F Nous contacter

0

Documents  Place to B | enregistrements trouvés : 1

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

PLATEFORME EN LIGNE
Quels visuels pour parler du climat ? La communication environnementale est arrivée à un tournant de sa jeune histoire. Ces dernières années, une nouvelle forme de discours est apparue, mettant l'accent sur les solutions, les alternatives. En aurait-on fini avec les images d'ours polaire isolé sur une banquise à la dérive et autres visions catastrophistes ? Une étude a porté sur 36 visuels évoquant différentes causes de problèmes environnementaux (la déforestation, l'automobile, le consumérisme, etc.), des incidences sur l'environnement (pic de pollution, marée noire, déchets, etc.) ou l'individu (insuffisance respiratoire, embouteillage, etc.), et des alternatives (énergie solaire, transport doux, végétalisation urbaine, etc.). Réalisée auprès d'un échantillon de 1 500 individus (selon la règles des quotas), elle a été conduite par l'association Place to B en partenariat avec l'Ademe et l'institut de sondage BVA. Ses premiers résultats ont été dévoilés en mars dernier et, ce lundi 28 août, une plateforme en ligne s'ouvre au public pour présenter en détail les enseignements de l'étude.

La moitié des visuels sélectionnés pouvait être qualifiée de « classiques ». Il s'agissait d'images régulièrement mobilisées dans les communications sur l'environnement. L'autre moitié proposait un traitement plus original (un panneau solaire sur le toit d'une cabane délabrée, un VRP pagayant au milieu d'un désert, etc.). Les participants ont évalué ces images et répondu à des questions portant sur les émotions qu'ils ressentaient face aux différents visuels et les actions que ces images leur donnaient envie d'accomplir. Il ont également été interrogés sur la légitimité qu'ils accorderaient aux principaux organismes (entreprise privée, collectivité locale, association, etc.) s'ils utilisaient les différents visuels dans le cadre d'une campagne de sensibilisation. Afin de différencier des profils d'individus, les participants ont répondu à des questions sur leur niveau d'engagement environnemental, leurs caractéristiques socio-économiques, etc.

Après plus d'un quart de siècle d'information et de sensibilisation, tous les individus ne montrent pas le même niveau d'intérêt et d'implication vis-à-vis des enjeux écologiques ; il est temps aujourd'hui d'affiner les choix qui président à la communication en sélectionnant notamment des supports visuels en fonction de la cible visée. La dérive de l'ours polaire aura ainsi fait son µuvre, ouvrant de nouveaux possibles en matière de communication environnementale.


PLATEFORME EN LIGNE
Quels visuels pour parler du climat ? La communication environnementale est arrivée à un tournant de sa jeune histoire. Ces dernières années, une nouvelle forme de discours est apparue, mettant l'accent sur les solutions, les alternatives. En aurait-on fini avec les images d'ours polaire isolé sur une banquise à la dérive et autres visions catastrophistes ? Une étude a porté sur 36 visuels évoquant différentes causes de ...

ADEME ; Psychologie du changement ; Outil pédagogique ; Oeuvre artistique ; Chiffre clé ; Étude sociologique ; Éducation à l'environnement ; Changement climatique

... Lire [+]

0
Z