F Nous contacter

0

Documents  Brésil | enregistrements trouvés : 85

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 816
ISBN 1267-0545

Le cours du blé et de la betterave n'ont jamais été aussi haut. L'augmentation des coûts des matières premières des biocarburants est-elle éphémère ou assiste-t-on à une croissance durable des prix de ces carburants. Le Brésil peut facilement et rapidement exporter d'importantes quantités de biocarburants . Le coût de production des matières premières est passé de 0,4 à 0,60€/l contre 0,23€/l au Brésil et 0,24€/l aux états unis
Le cours du blé et de la betterave n'ont jamais été aussi haut. L'augmentation des coûts des matières premières des biocarburants est-elle éphémère ou assiste-t-on à une croissance durable des prix de ces carburants. Le Brésil peut facilement et rapidement exporter d'importantes quantités de biocarburants . Le coût de production des matières premières est passé de 0,4 à 0,60€/l contre 0,23€/l au Brésil et 0,24€/l aux états unis

Betterave ; Biocarburant ; Blé ; Brésil ; Coût de production ; États Unis ; Europe ; France ; Importation ; Industrie ; Matière première ; Milieu agricole ; Prix de l'énergie ; Prix du carburant ; Secteur industriel

... Lire [+]

V

- n° 335
ISBN 0292-1731

Le respect des normes d'émission qui seront applicables aux moteurs des véhicules terrestres (voitures, véhicules industriels, matériel agricole et de travaux publics) pour la deuxième décennie du siècle en cours imposeront des ruptures technologiques, qu'on ne pourra obtenir qu'en combinant une nouvelle génération de carburant avec des technologies de combustion innovantes. Un colloque organisé par l'Institut Français du Pétrole a fait le point des travaux engagés et des résultats déjà atteints.
Le respect des normes d'émission qui seront applicables aux moteurs des véhicules terrestres (voitures, véhicules industriels, matériel agricole et de travaux publics) pour la deuxième décennie du siècle en cours imposeront des ruptures technologiques, qu'on ne pourra obtenir qu'en combinant une nouvelle génération de carburant avec des technologies de combustion innovantes. Un colloque organisé par l'Institut Français du Pétrole a fait le point ...

Allemagne ; Biocarburant ; Biogaz ; Biomasse ; Brésil ; Chine ; Efficacité énergétique ; États Unis ; Éthanol ; Europe ; France ; Gaz à Effet de Serre / GES ; GNL / GNV ; Paille / Roseau ; Production ; Schéma de principe ; Suède

... Lire [+]

V

- n° 160210

Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être construits et gérés au meilleur coût. D'une durée de quatre ans, ce projet couvre l'intégralité du cycle de vie des bâtiments, de leur construction à leur démolition. Il concerne à la fois les immeubles résidentiels et commerciaux, responsables d'environ 40% de la consommation d'énergie et d'émissions de CO2 au niveau mondial. Le rapport se concentre sur six régions : Europe, Etats-Unis, Brésil, Chine, Japon et Inde. Une réduction de 60% de la consommation d'énergie d'ici 2050 : Selon le rapport ''Transformer le marché'', réduire de 60% la consommation d'énergie dans les immeubles d'ici à 2050, est possible, ''à condition d'engager dès aujourd'hui une transformation profonde du secteur du bâtiment. Sans mesures immédiates, des milliers de nouveaux bâtiments seront construits sans aucune considération pour l'efficacité énergétique et des millions de bâtiments existants consommant plus d'énergie que nécessaire seront toujours présents en 2050'', avait souligné en avril dernier Björn Stigson, président du WBCSD. Ce rapport expose les vecteurs de transformation nécessaires et propose une feuille de route pour réduire la consommation d'énergie dans les bâtiments. Pour ce faire, il formule ainsi six recommandations : renforcer la réglementation thermique et les labels énergétiques, mettre en place les subventions nécessaires au soutien des investissements et faire usage de signaux prix, encourager les innovations, développer et utiliser des technologies de pointe, développer une main d'oeuvre pour les économies d'énergie et mobiliser la société autour des économies d'énergie. Des recommandations qui vont notamment dans le sens des mesures prises en France dans le cadre du Grenelle en matière de performance énergétique et de formations professionnelles des salariés et artisans du bâtiment, annoncées dans le plan de mobilisation des métiers de la croissance verte, présenté en janvier par le gouvernement. Si l'Etat a été invité à revoir sa copie concernant la mise en place d'une taxe carbone (contribution carbone), le rapport propose d'utiliser plutôt les revenus de cette mesure fiscale pour subventionner les investissements d'économie d'énergie. Il s'agirait d'appliquer une taxe spécifique au bâtiment (un impôt modifié ou supplémentaire) ''pour éviter un impact négatif sur l'économie d'une taxe générale sur l'énergie ou le carbone''. Les coûts d'une transformation du secteur du bâtiment ? En se basant sur un prix de référence du baril de pétrole à 60 dollars (42 euros le baril), de nombreux projets d'économie d'énergie ''seraient rentables aux coûts énergétiques actuels''. Ainsi, investir 150 milliards de dollars (105 milliards euros) par an dans l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments dans les six régions étudiées permettrait de réduire de 40% la consommation d'énergie et des émissions de CO2 avec un retour sur investissement de cinq ans pour les propriétaires, selon l'étude. 150 milliards de dollars supplémentaires amortis sur une période comprise entre 5 et 10 ans, permettrait d'atteindre même une réduction de 50% des émissions de CO2 ou de dépenses en énergie à l'horizon 2050. 650 milliards de dollars (455 milliards euros) d'investissements supplémentaires permettraient d'atteindre l'objectif de 77 % de réduction énergétique préconisé par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), en appliquant les mesures préconisées. Un manifeste : Suite à la publication du rapport, cinquante entreprises membres du WBCSD ont déjà signé un manifeste élaboré en octobre dernier par le consortium, qui est destiné à mobiliser les entreprises pour améliorer l'efficacité énergétique de leurs bâtiments tertiaires. ''Il s'agit donc de faire ce qu'on préconise'', a souligné Constant van Aerschot, directeur de la prospective de Lafarge, à l'occasion d'une conférence de presse. Ce manifeste propose donc ''cinq actions'' : fixer des objectifs de réduction des consommations énergétiques et/ou des émissions de CO2 et ''des échéances ambitieuses et cohérentes avec la transformation souhaitée'' ou encore élaborer une politique d'entreprise fixant des niveaux de performance énergétique minimaux dans les bâtiments tertiaires de l'entreprise. Les groupes signataires parmi lesquels la Société générale, Adidas, Nissan, Vestas s'engagent également à définir et réaliser une politique d'audit et publier, chaque année, la consommation d'énergie et les émissions de CO2 de leurs immeubles, ainsi que les progrès réalisés pour atteindre les objectifs de réduction. Ils s'engagent en outre à promouvoir l'efficacité énergétique des immeubles auprès des employés, des fournisseurs et des autres partenaires. ''L'exemplarité en matière d'efficacité énergétique dans le bâtiment représente des opportunités de réduction des coûts d'exploitation, d'amélioration de la productivité des employés et de leur satisfaction et, de valorisation de l'image des entreprises'', a fait valoir le WBSCD. - En savoir plus sur le rapport et le Manifeste : http://www.wbcsd.org/Plugins/DocSearch/details.asp?DocTypeId=251&ObjectId=MzY4NDk&URLBack=%2Ftemplates%2FTemplateWBCSD5%2Flayout.asp%3Ftype%3Dp%26MenuId%3DMTA5Nw%26doOpen%3D1%26ClickMenu%3DLeftMenu
Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être ...

Aide financière ; Bâtiment ; Bâtiment industriel ; Bâtiment tertiaire ; Brésil ; Chine ; Commerce / Magasin ; Consommation d'énergie ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Entreprise ; États Unis ; Étude ; Europe ; France ; Inde ; International ; Japon ; Label de performance ; Logement collectif ; Perspective ; Rapport ; Réglementation thermique ; Rentabilité ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

V

- n° 230304

"L'entreprise ALL - America Latina Logistica, qui utilise 15.000 kilometres de voies ferrees dans des zones strategiques du sud du Bresil et de l'Argentine, a decide de remplacer un quart de son carburant derive du petrole par du biocarburant a base d'huile de soja. L'ALL utilisera, annuellement, 35 millions de litres de biocarburant pour ses 580 locomotives, ce qui, selon Antonio Tomasi Filho, un des responsables du projet et Coordinateur de l'Approvisionnement de l'ALL, est ""suffisant pour rentabiliser une usine de production de carburant"". Il est prevu d'utiliser le melange B20, compose de 20% de biocarburant et de 80% de gazole, qui a montre un rendement equivalent a celui du gazole pur. Au cours des trois prochains mois, ALL realisera des essais sur le terrain, analysant l'usure des composants du moteur et la production de residus. L'entreprise gere une flotte de trois mille camions, mais prefere commencer le projet avec les trains, plus gros consommateurs de gazole justifiant une production de biocarburant a l'echelle industrielle. D'autre part, la distribution du carburant sera faite par le propre reseau, limitant le nombre de points d'approvisionnement et favorisant donc la mise en route du projet. Le choix de l'huile de soja est du a son abondance au Bresil, surtout dans la region sud, mais le biocarburant peut etre produit a partir de n'importe quelle huile vegetale et meme a partir de graisses animales. Le laboratoire de Developpement des Technologies Propres de l'Universite de Sao Paulo, qui a aide ALL dans ses recherches, a realise avec succes des essais avec 11 types d'huiles vegetales, de coton, de tournesol, de mais, d'arachide et de palme, entre autres, ce qui permettra leur utilisation selon les cultures locales ainsi que l'expansion de la production agricole. Le carburant est produit par reaction de 9 fractions d'huile avec 1 fraction de methanol ou d'ethanol, dont le Bresil est gros producteur. Contacts :Le site de la USP : http://www.usp.br/agen/repgs/2003/pags/280.htm Sources : Ambiente Global, 06/01/2004 Biocarburants : Lula lance un "" pole bresilien "" Le president Luiz Inacio Lula da Silva a lance, le 16 janvier dernier a Piracicaba (SP), en presence du Ministre de l'Agriculture, Roberto Rodrigues, le Pole des Biocarburants Bresil - Programme Recherche, Developpement & Demonstration. Comme son nom l'indique, le pole centralisera l'ensemble des projets depuis leur mise en oeuvre jusqu'aux resultats pratiques. Ce pole aura pour fonction de favoriser le developpement et l'utilisation des biocarburants -ethanol et biogazole- au Bresil. D'apres le texte final du projet, le programme sera coordonne par l'Ecole Superieure de l'Agriculture Luiz de Queiroz (Esalq-USP), avec la participation des ministeres de l'Agriculture, de la Science et de la Technologie, des Mines et de l'Energie et de quatre universites, l'USP, l'UNESP, l'UNICAMP et la UFSCAR, ainsi que de secretariats des Etats, de la mairie locale, d'entites de recherches et d'associations telles que l'Association Bresilienne de l'Infrastructure et des Industries de Base (Abdib), l'Association Nationale de Defense Vegetale (Andef) et l'Association Nationale pour la Diffusion d'Engrais (Anda). Developpe par la Mairie de Piracicaba, soutenue par une forte presence locale d'industries de base, par l'Esalq et par des entites de recherches, le projet a ete presente au ministre Roberto Rodrigues en juin 2003. Le projet prevoit, selon le document, de ""maintenir et amplifier la competitivite du Bresil dans la production d'energies renouvelables par des efforts publics et prives de developpement des recherches dans ce domaine"". Le pole a son siege a l'Esalq de Piracicaba et ses deux principaux objectifs sont la preparation d'un programme d'action comprenant des projets orientes vers les interets du secteur productif, avec des chronogrammes de ressources physiques, financieres et humaines necessaires pour les 10 ans a venir et l'association effective des secteurs public et prive par l'intermediaire des entreprises du secteurs et des universites. Contacts : Le site de l'Esalq : http://www.esalq.usp.br/destaque_old.php?id=63 Sources : Gazeta de Cuiaba, 07/01/2004 "
"L'entreprise ALL - America Latina Logistica, qui utilise 15.000 kilometres de voies ferrees dans des zones strategiques du sud du Bresil et de l'Argentine, a decide de remplacer un quart de son carburant derive du petrole par du biocarburant a base d'huile de soja. L'ALL utilisera, annuellement, 35 millions de litres de biocarburant pour ses 580 locomotives, ce qui, selon Antonio Tomasi Filho, un des responsables du projet et Coordinateur de ...

Biocarburant ; Brésil ; Ferroutage ; Politique énergétique ; Recherche ; Soja

... Lire [+]

EOLIEN | SILENCE 1/01/03

Article

XXXXX

V

- n° 291
ISBN 0756-2640

Bresil : premiere centrale Allemagne : une eolienne geante 4,5MW France ca demarre doucement

Allemagne ; Brésil ; Éolien ; France

... Lire [+]

V

- n° 2
ISBN 1637-2603

Confronté à l'une des plus graves crise énergétiques de son histoire, ce pays de 175 millions d'habitats va relancer son programme de production d'électricté. Le tout hydraulique en question L'éolien de pointe la biomasse comme autre solution d'avenir

Brésil ; Cellule photovoltaïque ; Électricité ; Éolien ; Energie hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 156
ISBN 0295-5873

"12% d'électricité eolienne en 2020 : rapport ""Wind force 12"" de EWEA et greenpeace Schema eolien en ligne pour la région Nord Pas de Calais Enquete ublique : nouveau seuil Peut-on se fier au vent? Les eoliennes VERGNET ont résisté au cyclone ERika en nouvelle caledonie Les parcs en projet : port de marseille, 12MW en Aveyron Les nouveaux parcs en France : Parc de Bouin en vendée, Parc de Plougras en cote d'armor, Une eolienne de 20kW installee à Saran dans le loiret Le port du Havre ne veut pas d'éolienne 350MW de plus en autralie? A utorisation pour un parc de 180 MW au Brésil "
"12% d'électricité eolienne en 2020 : rapport ""Wind force 12"" de EWEA et greenpeace Schema eolien en ligne pour la région Nord Pas de Calais Enquete ublique : nouveau seuil Peut-on se fier au vent? Les eoliennes VERGNET ont résisté au cyclone ERika en nouvelle caledonie Les parcs en projet : port de marseille, 12MW en Aveyron Les nouveaux parcs en France : Parc de Bouin en vendée, Parc de Plougras en cote d'armor, Une eolienne de 20kW ...

Brésil ; Bretagne ; Centre ; Conflit / Opposition ; Enquête publique ; Éolien ; Haute Normandie ; Intempérie climatique ; Languedoc Roussillon ; Lorraine ; Midi Pyrénées ; Nord Pas de Calais ; Pays de la Loire ; Projet ; Provence Alpes Côte d'Azur ; Rapport ; Schéma régional ; Vent ; VERGNET ; Vitesse du vent

... Lire [+]

V

- n° 157
ISBN 0295-5873

Depuis une trentaine d'années le Brésil utilise à grande échelle l'éthanol pur ou en additif à l'essence. Suite à la récente crise du marché de la canne à sucre, le gouvernement a pris une série de mesures pour soutenir les acteurs de la filière

Brésil ; Canne à sucre ; Éthanol

... Lire [+]

V

- n° 10103

EREC, the international umbrella oranization, published last year a study on export strategies for enewable energy technologies. The 150 pages document provides valuable information on key export markets and financial institutions, and presents the various branche'perspectives for the future. The following exccerpts will whet your appetite for more! The complete stydy is availble for www.erec-renewables.org (eurees)

Afrique ; Brésil ; Inde ; International ; Pays En Développement ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique

... Lire [+]

WIND POWER | NEW ENERGY 1/06/03

Article

XXXXX

V

- n° 3
ISBN 1619-6228

- Sustained high : Onshore predominates german wind power development in the first quarter - Our goal is to become one of the world's top wind turbine manufectuers : interview with CEO about the situation and perspectives of GE Wind energy - 6 000 MW of w

Allemagne ; Angleterre ; Brésil ; Chiffre clé ; Écosse ; Éolien ; France ; Energie hydraulique ; Industrie ; Potentiel éolien ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Région

... Lire [+]

V

- n° 190104

"Extrait du rapport : « Industrie biotechnologique et la chimie durable » http://www.fedichem.be/FR/PRES/CP/2004/CP040115.htm Pour l'énergie et le pétrole ... Environ 85% de nos besoins en énergie proviennent des ressources fossiles, l'un des plus grand émetteurs des émissions à effet de serre. ""Le protocole de Kyoto nous oblige à réduire nos émissions à effet de serre pour 2010. Ce qui veut dire que la Belgique doit réduire, dans les 6 prochaines années, de 14% les émissions pour respecter le protocole de Kyoto"", dit le Dr Soetaert. L'énergie renouvelable peut jouer un rôle clé en la matière. Jusqu'à aujourd'hui, les sources d'énergie renouvelable ne représentent que 5,8% de la consommation totale d'énergie au sein de l'UE. Le carburant y représente la plus grande dépendance de combustible fossile. Pour 2010, la Commission souhaiterait que les bio-combustibles représentent, en Europe, 5,75% du total de la consommation de combustible pour moteurs. A l'heure actuelle, le pourcentage est d'à peine 0,3%. Les céréales agricoles (biomasse) peuvent à nouveau remplacer les combustibles fossiles et être converties dans la bio-raffinerie en bio-éthanol, bio-gaz ou bio-carburants. Le bio-éthanol est obtenu à partir de la betterave sucrière, du froment ou du blé par un procédé de fermentation et peut être utilisé conjointement avec du pétrole par les voitures. Le bio-carburant est produit à partir d'huiles végétales telle que l'huile de colza et peut être mélangé sans problème au combustible normal. ""Environ 9,3 millions de tonnes de bio-éthanol doivent être produites en Europe pour 2010 afin d'atteindre les objectifs de la Commission, ce qui représentera environ 3,7 millions ha de froment et de betterave sucrière. Ces chiffres devraient être comparés avec les 5,6 millions ha de terre arable non utilisés, pour lesquelles l'UE paie les agriculteurs pour ne rien produire"", cite le Dr Erick Vandamme, Université de Gand, et co-auteur du rapport. ""La biotechnologie industrielle peut sensiblement contribuer au développement durable de notre société et créer par la même occasion de nouveaux marchés pour les produits agricoles communs."" Informations : Le dossier de presse peut être consulté http://www.europabio.org/pages/news/ne_150104.asp Adeline Farrelly, EuropaBio, Tél. Gén. +32 2 735 03 13, Tél. Direct +32 2 739 11 74, Mobile: +32 475 93 17 24, e-mail: a.farrelly@europabio.org Dr. Wim Soetaert, Université de Gand Tél. +32 92 64 60 83 Fax +32 92 64 62 31 e-mail : wim.soetaert@UGent.be Dr. Dirk Carrez, BelgoBiotech Tél: +32 2 238 98 47 Fax: +32 2 231 13 01 e-mail: dcarrez@fedichem.be Pour info : Production de bioéthanol en 2002 : 26 millions de tonnes (63 % comme biocarburant) Brésil : 9,5 millions de tonnes (sucre de canne) ; 92 % comme biocarburant USA : 6,4 millions de tonnes (maïs) ; 90 % comme bioacarburant Chine : 3,4 millions de tonnes Inde : 2 millions de tonnes Europe : 1,5 millions de tonnes (betterave et blé) ; 14 % comme biocarburant "
"Extrait du rapport : « Industrie biotechnologique et la chimie durable » http://www.fedichem.be/FR/PRES/CP/2004/CP040115.htm Pour l'énergie et le pétrole ... Environ 85% de nos besoins en énergie proviennent des ressources fossiles, l'un des plus grand émetteurs des émissions à effet de serre. ""Le protocole de Kyoto nous oblige à réduire nos émissions à effet de serre pour 2010. Ce qui veut dire que la Belgique doit réduire, dans les 6 ...

Biocarburant ; Brésil ; Chine ; États Unis ; Éthanol ; Europe ; Inde ; Politique énergétique ; Production ; Rapport

... Lire [+]

V

- n° 160304

La plus grosse concentration mondiale en matiere d'energie eolienne se trouve au Danemark avec 2890 MW. Le Bresil quant a lui produit a peine 20,9 MW sur trois sites distincts. Lors de la conference sur les ressources renouvelables d'energie pour la societe durable - energie eolienne le 4 fevrier dernier a Recife, Pedro Rosas a explique que le potentiel des vents dans le nord-ouest bresilien est suffisant pour produire 104.040 MW, soit 36 fois la puissance danoise. Selon lui, les entreprises mondiales specialisees dans l'energie eolienne se preparent a investir 1,1 billion d'euros pour transformer ce potentiel des vents en electricite et ainsi transformer la matrice energetique bresilienne, concentree a plus de 90% en source hydroelectrique. Il declare que ces deux dernieres annees, les avancees dans le secteur de l'energie eolienne ont ete retardees par un lobbying des centrales thermoelectriques. Ces questions politiques dependent de la reglementation du Programme intensif des sources alternatives d'energie electrique (Proinfa), cree par le Ministere des mines et energies en 2003 et qui a autorise la gestion de 3,3 mil MW, desquels 1,1 mil MW d'hydroelectricite, 1,1 mil MW de biomasse et 1,1 mil MW d'energie eolienne. Sources : Jornal da Ciencia, 05/02/2004, Bresil
La plus grosse concentration mondiale en matiere d'energie eolienne se trouve au Danemark avec 2890 MW. Le Bresil quant a lui produit a peine 20,9 MW sur trois sites distincts. Lors de la conference sur les ressources renouvelables d'energie pour la societe durable - energie eolienne le 4 fevrier dernier a Recife, Pedro Rosas a explique que le potentiel des vents dans le nord-ouest bresilien est suffisant pour produire 104.040 MW, soit 36 fois ...

Bilan énergétique ; Brésil ; Éolien ; Energie hydraulique ; Politique énergétique ; Puissance installée

... Lire [+]

V

- n° 41004

"le bilan mitigé de l'expérience brésilienne Quelles énergies renouvelables pourront se substituer largement à nos besoins actuels en énergies fossiles ? L'exemple brésilien montre que l'alcool issu de fermentation organique n'est pas forcément une alternative ""durable"". Une politique volontariste pour réduire les besoins en pétrole En 1973, le Brésil lance le programme Proalcool à la suite du premier choc pétrolier. Il s'agit de promouvoir l'alcool de canne à sucre comme substitut au pétrole pour réduire d'autant la facture énergétique. Volontariste, l'Etat brésilien force les producteurs sucriers par le moyen de subventions directes, à investir dans des installations assurant la transformation des résidus issus de la production de sucre de canne en éthanol. Pour développer la demande, le Brésil surtaxe parallèlement les autres carburant : à la pompe, le conducteur brésilien fait le plein d'alcool pour la moitié du prix d'un plein de diesel ou de super (respectivement 1,25, 1,9 et 2 reais pour les prix à la pompe). Cette politique énergétique est un succès indéniable : 22% du parc brésilien roule à l'alcool aujourd'hui, ce qui contribue à rendre le Brésil autosuffisant à 70% de ses besoins énergétiques en matière de transport par la route. Un biocarburant à la source de problèmes écologiques et sociaux Mais le succès politique risque de compromettre le développement durable du Brésil. Tout d'abord, ce choix énergétique est un désastre écologique. Chaque litre d'éthanol produit treize litres de résidus hautement polluants et rejetés dans les cours d'eau. Or, comme le résume Artur Tavares Costa Carvalho, Directeur d'une usine de production de sucre et d'éthanol, "" l'Etat nous a déjà beaucoup subventionné pour que nous développions les installations de fabrication d'éthanol. On a fait des progrès en créant des bacs de rétention des eaux. Mais il est clair qu'aujourd'hui, ce problème des effluents n'est ni la priorité de l'Etat, ni celle de bon nombre de producteurs. "" Désastre social ensuite. Pour dynamiser la production, l'Etat a toujours été bon payeur. Un tel débouché a incité les grands propriétaires à planter toujours plus de canne à sucre, ce qui a mécaniquement nécessité toujours plus de terres. La culture de la canne à sucre a ainsi servi de motif pour expulser les petits paysans faisant de la culture vivrière à proximité des plantations. Ce sont des centaines de milliers de familles qui sont ainsi allées gonfler les favelas avec pour corollaire l'apparition de graves problèmes sociaux : pauvreté, faim, violence. Enfin, faute d'investissements dans les plantations, les coupeurs de canne journaliers travaillent à la main, au jour le jour et souvent sans contrat, pour un salaire de misère de 300 reais par mois ( soit 90 euros) alors que des études officielles montrent qu'il faudrait au moins 800 reais pour seulement survivre aujourd'hui au Brésil. Un biocarburant qui laisse les consommateurs sceptiques Malgré son prix attractif, les consommateurs ne plébiscitent pas l'alcool à la pompe, à l'exception des entreprises de transport routier qui y voient une manière d'optimiser le coût des trajets de leurs camions. En pratique, à l'exception de quelques véhicules fleurons de l'industrie brésilienne, dans la droite ligne de la Gurgel 280, rares sont les véhicules de tourisme qui roulent à l'éthanol. Le marché du véhicule neuf est essentiellement entre les mains de constructeurs étrangers. Ils ne fonctionnent pratiquement jamais au biocarburant. Pour Roberto Assan, loueur de voitures, "" La qualité de l'alcool est trop inégale d'un producteur à un autre, donc d'une pompe à l'autre. Ces fluctuations altèrent considérablement la durée de vie d'un moteur. Je ne peux pas prendre ce risque. J'achète des véhicules de facture étrangère, pour garantir le standing de mon offre et je n'achète que des véhicules roulant à l'essence. "" "
"le bilan mitigé de l'expérience brésilienne Quelles énergies renouvelables pourront se substituer largement à nos besoins actuels en énergies fossiles ? L'exemple brésilien montre que l'alcool issu de fermentation organique n'est pas forcément une alternative ""durable"". Une politique volontariste pour réduire les besoins en pétrole En 1973, le Brésil lance le programme Proalcool à la suite du premier choc pétrolier. Il s'agit de promouvoir ...

Biocarburant ; Brésil ; Essence ; Éthanol

... Lire [+]

V

- n° 119

Les Echos, 23 juin 2004 L'entreprise ALL, qui utilise 15.000 km de voies ferrées dans des zones stratégiques du sud du Brésil et de l'Argentine, va remplacer un quart de son carburant par du biocarburant.

Argentine ; Biocarburant ; Brésil ; Ferroutage ; Huile végétale ; Soja

... Lire [+]

BIOCARBURANT | SYSTEMES SOLAIRES 1/05/04

Article

XXXXX

V

- n° 161
ISBN 0295-5873

- Une nouvelle usine à Sète? - 2004 : année biodiesel au Brésil - Programe ambitieux au Canada - Forte croissance de l'éthanol aux états-Unis - Baromètre des biocarburants

Bilan énergétique ; Biocarburant ; Brésil ; Canada ; Chiffre clé ; Chine ; Colza ; Course / Rallye ; Diester ; Entreprise ; États Unis ; Éthanol ; Europe ; Languedoc Roussillon ; Réglementation ; Suède ; Taux de biocarburant ; Tournesol

... Lire [+]

V

- n° 185
ISBN 1259-3125

L'association France Nature Environnement (FNE) s'inquiète de voir les biocarburants tendre vers les 10% d'utilisation dans les moteurs à l'horizon 2020. Lors d'un séminaire organisé le 3 juin, elle a tenté de faire la lumière sur les conséquences de la directive européenne qui pourrait conduire à des importantions d'éthanol de canne à sucre du Brésil et d'huile de palme d'Indonésie, aux dépens des forêts tropicales.
L'association France Nature Environnement (FNE) s'inquiète de voir les biocarburants tendre vers les 10% d'utilisation dans les moteurs à l'horizon 2020. Lors d'un séminaire organisé le 3 juin, elle a tenté de faire la lumière sur les conséquences de la directive européenne qui pourrait conduire à des importantions d'éthanol de canne à sucre du Brésil et d'huile de palme d'Indonésie, aux dépens des forêts tropicales.

Brésil ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Culture énergétique ; Europe ; Huile végétale

... Lire [+]

V

- n° 18
ISBN 1964-9843

Pour la première fois en 2008, il s'est vendu au Brésil plus d'éthanol que d'essence.

Automobile ; Biomasse ; Brésil ; Canne à sucre ; Choc pétrolier ; Dépendance énergétique ; Essence ; Éthanol

... Lire [+]

V

- n° non numrote

Au Brésil, Minas Gerais est la plus importante entreprise publique de solaire thermique. Cette dernière et l'organisme public de logements COHAB-MG vont installer plus 15 000 panneaux solaires thermiques durant l'année 2010.

Brésil ; Logement ; Solaire thermique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Brésil [85]

Biocarburant [33]

États Unis [25]

France [25]

Chine [24]

Europe [23]

Éthanol [21]

Inde [20]

International [16]

Biomasse [15]

Politique énergétique [15]

Allemagne [13]

Huile végétale [12]

Amérique Latine [11]

Energie hydraulique [11]

Éolien [11]

Généralité énergie renouvelable [11]

Afrique [10]

Chiffre clé [10]

Gaz à Effet de Serre / GES [10]

Japon [10]

Betterave [9]

Canne à sucre [9]

Céréale [9]

Efficacité énergétique [9]

Bilan énergétique [8]

Biodiesel [8]

Culture énergétique [8]

Milieu agricole [8]

Pétrole [8]

Projet [8]

Transport [8]

Usine de fabrication/production [8]

Biogaz [7]

Canada [7]

Consommation d'énergie [7]

Pays En Développement [7]

Perspective [7]

Russie [7]

Suède [7]

Asie [6]

Automobile [6]

Bâtiment [6]

CO2 / Dioxyde de carbone [6]

Espagne [6]

Généralité énergie [6]

Impact environnemental [6]

Industrie [6]

Italie [6]

Production d'électricité [6]

Réalisation [6]

Scénario [6]

Taux de biocarburant [6]

Aspect historique [5]

Carburant [5]

Changement climatique [5]

Consommation de carburant [5]

Développement durable [5]

Donnée économique [5]

Essence [5]

ETBE - Ethyl Tertio Butyl Ether [5]

Exploitation agricole [5]

Mexique [5]

Potentiel de développement [5]

Production carburant [5]

Afrique du Sud [4]

Agriculteur [4]

Argentine [4]

Australie [4]

Bilan environnemental [4]

Définition [4]

Dépendance énergétique [4]

Électricité [4]

Fiscalité [4]

Marché mondial [4]

Polluant [4]

Rapport [4]

Rentabilité [4]

Taxe [4]

Technologie [4]

Analyse Cycle de Vie - ACV [3]

Angleterre [3]

Appareil de cuisson [3]

Aspect économique [3]

Barrage hydraulique [3]

Besoin énergétique [3]

Bois [3]

Caractéristique technique [3]

Commerce / Magasin [3]

Compagnie pétrolière [3]

Costa Rica [3]

Coût de production [3]

Cuba [3]

Danemark [3]

Déchet [3]

Diester [3]

Économie d'énergie [3]

Égypte [3]

Électrification rurale [3]

Emploi [3]

Énergie solaire [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z