F Nous contacter

0

Documents  Brésil | enregistrements trouvés : 86

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° non numrote

Au Brésil, Minas Gerais est la plus importante entreprise publique de solaire thermique. Cette dernière et l'organisme public de logements COHAB-MG vont installer plus 15 000 panneaux solaires thermiques durant l'année 2010.

Brésil ; Logement ; Solaire thermique

... Lire [+]

V

- n° 160210

Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être construits et gérés au meilleur coût. D'une durée de quatre ans, ce projet couvre l'intégralité du cycle de vie des bâtiments, de leur construction à leur démolition. Il concerne à la fois les immeubles résidentiels et commerciaux, responsables d'environ 40% de la consommation d'énergie et d'émissions de CO2 au niveau mondial. Le rapport se concentre sur six régions : Europe, Etats-Unis, Brésil, Chine, Japon et Inde. Une réduction de 60% de la consommation d'énergie d'ici 2050 : Selon le rapport ''Transformer le marché'', réduire de 60% la consommation d'énergie dans les immeubles d'ici à 2050, est possible, ''à condition d'engager dès aujourd'hui une transformation profonde du secteur du bâtiment. Sans mesures immédiates, des milliers de nouveaux bâtiments seront construits sans aucune considération pour l'efficacité énergétique et des millions de bâtiments existants consommant plus d'énergie que nécessaire seront toujours présents en 2050'', avait souligné en avril dernier Björn Stigson, président du WBCSD. Ce rapport expose les vecteurs de transformation nécessaires et propose une feuille de route pour réduire la consommation d'énergie dans les bâtiments. Pour ce faire, il formule ainsi six recommandations : renforcer la réglementation thermique et les labels énergétiques, mettre en place les subventions nécessaires au soutien des investissements et faire usage de signaux prix, encourager les innovations, développer et utiliser des technologies de pointe, développer une main d'oeuvre pour les économies d'énergie et mobiliser la société autour des économies d'énergie. Des recommandations qui vont notamment dans le sens des mesures prises en France dans le cadre du Grenelle en matière de performance énergétique et de formations professionnelles des salariés et artisans du bâtiment, annoncées dans le plan de mobilisation des métiers de la croissance verte, présenté en janvier par le gouvernement. Si l'Etat a été invité à revoir sa copie concernant la mise en place d'une taxe carbone (contribution carbone), le rapport propose d'utiliser plutôt les revenus de cette mesure fiscale pour subventionner les investissements d'économie d'énergie. Il s'agirait d'appliquer une taxe spécifique au bâtiment (un impôt modifié ou supplémentaire) ''pour éviter un impact négatif sur l'économie d'une taxe générale sur l'énergie ou le carbone''. Les coûts d'une transformation du secteur du bâtiment ? En se basant sur un prix de référence du baril de pétrole à 60 dollars (42 euros le baril), de nombreux projets d'économie d'énergie ''seraient rentables aux coûts énergétiques actuels''. Ainsi, investir 150 milliards de dollars (105 milliards euros) par an dans l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments dans les six régions étudiées permettrait de réduire de 40% la consommation d'énergie et des émissions de CO2 avec un retour sur investissement de cinq ans pour les propriétaires, selon l'étude. 150 milliards de dollars supplémentaires amortis sur une période comprise entre 5 et 10 ans, permettrait d'atteindre même une réduction de 50% des émissions de CO2 ou de dépenses en énergie à l'horizon 2050. 650 milliards de dollars (455 milliards euros) d'investissements supplémentaires permettraient d'atteindre l'objectif de 77 % de réduction énergétique préconisé par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), en appliquant les mesures préconisées. Un manifeste : Suite à la publication du rapport, cinquante entreprises membres du WBCSD ont déjà signé un manifeste élaboré en octobre dernier par le consortium, qui est destiné à mobiliser les entreprises pour améliorer l'efficacité énergétique de leurs bâtiments tertiaires. ''Il s'agit donc de faire ce qu'on préconise'', a souligné Constant van Aerschot, directeur de la prospective de Lafarge, à l'occasion d'une conférence de presse. Ce manifeste propose donc ''cinq actions'' : fixer des objectifs de réduction des consommations énergétiques et/ou des émissions de CO2 et ''des échéances ambitieuses et cohérentes avec la transformation souhaitée'' ou encore élaborer une politique d'entreprise fixant des niveaux de performance énergétique minimaux dans les bâtiments tertiaires de l'entreprise. Les groupes signataires parmi lesquels la Société générale, Adidas, Nissan, Vestas s'engagent également à définir et réaliser une politique d'audit et publier, chaque année, la consommation d'énergie et les émissions de CO2 de leurs immeubles, ainsi que les progrès réalisés pour atteindre les objectifs de réduction. Ils s'engagent en outre à promouvoir l'efficacité énergétique des immeubles auprès des employés, des fournisseurs et des autres partenaires. ''L'exemplarité en matière d'efficacité énergétique dans le bâtiment représente des opportunités de réduction des coûts d'exploitation, d'amélioration de la productivité des employés et de leur satisfaction et, de valorisation de l'image des entreprises'', a fait valoir le WBSCD. - En savoir plus sur le rapport et le Manifeste : http://www.wbcsd.org/Plugins/DocSearch/details.asp?DocTypeId=251&ObjectId=MzY4NDk&URLBack=%2Ftemplates%2FTemplateWBCSD5%2Flayout.asp%3Ftype%3Dp%26MenuId%3DMTA5Nw%26doOpen%3D1%26ClickMenu%3DLeftMenu
Rappelons qu'il s'agit du second rapport publié dans le cadre du projet EEB (Energy Efficiency in Buildings), initié en 2006 par le WBCSD, un consortium regroupant plus de 200 entreprises, et le PNUE, auquel participent 14 groupes notamment Lafarge, Arcelor Mittal, EDF et GDF Suez. Objectif de l'EEB : réfléchir à la conception et à la construction de bâtiments ne consommant aucune énergie d'origine externe, neutres en carbone et pouvant être ...

Aide financière ; Bâtiment ; Bâtiment industriel ; Bâtiment tertiaire ; Brésil ; Chine ; Commerce / Magasin ; Consommation d'énergie ; Économie d'énergie ; Efficacité énergétique ; Entreprise ; États Unis ; Étude ; Europe ; France ; Inde ; International ; Japon ; Label de performance ; Logement collectif ; Perspective ; Rapport ; Réglementation thermique ; Rentabilité ; Analyse Cycle de Vie - ACV

... Lire [+]

V

- n° 165
ISBN 0295-5873

"- Le ""flex fuel"" est une catégorie de voiture biocombustible qui peut aussi bien rouler à l'essence qu'a l'éthanol (32% vendu au Brésil) - Depuis 5 ans Toyota propose une gamme de véhicules à moteur hybride (essence et electricité). Le modèle proposé actu"

Automobile ; Brésil ; Crédit d'impôt ; Essence ; Éthanol ; Moteur hybride ; Véhicule électrique

... Lire [+]

V

- n° 18
ISBN 1964-9843

Pour la première fois en 2008, il s'est vendu au Brésil plus d'éthanol que d'essence.

Automobile ; Biomasse ; Brésil ; Canne à sucre ; Choc pétrolier ; Dépendance énergétique ; Essence ; Éthanol

... Lire [+]

BIOCARBURANT | SYSTEMES SOLAIRES 1/05/04

Article

XXXXX

V

- n° 161
ISBN 0295-5873

- Une nouvelle usine à Sète? - 2004 : année biodiesel au Brésil - Programe ambitieux au Canada - Forte croissance de l'éthanol aux états-Unis - Baromètre des biocarburants

Bilan énergétique ; Biocarburant ; Brésil ; Canada ; Chiffre clé ; Chine ; Colza ; Course / Rallye ; Diester ; Entreprise ; États Unis ; Éthanol ; Europe ; Languedoc Roussillon ; Réglementation ; Suède ; Taux de biocarburant ; Tournesol

... Lire [+]

V

- n° 149
ISBN 1259-3125

Les biocarburants sortent de leur période de rodage pour atteindre des volumes colossaux. Une montée en flèche qui, à terme, peut redessiner toute la carte de l'agriculture mondiale et de ses marchés.

Biocarburant ; Brésil ; Canada ; Céréale ; Chiffre clé ; Culture énergétique ; États Unis ; Europe ; Exploitation agricole ; International ; Marché mondial ; Objectif européen ; Pologne

... Lire [+]

V

- n° 347
ISBN 0756-2640

Si les expériences locales menées par certains laissent penser que les biocarburants peuvent être une alternative au pétrole, le mythe s'effondre si l'on commence à penser globalement : déforestation au Sud, pénurie en eau, déjà des émeutes de la faim, des biocarburants pour les camions qui importent la nourriture?

Bilan énergétique ; Bilan environnemental ; Biocarburant ; Brésil ; Eau ; États Unis ; Étude ; France

... Lire [+]

V

- n° 16
ISBN 1764-2817

En mai 2006, une conférence avait été organisée en allemagne par BTZ, l'organisme public allemand de développement international, sur le potentiel mondial des biocarburants pour le transport.

Afrique ; Allemagne ; Amérique Latine ; Asie ; Australie ; Biocarburant ; Biodiesel ; Brésil ; Céréale ; Chine ; Conférence / Colloque ; Éthanol ; Huile végétale ; Inde ; International ; Oléagineux ; Pays En Développement ; Tanzanie

... Lire [+]

V

- n° 186
ISBN 0295-5873

- Projet de territoire : marc de raisin, jus de distillation, petit lait, fumier valorisé à Feux (18). - La chine en avance avec 22 millions de méthaniseurs individuels. - Cristal union méthanise avec sa distillerie d'Arcis-sur-Aube (10). - Premier projet

Algue ; Allemagne ; Avantage fiscal ; Betterave ; Biogaz ; Boue d'épuration ; Brésil ; Carburant ; Centre ; Champagne Ardenne ; Chine ; Déchet ; Digestat / Vinasse ; Digesteur / Méthaniseur ; États Unis ; Hongrie ; Huile / graisse animale ; Ile de France ; Lisier / Excrément animal ; Lotissement ; Méthanisation ; Milieu agricole ; Pays de la Loire ; Production d'électricité ; Production de chaleur ; Projet ; Réalisation ; Réseau de chaleur ; Séchage ; Séchage solaire ; Suisse ; Taxe ; Valorisation des déchets ; Viticulteur

... Lire [+]

V

- n° 280904

Un biodiesel qui fait l'objet d'un brevet bresilien, obtenu a partir d'huile de soja et 16 % moins polluant que l'essence, a ete teste sur des voitures du groupe Peugeot-Citroen PSA. Le nouveau combustible ecologique, obtenu a partir de la transformation chimique de l'huile de soja et constitue de 30% de biodiesel et de 70% de diesel, a ete developpe par des chercheurs du Laboratoire de Developpement de Technologies Propres (Ladetel) de l'Universite de Sao Paulo. Le coordinateur du projet Biodiesel au Bresil et du Ladetel, Miguel Dabdoub, a rappele que le Bresil produisait deja du biodiesel a partir de l'alcool de canne a sucre (ethanol) et que ce nouveau combustible a base de soja representait un nouveau debouche pour le pays. Il a indique que cela permettra au Bresil de reduire sa dependance par rapport aux biocombustibles obtenus a partir du petrole et creera une nouvelle source de revenus pour les cultivateurs de soja. Le Bresil est actuellement le second producteur mondial de soja. Il a ajoute que le Ladetel developpera des recherches similaires avec du biodiesel produit a partir d'autres plantes oleagineuses comme le ricin, le tournesol et l'huile de palme. Contacts : Pour plus d'informations (en portugais) :  http://dabdoub-labs.com.br
Un biodiesel qui fait l'objet d'un brevet bresilien, obtenu a partir d'huile de soja et 16 % moins polluant que l'essence, a ete teste sur des voitures du groupe Peugeot-Citroen PSA. Le nouveau combustible ecologique, obtenu a partir de la transformation chimique de l'huile de soja et constitue de 30% de biodiesel et de 70% de diesel, a ete developpe par des chercheurs du Laboratoire de Developpement de Technologies Propres (Ladetel) de ...

Biocarburant ; Brésil ; Production ; Projet ; Soja

... Lire [+]

V

- n° 230304

"L'entreprise ALL - America Latina Logistica, qui utilise 15.000 kilometres de voies ferrees dans des zones strategiques du sud du Bresil et de l'Argentine, a decide de remplacer un quart de son carburant derive du petrole par du biocarburant a base d'huile de soja. L'ALL utilisera, annuellement, 35 millions de litres de biocarburant pour ses 580 locomotives, ce qui, selon Antonio Tomasi Filho, un des responsables du projet et Coordinateur de l'Approvisionnement de l'ALL, est ""suffisant pour rentabiliser une usine de production de carburant"". Il est prevu d'utiliser le melange B20, compose de 20% de biocarburant et de 80% de gazole, qui a montre un rendement equivalent a celui du gazole pur. Au cours des trois prochains mois, ALL realisera des essais sur le terrain, analysant l'usure des composants du moteur et la production de residus. L'entreprise gere une flotte de trois mille camions, mais prefere commencer le projet avec les trains, plus gros consommateurs de gazole justifiant une production de biocarburant a l'echelle industrielle. D'autre part, la distribution du carburant sera faite par le propre reseau, limitant le nombre de points d'approvisionnement et favorisant donc la mise en route du projet. Le choix de l'huile de soja est du a son abondance au Bresil, surtout dans la region sud, mais le biocarburant peut etre produit a partir de n'importe quelle huile vegetale et meme a partir de graisses animales. Le laboratoire de Developpement des Technologies Propres de l'Universite de Sao Paulo, qui a aide ALL dans ses recherches, a realise avec succes des essais avec 11 types d'huiles vegetales, de coton, de tournesol, de mais, d'arachide et de palme, entre autres, ce qui permettra leur utilisation selon les cultures locales ainsi que l'expansion de la production agricole. Le carburant est produit par reaction de 9 fractions d'huile avec 1 fraction de methanol ou d'ethanol, dont le Bresil est gros producteur. Contacts :Le site de la USP : http://www.usp.br/agen/repgs/2003/pags/280.htm Sources : Ambiente Global, 06/01/2004 Biocarburants : Lula lance un "" pole bresilien "" Le president Luiz Inacio Lula da Silva a lance, le 16 janvier dernier a Piracicaba (SP), en presence du Ministre de l'Agriculture, Roberto Rodrigues, le Pole des Biocarburants Bresil - Programme Recherche, Developpement & Demonstration. Comme son nom l'indique, le pole centralisera l'ensemble des projets depuis leur mise en oeuvre jusqu'aux resultats pratiques. Ce pole aura pour fonction de favoriser le developpement et l'utilisation des biocarburants -ethanol et biogazole- au Bresil. D'apres le texte final du projet, le programme sera coordonne par l'Ecole Superieure de l'Agriculture Luiz de Queiroz (Esalq-USP), avec la participation des ministeres de l'Agriculture, de la Science et de la Technologie, des Mines et de l'Energie et de quatre universites, l'USP, l'UNESP, l'UNICAMP et la UFSCAR, ainsi que de secretariats des Etats, de la mairie locale, d'entites de recherches et d'associations telles que l'Association Bresilienne de l'Infrastructure et des Industries de Base (Abdib), l'Association Nationale de Defense Vegetale (Andef) et l'Association Nationale pour la Diffusion d'Engrais (Anda). Developpe par la Mairie de Piracicaba, soutenue par une forte presence locale d'industries de base, par l'Esalq et par des entites de recherches, le projet a ete presente au ministre Roberto Rodrigues en juin 2003. Le projet prevoit, selon le document, de ""maintenir et amplifier la competitivite du Bresil dans la production d'energies renouvelables par des efforts publics et prives de developpement des recherches dans ce domaine"". Le pole a son siege a l'Esalq de Piracicaba et ses deux principaux objectifs sont la preparation d'un programme d'action comprenant des projets orientes vers les interets du secteur productif, avec des chronogrammes de ressources physiques, financieres et humaines necessaires pour les 10 ans a venir et l'association effective des secteurs public et prive par l'intermediaire des entreprises du secteurs et des universites. Contacts : Le site de l'Esalq : http://www.esalq.usp.br/destaque_old.php?id=63 Sources : Gazeta de Cuiaba, 07/01/2004 "
"L'entreprise ALL - America Latina Logistica, qui utilise 15.000 kilometres de voies ferrees dans des zones strategiques du sud du Bresil et de l'Argentine, a decide de remplacer un quart de son carburant derive du petrole par du biocarburant a base d'huile de soja. L'ALL utilisera, annuellement, 35 millions de litres de biocarburant pour ses 580 locomotives, ce qui, selon Antonio Tomasi Filho, un des responsables du projet et Coordinateur de ...

Biocarburant ; Brésil ; Ferroutage ; Politique énergétique ; Recherche ; Soja

... Lire [+]

V

- n° 10606

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33887.htm L'inauguration de deux centres de production de biodiesel, a partir du ricin, dans le Nordeste est prevue d'ici fin juin 2006. A ce jour le petrole represente 40% de la consommation de combustibles au Bresil, dont 5% est importe pour un cout annuel de 330 millions d'Euros. Actuellement quatre usines de biodiesel fonctionnent dans les Etats du Piaui et du Para (Nord), du Minas Gerais (Centre Ouest) et de Sao Paulo (Sud Est). La premiere de ces nouvelles unites est en cours de construction a Caetes dans la Vallee d'Ipojuca et la deuxieme a Pesqueira dans la Region de l'Agreste Meridional. Les deux usines sont financees par le MCT (Ministere de la Science et de la Technologie) en partenariat avec les mairies locales. Caetes produira 2.000 litres de biodiesel par jour et Pesqueira 4.000 litres a partir du ricin cultive par 2.400 familles de la region. Le SENAI (Service National d'Apprentissage Industriel) met a disposition de l'usine de Caetes un laboratoire mobile permettant de tester le biocombustible produit. Pour Fernando Juca, directeur du CETENE (Centre de Technologies Strategiques du Nordeste), l'objectif consiste a developper des alternatives a l'essence, au diesel a base de petrole mais aussi a l'alcool, principal biocombustible consomme au Bresil. Selon Saul Suslick, professeur de l'Institut des Geosciences et coordinateur du CEPETRO (Centre des Etudes du Petrole) de l'UNICAMP (Universite de Campinas), le Bresil devrait atteindre d'ici fin mai l'autosuffisance en petrole. Au Bresil quatre-vingt stations-service delivrent du biodiesel dans les Etats de Goias (Centre Ouest), du Piaui, de Sao Paulo, de Rio de Janeiro (Sud Est) et du Distrito Federal (Centre Ouest). D'ici decembre 2006 le Gouvernement Federal prevoit l'ouverture de 920 nouvelles stations-service et ce programme beneficiera a 100.000 petits producteurs de plantes oleagineuses. Pour en savoir plus, contacts : - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/aPVcA - http://www.cendotec1.org.br/be/be74.pdf - Jose Fernando Thome Juca - email : jucah@ufpe.br Sources : Agencia CT - 16/03/2006
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33887.htm L'inauguration de deux centres de production de biodiesel, a partir du ricin, dans le Nordeste est prevue d'ici fin juin 2006. A ce jour le petrole represente 40% de la consommation de combustibles au Bresil, dont 5% est importe pour un cout annuel de 330 millions d'Euros. Actuellement quatre usines de biodiesel fonctionnent dans les Etats du Piaui et du Para (Nord), du Minas Gerais ...

Biocarburant ; Biodiesel ; Brésil ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

y

Ce mercredi 21 mars, c'est la Journée internationale de la forêt. À cette occasion, on découvre que la France importe massivement du bois illégal d'Amazonie, au Brésil. L'organisation Greenpeace a dévoilé l'existence d'un vaste trafic. En 20 ans, l'équivalent de la surface de la France a disparu...

Brésil ; France ; Environnement ; Bois ; Milieu forestier ; Construction ; Bâtiment ; Changement climatique

... Lire [+]

V

- n° 180604

Le plus grand barrage hydroelectrique en operation, Itaipu, situe a la frontiere du Bresil et du Paraguay, d'une capacite installee de 12.600 megawatts, a fete le 17 mai dernier les trente ans du debut de sa constuction. Le 5 mai, ce barrage bi-national avait celebre ses 20 ans de production d'energie. L'oeuvre est monumentale : selon les ingenieurs, le beton utilise aurait permis de batir 210 stades de football et la quantite de fer utilisee celle de 380 tours Eiffel ! Construit par 40.000 hommes a Foz do Iguacu (Etat de Parana, sud du Bresil) sur le fleuve Parana, Itaipu est le plus grand barrage au monde et son cout de 12 milliards de dollars avait ete finance par des credits internationaux. La compagnie publique Itaipu ne terminera d'ailleurs que cette annee le paiement des credits ayant permis ce financement. Le barrage comprend 18 turbines capables de gerer 700 metres cubes d'eau par seconde et aujourd'hui, le cout de la production d'un megawatt par heure est de 16,08 dollars, un type de production deux fois meilleur marche que celle produite par une usine nucleaire. En 2003, ce mur de beton de 120 metres pour la chute des eaux et les 360 personnes qui y travaillent ont permis de fournir 92% de l'energie electrique consommee au Paraguay et 23,1% de celle du Bresil. En 2005, Itaipu atteindra sa capacite maximale de production d'energie electrique, lorsque les deux dernieres turbines entreront en fonction pour arriver a un total de vingt. Contacts : Plus d'infos : Lire l'article depuis le site de Africatime.com : http://www.africatime.com/afrique/nouv_pana.asp?no_nouvelle=120061&no_cate Sur le site Office Press: http://www.officepress.com.br/noticias.php?codigo=2257
Le plus grand barrage hydroelectrique en operation, Itaipu, situe a la frontiere du Bresil et du Paraguay, d'une capacite installee de 12.600 megawatts, a fete le 17 mai dernier les trente ans du debut de sa constuction. Le 5 mai, ce barrage bi-national avait celebre ses 20 ans de production d'energie. L'oeuvre est monumentale : selon les ingenieurs, le beton utilise aurait permis de batir 210 stades de football et la quantite de fer utilisee ...

Barrage hydraulique ; Brésil ; Production d'électricité

... Lire [+]

V

- n° 41004

"le bilan mitigé de l'expérience brésilienne Quelles énergies renouvelables pourront se substituer largement à nos besoins actuels en énergies fossiles ? L'exemple brésilien montre que l'alcool issu de fermentation organique n'est pas forcément une alternative ""durable"". Une politique volontariste pour réduire les besoins en pétrole En 1973, le Brésil lance le programme Proalcool à la suite du premier choc pétrolier. Il s'agit de promouvoir l'alcool de canne à sucre comme substitut au pétrole pour réduire d'autant la facture énergétique. Volontariste, l'Etat brésilien force les producteurs sucriers par le moyen de subventions directes, à investir dans des installations assurant la transformation des résidus issus de la production de sucre de canne en éthanol. Pour développer la demande, le Brésil surtaxe parallèlement les autres carburant : à la pompe, le conducteur brésilien fait le plein d'alcool pour la moitié du prix d'un plein de diesel ou de super (respectivement 1,25, 1,9 et 2 reais pour les prix à la pompe). Cette politique énergétique est un succès indéniable : 22% du parc brésilien roule à l'alcool aujourd'hui, ce qui contribue à rendre le Brésil autosuffisant à 70% de ses besoins énergétiques en matière de transport par la route. Un biocarburant à la source de problèmes écologiques et sociaux Mais le succès politique risque de compromettre le développement durable du Brésil. Tout d'abord, ce choix énergétique est un désastre écologique. Chaque litre d'éthanol produit treize litres de résidus hautement polluants et rejetés dans les cours d'eau. Or, comme le résume Artur Tavares Costa Carvalho, Directeur d'une usine de production de sucre et d'éthanol, "" l'Etat nous a déjà beaucoup subventionné pour que nous développions les installations de fabrication d'éthanol. On a fait des progrès en créant des bacs de rétention des eaux. Mais il est clair qu'aujourd'hui, ce problème des effluents n'est ni la priorité de l'Etat, ni celle de bon nombre de producteurs. "" Désastre social ensuite. Pour dynamiser la production, l'Etat a toujours été bon payeur. Un tel débouché a incité les grands propriétaires à planter toujours plus de canne à sucre, ce qui a mécaniquement nécessité toujours plus de terres. La culture de la canne à sucre a ainsi servi de motif pour expulser les petits paysans faisant de la culture vivrière à proximité des plantations. Ce sont des centaines de milliers de familles qui sont ainsi allées gonfler les favelas avec pour corollaire l'apparition de graves problèmes sociaux : pauvreté, faim, violence. Enfin, faute d'investissements dans les plantations, les coupeurs de canne journaliers travaillent à la main, au jour le jour et souvent sans contrat, pour un salaire de misère de 300 reais par mois ( soit 90 euros) alors que des études officielles montrent qu'il faudrait au moins 800 reais pour seulement survivre aujourd'hui au Brésil. Un biocarburant qui laisse les consommateurs sceptiques Malgré son prix attractif, les consommateurs ne plébiscitent pas l'alcool à la pompe, à l'exception des entreprises de transport routier qui y voient une manière d'optimiser le coût des trajets de leurs camions. En pratique, à l'exception de quelques véhicules fleurons de l'industrie brésilienne, dans la droite ligne de la Gurgel 280, rares sont les véhicules de tourisme qui roulent à l'éthanol. Le marché du véhicule neuf est essentiellement entre les mains de constructeurs étrangers. Ils ne fonctionnent pratiquement jamais au biocarburant. Pour Roberto Assan, loueur de voitures, "" La qualité de l'alcool est trop inégale d'un producteur à un autre, donc d'une pompe à l'autre. Ces fluctuations altèrent considérablement la durée de vie d'un moteur. Je ne peux pas prendre ce risque. J'achète des véhicules de facture étrangère, pour garantir le standing de mon offre et je n'achète que des véhicules roulant à l'essence. "" "
"le bilan mitigé de l'expérience brésilienne Quelles énergies renouvelables pourront se substituer largement à nos besoins actuels en énergies fossiles ? L'exemple brésilien montre que l'alcool issu de fermentation organique n'est pas forcément une alternative ""durable"". Une politique volontariste pour réduire les besoins en pétrole En 1973, le Brésil lance le programme Proalcool à la suite du premier choc pétrolier. Il s'agit de promouvoir ...

Biocarburant ; Brésil ; Essence ; Éthanol

... Lire [+]

V

- n° 100306

"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32570.htm Fait inedit dans l'histoire du pays, qui importait 85% de sa consommation a la fin des annees 70, le Bresil devrait atteindre d'ici trois mois l'autosuffisance en petrole. La performance de Petrobras se produit au moment ou l'alcool enregistre une hausse surprenante de sa consommation sur le marche domestique, impulsee principalement par le developpement de la technologie ""flex fuel"" (bicombustible). Pour les analystes, l'augmentation de la consommation de l'alcool comme combustible et l'autosuffisance en petrole ne sont pas de simples coincidences. ""Sans l'augmentation de la participation de l'alcool sur le marche des carburants, Petrobras aurait eu a attendre un peu plus pour feter l'autosuffisance"", dit le professeur Saul Suslick, de l'Institut des Geosciences et coordinateur du CEPETRO (Centre des Etudes du Petrole), de l' UNICAMP (Universite de Campinas). Selon Isaias Macedo, chercheur a l'Unicamp et consultant de l'UNICA (Union Agroindustrielle de la canne a sucre de Sao Paulo), la consommation actuelle d'alcool hydrate (negocie directement a la pompe) et d'alcool anhydride (melange a l'essence dans la proportion de 25% par litre) equivaut a la production quotidienne de 160 mille barils de petrole, soit 10% de la demande domestique. Pour en savoir plus, contacts : - http://www.big-jb.com.br/big/pdf/56frances.pdf - Saul Suslick - email : suslick@ige.unicamp.br - Isaias Macedo - email : isaiasmacedo22@aol.com Sources : Gazeta Mercantil - 20 a 26/02/2006 "
"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32570.htm Fait inedit dans l'histoire du pays, qui importait 85% de sa consommation a la fin des annees 70, le Bresil devrait atteindre d'ici trois mois l'autosuffisance en petrole. La performance de Petrobras se produit au moment ou l'alcool enregistre une hausse surprenante de sa consommation sur le marche domestique, impulsee principalement par le developpement de la technologie ""flex fuel"" ...

Biocarburant ; Brésil ; Éthanol ; Indépendance énergétique ; Pétrole

... Lire [+]

V

- n° 240804

"L'utilisation du diesel d'origine végétale dans un mélange avec le diesel combustible pour les voitures devrait créer un million d'emplois au Brésil à partir de 2005, essentiellement dans les régions pauvres du nord-est du pays, selon le gouvernement. Cette estimation a été faite lundi par les responsables du programme gouvernemental du biodiesel lors d'un séminaire organisé par la Centrale unique des travailleurs (CUT), le principal syndicat brésilien. Toute la réglementation technique et fiscale de l'utilisation du biodiesel sera prête en novembre. Le gouvernement a déjà fixé à 2% la quantité de biodiesel qui sera mélangé au diesel traditionnel. Le biodiesel est un combustible à 100% renouvelable, de brevet brésilien, produit avec de l'alcool de canne à sucre (éthanol) et des huiles végétales comme le ricin, le soja, le tournesol et l'huile de palme. ""D'ici 2005, pour le début du programme, nous devrons déjà fournir un emploi à 30.000 familles du nord-est semi-aride du Brésil et 8.000 familles d'autres régions du pays"", a déclaré un responsable du projet, Arnoldo Campos. La production initiale des paysans inscrits à ce Programme national d'agriculture familiaire (Pronaf) sera de 100 millions de litres de biodiesel. Le gouvernement débloquera 100 millions de reais (33 millions de dollars) pour financer le début du projet à un taux d'intérêt de 4% l'an. L'initiative privée financera 3,3 M USD en assistance technique aux agriculteurs. En mars, le premier bus fonctionnant avec du biodiesel développé au Brésil a été mis en circulation sur le campus de l'Université de Sao Paulo. Son principal avantage est d'être moins polluant, a souligné un respondable du projet, Miguel Dabdoub. Par ailleurs, le Brésil est en train de mettre en place un projet inédit d'énergie produite à partir de diesel à base d'huile de ricin, pour éclairer les zones les plus reculés du pays. Ce projet d'énergie ""propre"" est en cours d'implantation à Serrinha de Santa Maria, un petit village à 200 km de Fortaleza (nord-est). L'expérience pourra être étendue à d'autres régions reculés du pays, notamment l'Amazonie, même si son coût est relativement élevé, environ trois fois plus que celui de l'énergie électrique. "
"L'utilisation du diesel d'origine végétale dans un mélange avec le diesel combustible pour les voitures devrait créer un million d'emplois au Brésil à partir de 2005, essentiellement dans les régions pauvres du nord-est du pays, selon le gouvernement. Cette estimation a été faite lundi par les responsables du programme gouvernemental du biodiesel lors d'un séminaire organisé par la Centrale unique des travailleurs (CUT), le principal syndicat ...

Biocarburant ; Brésil ; Canne à sucre ; Emploi ; Huile végétale

... Lire [+]

V

- n° 2
ISBN 1637-2603

Confronté à l'une des plus graves crise énergétiques de son histoire, ce pays de 175 millions d'habitats va relancer son programme de production d'électricté. Le tout hydraulique en question L'éolien de pointe la biomasse comme autre solution d'avenir

Brésil ; Cellule photovoltaïque ; Électricité ; Éolien ; Energie hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 30806

"http://www.lhebdojournal.com/article-27303-LEthanol-une-solution-davenir-ou-un-leurre.html Un carburant renouvelable qui réduit notre dépendance énergétique et diminue l'effet de serre ? Une bonne idée en apparence. A moins qu'il ne coûte plus cher que l'essence et ne contienne moins d'énergie qu'il n'en faut pour le produire...   De plus en plus de constructeur offrent des véhicules à carburant «flexible » pouvant fonctionner à l'essence et à l'éthanol, avec un mélange allant jusqu'à 85%. Si ce carburant est moins nocif pour l'environnement à sa sortie de l'échappement, sa production demande une grande quantité d'énergie qui annule ses bienfaits. Alors pourquoi les constructeurs offre une approche à l'éthanol. Issu de l'agriculture (maïs, bois), il réduit l'effet de serre ainsi que notre dépendance énergétique. Cerise sur le gâteau, les moteurs actuels le tolèrent très bien, moyennant quelques modifications.   L'exemple du Brésil et de la Suède   Le Brésil est le plus grand producteur mondial de canne à sucre et produit du Bioéthanol, un alcool très proche de la vodka issu de la transformation de céréales, de betteraves ou de cannes à sucre. Les Brésiliens l'ont adopté en masse voilà une trentaine d'années. La Suède, qui en avait fait son carburant de substitution pendant la pénurie des années quarante, redécouvre aujourd'hui ses vertus écologiques.   Il aura suffi que le gouvernement suédois s'engage fin 2004 à supprimer les taxes sur le bioéthanol pour que Saab se décide à investir dans ce carburant alternatif. Lancée au printemps 2005, la 9-5 BioPower fonctionne sur un mélange à 85 % d'éthanol (appelé E85) et représente déjà 80 % des ventes de ce modèle dans le pays. Par ailleurs, 22.000 Ford Focus ou C-Max Bioflex roulent déjà au bioéthanol. Elles représentent déjà près de 10 % des voitures neuves vendues en Suède.   Zéro taxe sur le E85 : les Suédois disent oui !   Sans rien changer à leurs habitudes de conduite, ces citoyens vertueux ont la satisfaction de rouler plus propre tout en réalisant de substantielles économies. Près de 4.000 euros par an à en croire les gens de chez Saab si on cumule les économies à la pompe (E85 quasiment exempté de taxes), la taxe de vente ajoutée à taux réduit pour les véhicules propres (-20 à -30 %) et le stationnement gratuit dans la majorité des grandes villes du pays. De quoi donner à réfléchir pour d'autres pays industrialisés   De fait, s'il bénéficiait des mêmes incitations fiscales, le bioéthanol pourrait connaître un engouement similaire au canada.   Energivore et encore cher à produire   Si le litre de E85 s'affiche en Suède à 87 centimes contre 1,25 euro pour le SP 95, c'est bien grâce à son régime fiscal particulier. ""Sans ce coup de pouce, reconnaît Nicholas Källsäter, responsable de réseau chez le distributeur de carburants Statoil, le bioéthanol coûterait plus cher à la pompe que le super. S'il était soumis aux mêmes taxes que les autres carburants, le E85 n'aurait jamais percé comme il l'a fait en Suède.""   La raison de ce coût élevé ? Un processus de distillation qui n'exploite que le maïs ou la céréale, et laisse de côté la tige. A ce jour, les chiffres les plus optimistes font état de rendements de 370 litres d'éthanol à la tonne de maïs, de 340 litres à la tonne de blé et de 100 litres à la tonne de betterave. A l'étude depuis plus de dix ans, un nouveau processus de biomasse utilisant l'intégralité de la plante promet des gains de productivité énormes. Impératif si l'on ne veut pas, à terme, empiéter sur les surfaces cultivables consacrées à l'alimentation.   Reste la question épineuse du bilan énergétique global du bioéthanol : combien d'énergie faut-il dépenser pour produire un litre de ce biocarburant qui permet d'aller moins loin qu'avec de l'essence (- 25 % environ avec le E85 ) ? Là encore, les conclusions divergent.   Bilan énergétique : il n'y a pas de miracle   Si l'on en croit les travaux menés par PriceWaterhouseCoopers à la demande de l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'éngergie) de la DIREM (Direction des Ressouces Energétiques et Minérales), ""la filière bioéthanol restitue actuellement deux fois plus d'énergie qu'elle ne consomme d'énergie non renouvelable. Comparativement, l'essence restitue moins d'énergie qu'elle n'en consomme.""   L'EPA américaine (Environmental Protection Agency) se veut un peu moins optimiste. Selon son rapport, ""pour 1,3 unité d'énergie de bioéthanol produite, il faudrait brûler 1 unité d'énergie fossile non-renouvelable"" dans les moteurs des tracteurs et dans les usines de distillation. Selon d'autres études américaines citées par les magazines Business Week et Car and Driver, ce bilan deviendrait même carrément négatif en cas de mauvais rendement à l'hectare.   Les écologistes ont cependant la parade absolue. Selon eux la substitution d'une tonne de bioéthanol à une tonne d'essence réduirait de 75 % les émissions de gaz à effet de serre. D'une part parce que sa combustion est naturellement plus propre, mais aussi parce que ""le CO2 dégagé est le même que celui que la plante avait puisé précédemment dans l'atmosphère pour sa croissance.""   Ainsi, le bioéthanol ne participerait pas à l'augmentation de l'effet de serre. Tout au plus à l'entretien de ce cycle naturel.   L'éthanol n'est pas LA solution. Il est UNE des solutions   Dans cette bataille de chiffres, une certitude émerge : pas plus que les autres biocarburants, le bioéthanol ne pourra remplacer le super sans plomb et le Diesel. L'avenir des transports passera par la cohabitation entre une multitude de carburants. "
"http://www.lhebdojournal.com/article-27303-LEthanol-une-solution-davenir-ou-un-leurre.html Un carburant renouvelable qui réduit notre dépendance énergétique et diminue l'effet de serre ? Une bonne idée en apparence. A moins qu'il ne coûte plus cher que l'essence et ne contienne moins d'énergie qu'il n'en faut pour le produire...   De plus en plus de constructeur offrent des véhicules à carburant «flexible » pouvant fonctionner à l'essence et à ...

Brésil ; Canada ; Coût de production ; Éthanol ; Prix du carburant ; Suède ; Taxe

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Brésil [86]

Biocarburant [33]

États Unis [25]

France [25]

Chine [24]

Europe [23]

Éthanol [21]

Inde [20]

Biomasse [16]

International [16]

Politique énergétique [15]

Allemagne [13]

Huile végétale [12]

Amérique Latine [11]

Energie hydraulique [11]

Éolien [11]

Généralité énergie renouvelable [11]

Afrique [10]

Chiffre clé [10]

Gaz à Effet de Serre / GES [10]

Japon [10]

Betterave [9]

Canne à sucre [9]

Céréale [9]

Efficacité énergétique [9]

Bilan énergétique [8]

Biodiesel [8]

Culture énergétique [8]

Milieu agricole [8]

Pétrole [8]

Projet [8]

Transport [8]

Usine de fabrication/production [8]

Biogaz [7]

Canada [7]

Consommation d'énergie [7]

Pays En Développement [7]

Perspective [7]

Russie [7]

Suède [7]

Asie [6]

Automobile [6]

Bâtiment [6]

Changement climatique [6]

CO2 / Dioxyde de carbone [6]

Espagne [6]

Généralité énergie [6]

Impact environnemental [6]

Industrie [6]

Italie [6]

Production d'électricité [6]

Réalisation [6]

Scénario [6]

Taux de biocarburant [6]

Aspect historique [5]

Carburant [5]

Consommation de carburant [5]

Développement durable [5]

Donnée économique [5]

Essence [5]

ETBE - Ethyl Tertio Butyl Ether [5]

Exploitation agricole [5]

Mexique [5]

Potentiel de développement [5]

Production carburant [5]

Afrique du Sud [4]

Agriculteur [4]

Argentine [4]

Australie [4]

Bilan environnemental [4]

Définition [4]

Dépendance énergétique [4]

Électricité [4]

Fiscalité [4]

Marché mondial [4]

Polluant [4]

Rapport [4]

Rentabilité [4]

Taxe [4]

Technologie [4]

Analyse Cycle de Vie - ACV [3]

Angleterre [3]

Appareil de cuisson [3]

Aspect économique [3]

Barrage hydraulique [3]

Besoin énergétique [3]

Bois [3]

Caractéristique technique [3]

Commerce / Magasin [3]

Compagnie pétrolière [3]

Costa Rica [3]

Coût de production [3]

Cuba [3]

Danemark [3]

Déchet [3]

Diester [3]

Économie d'énergie [3]

Égypte [3]

Électrification rurale [3]

Emploi [3]

Énergie solaire [3]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z