande centrale electrique, alimentee par de la biomasse, a Stevens Croft, pres de Lockerbie en Ecosse. Elle aura une capacite de 44 MW et fournira de l'electricite a 70.000 foyers. Elle sera composee d'une chaudiere a lit fluidise a bulle (les particules solides sont suspendues dans l'air pour la combustion et les cendres formees redescendent dans le fond de la chaudiere) et d'une turbine a vapeur.
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32944.htm Le Royaume-Uni a commence a construire, le 27 janvier 2006, sa plus grande centrale electrique, alimentee par de la biomasse, a Stevens Croft, pres de Lockerbie en Ecosse. Elle aura une capacite de 44 MW et fournira de l'electricite a 70.000 foyers. Elle sera composee d'une chaudiere a lit fluidise a bulle (les particules solides sont suspendues dans l'air pour la combustion et les ...

Angleterre ; Bois énergie ; Centrale biomasse ; Cogénération biomasse ; Cogénération bois ; Écosse ; Production d'électricité ; Turbine à vapeur

... Lire [+]

V

- n° 1649
ISBN 1163-2720

Eneria démarre à Moissannes (87) son démonstrateur de gazéification pour produire de l'électricité à partir de biomasse

Biomasse ; Centrale biomasse ; Chaudière ; Expérimentation ; Gazéification ; Limousin ; Production d'électricité ; Réalisation ; Turbine à vapeur

... Lire [+]

V

- n° 369
ISBN 0292-1731

Suez et Velcan Energy ont tous deux annoncés la mise en place de centrales biomasse dans un pays qui semble offrir de nombreuses opportunités, tant pour les certificats que pour la vente d'électricité

Biogaz ; Brésil ; Centrale biomasse ; Energie hydraulique ; MDP / Mécanisme Développement Propre

... Lire [+]

V

- n° 174
ISBN 0295-5873

Selon certains, l'Écosse n'est pas bénie des dieux : vent fort, pluie abondante, mers agitées... Pourtant elle entend faire de ces "faiblesses" une force. L'objectif : 18 % en 2010 et 40 % en 2020 de son énergie tirée des renouvelables.

Automobile ; Biodiesel ; Bois énergie ; Centrale biomasse ; Écosse ; Énergie marine ; Éolien ; Huile / graisse animale ; Huile végétale ; Lisier / Excrément animal ; Offshore ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 17

Le nouveau gouvernement wallon aura mis près d'un an à se posotionner sur la nouvelle période de quotas (2008-2012) appliqués aux certificats verts

Belgique ; Centrale biomasse ; Certificat vert ; Électricité renouvelable ; Energie hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 71

Les conditions de l'appel d'offres 2006 pour la production d'électricité à partir de la biomasse ont été adressées à la CRÉ le 12 juillet pour rédaction du cahier des charges.

Appel d'offre ; Biomasse ; Centrale biomasse ; France ; Production d'électricité

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Centrale biomasse [83]

Production d'électricité [33]

France [29]

Biomasse [28]

Bois énergie [25]

Biogaz [18]

Éolien [18]

Cogénération biomasse [17]

Réalisation [17]

Projet [16]

Électricité renouvelable [15]

Solaire photovoltaïque [15]

Chiffre clé [14]

Puissance installée [14]

Energie hydraulique [13]

Généralité énergie renouvelable [13]

Politique énergétique [13]

Tarif d'achat [12]

Appel d'offre [11]

Biocarburant [10]

Chaufferie bois [10]

Collectivité locale [10]

Europe [10]

Production de chaleur [9]

Recensement / Inventaire [9]

Allemagne [8]

Commune / Ville [8]

Déchet [8]

Géothermie [8]

Bois déchiqueté / Plaquette [7]

Cogénération [7]

Milieu agricole [7]

Cartographie / Atlas [6]

Chaudière bois [6]

Grande puissance [6]

Objectif [6]

Réseau de chaleur [6]

Secteur industriel [6]

Centrale géothermique [5]

Chaleur renouvelable [5]

Chaudière [5]

Combustible [5]

Consommation d'énergie [5]

Électricité [5]

Énergie marine [5]

Gazéification [5]

Grenelle de l'environnement [5]

Industrie [5]

Investissement [5]

Région [5]

Turbine à vapeur [5]

Valorisation énergétique [5]

Approvisionnement [4]

Aquitaine [4]

Autriche [4]

Belgique [4]

Bilan [4]

Bourgogne [4]

Bretagne [4]

Budget [4]

Centrale photovoltaïque [4]

Centrale thermique [4]

Chauffage [4]

Cogénération bois [4]

Consommation d'électricité [4]

Déchet ménager [4]

Efficacité énergétique [4]

Fonds chaleur [4]

Granulé bois [4]

Huile végétale [4]

Incinération [4]

Indépendance énergétique [4]

Italie [4]

Marché de l'électricité [4]

Marché européen [4]

Méthanisation [4]

Nucléaire [4]

Paille / Roseau [4]

PPI - Programmation Pluriannuelle des Investissements [4]

Production d'énergie [4]

Provence Alpes Côte d'Azur [4]

Réglementation [4]

Réseau électrique [4]

Sciure de bois [4]

Sénégal [4]

Suisse [4]

Transport [4]

Usine de fabrication/production [4]

Aspect historique [3]

Bilan énergétique [3]

Bois [3]

Centrale nucléaire [3]

Centrale solaire [3]

Céréale [3]

Certificat vert [3]

Chauffage bois [3]

CO2 / Dioxyde de carbone [3]

Coproduit / Sous-produit [3]

Coût d'investissement [3]

Coût de production [3]

Danemark [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z