F Nous contacter

0

Documents  Bretagne | enregistrements trouvés : 468

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 270809

Depuis quelques mois, l'industrie française du photovoltaïque compte un nouvel acteur à Lannion (22). Le groupe SOFIE a en effet reconverti un de ses sites de fabrication de circuits imprimés en usine de panneaux solaires photovoltaïques en créant la société Sillia Energie. Une reconversion qui a permis de sauvegarder la majeure partie des emplois du site de production électronique. L'usine de 5 000 m2 accueille désormais une ligne de production automatisée capable de produire plus de 300 panneaux par jour soit 20 MW par an. La société s'approvisionne exclusivement en Europe notamment en Allemagne et en Espagne pour les différents éléments constituant ses panneaux : cellules, verre trempé, Ethylène Vinyle Acétate, Tedlar, cadre aluminium. Pour cette reconversion, le groupe SOFIE a investi plus de 8 millions d'euros dont la moitié avec l'aide des fonds d'investissement SODERO de la Caisse d'Epargne et IPO du groupe CIC. La plupart des emplois de l'ancienne activité ont été conservés grâce à une formation spécifique. Aujourd'hui 65 personnes soit 90% de l'effectif précédent font tourner l'usine. On aurait pu fermer le site et ouvrir une nouvelle usine dans une autre région en bénéficiant des aides européennes et régionales mais c'était une volonté forte du groupe de maintenir l'activité sur place et de sauvegarder les emplois, explique Pierre-Laurent Faugeras, responsable des ventes de Sillia Energie. À terme, l'entreprise espère bien développer son activité et doubler sa capacité de production. La France est un des pays les plus attractifs dans le secteur contrairement au marché espagnol qui s'est effondré et au marché allemand qui arrive à maturité, explique Pierre-Laurent Faugeras. En effet, les nouveaux tarifs d'achat espagnols ont considérablement freiné le marché. Avant la révision, ces derniers étaient de 44,04 c€/kWh mais le décret royal du 26 septembre 2008 définit désormais deux groupes d'applications, les systèmes intégrés avec un tarif d'achat à 34 c€/ kWh et les centrales terrestres à 32 c€ le kWh. En France, les tarifs d'achat seront vraisemblablement maintenus jusqu'en 2012 ce qui attire les convoitises. Selon les chiffres du Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et des professionnels du solaire photovoltaïque (SOLER), le parc photovoltaïque en France a atteint 175 MW fin 2008 contre 70 MW fin 2007. Et les perspectives de croissance de la filière restent très intéressantes puisque selon ERDF et EDF, les demandes de raccordement s'élevaient fin 2008 à 526,5 MWc en métropole et 607MWc en Corse et dans les DOM, soit 1.133,5 MWc au total même si tout ne sera pas validé. Mais en amont de la filière, la situation est délicate. Selon le cabinet iSupply, la filière solaire photovoltaïque est confrontée à une surproduction massive. La moitié des panneaux solaires photovoltaïques fabriqués cette année dans le monde ne sera pas vendue. Selon le cabinet, la production totale de panneaux solaires en 2009 représentera 7,5 GW contre 6,5 GW en 2008. Cependant, seuls 3,9 GW seront installés. Déjà peu nombreux, les fabricants de la filière française risquent d'être en difficulté. Mais Sillia energie espère bien maintenir le cap et valoriser sa production auprès des grossistes et distributeurs de France métropolitaine, principaux destinataires de ses produits. Nous mettons en avant les qualités de notre produit qui n'a que peu d'équivalents sur le marché et la modernité de l'outil de production garant de la qualité de fabrication, explique Pierre-Laurent Faugeras. L'argument « Made in France » fera office de bonus : il donne tout leur sens aux garanties produit (5 ans) et de rendement (90% sur 12 ans et 80% sur 25 ans). Nous sommes en effet proches du client en cas de problème et la solidité de notre groupe garantit une pérennité sur du long terme pour tenir ces garanties.
Depuis quelques mois, l'industrie française du photovoltaïque compte un nouvel acteur à Lannion (22). Le groupe SOFIE a en effet reconverti un de ses sites de fabrication de circuits imprimés en usine de panneaux solaires photovoltaïques en créant la société Sillia Energie. Une reconversion qui a permis de sauvegarder la majeure partie des emplois du site de production électronique. L'usine de 5 000 m2 accueille désormais une ligne de production ...

Bretagne ; Capacité de production ; Emploi ; Industrie ; Module photovoltaïque ; Réalisation ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

V

- n° 503

Pour nos amis bretons, une journée portes ouvertes est organisée samedi prochain à Hanvec afin de présenter une maison à énergie positive en cours de réalisation. La maison est actuellement hors d'eau/hors d'air. Les cloisons de distribution (également en béton cellulaire) ainsi que les menuiseries intérieures sont montées. L'isolation des combles en Métisse (isolant solidaire à base de fibres textiles, fabriqué par l'association Le Relais, filiale d'Emmaüs) est terminée. La VMC est installée (il s'agit d'une VMC double flux) ainsi qu'une partie des pieuvres électriques. L'avancement actuel du chantier laisse espérer un emménagement fin février/début mars 2010. L'objectif du projet est la réalisation d'une maison d'habitation à énergie positive, suivant la future norme de la RT 2020. Cette maison devra en outre être réalisée à base de matériaux sains, de production la plus locale possible et ayant nécessité une énergie de fabrication minimale. La conception d'une telle maison a pour préambule un choix de terrain privilégié ans le but de bénéficier au maximum : - des protections naturelles aux vents froids et au soleil estival. - de l'ensoleillement hivernal. L'orientation impose un dégagement au sud, à plus ou moins 15°. Cette implantation permet d'optimiser les apports en énergies passives de l'habitation et optimise le rendement de l'installation photovoltaïque. Une maison à énergie positive à Hanvec Quelques règles de bon sens permettent de limiter la consommation d'énergie. - L'orientation au sud pour les pièces de jour. - L'orientation au nord pour les pièces peu ou pas chauffées. - Le regroupement des pièces de nuit. - Le regroupement des points de puisage pour l'eau chaude sanitaire. Matériaux et techniques de construction : * Sol : Le choix du vide sanitaire s'est imposé par la configuration du terrain qui présente une déclivité de 13 %. La réalisation du plancher s'est donc faite par la mise en place de hourdis polystyrène à languette, couplés à des panneaux de fibres de bois. Hourdis polystyrène : R = 4 m2C/W Thermisorel : R = 1,45 m2C/W * Murs : Le béton cellulaire est un matériau naturel composé de sable, d'eau et de chaux. Il ne comporte ni fibres, ni particules, ni composants organiques volatils. Son inertie thermique permet de retarder et d'amortir les flux de chaleur rentrant en été et sortant en hiver, assurant un très bon confort intérieur en toutes saisons. Il laisse migrer la vapeur d'eau naturellement dégagée par les habitants et leurs activités. Ceci évite toute stagnation de l'humidité ambiante, source de moisissures. Le béton cellulaire est également un rempart contre les champs électriques de 50 Hz. La solution technique retenue pour le projet est une maçonnerie en monomur de béton cellulaire de 50 centimètres d'épaisseur. L'étude thermique réalisée au préalable avait montré que cette solution était plus performante thermiquement que des blocs de 20 cm et une isolation par l'extérieur. Par ailleurs, avec une telle épaisseur, il n'est plus besoin d'isoler les murs, d'où un gain de temps et d'argent ainsi qu'une suppression des ponts thermiques liés à une rupture de l'isolation. Les cloisons de distribution sont réalisées dans le même matériau. Thermopierre 50 cm : R= 5,55 m2C/W L'élévation des murs, réalisée totalement en auto construction, a nécessité 465 heures de travail pour poser 2 529 blocs de thermopierre pour environ 52 tonnes. A ce jour ce sont plus de 950 heures qui ont été effectuées sur ce chantier par le maître d'oeuvre. * Toiture : La toiture représente 30% des déperditions calorifiques d'un projet. La solution adoptée est un pare-pluie rigide et isolant en fibre de bois en remplacement de la volige. L'ensemble est rainuré, bouffeté et assemblé par mastic acrylique pour une parfaite étanchéité. La ventilation du support se fait par un contre lattage entre les panneaux et l'ardoise. ISOROOF 22 mm : R = 0,6 m2C/W * Châssis de toiture : L'apport de lumière des pièces aménagées en combles se fait par l'intermédiaire de fenêtres de toit, solution qui offre 3 fois plus de lumière qu'une lucarne traditionnelle. Le choix s'est porté sur des châssis de toit équipés de triple vitrage composé de 3 vitres trempées de 4 mm d'épaisseur et de 2 vides de 10 mm remplis de gaz krypton. La vitre extérieure est pourvue d'une couche de faible émissivité afin de limiter le rayonnement. L'ensemble peut être obturé par un volet roulant. Une maison à énergie positive à Hanvec FAKRO FTT THERMO Ug fenêtre = 0,94 W/m2K. Ug vitrage = 0,50 W/m2K * Isolation des combles : Concernant l'isolation des combles, en complément de l'ISOROOF, le choix s'est porté sur un produit isolant et solidaire fabriqué par « Le Relais », membre d'Emmaüs France. Sa particularité permet d'améliorer un déphasage thermique et d'isoler phoniquement. En rampant : METISSE en rouleau, épaisseur 2x100mm : R = 5,16 m2C/W En partie horizontale : METISSE en rouleau, épaisseur 3x100mm : R= 7,74 m2C/W Le Métisse sera recouvert de plaques de Fermacell de 12,5 mm (lambda = 0,032 W/mC) * Menuiseries : Une construction performante énergétiquement n'est pas incompatible avec des ouvertures de bonnes dimensions. Le choix s'est porté sur des menuiseries à translation (permettant une fermeture plus hermétique) avec un corps en bois et une protection en aluminium à l'extérieur. Triple vitrage 4-16-4-16-4 et un volet roulant intégré à la menuiserie afin de supprimer les entrées d'air parasites. Une maison à énergie positive à Hanvec Menuiseries BIEBER BIPLUS 3L : Ug = 0,6 W/m2.K * Ventilation : L'étanchéité à l'air de la maison nous amène à un parfait contrôle de la ventilation. Les habitants et leurs activités génèrent des calories. La ventilation double flux permet de récupérer jusqu'à 90% des calories de l'air extrait. Ainsi l'air redistribué est préchauffé. Toutes les gaines se trouvent soit dans le manteau isolant, soit dans le volume chauffé (extraction et insufflation). Système double flux Dee Fly By Pass de chez Aldès (En été la fonction double flux peut être interrompue). * Eau chaude sanitaire : L'utilisation de l'air comme source d'énergie a été préférée au solaire thermique. Le choix s'est porté sur le ballon d'eau chaude thermodynamique, système intégrant une pompe à chaleur permettant un gain de 60% d'énergie (donnée constructeur). Ballon thermodynamique TANEO de chez TRESCO : 285 L * Récupération d'eau de pluie : On ne peut imaginer une maison bioclimatique et BBC Effinergie sans récupération des eaux de pluie. Le choix s'est porté sur une cuve en béton de 9300 L avec un dispositif à basculement automatique et sécurisé vers le réseau en cas de manque d'eau. Cuve THEBAUT 9300 L 319X200 h = 205 La purification de l'eau en vue de sa potabilisation se fait par un stérilisateur UV et un osmoseur. * Chauffage : Selon les résultats de l'étude thermique, le besoin en chauffage est de 8,56 kWh/m2/an d'énergie primaire, c'est à dire un besoin pour l'ensemble de la maison de 1 228 kWh annuel. C'est l'équivalent d'un radiateur de 280 Watt tournant 24h/24 pendant 6 mois de l'année ! Aucun système de chauffage « traditionnel » n'est donc installé. Un insert assurera les quelques appoints nécessaires pendant les jours les plus froids de l'hiver. * Production d'énergie : Le toit est équipé de 24 m2 de panneaux photovoltaïques de marque Photowatt (panneaux conçus et fabriqués intégralement en France, y compris les cellules). La puissance installée est de 2 880 Wc (Watt crête) et la production attendue est de 2 932 kWh annuel. Cette production est revendue intégralement à EDF. Un projet d'installation d'une éolienne de 2 kW est à l'étude, en complément des panneaux photovoltaïques. La production serait dans ce cas directement consommée, sans revente au réseau. * Etude thermique : L'étude thermique effectuée confirme que l'on est en configuration de maison passive, avec une demande d'énergie pour le chauffage de 8,56 kWh/m2/an (inférieure à 15) et une demande d'énergie totale « chauffage + eau chaude sanitaire + ventilation + éclairage » de ­ 7 kWh/m2/an (inférieure à 50). L'obtention de la qualification de maison à énergie positive dépendra donc de la consommation réelle des équipements domestiques (électroménager, informatique...) et de l'addition éventuelle d'une source complémentaire de production d'énergie. Un dossier de demande de label BBC Effinergie a été déposé auprès de Promotelec. Parmi les conditions requises, un test d'infiltrométrie (blower door) doit être réalisé prochainement. Données économiques : L'investissement de 23 400 € pour les panneaux photovoltaïques est financé par un prêt à taux zéro de 20 700 € remboursable en huit ans avec une période de grâce de dix ans et par un crédit d'impôt à venir de 4 000 €. Les remboursements du prêt se feront à l'aide des revenus provenant de la vente à EDF (1 760 € par an au tarif de rachat actuel de 0,60176 €/kWh). L'installation photovoltaïque est donc auto financée. Le coût global du projet, hors énergie compte tenu de ce qui précède, est de 1 600 €/m2 habitable ou 1 350 €/m2 de SHON (surface hors oeuvre nette). Ce coût intègre l'intégralité du coût de la construction (matériaux, artisans), celui des services extérieurs (viabilisation, réseaux EDF/PTT/Véolia, Spanc), les prestations Castors, l'achat d'outillages ainsi que les aménagements intérieurs (placards, cuisine, insert...) Subventions et aides diverses : Région : 0 Département : 0 Communauté de communes : 0 Commune : 0 Ademe : 0 Administration fiscale : 4 000 € de crédit d'impôt à venir pour l'équipement photovoltaïque Etapes suivantes : Compte tenu de l'avancement du chantier lors de la journée portes ouvertes, il est prévu que celui-ci soit terminé fin février/début mars 2010. La maison est implantée sur un terrain de 2450 m2. A l'issue de la construction, il est prévu de réaliser un potager (naturellement bio), de planter des arbres fruitiers, d'organiser l'élevage de quelques poules et lapins. Ainsi, après avoir atteint l'autarcie énergétique, le projet vise également à une forme d'autarcie alimentaire.
Pour nos amis bretons, une journée portes ouvertes est organisée samedi prochain à Hanvec afin de présenter une maison à énergie positive en cours de réalisation. La maison est actuellement hors d'eau/hors d'air. Les cloisons de distribution (également en béton cellulaire) ainsi que les menuiseries intérieures sont montées. L'isolation des combles en Métisse (isolant solidaire à base de fibres textiles, fabriqué par l'association Le Relais, ...

Aide financière ; Architecture bioclimatique ; Autoconstruction ; Bâtiment à énergie positive - BEPOS ; Béton cellulaire ; Bretagne ; Caractéristique technique ; Chauffage bois ; Coefficient d'isolation ; Coût d'investissement ; Eau de pluie ; Fibre végétale ; Insert ; Maison individuelle ; Matériau de construction ; Matériau sain ; Pompe à chaleur ; Récupération de l'eau ; Réglementation thermique ; Solaire photovoltaïque ; Ventilation double flux

... Lire [+]

V

- n° 45
ISBN 1634-5460

Esthétique et d'une efficacité énergétique remarquable, le panneau de bois massif contrecollé était pour eux le matériau incontournnable pour leur future maison.

Bretagne ; Chauffage bois ; Consommation de bois ; Coût d'investissement ; Eau chaude sanitaire - ECS ; Ossature Bois ; Poêle à bois ; Pompe à chaleur ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

V

- n° 39
ISBN 1634-5460

Le Morbihan est bien connu pour son golfe qui donne à la côte bretonne un air de Sud. Mais depuis quelques mois, ce département fait aussi parler de lui pour un petit village d'à peine 450 habitants qui se trouve bien loin de cette côte touristique. Située à l'extrême nord-ouest du Morbihan, à 262 mètres d'altitude, cette commune de 2 246 hectares est devenue un véritable laboratoire vivant du développement durable.
Le Morbihan est bien connu pour son golfe qui donne à la côte bretonne un air de Sud. Mais depuis quelques mois, ce département fait aussi parler de lui pour un petit village d'à peine 450 habitants qui se trouve bien loin de cette côte touristique. Située à l'extrême nord-ouest du Morbihan, à 262 mètres d'altitude, cette commune de 2 246 hectares est devenue un véritable laboratoire vivant du développement durable.

Bretagne ; Construction écologique ; Ecoquartier ; Éolien ; Établissement touristique ; Lotissement ; Matériau sain ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 4
ISBN 1964-9843

- Une école HQE Janusz Korczack : démarche pédagogique et éco-responsable, récupération des eaux de pluie pour les sanitaires, matériaux renouvelables et sains, isolation thermique performante, optimisation de l'éclairage, chaufferie collective au bois et

Architecte ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bretagne ; Ecoquartier ; Ossature Bois ; Établissement scolaire ; Logement ; Haute Qualité Environnementale / HQE ; Logement social ; Lotissement ; Maison individuelle ; Urbanisme

... Lire [+]

V

- n° 11

Depuis 1996, la Chambre d'Agriculture des Vosges mène une réflexion de développement de la filière bois- énergie dans le département. Des voyages d'études ont été organisés notamment en Autriche et en Suède. En 2001, la mise en place de la chaufferie de la Colombière d'une puissance d 2 MW pour un réseau de chaleur de 2 km a été réalisée en collaboration avec la ville d'Epinal. Cette chaufferie satisfait, entre autre, les besoins en chauffage des bâtiments de la Chambre d'Agriculture et des serres municipales. Une cinquantaine de projets de chaufferies collectives ont vu le jour dans le département.
Depuis 1996, la Chambre d'Agriculture des Vosges mène une réflexion de développement de la filière bois- énergie dans le département. Des voyages d'études ont été organisés notamment en Autriche et en Suède. En 2001, la mise en place de la chaufferie de la Colombière d'une puissance d 2 MW pour un réseau de chaleur de 2 km a été réalisée en collaboration avec la ville d'Epinal. Cette chaufferie satisfait, entre autre, les besoins en chauffage ...

Biomasse ; Bretagne ; Chaufferie ; Exploitation agricole ; Saule

... Lire [+]

V

- n° 730
ISBN 0750-1552

Distributeur spécialisé dans les énergies renouvelables basé en Ile-et-Vilaine (35), Armorgreen construit son nouveau siège doublé d'un espace d'exposition dédié à ses produits. L'ouvrage de dimension modeste associe chauffage au bois, ventilation double-flux asservie et production photovoltaïque en toiture.

Architecture bioclimatique ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bâtiment tertiaire ; Bois déchiqueté / Plaquette ; Bretagne ; Chauffage bois ; Exposition ; Fournisseur / Distributeur ; Généralité énergie renouvelable ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque ; Ventilation double flux

... Lire [+]

V

- n° 49
ISBN 1634-5460

En 2003, le premier projet d'écolotissement communal français a vu le jour à Bazouges-sous-Hédé, dans la campagne rennaise (35). Aujourd'hui, ses habitants sont chaudement établis, les constructions quasiment toutes terminées et les espaces verts partagés. Un expérience qui a fait des petits.

Bretagne ; Ecoquartier ; Lotissement ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° 23
ISBN 1774-847X

"Conçue pour se passer de chauffage et de climatisation, la maison sera ""à énergie positive"". Elle bénéficiera d'un ensemble de prestations très majoritairement écologiques: isolation renforcée, toit partiellement végétalisé, VMC double flux, chauffe-eau solaire, solaire photovoltaïque, récupération des eaux de pluie."

Architecture bioclimatique ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bretagne ; Isolant thermique ; Maison individuelle ; Réalisation ; Solaire photovoltaïque ; Végétalisation ; Ventilation double flux

... Lire [+]

V

- n° 438

"Le site de ""Beausejour"" vient donc s'ajouter au 12 MW éolien de ceux ""Des Eparmonts"" (52) et au 8 MW de ""Leign ar Gasprenn"" (29) , récemment démarrés. Enel Green Power comptabilise à ce jour plus de 38 MW d'éolien en France, avec en perspective la construction et la mise en service de 30 MW supplémentaire avant la fin de l'année. Au total, c'est plus de 500 MW qui sont en développement sur le territoire français."
"Le site de ""Beausejour"" vient donc s'ajouter au 12 MW éolien de ceux ""Des Eparmonts"" (52) et au 8 MW de ""Leign ar Gasprenn"" (29) , récemment démarrés. Enel Green Power comptabilise à ce jour plus de 38 MW d'éolien en France, avec en perspective la construction et la mise en service de 30 MW supplémentaire avant la fin de l'année. Au total, c'est plus de 500 MW qui sont en développement sur le territoire français."

Bretagne ; Champagne Ardenne ; Électricité renouvelable ; Parc éolien ; Pays de la Loire ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Réalisation

... Lire [+]

Éolien offshore | SER MAGAZINE 01/02/2011

Article

XXXXX

V

- n° 3 - p.08 à p.08

L'État a dévoilé le 25 janvier dernier les zones dites "propices" à l'installation d'une première tranche de 3000 MW éoliens, représentant un investissement privé de 10 milliards d'euros.Les zones en question sont au nombre de cinq et représentent une superficie maritime de 533 km2.

Éolien ; France ; Production ; Production d'électricité ; Parc éolien ; Offshore ; Chiffre clé ; Étude de vent ; Étude ; Emploi ; Installation ; Cahier des charges ; Basse Normandie ; Haute Normandie ; Bretagne ; Pays de la Loire ; Débat public

... Lire [+]

V

- n° 51109

L'objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre mais surtout de répondre aux impératifs de sécurité d'approvisionnement et de desserte énergétique spécifique à la Bretagne. En effet, la Région est largement dépendante pour son approvisionnement en énergie car elle ne produit que 7% de ses besoins énergétiques. Par ailleurs, elle a consommé 7 millions de tonnes équivalent pétrole en 2008 pour sa consommation finale, soit 92 % de l'électricité finale importée des autres régions. De plus, la situation géographique de la Bretagne, excentrée, engendre une fragilité de l'alimentation électrique lors des pics de consommation. Pourtant selon l'Observatoire de l'énergie et des gaz à effet de serre de Bretagne, la région dispose d'un potentiel important d'économies d'énergie de l'ordre de 18 % d'ici 2020, en particulier sur le transport.
L'objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre mais surtout de répondre aux impératifs de sécurité d'approvisionnement et de desserte énergétique spécifique à la Bretagne. En effet, la Région est largement dépendante pour son approvisionnement en énergie car elle ne produit que 7% de ses besoins énergétiques. Par ailleurs, elle a consommé 7 millions de tonnes équivalent pétrole en 2008 pour sa consommation finale, soit 92 % de ...

Approvisionnement ; Bretagne ; Chiffre clé ; Consommation d'énergie ; Contrat Plan État Région ; Dépendance énergétique ; Économie d'énergie ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Observatoire ; Programme de développement ; Politique énergétique

... Lire [+]

V

- n° 469

Grâce à une puissance unitaire de 5 MW, l'ensemble du parc serait alors en mesure de développer une puissance estimée entre 300 et 400 MW, soit suffisamment d'électricité pour alimenter entre 450 000 et 600 000 foyers (hors chauffage). Nass & Wind espère une mise en chantier d'ici 5 ans, pour une mise en service vers 2015. D'ici là, une consultation publique ainsi qu'une étude d'impacts seraient ouvertes avant d'obtenir une concession du domaine public maritime. Dans un premier temps, la création du parc permettrait de créer 200 emplois. Puis dans le cadre de son exploitation, 60 emplois salariés seraient à pourvoir. Deux autres projets éoliens offshore sur le plateau du Grand-Léjon (22), au large de Saint-Brieuc et au large de Groix (56) et de Belle-Ile ont déjà été étudiés par Nass & Wind. Fondé par Nathalie Le Meur et Peter Nass dans le Morbihan en 2001, le groupe Nass&Wind envisage d'investir près de 20 millions d'euros dans le développement de parcs éoliens offshore d'ici à 2010.
Grâce à une puissance unitaire de 5 MW, l'ensemble du parc serait alors en mesure de développer une puissance estimée entre 300 et 400 MW, soit suffisamment d'électricité pour alimenter entre 450 000 et 600 000 foyers (hors chauffage). Nass & Wind espère une mise en chantier d'ici 5 ans, pour une mise en service vers 2015. D'ici là, une consultation publique ainsi qu'une étude d'impacts seraient ouvertes avant d'obtenir une concession du domaine ...

Bretagne ; Concession ; Emploi ; Éolienne ; Espace maritime ; Étude d'impact ; Grande puissance ; Implantation ; Maintenance / Entretien ; Offshore ; Parc éolien ; Pays de la Loire ; Projet ; Puissance installée

... Lire [+]

V

- n° 531

Ce choix a conduit Eiffage construction ille et vilaine, l'investisseur General Electrique, et l'entreprise Cegelec Ouest en charge de l'ensemble des lots Techniques Fluides, à rechercher diverses solutions d'optimisation énergétique et à retenir en finalité un mode de chauffage utilisant une énergie renouvelable. Comment chauffer un bâtiment de 6000 m2 à faible coût ? : Le MORGAT, situé dans la Zone Atalante Champeaux à Rennes, occupera une surface totale de 6000 m2 et comprendra 190 bureaux pouvant accueillir 269 agents. L'augmentation continuelle et inéluctable du prix des énergies fossiles, pétrole et gaz nécessiterait des frais élevés pour chauffer cette construction. Une des énergies les moins coûteuses et les plus performantes sur les terrains vastes est alors retenue : la géothermie très basse énergie par champ de captage vertical. Cegelec Ouest choisit la société Ge-Thermie pour l'étude et la réalisation de ce chantier. Une étude préliminaire essentielle : Dans le cas d'un champ de captage de cette importance, le 1er point à vérifier est la compatibilité avec la constitution géologique du sous-sol sur les 100 m de profondeur du projet et la surface du terrain disponible. Le 2nd point consiste à analyser les données du bureau d'étude sur le calcul des longueurs et la puissance fournie par le champ de captage. Après une 1 ère analyse de ces éléments, Ge-Thermie attire l'attention sur la nature « alluvionnaire argileuse » de la zone géologique du terrain. La société préconise alors, avant d'étudier le projet, de réaliser quatre sondages de reconnaissance afin de confirmer la faisabilité et de mesurer la puissance à soutirer dans le socle (massif armoricain). Ge-Thermie remet ensuite une offre en plusieurs parties : 3 forages d'essai, mesure et optimisation du projet par un BET spécialisé, réalisation du champ de captage et de l'ensemble des travaux nécessaires à l'acheminement de l'énergie jusqu'au local technique (situé dans le sous-sol du bâtiment). Des contraintes de terrain modifient le projet initial : Après la réalisation de son étude préliminaire et des forages d'essai, Ge-Thermie préconise l'optimisation du champ de captage par la diminution du nombre de forages et l'augmentation des profondeurs. Le terrain rencontré nécessite en effet un prétubage en acier sur 80 m. Au lieu de 100 m prévus dans le projet initial, les forages descendent donc jusqu'à 120 m. L'installation du système géothermique a duré un peu plus de 4 mois au total (Cf. Planète Bâtiment n°14 - décembre 2009 - p.12 à 13)
Ce choix a conduit Eiffage construction ille et vilaine, l'investisseur General Electrique, et l'entreprise Cegelec Ouest en charge de l'ensemble des lots Techniques Fluides, à rechercher diverses solutions d'optimisation énergétique et à retenir en finalité un mode de chauffage utilisant une énergie renouvelable. Comment chauffer un bâtiment de 6000 m2 à faible coût ? : Le MORGAT, situé dans la Zone Atalante Champeaux à Rennes, occupera une ...

Basse température ; Bâtiment Basse Consommation - BBC ; Bâtiment tertiaire ; Bretagne ; Étude de faisabilité ; Géologie ; Géothermie ; Pompe à chaleur ; Réalisation

... Lire [+]

V

- n° Hors-série n°8 - p.12 à p. 15

Au terme de plusieurs décisions de justices récentes, le juge administratif vient de déclarer opposables aux permis de construire des éoliennes, les dispositions de la loi Montagne du 9 janvier 1985 et de la loi Littoral du 3 janvier 1986. Le point sur cette jurisprudence aux conséquences importantes.

Loi littoral ; Éolien ; Montagne ; Permis de construire ; Jurisprudence ; France ; Pays de la Loire ; Bretagne ; Éolienne ; Étude d'impact ; Urbanisme ; Construction ; Implantation ; Association

... Lire [+]

V

- n° 458

A ce titre, l'Observatoire publie son premier bilan énergétique 1990-2008 pour la Bretagne sous la forme d'une brochure de 20 pages. En s'appuyant sur les données de ses partenaires, l'Observatoire diffuse « les chiffres clés de l'énergie ­ édition 2009 » un document téléchargeable à cette adresse : http://www.bretagne-environnement.org/Media/Fichiers/Edition-2009 La consommation d'énergie régionale : La consommation finale de la Bretagne (7 Mtep en 2008) représente 4,4% de la consommation nationale pour 5% de la population. L'intensité énergétique en Bretagne est de 2,26 tep/ habitant en 2007 contre 2,61 tep/ habitant en France. La Bretagne reste encore moins énergivore que la moyenne nationale mais son intensité a progressé 3 fois plus vite ces 20 dernières années. Le fioul et les carburants restent la première énergie avec 52% de la consommation devant l'électricité, 22%, qui progresse encore de 4,4% par rapport à 2007. Malgré un doublement du gaz naturel depuis 1990, il ne dépasse pas 16% de la consommation. Le bois, 7%, et le chauffage urbain, moins de 1%, complètent le bouquet énergétique. Cette situation est le reflet de la structure des consommateurs d'énergie en Bretagne : - Un habitat plutôt diffus et donc assez consommateur de fioul, associé au tertiaire, il représente 43% de la consommation finale : l'électricité est la première énergie la plus consommée devant les produits pétroliers. - Les déplacements et les flux de marchandises constituent le deuxième secteur consommateur, avec 37% de la consommation finale : plus de 90% de l'énergie consommée par le transport l'est par le transport routier. - Une industrie moins énergivore que la moyenne française, très orientée vers l'agroalimentaire et avec une industrie de base peu développée. Elle représente 14% de la consommation finale. - Une agriculture qui, suite au développement de l'élevage intensif et de la culture sous serre, occupe une place importante, 6% de la consommation finale, contre 2% en France : 35% de l'énergie est consommée par les serres, 34 % par les cultures et 23% par l'élevage (porcs et volailles). L'électricité en Bretagne : Avec plus de 70 % depuis 1990, la Bretagne affiche une croissance soutenue de la consommation nette d'électricité, plus élevée que la tendance nationale qui affiche 46 % de croissance. Avec près de 92 % d'approvisionnement hors Bretagne, la Bretagne reste très fragile quant à l'alimentation de son réseau électrique. De 2002 à 2009, la consommation de pointe a progressé de 20%. L'année 2009 a connu un record de pointe de consommation le 7 janvier 2009 à 10h00 avec 4353 MW appelés sur le réseau. Les énergies renouvelables : 8,4% de la consommation finale est constitué d'énergies renouvelables en 2008, dominées par le bois bûche (56%), suivis par les agrocarburants (25%) et l'électricité hydraulique et éolienne (18%). En dehors des agrocarburants, la Bretagne produit l'ensemble des énergies renouvelables qu'elle consomme.
A ce titre, l'Observatoire publie son premier bilan énergétique 1990-2008 pour la Bretagne sous la forme d'une brochure de 20 pages. En s'appuyant sur les données de ses partenaires, l'Observatoire diffuse « les chiffres clés de l'énergie ­ édition 2009 » un document téléchargeable à cette adresse : http://www.bretagne-environnement.org/Media/Fichiers/Edition-2009 La consommation d'énergie régionale : La consommation finale de la Bretagne (7 ...

Agrocarburant ; Bilan énergétique ; Bois énergie ; Bretagne ; Chiffre clé ; Consommation d'électricité ; Consommation d'énergie ; Éolien ; Généralité énergie renouvelable ; Energie hydraulique ; Observatoire ; Production d'électricité ; Production d'énergie ; Site Internet

... Lire [+]

V

- n° 160409

Les projets candidats devront présenter une innovation technologique et/ou architecturale puis seront ensuite sélectionnés sur des éléments d'appréciation prouvant la globalisation de leur démarche environnementale : maîtrise optimale de l'énergie sur les bâtiments du site, mise en place d'actions limitant l'impact environnemental, utilisation d'une énergie renouvelable autre que photovoltaïque sur le site... Les candidats retenus bénéficieront d'une aide financière qui pourra représenter environ 30% du montant total de l'investissement. Lors du premier appel d'offres de 2008, 178 dossiers avaient été déposés et 38 retenus. Ces 38 réalisations représentent 8 000 m2 de panneaux installés qui permettront de produire 830 000 kWh d'électricité.
Les projets candidats devront présenter une innovation technologique et/ou architecturale puis seront ensuite sélectionnés sur des éléments d'appréciation prouvant la globalisation de leur démarche environnementale : maîtrise optimale de l'énergie sur les bâtiments du site, mise en place d'actions limitant l'impact environnemental, utilisation d'une énergie renouvelable autre que photovoltaïque sur le site... Les candidats retenus bénéficieront ...

Aide financière ; Appel d'offre ; Association ; Batiment agricole ; Bâtiment public ; Bâtiment tertiaire ; Bretagne ; Conseil général ; Conseil régional ; Intégration architecturale ; Logement social ; Solaire photovoltaïque ; Technologie

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Bretagne [468]

Réalisation [166]

Éolien [109]

Collectivité locale [91]

France [89]

Projet [76]

Solaire photovoltaïque [72]

Pays de la Loire [66]

Rhône Alpes [65]

Parc éolien [54]

Bois énergie [52]

Généralité énergie renouvelable [51]

Languedoc Roussillon [48]

Politique énergétique [47]

Ile de France [45]

Nord Pas de Calais [44]

Économie d'énergie [41]

Consommation d'énergie [40]

Milieu agricole [40]

Éolienne [36]

Poitou Charentes [36]

Provence Alpes Côte d'Azur [36]

Midi Pyrénées [35]

Bâtiment [34]

Production d'électricité [34]

Basse Normandie [32]

Biogaz [32]

Chauffe eau solaire [32]

Coût d'investissement [32]

Alsace [31]

Picardie [31]

Commune / Ville [30]

Centre [29]

Haute Normandie [29]

Lorraine [29]

Région [29]

Aquitaine [28]

Champagne Ardenne [28]

Chiffre clé [28]

Solaire thermique [28]

Haute Qualité Environnementale / HQE [27]

Maitrise De l'Énergie - MDE [27]

Ecoquartier [26]

Aménagement du territoire [26]

Bourgogne [26]

Méthanisation [26]

Puissance installée [26]

Maison individuelle [25]

Architecture bioclimatique [24]

Logement [23]

Bâtiment public [22]

Chaufferie bois [22]

Construction écologique [22]

Franche Comté [22]

Hydrolienne [22]

Petit éolien [22]

Recensement / Inventaire [22]

Urbanisme [22]

Bâtiment communal [21]

Entreprise [21]

Établissement scolaire [21]

Transport [21]

Développement durable [20]

Lisier / Excrément animal [20]

Offshore [20]

Pompe à chaleur [20]

Tarif d'achat [20]

Auvergne [19]

Biomasse [19]

Chaudière bois [19]

Chauffage [19]

Coopérative [19]

Déchet [19]

Énergie marine [19]

Agriculteur [18]

Chauffage bois [18]

Rénovation [18]

Réseau de chaleur [18]

Aide financière [17]

Bâtiment Basse Consommation - BBC [17]

Bois déchiqueté / Plaquette [17]

Électricité renouvelable [17]

Europe [17]

Ile [17]

Allemagne [16]

Élevage animal [16]

Permis de construire [16]

Réglementation [16]

Transition énergétique [16]

Appel d'offre [15]

Association [15]

Bilan énergétique [15]

Corse [15]

Emploi [15]

Limousin [15]

Plan Climat [15]

Programme de développement [15]

Raccordement réseau [15]

Matériau sain [14]

Ossature Bois [14]

Politique environnementale [14]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z