F Nous contacter

0

Énergie : une part infime des passoires thermiques sera finalement soumise à une obligation de travaux d'ici 2023

REVUE DE PRESSE
ONG, associations et acteurs du secteurs dénoncent unanimement une demi-mesure. "Nous considérons que ce seuil est inacceptable, déclare Jean-Baptiste Lebrun, directeur de l'association CLER - Réseau transition énergétique. Il contrevient même à la loi de Transition énergétique de 2015, qui oblige la rénovation de tous les logements privés dont la consommation dépasse 330 kWh par mètre carré et par an, avant 2025. Seuil qui correspond actuellement à la classe F du diagnostic de performance énergétique (DPE). C'est donc, pour nous, ce seuil maximal auquel on devrait se situer pour améliorer les choses. À 500 kWh de consommation annuelle par mètre carré de surface, le seuil fixé ne correspond effectivement à aucune étiquette énergétique. La classe G, renvoyant aux logements les moins performants, ayant un seuil d'entrée à 450 kWh par mètre carré et par an. « Ce seuil ne correspond même pas à l'étiquette G de performance énergétique ! C'est intolérable, explique Marie Moisan, responsable de projets Précarité énergétique au CLER. "Les professionnels qui accompagnent les ménages en difficulté sur le terrain affirment que de tels logements n'existent quasiment pas. Ils interviennent majoritairement dans des logements dont la consommation se situe autour de 250 kWh/m"/an. Pour que ce décret serve à quelque chose, il doit fixer le seuil au niveau des étiquettes F et G actuelles, et l'abaisser progressivement ensuite. »

Langue : Français

URL : https://www.capital.fr/immobilier/energie-une-part-infime-des-passoires-thermiques-sera-finalement-soumise-a-une-obligation-de-travaux-dici-2023-1376524 ; https://www.mediapart.fr/journal/france/280720/relance-ecologique-derriere-les-chiffres-un-grand-vide

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0
0
Z