F Nous contacter

0

Documents  Automobile | enregistrements trouvés : 275

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 284
ISBN 0292-1731

En 2000, le Présdent de Toyota avait souligné devant ses confrères réunis à Détroit que le développement de véhicules plus propres et économes en énergie primaire était vital pour la pérennité de l'industrie automobile. Ce n'était pas un simple effet d'annonce, puisque le constructeur japonais a présenté au Salon de Genève une véritable gamme de modèles à propulsion hybride termique-électrique et annoncé que 7 voitures à PAC de la marque rouent quotidiennement au Japon et aux États-Unis
En 2000, le Présdent de Toyota avait souligné devant ses confrères réunis à Détroit que le développement de véhicules plus propres et économes en énergie primaire était vital pour la pérennité de l'industrie automobile. Ce n'était pas un simple effet d'annonce, puisque le constructeur japonais a présenté au Salon de Genève une véritable gamme de modèles à propulsion hybride termique-électrique et annoncé que 7 voitures à PAC de la marque rouent ...

Automobile ; Constructeur ; Moteur diesel ; Moteur hybride ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 51103

"LE MONDE Par sept fois déjà, en 2003, l'Association pour la surveillance et l'étude de la pollution atmosphérique en Alsace (ASPA) a signalé un pic de pollution aux particules. Non que cette région soit plus vulnérable que le reste de la France à ces poussières imputables à 40 % aux moteurs diesels : en 2002, selon un bilan publié par les réseaux de surveillance, les teneurs en particules dans l'atmosphère à Mulhouse et Strasbourg étaient les mêmes qu'à Paris et Lille et inférieures aux valeurs mesurées à Lyon, Marseille, Nice, Nancy ou Toulon. Simplement, l'Alsace est plus transparente. Cette région est la seule à avoir établi une procédure d'information des habitants sur ce polluant. Des arrêtés préfectoraux de 1997 ont établi dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin un seuil de recommandation (80 microgrammes en vingt-quatre heures) et un seuil de risque (125 microgrammes), à partir de normes du Conseil supérieur d'hygiène publique. Dans le reste de la France, les choses traînent. La directive européenne de 1999 et le décret français de transposition précisent des valeurs limites pour les particules d'un diamètre inférieur à 10 microns (PM10). Mais ils ne créent aucune obligation de communication auprès du public, malgré la nocivité reconnue de ce polluant qui se retrouve également dans les couloirs de métro. Les taux de particules mesurés sont seulement intégrés dans le calcul de l'indice Atmo, qui évalue de manière globale la qualité de l'air sur une échelle de 1 à 10. ""Les émissions de particules par les véhicules diesels sont hautement toxiques pour la santé, explique Lionel Bueno, docteur à l'unité de neuro-gastro-entérologie à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Toulouse. Plus de 70 travaux scientifiques ont été publiés ces trois dernières années, confirmant les premières données publiées il y a maintenant plus de dix ans. La France est l'un des rares pays à vouloir ignorer cette pollution."" Le chercheur présente à l'appui de ses dires des sources, notamment japonaises et américaines, faisant état d'une recrudescence de cancers pulmonaires, d'asthme, de fibroses ou d'—dèmes pulmonaires. Selon le ministère de l'écologie, les particules fines ont ""un impact sur la santé humaine mais aussi sur le bâti et les écosystèmes"". ""C'est un des polluants les plus complexes à identifier"", constate Philippe Lameloise, directeur d'Airparif, qui surveille la qualité de l'air en région parisienne. ""Après avoir considérablement diminué ces vingt dernières années, les concentrations en PM10 stagnent depuis trois ou quatre ans"", explique Alain Target, directeur de l'ASPA. Les améliorations nominales apportées aux émissions des diesels par les constructeurs sont pour l'heure contrecarrées par l'explosion du marché de cette motorisation et par l'accroissement constant du trafic. L'introduction sur les modèles haut de gamme récents des filtres à particules, qui captent plus de 90 % des poussières, devrait entraîner une tendance à la baisse, promettent leurs concepteurs. Mais, aujourd'hui, à peine 1 % du parc français est équipé, et la généralisation de ces filtres pourrait prendre quinze ans. Pionnière dans l'information sur l'ozone et les particules, l'Alsace s'attaque désormais à un autre grand chantier en matière de pollution atmosphérique : les gaz à effet de serre, jugés responsables du réchauffement climatique. L'ASPA a dressé, à la demande du conseil général du Bas-Rhin, un cadastre des niveaux de CO2 dans le département. B. H.  ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 06.11.03 "
"LE MONDE Par sept fois déjà, en 2003, l'Association pour la surveillance et l'étude de la pollution atmosphérique en Alsace (ASPA) a signalé un pic de pollution aux particules. Non que cette région soit plus vulnérable que le reste de la France à ces poussières imputables à 40 % aux moteurs diesels : en 2002, selon un bilan publié par les réseaux de surveillance, les teneurs en particules dans l'atmosphère à Mulhouse et Strasbourg étaient les ...

Alsace ; Automobile ; Diesel ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Pollution de l'air

... Lire [+]

V

- n° 451

"Sous chaque plaque, qui agit comme un ralentisseur de véhicules, un générateur électrique se met à travailler. L'électricité produite fournit entre autres au supermarché l'énergie nécessaire pour le fonctionnement des caisses de paiement. Selon le manager du supermarché, ces générateurs font partie d'un paquet environnemental : la pluie est recueillie sur les toits des bâtiments, de l'eau chaude est produite à partir de collecteurs solaires et la consommation des congélateurs est également couverte la nuit. Les plaques métalliques de l'entreprise britannique Highway Energy Systems représentent une première : le supermarché veut ainsi recueillir 30 kW de puissance électrique, ce qui est une puissance notable dans le domaine de la ""récolte d'énergie"" (Energy Harvesting [1]). Ainsi, les développeurs du projet affirment que de nombreux appareils sont naturellement entourés d'une ""mer d'énergie"", qu'ils auraient seulement besoin de capter. Vibrations, mouvements et différences de température constituent des sources qui alimentent cette mer. Quelques douzaines d'entreprises tentent déjà d'alimenter en énergie des petits capteurs pour leur charge. ""La phase pionnière comprenant des études de faisabilité pures est terminée"", selon Peter Woias, directeur de l'Ecole doctorale ""Micro Energy Harvesting"" de l'Université de Fribourg. Les petits appareils représentent l'avenir ""car l'énergie disponible dans l'environnement se trouve fréquemment dans les objets de taille insignifiante."" Cette énergie peut ainsi alimenter uniquement de la microélectronique dont les exigences en terme de charge sont restreintes. Mais ce n'est pas forcément un inconvénient. Selon Jörg Wallaschek, de l'Université d'Hanovre : ""Pensez seulement aux millions de petites batteries dont ces instruments avaient besoin jusqu'à présent."" A l'intérieur des centrales minuscules se trouvent souvent des thermocouples [2] qui réagissent aux différences de température en créant une tension, ou des cristaux piézoélectriques [3], qui émettent une tension quand ils sont comprimés. Le capteur utilise l'électricité ainsi produite pour émettre des résultats de contrôle à destination des récepteurs. Les commutateurs d'éclairage de l'entreprise Enocean, située à Oberhaching (près de Munich) fonctionnent de la même façon. L'actionnement d'une touche produit assez d'énergie pour allumer les lampes par impulsion radio. Les objets d'admiration de Jörg Wallaschek sont multiples : des capteurs sans fil qui déclenchent des alarmes dans des appareils ou des ponts subissant des vibrations trop fortes, des capteurs insérés dans les pneus de véhicules qui ne contrôlent pas seulement la pression des pneus, mais aussi les données du système anti-blocage. ""D'ici à leur utilisation en série, nous devrons encore attendre entre cinq et dix ans. Le prix devrait ainsi être réduit de façon conséquente."" Les entreprises comme Highway Energy confèrent à présent une nouvelle dimension au concept de récolte d'électricité. Il ne s'agit plus seulement de capteurs isolés avec des fonctions limitées, mais de fabrication d'électricité avec d'autres objectifs plus ambitieux. Pourtant, pour réaliser des performances dans le domaine des kilowatts, il faut capter les mouvements de voitures de plusieurs tonnes. Des appareils portables chargeant le téléphone portable en marchant ne sont pas encore à espérer, selon Peter Woias. ""De tels générateurs devraient, pour des raisons physiques, être aussi grands et lourds que le téléphone lui-même."""
"Sous chaque plaque, qui agit comme un ralentisseur de véhicules, un générateur électrique se met à travailler. L'électricité produite fournit entre autres au supermarché l'énergie nécessaire pour le fonctionnement des caisses de paiement. Selon le manager du supermarché, ces générateurs font partie d'un paquet environnemental : la pluie est recueillie sur les toits des bâtiments, de l'eau chaude est produite à partir de collecteurs solaires et ...

Angleterre ; Automobile ; Énergie cinétique ; Innovation ; Parking ; Principe de fonctionnement ; Production d'électricité ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 90409

Ce paquet comporte ainsi plusieurs textes dont une nouvelle directive pour la promotion des énergies renouvelables qui fixe pour chaque Etat membre des objectifs contraignants de production d'énergie renouvelable. Chaque pays est désormais invité à présenter un plan national à la Commission au plus tard en juin 2010. Les États membres devront transposer la directive au plus tard 18 mois après sa publication au JO de l'UE. Le paquet contient également un système révisé d'échange de quotas d'émission de GES (SCEQE). Le SCEQE révisé s'appliquera au début de la troisième période d'échanges, à savoir le 1er janvier 2013. Dans les États membres, les actes nécessaires au respect de la directive devront donc entrer en vigueur d'ici le 31 décembre 2012. Un troisième texte vise à répartir les efforts de réduction d'émission de GES entre les pays pour les autres secteurs non couverts par le SCEQE : transports, agriculture, logement. Chaque État membre sera tenu de respecter l'évolution du volume des émissions de CO2 qui lui a été assignée d'ici à 2020, faute de quoi la procédure d'infraction habituelle de l'UE sera applicable. La décision entrera en vigueur peu de temps après sa publication au Journal officiel de l'UE. Le paquet climat énergie contient par ailleurs de nouvelles règles pour des voitures plus propres en Europe. Ce règlement donnera une assise juridique à l'objectif actuel de l'UE consistant à réduire les émissions moyennes pour les voitures neuves à 120 g de CO2/km. Le règlement entrera en vigueur peu de temps après sa publication au Journal officiel de l'UE mais les objectifs en matière d'émissions ne s'appliqueront qu'à partir de 2012. Enfin, le paquet instaure de nouvelles normes de qualité environnementale pour les carburants et les biocarburants et un cadre réglementaire pour le captage et le stockage du carbone (CCS). Les États membres sont tenus de transposer la directive sur les carburants dans leur législation nationale d'ici la fin de 2010 et celle sur le CCS dans un délai de deux ans.
Ce paquet comporte ainsi plusieurs textes dont une nouvelle directive pour la promotion des énergies renouvelables qui fixe pour chaque Etat membre des objectifs contraignants de production d'énergie renouvelable. Chaque pays est désormais invité à présenter un plan national à la Commission au plus tard en juin 2010. Les États membres devront transposer la directive au plus tard 18 mois après sa publication au JO de l'UE. Le paquet contient ...

Automobile ; Biocarburant ; Carburant ; Changement climatique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Directive européenne ; Effet de serre ; Europe ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Objectif européen ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Séquestration CO2 ; Transposition

... Lire [+]

V

- n° 160909

Ce simulateur se fonde sur les propositions de modalités annoncées par le Président de la République le 10 septembre dernier. Il prend en compte les consommations annuelles en carburant, fioul et gaz, la situation familiale ainsi que l'accès aux transports en commun dans la zone d'habitation du futur contribuable. http://www.taxe-carbone.clcv.org/

Automobile ; Consommation d'énergie ; Consommation de carburant ; Consommation de gaz ; Déplacement ; Fioul ; Fiscalité ; Méthode de calcul ; Site Internet ; Taxe Carbone

... Lire [+]

H

- n° 290110

C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, les métiers de la forêt devraient induire la création de 23 620 emplois pérennes à l'horizon 2020 (techniciens d'animation, éco-certificateurs, formateurs, etc.). Le groupe chargé du bâtiment, secteur le plus porteur de croissance verte, estime quant à lui qu'il faut former 70.000 jeunes par an pour couvrir les besoins de la profession, et 230.000 personnes au titre de la formation continue d'ici 2020. «Nous allons faire ce qui a été proposé par chacune des 11 filières», a affirmé Jean-Louis Borloo en introduction de la conférence. Le plan de mobilisation des filières et des territoires s'inscrit comme le premier volet du projet global dit «Pacte de solidarité écologique», qui inclut également un plan de lutte contre la précarité énergétique, la transformation des modes de vie, comportements et consommation, l'amélioration du cadre de vie dans les territoires et la mobilisation citoyenne et sociale. C'est Valérie Létard qui a détaillé les 9 axes du plan, qui s'appuient de façon complémentaire sur la mobilisation de l'Etat, celle des filières et enfin celle des territoires. Parmi les objectifs, une meilleure identification des métiers de la croissance verte, la formation des futurs formateurs, l'accès à ces métiers pour les publics les plus en difficulté (jeunes, handicapés, etc.), ou encore l'adaptation des formations aux nouvelles réalités des métiers. L'Etat et les collectivités locales, via la loi Grenelle II, injecteront 170 milliards d'euros dans l'économie et 200 millions ont été sollicités au titre du «grand emprunt» pour mettre en place un fonds d'appui destiné aux projets innovants. «Au moins un actif sur deux est impacté par le plan Grenelle, il s'agit d'une métamorphose des modes de consommation et de production», a estimé Jean-Louis Borloo. «Dans la panoplie des mesures du Grenelle, ce plan représente la mutation la plus importante.» Il a mobilisé plusieurs ministères ainsi que le haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté. Son directeur, Martin Hirsch a d'ailleurs indiqué que dès la rentrée 2010, le service public d'orientation serait opérationnel sur ces questions de «métiers verts». Autre mesure concrète, la création à cette même date d'une filière de formation au métier de technicien en énergies renouvelables et en services à l'énergie. Le directeur général adjoint de Pôle emploi a également fait savoir, sous réserve du vote lors du prochain conseil d'administration, que l'organisme s'engagerait en 2010 à proposer 5% des 250 millions € consacrés annuellement à la formation, à des formations «vertes». Quelques intervenants ont cependant tempéré les propos gouvernementaux. Ainsi, Marcel Grignard, secrétaire national de la CFDT, a estimé que «la projection d'emplois est pour l'instant très aléatoire» et qu'il ne faut pas «ringardiser» les métiers qui ne sont pas «verts». Pour Jean-Luc Thomas, président du comité de filière «électromécanique», c'est plus «une évolution des métiers qu'il faut conduire, que la création de nouveaux métiers». Du côté des associations environnementales, la fédération France nature environnement est plutôt critique. Elle dénonce «des emplois vert pâle, plus politiques qu'écologiques». «L'objectif de la filière Automobiles demeure de produire davantage de véhicules individuels. [...] Les filières identifiées répondent avant tout à des choix d'investissement politiques et économiques, et non à des innovations réellement porteuses d'emplois et de moindres impacts sur l'environnement», rappelle-t-elle dans un communiqué. (1) «Agriculture et forêts», «bâtiment», «mer», «construction électrique, électromécanique et réseaux», «transports», «raffinage, carburants et chimie verte», «automobile», «biodiversité et services écologiques», «tourisme», «énergies renouvelables» et «eau, assainissement, déchets, air» --- Croissance verte : La formation, enjeu majeur du nouveau plan national L'ampleur du potentiel de création d'emplois verts est « encore incertaine », selon le Conseil d'orientation pour l'emploi.©Johannes Braun & Tanguy Cadieu/Naja À l'issue de quatre mois de concertation avec les représentants des 11 secteurs impactés par la croissance verte, le ministère de l'Écologie a présenté jeudi 28 janvier les orientations du Plan national pour les métiers de la croissance verte. Au programme : deux nouvelles formations initiales dès la rentrée 2010 et plus de 350 M€ pour soutenir l'adaptation des entreprises aux nouvelles contraintes environnementales jusqu'en 2020. Comment verdir l'économie française ? C'est la question à laquelle le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo et la secrétaire d'État chargée des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Valérie Létard ont tenté de répondre à l'occasion de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, jeudi 28 janvier. Huit jours après la remise des rapports des 11 comités de filières représentant les secteurs créateurs d'emplois verts, le gouvernement a présenté les grandes lignes d'un futur plan de mobilisation national. Principal constat : le manque de candidats à l'embauche freine la croissance. Pôle Emploi propose ainsi 16 000 offres d'emplois « verts » ou « verdissants » sans trouver preneur, alors que 75% des offres s'adressent aux personnes possédant une qualification entre le CAP-BEP et le Bac Pro. L'urgence est donc à la formation ! De nouvelles formations dès la rentrée 2010 : Alors que la concrétisation des engagements du Grenelle devrait mobiliser d'ici 2020 près de 450 Mds€ d'investissements, le gouvernement propose d'injecter 369 M€ pour développer les formations et les métiers de la croissance verte. Cet engagement débouchera dès la rentrée 2010 à la création d'un bac pro d'agent qualifié dans les métiers de la gestion des déchets et d'un module de formation « technicien en énergies renouvelables » au sein du Bac Pro Electricité. Une enveloppe de 55 M€ sera par ailleurs débloquée pour soutenir la formation aux économies d'énergie dans le bâtiment. Enfin, le ministère de l'Écologie espère obtenir au titre du grand emprunt 100 M€ pour aider les secteurs impactés par le verdissement de l'économie à adapter les compétences des salariés, et 200 M€ pour soutenir les projets innovants. Un potentiel d'emploi incertain : Concernant la création d'activité, Valérie Létard a présenté l'objectif de création de 600 000 emplois d'ici 2020 comme une « fourchette basse » en s'appuyant sur les évaluations faites par les 11 comités de filières. Selon les rapporteurs, quatre secteurs ont un solde positif : les industries électriques (225 000 emplois), les énergies renouvelables (200 000 emplois), la réalisation des infrastructures (67 000 emplois), et l'eau et les déchets (43 000 emplois). Pour les autres, la secrétaire d'État assure qu'il y aura « au minimum un maintien de l'emploi ». Dans son rapport sur les perspectives de création d'emplois liées à la croissance verte, publié lundi, le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) se montre quant à lui plus prudent. Tout en admettant que « la croissance verte peut être significativement créatrice d'emplois », le COE met en garde contre l' « ampleur encore incertaine » de ce mouvement, notamment en raison des pertes d'emploi qu'il pourrait provoquer. D'après le Conseil, seul un véritable « plan Marshall de la formation », permettra de répondre aux ambitions affichées.
C'est hier, lors de la Conférence nationale sur les métiers de la croissance verte, que Valérie Létard a présenté les conclusions à la sauce Grenelle du comité de pilotage national et des 11 comités de filière (1), réunissant les différents acteurs du secteur. Pour chaque filière, associations, élus, professionnels, syndicats et pouvoirs publics ont prospecté les opportunités de création d'emplois «verts» et les moyens d'y parvenir. Par exemple, ...

Automobile ; Bâtiment ; Biodiversité ; Budget ; Déchet ; Économie d'énergie ; Emploi ; Établissement scolaire ; Financement ; Formation ; Généralité énergie renouvelable ; Grenelle de l'environnement ; Métier ; Milieu agricole ; Milieu marin ; Programme de développement ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Raffinerie / Raffinage ; Réseau électrique ; Technicien ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 51103

"L' Agence Americaine pour la Protection de l'Environnement vient de rediger un rapport qui recense les performances mesurees par l'agence en terme de consommation de carburant des vehicules de la saison 2004. En tete de peloton arrivent le Honda Insight et le Toyota Prius 2 avec une consommation en ville respectivement de 60 et 59 Miles Per Gallon * (environ 25 km/l soit 4 l/100 km). En tete pour la categorie des Sport Utility Vehicles le Toyota Rav4 avec 24 mpg (environ 10 km/l), un autre vehicule hybride. * procedure du test non specifiee Sources : Source EPA ____ Israël Une methode israelienne pour eviter le Black-out En aout dernier, il a suffi de 20 secondes pour que la coupure de courant mette toute la cote Est des Etats-Unis dans le noir. Selon Daniel BRANOWER, CEO de l'entreprise israelienne SATEC, le probleme s'explique par l'absence de controle de la distribution electrique : ""pour pouvoir manager de maniere convenable un reseau electrique, il est indispensable de pouvoir prevoir les evenements ; de savoir quel est l'etat de la puissance sur le reseau a n'importe quel moment, afin de deceler la panne avant qu'elle arrive."" Aujourd'hui, la plupart des equipements electriques ne peuvent ""controler"" l'energie qu'ils transportent, et cela de la sous station a l'utilisateur final. La plupart des installations sont aujourd'hui obsoletes. BRANOWER ajoute : ""c'est comme un disjoncteur dans votre maison. Quand les plombs sautent, vous aller redemarrer le disjoncteur mais ne vous connaissez pas toujours l'origine du court-circuit."" SATEC semble proposer une solution interessante pour prevenir des coupures de courant. Un systeme qui utilise une technologie de collecte et de transmission d'informations. Ce systeme, appele ExpertPower, recoupe les informations recuperees et presente un rapport sur un site Internet, consultable par tous. En controlant tous les aspects energetiques (distribution, utilisation...), ExpertPower a la capacite de prevoir une ""crise energetique"". Plus precisement, le systeme mesure et analyse pas moins de 1000 parametres. Il les synchronise tres rapidement, de l'ordre de la milli-seconde, ce qui lui donne la possibilite de reagir a tout moment afin d'eviter une reaction en chaine et ainsi un total black-out. Ce systeme a ete installe dans un certain nombre de sites en Israel et aux Etats-Unis. L'ensemble des tests menes sur ces sites ont donne des resultats tres concluants. SATEC a ete cree en 1987 a Jerusalem par un groupe de jeunes ingenieurs et scientifiques qui avait pour objectif de developper des instruments de mesures de puissance electrique avances et fiables. L'entreprise est aujourd'hui reconnue internationalement comme un des leaders dans le developpement et la fabrication de wattmetres numeriques et d'equipements d'analyse de la puissance electrique. Elle exporte ses produits dans 39 pays a travers le monde et possede d'importants reseaux de distribution en Europe, Amerique et en Asie. Contacts : - Plus d'informations : http://www.satec.co.il Sources : Israel21c, 05/10/2003 "
"L' Agence Americaine pour la Protection de l'Environnement vient de rediger un rapport qui recense les performances mesurees par l'agence en terme de consommation de carburant des vehicules de la saison 2004. En tete de peloton arrivent le Honda Insight et le Toyota Prius 2 avec une consommation en ville respectivement de 60 et 59 Miles Per Gallon * (environ 25 km/l soit 4 l/100 km). En tete pour la categorie des Sport Utility Vehicles le ...

Automobile ; Japon ; Moteur hybride ; Véhicule alternatif

... Lire [+]

V

- n° 170209

"Le site Veolia Propreté de Claye-Souilly (94), plus grande décharge française, va prochainement produire du biocarburant à partir du biogaz issu des déchets qu'elle traite. Le site a également décidé de se porter candidat pour un site de stockage du CO2. Selon l'information révélée aujourd'hui dans ""La Tribune"", les véhicules circulant sur le site Veolia de Claye-Souilly devraient très prochainement rouler au biocarburant produit à l'aide du biogaz issu des déchets traités sur le site. Pour l'heure, les déchets ultimes sont entassés dans des casiers d'enfouissement, sans oxygène, où ils se décomposent en émettant du biogaz composé à 50% de méthane. Afin de pouvoir assurer la transformation de ce biogaz en biocarburant, il est nécessaire de faire passer la part de méthane à 95%. Cette étape devrait donc être bientôt franchie."
"Le site Veolia Propreté de Claye-Souilly (94), plus grande décharge française, va prochainement produire du biocarburant à partir du biogaz issu des déchets qu'elle traite. Le site a également décidé de se porter candidat pour un site de stockage du CO2. Selon l'information révélée aujourd'hui dans ""La Tribune"", les véhicules circulant sur le site Veolia de Claye-Souilly devraient très prochainement rouler au biocarburant produit à l'aide du ...

Automobile ; Biocarburant ; Biogaz ; CET - Centre d'Enfouissement Technique ; Stockage de déchet ; Ile de France ; Projet ; Séquestration CO2 ; Véhicule alternatif ; Vehicule municipal

... Lire [+]

V

- n° 201108

"Le gouvernement vient d'annoncer hier le lancement de l'annualisation du malus écologique sur les voitures les plus polluantes. Plutôt symbolique, ce malus de 160 euros par an touchera les véhicules émettant plus de 250 gr de CO2 par kilomètre, soit finalement très peu de modèles. La mesure avait été promise dans le cadre du Grenelle. Voulu par les écologistes qui défendent le principe du pollueur - payeur, le malus auto sera donc bien annualisé. Pour l'instant, le bonus malus mis en place en 2008 ne s'appliquait qu'à l'achat du véhicule. Pour rappel, le dispositif actuel permet à l'acheteur d'un véhicule ""propre"" (émettant moins de 130 grammes de CO2) de recevoir un bonus compris entre 200 et 1.000 euros. A l'inverse, si un acheteur choisi un gros modèle, il subit un malus qui le contraint à acquitter une taxe lors du paiement de la carte grise. Désormais, la mesure sera annualisée. Jean-Louis Borloo a finalement réussi à imposer l'annualisation du dispositif qu devrait surtout taxer les véhicules de marques étrangères. Selon le projet de loi de finances rectificative présentée mercredi lors du Conseil des ministres, le malus de 160 euros par an concernera les véhicules émettant plus de 250 grammes de CO2 par kilomètre."
"Le gouvernement vient d'annoncer hier le lancement de l'annualisation du malus écologique sur les voitures les plus polluantes. Plutôt symbolique, ce malus de 160 euros par an touchera les véhicules émettant plus de 250 gr de CO2 par kilomètre, soit finalement très peu de modèles. La mesure avait été promise dans le cadre du Grenelle. Voulu par les écologistes qui défendent le principe du pollueur - payeur, le malus auto sera donc bien ...

Automobile ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Écotaxe ; Grenelle de l'environnement ; Loi de finances ; Plan Véhicule Propore ; Politique énergétique ; Politique environnementale ; Pollution de l'air ; Taxe

... Lire [+]

V

- n° 4

Souvent décrié au plan environnemental, le moteur thermique (essence ou gazole) reste le plus répandu au niveau mondial.

Automobile ; CO2 evité ; Moteur hybride ; Véhicule alternatif ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 304
ISBN 0292-1731

L'accord volontaire signé par l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles) en 1998 pour la diminution de la consomation des nouveaux modèles mis que le marché, afin de réduire les émissions de CO2/km du parc auomobile, prévoyait un objectif intermédiaire de 165-170 g de CO2/km en 2003. Cet objectif est largement atteint, puisque la moyenne de l'Union Européenne se situe à 164g ce qui rassure sur la réussite de l'objectif fixé à 140 g de CO2/km en 2008.
L'accord volontaire signé par l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles) en 1998 pour la diminution de la consomation des nouveaux modèles mis que le marché, afin de réduire les émissions de CO2/km du parc auomobile, prévoyait un objectif intermédiaire de 165-170 g de CO2/km en 2003. Cet objectif est largement atteint, puisque la moyenne de l'Union Européenne se situe à 164g ce qui rassure sur la réussite de l'objectif fixé à ...

Automobile ; CO2 / Dioxyde de carbone ; France

... Lire [+]

V

- n° 20
ISBN 1282-6405

Aucun carburant de substitution ne répond aujourd'hui à toutes les exigences de coût, d'acceptation par l'opinion publiques, de sécurité d'approvisionnement et d'infrastructure de production pour concurencer les combustibles fossiles traditinonels. Cependant, pour faire face au double défi de réduire les rejets en polluants émis par les véhicules et leur émissions de gaz a effet de serre, les constructeurs automobiles ont lancé de vastes programme de recherche afin d'utilier l'hydrogène.
Aucun carburant de substitution ne répond aujourd'hui à toutes les exigences de coût, d'acceptation par l'opinion publiques, de sécurité d'approvisionnement et d'infrastructure de production pour concurencer les combustibles fossiles traditinonels. Cependant, pour faire face au double défi de réduire les rejets en polluants émis par les véhicules et leur émissions de gaz a effet de serre, les constructeurs automobiles ont lancé de vastes ...

Automobile ; Hydrogène ; Pile à combustible ; Production d'hydrogène

... Lire [+]

V

- n° 51103

Du gaz liquide dans les moteurs diesel en 2006 FRÉDÉRIC SOUMOIS Du gaz liquide dans les moteurs diesel sans aucune modification de l'allumage ou de la carburation, c'est la nouveauté qu'a présentée mardi à Bruxelles le pétrolier Shell en partenariat avec le constructeur Volkswagen. Celui-ci l'a testé durant des mois dans sa nouvelle Golf, en atteignant des résultats écologiques meilleurs qu'avec du diesel traditionnel (26 % d'émissions de particules et 91 % de monoxyde de carbone en moins). Comme son « vieux » cousin, le LPG, le GTL (pour « gas to liquids ») présente un profil écologique bien meilleur que les carburants traditionnels, notamment en n'émettant pas de soufre. Le carburant est actuellement produit en Malaisie et une nouvelle usine va être construite au Qatar pour en produire davantage dès 2008. Des bus roulent déjà au GTL à Bangkok et à Athènes, deux villes écrasées par la pollution atmosphérique. Et on le teste pour le moment à Londres. L'innovation a été saluée par les commissaires européens de la Recherche et des Transports. Pourtant, il s'agit là d'un carburant fossile, non renouvelable, et qui produit du dioxyde de carbone comme ceux qu'il entend remplacer. Mais pour le pétrolier et le constructeur de voitures, le GTL n'est que la première marche sur la voie des nouveaux carburants. Outre qu'il transpose la dépendance énergétique énorme du pétrole brut vers le gaz, le GTL est surtout un carburant de haute technologie. S'il fonctionne dans n'importe quel diesel, il fonctionnera encore mieux dans les moteurs ultrasophistiqués que les constructeurs mettent peu à peu sur le marché et qui bénéficient globalement des effets de l'injection directe. Car le moteur à explosion, donc la technologie date de plus d'un siècle, est une « catastrophe énergétique », un système qui perd en route largement plus de la moitié de l'énergie produite. C'est à cette marge de progression que s'attaquent les ingénieurs de VW et de Shell avec un moteur et un carburant élaborés en parallèle. La Commission européenne encourage globalement cette démarche à hauteur de 23 millions d'euros et compte l'augmenter. Objectif : accroître la part de marché des biocarburants, produits à partir du règne végétal et donc renouvelables, à hauteur de 2 % en 2005 et 5,75 % en 2010. La Shell, pas bête, vient de racheter clé en main « Corporation », le leader mondial du bioéthanol. Après les carburants fossiles de haute technologie comme le GTL, les carburants biologiques puis les carburants « neutres en CO2 » (qui en recyclent autant qu'ils en produisent) sont les étapes vers la pile à hydrogène. Etre le premier à breveter une manière de stocker aisément de l'hydrogène solidifié à moins 250 degrés est en effet le rêve lointain de tous les pétroliers²&s Toujours pas bête, la Shell a ouvert en avril dernier une usine à Reykjavik pour produire de l'hydrogène à grande échelle.
Du gaz liquide dans les moteurs diesel en 2006 FRÉDÉRIC SOUMOIS Du gaz liquide dans les moteurs diesel sans aucune modification de l'allumage ou de la carburation, c'est la nouveauté qu'a présentée mardi à Bruxelles le pétrolier Shell en partenariat avec le constructeur Volkswagen. Celui-ci l'a testé durant des mois dans sa nouvelle Golf, en atteignant des résultats écologiques meilleurs qu'avec du diesel traditionnel (26 % d'émissions de ...

Automobile ; Belgique ; Moteur diesel

... Lire [+]

V

- n° 020210

Si le centre d'analyse stratégique aborde la croissance verte ''comme un processus de renouvellement'', l'impact net sur l'emploi dépendra notamment des politiques qui seront mises en oeuvre et ''des défis importants en matière de métiers et de formation'' pour créer les centaines de milliers d'emplois d'ici à 2020 prévu par le Grenelle Environnement. A l'instar des travaux présentés le 28 janvier par les comités des onze filières les plus porteuses en termes d'emploi (bâtiment, automobile, construction électrique et électromécanique, énergies renouvelables; etc), la note a pris en compte l'impact du ''verdissement'' de l'économie sur l'ensemble des emplois et de leurs métiers. Tout comme l'avis du Conseil d'orientation pour l'Emploi (COE) publié la semaine dernière, le centre d'analyse stratégique vient également nuancer les prévisions faites par l'étude du Boston Consulting Group (BCG) en juin dernier, en termes de nouveaux emplois notamment dans le bâtiment et l'automobile, secteurs dans lesquels les postes devraient être au mieux conservés et non créées, et où l'on parle plus de ''reconversion d'emplois'' dans le cas ''automobile''. ''L'enjeu porte davantage sur la formation continue'' : ''Quelle que soit l'ampleur de la création nette d'emplois, la croissance verte ne va pas susciter en masse de nouveaux métiers, mais va essentiellement contribuer à faire évoluer les emplois existants voire traditionnels'', souligne le Centre d'analyse stratégique. A l'instar de l'avis du COE et des comités de filières, le Centre confirme aussi les besoins indispensables en formations et met l'accent sur celles des professionnels. Si ''une évolution des formations initiales des jeunes, doivent incorporer le développement durable plutôt que la création de nouvelles formations, l'enjeu porte davantage sur la formation continue (...) parce que moins d'un jeune sur deux occupe un premier emploi correspondant à sa formation initiale''. La note rappelle que les métiers de la croissance verte sont divers et hétérogènes, avec quelques métiers très qualifiés (cadres du BTP, des transports, etc.) mais pour la plupart, ils sont occupés par des professionnels titulaires au plus d'un niveau Bac. Aussi pour ''répondre à ces besoins divers'', la note préconise d'agir sur l'offre de formation professionnelle ''car elle est souvent atomisée, hétérogène et essentiellement positionnée sur le secteur des services''. Le Centre propose en outre de ''mobiliser'' le Fonds d'investissement social (FISO) et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) au travers d'un ou plusieurs appels à projets ciblés sur les compétences nécessaires à la croissance verte. Il préconise aussi de rendre les formations en développement durable éligibles au droit individuel à la formation (DIF), qui permet de cumuler 120 heures de formation sur 6 ans. ''La croissance verte soulève des enjeux de signalement des compétences et de développement de la mobilité professionnelle . Ils nécessitent que soient identifiées plus clairement les compétences requises par les métiers de la croissance verte'', conclut le Centre d'analyse stratégique. Pour télécharger la note de veille : http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/NoteVeille164.pdf
Si le centre d'analyse stratégique aborde la croissance verte ''comme un processus de renouvellement'', l'impact net sur l'emploi dépendra notamment des politiques qui seront mises en oeuvre et ''des défis importants en matière de métiers et de formation'' pour créer les centaines de milliers d'emplois d'ici à 2020 prévu par le Grenelle Environnement. A l'instar des travaux présentés le 28 janvier par les comités des onze filières les plus ...

Automobile ; Bâtiment ; Emploi ; Étude ; Étude d'impact ; Formation ; Généralité énergie renouvelable ; Métier ; Politique environnementale

... Lire [+]

V

- n° 503

L'idée est de couvrir en panneaux photovoltaïques, d'ici la fin 2010, une superficie de 320 000 m2, soit 10 MW de puissance installée. Le système devrait générer plus de 13 millions de kWh d'électricité par an, soit la consommation annuelle de 3.000 ménages. Dans le même temps, la production d'énergie renouvelable permettra d'éviter le rejet dans l'atmosphère de plus de 6.200 tonnes de CO2. La mise en oeuvre de la première phase du projet - d'une puissance de 4 MW - s'élève à 17 millions d'euros. Dés que la première phase sera opérationnelle, la centrale solaire de Martorell deviendra la deuxième plus grande installation photovoltaïque intégré au bâti en termes de production d'électricité renouvelable en Espagne.
L'idée est de couvrir en panneaux photovoltaïques, d'ici la fin 2010, une superficie de 320 000 m2, soit 10 MW de puissance installée. Le système devrait générer plus de 13 millions de kWh d'électricité par an, soit la consommation annuelle de 3.000 ménages. Dans le même temps, la production d'énergie renouvelable permettra d'éviter le rejet dans l'atmosphère de plus de 6.200 tonnes de CO2. La mise en oeuvre de la première phase du projet - d'une ...

Automobile ; Bâtiment industriel ; Centrale photovoltaïque ; Constructeur ; Espagne ; Industrie ; Toiture ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 100404

"A partir de cette annee, quatre Ford Focus alimentees par une pile a combustible seront testees a Vancouver. Ce test est prevu pour une duree de deux ans. La ville de Vancouver a ete choisie en raison de l'implantation sur place de Ballard Power Systems. Cette entreprise en partenariat avec Ford et Daimler Chrysler developpe en effet les moteurs et les batteries qui equiperont les 4 vehicules. Les reservoirs a hydrogene sont eux concus par l'entreprise albertaine Dyneteck, basee a Calgary. Un des 4 vehicules sera vraisemblablement attribue a la mairie de Vancouver, les trois autres utilisateurs n'ont pas encore ete definis. D'apres les dirigeants de Ford, les vehicules alimentes par une pile a combustible fonctionnent aujourd'hui parfaitement, mais leurs couts restent extremement eleves. Chacune de ces voitures vaut 1 million CAD. Elles ne devraient donc pas etre adoptees par le grand public avant 10 ou 15 ans. Sources : Canadian Press ; March 26th, 2004 ----- Paul Martin, le Premier ministre du Canada, a confirme lors de la conference Globe 2004 a Vancouver sur les technologies environnementales que le gouvernement federal financera en partie la premiere ""autoroute de l'hydrogene"". Elle sera construite entre Vancouver et Whistler avec un prolongement jusqu'a Victoria. Il est prevu que cette autoroute soit operationnelle d'ici les jeux olympiques d'hiver de 2010. Elle permettra aux visiteurs de se deplacer entre l'aeroport de Vancouver et Whistler au moyen de vehicules alimentes par des piles a combustible et sera ainsi une vitrine du developpement durable pendant ces jeux. Sept stations de ravitaillement en hydrogene sont prevues : l'aeroport international de Vancouver, Powertech Labs a Surrey, l'Institut d'Innovation en Piles a Combustible (IFCI) sur le campus de l'Universite de Colombie-Britannique, le village olympique, Sacre-Davey a North Vancouver, Whistler, et l'Universite de Victoria. La participation du gouvernement federal s'elevera a 1,1 million CAD : 632 000 CAD repartis sur trois ans et demi pour la gestion du projet en lui-meme et 485 000 CAD en appui a trois initiatives industrielles en rapport avec ce projet. L'entreprise Sacre-Davey Engineering Ltd. mettra au point un des postes de ravitaillement, Powertech Labs fournira un nouveau generateur d'hydrogene plus fiable et econome en energie, enfin Fueling Technologies Inc., une societe ontarienne, developpera un distributeur d'hydrogene a 700 bars. Ces subventions seront versees par l'entremise de l'Alliance canadienne sur les piles a combustible dans les transports (ACPCT), un programme federal de 33 millions CAD cree pour faire avancer la mise en place au Canada d'une infrastructure de l'hydrogene et de la pile a combustible. Sources : Ressources naturelles Canada, communique du 1 Avril 2004 "
"A partir de cette annee, quatre Ford Focus alimentees par une pile a combustible seront testees a Vancouver. Ce test est prevu pour une duree de deux ans. La ville de Vancouver a ete choisie en raison de l'implantation sur place de Ballard Power Systems. Cette entreprise en partenariat avec Ford et Daimler Chrysler developpe en effet les moteurs et les batteries qui equiperont les 4 vehicules. Les reservoirs a hydrogene sont eux concus par ...

Automobile ; Canada ; Hydrogène ; Pile à combustible

... Lire [+]

V

- n° 214
ISBN 0036-8369

Diminuer la pollution automobile tout comme sa facture à la pompe... Ce double problème peut se résumer en un seul : la consommation des voitures. Entre la réduction de la masse du véhicule et l'amélioration du rensdement du moteur, les pistes de recherche sont nombreuses.

Automobile ; Gaz d'échappement ; Pollution de l'air

... Lire [+]

V

- n° 214
ISBN 0036-8369

Non polluante, la pile à hydrogène a fait ses preuves sur les engins spatiaux. Elle nourrit aujourd'hui de nouvelles ambitions: propulser nos voitures, éclairer et chauffer nos maisons. Mais des difficultés subsistent.

Automobile ; Hydrogène ; Méthanol ; Pile à combustible

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Automobile [275]

Transport [91]

Mobilité [62]

Biocarburant [45]

France [42]

CO2 / Dioxyde de carbone [36]

Gaz à Effet de Serre / GES [36]

Collectivité locale [33]

Pile à combustible [33]

Carburant [30]

Politique énergétique [30]

Pollution de l'air [30]

Transport en commun [29]

Véhicule électrique [29]

Généralité énergie renouvelable [26]

Véhicule alternatif [26]

Économie d'énergie [25]

Chiffre clé [24]

Consommation d'énergie [23]

Moteur hybride [23]

Éthanol [22]

Europe [21]

Hydrogène [21]

Consommation de carburant [20]

Politique environnementale [20]

Réalisation [20]

Bâtiment [19]

Changement climatique [19]

Biogaz [18]

Déplacement urbain [18]

Milieu agricole [18]

Solaire photovoltaïque [18]

Effet de serre [17]

Efficacité énergétique [17]

Éolien [17]

Milieu urbain [17]

Vélo [17]

Taxe [16]

Généralité énergie [15]

Urbanisme [15]

Réglementation [14]

Allemagne [13]

Déplacement [13]

Étude [13]

Huile végétale [13]

Logement [13]

Bus [12]

Électricité [12]

Entreprise [12]

Impact environnemental [12]

Solaire thermique [12]

Bilan énergétique [11]

Biomasse [11]

Emploi [11]

Innovation [11]

Outil pédagogique [11]

Polluant [11]

Biodiesel [10]

Déchet [10]

Diesel [10]

Étiquette énergie [10]

Gaz naturel [10]

Géothermie [10]

Particulier / Ménage [10]

Pétrole [10]

Transition énergétique [10]

#clerinfos [9]

Alternative [9]

Bois énergie [9]

Commune / Ville [9]

Covoiturage [9]

Deux roues [9]

Energie hydraulique [9]

Espagne [9]

Industrie [9]

Qualité de l'air [9]

Train [9]

Aménagement du territoire [8]

Batterie [8]

Développement durable [8]

États Unis [8]

Fiscalité [8]

Ile de France [8]

International [8]

Isolation [8]

Maitrise De l'Énergie - MDE [8]

Milieu rural [8]

Moteur diesel [8]

Performance énergétique [8]

Potentiel de développement [8]

Production d'électricité [8]

Suède [8]

Transport aérien [8]

CO2 evité [7]

Éclairage [7]

Environnement [7]

Essence [7]

Plan Climat [7]

Production d'énergie [7]

Psychologie du changement [7]

Recensement / Inventaire [7]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z