F Nous contacter

0

Documents  Techniques de l'ingénieur - TI | enregistrements trouvés : 40

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

ARTICLE EN LIGNE
Les capacités des fermes d'éoliennes européennes ont augmenté de 15,7 gigawatts (GW) en 2017, soit une hausse record de 20%, selon un bilan publié mardi par l'association du secteur WindEurope.

Éolien ; Europe ; Éolienne ; Chiffre clé ; Généralité énergie renouvelable

... Lire [+]

V

- n° 11

Selon l'EWEA et le media Wind Energy l'accord signé pour le Royaume-Uni par Lord Hunt l'aurait été aussi par les ministres et/ou représentants des pays suivants : Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède et Irlande. Cette proposition de développement (il ne s'agit pour l'heure que d'une proposition) de réseau éolien offshore servirait à accroître la sécurité énergétique des pays signataires, tout en aidant à optimiser la production éolienne offshore d'électricité. Il aiderait également l'Union européenne dans son ensemble (qui en a visiblement bien besoin eu égard aux récentes déclarations entendues pendant la Conférence de Copenhague) à atteindre ses objectifs en matière de production d'énergie renouvelable pour 2020 et 2030. Bien que l'EWEA ait toujours porté et défendu l'idée d'un gigantesque réseau européen de distribution d'électricité produite par l'éolien offshore, un tel réseau relève pour l'instant plutôt du domaine du rêve que de la réalité (cf. notre article du 5/5/2009 sur le projet de super-réseau européen (http://energiesdelamer.blogspot.com/2009/05/supergrid-un-giga-reseau-offshore.html). Prendre des paris et des risques : Le financement du futur réseau européen impliquerait donc des investissements importants qui ne seraient pas consentis seulement par les autorités gouvernementales des Etats mais aussi et surtout par des investisseurs privés et des groupements financiers qui sauraient prendre des paris (et des risques) sur les perspectives commerciales futures. Comme je le signalais déjà dans l'article du 5 mai 2009, la Banque européenne d'investissement (BEI) a, dans ce sens, un rôle capital à jouer. Des fonds spécifiques existent déjà en son sein comme les fonds pour les réseaux trans-européens qui répondent au doux nom de « fonds Marguerite », mais cela n'est pas suffisant. Ce sont des instruments comme le « Mécanisme de financement avec partage des risques » (MFPR), créés par la BEI qui pourraient, selon l'EWEA, garantir le type d'investissements attendus dans le domaine de l'éolien offshore, le tout appuyé aux niveaux régionaux par des fonds structurels orientés vers le développement des infrastructures d'électricité. Développer par étapes au fur et à mesure des besoins : Voilà pour le point de vue financier. Du point de vue technologique, l'EWEA pense que c'est l'utilisation de la technologie HVDC (High Voltage Direct Current) qui est la plus attrayante pour l'exploitation du réseau offshore car elle offre la maniabilité nécessaire dont a besoin ce type de réseau. Il existe à l'heure actuelle deux principaux types de liaison HVDC : - la HVDC-LCC HVDC (la technologie la plus conventionnelle et la plus largement utilisée dans le monde) - la VSC HVDC (Voltage Source Converter High Voltage Direct Current), d'apparition récente et qui, selon de nombreux experts, serait plus appropriée aux besoins spécifiques en mer, car elle permet des liaisons sur de longues distances (jusqu'à 600 km) avec des pertes minimes. Son faible encombrement minimise également son impact environnemental et ses coûts de construction. L'aspect modulaire de cette technologie permet aussi de la développer par étapes au fur et à mesure des besoins. Dernier avantage d'une longue liste détaillée par L'EWEA, cette technologie est directement compatible avec les réseaux à terre. Il existe deux grands fabricants de la technologie HVDC VSC. Le premier est le leader mondial des technologies de l'énergie et de l'automation, ABB, qui utilise le nom de marque HVDC Light. Le second est Siemens dont la technologie s'appelle HVDC Plus. Le but, à terme, est d'utiliser conjointement ces deux technologies sur le réseau offshore du futur, mais pour l'instant elles ne sont pas identiques et des efforts sont nécessaires pour les rendre compatibles. Au-delà des intentions, les défis à relever restent toujours les mêmes : Toujours dans cet intéressant entretien, les questions de la réglementation et de l'autorité de gestion d'un tel réseau sont largement évoquées. L'intégration, par exemple, de ce super-réseau offshore dans l'initiative européenne est aussi abordée de même qu'une collaboration avec le REGRT-E est évoquée, ainsi qu'une collaboration avec le Pentalateral Energy Forum. Je rappelle que le REGRT-E (Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité) créé voici tout juste un an, le 19 décembre 2008, réunit 42 gestionnaires européens de réseau de transport, qui sont devenus ainsi responsables du plus grand réseau interconnecté, et ont créé de ce fait l'organisation GRT prévue par le troisième paquet « marché intérieur » de la Commission Européenne. En résumé, ce qu'il ressort de cet entretien, reflet de la situation actuelle de l'offshore en Europe, c'est qu'au-delà des intentions, les défis à relever semblent rester hélas toujours, mois après mois, les mêmes. Au-delà du défi technique (finalement presque le moins complexe à relever !), c'est la construction d'un réseau européen en mer qui intègre les 40 GW d'énergie éolienne offshore attendus d'ici à 2020, et les 150 GW d'énergie éolienne offshore attendus d'ici 2030, les défis principaux restent toujours ceux des implications. Un super-réseau européen ne pourra pas voir le jour sans une vision pan-européenne, impliquant plus qu'une contribution, un véritable engagement de la Commission européenne, du REGRT-E, d'intervenants tels que l'EWEA mais aussi une forte coopération entre les États membres (pour l'instant quasi inexistante), et bien sûr toujours, encore, surtout... un accès au financement. C'est pour cette raison que l'EWEA a proposé son Offshore Development Network Master Plan qui se déroule sur 20 ans. On en retrouvera les grandes lignes dans le document 2009 « Ocean of opportunity » téléchargeable sur le site de l'EWEA.
Selon l'EWEA et le media Wind Energy l'accord signé pour le Royaume-Uni par Lord Hunt l'aurait été aussi par les ministres et/ou représentants des pays suivants : Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède et Irlande. Cette proposition de développement (il ne s'agit pour l'heure que d'une proposition) de réseau éolien offshore servirait à accroître la sécurité énergétique des pays signataires, tout en aidant à optimiser ...

Allemagne ; Belgique ; Danemark ; Éolien ; Europe ; Fonds structurels ; France ; Investissement ; Irlande ; Luxembourg ; Objectif européen ; Offshore ; Pays Bas ; Puissance ; Réseau électrique ; Royaume Uni ; Suède ; Transport de l'électricité ; Gestionnaire de réseau

... Lire [+]

V

- n° 11

Dans le cadre du programme de recherche Stock-E (Stockage innovant de l'énergie) de l'ANR, le Solargeotherm s'attache à évaluer les capacités d'un massif rocheux pour le stockage et le déstockage de l'énergie thermique produite par une installation solaire, via un transfert de chaleur vers le sous-sol par sondes géothermiques. L'utilisation de capteurs solaires thermiques aboutit à une production de chaleur intermittente et fortement décalée dans le temps par rapport aux besoins. La possibilité de stocker et de déstocker de façon optimale cette énergie dans un massif rocheux est étudiée et modélisée par le projet. Le site expérimental est choisi pour minimiser les venues d'eau dans le massif rocheux, en-dehors donc de tout aquifère alluvial, dans un contexte géologique le plus homogène possible, en évitant les formations pouvant présenter une fissuration importante ou un réseau karstique développé. Les zones à altération superficielle importante ont également été évitées. La carrière Serrat-dels-Hostalets sur la commune de Montauriol (66) a été retenue comme présentant les meilleures caractéristiques pour localisation du dispositif expérimental. 6 forages implantés sur la plateforme : L'environnement géologique est celui de gréso-pélites rubanées gris-verdâtres de l'Unité de l'Aspre-Formation de Jujols (Paléozoïque). Il s'agit de fines alternances d'épaisseur millimétrique à centimétrique de niveaux silteux (siliceux fins) clairs et d'argilites grises à verdâtres, plus ou moins sombres. Six forages ont été implantés sur la plateforme supérieure de la carrière, dont trois forages principaux d'injection de chaleur d'une longueur de 160 à 180 m (voir photo ci-dessous), entièrement dans les schistes. La durée totale du projet d'un coût de 1 M€ qui a débuté en décembre 2008 est de 36 mois. Il réunit quatre partenaires :le BRGM (SGR/LRO - Montpellier), le laboratoire ELIAUS (Université de Perpignan UPVD), Dominguez-Energie SARL (Argelès-sur-Mer), et le laboratoire PROMES (UPR CNRS 8521 - Perpignan). Le projet planifie la tâche de suivi du stockage et du déstockage thermique sur deux cycles annuels complets. Le livrable final du projet Solargeotherm est un guide de conception et de bonne pratique des installations géothermiques utilisant la ressource du stockage dans un massif rocheux de l'énergie thermique produite par une installation solaire, avec l'objectif de restituer cette énergie pour satisfaire les besoins de chauffage l'hiver. http://www.techniques-ingenieur.fr/book/be8590/geothermie.html Toutes les zones de socle (40 % du territoire métropolitain environ) sont concernées par cette utilisation possible d'un massif rocheux comme réservoir de chaleur basse température. On peut également penser à l'étranger aux régions arides, où les aquifères se situent à plusieurs centaines de mètres de profondeur, avec des possibilités de stockage géologique à moyenne profondeur de calories, comme de frigories d'ailleurs. Le projet n'a aucun impact environnemental sur les aquifères, le stockage thermique étant réalisé hors aquifère. La ressource en eau n'est pas exposée. Le transfert de chaleur du sous-sol par sonde géothermique est un dispositif technique éprouvé, sans risque de colmatage, corrosion du dispositif ou contamination environnementale. Premiers résultats scientifiques et techniques : Une émission d'un choc thermique sur un des forages profonds (1000 litres d'eau à 70 °C injectés en 1 h dans une boucle la sonde géothermique) a permis d'enregistrer la montée en température dans le forage, et sur 6 jours ensuite consécutifs la période de relaxation. Ce test a permis d'acquérir de façon détaillée les paramètres thermophysiques du massif rocheux sur toute la longueur du forage avant même l'installation expérimentale totalement opérationnelle. L'acquisition en continu des mesures de température lors d'opérations de stockage/déstockage de chaleur conduites dans le cadre de plans d'expérience établis a commencé en décembre dernier, date de la mise pleinement opération de l'installation expérimentale.
Dans le cadre du programme de recherche Stock-E (Stockage innovant de l'énergie) de l'ANR, le Solargeotherm s'attache à évaluer les capacités d'un massif rocheux pour le stockage et le déstockage de l'énergie thermique produite par une installation solaire, via un transfert de chaleur vers le sous-sol par sondes géothermiques. L'utilisation de capteurs solaires thermiques aboutit à une production de chaleur intermittente et fortement décalée ...

Coût d'investissement ; Expérimentation ; Forage ; France ; Géologie ; Géothermie ; Languedoc Roussillon ; Programme de développement ; Recherche ; Solaire thermique ; Stockage de chaleur

... Lire [+]

V

- n° 11

Le roi incontesté de ce marché au potentiel formidable est le groupe danois Novozymes, leader mondial des enzymes industrielles, qui vient d'annoncer la sortie pour 2010 de la première enzyme viable commercialement pour produire du bioéthanol à base de résidus végétaux. Les enzymes agissent par hydrolyse, une alternative aux procédés thermochimiques. Sten Risgaard, PDG de Novozymes, explique que sa société a fourni cette année, après 9 ans de recherche, des prototypes d'enzymes destinés aux producteurs de bioéthanol cellulosique, tels que POET et KL Energy aux Etats-Unis, COFCO en Chine, et Inbicon au Danemark. Production industrielle : C'est en 2012 que devrait démarrer la production à l'échelle industrielle de ce bioéthanol qui pourrait succéder aux bioéthanols à base de maïs, colza ou canne à sucre, accusés de détourner des ressources alimentaires. Novozymes a aussi noué un partenariat de recherche avec CTC (Brésil) sur des enzymes qui transformeraient la bagasse (résidu de canne à sucre) en bioéthanol. Le bioéthanol a l'avenir devant lui : le parc automobile mondial devrait tripler, selon l'Agence internationale de l'énergie, pour atteindre 3,3 milliards en 2050. D'où un besoin vital de carburant propre, d'autant que les voitures électriques ne remplaceront pas les véhicules à combustion. L'Europe et les Etats-Unis imposent déjà de mélanger du bioéthanol à l'essence. Marché des enzymes doublé Les enzymes industrielles, utilisées depuis 60 ans dans l'alimentaire, les détergents, représentent un marché mondial d'environ 2,2 milliards d'euros. Un marché dominé à 70 % par Novozymes et son rival danois Danisco. Si les biocarburants à base de résidus végétaux s'imposent, le marché mondial des enzymes pourrait doubler d'ici 2020, selon le PDG de Danisco, Tom Knutzen. En 2030, la production d'éthanol pourrait être 12 fois supérieure à son niveau de 2006 et le marché du bioéthanol atteindre 75 à 140 milliards de dollars dès 2020. Bioéthanol moins cher que le gazole En 2010, les enzymes seront commercialement viables et le biocarburant, qui pour l'instant reste 30 % plus cher à produire que le gazole, devrait être 25 % moins cher en 2015. Avec un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros en 2008, Novozymes réalise 30 % de ses ventes dans les enzymes. Et il construit une usine d'enzymes au Nebraska, qui sera opérationnelle fin 2012, et étudie un projet d'usine en Chine, près de Shanghai. Parmi ses concurrents, le consortium français Futurol travaille lui aussi sur des enzymes pour biocarburants.
Le roi incontesté de ce marché au potentiel formidable est le groupe danois Novozymes, leader mondial des enzymes industrielles, qui vient d'annoncer la sortie pour 2010 de la première enzyme viable commercialement pour produire du bioéthanol à base de résidus végétaux. Les enzymes agissent par hydrolyse, une alternative aux procédés thermochimiques. Sten Risgaard, PDG de Novozymes, explique que sa société a fourni cette année, après 9 ans de ...

Biocarburant ; Biomasse ligno-cellulosique ; Coût de production ; Éthanol ; Recherche

... Lire [+]

V

- n° 11

En termes absolus, ce ne sont pas moins de 11,5 GW (65 % de la puissance installée) qui ont été produits à 14h30, autre record. Avec autant d'électricité tout d'un coup disponible, une partie a servi à pomper l'eau pour la remonter dans les barrages réversibles (6,3 % des 52,4 % du pic) et une autre partie a été exportée (7,7 %) : le réseau électrique espagnol, géré par Red Eléctrica Española (REE), dispose maintenant d'un savoir-faire unique dans la gestion de l'absorption de l'électricité éolienne, un savoir-faire souvent présenté comme modèle. A cet égard, un responsable américain visitant le centre de contrôle de REE en octobre dernier n'avait pas hésité à déclarer : « Quand on regarde l'Espagne et son système électrique, on voit le futur », un véritable slogan publicitaire... Des capacités de production électrique éolienne performantes : Au-delà de l'anecdote du record, l'Espagne a su développer des capacités de production électrique éolienne performantes on vient de l'évoquer, mais aussi importantes : la puissance installée est passée progressivement de 1.585 MW en 1999 à 17.700 MW dix ans plus tard. Et pour dans dix ans, l'Asociación Empresarial Eólica n'hésite pas, quant à elle, à tabler sur 40.000 MW. Elle avertit tout de même : l'absorption de l'électricité ainsi produite nécessitera plus d'interconnexion avec la France (actuellement, les capacités d'import/export plafonnent à 3 % de la demande maximale espagnole) et davantage de capacités de pompage des barrages réversibles. En attendant 2020, signalons que le ministère de l'industrie vient de fixer les puissances à installer pour les trois années à venir, au grand soulagement des industriels du secteur qui ont craint un temps que pour cause de crise, aucune autorisation ne soit donnée, les primes octroyées ayant bien sûr un coût tout sauf négligeable. On aura donc 1.855 MW pour 2010 et 1.700 MW pour 2011 et 2012. L'année n'est pas encore finie, mais REE anticipe une part de production éolienne de l'ordre de 13 % pour 2009 (10,4% en 2008), 9 à 10 % produits par ailleurs par l'hydraulique (7,0 % en 2008) et 2,5 % par le solaire, soit au total, un quart d'électricité renouvelable, un pas de plus dans la direction des 40 % d'électricité renouvelable fixés par l'Union Européenne pour 2020. Origine : BE Espagne numéro 88 (3/12/2009) - Ambassade de France en Espagne / ADIT : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61403.htm
En termes absolus, ce ne sont pas moins de 11,5 GW (65 % de la puissance installée) qui ont été produits à 14h30, autre record. Avec autant d'électricité tout d'un coup disponible, une partie a servi à pomper l'eau pour la remonter dans les barrages réversibles (6,3 % des 52,4 % du pic) et une autre partie a été exportée (7,7 %) : le réseau électrique espagnol, géré par Red Eléctrica Española (REE), dispose maintenant d'un savoir-faire unique ...

Chiffre clé ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Espagne ; Intempérie climatique ; Pompage-turbinage ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Record ; Réseau électrique ; Vent

... Lire [+]

V

- n° 8

Pas de surcoût de l'énergie éolienne : Le Grenelle de l'environnement prévoit dans son plan de développement des énergies renouvelables une production de 59 TWh d'électricité d'origine éolienne. Pour réaliser ce programme, les investissements s'élèveraient à 22 milliards d'euros pour l'éolien terrestre et à 14 milliards d'euros pour l'éolien maritime. La rentabilité de ces nouvelles énergies est liée aux prix du baril de pétrole. Plus le baril est cher et plus les nouvelles énergies sont rentables. Avec l'hypothèse d'un baril de pétrole à 150 $ en 2020, le prix de l'électricité serait d'environ 85 $/MWh. Ainsi, l'énergie éolienne couterait 4,9 milliards d'euros de plus que l'énergie produite d'une manière conventionnelle puisque le mégawatheure éolien couterait encore 82 $/MWh en 2020. Heureusement, l'éolien est une énergie propre : cette production éviterait le rejet de 5,4 millions de tonnes de CO2 par an. Ces émissions de gaz à effet de serre ont un coût (30 € par tonne aujourd'hui, 100 € en 2030). L'avantage environnemental se chiffrerait donc à 3,9 milliards d'euros. Avec l'hypothèse d'un baril de pétrole à 150 $, le bilan global de l'énergie éolienne est donc légèrement négatif (perte de 1 milliard d'euros par rapport à une production classique). Compte tenu des incertitudes, on peut considérer que l'énergie éolienne n'est pas rentable mais qu'elle n'entraîne pas non plus de surcoût. Un bilan global négatif de l'énergie solaire Cette fois, pour réaliser le programme de développement préconisé par le grenelle, les investissements seraient de 19 milliards d'euros pour produire 5,3 TWh d'origine photovoltaïque. Comme un mégawatt électrique d'origine solaire couterait 290 € (moyenne entre 2007 et 2020), le surcoût de cette production serait de 10,8 milliards d'euros, avec la même hypothèse que précédemment sur le prix du baril de pétrole (150 $). Or l'avantage environnemental se chiffrerait à 0,5 milliard d'euros. Ainsi, le bilan global du photovoltaïque est très fortement négatif. En résumé, si cette production favorise la création d'emplois et minimise notre impact sur l'environnement, elle imposera un surcoût aux consommateurs et à l'économie française. Cela se traduira par une hausse des tarifs ainsi que par une baisse du pouvoir d'achat. Mais, plus le prix du pétrole augmentera et plus ce choix sera légitime. C'est une manière d'augmenter notre indépendance énergétique. Un tableau résume l'analyse coûts-bénéfices selon trois hypothèses d'environnement économique: L'étude : http://www.coe-rexecode.fr/public/content/download/29269/291100/version/2/file/Document-travail-12-oct2009.pdf http://www.coe-rexecode.fr/public/Analyses-et-previsions/Documents-de-travail/Evaluation-socio-economique-du-programme-de-production-d-electricite-eolienne-et-photovoltaique
Pas de surcoût de l'énergie éolienne : Le Grenelle de l'environnement prévoit dans son plan de développement des énergies renouvelables une production de 59 TWh d'électricité d'origine éolienne. Pour réaliser ce programme, les investissements s'élèveraient à 22 milliards d'euros pour l'éolien terrestre et à 14 milliards d'euros pour l'éolien maritime. La rentabilité de ces nouvelles énergies est liée aux prix du baril de pétrole. Plus le baril ...

Électricité renouvelable ; Éolien ; Étude ; Généralité énergie renouvelable ; Impact environnemental ; Inconvénient ; Investissement ; Prix du CO2 ; Prix du pétrole ; Rentabilité ; Scénario ; Solaire photovoltaïque ; Surcoût

... Lire [+]

V

- n° 8

Dans une précédente tribune, j'appelais les responsables politiques à baisser très rapidement les aides au solaire photovoltaïque (PV), celles-ci risquant de provoquer une « bulle » incontrôlable comme ce fut le cas en Espagne l'an passé. Avec les aides actuelles, les flux financiers correspondant risquent en effet de se chiffrer en dizaines de milliards d'euros pour les seuls engagements des 3 prochaines années. Un rapport du très sérieux Rheinisch-Westfälisches Institut fûr Wirtschaftsforchung (RWI) sur les conséquences réelles du soutien massif apporté au solaire PV (et à l'éolien) en Allemagne depuis quelques années vient compléter et conforter cette analyse. Après avoir rassemblé les données sur les coûts engagés et sur la réduction des émissions de CO2 dus au développement du solaire, l'étude analyse les impacts de la politique allemande (telle que définie par la loi dite EEG [1]) dans cinq domaines : * La protection du climat ; * Le prix de l'électricité ; * Les emplois ; * La sécurité énergétique ; * La promotion de technologies innovantes. Aucune des vertus supposées du système allemand n'échappe à sa critique. Nous en résumons ci-après les points essentiels : 1. La protection du climat Le paradoxe allemand : alors que les ENR remplacent effectivement des énergies fossiles pour la production d'électricité, le « bilan carbone » est quasi nul. Ceci est dû à la coexistence du système d'aides et du European Trading System (ETS) [2] : les producteurs d'électricité renouvelable peuvent vendre leurs permis d'émissions à d'autres « pollueurs », avec comme résultat un transfert des émissions vers ceux-ci [3]. Pire, selon l'étude, l'abondance des permis fait chuter les cours et incite les industriels européens à acheter des permis plutôt qu'à réduire leurs émissions. 2. Le prix de líélectricité L'étude RWI calcule le coût sur 20 ans de la promotion du solaire photovoltaïque (PV) pour les engagements 2000/2010 (en €, 2007) : 53 milliards d'euros (et de 11 à 18 milliards d'euros pour l'éolien). Elle en déduit un surcoût de l'électricité vendue aux consommateurs de 3 % [4]. 3. Les emplois L'étude souligne le nombre élevé d'emplois créés par le développement massif des ENR : 280.000 en 2008, 400.000 prévus d'ici 2020 selon le ministère de l'industrie allemand (BMU). Mais elle note que ces bilans omettent systématiquement les pertes d'emploi liées à la baisse de pouvoir d'achat des ménages et des profits des industriels. Elle cite un certain nombre d'études qui laissent penser que le bilan net ne pourrait être légèrement positif, que si l'industrie allemande arrivait à exporter massivement ses produits [5], ce qui est loin d'être le cas du fait de la très vive concurrence des pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine. Elle critique particulièrement la politique de promotion du PV, qui reviendrait, pour la seule année 2008, à créer 48.000 emplois subventionnés à hauteur de 175.000 € chacun. 4. La sécurité énergétique Les ENR devraient normalement réduire les besoins d'énergies fossiles. L'étude conteste cet atout, du fait du caractère intermittent du vent et du soleil. Les centrales thermiques nécessaires en « back up » entraînent des surcoûts de maintenance non négligeables (évalués à 590 millions d'euros en 2006) et, paradoxalement, une augmentation des importations de gaz naturel [6] (dont 36 % provient de Russie, « qui n'a pas convaincu au cours des dernières années qu'elle était un partenaire fiable »). 5. La promotion des technologies innovantes Le soutien aux ENR est censé favoriser les progrès technologiques. L'étude est extrêmement sévère sur ce chapitre, considérant que les tarifs d'achat très élevés, particulièrement pour le solaire PV, favorisent des effets d'aubaine pour les « gros » industriels, et pas du tout pour les « start ups ». Elle note également que la dégressivité des tarifs d'achat, définie dans la loi EEG et destinée à inciter à l'innovation, a l'effet contraire et encourage le développement massif à court terme des technologies éprouvées. Ceci « permet aux industriels de s'assurer pendant 20 ans des revenus aux tarifs favorables actuels, sans avoir à rechercher de nouvelles technologies ». Conclusions de l'étude Après avoir montré les graves défauts du système allemand, l'étude conclut sur trois recommandations : * Eviter la coexistence de deux systèmes, tels que l'ETS et le système EEG. * Privilégier le système ETS, car celui-ci crée une situation permettant aux différents acteurs de rechercher l'optimum économique [7], ce qui n'est pas le cas du système allemand actuel. * Investir dans la recherche et développement : « dans les phases de démarrage de technologies non compétitives, il est plus efficace d'investir dans la R&D que de promouvoir la production de masse ». De toute évidence, les mêmes recommandations sont valables pour la France. Les avatars espagnol et allemand doivent nous permettre d'éviter de commettre les mêmes erreurs. Il est urgent que nos responsables politiques en prennent conscience. [1] Cette loi régissant le développement des énergies renouvelables a été révisée en octobre 2008 par des amendements, notamment pour l'éolien et le PV, d'application au 1er janvier 2009. [2] Rappelons que les rejets de CO2 par les industries les plus polluantes font l'objet de « permis de rejets » négociables sur un « marché carbone » européen, líETS. [3] Paradoxe déjà relevé dans un article de Der Spiegel dans son numéro du 10 février 2009. [4] Selon nos recoupements, environ 5 €/MWh [5] Les auteurs citent une étude commanditée par le BMU qui conclut que le bilan net pourrait être de 56.000 emplois créés d'ici 2020, à condition que l'exportation joue à plein. [6] Cet argument n'est pas expliqué : peut-être est-ce dû au fait que les centrales au charbon se prêtent mal à la reprise en secours rapide nécessaire pour faire face aux caprices de l'éolien ? [7] L'étude cite le rapport 2007 de l'Agence Internationale de l'Energie (OCDE), qui recommande à l'Allemagne de chercher d'autres moyens que les tarifs d'achat élevés pour promouvoir le solaire PV, et rappelle « que le gouvernement devrait toujours rechercher les moyens les plus efficaces... » Pierre Bacher, ancien élève de polytechnique, est l'auteur de « L'énergie en 21 questions » - édition Odile Jacob (2007), membre du conseil scientifique de Sauvons le Climat et éditorialiste à l'Espace Veille de Techniques de l'ingénieur."
Dans une précédente tribune, j'appelais les responsables politiques à baisser très rapidement les aides au solaire photovoltaïque (PV), celles-ci risquant de provoquer une « bulle » incontrôlable comme ce fut le cas en Espagne l'an passé. Avec les aides actuelles, les flux financiers correspondant risquent en effet de se chiffrer en dizaines de milliards d'euros pour les seuls engagements des 3 prochaines années. Un rapport du très sérieux ...

Aide financière ; Allemagne ; Approvisionnement ; Bilan carbone ; Changement climatique ; Emploi ; Éolien ; Espagne ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Innovation ; Permis d'émission - Droit à polluer ; Politique énergétique ; Prix de l'electricité ; Rapport ; Résultat / Conséquence ; Sécurité ; Solaire photovoltaïque ; Tarif d'achat ; Technologie

... Lire [+]

2 y

Un rapport français sur la coopération énergétique franco-allemande, présenté mercredi à la presse, insiste sur la nécessité de mieux prendre en compte la dimension économique de la transition énergétique, une critique à peine voilée de l'Allemagne.
Le rapport préconise ainsi "d'éviter le surinvestissement" dans les énergies renouvelables, appelle aussi à résoudre les grands défis que constituent le stockage de l'électricité produite en excès et le développement des réseaux intelligents qui permettent de caler au mieux la consommation finale sur la production. Il conclut que le nucléaire français est "indispensable à la transition énergétique".
Un rapport français sur la coopération énergétique franco-allemande, présenté mercredi à la presse, insiste sur la nécessité de mieux prendre en compte la dimension économique de la transition énergétique, une critique à peine voilée de l'Allemagne.
Le rapport préconise ainsi "d'éviter le surinvestissement" dans les énergies renouvelables, appelle aussi à résoudre les grands défis que constituent le stockage de l'électricité produite en excès et ...

France ; Allemagne ; Aspect économique ; Généralité énergie renouvelable ; Transition énergétique ; Réseau électrique intelligent ; Stockage de l'énergie ; Nucléaire

... Lire [+]

2 y

Les pays émergents sont restés l'an dernier le moteur de la demande mondiale d'énergie, tandis que le bond de la production de pétrole aux Etats-Unis a permis de compenser son effondrement en Libye, selon le Statistical Review of World Energy 2014, publiée pr BP.

International ; Production d'énergie ; Pétrole ; Généralité énergie renouvelable ; Gaz de schiste ; Gaz naturel ; Charbon ; Energie hydraulique ; Énergie primaire

... Lire [+]

y

L'utilisation intensive des ressources électriques intermittentes telles que les ressources éoliennes ou photovoltaïques nécessite de disposer d'une réserve importante de stockage d'énergie permettant de réguler en tension et en puissance la qualité du courant mis à la disposition du réseau électrique local.

Batterie ; Pompage-turbinage ; Efficacité énergétique ; Production d'électricité ; Consommation d'électricité ; Stockage électricité ; Généralité énergie renouvelable ; Réseau électrique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Coller sur des routes bien enrobées des panneaux solaires résistant au passage de camions, est-ce vraiment une idée lumineuse ? Quel est le bilan énergétique et environnemental de l'innovation de Colas, filiale de Bouygues, qui fait grand bruit dans les médias ? Et à quel coût ?

Innovation ; Ingénieur ; Bilan énergétique ; Généralité énergie renouvelable ; Route / Autoroute ; Route solaire ; Analyse Cycle de Vie - ACV ; Énergie grise ; ADEME ; Énergie solaire ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Poma a posé la semaine dernière la première pierre de sa future usine éolienne, en Isère. Il s'agit d'une première pour cette entreprise spécialisée dans le transport par câbles pour remontées mécaniques. Une bonne nouvelle également pour l'industrie française, peu présente sur ce segment de marché.

Éolien ; Entreprise ; Éolienne ; France ; Industrie

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Les 28 et 29 juin dernier, se tenait à Madrid le colloque de l'Association des entrepreneurs de l'éolien, réunissant tous les acteurs européens du secteur. Une conférence pour faire le point sur les marchés porteurs à l'international, mais aussi sur la montée en puissance des acteurs chinois. Les entreprises européennes, leaders du secteur, entendent bien le rester.
ARTICLE EN LIGNE
Les 28 et 29 juin dernier, se tenait à Madrid le colloque de l'Association des entrepreneurs de l'éolien, réunissant tous les acteurs européens du secteur. Une conférence pour faire le point sur les marchés porteurs à l'international, mais aussi sur la montée en puissance des acteurs chinois. Les entreprises européennes, leaders du secteur, entendent bien le rester.

Europe ; Éolien ; Entreprise ; International ; Ingénieur ; Aspect économique

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
La PME Lilloise a innové en partenariat avec l'Institut Français du Pétrole (IFP Energies Nouvelles) pour mettre au point une technologie de solaire flottant.

France ; Japon ; Projet ; Ingénieur ; Énergie solaire ; Innovation

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
C'est une petite révolution énergétique qui est en train de se dérouler en Espagne. Après quatre ans de moratoire sur les énergies renouvelables imposé par le gouvernement conservateur (PP), ce dernier a annoncé un 2ème appel d'offres Enr après celui organisé en janvier. Un virage à 180° qui s'explique par la baisse sensible des coûts des énergies renouvelables qui n'ont plus besoin d'être subventionnées.
Elles ont atteint la « parité réseau ».
ARTICLE EN LIGNE
C'est une petite révolution énergétique qui est en train de se dérouler en Espagne. Après quatre ans de moratoire sur les énergies renouvelables imposé par le gouvernement conservateur (PP), ce dernier a annoncé un 2ème appel d'offres Enr après celui organisé en janvier. Un virage à 180° qui s'explique par la baisse sensible des coûts des énergies renouvelables qui n'ont plus besoin d'être subventionnées.
Elles ont atteint la « ...

Espagne ; Généralité énergie renouvelable ; Réseau électrique ; Électricité renouvelable ; Production ; Coût de production ; Transition énergétique ; Aspect économique ; Marché de l'électricité

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Alors que le réchauffement climatique bat de nouveaux records en 2016, le processus de ratification de l'accord de Paris, adopté lors de la COP21, piétine.

Réchauffement climatique ; Changement climatique ; Politique énergétique ; International

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Fondée par l'entrepreneur Denis Payre la start-up Nature & People First repose sur une technologie parfaitement fiable et durable: les STEP (Station de Transfert d'Energie par Pompage), une « batterie » gravitaire.

Technologie ; Ingénieur ; Stockage de l'énergie ; Éolien ; Énergie solaire ; Station de Transfert d'Energie par Pompage - STEP ; Batterie

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le ministère de l'Energie et du Développement Durable a annoncé deux nouveaux lauréats de l'appel à projets pour des fermes pilotes d'éoliennes flottantes en Méditerranée. Ils rejoignent les deux autres vainqueurs de cet été. Quatre technologies vont ainsi être testées.

Éolien ; Technologie ; Éolienne ; Ingénieur ; Eolien en mer ; Appel d'offre

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
C'est EROïque. L'humanité a franchit un cap historique: le taux de retour énergétique (EROI) du solaire PV est à présent meilleur que celui du pétrole. C'est la conclusion d'une étude scientifique majeure réalisée par des chercheurs du prestigieux Imperial College London.

Étude ; Pétrole ; Ingénieur ; Solaire photovoltaïque ; Aspect historique ; Taux de retour énergétique - EROI ; Généralité énergie renouvelable

... Lire [+]

y

ARTICLE EN LIGNE
Le gestionnaire du réseau électrique à haute tension RTE entend déployer d'ici à 2020 cinq postes électriques "intelligents" en France, qui permettent notamment de mieux gérer l'électricité intermittente des énergies éoliennes, a déclaré lundi son président, François Brottes.

RTE ; Ingénieur ; Électricité ; Éolien ; France ; Réseau électrique intelligent ; Généralité énergie renouvelable ; Marché de l'électricité

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Ingénieur [15]

Généralité énergie renouvelable [14]

Éolien [13]

France [9]

Innovation [9]

Énergie solaire [7]

Europe [6]

International [6]

Politique énergétique [6]

Solaire photovoltaïque [6]

Aspect économique [5]

Chiffre clé [5]

Électricité renouvelable [5]

Étude [5]

Entreprise [4]

Éolienne [4]

Espagne [4]

Réseau électrique [4]

Technologie [4]

Allemagne [3]

Appel d'offre [3]

Batterie [3]

Marché de l'électricité [3]

Nucléaire [3]

Pétrole [3]

Production d'électricité [3]

Recherche [3]

Stockage de l'énergie [3]

Transition énergétique [3]

Approvisionnement [2]

Aspect historique [2]

Belgique [2]

Carburant [2]

Changement climatique [2]

Charbon [2]

Coût d'investissement [2]

Coût de production [2]

Danemark [2]

Électricité [2]

Géothermie [2]

Hydrogène [2]

Impact environnemental [2]

Investissement [2]

Mobilité [2]

Module photovoltaïque [2]

Pompage-turbinage [2]

Réseau électrique intelligent [2]

Taux de retour énergétique - EROI [2]

Technique [2]

Véhicule [2]

Vent [2]

ADEME [1]

Aide financière [1]

Amérique Latine [1]

Analyse Cycle de Vie - ACV [1]

Bâtiment [1]

Bilan carbone [1]

Bilan énergétique [1]

Biocarburant [1]

Biomasse [1]

Biomasse ligno-cellulosique [1]

Bitcoin [1]

Brevet [1]

Cadmium Telluride / CdTe [1]

Capteur géothermique [1]

Caractéristique technique [1]

Cellule photovoltaïque [1]

Centrale géothermique [1]

Centrale nucléaire [1]

Certification [1]

Chaleur [1]

Chaleur renouvelable [1]

Chine [1]

Choix du site [1]

CIGS - Cuivre Indium Gallium [1]

CIS / Cuivre Indium Selenium [1]

CO2 / Dioxyde de carbone [1]

Composant [1]

Consommation d'électricité [1]

Consommation d'énergie [1]

Couche mince [1]

CSTB [1]

Durée de vie [1]

Efficacité énergétique [1]

Emploi [1]

Energie fossile [1]

Énergie grise [1]

Energie hydraulique [1]

Énergie primaire [1]

Eolien en mer [1]

Éthanol [1]

Étude de marché [1]

Expérimentation [1]

Fonds structurels [1]

Forage [1]

Fournisseur d'énergie [1]

Fusion [1]

Gaz à Effet de Serre / GES [1]

Gaz de schiste [1]

Gaz naturel [1]

Géologie [1]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z