F Nous contacter

0

Documents  Réserve / Ressource energétique | enregistrements trouvés : 230

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

- n° 418
ISBN 0292-1731

Les ressources fossiles domineront encore le monde de l'énergie en 2025. Le nucléaire devrait également maintenir sa part dans le mix. Très concentrées, ces sources d'énergie permettent une multitude d'applications mais présentent des risques connus (gaz à effet de serre pour les fossiles, radioactivité/profilération pour le nucléaire)

Avantage ; Changement climatique ; Charbon ; Energie fossile ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Gaz naturel ; Généralité énergie ; Impact environnemental ; Inconvénient ; Nucléaire ; Pétrole ; Prospective / Prévision ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

V

- n° 23

Les sceptiques se plaisent souvent à le répéter: le renouvelable ne pourra jamais à lui seul répondre à l'ensemble des besoins en électricité. Deux études prouvent que c'est faux.

Électricité ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Étude ; Europe ; Energie hydraulique ; Réserve / Ressource energétique ; Solaire photovoltaïque

... Lire [+]

y

- n° 505 - p.16 à p.17

A 60 km de Göteborg, en Suède, la ville de Boras se voit être une ville "zéro énergie fossile". Sans se donner d'objectifs contraignants, la ville et la régie municipale sont néanmoins très pragmatiques, utilisant toutes les ressources locales.

Commune / Ville ; Suède ; Régie ; Réserve / Ressource energétique ; Facture énergétique ; Politique énergétique ; Biogaz

... Lire [+]

ACTUALITE | ENERGIES INFOS 1/07/06

Article

XXXXX

V

- n° 38
ISBN 1292-0045

"Le pic de production de pétrole Objectif ""zéro pétrole"" : le courageux pari suédois Tchernobyl : 20 ans déjà Les télécentres et le covoiturage : des moyens pour réduire la consommation énergétique liée aux déplacments domicile-travail? L'énergie et le facteur 4 Pendant que les glaces des deux pôles se liquéfient, le climat change-t-il aussi par ici?"
"Le pic de production de pétrole Objectif ""zéro pétrole"" : le courageux pari suédois Tchernobyl : 20 ans déjà Les télécentres et le covoiturage : des moyens pour réduire la consommation énergétique liée aux déplacments domicile-travail? L'énergie et le facteur 4 Pendant que les glaces des deux pôles se liquéfient, le climat change-t-il aussi par ici?"

Changement climatique ; Consommation d'énergie ; Déplacement urbain ; Indépendance énergétique ; International ; Pétrole ; Production d'énergie ; Réchauffement climatique ; Réserve / Ressource energétique ; Suède ; Transport

... Lire [+]

V

- n° 17 - p.09 p.10

Quels autres combustibles végétaux utiliser en chaudière dans les régions où la ressource bois ne permettra pas d'atteindre les objectifs de production de chaleur renouvelable? Comment les mobiliser?, ou les produire en préservant l'environnement des territoires? des questions sur lesquelles s'est penché le projet Life Green Pellets, coordonné par l'association Aile.

Combustible ; Généralité énergie ; Généralité énergie renouvelable ; Miscanthus ; Végétalisation ; Réserve / Ressource energétique ; Biomasse ; Valorisation énergétique ; Energie fossile ; Chaudière ; Exploitation agricole ; Production d'énergie ; Production

... Lire [+]

V

- n° 1074
ISBN 0036-8369

Ressources abondantes, bon marché...le charbon cumule les atouts pour prendre la relève du pétrole et, déjà, sa production explose. Oui, mais de toutes les énergies, il est le pire émetteur de CO2! Une véritable plaie qui pourrait profiter au nucléaire. Car seul l'atome possède aussi les armes pour relever le défi énergétique du XXIème siècle: - Le charbon tout pour devenir l'énergie du siècle - Il s'agit d'une très mauvaise nouvelle pour le climat - Le nucléaire est loin d'avoir dit son dernier mot
Ressources abondantes, bon marché...le charbon cumule les atouts pour prendre la relève du pétrole et, déjà, sa production explose. Oui, mais de toutes les énergies, il est le pire émetteur de CO2! Une véritable plaie qui pourrait profiter au nucléaire. Car seul l'atome possède aussi les armes pour relever le défi énergétique du XXIème siècle: - Le charbon tout pour devenir l'énergie du siècle - Il s'agit d'une très mauvaise nouvelle pour le ...

Changement climatique ; Charbon ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Déchet nucléaire ; Énergie primaire ; Nucléaire ; Pétrole ; Production d'électricité ; Réserve / Ressource energétique ; Uranium

... Lire [+]

y

La Commission européenne a lancé, le 9 juillet, une consultation sur « la manière de réduire l'incidence des bâtiments sur l'environnement ». Selon l'exécutif européen, « la conception, la construction, l'utilisation et la démolition des bâtiments nécessitent d'importantes ressources, et l'incidence de ces bâtiments sur l'environnement, la consommation d'énergie et le changement climatique est significative. Il est donc essentiel d'améliorer les techniques de construction.»
La Commission européenne a lancé, le 9 juillet, une consultation sur « la manière de réduire l'incidence des bâtiments sur l'environnement ». Selon l'exécutif européen, « la conception, la construction, l'utilisation et la démolition des bâtiments nécessitent d'importantes ressources, et l'incidence de ces bâtiments sur l'environnement, la consommation d'énergie et le changement climatique est significative. Il est donc essentiel d'améliorer les ...

Efficacité énergétique ; Bâtiment ; Construction ; Réserve / Ressource energétique ; Caractéristique technique ; Matériau de construction

... Lire [+]

V

- n° 433
ISBN 0292-1731

Héritière de l'industrie charbon, la région Nord-Pas-de-Calais est désormais le premier point d'entrée de gaz de France. Avec des industries fortement émettrices de gaz à effet des serre, elle compte sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables pour améliorer son bilan carbone. Forte présence du gaz, potentiel éolien important, Plan Climat lancé, MDE et recherche, carte des installations de valorisation des potentiels énergétiques locaux : éolien (61,42 MW), biogaz (179,9 GWh), micro-hydraulique (861 kW), solaire thermique (14 473 m2), photovoltaïque (1 889 kWc), bois énergie (68,34 MW).
Héritière de l'industrie charbon, la région Nord-Pas-de-Calais est désormais le premier point d'entrée de gaz de France. Avec des industries fortement émettrices de gaz à effet des serre, elle compte sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables pour améliorer son bilan carbone. Forte présence du gaz, potentiel éolien important, Plan Climat lancé, MDE et recherche, carte des installations de valorisation des potentiels énergétiques ...

Aide financière ; Appel à projet ; Bilan énergétique ; Biogaz ; Bois énergie ; Cartographie / Atlas ; Centrale nucléaire ; Centrale thermique ; CET - Centre d'Enfouissement Technique ; Chaufferie bois ; Chiffre clé ; Collectivité locale ; Consommation d'énergie ; Efficacité énergétique ; Électricité renouvelable ; Entreprise ; Éolien ; ETBE - Ethyl Tertio Butyl Ether ; Éthanol ; Fonds Européen Développement Régional - Feder ; Gaz naturel ; Généralité énergie renouvelable ; Logement ; Installation ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Méthanisation ; Microhydraulique ; Nord Pas de Calais ; Parc éolien ; Plan Climat ; Politique énergétique ; Potentiel éolien ; Production d'électricité ; Puissance installée ; Réalisation ; Récupération de l'énergie ; Réseau de chaleur ; Réserve / Ressource energétique ; Solaire photovoltaïque ; Solaire thermique ; Station d'épuration ; Surface installée ; Usine de fabrication/production

... Lire [+]

2 y

- n° 85 - p.10 à p.10

En matière de développement du bois-énergie, les objectifs du Grenelle Environnement sont ambitieux : la consommation nationale devrait passer de 9 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) par an en 2009 à 13 millions à l'horizon 2020. C'est un élément clé de la politique énergétique nationale, fortement lié à l'aménagement et à la gestion des territoires.
En matière de développement du bois-énergie, les objectifs du Grenelle Environnement sont ambitieux : la consommation nationale devrait passer de 9 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) par an en 2009 à 13 millions à l'horizon 2020. C'est un élément clé de la politique énergétique nationale, fortement lié à l'aménagement et à la gestion des territoires.

Biomasse ; Bois énergie ; Consommation d'énergie ; Politique énergétique ; Réserve / Ressource energétique ; Aménagement du territoire ; Logement ; Milieu rural ; Milieu urbain ; Réseau de chaleur ; Aide financière ; Région ; Chaufferie ; #clerinfos

... Lire [+]

y

- n° 20 - p.16 à p.19

La production fançaise a vu le jour en France dans les années 1980 ais sa progession rapide s'est affirmée à partir de 2005. Les 500 000 tonnes ont été dépassées en 2011 et le millions de tonnes sera atteint avant trois ans car plusieurs gros projets sont engagés. Au-delà de 2016, la prospective est plus incertaine, le principal fateur limitant étant la disponibilité des matières premières à de coûts compétitifs. jusqu'à maintenant, la production nationale a progressé au rythme de la demande. Elle permet à notre pays de rester légèrement exportateur, principalement vers l'Italie et d'utrs pays limitrophes.
La production fançaise a vu le jour en France dans les années 1980 ais sa progession rapide s'est affirmée à partir de 2005. Les 500 000 tonnes ont été dépassées en 2011 et le millions de tonnes sera atteint avant trois ans car plusieurs gros projets sont engagés. Au-delà de 2016, la prospective est plus incertaine, le principal fateur limitant étant la disponibilité des matières premières à de coûts compétitifs. jusqu'à maintenant, la ...

Bois énergie ; France ; Consommation de bois ; Production de bois ; Chauffage bois ; Granulé bois ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

V

- n° 262
ISBN 0986-2943

Le développement du bois-énergie pour les chaufferies collectives et industrielles passe par une meilleure structuration de l'approvisonnement. Alos que la demande augmente, le métier d'approvisionneur s'organise et se professionnalise. Objectif : fournir du combustible répondant à des cahiers des charges de plus en plus précis (type de bois, mode de présentation, unité de mesure, type de contrat)
Le développement du bois-énergie pour les chaufferies collectives et industrielles passe par une meilleure structuration de l'approvisonnement. Alos que la demande augmente, le métier d'approvisionneur s'organise et se professionnalise. Objectif : fournir du combustible répondant à des cahiers des charges de plus en plus précis (type de bois, mode de présentation, unité de mesure, type de contrat)

Approvisionnement ; Biomasse ; Bois déchiqueté / Plaquette ; Bois énergie ; Cahier des charges ; Chaufferie bois ; Collectivité locale ; Combustible ; Déchet bois ; Gisement forestier ; Prix du bois ; Réserve / Ressource energétique ; Sciure de bois

... Lire [+]

V

- n° 11
ISBN 1637-2603

"Peu de pays au monde se trouvent dans une situation aussi favorable que le Canada. Les ressources énergétiques canadiennes sont abondantes et très diversifiées, avce un ""mix"" énergétique très variable d'une province à l'autre"

Biomasse ; Canada ; Éolien ; Energie hydraulique ; Politique énergétique ; Réserve / Ressource energétique ; Uranium

... Lire [+]

2 y

- n° 85 - p.18 à p.18

La communauté de communes du Val d'Ille s'est engagée à devenir un territoire à énergie positive à l'horizon 2030. Cela implique de réduire fortement les consommations d'énergie dans le bâti public et privé, l'éclairage public, la mobilité... tout en substituant aux énergies fossiles l'usage de productions renouvelables.

Commune / Ville ; Milieu rural ; Quotas d'émission de gaz à effet de serre ; Bretagne ; Réserve / Ressource energétique ; Aménagement du territoire ; Bilan carbone ; Europe ; Espagne ; Milieu agricole ; Production d'énergie ; #clerinfos

... Lire [+]

y

- n° 1729 - p. 32 à p.39
ISBN 1163--2720

DOSSIER PAPIER CONSUTABLE AU CLER
La filière industrielle du bois énergie a moins de 10 ans.
Les porteurs de projets se doivent de concevoir un plan d'approvisionnement rigoureux :
- mobiliser la ressource
- sécuriser l'approvisionnement
- caractériser le combustible

Bois énergie ; Chaufferie bois ; Approvisionnement ; Réserve / Ressource energétique ; Stockage du bois ; Déchet bois

... Lire [+]

V

- n° 10506

http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/enjeux/petrole__01_05_.html alain dupraz Publié le 01 mai 2006 Vitale pour l'économie, la production d'or noir est d'une rare opacité. Les Etats donnent des chiffres douteux sur leur production, et fantaisistes sur leurs réserves. Incursion dans un monde de tricheurs. Quoi de plus vital, pour l'économie, que le pétrole? Et pourtant, l'or noir est un marché des plus opaques. Cette fantastique source d'énergie, dont on commence seulement à apprécier la vraie valeur, est le lieu de gros mensonges. Explications. Il n'existe aucune statistique neutre sur la production et les réserves réelles de pétrole. L'OPEP a les siennes, les grandes compagnies productrices ont les leurs, d'autres associations, économiques ou politiques, ont leurs propres données, parfois très différentes. Conrad Gerber, patron de Petrologistic, l'un des meilleurs spécialistes du marché pétrolier, affirmait récemment sur l'antenne de la TSR: «Il y a beaucoup de tricheries dans les statistiques officielles» (mercredi 19 avril). L'homme sait de quoi il parle: il gagne sa vie en vendant des chiffres. Comment savoir Comment peut-on savoir ce que produit réellement une compagnie, un pays? Notamment en... observant les mouvements des bateaux. Ces grands tankers dont on connaît le tonnage, sillonnent les mers pour apporter leurs doses d'or noir aux consommateurs dépendants. Ces observations sont les plus fiables. Elles se vendent à prix d'or. En revanche, la production «officielle» de tel ou tel pays est souvent sujette à caution. C'est la raison pour laquelle nombre d'analystes se plantent systématiquement dans leurs prévisions. Exemple. A la fin 2005, les experts prévoyaient une chute des prix du baril en 2006 si l'OPEP ne réduisait pas sa production. Ainsi le CGES (Center for Global Energy Studies, en Grande-Bretagne) déclarait: «A moins que la croissance de la demande pétrolière ne rebondisse fortement en 2006, l'OPEP sera confrontée au besoin de réduire sa production afin de défendre les prix.» L'OPEP décidait fin janvier de ne pas changer sa production. Et celle-ci est aujourd'hui ­ selon ses déclarations ­ la même que l'automne passé, après les ravages de l'ouragan Katrina: environ 28 mbj (millions de barils par jour), soit un tiers des quelque 85 mbj de la consommation mondiale. Et le débat du moment au sein de l'OPEP serait plutôt d'augmenter cette production. Des «barils de papier» La difficulté à connaître le montant réel des réserves illustre mieux que tout le jeu de poker menteur des pays pétroliers. Avec, il y a vingt ans, un très gros mensonge... En 1985-86, en pleine chute des prix due au «contre-choc pétrolier», plusieurs membres de l'OPEP annonçaient coup sur coup détenir des réserves bien plus vastes que les estimations précédentes. En l'espace de quelques semaines, les Emirats arabes unis (EAU), puis le Koweït, bientôt suivi par l'Irak et l'Iran, annonçaient une augmentation subite, de l'ordre de 50% à 60%, de leurs réserves. L'Arabie saoudite, le plus gros producteur, suivit quelque temps plus tard: ses réserves passèrent du jour au lendemain de quelque 160 à environ 260 milliards de barils. Selon Jean-Luc Wingert (auteur de La vie après le pétrole, 2005, Editions Autrement), les compagnies ont été obligées d'accepter les nouveaux chiffres pour ne pas «froisser» les Etats producteurs. BP aurait même été obligé de détruire un rapport contredisant les nouveaux chiffres des EAU. Aujourd'hui, ces chiffres officiels de l'OPEP sont de plus en plus ouvertement contredits (voir ci-contre). Mais reste le pourquoi. Quelle explication fournir à un changement aussi subit et des données aussi fantaisistes? La réponse tient aux quotas. Pour réguler le marché, chaque pays membre est autorisé à produire un certain nombre de barils/jour. Cette quantité est fixée notamment par le montant des réserves. En 1986, les prix chutaient tellement que chaque membre a essayé d'augmenter ses entrées en gonflant ses réserves. Bien que sortis d'un tour de magie, ces nouveaux chiffres sont restés officiels jusqu'à ce jour. Et c'est ainsi que l'opinion publique mondiale dort depuis vingt ans avec l'illusion d'un flot abondant et, à vues humaines, illimité de pétrole. Enfin, rappelons que la notion de réserves varie considérablement selon les sources, ainsi que selon la qualité de pétrole. On parle ici de «réserves prouvées», là de «réserves probables», ailleurs encore de «réserves ultimes», etc. S'agissant de réservoirs enfouis dans la planète, on comprend qu'il n'est pas très aisé de prouver leur capacité exacte. D'où une grande «liberté» d'appréciation. Avec une question sans réponse: jusqu'à quand pourra-t-on compter sur le pétrole pour nous fournir de l'énergie? Le Koweït s'épuise Le 10 novembre, l'agence d'informations financières Blumberg rapportait une déclaration apparemment anodine du prési
http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/enjeux/petrole__01_05_.html alain dupraz Publié le 01 mai 2006 Vitale pour l'économie, la production d'or noir est d'une rare opacité. Les Etats donnent des chiffres douteux sur leur production, et fantaisistes sur leurs réserves. Incursion dans un monde de tricheurs. Quoi de plus vital, pour l'économie, que le pétrole? Et pourtant, l'or noir est un marché des plus opaques. Cette fantastique source ...

Chiffre clé ; Compagnie pétrolière ; Pétrole ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

V

- n° 449
ISBN 0292-1731

La maîtrise de la demande d'énergie est promue depuis des années. Mais, la réalité, les prix bas de l'énergie ont longtemps anéanti tout effort dans ce domaine. Aujourd'hui, un ouvement est engagé en France et dans le monde pour encourager les économies d'énergie. Des scénarios de type négaWatt montrent la feuille de route idéale.

Chine ; Consommation d'énergie ; Constructeur ; Coût des travaux ; Économie d'énergie ; États Unis ; Fournisseur d'énergie ; France ; Grenelle de l'environnement ; Logement ; Installateur ; International ; Maitrise De l'Énergie - MDE ; Négawatt ; Rénovation ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

V

- n° 210110

Le cabinet d'audit et de conseil Deloitte livre son analyse du marché de l'énergie pour les années à venir. La crise économique a eu un impact considérable sur ce secteur et l'incertitude de la reprise pose question quant à l'évolution du marché. Si les prix de l'électricité et du gaz sont déprimés en ce début d'année 2010, ils ne ''reflètent pas les tensions sur les capacités qui, à moyen et long terme, vont s'intensifier''. La disponibilité des ressources en pétrole et électricité est incertaine. Or, dans ce contexte d'incertitudes, la demande énergétique mondiale ne cesse de croître. Comment y répondre ? Les investissements nécessaires à satisfaire cette croissance demeurent ''pharaoniques'' selon une étude du cabinet Deloitte publiée le 19 janvier dernier (Energy predictions 2010) : http://www.deloitte.com/assets/Dcom-Global/Local%20Assets/Documents/Energy_Resources/Predictions_Nov09_web.pdf . Pourtant, ces investissements font face à de nombreuses autres incertitudes, notamment sur le coût de la contrainte carbone. L'échec du sommet de Copenhague, qui s'est achevé ''sans avoir posé les bases de négociation d'un cadre global contraignant de réduction d'émissions'', prive les investisseurs d'une vision claire et à long terme. Energies traditionnelles, un pari incertain : Le charbon, disponible en abondance à un coût marginal faible dans les zones de forte demande, ''a pour inconvénient de rejeter près d'une tonne de CO2 dans l'atmosphère pour tout MWh électrique produit''. Si de nombreux producteurs misent aujourd'hui sur la technologie de capture et de stockage de carbone (CSC), qui ''promet une production d'énergie décarbonée à une échelle comparable au nucléaire, à court et moyen terme, pour un investissement équivalent à celui de l'atome, avec une efficacité énergétique en baisse de 20 %, le charbon propre fait doubler le coût de l'électricité''. La production mondiale d'électricité d'origine nucléaire devrait quant à elle rester stable sur les vingt années à venir ou même décliner légèrement, ''selon les hypothèses de demande électrique, de politiques climatiques ou d'indépendance énergétique, d'arrêt ou de prolongement des tranches nucléaires en service, ou de résistance de l'opinion''. Un certain nombre de projets pourraient être retardés ''du fait de la détérioration du crédit des maîtres d'ouvrage, de l'indisponibilité des financements ou de la pénurie d'ingénieurs nucléaires''. Le retard non officiel du chantier de l'EPR de Flamanville, annoncé par le quotidien Le Figaro le 19 janvier, pourrait confirmer ces prévisions. Selon le cabinet Deloitte, le secteur du nucléaire, pour se développer, a ''besoin, non de subventions publiques, mais d'un prix long terme du carbone''. Les compagnies électriques et gazières, durement affectées par la baisse de la demande et des prix, hésitent à poursuivre leurs investissements. Les grands producteurs de pétrole sont de leur côté à la recherche de financement pour de nouvelles infrastructures. Selon Deloitte, ''les prêts chinois remboursables en pétrole pourraient faire école''. Energies renouvelables, des choix stratégiques indispensables : Les énergies renouvelables n'ont pas échappé à la crise. Les investissements ont fortement ralenti depuis quelques mois. De plus, ceux-ci sont confrontés à des incertitudes stratégiques. Par exemple, le paquet climat européen privilégie le choix de l'éolien, ''seule technologie renouvelable mûre, mais dont les limites apparaissent de plus en plus''. En revanche, des opportunités apparaissent en Afrique du Nord, Sub-saharienne et au Moyen-Orient pour le solaire photovoltaïque. ''A moyen et long terme, le rayonnement solaire constitue une ressource d'énergie primaire abondante, , qui, portée par des coûts d'investissement en baisse, pourrait assurer la fourniture à des zones de pression démographique forte aujourd'hui privées d'électricité, voire exporter vers le sud de l'Europe''. Efficacité énergétique, l'avenir ? : La demande énergétique devrait croître de 45 % d'ici à 2030. Or, ''ce scénario n'est compatible avec les objectifs de limitation de concentration de CO2 à 450ppm qu'à la faveur d'une baisse de la demande à concurrence de 40 % des efforts de réduction d'émissions. Un déploiement à grande échelle des systèmes de contrôle, mesure et automatisation, permettant aujourd'hui de réduire la consommation finale jusqu'à 30 % dans le résidentiel et 20 % dans l'industrie, est inévitable'', selon le cabinet de conseil. Le développement de réseaux intelligents pourrait accroître l'efficacité énergétique de l'industrie, aujourd'hui limitée à 33 %. Finalement, l'étude souligne l'importance d'une vision stratégique du marché de l'énergie, les choix actuels ayant des conséquences à long terme. le site Internet de Deloitte : http://www.deloitte.com
Le cabinet d'audit et de conseil Deloitte livre son analyse du marché de l'énergie pour les années à venir. La crise économique a eu un impact considérable sur ce secteur et l'incertitude de la reprise pose question quant à l'évolution du marché. Si les prix de l'électricité et du gaz sont déprimés en ce début d'année 2010, ils ne ''reflètent pas les tensions sur les capacités qui, à moyen et long terme, vont s'intensifier''. La disponibilité ...

Changement climatique ; Crise énergétique ; Demande en énergie ; Donnée économique ; Efficacité énergétique ; Étude ; Étude de marché ; Généralité énergie renouvelable ; International ; Investissement ; Marché énergétique ; Nucléaire ; Perspective ; Prix de l'electricité ; Prospective / Prévision ; Réserve / Ressource energétique

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Réserve / Ressource energétique [230]

Généralité énergie renouvelable [95]

Consommation d'énergie [86]

Généralité énergie [72]

International [67]

Politique énergétique [57]

Pétrole [55]

Nucléaire [52]

France [48]

Changement climatique [44]

Éolien [41]

Gaz naturel [38]

Energie fossile [37]

Biomasse [35]

Charbon [34]

Chiffre clé [34]

Géothermie [33]

Energie hydraulique [32]

Effet de serre [30]

Europe [30]

CO2 / Dioxyde de carbone [29]

Production d'énergie [29]

Scénario [29]

Transport [29]

Bois énergie [28]

Gaz à Effet de Serre / GES [28]

Solaire photovoltaïque [28]

Production d'électricité [27]

Développement durable [26]

Maitrise De l'Énergie - MDE [26]

Biocarburant [25]

Impact environnemental [24]

Économie d'énergie [23]

Hydrogène [23]

Aspect historique [22]

Énergie primaire [22]

Approvisionnement [21]

Emploi [21]

Potentiel de développement [21]

Uranium [21]

Bilan énergétique [20]

Efficacité énergétique [20]

Prix du pétrole [20]

Logement [19]

Solaire thermique [19]

Aménagement du territoire [18]

Gisement forestier [18]

Milieu agricole [18]

Prix de l'énergie [18]

Prospective / Prévision [18]

Perspective [17]

#clerinfos [16]

Demande en énergie [16]

Énergie solaire [16]

Technologie [16]

Déchet [15]

Donnée économique [15]

Pollution de l'air [15]

Recherche [15]

Électricité [14]

Marché énergétique [14]

Protocole de Kyoto [14]

Biogaz [13]

Définition [13]

Milieu rural [13]

Collectivité locale [12]

Consommation d'électricité [12]

Gisement pétrolier [12]

Chaleur [11]

Crise énergétique [11]

Industrie [11]

Pile à combustible [11]

Réalisation [11]

ADEME [10]

Aspect économique [10]

Bâtiment [10]

Besoin énergétique [10]

Coût d'investissement [10]

Étude [10]

Prix de l'electricité [10]

Réchauffement climatique [10]

Région [10]

Secteur d'activité [10]

Allemagne [9]

Biodiversité [9]

Chauffage [9]

Choc pétrolier [9]

États Unis [9]

Pollution de l'eau [9]

Rendement [9]

Réseau de chaleur [9]

Risque [9]

Afrique [8]

Aide financière [8]

Canada [8]

Cartographie / Atlas [8]

Chine [8]

Déchet nucléaire [8]

Dépendance énergétique [8]

Eau [8]

Électricité renouvelable [8]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z