F Nous contacter

0

Documents  Barrage hydraulique | enregistrements trouvés : 161

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

CORRIGER ECOLOGIQUEMENT | ENET NEWS 1/07/03

Article

XXXXX

V

- n° 55

L'installation d'une centrale hydraulique a boulversé le passage de poissons et autres organismes, erreur écologique qui a été rétablie par la création d'une échelle naturelle

Barrage hydraulique ; Petite Centrale Hydroélectrique ; Poisson

... Lire [+]

V

- n° 211003

"Le 31 janvier 1953, une importante depression avait provoque une maree d'ampleur exceptionnelle et des inondations dans une grande partie de l'Europe du Nord. Plus de 1000 habitations furent inondes dans l'estuaire de la Tamise et 307 personnes tuees. Suite a cette catastrophe, la decision de construire un barrage dans l'estuaire de la Tamise, a Woolwich, fut prise en 1966. Apres 8 ans de construction, ce barrage fut inaugure en 1984. Depuis sa creation, il a ete utilise 86 fois pour proteger Londres contre les crues de grande ampleur. Prevu pour fonctionner jusqu'en 2030, des experts commencent a s'interroger sur ce qui se passera apres cette date. L'augmentation du niveau de la mer cree par le rechauffement planetaire, associe a l'enfoncement de 2 mm par an de la region du sud-est de l'Angleterre accentue ce probleme d'inondation de jour en jour. Des specialistes de l'Environment Agency (EA) ont commence a reflechir a cette question. L'EA prevoit de publier un rapport en 2007 qui presentera le probleme et les solutions les plus appropriees. Cependant, il semble que tous les experts soient d'accord sur la necessite d'agir rapidement (la decision et la construction du premier barrage ayant pris plus de 30 ans entre les inondations de 1953 et l'inauguration du barrage). La solution retenue devra etre a la fois economiquement viable, avoir un impact minimum sur l'activite economique et l'environnement et etre fiable. Devant une telle equation, un nouveau barrage semble etre la meilleure solution. Le lieu de construction de ce nouveau barrage aura une importance cruciale. Plus il sera en aval, plus il sera long et coutera cher, mais plus il protegera de terre. La solution qui semble etre retenue pour l'instant est la construction d'un barrage de 5 miles (8 km) entre Sheerness et Shoeburyness a l'entree de l'estuaire. Si cette solution est retenue, restera a definir la technologie a utiliser pour ce barrage. Le barrage existant, long de 500 m avait coute 1 milliard de livres (1,4 milliard d'euros). Au meme prix, ce nouveau projet couterait 17 milliards de livres (24 milliards d'euros), une somme que personne n'est pret a payer. Pour diminuer le cout, les membres de l'EA s'interessent a d'autres technologies et en particulier au projet mis en place pour sauver Venise. Le projet Moise (MOSE en italien) prevoit l'installation de portes mobiles au fond des trois passes de la lagune afin d'eviter les inondations regulieres de Venise. Ces portes maintenues au fond de l'eau se releveront des que les marees atteignent 110 cm et se transforment ainsi en digues qui isolent la lagune de la mer. 79 portes vont etre installes. Ce projet dont la construction durera 8 ans devrait couter 1,6 milliard de livres (23 milliards d'euros). La meme solution pourrait s'appliquer au futur barrage de la Tamise. Cette technologie n'ayant pas encore ete testee a grande echelle, l'EA attendant les resultats de ce projet. Aucune decision n'a encore ete arretee et les avancees technologiques qui seront realisees dans le futur permettront peut etre de developper une solution moins couteuse et moins radicale qu'un nouveau barrage. Sources : The Engineer, 12/09/03, p.27; http://www.environment-agency.gov.uk/ _"
"Le 31 janvier 1953, une importante depression avait provoque une maree d'ampleur exceptionnelle et des inondations dans une grande partie de l'Europe du Nord. Plus de 1000 habitations furent inondes dans l'estuaire de la Tamise et 307 personnes tuees. Suite a cette catastrophe, la decision de construire un barrage dans l'estuaire de la Tamise, a Woolwich, fut prise en 1966. Apres 8 ans de construction, ce barrage fut inaugure en 1984. Depuis sa ...

Angleterre ; Barrage hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 7
ISBN 1660-3192

L'Inde recoit de grandes quantité de pluie. Mais la mousson s'y concentre sur 2 mois et demi et, amors que la disponibilité d'eau annuelle par habitant ne cesse de faiblir, les capactés de stockage risquent e ne plus suffire. Les barrages représenent une potion pour réhausse ces capacités, mais ils soulèvent des problèmes humains et écologiques colossaux. Un dialogue est en cours entre les différents porteurs d'interêts sur les barrages pour rendre la prise de décision à leur sujet plus robuste scientifiquement et socialement
L'Inde recoit de grandes quantité de pluie. Mais la mousson s'y concentre sur 2 mois et demi et, amors que la disponibilité d'eau annuelle par habitant ne cesse de faiblir, les capactés de stockage risquent e ne plus suffire. Les barrages représenent une potion pour réhausse ces capacités, mais ils soulèvent des problèmes humains et écologiques colossaux. Un dialogue est en cours entre les différents porteurs d'interêts sur les barrages pour ...

Barrage hydraulique ; Grande puissance ; Impact environnemental ; Inde

... Lire [+]

V

- n° 4
ISBN 1637-2603

L'entreprise est pharaonique et le cadre proprement mythique. Chanté par les poétes et représenté par les peintres, le site choisi pour édifier le plus grand barrage du monde est en effet situé sur le Yang Tsé, autour duquel s'est créée la civilisation chinoise voila 2 500 ans

Barrage hydraulique ; Chine ; Grande puissance ; Energie hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 1624
ISBN 1163-2720

Contrainte de refroidir ses centrales nucléaires pendant la canicule, EDF souhaite mettre au point un outil de prévision de la température des eaux fluviales

Barrage hydraulique ; Canicule / Sécheresse ; Centrale nucléaire ; EDF ; Nucléaire

... Lire [+]

V

- n° 110304

"A visiter (""petite"" hydraulique) : http://www.lino.com/~sylvainl/hydro.html A visiter (grands barrages) : http://www.cigb-icold.org - http://www.icold-cigb.org A visiter (pour les deux) : http://www.canren.gc.ca/hydro/index_f.asp "

Barrage hydraulique ; Grande puissance ; Energie hydraulique ; Petite Centrale Hydroélectrique ; Petite puissance

... Lire [+]

V

- n° 111

Les barrages hydroélectriques du Québec rejetteraient 10% des émissions de la province.

Barrage hydraulique ; CO2 / Dioxyde de carbone ; Gaz à Effet de Serre / GES ; Energie hydraulique ; Impact environnemental ; Québec

... Lire [+]

V

- n° 200504

http://www.actu-environnement.com/ae/news/582.php4 Le Groupe Axor qui exploite des parcs éoliens au Québec propose de jumeler les éoliennes aux centrales hydroélectriques. (...) Cette technique, déjà recommandée par Greenpeace et également promu par le constructeur éolien Hélimax ainsi que l'association canadienne de l'énergie éolienne, permettrait quand il y a du vent et que les éoliennes produisent de l'électricité, de remplir les réservoirs des barrages, tandis qu'en absence de vent, de continuer à produire de l'énergie électrique avec les centrales hydrauliques. Paradoxalement , dans un mémoire déposé devant la Régie de l'énergie, le Groupe Axor, qui exploite les parcs éoliens de Matane et de Cap-Chat, soutient que la performance des éoliennes n'est pas à la hauteur du rendement prévu par les experts. Le directeur général du TechnoCentre éolien, Jean Desrosiers, précise que l'étude du Groupe Axor ne tient pas compte des nouveaux sites où le potentiel éolien a été ciblé et ne croit pas que les affirmations du groupe Axor décourageront les promoteurs d'énergie éolienne. Le groupe Greenpeace soutient que la nouvelle technologie des éoliennes permettra de meilleures performances. Les aérogénérateurs, que le groupe exploite, utilise la technologie dite « à pas fixe » qui ne permet pas aux pales de modifier leur position en fonction de la vitesse des vents, faisant chuter le rendement et donc la production des machines.
http://www.actu-environnement.com/ae/news/582.php4 Le Groupe Axor qui exploite des parcs éoliens au Québec propose de jumeler les éoliennes aux centrales hydroélectriques. (...) Cette technique, déjà recommandée par Greenpeace et également promu par le constructeur éolien Hélimax ainsi que l'association canadienne de l'énergie éolienne, permettrait quand il y a du vent et que les éoliennes produisent de l'électricité, de remplir les réservoirs ...

Barrage hydraulique ; Canada ; Électricité renouvelable ; Éolien ; Energie hydraulique ; Parc éolien

... Lire [+]

V

- n° 144
ISBN 1164-8783

L'ajout d'une nouvelle retenue d'eau en Adour-Garonne, déjà fort équipé en barrages, rencontre localement une vive opposition

Barrage hydraulique ; Conflit / Opposition ; Consommation d'eau ; Débit ; Espagne ; France ; Energie hydraulique ; Impact environnemental ; Midi Pyrénées ; Milieu agricole ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 180604

Le plus grand barrage hydroelectrique en operation, Itaipu, situe a la frontiere du Bresil et du Paraguay, d'une capacite installee de 12.600 megawatts, a fete le 17 mai dernier les trente ans du debut de sa constuction. Le 5 mai, ce barrage bi-national avait celebre ses 20 ans de production d'energie. L'oeuvre est monumentale : selon les ingenieurs, le beton utilise aurait permis de batir 210 stades de football et la quantite de fer utilisee celle de 380 tours Eiffel ! Construit par 40.000 hommes a Foz do Iguacu (Etat de Parana, sud du Bresil) sur le fleuve Parana, Itaipu est le plus grand barrage au monde et son cout de 12 milliards de dollars avait ete finance par des credits internationaux. La compagnie publique Itaipu ne terminera d'ailleurs que cette annee le paiement des credits ayant permis ce financement. Le barrage comprend 18 turbines capables de gerer 700 metres cubes d'eau par seconde et aujourd'hui, le cout de la production d'un megawatt par heure est de 16,08 dollars, un type de production deux fois meilleur marche que celle produite par une usine nucleaire. En 2003, ce mur de beton de 120 metres pour la chute des eaux et les 360 personnes qui y travaillent ont permis de fournir 92% de l'energie electrique consommee au Paraguay et 23,1% de celle du Bresil. En 2005, Itaipu atteindra sa capacite maximale de production d'energie electrique, lorsque les deux dernieres turbines entreront en fonction pour arriver a un total de vingt. Contacts : Plus d'infos : Lire l'article depuis le site de Africatime.com : http://www.africatime.com/afrique/nouv_pana.asp?no_nouvelle=120061&no_cate Sur le site Office Press: http://www.officepress.com.br/noticias.php?codigo=2257
Le plus grand barrage hydroelectrique en operation, Itaipu, situe a la frontiere du Bresil et du Paraguay, d'une capacite installee de 12.600 megawatts, a fete le 17 mai dernier les trente ans du debut de sa constuction. Le 5 mai, ce barrage bi-national avait celebre ses 20 ans de production d'energie. L'oeuvre est monumentale : selon les ingenieurs, le beton utilise aurait permis de batir 210 stades de football et la quantite de fer utilisee ...

Barrage hydraulique ; Brésil ; Production d'électricité

... Lire [+]

V

- n° 21104

"Apres quinze ans de planification, travaux, conflits et negociations, la centrale hydroelectrique de Ralco vient d'etre inauguree. Elle est situee a 120 km de Los Angeles dans le Alto Bio-bio (VIII region chilienne). Avec une puissance installee de 570 Mwatts et couvrant pres de 9% de l'energie necessaire au systeme interconnecte central, elle se convertira bientot en la plus puissante du pays et ce barrage couvrira les besoins chiliens jusqu'en 2006. Depuis 1989, le projet a surmonte nombre d'obstacles: action des groupes ecologistes, radicalisation du conflit indigene et plus tard les effets de la crise asiatique. La volonte de l'entreprise Endesa de parvenir au bout de son ouvrage a permis de repondre aux exigences environnementales, aux obligations de compensations et dedommagements des communautes pehuenches touchees par les travaux. A la difference du carbone ou du petrole, la ressource hydrique n'est pas polluante, inepuisable et disponible a l'interieur des frontieres chiliennes. Jusqu'a 3.500 personnes ont travaille a la construction de ce barrage de 155 metres de hauteur depuis lequel l'eau emprunte un tunnel d'adduction long de 7.2km jusqu'a la salle des machines ou se trouvent deux turbines de marque francaise Alstom capables de generer une puissance moyenne annuelle de 3.100GW heure par an. Reste que tous les conflits n'ont pas ete resolus et notamment, le fait que le cimetiere pehuenche Quepuca Ralco a ete inonde sans que se concretise ni son transport ni l'installation d'une plate-forme de ciment sur la superficie. Contacts : Plus d'infos en lisant l'article paru dans le ""Mercurio"" (Editions speciales) : http://www.edicionesespeciales.elmercurio.com/destacadas/detalle/index.asp?idnoticia=0127092004021X0010052&idcuerpo=298 Sources : El Sur de Concepcion, 27/09/2004 "
"Apres quinze ans de planification, travaux, conflits et negociations, la centrale hydroelectrique de Ralco vient d'etre inauguree. Elle est situee a 120 km de Los Angeles dans le Alto Bio-bio (VIII region chilienne). Avec une puissance installee de 570 Mwatts et couvrant pres de 9% de l'energie necessaire au systeme interconnecte central, elle se convertira bientot en la plus puissante du pays et ce barrage couvrira les besoins chiliens ...

Barrage hydraulique ; Chili ; Energie hydraulique ; Réalisation

... Lire [+]

LOIS SUR L'EAU | EAF INFO 1/10/04

Article

XXXXX

V

- n° 301104

Il manque au systeme electro-energetique slovene une centrale hydroelectrique a accumulation qui permettrait la production aux moments de plus forte consommation d'electricite. Il n'a pas ete facile de trouver un lieu adequat pour la construction d'une telle centrale de pompage-turbinage. En effet, des caracteristiques naturelles tres specifiques doivent etre reunies, comme l'espace pour un bassin superieur et un bassin inferieur, avec un denivele adequat et, si possible, situes a une distance raisonnable l'un de l'autre. Fin septembre 2004, la premiere pierre pour la construction de la centrale de pompage-turbinage a ete posee a Kanalski Vrh. Ce site a l'avantage supplementaire de se trouver en amont de la chaine des centrales hydroelectriques : le fonctionnement de la nouvelle centrale permettra la production d'energie electrique de toutes les centrales se trouvant en aval. Les concepteurs ont choisi un bassin karstique d'accumulation d'une profondeur de 20 metres, d'une longueur de 500 metres et d'une largeur de 100 metres, situe a une altitude de 620 metres. Apres des travaux d'amenagement, le bassin pourra contenir 2 millions de metres cube d'eau. Aux moments de faible consommation, ou l'electricite est la moins chere, l'eau sera pompee d'un bassin preexistant situe en aval. Aux moments de forte consommation, l'eau contenue dans le bassin superieur descendra dans des conduites de 2140 metres de long, d'un diametre de 3,3 metres, vers des turbines, afin de produire de l'electricite. La puissance moyenne de la centrale sera de 178 MW pour le systeme de turbinage et de 175 MW pour le systeme de pompage. L'investissement se monte a 82,6 millions d'euros, ce qui represente 464 euros par kilowatt, ce qui fait de cette centrale un des investissements les plus rentables en Slovenie en terme de production d'energie electrique : ceci est principalement du au fait que le lieu presente toutes les caracteristiques naturelles adequates pour ce genre de projet. La nouvelle centrale de pompage-turbinage devrait commencer a fonctionner dans quatre ans, augmentant la production d'electricite aux heures de forte consommation, contribuant a reduire les problemes structurels de la production d'energie en Slovenie, tout en permettant une utilisation plus rationnelle de l'energie provenant de la chaine des centrales hydroelectriques situees sur la riviere Soca. Contacts : http://nt-ops.eles.si/portal/page?_pageid=353,1&_dad=portal&_schema=PORTAL Sources : Delo, 07/10/2004
Il manque au systeme electro-energetique slovene une centrale hydroelectrique a accumulation qui permettrait la production aux moments de plus forte consommation d'electricite. Il n'a pas ete facile de trouver un lieu adequat pour la construction d'une telle centrale de pompage-turbinage. En effet, des caracteristiques naturelles tres specifiques doivent etre reunies, comme l'espace pour un bassin superieur et un bassin inferieur, avec un ...

Barrage hydraulique ; Energie hydraulique ; Projet ; Slovenie ; Turbine hydraulique

... Lire [+]

V

- n° 21204

Inga au Congo dépassera le barrage des Trois Gorges en Chine : L'Afrique du Sud veut le courant d'Inga Alors que le coeur du Congo baigne dans les ténèbres les plus complètes, un consortium de plusieurs pays, WestCor, se constitue en vue d'exporter l'électricité congolaise vers l'Afrique australe Kinshasa , 01.12.2004 | Economy L'Afrique du Sud veut le courant d'Inga Alors que le coeur du Congo baigne dans les ténèbres les plus complètes, un consortium de plusieurs pays, WestCor, se constitue en vue d'exporter l'électricité congolaise vers l'Afrique australe. La compagnie d'électricité sud-africaine ESKOM pousse depuis plusieurs années à la charrette. Le 22 octobre, les cinq pays participants signaient un premier protocole à Johannesburg. Pour 2011, WestCor veut lancer à Inga une nouvelle centrale hydroélectrique qui, via une nouvelle ligne à haute tension, enverra du courant à destination du marché en pleine croissance de l'ESKOM. Raf Custers C'est surtout l'Afrique du Sud qui entend profiter de ce courant. L'ingénieur Vika Di Panzu, de la compagnie d'électricité congolaise SNEL, dit à ce propos: « L'Afrique du Sud consomme 34.000 mégawatts et, chaque année, sa consommation s'accroît de 1000 mégawatts. » A partir de 2007, ses propres capacités ne pourront plus répondre à la demande croissante, surtout de la part de l'industrie lourde. C'est dû au réaménagement de la production. La compagnie publique sud-africaine d'électricité ESKOM produit actuellement l'électricité la meilleur marché du monde, mais surtout à l'aide du charbon de faible valeur qu'elle utilise dans ses centrales thermiques. L'ESKOM est soumise à des pressions afin de produire un courant plus propre. La compagnie veut également accroître la part en « énergie renouvelable » de 7 à 14%. En outre, elle doit privatiser 30% de son parc de production. A cet effet, l'ESKOM se tourne depuis longtemps déjà vers le reste de l'Afrique. La compagnie exploite déjà les quatre cinquièmes de la production du barrage de Cahora Bassa au Mozambique. Mais, à Inga, sur le cours inférieur du fleuve Congo, l'électricité « verte », à bonne marché, ne s'épuisera sans doute jamais. Depuis 1993 déjà, l'ESKOM examine, en compagnie de la Société Nationale d'Eléctricité (SNEL) congolaise, comment les deux centrales hydrauliques d'Inga pourront être réparées et agrandies. En 1998, la compagnie réalisait encore une étude à ce propos. Le savoir-faire destiné à Inga réside donc aussi, incontestablement, au sein de l'ESKOM. Une interconnexion L'ESKOM est l'une des compagnies qui se trouvent à la base du WestCor Power Project. Le plan vise à utiliser le potentiel hydrologique sous-exploité du fleuve Congo afin d'y produire, dans une première phase, 3.500 mégawatts de courant. « Dont 2.500 seront destinés à l'Afrique du Sud », déclare Vika, l'ingénieur de la SNEL. Du fait que les installations existantes d'Inga sont insuffisantes, même après réparation complète, il faut créer une troisième centrale, Inga-3, qui, à partir du fleuve Congo, sera alimentée via un canal souterrain. Il va également falloir poser une ligne de transmission de 3000 kilomètres de long, avec un embranchement en direction du Botswana. Cette nouvelle « autoroute africaine de l'électricité », appelée le Corridor occidental (WestCor), suivra un trajet reliant le Congo à l'Afrique du Sud, en passant par l'Angola, la Namibie et le Botswana. Il passera à proximité du Corridor oriental déjà existant reliant le Katanga à l'Afrique du Sud en passant par la Zambie et le Zimbabwe et il complétera le réseau d'interconnexion du Southern African Power Pool (SAPP). Le lobby de Mbeki WestCor est apparu en 2002, dans le sillage du NEPAD, le New African Partnership for Development dont, entre autres, le président sud-africain Thabo Mbeki est un ardent promoteur. Le plan d'action du lobby d'affaires ne manque pas de rhétorique. Une slogan, par exemple : « Sans Inga, le NEPAD est voué à l'échec. » Une fois qu'Inga sera retapé, déclare-t-on, la centrale hydraulique sera plus puissance que le barrage des Trois-Gorges, en Chine et elle doit devenir la clef de voûte d'un réseau d'électricité qui couvrira toute l'Afrique. Le coût de la première phase : entre 4 et 6 milliards de dollars. Mais « à l'horizon » se dessine déjà une seconde phase : le Grand Inga, 39.000 mégawatts, qui porterait la capacité totale d'Inga à 44.000 mégawatts. Notons que le barrage des Trois-Gorges, sur le Yangzi Jiang, en Chine, peut produire 6.500 mégawatts et qu'une centrale géante au Brésil atteint 13.500 mégawatts. Dans la pratique, le NEPAD et Thabo Mbeki recherchent activement les intérêts économique de l'Afrique du Sud. Ils mettent sur pied le pays à la façon d'un hub doté de facilités financières et juridiques pour les multinationales qui sont de plus en plus intéressées à faire des affaires en Afrique. Mais Mbeki n'en oublie pas pour autant ses propres ouailles. En janvier 2004, il dirigeait d'ailleurs une mission économique sud-africaine au Congo. En dehors de l'ESKOM, la firme sud-africaine Clackson Power est également intéressée par les contrats congolais. Clackson a déjà construit une centrale au Nord-Kivu et, dans la commune de Kasavubu (Kinshasa), la firme va installer un système destiné à vendre de l'électricité à des particuliers via des smart-cards payées d'avance. Concession Kinshasa est toutefois inquiète de cette exubérance sud-africaine envahissante. En novembre 2003, éclatait la nouvelle que l'ESKOM et la SNEL, en compagnie de la Botswana Power Corporation, de l'Angola's Empresa Nacional de Electricidade (ENE) et de la NamPower en Namibie, avaient fondé le WestCor Power Project. Mais il fallut attendre presque un an avant que les cinq gouvernements concernés se mettent d'accord sur un acte de fondation. Ce n'est que le 22 octobre de cette année qu'ils signaient un premier protocole intergouvernemental. Le Congo se rend bien compte qu'il peut gagner des milliards dans l'exportation d'électricité. Mais l'affaire n'en est pas encore réglée pour autant. La discussion porte en effet sur la question de savoir qui va gérer les nouvelles installations d'Inga. C'est lié au financement du projet. L'ingénieur Vika di Panzu, de la compagnie d'électricité congolaise SNEL, déclare : « Il s'agira d'une formule Build-Own-Operate-Transfer. Le Congo cédera la nouvelle centrale en concession à WestCor et percevrai pour cela des royalties. » Mais l'anguille sous roche s'appelle : Take or Pay. Si le Congo veut participer activement à WestCor, il devra s'engager à céder son courant au prix coûtant. La privatisation C'est pourquoi le Congo cherche activement d'importants contrats, en premier lieu avec l'industrie minière et d'exploitation des minerais. Des noms ronflants circulent. Selon le service congolais Anapi, qui encourage les investissements au Congo, la société minière australienne BHP Billiton achète « de façon agressive » des terrains au Katanga. L'ingénieur de la SNEL, Vika, cite lui aussi le même nom, à propos de WestCor. Chez BHP Billiton, à Londres, on prétend ne rien savoir. Toutefois, indirectement, BHP a quelque chose à voir avec Inga. BHP Billiton travaille pour une usine d'aluminium au Mozambique et ce, en compagnie du groupe d'ingénierie canadien SNC Lavalin. Fin 2001, ce groupe a réalisé un audit détaillé des installations d'Inga. Il a également fait venir le ministre congolais de l'Energie, Kalema, pour une visite d'étude à son barrage de la Baie James, au Canada. De même, on cite le producteur américain d'aluminium, Reynolds. Reynolds installe une usine dans la région de Kouilou, au Congo-Brazzaville, à quelque 200 km d'Inga, et il a pour ce faire besoin de 460 mégawatts. A la mi-octobre, les gestionnaires de la SNEL ont encore négocié avec Reynolds. Selon une source bien placée, il y fut envisagé que Reynolds finance une partie des réparations de la centrale d'Inga-2 ­ pour 150 millions de dollars ­ mais que, dans ce cas, la firme exploiterait à son propre compte les machines qui auraient été réparées. L'idée suscita pas mal d'inquiétude au sein de la SNEL : l'ensemble du projet WestCor risquait de faire le jeu de la privatisation de la compagnie congolaise. Début novembre, l'entreprise canadienne Magnesium Alloy (MagAlloy) signait un contrat provisoire avec la SNEL. MagAlloy entend produire du magnésium, dans cette même région du Kouilou, et prendrait 120 mégawatts à Inga. Ce contrat stipule que MagAlloy contribuera aux réparations des groupes 1 et 2 de la centrale d'Inga-2.
Inga au Congo dépassera le barrage des Trois Gorges en Chine : L'Afrique du Sud veut le courant d'Inga Alors que le coeur du Congo baigne dans les ténèbres les plus complètes, un consortium de plusieurs pays, WestCor, se constitue en vue d'exporter l'électricité congolaise vers l'Afrique australe Kinshasa , 01.12.2004 | Economy L'Afrique du Sud veut le courant d'Inga Alors que le coeur du Congo baigne dans les ténèbres les plus complètes, un ...

Barrage hydraulique ; Congo ; Grande puissance ; Energie hydraulique ; Projet

... Lire [+]

V

- n° 83
ISBN 1624-7876

La corse a pour ambition d'assurer 40% de sa production d'électricité grace aux EnR, notamment en lancant un nouveau programme de construction d'éoliennes (26), et d'un barrage hydraulique

Barrage hydraulique ; Corse ; Éolien ; Energie hydraulique ; Projet ; Réseau électrique

... Lire [+]

V

- n° 190105

"Autriche L'Institut pour les constructions hydrauliques d'Innsbruck (IWI) remporte deux appels d'offre en Afrique L'Institut pour les constructions hydrauliques d'Innsbruck a remporte cette annee deux appels d'offre en Afrique pour deux projets de construction de barrages hydrauliques, l'un en Egypte et l'autre au Soudan. Il devient ainsi l'un des leaders mondiaux pour la realisation de maquettes de construction nautique. Son projet n'est pourtant pas le meilleur marche mais il s'appuie sur de nouvelles techniques de fabrication qui ont seduit les commanditaires. Ainsi, la piece maitresse du barrage sera realisee par un robot autonome. Celui-ci va mettre en forme de maniere tres precise de la mousse extremement dure utilisee pour la construction de la maquette. Ce robot est guide par des capteurs electroniques qui mesurent en continu les dimensions ainsi que la courbure du barrage. Pour chacun des appels d'offre, une maquette au 1/40eme et au 1/ 25eme ont ete realisees. La plus grande des maquettes a deja une hauteur d'eau de trois metres et doit supporter une pression enorme. Le barrage, dont les travaux devraient commencer en 2007, mesurera 67 metres de haut pour une longueur de 9,2 kilometres ! Un consortium chinois devrait realiser cet ouvrage. Le beton et l'acier remplaceront la mousse de la maquette. La retenue d'eau devrait s'etendre sur 200 kilometres. La production electrique sera equivalente a celle d'une centrale nucleaire, aux alentours de 1250 Mega Watts. Cet ouvrage doit permettre au Soudan de doubler sa production electrique. Pour le Professeur Peter Rutschmann de l'Institut pour la construction hydraulique, ""ce barrage devrait ameliorer les infrastructures des campagnes qui sont en grande partie tres pauvres"". Contacts : Peter Rutschmann - tel : +43 512 507 6943, fax : +43 512 507 2912 - courriel : peter.rutschmann@uibk.ac.at adresse sur la toile : http://water2.uibk.ac.at/de/index.html Sources : APA , 13/12/2004 "
"Autriche L'Institut pour les constructions hydrauliques d'Innsbruck (IWI) remporte deux appels d'offre en Afrique L'Institut pour les constructions hydrauliques d'Innsbruck a remporte cette annee deux appels d'offre en Afrique pour deux projets de construction de barrages hydrauliques, l'un en Egypte et l'autre au Soudan. Il devient ainsi l'un des leaders mondiaux pour la realisation de maquettes de construction nautique. Son projet n'est ...

Appel d'offre ; Barrage hydraulique ; Égypte ; Soudan

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Barrage hydraulique [161]

Energie hydraulique [106]

France [58]

Petite Centrale Hydroélectrique [38]

Production d'électricité [36]

Éolien [32]

Centrale hydroélectrique [30]

Électricité renouvelable [27]

Généralité énergie renouvelable [26]

Impact environnemental [24]

Concession [23]

Chiffre clé [22]

Solaire photovoltaïque [22]

Turbine hydraulique [22]

Puissance installée [19]

Microhydraulique [16]

Cours d'eau [14]

Biomasse [13]

Moulin à eau [13]

Nucléaire [13]

Politique énergétique [13]

Projet [13]

Réalisation [13]

Rhône Alpes [13]

EDF [12]

Aquitaine [11]

Consommation d'énergie [11]

International [11]

Recensement / Inventaire [11]

Électricité [10]

Historique [10]

Pompage-turbinage [10]

Potentiel hydraulique [10]

Production d'énergie [10]

Rénovation [10]

Solaire thermique [10]

Biogaz [9]

Midi Pyrénées [9]

Potentiel de développement [9]

Appel d'offre [8]

Cartographie / Atlas [8]

Charbon [8]

Collectivité locale [8]

Débit [8]

Europe [8]

Loi sur l'eau [8]

Réglementation [8]

Autorisation [7]

Bois énergie [7]

Géothermie [7]

Libéralisation énergétique [7]

Marché de l'électricité [7]

Marémotrice [7]

Offshore [7]

Poisson [7]

Sécurité [7]

Stockage électricité [7]

Turbine / Génératrice [7]

Bilan énergétique [6]

Caractéristique technique [6]

Concurrence [6]

Démarche administrative [6]

Économie d'énergie [6]

Parc éolien [6]

Perspective [6]

Pétrole [6]

Réseau électrique [6]

Réserve / Ressource energétique [6]

Risque [6]

Schéma de principe [6]

Suisse [6]

Tarif d'achat [6]

Texte législatif [6]

Allemagne [5]

Biodiversité [5]

Changement climatique [5]

CO2 / Dioxyde de carbone [5]

Directive européenne [5]

Donnée économique [5]

Énergie marine [5]

Énergie solaire [5]

Gaz à Effet de Serre / GES [5]

Généralité énergie [5]

Grande puissance [5]

Hauteur de chute [5]

Houlomotrice [5]

Industrie [5]

Maitrise De l'Énergie - MDE [5]

Programme de développement [5]

Recherche [5]

Scénario [5]

Alsace [4]

Auvergne [4]

Bâtiment [4]

Centrale thermique [4]

Chine [4]

Corse [4]

Débit réservé [4]

Décret [4]

Définition [4]

Développement durable [4]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z